Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Psychanalyse-littérature*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le thème de mes propos est l’intervalle qui s’ouvre entre les deux termes du titre annoncé ; cet intervalle, dans l’écriture, on peut le combler d’un tiret, d’un trait (généralement interprété comme trait d’union), mais on ne peut le marquer que d’un suspens muet : psychanalyse... littérature. J’ai donc expressément indiqué que le problème est bien de se risquer à tirer ce trait, sans savoir d’avance s’il s’agira simplement de l’étirer ou de le retirer, sans préjuger du rapport possible ou impossible entre ces deux disciplines, ces deux territoires et leurs occupants, je veux dire : entre la gent littéraire et la horde psychanalytique.

Je dis : « gent littéraire », pour signifier la noblesse incontestée des gens de lettres, gentilshommes qui vivaient paisibles et intouchés, jusqu’au jour où survint cette « horde psychanalytique ». Je veux dénoter par là, bien sûr à la hâte, l’idée que les premiers se font ordinairement des seconds, en rappelant que horde peut vouloir dire « troupe er...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search