Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Le fantasme et la lettre*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une très incertaine dissension partage les psychanalystes et les « littéraires » sur la question du texte et du sens du texte. Cette dissension s’inscrit dans la disjonction du fantasme et de la lettre. La fantasme est l’enfant chéri de la psychanalyse ; il est aussi, pour ce qui nous occupe, son cheval de bataille — le cheval de Troie qu’elle insinue dans l’enceinte de la littérature. Quant à la lettre, — je mets au singulier le pluriel de ce qu’on appelle les « belles lettres » — c’est le rempart qu’opposent les défenseurs de ce qui est proprement littéraire à l’opération réductrice de la psychanalyse. Le débat serait simple et la dissension définitive, si un curieux chiasme ne venait diviser et retourner les deux positions antagonistes. Il y va, en effet et singulièrement, de la lettre, en psychanalyse ; quant au savoir et au pouvoir du fantasme, ils n’échappent pas aux mains des tisseurs de fiction. Le débat devient une mêlée : c’est dans cette complication, pourtant, qu’il me s...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search