Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

III. Essais et études concrètes

État et société en Afrique

Réflexions autour du cas du Zaïre

Gauthier De Villers

Texte intégral

  • 1 J.F. BAYART, L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989, p. 24.
  • 2 Par exemple, G. BALANDIER, Sociologie de l’Afrique noire, Paris, P.U.F., 1955.
  • 3 J.F. BAYART, op. cit., p. 42.

1Les représentations de l’Afrique manifestent souvent ce que J.-F. Bayart appelle le « paradigme du joug ». L’Afrique tend à être vue comme une victime passive, soumise au joug de l’Occident impérialiste, de despotes autochtones, d’une nature inclémente1. Mais ce type de représentation, combattu depuis longtemps par quelques précurseurs2, paraît aujourd’hui de plus en plus largement contesté. De nombreux auteurs mettent désormais l’accent sur les dynamiques autonomes des sociétés africaines. Certains vont jusqu’à souligner que le fait majeur de l’histoire contemporaine de l’Afrique serait la capacité dont témoignent les sociétés du continent à échapper, par des comportements de résistance ou de dérobade et par la subversion des modèles culturels importés, à l’entreprise de domination poursuivie par les pouvoirs politiques et par les forces économiques liés à l’Occident. Bayart écrit en ce sens : « Si l’on excepte le cas de la République sud-africaine, le trait saillant qui se dégage en définitive des trois derniers siècles est, non pas l’intégration croissante de l’Afrique à l’économie-monde occidentale, mais au contraire l’impuissance de celle-ci à faire basculer le continent dans son champ d’attraction »3.

  • 4 J.F. BAYART, La revanche des sociétés africaines, in Politique Africaine, II, sept. 1983, pp. 95-1 (...)

2Dans un autre texte, Bayart explique les échecs ou blocages du processus d’intégration de l’Afrique dans l’économie mondiale capitaliste par les formes de résistance que lui oppose la société civile. L’Etat africain, tout en obéissant à une logique propre, participerait pour sa part à l’entreprise de mise en dépendance de la société menée par des forces extérieures. Bayart écrit que l’évolution des sociétés africaines est caractérisée par « deux mouvements complexes et contradictoires » : « D’un côté, le processus de mise en dépendance des sociétés africaines et, sans qu’il se confonde complètement avec lui, celui de la totalisation étatique, promue par des acteurs sociaux qui tirent leurs meilleures ressources de cette dépendance, pour avoir pu en faire le vecteur de leur domination. De l’autre, le travail, insidieux ou brutal, de réappropriation et de détotalisation de l’Etat postcolonial par la société »4.

  • 5 G. HYDEN, Beyond Ujamaa in Tanzania. Underdevelopment and uncaptured peasantry, London, Heinemann, (...)
  • 6 Ibid., p. 35.

3L’idée que les sociétés d’Afrique Noire réussiraient à échapper, au moins dans une large mesure, à l’emprise du système économique exporté par l’Occident a été soutenue par un autre politologue, Goran Hyden. Selon cet auteur, la capacité d’esquive des sociétés africaines s’expliquerait par la place prépondérante qu’occupe encore dans ces sociétés une paysannerie dont le mode de production est régi par la loi de la subsistance plutôt que par celle de la valeur5. Quand les pressions extérieures, celles exercées par la classe dominante et par l’Etat, lui deviennent insupportables, cette paysannerie a la faculté de se replier sur l’économie d’autosubsistance, de se réfugier dans son mode de production6. La paysannerie africaine serait donc non captive.

  • 7 P. GESCHIERE, La paysannerie africaine est-elle captive ? Sur la thèse de Goran Hyden, et pour une (...)
  • 8 G. HYDEN, op. cit., pp. 31 et 33.

4On a critiqué, je crois avec raison, ces thèses de Hyden en soulignant qu’elles reposaient sur une surestimation de la capacité des paysanneries africaines à se retirer de l’économie de marché7. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est l’idée de la non-captivité des sociétés d’Afrique Noire et la question du rôle que joue l’Etat dans ce phénomène. Comme Bayart, mais plus nettement que lui, Hyden explique par les caractéristiques de la société (de la société comme réalité distincte de celle de l’Etat) l’autonomie fondamentale que sauvegardent les sociétés africaines. En tant qu’il est aux prises avec l’Occident, l’Etat est agent de modernisation, de développement. Hyden dira que le principal obstacle au développement des économies africaines n’est pas la dépendance de la « petite bourgeoisie » qui contrôle l’Etat à l’égard du capital international, mais le fait que cette dépendance s’arrête au niveau de l’Etat du fait de l’incapacité de celui-ci à plier la paysannerie aux exigences de l’accumulation8.

5Or, l’observation d’un pays comme le Zaïre conduit à se demander si dans un tel cas — je ne me prononcerai pas sur la question du degré de représentativité de l’exemple zaïrois, soulignant simplement, après divers auteurs, que le Zaïre ne constitue en tout cas pas une forme exceptionnelle ou aberrante —, l’Etat ne joue pas lui-même un rôle autonome et capital dans ce processus d’insoumission de l’Afrique par rapport aux systèmes et modèles triomphants à l’échelle mondiale.

La question de la dépendance extérieure

6Le régime zaïrois ne saurait survivre sans les soutiens qu’il reçoit de l’extérieur (octroi de crédits, coopération multiforme, interventions militaires comme en 1977 et 1978 lors des invasions du Shaba par les ex-gendarmes katangais,...) Mais cette dépendance implique-t-elle que les caractères du régime et son mode d’action soient déterminés par une logique externe ?

  • 9 J.P. PEEMANS, Accumulation and Underdevelopment in Zaïre, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), The Crisis in (...)

7Analysant la situation que connaît le Zaïre depuis la seconde moitié des années 70, situation caractérisée par la contraction des ressources de l’Etat (principalement liée à la chute des cours du cuivre) et par l’alourdissement de la situation d’endettement et de la pression des créanciers, J. P. Peemans écrit : « Le Zaïre devient alors (...) l’exemple type d’un pays placé sous dépendance multilatérale, où des institutions multilatérales sont capables d’imposer des normes contraignantes (direct norms) de gestion des ressources liées à l’exportation au profit de l’accumulation transnationale, et moyennant la complète disparition de l’autonomie nationale (with a complete loss of a national space of autonomy) »9.

  • 10 J.-P. PEEMANS, Le Zaïre sous le régime de Mobutu. Les grandes étapes de l’évolution économique et (...)

8Peemans songe ici aux différents plans de stabilisation qui ont été adoptés depuis 1976 par le pouvoir d’Etat zaïrois sous la pression du F.M.I. et d’autres organes représentant les intérêts des créanciers du pays. Le plus draconien de ces plans est le plan d’ajustement et de libéralisation de l’économie entré en vigueur en 1983· Ce plan n’est pas resté un « tigre de papier ». Le gouvernement zaïrois a effectivement mené une politique d’« assainissement ». Il a, en particulier, procédé à une rigoureuse réduction de ses dépenses publiques : ainsi, entre 1982 et 1985, le nombre d’employés de la fonction publique est passé de 444 000 à 289 000 personnes10. D’autres mesures d’envergure ont été appliquées. Leur principale finalité était de permettre un remboursement limité mais substantiel des créanciers extérieurs. De 1984 à 1986, le Zaïre a consacré environ 30 % de ses recettes d’exportation et 50 % du budget de l’Etat à ces remboursements.

  • 11 J.-C. WILLAME, La politique africaine de la Belgique à l’épreuve : les relations belgo-zaïroises ( (...)
  • 12 M.G. SCHATZBERG, Administration et oppression du Zaïre. Une approche au niveau local, in Collectif (...)
  • 13 H. VAN BALEN, Les soins de santé au Zaïre, in Collectif, Pile ou face,..., op. cit., pp. 203-214.
  • 14 J.-C. MICHEL, L’enseignement au Zaïre, in Collectif, Pile ou face,..., op. cit., pp. 215-229.

9La mise en œuvre d’une telle politique montre bien les contraintes qui pèsent sur l’Etat zaïrois du fait de sa dépendance. Il est obligé de témoigner à l’égard de ses partenaires occidentaux d’une certaine « bonne volonté » afin de se mettre dans une position lui permettant de bénéficier de nouvelles aides. Mais ces manifestations de bonne volonté ne vont jamais jusqu’à remettre en cause la logique même d’action de l’Etat. Le dégagement de ressources au profit des créanciers extérieurs se réalise sans que le pouvoir central réforme son propre mode de fonctionnement et sans qu’il diminue son train de vie. Les conflits qui surgissent périodiquement avec des organismes tels que le F.M.I. ou la Banque mondiale sont d’ailleurs provoqués par des questions comme celles des capitaux détenus à l’étranger par des personnalités du régime, du montant de la dotation présidentielle, de la disparition de recettes dans les caisses de l’Etat11. L’« assainissement » signifie alors, en fait, simplement un désengagement financier de l’Etat central qui assume de moins en moins ses tâches essentielles (par exemple, en matière d’entretien des routes) et garde de plus en plus pour lui-même (c’est-à-dire pour le bénéfice de ses agents et pour l’accomplissement des actions que le pouvoir juge politiquement nécessaires) ses ressources budgétaires. Le leitmotiv des représentants du pouvoir central, quand ils s’adressent aux organes décentralisés ou déconcentrés de l’Etat ou aux responsables de domaines comme l’enseignement ou la santé, est désormais : « L’Etat n’a plus d’argent. Débrouillez-vous par vous-même ». Dans des domaines comme l’administration territoriale12, les soins de santé primaire13, l’enseignement14, l’Etat appelle ses agents à rechercher l’autofinancement le plus large possible, c’est-à-dire en fait, le financement par les populations elles-mêmes.

  • 15 M.G. SCHATZBERG, Politics and Class in Zaïre. Bureaucracy, Business and Beer in Lisala, New-York-L (...)

10Ce comportement de l’Etat central, consistant à résoudre ses difficultés financières en les reportant sur d’autres et en abdiquant ses responsabilités, se retrouve à tous les niveaux. Schatzberg a montré que les chefs des collectivités territoriales, confrontés au problème de l’insuffisance des rentrées financières, continuent à opérer à leur profit, à celui de leurs associés ou des organes de tutelle, des prélèvements dans le budget de l’administration locale, mais équilibrent leurs finances en ne payant pas les salaires d’agents subalternes et en assurant de moins en moins les dépenses nécessaires au fonctionnement des services publics15.

  • 16 Jeune Afrique, no 1475, 12 avril 1989.

11Les mesures d’assainissement décidées par l’Etat ne s’inscrivent que très partiellement dans la logique de rationalisation de la gestion économique préconisée par le F.M.I. ; elles répondent le plus souvent à une règle simple : la diminution des ressources allouées à chaque organe sera directement proportionnelle à son éloignement par rapport au centre du pouvoir. Certes, il est possible que la contraction des ressources de l’Etat soit aujourd’hui telle que les élites et la classe dominante en soient elles-mêmes affectées, mais, dans ce cas, il semble bien que l’attitude adoptée au sommet de l’Etat consiste à restreindre l’accès à ces groupes plutôt qu’à les faire renoncer collectivement à certains de leurs avantages ou privilèges. C’est sans doute dans cette perspective qu’il faut interpréter la décision prise par l’Office zaïrois du café (dont le patron est un des « barons » du régime) de n’accorder pour la campagne 1988-89 que 40 licences d’exportation de café alors que, lors de la campagne précédente, le nombre de bénéficiaires était près de cinq fois plus élevé16.

  • 17 Cité in J. COPANS, Du vin de palme nouveau dans de vieilles calle basses ? A propos de l’Etat, des (...)
  • 18 Th. M. CALLAGHY, Africa’s debt crisis, in Journal of International Affairs, I, 1984, pp. 6l-79, p. (...)

12Examinant le cas du Zaïre, on ne peut que souscrire à ce qu’écrit R. Bates à propos du Kenya : « Le postulat de la littérature dépendantiste — que les prêteurs internationaux définissent les termes du prêt et forcent les gouvernements débiteurs à adopter des politiques fondées sur la liberté du marché — ne s’est révélé qu’en partie exact. Les prêteurs essayent d’appliquer des politiques en ce sens. Mais ils n’y parviennent pas »17. Dépendants économiquement, des Etats comme ceux du Kenya ou du Zaïre n’en sont pas moins souverains politiquement et cela leur confère une grande faculté de résistance aux demandes et pressions de leurs créanciers. Ceux-ci, note Callaghy, parlant plus particulièrement du Zaïre mais étendant ses observations à l’Afrique en général, cherchent à imposer à leurs débiteurs des formes bureaucratiques (au sens wéberien, donc des formes « rationnelles-légales ») de gestion, mais à chaque fois qu’il y a conflit entre les impératifs d’un système bureaucratique et les impératifs du système patrimonial patriarcal, c’est ce dernier qui tend à l’emporter18.

  • 19 B. VERHAEGEN, Les safaris technologiques au Zaïre, in Politique africaine, 18, juin 1985, pp. 71-8 (...)

13Rien ne serait plus faux, bien entendu, que de voir simplement dans les acteurs extérieurs les agents d’une tentative de rationalisation du système zaïrois. Il a été amplement démontré que des banquiers, entrepreneurs, experts occidentaux sont souvent les instigateurs, toujours les cobénéficiaires des détournements des ressources publiques opérés dans le cadre d’investissements ou de projets de développement qui ont pour principale sinon pour seule finalité de créer l’occasion de tels détournements19.

  • 20 En ce sens, voir C. YOUNG, Ideology and Development in Africa, New Haven and London, Yale Universi (...)
  • 21 C. YOUNG and Th. TURNER, The Rise and Decline of the Zairian State, Madison-London, The University (...)
  • 22 J. RYMENAM, Classes sociales, pouvoir et économie au Zaïre ou « Comment le sous-développement enri (...)
  • 23 Th. M. CALLAGHY, The International Community and Zaïre’s Debt Crisis, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), o (...)

14Mais je ne crois pas que l’on doive, pour analyser le développement du système prédateur et parasitaire zaïrois, faire intervenir l’idée d’une stratégie délibérée et coordonnée du capitalisme international. Le phénomène que l’on observe plutôt, c’est, à mon sens, une adaptation pragmatique à la situation zaïroise de divers acteurs étrangers qui n’ont en vue que leurs profits à court terme20. Les Etats occidentaux et des organes de gestion des intérêts généraux du système capitaliste tels que le F.M.I. sont, eux, plus soucieux de la mise en place au Zaïre d’un système économiquement et socialement viable. Ce sont alors avant tout des facteurs politiques qui expliquent le soutien que, jusqu’à présent, ils ont toujours fini par accorder au régime de ce pays. Comme l’écrivent Young et Turner, le président Mobutu utilise très efficacement à l’égard du monde occidental, l’argument « Moi ou le chaos »21. Il s’est rendu irremplaçable, ou du moins a donné une grande force de conviction à l’idée qu’il serait irremplaçable, en faisant tout pour rendre une réelle alternative à son régime difficilement crédible : neutralisation des oppositions par la répression et en débauchant ses représentants ; surtout peut-être, création d’une société à l’image de son Etat par l’instauration d’un système conduisant à la généralisation à tous les niveaux de la société des pratiques de corruption22. Or, en même temps, le président démontre l’importance géopolitique de son pays en menant un jeu diplomatique actif, favorable aux intérêts de l’Occident (c’est-à-dire, à l’interprétation que l’on s’en fait, en particulier à Washington). Et, par un apparent paradoxe, les relations d’endettement renforcent encore la position de l’Etat zaïrois dans ses rapports avec l’Occident. Le système financier international n’accepte pas que ses grands débiteurs puissent être déclarés en faillite. Il faut que les plus démunis ou les plus naufragés de ceux-ci aient la tête maintenue hors de l’eau grâce à des accords « standby », à des mesures de réaménagement de la dette, même à des décisions annulant une partie de celle-ci. Du fait de cette logique des relations d’endettement, « les acteurs occidentaux sont tenus de se porter garants (are responsible for bailing out) des régimes qu’ils soutiennent. Il s’agit presque d’une forme de « néo-colonialisme inversé »23.

Rationalité de l’Etat et développement politique

  • 24 C. YOUNG, Zaïre : Is there a State ?, in Canadian Journal of African Studies, I, 1984, pp. 80-82, (...)
  • 25 J.-L. AMSELLE, Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali, in Politique Africaine, 26, juin 1987, (...)
  • 26 G. ROCHER, Introduction à la sociologie-générale, tome 3, Le Changement social, Paris, Ed. HMH, 19 (...)

15Après avoir fait observer que les différentes théories de l’Etat ont en commun de mettre en œuvre des définitions de type fonctionnaliste (l’Etat comme instance d’arbitrage entre les intérêts de groupes en compétition ; l’Etat comme outil grâce auquel la classe dominante s’assure la direction de la société,...), Crawford Young se demande si l’examen du cas zaïrois ne doit pas conduire à admettre la possibilité que l’Etat perde sa capacité de comportement rationnel24. Cette interrogation peut surprendre. On sait depuis longtemps, grâce aux travaux d’anthropologues, qu’il existe divers types de rationalité. Amselle reproche à ceux qui considèrent l’Afrique « mal partie » d’en juger d’après le modèle de la rationalité occidentale. « Les économies des pays africains, écrit-il, sont parfaitement adaptées à leur objet », tout le problème étant de reconnaître la spécificité de cet objet (il évoque le cas d’hommes d’affaires maliens qui accordent une plus haute importance à leur réputation sociale qu’à l’accumulation de profits)25. Ces observations ont une certaine pertinence, mais elles ne prennent pas en considération le fait que l’Afrique est aujourd’hui inéluctablement confrontée à l’impératif du développement. Bien sûr, il faut dire ici encore qu’il n’y a pas une seule voie de développement, mais différentes formes historiques concrètes de celui-ci. La notion générale de développement a néanmoins un certain contenu et celui-ci met en jeu cette rationalité que l’on appelle occidentale (du moins la structure formelle de celle-ci que Weber a bien mise en lumière). Je retiendrai la définition proposée par Rocher : le « développement », c’est la « totalité des actions entreprises pour orienter une société vers la réalisation d’un ensemble ordonné de conditions de vies individuelles et collectives, jugées désirables par rapport à certaines valeurs »26. On voit que, défini de cette manière, le développement est un processus qui engage une rationalité de type wéberien, c’est-à-dire qui requiert une démarche caractérisée par la recherche des moyens les plus efficaces pour atteindre une fin délibérément choisie et posée comme désirable en vertu d’un jugement de valeur déterminé.

16Tout Etat, aujourd’hui, sous peine de s’engager dans un processus plus ou moins rapide de déclin, doit poursuivre un développement (économique, politique, culturel) du système social dans lequel il s’inscrit. Un Etat qui aurait pour objectif réel fondamental l’enrichissement des détenteurs du pouvoir ne saurait dès lors être considéré comme rationnel (je pose la question de la rationalité de cet Etat, non de celle de ses dirigeants en tant qu’individus). D’ailleurs, un tel Etat ne pourrait reconnaître que cet objectif constitue sa fin véritable ; il devrait affirmer et feindre de poursuivre (ce qui implique non seulement des discours, mais aussi des actes) des buts à caractère impersonnel s’inscrivant dans un projet de développement.

  • 27 M.G. SCHATZBERG, Politics and Class in Zaïre op. cit·., pp. 181-182.

17Schatzberg fait remarquer que les politologues commettent souvent l’erreur d’imputer aux contraintes du sous-développement et de la dépendance les écarts ou discordances qu’ils observent en Afrique postcoloniale entre les projets déclarés du pouvoir et ses réalisations effectives. Certes, ces contraintes existent, mais il faut se demander si les discours reflètent bien toujours des intentions réelles. Dans le cas du Zaïre, il n’en serait rien. Le personnel politique, affirme Schatzberg, à quelque niveau de l’appareil d’Etat qu’il se situe, est avant tout préoccupé, à un petit nombre d’exceptions près, par l’accumulation personnelle de capital27. Sans doute. Mais il faut immédiatement préciser que cette accumulation personnelle n’est pas orientée seulement, ni même peut-être principalement, vers la consommation privée des richesses appropriées. Elle alimente des pratiques de redistribution de type clientéliste. On doit alors envisager l’hypothèse que de telles pratiques contribuent à un processus de développement politique, de construction d’un système étatique centralisateur et intégrateur, condition nécessaire à un développement économique et social qui pourrait s’accomplir dans une étape ultérieure.

  • 28 J.-F. BAYART, op. cit.
  • 29 Par exemple, pour le cas du Zaïre : J.C. WILLAME, Zaïre : système de survie et fiction d’Etat, in (...)
  • 30 J.-F. BAYART, ibid., pp. 323-324.
  • 31 Ibid., pp. 257-258.

18Je partirai ici du livre de Bayart, L’Etat en Afrique, qui comporte de nombreuses références au cas zaïrois28. Bayart se démarque, quoique de manière très nuancée, des thèses qui affirment l’inexistence ou le caractère fictif de l’Etat29 dans un certain nombre de situations africaines30. Il cherche à établir que l’on assiste bien à un processus positif de construction étatique en Afrique noire, même s’il se montre finalement sceptique quant à la possibilité que ce processus arrive à maturation et envisage un phénomène de déclin de l’Etat31.

  • 32 Ibid., p. 146.

19Le processus de construction étatique en Afrique devrait être analysé en recourant au concept gramscien d’hégémonie. L’Etat postcolonial, qui s’érige dans un contexte de « crise organique », est à la recherche d’une nouvelle hégémonie32. Bayart ne précisant pas clairement la signification qu’il donne à ce concept, j’en proposerai une sorte de définition minimale, la notion d’hégémonie désigne simultanément, d’une part, le phénomène de réalisation, dans un cadre étatique, d’une forme d’alliance relativement stable et solide entre des groupes sociaux puissants et influents, d’autre part, le phénomène de soumission de l’ensemble de la société à une entreprise de domination à la fois politique, économique et culturelle (pour Gramsci, on le sait, ce dernier aspect est fondamental) menée par le « bloc » au pouvoir.

  • 33 Ibid., p. 193.
  • 34 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 152-154.

20Bayart distingue différents « scénarios » de la recherche hégémonique. Celui que l’on peut tenter d’appliquer au Zaïre est le scénario de l’« assimilation réciproque des élites ». Quand cette formule politique prédomine, le processus de « totalisation étatique » s’opère par l’inclusion de forces sociales et politiques concurrentes plutôt que par des pratiques d’exclusion. Bayart évoque à cet égard le cas exemplaire du Cameroun du président Ahidjo où le pouvoir s’associait, au niveau des instances représentatives du régime, les porte-parole de la quasi-totalité des régions du pays et procédait à des « arbitrages locaux permanents » entre les différentes strates historiques de l’élite (chefs traditionnels, chefs mis en place par la colonisation, élites scolarisées)33. Au Zaïre également, le pouvoir d’Etat témoigne d’une grande habileté à impliquer dans son système et dans son jeu politiques les diverses composantes de l’élite. Les opposants, ou plus généralement les concurrents ou rivaux possibles du régime — ainsi, par exemple, les politiciens de la Première République — ont, certes, souvent fait l’objet de mesures de répression, mais ils ont aussi, dans un grand nombre de cas, été intégrés ou réintégrés dans la sphère politique, ou encore ont pu, avec l’appui de l’Etat, développer des affaires fructueuses. L’Etat, d’autre part, a réussi, dans une large mesure, à absorber les élites intellectuelles ; sans doute, de nombreux universitaires sont-ils marginalisés ou amenés à l’exil, mais le pouvoir est toujours parvenu à s’associer de grands intellectuels (l’entourage politique présidentiel est réputé pour sa compétence) et une fraction substantielle de l’intelligentsia bénéficie de postes prestigieux et lucratifs. Évoquons un dernier aspect de cette politique. On dit souvent que le régime zaïrois est dominé par des gens originaires de la région de l’Equateur, celle du président, mais cette domination paraît n’être réelle que dans l’appareil militaire et de sécurité. Selon Young et Turner, l’examen, par exemple, de l’origine ethnique des ministres et hauts cadres du Parti dans la période 1965-1975 ne révèle pas de discriminations marquantes34.

  • 35 J.-F. BAYART, ibid., pp. 134, 222 et sv, 257 et sv., 317.

21Un processus comme celui de l’« assimilation réciproque des élites » témoigne de la relative efficacité de la machine étatique. Mais, poursuit Bayart, il ne faut pas trop, ou en tout cas pas seulement, mettre l’accent sur ce fonctionnement de l’Etat comme machine assimilatrice et unificatrice. L’Etat africain est plural. Il a des fondements hétérogènes du point de vue social, géographique, culturel. Et ce caractère composite se retrouve dans la nature du système étatique. Les acteurs politiques s’organisent en de multiples factions et l’Etat est le produit du jeu de ces factions plutôt que l’expression d’une faction dominante. Bayart se demande dès lors s’il est bien juste de voir dans l’Etat africain l’instrument ou la matrice d’une nouvelle classe dominante, s’il ne faudrait pas plutôt substituer au concept de classe dominante celui, proposé par D.C. Martin dans une étude sur la Tanzanie, d’une « alliance hétérogène de groupes »35.

22La complexité des situations africaines justifie de croiser, comme le fait Bayart, des schèmes d’analyse différents. Encore faut-il pouvoir montrer comment ces schèmes s’articulent. Il ne me paraît pas évident que Bayart y parvienne.

  • 36 J. WATERBURY, Le Commandeur des Croyants. La monarchie marocaine et son élite, Paris, P.U.F., 1975
  • 37 R. LEMARCHAND, Bringing factions back into the State, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), op. cit., pp. 51- (...)
  • 38 Ibid. pp. 63-64.

23Pour qu’un système politique fonctionnant de manière factionnelle puisse s’engager dans une entreprise de construction hégémonique, il faut que l’Etat soit capable d’assurer efficacement l’arbitrage entre factions et de construire à partir de là une alliance durable entre les groupes sociaux sur lesquels ces factions exercent leur emprise. C’est ce type de situation que l’on observe dans le Maroc d’Hassan II36. R. Lemarchand a confronté ce cas à celui de quatre autres pays d’Afrique, le Tchad, le Rwanda, le Burundi et le Zaïre37. Il conclut que, dans aucun de ces pays, les conditions rendant possible le fonctionnement du système marocain ne se trouvent réunies. Le Zaïre de Mobutu est cependant celui des Etats analysés qui se rapproche le plus du modèle marocain. Comme le Commandeur des Croyants, le Maréchal-Président réussit à exploiter à son avantage les mécanismes du système « diviser pour régner ». Mais l’analyse de Lemarchand conduit à se demander si cette capacité de l’Etat zaïrois à assurer un arbitrage (« bargaining ») entre factions lui permet de mettre effectivement la société sous son emprise. Les réseaux du clientélisme factionnel ont ici une faible étendue et profondeur. Les leaders des réseaux sont peu aptes à assumer le rôle d’intermédiaires entre le « centre » et la « périphérie » du système social. Le souci de conserver ou de consolider ses privilèges marque à un tel point les actions du pouvoir central qu’il compromet le fonctionnement d’un système basé sur le patronage et sur l’arbitrage entre les réseaux concurrents du clientélisme38.

24Évoquons brièvement un seul exemple pour illustrer ces affirmations. Le pouvoir zaïrois a décidé en 1973 la « zaïrianisation » — donc la dévolution à des nationaux — de différentes catégories d’entreprises possédées par des étrangers. A la suite de cette décision, une réunion regroupant les membres du Bureau politique du Parti, les membres du gouvernement et les députés, soit environ 300 personnes, s’est tenue. Les participants à cette réunion se sont partagé l’essentiel du butin (grandes exploitations agricoles et principaux négoces), excluant des bénéfices de l’opération non seulement la bourgeoisie commerçante, mais aussi toutes les fractions de l’élite dirigeante qui n’étaient pas représentées à la réunion (officiers supérieurs de l’armée, magistrats, professeurs d’université, ambassadeurs,...). Cette mesure provoqua un tel tollé que le régime engagea, fin 1974, une politique dite de « radicalisation », qui avait notamment pour objectif le transfert à l’Etat de l’essentiel du patrimoine qui avait été zaïrianisé. Mais la radicalisation n’eut que peu d’effet, ne modifia guère fondamentalement la situation créée par les décisions antérieures.

  • 39 M.G. SCHATZBERG, The State and the Economy : the « Radicalisation of the Revolution » in Mobutu’s (...)

25Dans le contexte d’un pays sous-développé, les mesures de récupération des biens détenus par des étrangers provoquent nécessairement des difficultés économiques au moins passagères ; dans le cas examiné, du fait qu’un pur jeu de rapports de pouvoir avait présidé à l’attribution des entreprises, les mesures de zaïrianisation et de radicalisation provoquèrent un désastre économique. Le régime fut contraint de tenir compte de cette situation et des pressions occidentales, et il procéda en 1976 à la restitution, selon certaines modalités, des biens zaïrianisés ou radicalisés39.

  • 40 J. MAC GAFFEY, Entrepreneurs and Parasites. The Struggle for indigenous Capitalism in Zaire, Cambr (...)

26Ce processus révèle les faiblesses, sinon le caractère contradictoire, du système patrimonial zaïrois. Les infirmités de l’appareil d’Etat et l’absence de cohésion du groupe social dominant conduisent à enrayer les mécanismes de l’accumulation et à restreindre la capacité de redistribution des détenteurs du pouvoir, capacité qui est cependant la condition de fonctionnement du système patrimonial40.

  • 41 Th.M. CALLAGHY, The State-Society Struggle. Zaire in comparative Perspective, New York, Columbia U (...)
  • 42 A. de TOCQUEVILLE, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Gallimard, 1967.

27Il me paraît donc difficile de parler dans le cas du Zaïre d’un processus positif de développement politique. La tentative faite par Callaghy pour établir un parallélisme entre la construction de l’Etat français par la monarchie absolutiste et la construction de l’Etat zaïrois par le régime du président Mobutu ne me paraît guère plus convaincante que le recours au schème gramscien de la construction d’un système hégémonique41. Certes, Callaghy montre bien qu’on peut procéder à une série d’analogies fructueuses entre la France de Louis XIV et le Zaïre de Mobutu, mais l’essentiel de ce qui a fait l’œuvre institutionnelle durable de l’Ancien Régime français ne se retrouve pas (d’après l’analyse même que développe Callaghy) clans l’évolution du Zaïre : la mise en place d’un corps centralisé et hiérarchisé de fonctionnaires formant un groupe social cohérent, ayant acquis ce que Tocqueville appelle des « mœurs administratives » et tenant sous sa tutelle l’ensemble du corps social42.

  • 43 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., p. 44.

28La problématique la plus juste me semble être celle développée par Young et Turner qui parlent d’un processus de déclin de l’Etat au Zaïre, c’est-à-dire d’un phénomène de régression de la capacité de gestion politique de la société (déclin par rapport à la période coloniale, mais aussi par rapport au système mis en place dans les premières phases de l’évolution du régime, soit les années 1965-1974)43.

Etat et société

  • 44 G. HYDEN, Beyond Ujamaa..., op. cit., p. 18 et La crise africaine et la paysannerie non capturée, (...)

29Revenons aux thèses de Hyden évoquées au début de ce texte. L’Afrique se distinguerait des autres régions du monde par le fait que la paysannerie n’y disparaît pas, par le rôle économique et social qu’y joue aujourd’hui un mode de production paysan. Comme tout autre, ce mode de production imprime une certaine logique à l’économie. Hyden dira alors que, dans la mesure où elles sont déterminées par le mode de production paysan (l’influence de celui-ci est concurrencée par celle du capitalisme), les économies africaines sont des « économies de l’affection ». L’économie de l’affection se caractérise par le fait qu’une logique de reproduction de liens sociaux fondés sur « le sang, la parenté, la communauté ou quelque autre affinité comme la religion » y prévaut sur une logique de production44.

  • 45 Ibid., p. 27.

30Le système de l’économie de l’affection a ses fondements dans le mode de production paysan, mais il ne se limite pas au monde rural il marque de son empreinte toute la société ; il réussit même à subvenir l’Etat. Impuissants à assujettir la paysannerie à leur logique de centralisation politique et d’accumulation économique, du fait de la fragmentation de la société paysanne et de sa capacité de repli sur l’économie de subsistance, l’Etat et la classe dominante sont contraints — pour se donner une certaine légitimité et pour avoir un minimum d’efficacité — à accommoder leur mode d’action au système de l’économie de l’affection45.

  • 46 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., p. 28.

31L’intérêt de ce point de vue est qu’il met en cause l’idée d’une extériorité radicale des Etats africains par rapport à leurs sociétés et indique dans quelle direction rechercher l’articulation entre sphère étatique et sphère civile. Se référant à Hyden, Young et Turner soulignent que les rapports entre Etat et société au Zaïre peuvent être analysés sur le modèle de l’« économie de l’affection ». « Les liens de la parenté et de l’ethnicité, écrivent-ils, fournissent le ciment idéologique qui donne consistance aux relations de clientèle entre la société et l’Etat »46.

  • 47 Pour une synthèse des définitions wéberiennes du concept de patrimonialisme et des concepts appare (...)

32Mais ce qui me paraît contestable dans le schéma de Hyden — en tout cas quand on cherche à l’appliquer à la situation zaïroise — c’est qu’il conduit à soutenir que la résistance de la société à l’emprise de l’Etat serait le facteur déterminant l’évolution des systèmes politiques et que cette évolution témoignerait d’une sorte de « re-traditionalisation » de l’Etat et du politique. La plupart des auteurs récents s’accordent sur ce point : la caractéristique centrale, ou du moins un aspect fondamental du système politique zaïrois, est le patrimonialisme. Selon Weber, là où prédomine le système patrimonial, « l’administration politique (...) est traitée comme une affaire purement personnelle du dirigeant, et le pouvoir politique est considéré comme relevant de sa propriété privée »47. Il n’y a donc pas de distinction entre la fonction et son titulaire, mais une forme de privatisation des fonctions publiques qui sont exercées comme un moyen d’enrichissement personnel. Observons qu’appliqué au Zaïre, le concept de patrimonialisme doit être utilisé comme un type idéal : il n’y a pas de patrimonalisation totale de l’Etat (dans le cas contraire, d’ailleurs, on ne pourrait certainement pas parler d’Etat) ; par exemple, la haute direction du pays puise certes directement dans les caisses de l’Etat quand les revenus qu’elle se procure sous d’autres formes ne lui suffisent pas, mais on ne peut dire pour autant qu’elle confonde absolument caisse de l’Etat et caisse personnelle.

  • 48 D. BIGO, Pouvoir et obéissance en Centrafrique, Paris, Karthala, 1988, p. 131.
  • 49 Ibid.

33Peut-on considérer que le patrimonialisme manifesterait la persistance d’une tradition qui a ses fondements dans un mode de production paysan ou, pour d’autres auteurs que Hyden, dans un mode de production lignager ? Je ne le crois pas. Comme le souligne Didier Bigo à propos du Centrafrique, le patrimonialisme est lié au développement de la propriété privée et dès lors n’a pu s’affirmer en Afrique qu’à la suite des changements économiques et sociaux introduits par la colonisation48. Je ne dirais pas pour autant que le patrimonialisme « représente (ici) la dimension moderne du pouvoir »49 ; il constitue plutôt une forme syncrétique, produit d’une dynamique qui ne relève ni de la tradition, ni de la modernité.

  • 50 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 152-154.
  • 51 R. LEMARCHAND, op. cit., p. 56.

34Le patrimonialisme au Zaïre fait système avec le clientélisme, avec des formes de redistribution de la richesse appropriée par le pouvoir selon des réseaux hiérarchisés constitués par des relations « d’homme à homme ». Le mode patrimonial-clientéliste d’action de l’Etat constitue bien, comme le pense Hyden, une forme d’accommodation à un système social caractérisé par la fragmentation et par la prédominance de liens sociaux à caractère primaire, mais il s’explique au premier chef par la logique de constitution et d’affirmation d’un pouvoir qui n’a pas de base sociale consistante. Le régime Mobutu a une « coloration ethnico-régionale », mais il n’est pas l’expression d’un groupe ethnique cohérent et qui pourrait prétendre exercer une domination sur l’ensemble de la société50. Le régime Mobutu est l’instrument d’une nouvelle forme de domination sur la société bénéficiant à un groupe que l’on peut qualifier de « politico-commercial », mais il n’est pas l’agent d’un groupe social constitué qui aurait présidé à sa genèse. Dépourvu de base sociale et n’étant pas, ni ne pouvant se prétendre, l’héritier d’un mouvement social structuré porteur d’une idéologie mobilisatrice et intégratrice (le mouvement nationaliste congolais était un mouvement éclaté et à l’idéologie faiblement articulée), le pouvoir cherche à assurer son emprise sur la société par le développement de réseaux de relations personnalisées, réseaux d’échanges de biens, d’argent et de services alimentés d’en haut par le système patrimonial, d’en bas par des allégeances dictées plus par la recherche de moyens de survie ou d’enrichissement que par des facteurs affectifs ou idéologiques. La structuration du pouvoir selon des réseaux ou factions fondés sur des relations de patronage semble se retrouver partout en Afrique, mais ce système politique s’y développe selon des modalités différentes. Dans un cas comme celui du Zaïre, où l’Etat manque particulièrement d’un support social organique, ce qui caractérise le système patrimonial-clientéliste (et fait sa force en même temps que sa faiblesse), ce sont l’extrême variété et la fluidité des réseaux. La forte mobilité des détenteurs de charges et la fréquence des changements institutionnels (changements qui signifient la dissolution et/ou la création de réseaux) sont des facteurs qui manifestent la souplesse du système factionnel au Zaïre et le fait que la dimension contextuelle et instrumentale du factionalisme soit ici plus importante que sa dimension culturelle51.

  • 52 En ce sens : D. BIGO, op. cit., p. 132.
  • 53 G. HYDEN, Beyond Ujamaa..., op. cit., p. 16.
  • 54 Par exemple, MWENE-BATENDE, Mouvements messianiques et protestation sociale. Le cas du KITA WALA c (...)

35Il y a d’incontestables correspondances au niveau de la forme et du contenu entre le système de l’« économie de l’affection » et ce système politique, mais le phénomène le plus important est la dénaturation de la logique de l’un par la logique de l’autre. Le clientélisme de type zaïrois n’est pas une simple adaptation à un nouveau contexte du modèle de l’économie de l’affection. Il reproduit certes des relations de solidarité qui invoquent le modèle de la parenté, mais il hiérarchise et instrumentalise ces relations d’une manière qui perturbe les structures sociales traditionnelles et brise la réciprocité coutumière52. Sans doute les sociétés traditionnelles étaient-elles loin d’être harmonieuses, mais elles fonctionnaient selon des règles de solidarité et de réciprocité telles que la subsistance de chacun y était assurée53 et que la richesse et la puissance y étaient contenues (ou tendaient à y être contenues) dans des limites. Les formes de redistribution que pratique le pouvoir zaïrois ne se font pas selon cette logique de reproduction du système social et culturel qui réglait le gouvernement par les aînés dans les sociétés lignagères54, mais en vertu des exigences d’un pouvoir qui s’est imposé à la société et qui poursuit avant tout ses propres objectifs.

Société et Etat

  • 55 TCHICAYA U TAM’SI, Ces fruits si doux de l’arbre à pain, roman, Paris, Seghers, 1987.

36Poussé à bout par la logomachie anti-impérialiste du pouvoir de son pays, le héros d’un roman de l’écrivain congolais Tchicaya U Tam’si se lance, en plein séance du Bureau politique du Parti unique, dans un discours qui signe sa perte : « Je note qu’à ma connaissance, personne ne s’est posé la question de savoir si le colonialisme, dont nous faisons la source de tous nos maux, n’était pas, en fait, la première grande révolution des temps modernes de l’Afrique, d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Que nos peuples d’Afrique l’aient voulue ou pas, que ces peuples aient été contraints ou pas, ça n’y change rien. Ils sont ce que cette révolution-là en a décidé... »55.

37Je ne crois pas que l’on puisse dire que la colonisation ait produit une véritable révolution au Zaïre si cette notion implique, non seulement un bouleversement de l’ordre ancien, mais aussi l’instauration d’un nouvel ordre et la conversion à celui-ci des masses de la population. Les changements économiques et sociaux ont été trop limités (industrialisation en enclave, processus de modernisation agricole touchant très peu la masse de la paysannerie, urbanisation encore réduite) et trop courts pour que cette société dépourvue de véritable tradition urbaine et étatique ait pu réellement accomplir cette révolution qui accompagne le mouvement historique de l’industrialisation. Cependant, le Zaïre, du fait de la colonisation, est entré dans l’« ère du capital », de ce système économique qui, produisant la rareté par les déséquilibres qu’il crée, met à l’ordre du jour la question de ce que l’on appelle le développement.

  • 56 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 403-404.

38La colonisation a laissé un héritage fait d’aspirations et d’exigences plus que d’acquis. Faute d’assumer cet héritage, l’Etat zaïrois ne s’est pas assuré une réelle légitimité populaire, même si de nombreux Zaïrois lui reconnaissent (pour son œuvre initiale surtout) d’importants mérites (unification et pacification relatives du pays, actions d’éclat et d’audace — sur la scène internationale en particulier — entretenant un sentiment de fierté nationale) et même si la manière dont le pouvoir théâtralise l’Etat exerce d’incontestables effets de fascination56.

39Je ne crois donc pas que l’Etat zaïrois soit perçu comme légitime. Pourtant cet Etat n’est pas un système exogène, une structure importée. Il représente, exprime, d’une certaine façon, sa société. Les Zaïrois se reconnaissent, se retrouvent dans cet Etat, en même temps qu’ils le récusent radicalement.

  • 57 D. MARTIN, Par delà le boubou et la cravate pour une sociologie de l’innovation politique en Afriq (...)

40En quoi se reconnaissent-ils dans les discours et les pratiques du pouvoir ? Ils n’y retrouvent certainement pas un modèle culturel qui serait conforme à une tradition, à des valeurs ancestrales. Si les Zaïrois voient dans l’Etat qui les régit leur Etat, c’est, me semble-t-il, en raison de la dynamique culturelle qui l’inspire, parce que le système étatique participe du mouvement d’innovation culturelle et sociale qui caractérise la société dans son ensemble57. Comme celui des agents sociaux « privés », le mode d’action de l’Etat manifeste un processus de « créolisation » ou d’« hybridation » culturelle. Les discours et les actes sont des formules de « compromis syncrétique » entre rapports d’« affection » et rapports fonctionnels, éthique d’honneur et du prestige social et passion de l’argent, économie de l’échange de dons et économie monétaire, logique magique et logique positive,...

41J’ai souligné au début de ce texte que l’emprise du « paradigme du joug » sur les représentations de l’Afrique s’affaiblit aujourd’hui, que la dynamique autonome des sociétés africaines est de mieux en mieux reconnue. Mais cette évolution s’accompagne chez un certain nombre d’observateurs — surtout non africains — d’une tendance à idéaliser la culture africaine actuelle et à opposer, en termes simplificateurs, la dynamique positive des sociétés à la logique répressive et régressive de l’Etat. Il est vrai qu’une société comme la société zaïroise témoigne d’un extraordinaire dynamisme culturel, mais une dynamique du même type caractérise l’action de l’Etat. Il est vrai que la culture zaïroise manifeste une remarquable plasticité et adaptabilité, mais, du fait de la situation historique dans laquelle se trouve le pays (situation qui est celle d’une société confrontée à une crise économique dramatique en même temps qu’au problème d’un décalage fondamental entre les tâches qui lui sont imposées et le caractère de ses structures sociales), l’innovation culturelle et sociale est marquée par le sens du bricolage, l’esprit de débrouillardise, l’improvisation au jour le jour de techniques de survie plutôt qu’elle ne s’inscrit dans un mouvement de réalisation d’une nouvelle culture organique adaptée aux exigences du développement.

  • 58 J. MAC GAFFEY, op. cit.

42Il me paraît donc faux de voir la société zaïroise animée par une dynamique (dynamique que la vitalité du « secteur informel » attesterait) radicalement contraire à celle de l’Etat et qui, celui-ci affaibli ou renversé, manifesterait enfin ses vertus, déboucherait sur une forme de « développement endogène ». L’avenir repose sans doute plutôt sur la maturation de forces sociales (ainsi, la catégorie d’entrepreneurs capitalistes analysée par Mac Gaffey58) — ni inféodées à l’Etat, ni hors de son champ — qui réussissent à faire prévaloir une logique de production de richesses nouvelles sur les logiques de la prédation ou du bricolage. Ces forces sociales sont aujourd’hui très minoritaires et souvent marginalisées, mais leur existence témoigne du fait que la société zaïroise a des ressources qui lui permettent d’opposer à l’acceptation de la dépendance une autre stratégie que celle de la « dérobade ».

Notes

1 J.F. BAYART, L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989, p. 24.

2 Par exemple, G. BALANDIER, Sociologie de l’Afrique noire, Paris, P.U.F., 1955.

3 J.F. BAYART, op. cit., p. 42.

4 J.F. BAYART, La revanche des sociétés africaines, in Politique Africaine, II, sept. 1983, pp. 95-127, p. 107.

5 G. HYDEN, Beyond Ujamaa in Tanzania. Underdevelopment and uncaptured peasantry, London, Heinemann, 1980, p. 14.

6 Ibid., p. 35.

7 P. GESCHIERE, La paysannerie africaine est-elle captive ? Sur la thèse de Goran Hyden, et pour une réponse plus nuancée, in Politique Africaine, 14, juin 1984, pp. 13-33.

8 G. HYDEN, op. cit., pp. 31 et 33.

9 J.P. PEEMANS, Accumulation and Underdevelopment in Zaïre, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), The Crisis in Zaïre Myths and realities, Trenton-New Jersey, Africa World Press, inc., 1986, pp. 67-83, p. 78.

10 J.-P. PEEMANS, Le Zaïre sous le régime de Mobutu. Les grandes étapes de l’évolution économique et sociale, in Collectif, Pile et face. Bilan de la coopération belgo-zaïroise, La Revue Nouvelle CNCD, Bruxelles, 1989, pp. 22-58.

11 J.-C. WILLAME, La politique africaine de la Belgique à l’épreuve : les relations belgo-zaïroises (1978-1984), in Les Cahiers du CEDAF, 5, 1985 ; et Th. M. CALLAGHY, The International Community and Zaïre’s Debt Crisis, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), op. cit. Pour des situations récentes, voir différents articles dans la presse quotidienne, par exemple Le Soir du 24-25 juin 1989.

12 M.G. SCHATZBERG, Administration et oppression du Zaïre. Une approche au niveau local, in Collectif, Pile ou face,..., op. cit., pp. 78-79.

13 H. VAN BALEN, Les soins de santé au Zaïre, in Collectif, Pile ou face,..., op. cit., pp. 203-214.

14 J.-C. MICHEL, L’enseignement au Zaïre, in Collectif, Pile ou face,..., op. cit., pp. 215-229.

15 M.G. SCHATZBERG, Politics and Class in Zaïre. Bureaucracy, Business and Beer in Lisala, New-York-London, Africana Publishing Company, 1980, chap. 4.

16 Jeune Afrique, no 1475, 12 avril 1989.

17 Cité in J. COPANS, Du vin de palme nouveau dans de vieilles calle basses ? A propos de l’Etat, des marchés, des paysans, des crises et des luttes populaires en Afrique noire, in Genève-Afrique, 1, 1989, 7-44, p. 20.

18 Th. M. CALLAGHY, Africa’s debt crisis, in Journal of International Affairs, I, 1984, pp. 6l-79, p. 73.

19 B. VERHAEGEN, Les safaris technologiques au Zaïre, in Politique africaine, 18, juin 1985, pp. 71-87 ; et J.C. WILLAME, Zaïre. L’épopée d’Inga. Chronique d’une prédation industrielle, Paris, L’Harmattan, 1986.

20 En ce sens, voir C. YOUNG, Ideology and Development in Africa, New Haven and London, Yale University Press, 1982, pp. 250-251.

21 C. YOUNG and Th. TURNER, The Rise and Decline of the Zairian State, Madison-London, The University of Wisconsin Press, 1985, p. 395.

22 J. RYMENAM, Classes sociales, pouvoir et économie au Zaïre ou « Comment le sous-développement enrichit les gouvernements », in Genève-Afrique, 1, 1984, 45-53, p. 53.

23 Th. M. CALLAGHY, The International Community and Zaïre’s Debt Crisis, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), op. cit., pp. 221-243, p. 229.

24 C. YOUNG, Zaïre : Is there a State ?, in Canadian Journal of African Studies, I, 1984, pp. 80-82, p. 80.

25 J.-L. AMSELLE, Fonctionnaires et hommes d’affaires au Mali, in Politique Africaine, 26, juin 1987, pp. 63-72.

26 G. ROCHER, Introduction à la sociologie-générale, tome 3, Le Changement social, Paris, Ed. HMH, 1968, p. 190.

27 M.G. SCHATZBERG, Politics and Class in Zaïre op. cit·., pp. 181-182.

28 J.-F. BAYART, op. cit.

29 Par exemple, pour le cas du Zaïre : J.C. WILLAME, Zaïre : système de survie et fiction d’Etat, in Revue canadienne des études africaines, I, 1984, pp. 83-88.

30 J.-F. BAYART, ibid., pp. 323-324.

31 Ibid., pp. 257-258.

32 Ibid., p. 146.

33 Ibid., p. 193.

34 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 152-154.

35 J.-F. BAYART, ibid., pp. 134, 222 et sv, 257 et sv., 317.

36 J. WATERBURY, Le Commandeur des Croyants. La monarchie marocaine et son élite, Paris, P.U.F., 1975.

37 R. LEMARCHAND, Bringing factions back into the State, in NZONGOLA-NTALAJA (ed.), op. cit., pp. 51-66.

38 Ibid. pp. 63-64.

39 M.G. SCHATZBERG, The State and the Economy : the « Radicalisation of the Revolution » in Mobutu’s Zaire, in Canadian Journal of African Studies, 1980, pp. 239-257. et C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 326-362.

40 J. MAC GAFFEY, Entrepreneurs and Parasites. The Struggle for indigenous Capitalism in Zaire, Cambridge University Press, 1987, p. 17 ; et C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., p. 361.

41 Th.M. CALLAGHY, The State-Society Struggle. Zaire in comparative Perspective, New York, Columbia University Press, 1984.

42 A. de TOCQUEVILLE, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Gallimard, 1967.

43 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., p. 44.

44 G. HYDEN, Beyond Ujamaa..., op. cit., p. 18 et La crise africaine et la paysannerie non capturée, in Politique Africaine, 18, juin 1985, pp. 93-113, p. 107.

45 Ibid., p. 27.

46 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., p. 28.

47 Pour une synthèse des définitions wéberiennes du concept de patrimonialisme et des concepts apparentés, voir Th. M. CALLAGHY, The State-Society Struggle, op. cit., pp. 69 et sv.

48 D. BIGO, Pouvoir et obéissance en Centrafrique, Paris, Karthala, 1988, p. 131.

49 Ibid.

50 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 152-154.

51 R. LEMARCHAND, op. cit., p. 56.

52 En ce sens : D. BIGO, op. cit., p. 132.

53 G. HYDEN, Beyond Ujamaa..., op. cit., p. 16.

54 Par exemple, MWENE-BATENDE, Mouvements messianiques et protestation sociale. Le cas du KITA WALA chez les Kumu du Zaïre, Bibliothèque du Centre d’études des religions africaines, Faculté de théologie catholique, Kinshasa, 1982.

55 TCHICAYA U TAM’SI, Ces fruits si doux de l’arbre à pain, roman, Paris, Seghers, 1987.

56 C. YOUNG and Th. TURNER, op. cit., pp. 403-404.

57 D. MARTIN, Par delà le boubou et la cravate pour une sociologie de l’innovation politique en Afrique noire, in Revue canadienne des études africaines, 1, 1986, pp. 4-35.

58 J. MAC GAFFEY, op. cit.

Auteur

Chercheur au Centre d’étude et de documentation africaines (CEDAF).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540