Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

III. Essais et études concrètes

L’évolution des paradigmes de la sociologie urbaine : de la pré-sociologie à la sociologie du changement social

Le cas de la sociologie urbaine québécoise

Annick Germain

Texte intégral

1Qu’est-ce que la sociologie ? Quelles sont les conditions historiques de son émergence comme discipline spécifique ? A partir de quand une pensée sociale devient-elle sociologique ? Quelles opérations faut-il effectuer pour parvenir à expliquer le social par le social ? Telles sont les grandes questions sur lesquelles se bâtit le métier de sociologue. Telles sont les interrogations qui ont toujours forgé les exigences élevées qu’avait Maurice Chaumont face à l’intelligence sociologique. Et ce sont ces exigences qu’il a transmises à des générations d’étudiants et d’apprentis chercheurs. En ces temps de crise des savoirs, de transgression des frontières disciplinaires et de dévalorisation des sciences sociales et humaines, l’exigence sociologique n’est pas un luxe, tant s’en faut. On voudrait, dans les lignes qui suivent, réfléchir sur les conditions du développement de la sociologie urbaine à l’aide d’une grille de lecture qui était celle qu’utilisait Maurice Chaumont au tournant des années soixante-dix pour introduire la genèse de la sociologie en général.

2L’intention est double : poursuivre le dialogue avec une pensée toujours stimulante, et interroger le sort de la sociologie urbaine dans un contexte bien précis, le Québec en l’occurence. Considérée dans les années soixante-dix comme une des branches les plus dynamiques de la sociologie, la sociologie urbaine semble se relever bien difficilement des remises en question qui déchirent dix ans plus tard le courant structuro-marxiste. Pourtant, plusieurs éléments propres à cette conjoncture de la fin des années quatre-vingt donnent à penser que de nouvelles demandes sociales pourraient lui procurer un second souffle, à condition cependant de renouer avec la tradition des exigences du métier.

  • 1 L’Association canadienne des sociologues et anthropologues de langue française, A.C.S.A.L.F., comp (...)
  • 2 G. FORTIN, La fin d’un règne, Montréal, H.M.H., 1971.
  • 3 M. CASTELLS, Y a-t-il une sociologie urbaine ?, in Sociologie du travail, 1, 1969.
  • 4 M. GODBOUT, C. ANDREW et M. POLÈSE, Lectures de l’urbain, in. Recherches sociographiques, Vol. XXV (...)

3Le Québec est, on le verra, un peu particulier dans la mesure où la sociologie urbaine n’y a jamais connu de vogue équivalente à celle qui s’est répandue dans de nombreux pays européens. Il possède pourtant un nombre impressionnant de sociologues1 et une population concentrée pour moitié dans la région montréalaise. Serait-ce, comme le pense G. Fortin2, que le Québec est entièrement urbain, ou plutôt que les conditions d’un débat social sur les enjeux du développement urbain ne sont pas vraiment réunies ? On ne refera pas ici le procès de la légitimité de la sociologie urbaine3. On ne cherchera pas non plus à en faire un bilan exhaustif4. Il s’agit simplement d’en interroger la genèse mais aussi la stagnation en tant que démarche authentiquement sociologique.

Du traitement des différences sociales

4L’analyse des différences sociales est au cœur de la sociologie. Mais les manières de les appréhender varient en fonction des unités d’analyse retenues et des théories qui commandent leur découpage. Quatre niveaux d’analyse peuvent être distingués : les différences, les inégalités, les strates et les classes sociales. Le premier, que l’on pourrait qualifier de degré zéro de la sociologie, décrit des différences dont certaines peuvent se situer à la limite du naturel et du social, comme la race et le sexe.

  • 5 Les grands courants d’analyse en sociologie urbaine ont été exposés de manière très claire dans J. (...)
  • 6 J. Ch. FALARDEAU, Evolution et métabolisme contemporain de la ville de Québec, in Culture, no 5, j (...)
  • 7 C. A. DAWSON, The City as an Organism, in La Revue Municipale, décembre 1927, p. 12.
  • 8 E. C. HUGHES, Rencontre de deux mondes. La crise de l’industrialisation du Canada, traduit de l’an (...)

5On s’entend généralement pour dire que la sociologie urbaine démarre avec les travaux de l’école de Chicago sur l’analyse des différences sociales dans la ville5. La sociologie urbaine québécoise ne fait pas exception à la règle. Elle va participer activement aux contributions de l’écologie humaine puis de la théorie des aires naturelles, grâce aux travaux effectués par des disciples de l’école de Chicago. J. Ch. Falardeau, un des pères fondateurs de la sociologie québécoise, étudie à Chicago et écrit en 1944 dans la revue Culture un article intitulé Evolution et métabolisme contemporain de la ville de Québec6. Le titre même de cet article est révélateur d’un courant d’analyse qui transpose à la morphologie sociale de la ville les paradigmes évolutionnistes (lois de dominance et d’invasion-succession) utilisés pour l’étude du monde végétal et animal. Un autre disciple de l’école de Chicago, C.A. Dawson, professeur à l’Université McGill, applique en 1927 les théories de Burgess sur la croissance urbaine concentrique au cas montréalais7. Enfin, E. C. Hughes, membre de l’école de Chicago et professeur invité à l’Université McGill, publie en 1944 un livre qui nourrira des générations d’étudiants « Rencontre de deux mondes »8. Le thème de la division ethnique (entre Canadiens-anglais et Canadiens-français) y est prédominant et va inspirer de nombreuses monographies sur Montréal. Il renvoie de fait à un des principaux clivages qui polarisent la société montréalaise tant sur les plans social et économique qu’institutionnel. Peut-être fallait-il l’intervention de chercheurs étrangers pour aborder un sujet aussi délicat que névralgique.

  • 9 N. LACOSTE, Les caractéristiques socio-économiques des quartiers du Grand Montréal, Montréal, Univ (...)
  • 10 Les études de B. GREER-WOOTEN et de M. POLÈSE font encore aujourd’hui figure de classiques dans le (...)
  • 11 L. GUAY, Les dimensions de l’espace social urbain : Montréal 1951-61-71, in Recherches sociographi (...)

6La question de la distribution des caractéristiques sociales dans l’espace urbain du début du siècle jusqu’à nos jours sera régulièrement l’objet d’enquêtes. Dans les années cinquante on utilise les données du premier recensement canadien un tant soit peu élaboré pour étudier la composition de l’espace social montréalais.9 Enfin, à partir des années soixante, les progrès méthodologiques accomplis sur le plan statistique grâce à l’écologie factorielle permettront la réalisation d’études raffinées sur les axes de différenciation sociale10. Le statut socio-économique, le cycle de vie des ménages et les caractéristiques ethniques constituent les axes principaux à partir desquels la population se répartit dans l’espace d’une ville comme Montréal. Des études plus récentes montreront l’importance de facteurs additionnels tels que la présence des femmes sur le marché du travail et le mode d’occupation du logement11.

7Ces travaux que l’on pourrait associer à la géographie sociale ont en commun de cerner et de décrire les différences sociales et le modèle spatial de leur répartition. Ils ont les mêmes vertus et les mêmes défauts que toute analyse empirique inductive : leur contribution descriptive débouche sur la surenchère d’études de cas. On reste à l’orée de la pensée sociologique car il n’y a pas encore de théorie de la production sociale ou du fonctionnement social de ces différences.

Des différences aux inégalités sociales

  • 12 M.H CHOKO, J.P. COLLIN, A. GERMAIN, Le logement et les enjeux de la transformation de l’espace urb (...)

8Après la deuxième guerre mondiale, on s’interroge de plus en plus sur les « problèmes sociaux » dans la ville. Dans une conjoncture de plein emploi, les conditions de vie de la main-d’œuvre ne sauraient laisser indifférent. La « question ouvrière », pour employer les termes de l’époque, fait régulièrement la manchette des journaux. Face à la montée du syndicalisme, on s’interroge sur l’opportunité d’une troisième voie entre le capitalisme et le socialisme. Ce type de préoccupation est à l’origine d’une des premières opérations d’urbanisme « socialement marquée » au Québec : la Cité-jardin du tricentenaire, d’abord projet de cité ouvrière avant de se développer en banlieue de cols blancs puis de n’être plus qu’un quartier à l’ombre du Stade olympique. Les premières interventions du gouvernement fédéral dans le domaine de l’habitation seront destinées aux ouvriers des industries de guerre (Wartime Housing)12.

  • 13 G. FORTIN, La sociologie urbaine au Québec : un bilan, in Sociologie et sociétés, vol. 4, no 1, ma (...)

9Les chercheurs se penchent sur les conditions de vie des ouvriers et c’est à ce titre qu’ils étudient la ville. Selon G. Fortin13, la sociologie serait née au Québec sous le signe de l’urbain, à une époque de remise en question du nationalisme ruraliste traditionnel. Cet éveil critique venant briser une idéologie unitaire, il devient possible de poser une réflexion sur la domination intérieure et donc de passer du registre des différences au registre des inégalités. Fortin n’en estime pas moins qu’à l’époque, c’était moins l’urbanisation qui préoccupait les sociologues que l’industrialisation et moins l’industrialisation comme processus global que la classe ouvrière.

10Dans les années cinquante, le thème de la classe ouvrière cède petit à petit la place à celui de la pauvreté (avant de se transformer à nouveau dans les années soixante en discours sur les défavorisés puis sur les classes populaires). Parallèlement, les gouvernements entreprennent des opérations de rénovation urbaine pour moderniser le centre-ville. La scène politique montréalaise est marquée, dans ces années, par la question des taudis et plus particulièrement par le débat sur les Habitations Jeanne-Mance, premier et dernier projet de logement social, construit dans le cadre du réaménagement urbain d’une zone d’habitations dites insalubres, limitrophe au centre-ville. En 1954, le maire Camilien Houde lance la Semaine de l’urbanisme et la sociologie est fréquemment évoquée quand vient le temps de définir ce qu’est ou ce que pourrait être l’urbanisme. On invite d’ailleurs le célèbre sociologue français P.H. Chombart de Lauwe à venir prononcer une série de conférences à Montréal.

11Mais la pensée sociale est toujours à l’aube de la sociologie. Parler d’inégalités sociales signifie que la société a interprété les différences sociales. Mais de là à dire et surtout à analyser le fait qu’elle les organise voire qu’elle les produit, il y a encore un pas à franchir.

De l’inégalité sociale à la stratification sociale

  • 14 M. LAVIGNE, L’hétérogénéité des espaces sociaux : étude comparative de zones résidentielles du bas (...)

12Il faut attendre les années soixante-dix pour que, dans les études urbaines, l’on ne se contente plus de décrire des états mais bien des mécanismes sociaux, notamment ceux qui organisent, hiérarchisent les différences sociales en une pyramide de statuts sociaux. La stratification sociale occupe désormais le centre de l’analyse, et les nouveaux sociologues urbains étudient la mobilité socio-professionnelle et résidentielle des résidents des quartiers relevant de ce qu’on appelle alors les zones grises. Les rapports différenciés aux quartiers (perception, participation à la vie communautaire locale, rapports établis entre le quartier et le reste de la ville) dépendent en bonne partie des caractéristiques sociales des résidents et notamment du degré de mobilité professionnelle. Si celle-ci est faible, si donc ces populations sont privées d’une des voies privilégiées d’intégration à nos sociétés, le quartier peut-il jouer un rôle équivalent ? Cette problématique de la « consommation hiérarchisée de la ville »14 représente bien ce troisième niveau d’analyse, à l’instar des études de H. Coing en France.

Des strates aux classes, de la consommation à la production

13Lorsque l’analyse passe du niveau de la stratification à celui des classes sociales, on quitte l’étude de la position des individus dans le champ de la consommation pour appréhender la production des différences sociales et donc les systèmes de production (économique) qui les génèrent. A ce stade il s’agit moins de savoir comment fonctionne l’espace urbain en tant qu’espace social que de comprendre les transformations dont il est l’objet et qui sont l’enjeu de rapports sociaux de classe. La ville apparaît comme le théâtre d’enjeux sociétaux, comme la scène privilégiée sur laquelle se nouent les crises sociales et se jouent les affrontements entre acteurs sociaux.

  • 15 E.Z.O.P.-Québec, Une ville à vendre, Montréal, Editions coopératives Albert Saint-Martin, 1981 (pa (...)
  • 16 La vitalité des comités de citoyens au tournant des années soixante-dix et les problèmes de leur r (...)

14Ce qu’en France on appellera « la recherche urbaine critique » se constitue autour de deux préoccupations majeures : la production de l’espace urbain et l’émergence de nouveaux mouvements sociaux. Ces thèmes sont aussi centraux dans la recherche québécoise. Mais si quelques chercheurs15 s’inscrivent, voire participent à l’essor des paradigmes structuro-marxistes de M. Castells et de J. Lojkine, beaucoup en restent relativement éloignés, et ce, même si les objets d’étude sont relativement proches16. Ce qui fait qu’au bout du compte, la sociologie urbaine québécoise apparaît beaucoup plus diversifiée, sur le plan des modèles d’analyse, que sa contrepartie française. Elle est aussi beaucoup plus empirique et plus modeste dans ses réalisations et dans ses ambitions. En fait, elle reste très peu développée alors que des disciplines connexes comme la science politique, l’histoire, l’anthropologie et la géographie envahissent pratiquement tout le champ des études urbaines et adoptent beaucoup plus facilement des paradigmes structuro-marxistes.

  • 17 Or on sait le rôle déterminant joué par les contrats accordés par l’Etat dans l’hégémonie des appr (...)
  • 18 J.P. GAGNON, F. DANSEREAU, J. GODBOUT, Plan de développement, Bureau d’aménagement de l’est du Qué (...)

15Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour rendre compte de cette situation. En premier lieu, la recherche urbaine n’a jamais fait l’objet au Québec de commandes étatiques similaires à celles dont a bénéficié la recherche en France et plus particulièrement la sociologie urbaine dite critique17. Et le support modeste déployé par l’Etat n’a guère eu de retombées au-delà des officines gouvernementales, dans la mesure où les chercheurs étaient d’une manière ou d’une autre incorporés aux appareils gouvernementaux. De plus, dans le sillage de la Révolution tranquille, les recherches financées par le gouvernement provincial privilégient les questions de développement régional et les problèmes institutionnels18, par rapport aux problèmes urbains relevant de la compétence des municipalités. Il faut dire qu’à partir de la Révolution tranquille, la question nationale monopolise l’attention tant des intellectuels que des hommes politiques et des fonctionnaires, et toutes les questions sociales lui sont subordonnées.

16En second lieu, il faut rappeler la fermeture de la scène politique municipale, tant à Montréal qu’à Québec. Jusqu’à très récemment, les questions urbaines étaient traitées comme des enjeux d’ordre exclusivement administratif, comme au bon vieux temps des gouvernements municipaux réformistes du début du siècle, et aucun parti municipal d’envergure ne réussissait à forcer l’élargissement de la scène politique locale de manière significative. L’expression politique des forces sociales s’exprimait donc à d’autres niveaux que celui de la scène urbaine, plus propice au clientélisme politique qu’aux débats sur les orientations du développement.

  • 19 Au début du siècle, le budget de la Ville de Montréal dépassait de loin celui de la province de Qu (...)
  • 20 A. TOURAINE, Les sociétés dépendantes, Gembloux, Editions Duculot, 1976.

17Enfin, si l’on se rappelle qu’expliquer le social par le social suppose que l’on renonce à l’ambition d’une explication qui se veut totale, il y a lieu de se demander si l’impact formidable du marxisme des années soixante-dix sur les milieux intellectuels québécois n’a pas ravivé l’espoir d’une science de la société globale, qui n’est guère compatible avec l’exigence sociologique. Il faut dire que le Québec, de par son passé de « société dépendante » a toujours constitué un terrain fertile pour les idéologies. La désarticulation structurelle liée à l’extériorité du pouvoir économique a longtemps produit au Québec une atrophie de l’Etat19, une hypertrophie du système politique et une autonomie de l’espace idéologique, pour reprendre les hypothèses de Touraine sur la société dépendante20. De fait, les intellectuels ont toujours occupé un espace social important et dans le cas qui nous occupe, on peut dire que la sociologie a produit plus d’animateurs sociaux que d’analystes, ces derniers étant du reste davantage fascinés par les idéologies que par les pratiques et les tendances du développement.

  • 21 Des articles français tentent également d’analyser la crise de la sociologie urbaine en France. Vo (...)

18Si la sociologie urbaine québécoise est restée jusqu’à présent la parente pauvre de la sociologie21, son avenir n’en semble pas moins prometteur. Tout d’abord, la conjoncture politique montréalaise s’est modifiée de façon substantielle : une nouvelle administration municipale a mis fin, il y a trois ans, au long règne (30 ans !) du maire Drapeau. Et à l’inverse de ce dernier, l’urbanisme est sa priorité. C’est que les nouveaux élus y voient un terrain stratégique pour forger des consensus entre les deux parties de leur électorat : les groupes populaires et les milieux d’affaire.

19Par ailleurs, les grandes villes sont le théâtre privilégié de l’émergence de nouveaux phénomènes sociaux appelés peut-être dans un avenir proche à se muer en problèmes sociaux : en Amérique du nord, le thème de la montée des sociétés pluri culturelles (ou pluri-ethniques) est d’abord un thème urbain. Et il est bien clair que la résurgence des questions « ethniques » appellera un mode de traitement analytique fort différent des paradigmes évoqués au début. Le problème ne se pose plus en effet en termes d’adaptation individuelle à une société d’accueil mais bien en termes de conditions de production d’une société « plurielle ».

  • 22 M. FREYTAG, De la ville-société à la ville-milieu, in Sociologie et sociétés, vol. 4, no 1, 1971, (...)
  • 23 N. FAINSTEIN, Technology, the New International Division of Labor and Location : Continuities and (...)

20Mais surtout, c’est de plus en plus au niveau urbain que s’effectue la restructuration du système économique. Et les gouvernements locaux se voient aujourd’hui investis de missions qu’ils n’auraient guère imaginées il y a vingt ans. On sent bien aussi que c’est dans les villes que se redéfinissent les forces sociales en présence et que l’enjeu de leurs rapports — le mode de développement et son contrôle — coïncidera de plus en plus avec l’enjeu du développement urbain. Dans ce sens on pourrait faire l’hypothèse que les villes ne sont plus uniquement des « milieux sociaux » mais (re)deviennent des « villes-sociétés » dans lesquelles les facteurs du développement économique, social et culturel sont plus endogènes qu’ils ne sont tributaires d’un contexte national22. Au moment même où des sociologues radicaux comme N. Fainstein23 affirment l’urgence de cesser de penser et de valoriser ce qui change dans nos sociétés, il semble pourtant qu’une analyse des transformations urbaines s’impose de plus en plus à l’agenda des sociologues.

Notes

1 L’Association canadienne des sociologues et anthropologues de langue française, A.C.S.A.L.F., compte 700 membres, ce qui représente à peu près la moitié de tous les sociologues et anthropologues professionnels de langue française au Canada. De surcroît, la province de Québec compte pas moins de quatre revues de sociologie : Sociologie et société, Recherches sociographiques, Les cahiers de recherche sociologique et Société.

2 G. FORTIN, La fin d’un règne, Montréal, H.M.H., 1971.

3 M. CASTELLS, Y a-t-il une sociologie urbaine ?, in Sociologie du travail, 1, 1969.

4 M. GODBOUT, C. ANDREW et M. POLÈSE, Lectures de l’urbain, in. Recherches sociographiques, Vol. XXVI, Nos 1-2, pp. 179-197.

5 Les grands courants d’analyse en sociologie urbaine ont été exposés de manière très claire dans J. REMY et L. VOYÉ, La ville et l’urbanisation, Gembloux, Editions Duculot, 1974.

6 J. Ch. FALARDEAU, Evolution et métabolisme contemporain de la ville de Québec, in Culture, no 5, juin 1944, pp. 121-131.

7 C. A. DAWSON, The City as an Organism, in La Revue Municipale, décembre 1927, p. 12.

8 E. C. HUGHES, Rencontre de deux mondes. La crise de l’industrialisation du Canada, traduit de l’anglais par J.Ch. FALARDEAU, Montréal, Editions Lucien Parizeau, 1944.

9 N. LACOSTE, Les caractéristiques socio-économiques des quartiers du Grand Montréal, Montréal, Université de Montréal, 1958.

10 Les études de B. GREER-WOOTEN et de M. POLÈSE font encore aujourd’hui figure de classiques dans les études de géographie sociale.

11 L. GUAY, Les dimensions de l’espace social urbain : Montréal 1951-61-71, in Recherches sociographiques, XIX, 1978, pp. 307-348. C. LEBOURDAIS et Ch. LEFEBVRE, Spatialisation des composantes ethniques, socio-économiques et familiales à Montréal en 1981. Montréal, I.N.R.S.-Urbanisation, Etudes et documents 52, 1987.

12 M.H CHOKO, J.P. COLLIN, A. GERMAIN, Le logement et les enjeux de la transformation de l’espace urbain, in Revue d’histoire urbaine, Montréal 194060, vol. XV, no 2 et vol. XV, no 3.

13 G. FORTIN, La sociologie urbaine au Québec : un bilan, in Sociologie et sociétés, vol. 4, no 1, mai 1972, pp. 7-13.

14 M. LAVIGNE, L’hétérogénéité des espaces sociaux : étude comparative de zones résidentielles du bas de la ville de Montréal Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1974, (Les Cahiers du CRUR, 6,7).

15 E.Z.O.P.-Québec, Une ville à vendre, Montréal, Editions coopératives Albert Saint-Martin, 1981 (paru pour la première fois en 1972).

16 La vitalité des comités de citoyens au tournant des années soixante-dix et les problèmes de leur rapport à l’Etat ont inspiré des études d’horizons théoriques bien différents, comme celles d’une part de J. GODBOUT et J.-P. COLLIN, Les organismes populaires en milieu urbain : contre-pouvoir ou nouvelle pratique professionnelle ?, Montréal, I.N.R.S.-Urbanisation, 1977, (Rapport de recherches, 3) ; et de R. MAYER, P. HAMEL et J.-F. LÉONARD, Les mobilisations populaires urbaines, Montréal, Nouvelle Optique. Il en va de même pour l’analyse de la production de l’espace urbain. Voir par exemple : G. DIVAY et M. GALJDREAU, La formation des espaces résidentiels : le système de production de l’habitat urbain dans les années soixante-dix au Québec, Montréal-I.N.R.S.-Urbanisation, édition conjointe : Québec, Les Presses de l’Université du Québec, 1984

17 Or on sait le rôle déterminant joué par les contrats accordés par l’Etat dans l’hégémonie des approches de type struturo-marxiste. Par ailleurs, H RAYMOND rappelait encore récemment la synergie politico-administrative qui a caractérisé le milieu des fonctionnaires et celui des universitaires autour d’un même projet Changer la ville, changer la vie. (H. RAYMOND, Urbain, convivialité, culture, in Annales de la recherche urbaine, 1988, no 37, pp. 3-8).

18 J.P. GAGNON, F. DANSEREAU, J. GODBOUT, Plan de développement, Bureau d’aménagement de l’est du Québec, chap. VI : Corporations municipales du territoire pilote, 1966.

19 Au début du siècle, le budget de la Ville de Montréal dépassait de loin celui de la province de Québec.

20 A. TOURAINE, Les sociétés dépendantes, Gembloux, Editions Duculot, 1976.

21 Des articles français tentent également d’analyser la crise de la sociologie urbaine en France. Voir par exemple : A. HUET et A. SAUVAGE, La Sociologie urbaine en peine ou en panne, in Espaces et sociétés, no 42, janvier-juin 1983, pp. 91-104 ; J. REMY, Bilan et tendances de la sociologie urbaine de langue française depuis 1945, juin 1986.

22 M. FREYTAG, De la ville-société à la ville-milieu, in Sociologie et sociétés, vol. 4, no 1, 1971, pp. 25-57.

23 N. FAINSTEIN, Technology, the New International Division of Labor and Location : Continuities and Disjonctures, City University of New York, 1988 (à paraître).

Auteur

Professeure agrégée de l’Université de Montréal.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540