Version classiqueVersion mobile

Péché collectif et responsabilité

 | 
Pierre Watté
, 
Paul Löwenthal
, 
Jacques Vemeylen
, 
et al.

Chapitre II. Responsabilités en crise

Paul Löwenthal

Texte intégral

« Ce qu’il advient de la liberté, seule la liberté peut le dire. »
Jean LADRIERE

1La crise économique, qui n’est pas seulement ni d’abord économique, est un des lieux où se jouent aujourd’hui des responsabilités collectives. Omniprésente de l’individuel au planétaire, à la fois symptôme et source de désarrois — « la crise n’est pas une situation, elle est incapacité d’agir », dit Alain Touraine, — la crise économique ne nous offre que trop d’occasions de concrétiser nos réflexions éthiques.

2Au demeurant, le point de vue « clinique » de l’économiste peut utilement nourrir un débat éthique. En soi, l’économique a pour objet la gestion des raretés, et il est donc de l’ordre de l’efficace. Or, l’efficace entretient des rapports multiples avec l’éthique. D’une part, les deux ordres entrent fréquemment en conflit. Ces conflits entre une équité souvent imprévoyante et une efficacité souvent différée et incertaine, constituent des enjeux politiques tout à fait pertinents, à la fois éthiques et techniques et qu’on ne saurait éluder en affirmant simplement la primauté (éthique) des impératifs moraux, puisqu’on serait bien incapable de l’imposer, ou de se l’imposer, en négligeant les contraintes ou conditionnements économiques. D’autre part, l’efficacité est elle-même une valeur ; elle s’impose comme une exigence morale à tout qui se veut responsable d’autrui, et elle est donc une norme d’appréciation pour tout citoyen.

3Je commencerai par un éclairage économique de la crise qui en révèle la logique et les contraintes, afin d’en inférer des enjeux éthiques et d’ouvrir le débat sur les responsabilités qui sont en jeu.

I. La crise1

  • 1 Cette section emprunte à un article publié dans L’Entreprise et l’homme, 1984, no 1, p. 29-32.

« Les hommes font leur histoire, mais ils ne savent pas quelle histoire ils font. »
Raymond ARON

4Une question fera plus qu’une longue démonstration. Jusqu’au début de 1973, année de l’explosion des rapports de change et des prix pétroliers, nous étions capables, dans nos pays, d’une expansion économique rapide, d’un niveau d’emploi élevé et de niveaux de vie croissants. Un an plus tard, disposant des mêmes hommes avec les mêmes compétences, des mêmes équipements, des mêmes ressources naturelles ou financières et des mêmes institutions, nous en étions devenus incapables. Quel est ce mystère ?

5C’est le « mystère » de l’allocation des ressources, de la façon dont nous les combinons pour en tirer un produit. Durant les prétendues « trente glorieuses » de 1944 à 1974 — le mot est de Jean Fourastié, les pays industriels ont exploité au maximum leurs ressources, et celles que leur fournissait le reste du monde. Au maximum mais pas au mieux, pas avec beaucoup de discernement. Donnons deux exemples.

6Premier exemple : nous avons, dans la plupart de nos pays, tous produit de tout pour le vendre un peu partout. En Belgique, nous avons tout fait pour attirer les investisseurs étrangers ; nous nous sommes bien préoccupés de l’endroit du pays où ils s’installeraient, mais guère de ce qu’ils fabriqueraient. Cela marchait, à vrai dire, de moins en moins bien, mais cela restait viable parce que la croissance rapide des marchés assurait une rentabilité minimale, même à des entreprises relativement peu efficaces. Le bouleversement des rapports de prix internationaux a bousculé tout cela. Il a rendu décidément caduc notre appareil productif basé sur l’énergie à bon marché. Il a réduit le compétitivité et la rentabilité de notre industrie, centrée sur des fabricats de plus en plus concurrencés par le Tiers-monde, ou alors dispersée sur toutes sortes de produits sans souci de complémentarités techniques, ni souci pour les atouts que chaque région peut faire valoir. Et il nous a collectivement appauvris.

7Un deuxième exemple d’imprévoyance est l’endettement rapide et simultané de tous les secteurs : ménages, entreprises et pouvoirs publics, qui a d’abord nourri la croissance économique des années 1960, mais qui a ensuite alimenté son épuisement inflationniste, vers la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. Comme ces engagements financiers anticipaient sur les fruits de la croissance, tout alla bien tant que tout allait bien. Mais l’ensemble était vulnérable à tout arrêt de la croissance, qui imposerait à l’évidence l’usage indiscriminé et donc inefficace des fonds recueillis et ferait dégénérer tout accident en crise financière.

8Il n’était pas immédiatement clair que la crise, dont je n’ai signalé ici que deux vecteurs parmi d’autres, était économiquement celle d’une rupture dans l’allocation des ressources. On s’est donc braqué sur les symptômes. D’un côté — à « droite » — on constatait une série de déséquilibres monétaires et financiers : une inflation plus rapide, des chutes de rentabilité, un déficit croissant du budget de l’Etat et de la balance des paiements extérieurs. Le tout sur fond d’endettements et d’instabilité des changes. En regard de cela — à « gauche » — on se centrait sur un symptôme non financier, unique mais massif : le chômage.

9Notre réflexe politique habituel est de doser les mesures afin de répondre à la fois, bien ou mal, à tous les impératifs et à toutes les revendications. Ce réflexe n’a pu jouer : parce que la crise faisait éclater le cadre d’une concertation sociale sans projet commun, et parce que les divers déséquilibres appelaient des mesures contradictoires. Il aurait fallu à la fois contenir les salaires pour redresser les rentabilités d’entreprise, et soutenir les salaires pour soutenir la demande et l’activité. Il aurait fallu à la fois diminuer les dépenses publiques pour réduire les déficits budgétaires, et augmenter les dépenses pour agir sur la crise.

10La gauche et les syndicats plaidèrent la priorité morale du social sur le financier, l’urgence humaine d’un soutien de l’emploi. La droite et les milieux d’entreprise plaidèrent l’urgence financière, la priorité chronologique du financier sur le social. Qualifiez chaque groupe selon ce qu’il perçoit de lui-même, et vous avez le dialogue de la compétence technique et de l’exigence sociale, de l’efficacité et de l’équité : un dialogue difficile mais pertinent et nécessaire. Etiquetez chaque groupe selon ce qu’en perçoit son interlocuteur, et c’est l’affrontement du cynisme et de l’aveuglement : deux façons de manquer de lucidité.

11Avec l’appui des organisations internationales et l’exemple des grands pays, c’est la thèse de « droite » qui a prévalu dans l’ensemble des pays industriels. Prenant excuse du manque de place, je caricaturerai la thèse victorieuse par les slogans qui l’ont popularisée. « On n’édifie pas un paradis social sur un cimetière économique, et l’on ne fait pas de bonne économie sans bonnes finances. Or, les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain. Donc, luttez d’abord contre l’inflation et redressez les rentabilités d’entreprise, et vous assisterez à une reprise spontanée des investissements et de l’emploi. » La mineure de ce syllogisme vicieux convertit subrepticement des conditions nécessaires en conditions suffisantes. Voyons cela par l’exemple des salaires.

  • 2 Il n’est pas de notre propos d’envisager ici d’autres orientations de politique économique. On en (...)

12Les salaires sont à la fois un coût pour qui les paie et un revenu qui constitue le principal des pouvoirs d’achat et de la consommation. Si tout le monde à la fois fait de l’austérité salariale, la demande globale de biens et de services s’amenuise partout, ainsi que les rentabilités d’entreprise. On investira donc moins, sauf pour rationaliser, et l’on déprimera l’emploi — ce qui aggravera la dépression de la demande et génèrera un véritable cercle vicieux récessif, auto-entretenu, cumulatif et dont l’effet pervers global l’emportera sur l’effet favorable que chacun recherchait pour soi. L’austérité peut être inéluctable et efficace pour une seule entreprise ou pour un seul pays, parce que ses salaires ne constituent qu’une petite fraction du pouvoir d’achat global. Mais dès lors que tous les pays riches s’y mettaient à la fois, le cercle vicieux déflatoire était inéluctable2.

13L’erreur d’orientation politique est en partie intellectuelle : nous avons souffert de myopies. Myopie comptable, qui conduit les dirigeants d’entreprise à ne voir dans les salaires qu’un coût. Myopie économique, qui nous a braqués sur des mesures globales et à court terme, là où s’imposaient des réorientations « structurelles ». Myopie financière, qui nous a poussés à corriger aussi vite et aussi complètement que possible des symptômes de déséquilibre dont les causes, largement non financières, demeuraient et ajoutaient leurs effets délétères aux effets débilitants des mesures d’austérité. Myopies nationales, qui conduisaient tous les gouvernements à rivaliser de mesures destinées à améliorer leurs performances extérieures, et qui se sont neutralisées à cet égard mais ont additionné leurs effets restrictifs. Myopie des pays riches, qui ont redressé au plus vite leurs comptes extérieurs en réduisant leurs importations et en généralisant ainsi leur crise au Tiers-monde, au lieu de lui faire prendre le relais de notre stagnation en acceptant, chez nous qui pouvions nous le permettre, quelques pertes de réserves ou un certain endettement extérieur.

14Ces myopies sont intellectuelles d’abord : elles sont le fait de rationalités individuelles qui ignorent les effets indirects que leur action, lorsqu’elle se généralise, exerce au niveau global. Le sociologue les appelle effets de composition, ici pervers, et ils ne sont à priori ni évidents, ni maîtrisables à l’échelle individuelle. Résolument pessimiste, Paul Valéry affirme même que « nul ne voudrait, ne pourrait vouloir les conséquences de ce qu’il veut. » Et il est tout à fait vrai qu’un chef d’Etat ou d’entreprise ne peut adopter une politique et un risque d’ouverture, s’il n’est raisonnablement assuré que ses concurrents agiront de même : cela se vérifie en matière de salaires comme d’armement, et il peut être plus évidemment suicidaire d’« oser », seul, une politique sociale généreuse, que d’oser la paix ! Intellectuellement, chacun peut bien voir que l’escalade des mesures protectionnistes revient à scier ensemble la branche sur laquelle nous sommes assis. Mais chacun pour soi ne peut que se défendre.

  • 3 Dans sa contribution à ce volume, Ignace Berten parle significativement d’aveuglements plutôt que (...)

15Ces myopies et leurs impuissances suggèrent que la crise doit plus à nos médiocrités collectives qu’au machiavélisme des puissants. Il est d’autres analyses, plus soucieuses des acteurs du drame et de leurs abus de pouvoir. Et il faut en tout cas reconnaître que les erreurs d’analyse ne sont pas entièrement innocentes3. Les politiques suivies et l’impuissance où elles conduisent, manifestent des conflits et révèlent d’autres enjeux. Il y a conflit d’intérêts entre actifs et inactifs, entre branches d’activité exposées ou abritées de la concurrence extérieure, entre investisseurs et travailleurs, entre la collectivité et des groupes particuliers, entre pays, et même entre nos victimes de la crise et le Tiers-monde. Ce sont des conflits immédiats, qui peuvent se résoudre à long terme, — mais « à long terme, nous sommes tous morts » (John M. Keynes).

16Il y a aussi des conflits d’ordre logique. Conflits entre efficacité et équité : l’efficacité en vue d’objectifs sociaux et l’équité dans le respect de privilèges acquis — car les droits acquis dans la prospérité sont devenus des privilèges dans la crise. Conflits entre nos objectifs régionaux ou nationaux et les impératifs fonctionnels de notre insertion dans un cadre économique plus vaste. Conflits entre nos urgences, tant financières que sociales, et le temps nécessaire à une rénovation économique ou à une conversion politique.

17Toutes les mesures utiles à prendre s’expriment par des mots qui commencent par « re » : réorienter, reconvertir, restructurer, réallouer, redistribuer. Toujours, il faut ôter d’un côté ce qu’on assigne de l’autre. Et toujours, la partie lésée s’y oppose, pour des motifs intrinsèquement légitimes, d’ailleurs. En fait, nos populations, toutes classes réunies, ont frileusement cherché à s’abriter de la crise ; elles ont tenté de refuser le fait de la crise. Toutes n’y sont pas parvenues : vae victis.

18En termes techniques comme en termes politiques, le nœud est dans la nécessité de choisir, et dans notre incapacité collective à choisir, donc à renoncer. C’est ici qu’émergent les enjeux éthiques de la crise. Nous voici donc aux responsabilités.

II. Responsabilités de crise

« Je ne pense pas qu’il y ait tant de malheur en nous comme il y a de vanité, ny tant de malice comme de sotise : nous ne sommes pas si pleins de mal comme d’inanité, nous ne sommes pas si misérables comme nous sommes viles. »
Michel de MONTAIGNE

19Parler d’enjeux éthiques ou socio-politiques, c’est parler de responsabilités. Or, les responsabilités historiques, dans la genèse de la crise ou dans les déséquilibres que cette crise a sanctionnés, sont diffuses. Passons en revue les traits problématiques des dernières décennies et demandons-nous qui, quel groupe ou quelle collectivité nationale, en est responsable. Ou plutôt et plus simplement, demandons-nous quel groupe pourrait s’en disculper.

  • Le mythe de la croissance a soutenu tous les espoirs de prospérité de tous les groupes sociaux, de la fin de la guerre jusqu’aux désillusions de la fin des années soixante, et tous voulurent l’accélérer à tout prix.
  • La société de consommation a été promue par les politiques de soutien systématique de la demande, exploitée par les entreprises et elle a répondu aux revendications majeures de la population, y compris les moins nantis.
  • Le progrès social a été souvent revendiqué et réalisé par une « monétarisation des frustrations »4, c’est-à-dire en relevant les rémunérations plutôt qu’en améliorant les conditions de travail, et en nous consolant ainsi de nos dépendances plutôt qu’en les réduisant.
  • Les investissements, notamment étrangers, que tous les partis, tous les groupes sociaux et toutes les régions s’efforcèrent de stimuler ont été réalisés sans souci pour l’incohérence ou pour le dépendance de l’appareil industriel qui en résulterait.
  • Les bas prix des matières premières et du pétrole permirent, sans que nous ne nous en rendions toujours compte mais non sans que nous en profitions, d’accroître notre croissance économique, notre emploi et notre prospérité à bon compte, aux dépens du Tiers-monde que notre inflation appauvrissait.
  • Le foisonnement des interventions publiques n’a réussi ni une allocation efficace des ressources collectives, ni une répartition sociale équitable, ni une démocratisation de la vie publique, mais il a imposé une surcharge fiscale et sociale qui décourage l’effort dans tous les milieux.
  • L’imprévoyance des années faciles ne fut guère troublée par les trop rares Cassandre, que personne n’écouta pour ne pas devoir renoncer à la satisfaction immédiate d’appétits matériels ou de pouvoir.
  • L’endettement croissant de tous les secteurs à la fois : ménages, entreprises et pouvoirs publics, a permis de satisfaire les appétits de croissance en anticipant sur ses fruits, mais il a rendu nos systèmes financiers vulnérables à tout arrêt de cette croissance.
  • Le désordre financier international est né de la pusillanimité et de l’égocentrisme des Etats développés, qui ont empêché la satisfaction contrôlée des besoins mondiaux et suscité le développent anarchique de marchés privés spéculatifs.
  • Les manipulations des marchés par des pouvoirs, tant privés que publics, ont faussé le jeu allocatif des marchés sans lui substituer une autre rationalité collective.
  • L’inflation croissante des dernières années de prospérité était le symptôme d’inefficacités économiques, de frustrations financières et d’impuissances politiques dans une croissance qui s’essoufflait, mais plutôt que de s’imposer les réorientations utiles, on ne voulut la combattre que par des restrictions économiques, des restrictions financières et des restrictions sociales.
  • Le repli vers des mythes sociaux ou religieux accompagna les déceptions de la prospérité et les désarrois de la crise : croissance-zéro, écologie, communautés et sectes, psychologies rassurantes, charismatisme, etc. Plusieurs sont valables en soi, mais ils suscitèrent un engouement qui dénote une fuite de réalités insécurisantes.
  • L’insuffisance des investissements dans la crise s’explique par des perspectives médiocres et incertaines, mais aussi par le refus d’alléger leur coût humain ou financier.
  • L’accumulation de chômeurs résulte à la fois d’une dépression économique politiquement entretenue, d’un faible dynamisme d’entreprise et de charges élevées, qui suscitent rationalisations et destructions d’emplois mais qu’on refuse de renégocier, même contre d’autres progrès sociaux, non pécuniaires.
  • Le climat social est obéré par l’absence d’un projet de société, tendu par les égoïsmes de groupe, sapé par la méfiance mutuelle des partenaires sociaux, miné par l’incertitude ambiante et par le peur des risques qui en résultent.
  • Les blocages sociaux et politiques, notamment le défense de droits acquis intrinsèquement légitimes, ôtent toute marge de manœuvre dans une société sans majorité, où tous les groupes jouissent de certains pouvoirs mais où personne n’a le pouvoir.
  • La démocratie est impuissante dès lors que, faute de solidarité, le respect des électeurs se confond avec l’électoralisme.

20Quel groupe ne partage la responsabilité du système, de son fonctionnement et de sa crise, qui résultent de tout cela ? Assurément, tout le monde n’est pas également coupable, mais je pose en thèse qu’aucun groupe n’est innocent.

21Tout le monde n’est pas également coupable ; certains le sont manifestement plus, à qui le système laisse plus de pouvoirs : celui de l’information, celui de la richesse, celui de la liberté de droit ou de fait. Aucun groupe n’est innocent : cette thèse est plus forte ; au delà des contingences historiques que j’ai énumérées, elle suppose que le « système » économique lui-même n’est ni monolithiquement gouverné, ni fatalement déterminé dans son évolution.

III. Le système

« Voir un système, c’est contempler ses propres lunettes. »
ALAIN

22A la fois économique, social et politique, à la fois national et international, le « système » ou régime que nous vivons dans le monde occidental et qui régit largement aussi le Tiers-monde, est le système capitaliste. Puisque « on ne peut définir que ce qui n’a pas d’histoire » (Friedrich Nietzsche), ne cherchons pas à le définir — il est ce qui est — mais identifions-en les traits économiques marquants. La primauté de l’économique dans les comportements généraux de nos sociétés riches permet d’alleurs que nous partions de l’économique.

23En principe, la vie économique est fondée sur la logique du marché. Un marché dont on démontre que, sous certaines conditions de transparence, de mobilité et de dilution des pouvoirs, il assure une auto-régulation spontanée des offres et des demandes individuelles, en sorte que chacun tire la même satisfaction du dernier bien qu’il consomme, en supportant un même sacrifice du dernier franc qu’il dépense. Le même équilibre s’établissant, mutatis mutandis, parmi les entreprises, l’intérêt général s’en trouve aussi servi. Il n’y a là nulle magie, aucune « main invisible », mais un effet de composition, bénéfique cette fois et qui permet que des comportements individuels égocentriques débouchent sur un optimum social. Nul mystère, mais bien des restrictions ! Des restrictions de principe d’abord.

24Primo, les égoïsmes qui s’harmonisent collectivement sont des rationalités, et l’optimum collectif qui s’ensuit est du même ordre : l’ordre économique, qui est et est exclusivement celui de la gestion des raretés.

25Secundo, le marché ne régit que ce qui y passe ; il ne confronte et harmonise que des intérêts privés. Il ignore toutes les interactions sociales, bénéfiques ou néfastes d’ailleurs, que produisent les comportements individuels : il ignore les avantages de localisation, ceux que nous recevons directement de la collectivité, ou ceux que nous dérivons gratuitement de l’activité d’autrui ; il ignore tout autant les nuisances, la pollution ou le coût des encombrements. Les comptabilités individuelles ne recensent pas les effets ainsi produits, la théorie du marché postule de même que nos satisfactions personnelles sont indépendantes de celles d’autrui.

26Tertio, le marché est indifférent à la répartition, qui n’est pas de son ordre. Riches et pauvres tireront le même avantage du dernier franc dépensé — mais ils n’en dépenseront évidemment pas autant. Les inégalités existant au départ subsistent à l’arrivée.

27Quarto, le marché est un régulateur des échanges économiques et donc de la production, mais il n’en est pas le moteur. Selon les postulats mêmes du modèle de la concurrence, ce moteur est dans l’égoïsme matériel des agents économiques.

28Toutes ces limitations logiques permettent déjà de qualifier le système économique auquel le marché concurrentiel sert de paradigme : il est individualiste et matérialiste dans son principe.

29En pratique, s’ajoutent des limitations de fait, des imperfections de la concurrence. Celle-ci supposerait la rencontre d’un grand nombre de vendeurs et d’acheteurs, dont aucun n’aurait la prépondérance. En fait, il est des monopoles et des ententes, des positions dominantes, des pouvoirs politiques qui permettent de contourner les marchés ou d’en fausser le jeu. Ce n’est pas seulement une objection de fait ; dans la mesure où celui-ci est incorrigible et que certaines conditions d’efficacité du marché ne peuvent donc être remplies, il n’est plus forcément indiqué d’en remplir d’autres : face à un pouvoir de monopole, il n’est pas optimal que la clientèle soit atomisée ; face à l’entreprise, les travailleurs ont dû se syndiquer pour négocier utilement. Pouvoirs et contre-pouvoirs ont ainsi proliféré ; la concurrence a tué la concurrence (Joan Robinson). Et les interventions publiques se sont aussi multipliées, générant le système économique bâtard que nous connaissons et qui ne satisfait plus personne : ni les tenants du marché, puisque les interventions publiques en faussent le jeu, ni les partisans d’une économie planifiée, puisque les interventions se plaquent sur un fond d’économie de marché.

30Notre système économique est donc foncièrement individualiste, mais il est le théâtre d’innombrables actions de pouvoir, individuelles ou corporatistes. Ce système ne se laisse pas réduire à un choix de société, car nul n’en a décidé. Il ne se laisse pas réduire à une rationalité, car nul ne s’y tient. Il ne se laisse pas réduire à un modèle politique car nul ne le maîtrise. Il est une réalité historique mouvante, contrôlée dans certains des rapports sociaux qui le constituent mais incontrôlée dans d’autres rapports, par lesquels il est possible de le modifier.

31La crise de ce système est une réalité tout aussi ambiguë : elle n’a été ni tout à fait accidentelle, en conséquence de perturbations adventices, ni tout à fait fatale en conséquence nécessaire d’une « logique du système ».

32Enfin, notre action passée ou à venir dans ce système ne peut être ni politiquement neutre, puisqu’ordonnée à nos objectifs ou préférences socio-politiques, ni politiquement libre, puisque subordonnée à des conditions d’efficacité et soumise à des contraintes matérielles ou financières.

33Là sont nos marges de manœuvre, là sont nos responsabilités.

34Et puisque ces actions ne sont politiquement ni libres, ni neutres, il en va de nos responsabilités collectives comme de nos responsabilités individuelles : il ne nous est pas loisible d’y échapper en « ne faisant pas de politique ». « L’homme est libre, mais il n’est pas libre d’être libre » (Hans Küng).

35Quelles sont les valeurs en jeu ? Elles sont diverses et conflictuelles comme sur la liste ci-dessous qui en reprend quelques-unes, plus controversées, en deux colonnes qui ne doivent pas seulement aux contraintes typographiques de se situer l’une à gauche, l’autre à droite. Mais cette confrontation n’est pas une opposition ; il n’y a pas des valeurs d’un côté, des contre-valeurs de l’autre. Ce sont toutes des valeurs, et elles ne sont éventuellement en conflit qu’en raison de la faiblesse de nos compétences ou de notre charisme prophétique : ne pouvant déplacer les montagnes, nous devons les franchir — mais non les contourner : il ne s’agit pas de « choisir son camp » une fois pour toutes, en se donnant le confort intellectuel d’un radicalisme qui nierait l’ambiguïté de notre condition. Il faut sans cesse reconnaître les valeurs en jeu et arbitrer sans cesse les conflits qu’elles nous posent.

Valeurs communautaires

Valeurs personnelles

Convivialité, communauté

Emulation, concurrence

Egalité dans la solidarité

Effort et mérite individuels

Solidarités collectives, obligées

Solidarités individuelles, volontaires

Egalité de fait

Egalité de droit

Libertés collectives (capacités)

Libertés individuelles (droits)

Démocratie auto-gestionnaire

Elitisme, principes d’ordre et d’autorité

Démocratie réelle (résultats)

Démocratie formelle (procédures)

Idéalisme, utopisme

Réalisme, pragmatisme

Prophétisme

Efficacité

36Là est notre liberté responsable, là est singulièrement notre sainte liberté d’enfants de Dieu, éclairés par une foi qui n’oriente notre mission d’hommes qu’en lui proposant un sens. « Personne ne peut connaître vivant la paix du tombeau » (Simone de Beauvoir).

IV. Responsabilités collectives

« La société est une merveilleuse machine qui permet aux bonnes gens d’être cruels sans le savoir. »
ALAIN

37Les responsabilités de ce qui est, ou de ce qui fut fait dans le passé, sont nombreuses. Nombreuses dans leurs agents, qui appartiennent aux mêmes catégories sociales et aux mêmes nations que les victimes, et qui sont parfois victimes eux-mêmes. Nombreuses dans les formes que ces responsabilités ont prises : des égoïsmes matériels pas toujours conscients, des complaisances, des aveuglements.

38Ces responsabilités peuvent nous apparaître collectives, mais par dilution. Il y a dilution chaque fois que les erreurs commises le sont par myopie ou sous l’emprise de conditionnements, chaque fois aussi que le mal résulte d’un effet de composition global, non voulu. « Ich hatte das nicht gewolt, » se lamentait l’empereur Guillaume Ier en 1914-1918 ; cela ne le disculpait pas, mais cela suggère que sa responsabilité personnelle lui avait partiellement échappé, par myopie propre ou à l’intervention d’autres responsables. Dans notre vie économique, les responsabilités sont plus diluées encore et il me semble qu’on y rencontre plus de médiocrités que de machiavélismes. Et beaucoup d’égoïsmes, notamment corporatistes, sont mus par la peur.

39Observons que le souci d’identifier des responsables — ou des coupables — poursuit un objectif pratique qui est de sanctionner les responsabilités et d’obtenir réparation. On ajoutera donc qu’il y a responsabilité collective, mais par dilution toujours, lorsque les responsables personnels ne peuvent être identifiés ou qu’ils ont disparu, ou encore lorsque la réparation est hors de leur portée. Enfin et surtout, l’inventaire de nos maux sociaux suggère que beaucoup de responsabilités sont effectivement diffuses.

40L’économiste ajoutera ici que la quête des responsabilités historiques est souvent vaine. Certes, on ne remédie à un mal qu’en agissant sur ses causes, — mais ce mot ne renvoie pas à une détermination historique, à un processus écoulé ; il vise les conditions actuelles, motrices aujourd’hui et sur lesquelles il est donc utile d’agir. On a imputé l’inflation européenne des dernières années soixante au déficit chronique de la balance américaine des paiements. Ce déficit résolu, notre inflation a perduré parce qu’elle se nourrissait désormais de nos propres déséquilibres socio-économiques. Aujourd’hui, nous pouvons avoir lieu de nous plaindre du Président Reagan, des cheiks pétroliers, du Gouverneur de la Banque fédérale allemande ou du PDG de telle multinationale : à quoi bon, si nous n’avons pas barre sur eux ? A supposer même que nous soyons de pures victimes, nous ne pouvons qu’assumer collectivement la situation.

41Tout cela conduit à dé-culpabiliser nos responsabilités collectives. Non pour nier le mal, ni la nécessité d’une rédemption et d’une réconciliation : dé-culpabiliser n’est pas dé-moraliser. Mais pour déplacer l’accent de responsabilités passées, de l’ordre de la culpabilité, vers des responsabilités d’action.

42Les responsabilités de ce qui doit être sont autant collectives qu’individuelles. Elles peuvent être collectives par nécessité, comme ci-dessus ou lorsqu’une action globale, par exemple législative, est requise. Elles sont collectives par solidarité chaque fois qu’il s’agit d’aider des victimes du système ou de sa crise, donc de parer à leurs effets. Elles sont collectives enfin et en principe en vertu d’une communauté de destin à laquelle personne ne peut se soustraire et dans laquelle tous les groupes sociaux revendiquent effectivement leur droit de parole : c’est la participation démocratique, et c’est l’universalisme chrétien. Pas question donc de s’abriter derrière un jugement historique pour refuser de « payer les conséquences de la crise du système capitaliste ».

43En résumé, les responsabilités collectives à l’égard du passé appellent une dé-culpabilisation ; les responsabilités collectives à l’égard de l’avenir appellent une mobilisation. Les psychologues et les moralistes qu’inspire l’Evangile ne disent pas autre chose lorsqu’ils parlent de libération.

44Soyons clair : si la libération est ce qui unit une responsabilité dé-culpabilisée quant au passé à une responsabilité mobilisée en vue de l’avenir, c’est qu’il s’agit de libérer du mal actuel. Un mal que toutes nos ambiguïtés et dilutions ne peuvent donc conduire à masquer : on devra se borner à faire œuvre de libération au sein du « système », et même en exploitant les ressources du système, si l’on n’est pas en mesure de libérer du système — car les victimes n’ont pas le temps d’attendre un problématique grand soir. Mais on saura qu’en composant ainsi avec le système on accepte un mal, comme d’ailleurs chaque fois que nos limites nous forcent à transiger entre des valeurs en conflit. Il faut mesurer le danger qu’on court, au nom du réalisme ou de nos ambiguïtés : à refuser tout radicalisme, on risque de refuser la radicalité évangélique.

  • 5 Pierre Watté en parle dans sa contribution au présent volume ; on la raccrochera à la Légende du G (...)

45C’est une tension de plus à gérer — et je ne parlerais pas ici d’ambiguïté. Nous avons d’une part un souci d’efficacité qui peut être une façon de vivre la morale au présent et une forme d’engagement : dans une ambiguïté assumée qui sait et accepte qu’en se mouillant, on se salit. En face, ou à côté, nous avons une exigence plus radicale, prophétique, la peur de l’enlisement conformiste ou de la soumission5, un appel à la folie évangélique.

46Il ne s’agit plus cette fois de choisir même si, concrètement, l’homme d’affaires ou l’homme politique se situent à un pôle, le religieux consacré à l’autre pôle. Tous les chrétiens, clercs et laïcs, doivent tendre à respecter les deux ordres, et ils ne seront chrétiens qu’à ce prix. Le radical détaché des contingences vécues verse aisément dans le confort du purisme ; l’engagé que ne nourrit aucune inspiration prophétique verse facilement dans le pragmatisme et risque l’inconsistance morale.

47La vie politique, où les jeux de pouvoirs ne font la part belle ni aux idéaux, ni aux rationalités collectives, révèle durement la tension entre l’idéologie et le pragmatisme. En Uruguay, les conditions du retour récent à la démocratie furent négociées avec les militaires, ce qui a soulevé les critiques d’exilés lointains. Pour éviter la compromission, fallait-il refuser le compromis, prolonger la dictature et les souffrances de ses victimes ? Seuls pouvaient en juger des opposants convaincus mais concrètement impliqués sur place ; des gens aux prises avec les difficultés quotidiennes mais que motivait une vision politique d’ensemble.

48Irresponsabilité ou anomie : réconcilier le réalisme et le prophétisme est une rude exigence posée aux individus ; est-elle seulement concevable en termes de responsabilités collectives ?

49Une organisation sociale qui simulerait des idéaux chrétiens de liberté, de solidarité ou d’égalité (définis comment et par qui ?) les imposerait aux uns en réponse aux revendications des autres. Elle tomberait sous le coup de l’avertissement de Paul (1Co 13, 1-3) : « s’il n’y a pas la charité... » Elle ne serait donc pas chrétienne, même si elle est juste selon la justice humaine et donc assurément compatible avec le sens chrétien. Seule y sera chrétienne la lutte de certains en faveur d’autrui, — et sous réserve de l’esprit de cette lutte : le combat pour la justice sociale est-il mu par l’amour pour les pauvres, ou par la haine des riches ?

50A cette moralisation forcée de la société — société de droit où la Loi l’emporte déjà sur la force privée, mais l’emporte encore sur la Foi, — les tenants chrétiens du libéralisme économique opposent l’individualisme, qui est censé faire le plus de place à l’expression de générosités évidemment personnelles. C’est un sophisme, car il fait fi de l’humaine justice et de l’humaine solidarité et il n’atteint donc pas au degré zéro de la fraternité chrétienne. Mais il est vrai qu’un régime qui organise l’humaine justice et l’humaine solidarité n’a rien de spécifiquement chrétien.

51La générosité peut-elle être une vertu collective ? Un vaste groupement d’hommes aux sensibilités diverses peut-il, comme groupe, s’adonner à la joie d’un libre partage ? Question pour moi ouverte.

V. Péché et responsabilité

« Tu dis toujours la vérité bien que tu t’asseoies toujours entre deux chaises. »
Fedor DOSTOÏEVSKI

52En manière de postface — je ne suis que trop sorti déjà de mon domaine de compétence, — je voudrais mentionner le préjugé de foi qui sous-tend mon analyse et toucher ainsi, brièvement, à la notion de péché. Cela aidera le lecteur à « décoder » mon message et à se démarquer de moi.

  • 6 Ignace Berten présente éloquemment ces notions dans sa contribution au présent volume.

53S’il n’y a responsabilité collective quant au passé que par dilution, c’est, me semble-t-il, qu’il n’y a pas de péché collectif. Le mal collectif ou « institutionalisé » existe certes, et on peut même parler d’une « structure de péché » lorsque l’organisation sociale incite au péché6. Mais les acteurs du drame, les pécheurs sont des personnes, si nombreuses et interactives qu’on voudra mais qui sont seules dotées de conscience et de volonté. C’est par elles que les collectivités sont mues : en justice, une entreprise ne peut ester par elle-même mais seulement à l’intervention de ses dirigeants, qui la représentent et l’engagent.

54Le seul péché collectif que je conçoive est le péché originel, le mal qui est en nous du fait des limites de notre condition humaine : nos égocentrismes d’adultes avortés, les conditionnements et les peurs qui brident notre liberté, les doutes qui édulcorent nos charismes, — toutes limites qui nous font être inférieurs à nous-mêmes et à notre vocation d’êtres créés à l’image de Dieu, et qui nous plongent dans une « ambiguïté radicale ». Ce paradoxe cher aux existentialistes est signe d’absurdité pour certains. D’autres, croyants ou non mais que soutient une espérance, se perçoivent libres par delà leurs conditionnements et assument leur existence en la faisant tendre vers un but.

55La spiritualité sous-jacente à cette vue des choses, la lecture de l’Evangile qui m’inspire préférentiellement, est que Dieu veut l’homme debout et libre : « lève-toi et marche ». C’est en fonction de cette lecture libératrice de la Bonne Nouvelle que je me fais une morale de vie qui n’est pas nostalgique d’un passé (culpabilité) mais assomption d’un destin et construction d’un avenir au terme duquel se profile le Royaume.

Notes

1 Cette section emprunte à un article publié dans L’Entreprise et l’homme, 1984, no 1, p. 29-32.

2 Il n’est pas de notre propos d’envisager ici d’autres orientations de politique économique. On en trouvera l’esquisse dans The Irrelevance of Aggregative Policies against Inflation under Conditions of Resource Misallocation, dans Bulletin de l’IRES, no 89, 1984.

3 Dans sa contribution à ce volume, Ignace Berten parle significativement d’aveuglements plutôt que de myopies.

4 Faire face à la crise. Rapport du Parti socialiste, Bruxelles, 1982.

5 Pierre Watté en parle dans sa contribution au présent volume ; on la raccrochera à la Légende du Grand Inquisiteur de F. Dostoïevski dans Les Frères Karamazov.

6 Ignace Berten présente éloquemment ces notions dans sa contribution au présent volume.

Auteur

Économiste, professeur à l'Université catholique de Louvain.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search