Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

L’artiste*. Réflexions sur l’imaginaire et les normes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

We are such stuff
As dreams are made on.
Shakespeare, The Tempest.

« J’ai un projet : devenir fou ».

Voilà ce que confiait à son frère le jeune Dostoïevski. Il avait dix-sept ans, tout envahi des lectures fantastiques de Gogol, Hoffmann, Hugo, Goethe... Et déjà s’installait en lui cette formidable, cette atterrante ambition, fulgurante comme celle de Faust : rejoindre la folie. C’est comme si, pour lui, le projet d’écrire n’allait pas sans ce risque, sans cette aventure. Désir démesuré, désir de démesure, marche inexorable vers le vacillement du réel et l’évidence du rêve, tel est, proclamé avec fougue et détermination, l’emportement de l’écrivain naissant.

Cet exergue cerne le foyer de ce que le titre de ces propos nous invite à penser : le rapport déchiré de la norme et de l’imaginaire. Fabuleux, ce titre, comme est fabuleux le conflit éternel du désir et de la loi, ce combat de titans qui nous partage, nous divise et nous somme impérieusement de devenir... normaux ou fous, de devenir,...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search