Version classiqueVersion mobile

Imaginaire et création historique

 | 
Philippe Caumières
, 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif constitue le second volume de la série des « Cahiers Castoriadis ». Il présente, pour l’essentiel, les actes des journées d’études qui ont eu lieu à Bruxelles, aux Facultés universitaires Saint-Louis, les 28 et 29 avril 2005, sous le même titre : « Imaginaire et création historique ». Ces journées ont été organisées par le groupe de recherches « Castoriadis » (groupe constitué à cette date par Sophie Klimis, Laurent Van Eynde, Philippe Caumières, Olivier Fressard, Francesco Gregorio et Michel Vanni).

2Selon Castoriadis, « l’histoire est création, ce qui veut dire : position de nouvelles formes et figures, de nouvelles significations, c’est-à-dire auto-institution ». Ce que Castoriadis nomme « imaginaire social » est une puissance de création à l’œuvre dans l’histoire. Chaque société s’auto-institue par la création d’un monde propre irréductible à l’effectuation de possibles prédéterminés. Affirmation qui conduit à refuser toute continuité immanente à l’évolution historique et même toute relecture a posteriori de la précursion d’une époque par une autre.

3Cette compréhension du social-historique rompt avec la philosophie classique qui, obnubilée par la recherche du sens global de l’histoire, s’interdit de penser l’émergence effective d’une nouveauté radicale. La position de Castoriadis conduit à refuser l’idée de la continuité de l’évolution historique et met l’accent sur les ruptures. La signification étant irréductible à la causation, l’histoire ne peut pas plus, du coup, être pensée en termes causals que déterministes. Cette position est-elle tenable pour les sciences humaines comme pour la philosophie de l’histoire ? Le souci de saisir la nouveauté ne conduit-il pas Castoriadis à un certain irrationalisme ?

4Ce second volume des « Cahiers Castoriadis » poursuit un triple but :

  1. Mettre en perspective l’originalité de la pensée de l’histoire de Castoriadis au départ des concepts d’imaginaire et de création.
  2. Montrer comment Castoriadis semble n’être pas toujours lui-même fidèle à cette position de principe lorsqu’il développe des analyses concrètes (surtout de la Grèce ancienne) – il s’agit ici d’une critique interne.
  3. Faire de cette philosophie de la création historique et de l’imaginaire social l’objet d’un débat plus large en l’interrogeant et en la remettant en cause à partir d’autres pensées, d’autres courants philosophiques et des sciences humaines – il s’agit ici de développer une critique externe.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search