Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

III. Essais et études concrètes

Détermination extrasociale et conditions problématiques

Essai de périodisation à partir de l’exemple du SIDA

Michel Hubert

Texte intégral

1Les changements qui résultent de tensions ou de contradictions à l’intérieur de la structure sociale ont toujours retenu l’attention des sociologues. Sans doute s’agit-il là de situations où le précepte éminemment sociologique de Durkheim qui consiste à « expliquer le social par le social » s’applique particulièrement bien.

2Je m’attarderai cependant dans ces quelques pages à des changements qui, dans leur genèse en tous cas, semblent extrodéterminés par rapport au social, dans la mesure où ils font suite à des événements dont l’émergence peut être attribuée, sinon au hasard, en tous cas à des facteurs extra-sociaux (d’ordre biologique, physique, etc.).

3Les questions sociologiques soulevées par cette catégorie de changements sont néanmoins multiples et intéressantes. Même si, au départ, le changement résulte de l’apparition d’un fait biologique nouveau par exemple, il n’est pas interdit de se demander quelles furent les conditions sociales nécessaires à l’émergence de ce fait ou, à tout le moins, à sa reconnaissance comme condition nouvelle. Il s’agit ensuite de comprendre pourquoi et comment cette condition nouvelle devient problématique, en quoi, par exemple, elle remet en cause les schèmes cognitifs en usage ou les pratiques sociales en cours.

  • 1 Pour un exposé plus détaillé, voir M. HUBERT, La production et la diffusion des problèmes sociaux (...)

4Ce questionnement sera mis en œuvre ici à partir essentiellement de l’exemple du SIDA dont les caractéristiques me semblent relever particulièrement bien de ce type de changements. On tentera de dégager, grâce à cet exemple — et plus particulièrement au vu de la manière dont une politique de prévention du SIDA s’est progressivement mise en place en Belgique francophone —, les étapes d’un processus de problématisation, les invariants qui pourraient servir de guide à l’analyse de contextes de changement similaires1.

Le sida dans l’espace public

  • 2 Une autre interrogation importante qui ne sera pas développée ici est celle des conditions sociale (...)

5C’est autour de la reconnaissance du SIDA comme condition nouvelle, comme donnée, dont l’évidence apparaît aujourd’hui indubitable, que se situe ma première interrogation2.

  • 3 Plusieurs cas probables remontent à 1952. Cf. M. D. GRMEK, Ibidem, p. 194.

6Avant l’été 1981, personne n’avait connaissance de l’existence de cette maladie qu’on appelle aujourd’hui SIDA. Pourtant, l’on sait maintenant que des personnes mourraient déjà de maladies opportunistes dues au déficit immunitaire créé par le virus du SIDA3. En fait, c’est grâce à un organisme fédéral américain, le Centre for Disease Control, chargé de la surveillance épidémiologique qu’à partir du 5 juin 1981, plusieurs cas de deux maladies rares (la Pneumocystis carinii et le Sarcome de Kaposi), disséminés à travers différentes grandes villes américaines, furent mis en relation et attribués à un même facteur— un déficit immunitaire — que, rapidement, on nomma SIDA — Syndrome d’immunodéficience acquise.

7Il a donc fallu la présence d’instruments de mesure épidémiologique sur-technicisés — et des modèles cognitifs pour les interpréter — pour donner une existence sociale à cette maladie, pour constituer sous le couvert d’un phénomène homogène et unifié, d’une condition commune, ce qui n’était jusque là que situations particulières, vécues de manière disparate et solitaire.

  • 4 S. MOSCOVICI, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1976 (1ère éd. 1961).
  • 5 F. BOLTANSKI, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969.

8On peut d’ailleurs se demander, à partir de cette observation, si la science n’est pas devenue aujourd’hui une pépinière de telles conditions nouvelles, si elle n’est pas devenue le lieu où sont inventés et proposés la majeure partie des objets et des concepts dont nous usons pour construire la réalité et intervenir sur elle, et à partir desquels s’articulent les problèmes que nous nous posons. Que l’on songe par exemple aux nouvelles techniques de procréation artificielle qui nous font voir sous un jour nouveau le problème de la stérilité, à l’avènement de la psychanalyse dont Moscovici4 a montré en quoi elle a considérablement modifié la représentation de nos problèmes existentiels ou encore à la révolution pastorienne qui, comme l’a bien décrit Boltanski5, a permis le développement de la puériculture moderne.

  • 6 M. SPECTOR, J.I. KITSUSE, Constructing social problems, Menlo Park, Cummings, 1977.

9On peut ensuite faire l’hypothèse que la reconnaissance d’une condition nouvelle favorise la mobilisation d’acteurs, individuels ou collectifs, qui développeront, à propos de cette condition, ce qu’on peut appeler, avec Spector et Kitsuse6, des activités revendicatives (« claims-making activities »).

  • 7 Je transpose ici une distinction que N. Aronson avait développée dans son analyse de la pratique s (...)
  • 8 Ainsi, par exemple, on remarque que, pendant près d’une année à partir de 1981, les travaux des sc (...)

10Ces activités revendicatives sont de deux ordres7. Il y a, d’une part, les revendications cognitives qui portent sur la définition à donner à la condition, c’est-à-dire qui consistent à sélectionner certains éléments de la condition, à les agencer et à les constituer en un tout8. Il y a, d’autre part, les revendications interprétatives qui concernent le mode de traitement à attribuer à la condition (eu égard à la définition qui en est donnée). Il s’agit, en particulier, d’indiquer quel sera le destinataire du traitement à diffuser, le contenu de ce traitement, son mode de diffusion et la qualité de celui qui le diffusera.

11A côté des revendications cognitives et interprétatives, il y a bien entendu aussi celles qui ont pour objet la définition de soi comme acteur capable de s’inscrire dans l’espace social ainsi défini.

  • 9 J. REMY, L. VOYÉ, E. SERVAIS, Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, tome  (...)

12On peut s’attendre à ce que les acteurs qui vont exprimer des revendications par rapport à la condition nouvelle exprimeront des visions du monde différentes (i.e. problématiseront différemment la condition) et des prétentions divergentes et concurrentes par rapport à leur inscription dans ce monde. On se situe donc dans une forme d’interaction marquée par une relation de pouvoir dont l’enjeu est la production d’un compromis sur la définition et le mode de traitement à accorder à la condition nouvelle. Ce compromis porte aussi, bien entendu, sur la place que chaque acteur occupera dans l’espace social. Il est arbitré par ce que J. Remy9 appellerait des instances légitimatrices dont la tâche est d’attribuer ou de dénier de la valeur aux différentes définitions et modes de traitement de la condition qui sont proposés.

  • 10 J. HABERMAS, L’espace public. Archéologie de la Publicité comme dimension constitutive de la socié (...)

13J’ai circonscrit, dans cette recherche, l’étude du « travail » de problématisation réalisé par les acteurs à ce que Habermas10 appelle la « sphère publique plébiscitaire », qui a, selon lui, succédé à la « sphère publique bourgeoise » où, à partir du XVIIIè siècle, le public bourgeois, limité en nombre, a tenté de soumettre l’autorité politique au tribunal d’une critique « rationnelle ». Dans la sphère publique plébiscitaire, au contraire, le public, immensément élargi, est si éloigné des procédures d’exercice et d’équilibrage des pouvoirs qu’il n’est plus en mesure de se porter garant d’une véritable « Publicité » qui rendrait publiques les procédures de décision et qui permettrait d’aplanir les conflits soustraits à la connaissance du public.

14En schématisant la pensée d’Habermas et en l’adaptant à mon objet de recherche, on peut dire que cette sphère publique plébiscitaire est elle-même composée de deux sphères interdépendantes.

  • 11 J. HABERMAS, op. cit., p. 208.

15Il y a d’abord la sphère des négociations où s’expriment, au sein d’un circuit relativement restreint, les opinions des groupements sociaux qui ont les moyens de participer à la négociation du problème social et à qui l’Etat a transféré certains de ses pouvoirs. C’est là que s’élaborent dans le secret, en dehors de tout contrôle, les compromis dont le public est maintenu éloigné. Ce type nouveau d’équilibre « qui échappe aux formes traditionnelles de l’accord et du compromis parlementaires (...) doit littéralement être “marchandé” ». Cela signifie, pour Habermas, « le troc direct d’avantages particuliers et d’indemnisations sans passer par le biais de la procédure officielle »11.

16La « Cellule permanente pour la prévention du SIDA », créée le 13 janvier 1987 par Arrêté de l’Exécutif de la Communauté française de Belgique, est un exemple typique d’instance que l’on trouve dans la sphère des négociations. Composée de médecins — épidémiologistes, virologues ou cliniciens — responsables de laboratoires de recherche ou d’hôpitaux, cette cellule a pour fonction la conception et la coordination des actions de prévention entreprises en Communauté française. Autrement dit, c’est là que s’élabore, dans le secret, l’essentiel des compromis entre les divers acteurs qui participent à la définition et au mode de traitement à accorder, sur le plan de la prévention, au problème du SIDA en Belgique francophone.

17La deuxième sphère constitutive de la sphère publique plébiscitaire est la sphère de la représentation. C’est la sphère où les acteurs, qui participent à la sphère des négociations, font, auprès du public des spectateurs, la publicité démonstrative de leur action. Les opinions sont exprimées devant le public. Elles ne donnent généralement pas l’occasion de développer une critique au sein de ce public.

18L’expression d’opinions publiquement manifestées peut avoir un effet de rétroaction (feed-back) non négligeable sur la sphère des négociations. Elle permet d’y exercer, avec plus de force, une pression politique ou d’y neutraliser une opposition, en brandissant, si nécessaire, la menace de convertir un potentiel d’assentiment indifférencié en plébiscite acclamatif.

19Enfin, on peut également faire l’hypothèse que, dans l’une et l’autre sphère mais plus encore sans doute dans la sphère de la représentation, les acteurs recourrent volontiers, pour faire avancer leurs revendications tantôt :

  • à des référents connus pour leur compétence ou leur prestige — autorité morale, politique, scientifique,... — qui attestent du bien-fondé des revendications du locuteur, tout en le « grandissant »12 (« ce que je propose, d’autres que moi, plus prestigieux, l’ont déjà mis en œuvre ») ;
  • à ce qu’on pourrait appeler des indicateurs d’opinion publique, c’est à-dire des indicateurs qui font état de ce que le public (des spectateurs) pense et fait (« l’opinion publique est avec moi quand je dis ceci »). L’usage de tels indicateurs, qui renvoit à l’idéal démocratique de la consultation populaire, a l’avantage de laisser croire aux autres partenaires que c’est en quelque sorte en « représentant de la nation » que l’on parle, qu’en définitive, le point de vue que l’on défend n’est pas le sien propre mais celui de l’intérêt général. En réalité, comme plusieurs exemples puisés dans la problématique du SIDA pourraient le montrer, il s’agit plus souvent de justifier a posteriori les compromis qui ont été passés à propos de la définition et du mode de traitement à accorder à la condition, plutôt que d’aider à les mettre au point.

20Ces dernières propositions — et l’analyse empirique que je présenterai dans un instant le confirmera également — montrent à l’évidence que je centre — et limite — ici mon analyse du changement aux acteurs qui ont déjà atteint un certain degré d’institutionnalisation, c’est-à-dire à ceux qui disposent en tous cas d’une documentation qualifiée, de la capacité de commander l’attention d’audiences appropriées et qui ont accès à des ressources donnant les moyens de défendre leur position.

La construction d’une politique de prévention du SIDA en Belgique francophone

21Voyons de plus près maintenant comment le problème du SIDA a été concrètement défini et géré en Belgique francophone et voyons si, de cette analyse, on peut déduire les étapes d’un processus de problématisation.

22Quelques mots d’abord sur le contexte épidémiologique. Depuis le début de l’épidémie jusqu’au 30 décembre 1988, un total de 424 cas de SIDA ont été recensés en Belgique. Au cours de la même période, 4.013 personnes ont été confirmées séropositives. 54,1 % des cas de SIDA recensés depuis le début de l’épidémie sont le fait de personnes qui ne résident pas habituellement en Belgique. Il s’agit de citoyens belges ou étrangers qui, pour la plupart, vivent en Afrique centrale et viennent se faire soigner en Belgique. Même si l’on constate actuellement un tassement de ce phénomène et un nombre prédominant de résidents parmi les nouveaux cas de SIDA — le taux de cas résidents par rapport aux non-résidents est passé de 0,4 en 1984 à 1,7 à la fin ’88 —, ce chiffre nous informe sur la spécificité du SIDA en Belgique : il résulte, plus qu’ailleurs, de contacts hétérosexuels avec des personnes en provenance d’Afrique centrale.

23En effet, outre que l’écrasante majorité de malades dits « non résidents » a contracté la maladie par voie hétérosexuelle, on observe que 23,4 % des malades résidents l’ont contractée de cette manière également, et ce le plus souvent suite à des contacts sexuels avec des personnes en provenance d’Afrique centrale. Ce pourcentage est comparable à celui rencontré en Grèce (21 %) et dans une moindre mesure au Portugal (13 %), mais est nettement supérieur à celui de tous les autres pays d’Europe et d’Amérique où la transmission hétérosexuelle n’intervient que dans 4 à 6 % des cas. Ceci dit, il ne faut cependant pas négliger le fait que la transmission homosexuelle ou bisexuelle, quant à elle, se retrouve dans environ 60 % des cas « résidents », alors que la transmission par voie intraveineuse (toxicomanes) concerne de 5 à 10 % des cas.

24Que peut-on faire de ces données épidémiologiques lorsqu’on étudie la manière dont, concrètement, le SIDA a été problématisé en Belgique francophone ? Mon attitude est de ne pas prendre a priori l’évolution épidémiologique de la maladie comme base d’une éventuelle périodisation mais de me demander dans quelle mesure les données épidémiologiques sont intervenues dans la production du problème social ou, au contraire, se sont autonomisées par rapport à celle-ci.

Première période (1983-1985)

25Il me semble que deux périodes peuvent être identifiées dans la production du problème du SIDA en Belgique.

26La première période va de l’été 1983 à la fin’85, c’est-à-dire du moment où le SIDA a commencé à véritablement faire la une des medias jusqu’à la mise en place des premières mesures importantes de prévention (principalement le contrôle systématique des dons de sang).

27Cette période débuta par ce qu’on pourrait appeler une phase de vacance cognitive, c’est-à-dire une phase pendant laquelle les schèmes cognitifs à notre disposition pour interpréter la réalité ne semblaient plus adaptés, ne semblaient plus convenir suffisamment à cette réalité et nous laissaient, par conséquent, relativement impuissants par rapport à l’action à mener.

28Pour faire face à la nouvelle condition — et à la vacance cognitive qu’elle engendra —, les acteurs qui, en Belgique, intervinrent dans la définition et la gestion du problème furent alors partagés entre, d’une part, une tendance à réactiver des représentations du monde entrées en désuétude ou latentes qui purent paraître un moment mieux adaptées à la réalité et, d’autre part, l’importation pure et simple de dispositifs de connaissance et d’action conçus ailleurs (aux Etats-Unis en l’occurence) et relativement mal adaptés à la spécificité du contexte épidémiologique belge.

  • 13 J. DELUMEAU, La peur en Occident (XIVe - XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1978, pp. 132-187.

29Pour ce qui est de la réactivation de représentations anciennes, on constate, en effet, que le SIDA a été perçu un moment comme un nouveau risque d’épidémie capable de toucher tout le monde et qu’il était alors envisageable de recourir à des solutions analogues à celles mises en œuvre lors des grandes épidémies du passé13 : à partir d’un discours de panique, on détermine les responsables et on cherche les moyens de les mettre à l’écart pour protéger la population « saine ». On peut interpréter de cette manière, par exemple, les tentatives d’exclusion de séropositifs des écoles ou des lieux de travail ou le dépistage imposé aux candidats boursiers — pour la plupart Africains — de l’Administration générale de la coopération au développement (AGCD).

  • 14 R. CASTEL, De la dangerosité au risque, in Actes de la recherche en sciences sociales, no 47-48, 1 (...)

30Quant à l’importation de dispositifs de connaissance et d’action conçus ailleurs, il s’agit des « groupes à risque » définis par les épidémiologistes américains et appliqués tels quels par les autorités sanitaires belges lors des premières campagnes d’information. Comme l’on sait, la notion de « groupes à risque » est actuellement centrale dans la plupart des stratégies préventives14. Elle consiste à mettre en relation des facteurs qui rendent plus cru moins probable l’avènement de comportements ou de maladies indésirables. Ce que l’on traite d’abord, ce ne sont donc plus des individus, mais des facteurs, des corrélations statistiques d’éléments hétérogènes. On construit en quelque sorte les conditions objectives d’apparition du danger pour en déduire de nouvelles modalités d’intervention.

  • 15 M. POLLAK, Identité sociale et gestion d’un risque de santé. Les homosexuels face au SIDA, in Acte (...)

31Dans le cas du SIDA, à partir d’un nombre d’observations somme toute restreint et en l’absence d’un modèle étiologique scientifiquement validé, les épidémiologistes ont ainsi observé des régularités statistiques qui leur ont permis de construire des « groupes à risque » : d’abord les homosexuels, puis les Haïtiens et les héroïnomanes, d’autres encore par la suite. Ce qu’il faut bien voir, c’est que ces « groupes à risque » sont définis à partir d’indicateurs (tels que l’âge, le sexe, le type de sexualité...) qui non seulement ne sont pas nécessairement ou suffisamment pertinents par rapport à l’épidémiologie du SIDA mais qui, de plus, conduisent à focaliser le problème sur des groupes déjà socialement stigmatisés et/ou marginalisés (comme les homosexuels ou les toxicomanes) qui, se sentant attaqués dans leur existence même, n’ont pu réagir, dans un premier temps en tous cas et comme l’a bien souligné M. Pollak15, que par la contredénonciation, la dénégation ou la paralysie.

Deuxième période (1986-1988)

32La seconde période que j’ai identifiée va de 1986 à 1988. Ce qui caractérise d’abord cette période, c’est que la maladie apparaît de plus en plus comme une maladie domestique. Ce ne sont plus seulement les homosexuels américains ou les Africains qui sont touchés mais la maladie semble devenir « belge et hétérosexuelle ». Cette impression s’impose notamment lorsque, à l’automne 1986, la presse fait état des travaux du Dr Clumeck de l’Hôpital St-Pierre qui a démonté ce qu’on a appelé une « filière hétérosexuelle de transmission du virus ».

33Il semble donc qu’à cette époque, la spécificité du contexte épidémiologique belge que je décrivais plus haut est davantage pris en considération. C’est d’ailleurs à ce moment aussi que le rapport entre le nombre de malades du SIDA résidents et celui des non-résidents bascule en faveur, si je puis dire, des résidents.

34Ce qui est étonnant dès lors, c’est que, parmi toutes les cibles possibles de la prévention au sein de la population belge et hétérosexuelle, ce soient les jeunes, et plus particulièrement les adolescents, qui se sont imposés comme cible privilégiée aux yeux des acteurs impliqués dans la définition et la gestion du problème du SIDA. Je ne prendrai, pour illustrer ce fait, qu’un indicateur qui me parait particulièrement significatif. Sur les 63 associations dont l’objet est la prévention du SIDA agréées par les Arrêtés ministériels des 14 juillet et 23 octobre 1987, 55 sont chargées de faire de l’information dans les écoles.

  • 16 Je ne fais ici que rendre compte des principaux résultats de l’analyse que j’ai effectuée d’un ens (...)

35Le discours qui s’impose alors, si on le résume en quelques mots16, consiste à dire que ce qui est caractéristique des jeunes, c’est qu’ils traversent une période de la vie marquée par l’instabilité et l’expérimentation. Cela signifie que les jeunes ne s’attachent guère à leurs partenaires, qu’ils en multiplient le nombre mais également qu’ils s’essayent volontiers à l’homosexualité ou à la drogue. Par conséquent, ces comportements, nous dit-on, conduisent les jeunes à courir un grave risque de contamination par le virus du SIDA et on estime que la situation est d’autant plus alarmante que les jeunes débutent de plus en plus précocement dans la vie sexuelle active et qu’ils connaissent mal les préservatifs et les utilisent peu.

36Dans un second temps, tout en maintenant les mêmes thèmes, les discours insistent en outre sur le fait que les jeunes sont moins atteints que les autres par les campagnes d’information, qu’ils ne sont pas assez conscients du danger qui les menace et que, par conséquent, ils ne prennent pas les mesures de prévention qui s’imposent.

37La solution consiste dès lors à dire que, s’il existe plusieurs moyens d’atteindre les jeunes, l’école représente leur « milieu naturel » et le point de passage obligé de toute campagne d’information. Il y a, dans cette perspective que l’on peut qualifier d’éducationnelle par opposition à une perspective communicationnelle basée sur la persuasion de type publicitaire (que l’on a pu observer également), une sotte d’acte de foi dans la mission éducative de l’école et dans sa capacité à appréhender le jeune dans toutes ses dimensions (intellectuelle, sociale, affective, etc.). L’éducateur, lorsqu’il est chargé d’une mission de prévention du SIDA, ne peut se contenter d’informer les jeunes auxquels il s’adresse : il doit partir des questions que ceux-ci lui posent et aider les jeunes à faire, de manière sereine et responsable, leur apprentissage relationnel. Outre l’amélioration des connaissances, ce qui est donc surtout visé, c’est le changement d’attitudes, celles-ci allant dans des sens parfois quelque peu différents selon la sensibilité philosophique et religieuse à laquelle on se rattache.

38La désignation des jeunes comme cible de la prévention apparaît avant tout, me semble-t-il, comme une construction idéologique qui résulte d’une logique qu’on pourrait qualifier de logique de transposition. Elle consiste à déduire, à partir de schèmes cognitifs préexistants, véhiculés couramment à propos d’une catégorie de personnes donnée (ici, les jeunes), des conséquences pour le problème envisagé qui rendent nécessaire le fait de considérer cette catégorie comme « à risque ».

39Ce qu’il est important de souligner ici, c’est que, ce faisant, la construction d’un problème « Jeunes et SIDA » se développe, à son début en tous cas, de manière autonome par rapport aux données épidémiologiques, ce qui n’était pas le cas pour les premiers « groupes à risque » définis par les épidémiologistes américains et qui relevaient davantage, eux, d’une logique statistique.

  • 17 M. HUBERT, La construction sociale du risque : l’exemple du SIDA, in Ecole de sociologie de Louvai (...)

40En effet, la désignation des jeunes s’est faite précisément à un moment où les 20-29 ans, qui représentent 20,6 % du total, ont vu leur part diminuer dans le total des cas de SIDA résidents au détriment des plus de 40 ans et où il n’y a toujours pas de cas de SIDA parmi les jeunes de 10 à 19 ans.17

  • 18 Le temps entre la contamination et la déclaration de la maladie est d’une durée moyenne de 5 ans. (...)
  • 19 Cf. Institut d’hygiène et d’épidémiologie, Le SIDA en Belgique. Situation au 30 décembre 1988, no  (...)

41Même si le nombre de séropositifs, dont l’âge moyen est bien entendu moins élevé18, devait indiquer, comme c’en est la tendance actuellement19, une proportion nettement plus significative de jeunes parmi les victimes, ce qu’il est important de noter, c’est la faible liaison entre les données épidémiologiques et le discours des acteurs sur les jeunes au moment où ceux-ci furent désignés comme cible de la prévention.

42De la même manière, on peut relever également une faible liaison entre ces discours et les données sociologiques.

  • 20 A. KINSEY, W. POMEROY, C. MARTIN, Le comportement sexuel de l’homme, Paris, Editions du Pavois, 19 (...)
  • 21 P. SIMON, Rapport Simon sur le comportement sexuel des français, édition abrégée, Paris, Pierre Ch (...)

43En effet, si personne n’est prêt à contester qu’une certaine vitalité sexuelle caractérise la jeunesse, ce qui, en grande partie, différencie les jeunes, pour la plupart célibataires, des classes d’âge plus âgées (composées de personnes souvent mariées ou vivant maritalement), c’est la possibilité moindre d’avoir des rapports sexuels. Déjà, Kinsey20 notait que la fréquence moyenne des rapports sexuels est moitié moins élevée chez les hommes célibataires que chez les gens mariés. De même, alors que l’incidence des rapports sexuels est absolue chez les gens mariés, elle n’est que de 70 % chez les hommes célibataires de 20 ans. Pour Simon également, en France, « la population âgée de 30 à 49 ans comprend la plus forte proportion d’individus ayant une activité sexuelle régulière »21.

  • 22 M. HUBERT, Les jeunes face au SIDA. Enquête sociologique, Louvain-la-Neuve, Unité de Recherches So (...)

44Dans une enquête que j’ai effectuée en 1987 auprès des jeunes bruxellois scolarisés de 16 à 25 ans22, 36,2 % des répondants ont déclaré ne jamais avoir eu de rapports sexuels. On trouve également que, parmi les 44,4 % de jeunes qui déclarent avoir eu des rapports sexuels au cours des 6 derniers mois, plus des deux tiers n’ont eu qu’un seul partenaire. En outre, 79,4 % des personnes interrogées disent que « personnellement, elles préfèrent attendre de bien connaître quelqu’un avant d’avoir des rapports sexuels avec lui (elle) » contre 12,6 % qui affirment le contraire (6,3 % sans opinion, 1,7 % non-réponse).

45Pour conclure, on peut résumer cette analyse empirique en formulant les propositions suivantes.

  1. La désignation des jeunes comme cible de la prévention en Belgique francophone s’est faite essentiellement selon une logique de transposition idéologique qui s’est imposée à une logique de type scientifique, épidémiologique ou sociologique dans le cas présent.
  2. Ce qui a prévalu dans le choix des jeunes — parmi tous les publics possibles au sein de la « population belge et hétérosexuelle »—, c’est peut-être l’existence de dispositifs déjà établis (principalement via l’école : cours d’éducation affective, de morale, etc.), susceptibles d’accueillir dans les meilleurs délais la prévention du SIDA. Autrement dit, la solution s’est imposée avant la définition du problème, les revendications interprétatives ont précédé les revendications cognitives.
  3. Une telle pratique est peut-être typique de l’acteur politique — qui a eu ici l’initiative — dont l’action, en tant que telle, est le principal critère d’efficacité.
  4. Si l’acteur politique n’a pas été contesté lorsqu’il imposa les jeunes comme cible de la prévention, c’est peut-être parce qu’il est parvenu à faire accréditer l’idée qu’un public (de parents, d’éducateurs, etc.), soucieux de l’avenir des générations futures, était disposé à entendre un tel discours. C’est peut-être aussi parce qu’il était le premier à intervenir dans la sphère des négociations et qu’il disposait, de ce fait, d’un avantage. C’est peut-être enfin parce que sa position rejoignait l’intérêt des nombreuses institutions pour lesquelles le SIDA est devenu un débouché supplémentaire.
  5. Un effort d’imagination sociale important serait à faire si l’on souhaitait cerner et atteindre des publics plus spécifiques pour la prévention du SIDA (tant d’ailleurs parmi les hétérosexuels que les homosexuels).

Présupposés épistémologiques et conclusions

  • 23 Voir notamment M. SPECTOR, J.I. KITSUSE, op. cit., 1977 ; S. WOOLGAR, D. PAWLUCH, How Shall We Mov (...)

46Dans la ligne du courant qui anime, depuis la fin des années 70, la sociologie américaine des problèmes sociaux23, on peut rapprocher la démarche suivie dans les pages qui précèdent d’une démarche constructiviste, avec tout ce que ce terme peut avoir de polémique. On veut dire par là que l’étude des problèmes sociaux passe par la relativisation des « faits » ou des « conditions » qui sont censés les constituer. On considère en effet que ces « faits » sont inséparables des acteurs sociaux :

  • d’abord, parce que ce sont les acteurs sociaux eux-mêmes qui les constituent en tant que « faits », c’est-à-dire qui les identifient, les nomment et les réunissent sous une même catégorie ;
  • ensuite, parce que ce sont aussi les acteurs sociaux qui les rendent problématiques en exprimant à leur égard des revendications, en en donnant éventuellement des définitions contradictoires ou en faisant valoir divers modes de traitement à leur appliquer.

47Relativiser de cette manière les faits qui sont présentés par les acteurs ne doit cependant pas conduire à conclure à l’inconsistance de ces faits, ce qui reviendrait d’ailleurs à prendre parti dans le débat du point de vue de ceux qui ont intérêt à en minimiser l’importance.

48Si le sociologue ne peut pas, de lui-même, trancher sur la signification à attribuer au nombre de victimes du SIDA, par exemple, il ne peut pas faire comme si celles-ci n’existaient pas, ou comme si d’importantes modifications de l’environnement n’étaient pas à l’œuvre. Mais il doit, me semble-t-il, adopter une certaine distance critique par rapport aux faits présentés par les acteurs et montrer que la connaissance du contexte sociohistorique, de l’état du système d’interaction dans lequel se trouvent les acteurs ou des logiques d’action qui les meuvent peuvent nous apprendre beaucoup sur l’évolution du problème social lui-même, davantage peut-être que la nature supposée des faits eux-mêmes.

  • 24 P. WATZLAWICK, L’invention de la réalité. Contributions au constructivisme, Paris, Seuil, 1988 (1è (...)
  • 25 E. von GLASERSFEI.D, Introduction à un constructivisme radical, in P. WATZLAWICK, op. cit., 1988.

49Relativiser les faits, décrire la manière dont les acteurs sociaux « inventent » la réalité24 dans laquelle ils œuvrent, tout en se rappelant que, ce faisant, nous inventons aussi nous-mêmes une réalité, que, ce faisant, nous cherchons à produire une connaissance qui, non pas correspondez la réalité, mais lui convienne au mieux25, ne doit pas non plus conduire à conclure à l’impossibilité ou au refus de construire un discours sociologique propre. Une telle tentation existe en effet en ces temps de crise de légitimité que traverse la sociologie et dans les contextes de travail particulièrement anomiques que connaissent aujourd’hui beaucoup de chercheurs en sociologie.

  • 26 A. HIRSCHMAN, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Editions ouvrières, 1972.

50En résumé, parler de point de vue constructiviste a donc comme principal intérêt de rappeler au sociologue, si besoin en est, que les enjeux sociaux ne sont pas le fruit de son imagination mais qu’ils sont, avant tout, enjeux définis et construits par des acteurs et qu’en corollaire, il peut circonscrire son champ d’analyse à la séquence temporelle qui va de la première prise de parole26 d’un acteur à propos d’une condition donnée jusqu’à la transformation de cette condition en condition problématique.

51L’analyse empirique qui précède a montré que cette séquence temporelle voit se succéder, après la constitution de la condition en phénomène unique et homogène, une phase de vacance cognitive, d’inconsistance et de tension, au cours de laquelle les schèmes cognitifs à notre disposition pour décrire la réalité ne semblent plus adaptés. S’ensuivent alors, pour tenter de mettre fin à cette vacance cognitive, des tentatives de réactualisation de schèmes cognitifs anciens qui semblent mieux adaptés ou d’importation pure et simple de modèles d’action définis ailleurs. Enfin, ultérieurement, s’impose la nécessité de recomposer une réponse propre à la condition nouvelle. Cette recomposition ne se fait pas de manière instantanée mais par essais et erreurs selon des critères qui relèvent davantage de la plausibilité sociale (par généralisation et transposition) que de la rationalité au sens strict.

Notes

1 Pour un exposé plus détaillé, voir M. HUBERT, La production et la diffusion des problèmes sociaux dans l’espace public. Un point de vue constructiviste sur le SIDA, Dissertation doctorale en sociologie, Université catholique de Louvain, 1988.

2 Une autre interrogation importante qui ne sera pas développée ici est celle des conditions sociales d’émergence de la pandémie de SIDA elle-même. M. D. GRMEK, dans Histoire du SIDA (Paris, Payot, 1989, pp. 245 et sv.), a étudié cette question, en s’attachant notamment au rôle joué par ce qu’il appelle la pathocénose, c’est-à-dire l’équilibre dans la fréquence de toutes les maladies qui affectent une population déterminée. Cet équilibre aurait été modifié par une série d’interventions et de changements dans les pratiques sociales, qui, de ce fait, ont pu encourager la diffusion du virus du SIDA.

3 Plusieurs cas probables remontent à 1952. Cf. M. D. GRMEK, Ibidem, p. 194.

4 S. MOSCOVICI, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 1976 (1ère éd. 1961).

5 F. BOLTANSKI, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969.

6 M. SPECTOR, J.I. KITSUSE, Constructing social problems, Menlo Park, Cummings, 1977.

7 Je transpose ici une distinction que N. Aronson avait développée dans son analyse de la pratique scientifique (qui, pour elle, représente une activité revendicative au même titre que la construction des problèmes sociaux). Cf. N. ARONSON, Science as a claims-making activity : Implications for social problems research in J. SCHNEIDER, J.I. KITSUSE, Studies in the Sociology of Social Problems, Norwood, Ablex, 1984.

8 Ainsi, par exemple, on remarque que, pendant près d’une année à partir de 1981, les travaux des scientifiques sur le SIDA s’orientèrent prioritairement vers l’existence d’hypothétiques caractéristiques propres au mode de vie homosexuel pour expliquer l’apparition de la maladie. Ils étudièrent, en particulier, l’usage par les homosexuels d’une drogue nommée « popper » assimilée non pas par voie intraveineuse mais par voie bucale. C’est pourquoi, à cette époque, on ne parlait pas encore de SIDA mais de GRID - Gay Related Immuno-Deficiency (« Immunodéficience liée à l’homosexualité masculine »). C’est en 1982 qu’un tournant décisif intervint lorsqu’on remarqua que des cas s’étaient déclarés en peu de temps et successivement chez des drogués par voie intraveineuse, des Haïtiens et des hémophiles. L’appellation « Immunodéficience liée à l’homosexualité masculine » n’était donc plus pertinente et, pour souligner la différence avec les faiblesses immunitaires congénitales, on parla alors de Syndrome d’Immuno-déficience acquise (SIDA). Voir à ce sujet J. HEILBRON, J. GOUDSMIT, A propos de la découverte du virus du SIDA. Mécanismes de concurrence et de défense dans un conflit scientifique, in Actes de la recherche en sciences sociales, no 69, 1987.

9 J. REMY, L. VOYÉ, E. SERVAIS, Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, tome 1, Bruxelles, E.V.O, 1978, pp. 48-51, 106-113.

10 J. HABERMAS, L’espace public. Archéologie de la Publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978 (1ère édition allemande : 1962).

11 J. HABERMAS, op. cit., p. 208.

12 L. BOLTANSKI, La dénonciation, in Actes de ta recherche en sciences sociales, no 51, 1984.

13 J. DELUMEAU, La peur en Occident (XIVe - XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1978, pp. 132-187.

14 R. CASTEL, De la dangerosité au risque, in Actes de la recherche en sciences sociales, no 47-48, 1983.

15 M. POLLAK, Identité sociale et gestion d’un risque de santé. Les homosexuels face au SIDA, in Actes de la recherche en sciences sociales, no 68, 1987, p. 78.

16 Je ne fais ici que rendre compte des principaux résultats de l’analyse que j’ai effectuée d’un ensemble de documents comprenant des compte-rendus de réunion, du courrier, des textes de conférence de presse, etc. Cf. M. HUBERT, op. cit., 1988.

17 M. HUBERT, La construction sociale du risque : l’exemple du SIDA, in Ecole de sociologie de Louvain, Diagnostics. Enjeux politiques et sociaux en Belgique, Louvain-la-Neuve, CIACO, 1989.

18 Le temps entre la contamination et la déclaration de la maladie est d’une durée moyenne de 5 ans. Cf. Institut d’hygiène et d’épidémiologie, Le SIDA en Belgique. Situation au 31 mars 1989, no 16, p. 1.

19 Cf. Institut d’hygiène et d’épidémiologie, Le SIDA en Belgique. Situation au 30 décembre 1988, no 15, p. 8.

20 A. KINSEY, W. POMEROY, C. MARTIN, Le comportement sexuel de l’homme, Paris, Editions du Pavois, 1948, p. 375.

21 P. SIMON, Rapport Simon sur le comportement sexuel des français, édition abrégée, Paris, Pierre Charron/René Julliard, 1972, p. 193.

22 M. HUBERT, Les jeunes face au SIDA. Enquête sociologique, Louvain-la-Neuve, Unité de Recherches Sociologiques, 1987.

23 Voir notamment M. SPECTOR, J.I. KITSUSE, op. cit., 1977 ; S. WOOLGAR, D. PAWLUCH, How Shall We Move Beyond Constructivism ?, in Social Problems, no 2, 1985 ; le no 3/1985 de la revue Social Problems ; L. HAZELRIGG, Is there a choice between Constructionism and Objectivism ?, in Social Problems, no 6, 1986.

24 P. WATZLAWICK, L’invention de la réalité. Contributions au constructivisme, Paris, Seuil, 1988 (1ère édition allemande : 1981).

25 E. von GLASERSFEI.D, Introduction à un constructivisme radical, in P. WATZLAWICK, op. cit., 1988.

26 A. HIRSCHMAN, Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Editions ouvrières, 1972.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540