Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

III. Essais et études concrètes

Réformes institutionnelles belges et logiques socio-économiques1

Michel Molitor

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la version transformée d’un article paru en 1979 : La face cachée des problèmes insti (...)

1Depuis la fin des années 60, la Belgique est engagée dans de profonds changements institutionnels qui concernent la forme de l’Etat, la réorganisation des espaces politiques, la définition de nouveaux centres de pouvoir et d’initiative. Ces transformations sont souvent analysées comme le produit des tensions culturelles ou linguistiques résultant de la situation d’infériorité faite à la langue et à la culture flamandes pendant le premier siècle d’histoire de l’Etat belge. Cette interprétation fondamentalement exacte n’épuise cependant pas le problème. Au contraire, à une approche culturelle et institutionnelle de ces changements, il faut ajouter une interprétation économique et politique qui la complète et la dépasse.

2Ainsi, depuis quinze ans en Belgique, problèmes économiques et tensions institutionnelles sont combinés. La crise économique, en accélérant la destruction de structures industrielles fragiles, a destabilisé les rapports de force politique et influé par le fait même sur les réorganisations institutionnelles. Une des conséquences les plus visibles de ces deux crises est ce que l’on a appelé le développement différencié : la croissance de la Flandre et le déclin de la Wallonie. Plus précisément : la capacité d’une région de conduire son développement en face de l’impuissance de l’autre à freiner sa régression et le déplacement ou la redistribution du pouvoir lié à ce double mouvement.

  • 2 Elle a été notamment formulée par Xavier Mabille au cours du Colloque Jean Meynaud (septembre 1978 (...)

3Une des démarches les plus fécondes que l’on puisse suivre aujourd’hui en cette matière2 est d’éclairer les modifications institutionnelles à l’œuvre dans la société belge par la transformation des rapports entre acteurs économiques : l’émergence d’une nouvelle classe dirigeante liée au développement de la Flandre, le déclin de l’agent des deux premières industrialisations — la bourgeoisie traditionnelle, francophone, liée à l’État belge depuis sa naissance — et, en même temps, la croissance de l’internationalisation.

4Dans cette perspective, l’enjeu profond des conflits institutionnels serait le développement économique et sa maîtrise. Les stratégies politiques en Flandre comme en Wallonie varieraient en fonction de la diversité des contextes et les réformes institutionnelles elles-mêmes devraient refléter — dans leur contenu comme de la manière dont elles ont été conduites cette dynamique singulière.

  • 3 Cf. A. TOURAINE, Production de la société, Paris, Le Seuil, 1976 et La Voix et le regard, Paris, L (...)

5On a longtemps utilisé la notion de « mouvement flamand » (surtout dans les années 60-70) pour rendre compte de la montée de la Flandre et de son investissement de l’Etat belge à travers la poursuite de l’autonomie culturelle. Par symétrie, on a nommé « mouvement wallon » les prises de conscience et les mobilisations opérées en Wallonie en réaction à l’effondrement des cadres économiques de cette région. On continuera donc à parler de « mouvements » pour qualifier ces deux dynamiques mais en précisant deux observations. En premier lieu, ces deux « mouvements » sont de nature et d’orientation très différentes : dans l’hypothèse qui est développée ici, le mouvement flamand peut largement se ramener à la fabrication et à l’émergence d’un nouvel acteur dirigeant ; le mouvement wallon est un enchevêtrement de conduites de protestation et de revendication enracinées, au départ, dans la périphérie du mouvement ouvrier. Si l’on veut se référer à une problématique sociologique précise, on parlera de pression institutionnelle (les diverses catégories de luttes conduites pour l’accès au pouvoir et son contrôle) à propos du mouvement flamand et de conduite de crise organisationnelle liée à la décomposition d’un mouvement social pour le mouvement wallon3. En second lieu, le mouvement flamand comme le mouvement wallon se sont opposés, de manière différente, au fonctionnement de la société belge et à son organisation mais pas à l’ordre social existant. Ce qui semble clair pour le mouvement flamand l’est tout autant pour le mouvement wallon malgré l’adoption fin des années cinquante de programmes de « réformes de structures anticapitalistes » par les organisations syndicales qui allaient donner une nouvelle impulsion à la revendication wallonne. Cela dit, l’examen des deux « mouvements » révèle plus de contrastes et d’oppositions que de ressemblances. Ces différences, articulées au poids différent des deux mouvements, expliqueront, dans les années 80, la diversité des réponses apportées par les réformes institutionnelles aux revendications dont ils auront été les porteurs.

Le mouvement flamand ou la naissance d’une nouvelle classe dirigeante

6L’essentiel à saisir dans le mouvement flamand est l’émergence d’une nouvelle capacité d’initiative économique et politique qui passe par la naissance et l’affirmation d’une « nouvelle bourgeoisie flamande ». Celle-ci se définit positivement par rapport au développement économique et négativement par rapport à la classe dirigeante traditionnelle (la « bourgeoisie francophone unitaire ») avec qui elle engage une relation de concurrence politique. La « nouvelle bourgeoisie flamande » constitue au sens propre du mot un groupe dirigeant.

  • 4 M. QUEVIT, Les causes du déclin wallon, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1978.

7Michel Quévit a bien montré dans Les causes du déclin wallon4 la transformation des rapports politiques et économiques internes à la société belge qui a accompagné l’apparition d’un pouvoir économique flamand. La stratégie de développement économique de la Flandre s’est articulée en plusieurs phases : création d’une mobilisation sociale sur une base culturelle, investissement de l’Etat central utilisé comme un des moteurs du développement, et liaison à l’internationalisation.

  • 5 E, GUBIN, D’une histoire nationale à l’autre : à propos de l’historiographie du mouvement flamand (...)
  • 6 M. QUEVIT, op. cit., pp. 91-94.

8La base culturelle du mouvement flamand repose sur la revendication de mise sur pied d’égalité des langues. Plus tard, on articulera revendication culturelle et revendication sociale : la domination dont la Flandre est l’objet est aussi sociale puisque toute mobilité sociale passe nécessairement par la francisation. Enfin, la prise de conscience au tournant du siècle du retard économique de la Flandre entraînera une nouvelle analyse : relever la Flandre de sa triple dépendance — culturelle, sociale et économique — implique de disposer d’élites véritablement flamandes qui prendront en charge des objectifs de développement5. Cette stratégie appelle la maîtrise d’un système éducatif propre et les moyens financiers destinés à soutenir l’investissement dans l’industrie flamande6.

9La première phase du mouvement est caractérisée par le repli sur la Flandre (recherche de l’autonomie culturelle, constitution de la « communauté flamande ») tandis que les phases ultérieures participeront d’une stratégie d’extraversion (investissement de l’Etat central, ouverture à l’internationalisation).

10La liaison entre les objectifs culturels et économiques éclaire la stratégie du mouvement flamand et ses effets. Les thèmes culturels ou linguistiques dominent au début du mouvement, mais très rapidement il apparaît que l’autonomie de la communauté flamande (et l’affirmation de sa bourgeoisie comme groupe dirigeant) passe par le développement économique. La légitimité de la « nouvelle bourgeoisie flamande » découle de sa capacité à faire et à organiser le développement. Plus la communauté flamande s’affirme comme telle, plus ses dirigeants acquièrent les moyens politiques de leur autonomie, plus les revendications et les thèmes culturels décroissent au profit des thèmes économiques.

  • 7 En 1973, en Flandre 56,4 % des travailleurs sont occupés dans des entreprises contrôlées par des g (...)

11La constitution d’une nouvelle initiative économique s’accompagne donc d’une croissance du pouvoir politique qui va se manifester par le contrôle de l’Etat et de ses ressources. Cette définition éclaire les positions des nouveaux dirigeants flamands : c’est au nom du développement économique qu’ils s’engageront dans des relations de compétition politique avec les dirigeants traditionnels. Si les premières phases du développement économique ont été réalisées principalement par des structures ou des agents économiques locaux (structures industrielles et financières régionales, patronat flamand organisé au sein du Vlaams Economisch Verbond (V.E.V.),...), l’accélération du processus a été provoquée par l’amarrage de la Flandre au capitalisme multinational et son ouverture à l’internationalisation qui connaîtra son apogée dans les années 707.

12La notion de « nouvelle bourgeoisie flamande » ou de bourgeoisie modernisatrice recouvre dès lors plusieurs réalités : les dirigeants d’entreprises ou de groupes financiers flamands constitués sur une base régionale, les cadres d’entreprises multinationales formés à l’étranger et branchés sur des circuits internationaux d’initiative économique (et culturelle...), les dirigeants de petites et moyennes entreprises (qui sont parfois les sous-traitants des grandes entreprises multinationales ou qui s’intègrent dans leurs réseaux), les membres flamands de la haute administration (souvent, d’ailleurs, agents de l’ouverture de l’Etat à l’internationalisation). Le ciment qui lie ces divers groupes participe autant de la dimension culturelle du mouvement flamand que de l’objectif de développement économique, mais les choix quant aux modalités du développement peuvent varier. Ces diversités d’options ont leur reflet dans la scène politique : une fois l’autonomie culturelle acquise, les fédéralistes de Flandre limitent leur conduite du développement économique à la Flandre tandis que les néounitaires, forts de leur majorité politique, élargissent cette conduite à la Belgique toute entière. Cette tension entre les deux positions a marqué de diverses manières tous les partis politiques en Flandre à l’exception peut-être des nationalistes et constitue un facteur d’explication du retard mis à approfondir les réformes institutionnelles engagées en 1970 et en 1980.

  • 8 M. QUEVIT, op. cit., p. 106.

13Dès lors, le rapport entre le mouvement flamand et les dirigeants traditionnels de la société belge ne doivent-ils pas se lire comme le conflit entre un groupe dirigeant modernisateur n’ayant qu’un faible accès à la décision économique et politique et le groupe dirigeant traditionnel contrôlant l’Etat unitaire ? Dans ce conflit, la nouvelle bourgeoisie flamande s’est appuyée à la fois sur la petite et moyenne bourgeoisie et sur une base populaire. La mobilisation de la petite et moyenne bourgeoisie va s’organiser sur des thèmes culturels et politiques et ce d’autant plus facilement qu’elle est bloquée dans sa mobilité sociale par la domination culturelle de la langue française. Par ailleurs, les nouveaux dirigeants flamands trouveront leur légitimité sociale dans la capacité qu’ils ont de conduire le développement économique et d’assurer le progrès social. La liaison entre développement et progrès sera facilitée par la croissance économique qui s’amorce après la seconde guerre mondiale, dans les années 50, et assurée par la construction d’un système de concertation qui organisera les rapports entre les divers acteurs économiques et sociaux. La concertation garantira l’objectif commun, le développement économique, et gèrera les conflits relatifs à sa réalisation : la redistribution. L’idéologie populiste8 n’est pas autre chose que l’organisation d’un consensus social autour de la conduite du développement économique représenté comme servant les intérêts de la société toute entière. Les caractéristiques comme les circonstances de l’industrialisation en Flandre ainsi que la situation particulière de cette région dans l’Etat belge expliquent la perméabilité du mouvement ouvrier au populisme. La fraction dominante du syndicalisme flamand, le syndicalisme chrétien, a été par la suite un des principaux supports de ce courant idéologique.

  • 9 Cf. J. COUSSY, Extraversion économique et volonté de puissance, in Revue française de science poli (...)
  • 10 La décolonisation n’a pas été un des moindres éléments de cette réorientation.

14Le mouvement flamand (ou le groupe qu’il a produit) a donc mené simultanément une stratégie de développement économique et une stratégie de transformation du système institutionnel en opérant une nouvelle répartition du pouvoir économique et politique dans la société belge. Plus que de deux stratégies, il s’agit d’une stratégie à deux versants : le versant économique et le versant politique dont la caractéristique majeure est l’extraversion9. En effet, si les bases culturelles du mouvement flamand sont centrées sur la Flandre, le développement économique est directement lié aujourd’hui aux circuits économiques internationaux et la nouvelle bourgeoisie flamande constitue désormais un des relais de ce processus d’internationalisation. Par ailleurs, la stratégie politique du mouvement flamand par rapport à l’Etat belge a été son investissement plutôt que sa neutralisation. Le rôle et la structure de l’Etat ont été d’autant plus profondément transformés que la base économique évoluait rapidement sous l’impact du développement différencié et de l’internationalisation. Ces mécanismes ont été facilités par les difficultés croissantes que rencontrait la classe dirigeante traditionnelle pour maintenir les capacités d’intégration de l’Etat unitaire, notamment en raison de la dégradation de sa capacité d’initiative économique en Belgique : le déclin des outils industriels qu’elle contrôlait, souvent localisés en Wallonie, la délocalisation de l’initiative économique, la réorientation de ses activités10, etc.

15On pourrait se demander incidemment pourquoi le processus d’émergence de nouvelles élites économiques dans le nord du pays et surtout la compétition qu’elles ont engagée avec les dirigeants traditionnels de la société belge n’ont pas été enrayés ou ne fût-ce que corrigés par des stratégies de cooptation issues de la bourgeoisie francophone traditionnelle au moment où elle dominait encore ? La tentative a bien eu lieu, mais certainement trop tard pour enrayer le mouvement général. Si, par exemple, quelques groupes francophones liés à la bourgeoisie traditionnelle se sont essayés à ces cooptations, celles-ci n’eurent pas l’effet attendu. Cet échec relatif doit s’expliquer sans doute par une erreur d’analyse politique : n’avoir pas été sensible à la vraie nature du mouvement flamand et n’en avoir retenu que la contestation linguistique. Par contre, dans les années 60, on sera plus sensible à la contestation qui se développait en Wallonie associant revendication fédérale et critique de la gestion capitaliste. Une bonne partie de la bourgeoisie francophone et de la presse conservatrice a considéré alors le mouvement wallon comme le « destructeur » de l’Etat belge alors que sa « destruction » — ou plus précisément sa transformation profonde — a surtout été le fait de son investissement par le mouvement flamand et ultérieurement de son ouverture à l’internationalisation.

  • 11 J. REMY, L. VOYE et E. SERVAIS, Produire ou reproduire, Bruxelles, Vie Ouvrière, tome 2, 1979, p.  (...)

16Par ailleurs, ces hypothétiques tentatives de cooptation, à supposer qu’elles aient acquis quelque substance, auraient été largement contradictoires avec les stratégies politiques de la nouvelle bourgeoisie flamande. Comme le soulignent J. Remy, E. Servais et L. Voyé, cette stratégie s’est enracinée, au départ en tous cas, dans une représentation de sa position relative dans un système de pouvoir qui devenait concurrentiel. Selon cette analyse, la force de la nouvelle bourgeoisie flamande sera de « refuser sa solidarité » à la bourgeoisie francophone traditionnelle qui l’a longtemps tenue dans une position d’infériorité : « l’inversion du rapport de pouvoir entre ancienne et nouvelle bourgeoisie n’étant vraiment stabilisée que dans la mesure où, au-delà du champ du politique, se fait un contrôle de l’économique ».11

Le mouvement wallon ou l’implosion

17Il y a un danger évident à mettre en rapport trop schématiquement le développement de la Flandre et l’affaiblissement de la Wallonie. Ces deux phénomènes ne participent pas nécessairement du même mouvement et il est hasardeux d’expliquer celui-ci par celui-là. En Flandre, le combat culturel est plus ancien que le développement économique qui ne démarre que dans les années 50, pendant la période de grand chômage, alors que les thèmes économiques n’apparaissent pas encore en Wallonie. Le développement de la Flandre ne s’est pas fait directement aux dépens de la Wallonie, mais il a profité de la diminution du poids politique de la Wallonie, affaiblissement qui accompagnait la régression économique.

18Le mouvement wallon ne peut pas être compris si on ne le situe pas dans le contexte d’une Wallonie marquée par la dégradation de l’initiative économique liée à la transformation du capitalisme belge traditionnel. Le mouvement wallon est un enchevêtrement de conduites qui toutes sont construites en réaction au déclin de la Wallonie. Ces conduites, concurrentes dès qu’elles se développent sur la scène politique, ne sont fondamentalement pas très différentes.

  • 12 G. CARPINELLI, Le fractionnement de l’unité belge, in Contradictions, 1980, no 23-24, p. 49.

19Sans doute, le mouvement wallon est antérieur au déclin économique ; la contestation wallonne de l’Etat unitaire date du début du siècle. Essentiellement localisée au début dans des milieux de fonctionnaires craignant le développement du bilinguisme12, elle sera reprise, quand cette hypothèse sera écartée dans les années 30 au profit du double unilinguisme régional, par des hommes politiques et des intellectuels sensibles aux perspectives de minorisation liées aux évolutions démographiques divergentes des régions.

20On se limitera cependant à la tentative de mobilisation qui a suivi la prise de conscience de la dégradation économique de la Wallonie au début des années 60, en raison même de l’interrogation qui fonde la démarche que l’on suit ici et qui concerne la liaison entre le développement économique et la modification des rapports de force politiques.

21Fin des années 50, le « problème wallon » va être largement révélé par une crise sociale grave : les grandes grèves de l’hiver 1960-61.

  • 13 Même si les travailleurs affiliés aux syndicats chrétiens, à de notables exceptions près, n’ont pa (...)

22La grève de l’hiver 1960-61 est avant tout un mouvement porté par la classe ouvrière wallonne13 inquiète devant la dégradation de l’emploi et envahie par un sentiment d’insécurité. A travers les grèves, dont le développement a été accéléré par la déstabilisation liée à la crise de crédibilité des structures politiques, le problème wallon apparaîtra dans sa dimension sociale au moins autant que dans sa dimension économique : à travers la revendication de réformes de structures, c’est l’emploi que l’on demande.

23Sans doute existait-il des causes proches aux grèves ; la fermeture programmée des charbonnages est la démonstration d’une mauvaise gestion de l’économie et d’attitudes politiques conservatrices qui empêchent la rénovation des structures industrielles, l’Etat est discrédité dans l’opinion publique en raison de la manière dont a été conduite la décolonisation, le gouvernement a voulu appliquer une politique d’austérité sans parvenir à convaincre de son utilité.

  • 14 Cf M. CHAUMONT, Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières, les grèves belges de décembre 1960-ja (...)
  • 15 Cf B. FRANCQ, Le social et le politique, les deux faces du mouvement ouvrier, Louvain la-neuve, Dé (...)

24Plus profondément, comme l’a montré Maurice Chaumont14, la crise de l’hiver 1960-61 est le résultat de l’insécurité et de la déstabilisation d’une vieille classe ouvrière menacée par l’ébranlement du système industriel qui constituait son champ d’action privilégié. Ce que l’on pressent, c’est donc une menace sur la « communauté ouvrière » qui s’est construite dans les bassins industriels à travers ses diverses formes professionnelles (l’usine, le syndicat), politiques (la commune, le parti) et culturelles (le modèle industriel)15.

25La revendication de réformes de structures économiques qui servira de principe de revendication pendant les premiers temps de la grève est ambiguë : simultanément modernisatrice et restauratrice, elle indique aussi bien la volonté de contrôle du monde ouvrier d’un modèle économique menacé que le maintien de l’intégrité de la communauté ouvrière. La déstabilisation politique s’accentuera avec la prise de conscience du caractère minoritaire de la classe ouvrière wallonne dans le monde du travail en Belgique ; la revendication de fédéralisme est une réponse à ce sentiment.

26En 1960-61, le développement de la revendication wallonne s’enracine donc dans cette prise de conscience de l’écroulement progressif des cadres traditionnels de l’action économique. De fait, le slogan « fédéralisme et réformes de structures » exprime bien la confluence entre la revendication wallonne et le mouvement ouvrier même si la liaison entre ces deux objectifs a pu alors paraître artificielle, le fédéralisme étant destiné à relancer une mobilisation sociale essoufflée.

27Reste à montrer comment on est passé des grèves au mouvement wallon. En d’autres termes, comment un mode d’action spécifiquement ouvrier a débouché sur une revendication et un mode d’action régional.

28Les grèves ont révélé la crise du modèle d’industrialisation de la Wallonie. L’action conduite par la classe ouvrière wallonne — la grève — débouche sur un échec. Les leaders du mouvement ont cru qu’une manière de sortir de l’échec serait de dégager la Wallonie des « contraintes externes » qui pesaient sur elle en lui donnant l’autonomie par le fédéralisme.

29En produisant la Wallonie comme problème, le conflit de 1960-61 a créé un enjeu qui organisera progressivement les conduites politiques des différents acteurs. Si la revendication wallonne sera, pendant quelques années encore, principalement localisée dans les organisations du « monde » socialiste, elle débordera assez rapidement ces limites pour devenir un enjeu global et une légitimité pour tous.

30La prise en charge de la revendication wallonne par la branche socialiste du mouvement ouvrier (largement dominante en Wallonie) apparaîtra nettement lors de ce conflit qui sera conduit dans la région par un comité de coordination des régionales wallonnes de la Fédération Générale du Travail de Belgique (F.G.T.B.). Le Parti Socialiste Belge (P.S.B.) quant à lui ne jouera pas de rôle réellement majeur dans la grève. Son refus d’ouvrir un « second front » politique en janvier 1961 facilitera la rentrée du mouvement de protestation dans le cadre institutionnel.

  • 16 En 1961, 30 % des députés et 25 % des sénateurs socialistes wallons sont membre du M.P.W. La repri (...)

31Tout de suite après la grève de l’hiver 1960-61 donc, l’enjeu wallon est encore au cœur d’un rapport de force interne au monde socialiste politiquement et socialement dominant en Wallonie. L’attitude du P.S.B. en janvier 1961 éclaire la naissance en mars-avril 1961 d’un groupe de pression : le Mouvement Populaire Wallon (M.P.W.). Il y a une double erreur à ne pas commettre à propos du M.P.W. : le considérer comme un mouvement exprimant une pulsion profonde de la société wallonne ou, au contraire, le réduire à une stratégie d’appareil interne au monde socialiste. Le M.P.W. aura comme vocation d’organiser la mobilisation autour d’un projet politique wallon (comme d’ailleurs Rénovation Wallonne son homologue dans le monde de la démocratie chrétienne) et de faire pression sur les institutions. En réalité, à défaut d’être un rassembleur, le M.P.W. sera assez largement le catalyseur de tensions internes au monde socialiste. En 1963 un congrès extraordinaire de la F.G.T.B. échangera la reconnaissance d’un droit de tendance contre la suppression des groupes syndicaux M.P.W.. Une année plus tard le P.S.B. soucieux de refaire l’unité avant les élections communales condamnera la double appartenance P.S.B.-M.P.W.16.

32L’objectif fédéraliste va cependant monter dans l’appareil du P.S.B. et acquérir une substance institutionnelle avec la participation des socialistes aux gouvernements d’après 1968. L’objectif de réformes de structures ne sera pas réellement réalisé : l’inflation d’institutions dont sera couverte la Wallonie n’étant qu’un substitut très dénaturé au projet de changement des structures économiques et surtout de reconstitution d’une capacité d’initiative.

33Le P.S.B. et la F.G.T.B. ont occupé une position dominante en Wallonie mais ils n’ont pas su — ou pas voulu — utiliser cette position pour se poser en compétiteur — ou en interlocuteur — du nouveau pouvoir qui s’élaborait en Flandre. Tout s’est passé comme si le P.S.B. wallon avait pratiqué une politique de repli sur la Wallonie ou d’insularisation : utiliser sa position dominante pour occuper le terrain à défaut de pouvoir peser sur les déterminants de la situation. Effet d’appareil ou d’organisation plutôt que stratégie de groupe social, il s’agit au sens propre du mot d’une pratique d’introversion.

34D’une manière générale, les autres partis s’aligneront avec plus ou moins de nuances sur l’objectif fédéraliste. En 1968, le Parti Social Chrétien (P.S.C.), suite au déménagement contraint de l’Université catholique de Louvain (francophone) de la ville flamande de Leuven où elle s’était maintenue en raison des dispositions de la législation linguistique de 1963, est la première formation politique traditionnellement unitaire à s’être organiquement séparée de son homologue flamand. Il restera cependant longtemps une force de conservatisme institutionnel en raison de l’arbitrage qui ne sera pas fait entre ceux de ses membres — ou de ses dirigeants — qui accepteront le rôle de relais de la nouvelle bourgeoisie flamande, les tenants de l’unité nationale éventuellement assortie d’une régionalisation modérée et les partisans d’un fédéralisme réel. La question de l’enseignement confessionnel et la crainte d’être minorisés dans une Wallonie dominée par les appareils politiques socialistes ralentiront l’adhésion aux thèses fédérales. Il faudra attendre 1988 et la négociation de protections constitutionnelles à l’enseignement confessionnel pour que les réticences majeures disparaissent.

  • 17 Le Front Wallon est une dissidence M.P.W. à vocation de parti politique. En 1965, un accord électo (...)

35Le développement de partis « wallons » ou « francophones » construits sur un projet régional a sans doute permis de débloquer l’enjeu wallon des luttes d’organisation dans lesquelles il a longtemps été enfermé17. La naissance de partis régionaux et surtout la croissance sensible de leur électorat éclairent directement la radicalisation des partis traditionnels (P.S.B. qui deviendra P.S. en 1978, P.S.C., P.L.P. wallon puis P.R.L.W. et enfin P.R.L.) autour du projet régional et la modification de leurs stratégies qui s’ensuivit.

36Au-delà des stratégies d’organisations politiques, dont les conduites concurrentes se neutralisaient tactiquement plus qu’elles ne s’opposaient au nom de projets différents, il est important de dégager le type de demande qui a été véhiculée avec plus ou moins de cohérence par le mouvement wallon ou par l’ensemble de conduites qui le constituent.

37On a vu plus haut que l’enracinement du mouvement wallon ces trente dernières années à la périphérie du mouvement ouvrier pouvait éclairer la domination de la conscience sociale (redistribution, emploi) sur la conscience économique (création d’un nouvel outil économique). Cette dualité inégale explique pourquoi la dimension sociale des problèmes a longtemps occulté leur dimension économique : pour maintenir l’emploi on acceptera souvent des solutions boiteuses ou coûteuses à terme parce que indépendantes de le reconstitution d’une forme d’initiative économique. Ce n’est que fort tard, dans la seconde moitié des années 70, malgré la diffusion de certaines démarches prophétiques, qu’on a réellement pris conscience que l’autonomie revendiquée serait inutile tant qu’elle ne s’accompagnerait pas de la reconstitution d’une capacité dirigeante en Wallonie, en d’autres termes la reconstitution d’une capacité d’initiative susceptible de réamorcer la dynamique du développement. Sans doute, dans les années 60, cette urgence n’a-t-elle pas été immédiatement perçue en raison de la tendance générale de croissance qui a constitué le décor factice de cette période.

38Plus généralement, le mouvement wallon, ou plus exactement l’élaboration d’un projet politique wallon, a été largement hypothéqué par les positions défensives du mouvement ouvrier en Wallonie comme par le caractère archaïque de la bourgeoisie wallonne, bourgeoisie d’appareils publics ou privés, depuis longtemps dépossédée de toute initiative économique.

39L’accélération du processus de dégradation est dû à la manière dont on a persisté à nommer en termes sociaux des problèmes politiques. Après tout, le fond du problème n’est il pas qu’une ancienne classe dirigeante n’a plus assumé son rôle sans être contestée pour autant ?

40Le mouvement wallon a été avant tout incapable de nommer son adversaire. En s’attaquant à la nouvelle bourgeoisie flamande, à l’Etat unitaire ou, plus rarement et sans précision, au capitalisme, il faisait l’économie du procès du capitalisme belge traditionnel qui, comme pouvoir et comme initiative économique, avait largement quitté la Wallonie ne laissant derrière lui que des lambeaux de pouvoir social et culturel.

41Dans ce contexte, le mouvement wallon a privilégié la recherche de formules protectrices et a développé une stratégie d’occupation du terrain à défaut de pouvoir prendre le contrôle de la situation. En fait, le mouvement wallon a développé une stratégie de dominé. La gestion de la régression au moindre coût social s’est substitué à la mise en route d’une nouvelle initiative économique, et a maintenu, même à travers la politique de repli sur la Wallonie, la relation de dépendance par rapport à l’Etat central transformé. Par analogie avec ce qu’on a dit plus haut du mouvement flamand, on qualifiera cette fuite des lieux de pouvoir de conduite d’introversion.

Les réformes institutionnelles

42Cette analyse devrait éclairer le processus comme le contenu des réformes institutionnelles qui, s’échelonnant de 1970 à 1988, ont abouti à transformer profondément le paysage politique de la Belgique.

43Fin des années 60, le système politique belge est confronté à deux revendications explicites : l’autonomie culturelle de la Flandre qui a connu un début de satisfaction par la législation linguistique de 1963 et la régionalisation économique dans laquelle la Wallonie voit la condition de son redressement.

44Ces revendications vont connaître des satisfactions très différentes à travers les réformes de 1970 et de 1980.

45En 1970 le constituant définit des communautés culturelles autonomes et les dote d’un pouvoir décrétal par le moyen d’assemblées législatives (les conseils culturels) ; dans le même mouvement, sont créées des régions économiques qui ne seront dotées que d’instances consultatives. En 1980 on transférera d’importantes compétences aux communautés et des attributions beaucoup moins considérables aux régions tout en dotant ces nouveaux espaces politiques d’instances législatives et d’exécutifs propres. En Flandre, exécutifs et législatifs régionaux et communautaires fusionneront pour créer un exécutif et un législatif flamand. La dualité communauté-région subsistera en Wallonie (et à Bruxelles).

46Le système institutionnel issu des réformes de 1970 et 1980 sera porteur de tensions considérables en raison de l’asymétrie des nouveaux espaces politiques et du déséquilibre dans les rapports de force, la cohérence des institutions politiques flamandes renforçant considérablement leur puissance d’impact dans la sphère nationale. Le produit des réformes institutionnelles est à l’image des mouvements qui les ont suscités : cohérence en Flandre, désarticulation en Wallonie ou dans la communauté française.

47On pourrait penser que l’antériorité dans la satisfaction de la revendication flamande d’autonomie culturelle (pratiquement acquise dès 1970) sur la revendication wallonne de régionalisation économique enlève de sa substance à l’interprétation en terme de logiques économiques. On peut répondre de deux manières à cette objection.

  • 18 X. MABILLE, Histoire politique de la Belgique, Facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, C.R.I (...)
  • 19 De 1960 à 1988, le C.V.P., principal parti flamand a toujours été aux affaires ; il a occupé le po (...)

48Il est évident que la mobilisation politique en Flandre s’est opérée d’abord sur des thèmes culturels ; il est dès lors logique de satisfaire cette revendication dès lors que les réformes qu’elle appelle s’avèrent praticables. Il ne faut pas oublier cependant, comme le dit X. Mabille, que le mouvement flamand est porteur « d’enjeux multiples et de nature différente selon les moments. Au premier rang dans la chronologie la législation sur l’emploi des langues (...) mais, dès le début du XXème siècle, le mouvement flamand poursuit des objectifs économiques explicites en liaison certes avec ses objectifs linguistiques »18. Par ailleurs, le poids politique de la Flandre dans la conduite de l’Etat19 n’était pas une des moindres garanties de son développement économique.

49Les situations de blocage issues des réformes institutionnelles inachevées provoqueront nombre de tensions politiques dont les effets seront partiellement dissimulés pendant la majeure partie des années 80 en raison de l’investissement considérable des coalitions gouvernementales qui se sont succédées sur les politiques budgétaires et économiques.

50En 1987 la problématique institutionnelle va revenir à l’avant-plan des préoccupations du monde politique et fournir un contenu comme des objectifs aux stratégies des partis des deux communautés. Elle sera portée par un double mouvement.

  • 20 X. MABILLE, Le paradoxe de Condorcet dans la politique belge, in La Revue Nouvelle, LIX, 3, 1974 ;(...)

51D’une manière générale on prend conscience du risque permanent de crise politique liée à l’existence de contentieux de poids variables mais de contenus symboliques toujours plus importants. Ces crises potentielles sont d’un coût considérable pour toutes les parties en présence et démontrent l’intransitivité croissante des choix collectifs qui ne parviennent plus à combiner les priorités que se donnent les régions et les communautés.20

52Plus particulièrement, pour des raisons différentes, les appareils politiques dominant chacune des régions ou des communautés concluent à la nécessité d’achever les changements institutionnels amorcés en 1970.

  • 21 S. LOUMAYE, La Belgique, modèle bloqué ou en mutation ?, in La Revue Nouvelle, LXXXII, 10, 15-31.

53Le P.S., après six ans d’opposition au plan national, confirmera sa position de parti dominant en Wallonie aux élections législatives de décembre 1987 après une campagne conduite sur le thème du fédéralisme radical. Sa participation quasi obligée au gouvernement national sera conditionnée par la réalisation de réformes susceptibles d’instaurer un véritable fédéralisme et de lui assurer les responsabilités régionales que son poids lui garantissent. Certains observateurs expliqueront la conduite du P.S. par sa conviction, nourrie de l’expérience des vingt-cinq dernières années, qu’il lui était dorénavant impossible d’imposer nationalement une politique économique et sociale21.

  • 22 La Belgique à deux vitesses est une notion polémique popularisée par des économistes flamands proc (...)

54Le Christelijk volkspartij (C.V.P.), parti dominant en Flandre et présent dans toutes les coalitions gouvernementales nationales depuis 1958, était, comme on l’a vu plus haut, partagé entre plusieurs attitudes. La très large satisfaction des revendications culturelles du mouvement flamand comme sa position de force dans les instances nationales encourageaient certains de ses dirigeants à maintenir le statu-quo. Progressivement cependant une analyse nourrie de la représentation de la « Belgique à deux vitesses »22 a pris corps au C.V.P. : on estime que les transferts qui s’opèrent entre les deux régions représentent un coût de plus en plus lourd pour la Flandre en raison des lenteurs de la Wallonie à sortir de ses difficultés structurelles.

55Il sera possible dès lors de compléter le fédéralisme culturel déjà réalisé par un fédéralisme économique et politique correspondant aux logiques du développement différencié.

  • 23 Cf. S. LOUMAYE, op. cit.

56Paradoxalement, les contraintes économiques qui ont conditionné les choix institutionnels en indiqueront également les limites : un trop grand déséquilibre comportant des risques pour l’ensemble des régions, des compétences et une autorité nationale veilleront à maintenir les coûts de la différence dans des limites qui ne mettent pas en cause les intérêts de la communauté dominante23. Réponse — provisoire ? — aux déséquilibres de l’heure, ces mécanismes-là sont porteurs d’autres tensions.

La Wallonie : refaire l’initiative ?

57La Wallonie semble avoir dépassé, dans les idées en tous cas, le faux choix entre développement et gestion de la régression dans lequel elle a été enfermée. Longtemps, les perspectives du développement ont été hypothéquées par l’absence ou la faiblesse d’initiatives économiques et par l’inexistence ou l’atonie d’un mouvement social qui aurait été lié à une dynamique de ce type. C’est dans ce contexte que sont apparues une série de réponses qui visaient simultanément à corriger les perspectives du développement, notamment par le recours à une série de mécanismes substitutifs : investissements étrangers ou initiative publique et à gérer la régression par le moyen de politiques sociales visant à amortir les effets du déclin.

  • 24 Cf. A. TOURAINE, Crise ou mutation, in Au-delà de la crise, Paris, Le Seuil, 1976.

58Dans un second temps il est apparu que la problématique singulière de la Wallonie se combinait à un mouvement plus général : la crise qui affectait l’ensemble des sociétés industrialisées. Les difficultés particulières de la région étaient multipliées par un mouvement général de mutations technologiques ou par l’apparition de nouvelles formes d’initiatives ou de pouvoirs économiques délocalisés par rapport aux espaces ou aux lieux de décision traditionnels. Les difficultés particulières de la Wallonie se fondaient dans un modèle plus général : une crise de l’action collective24. Celle-ci se manifestant dans divers domaines, politiques, économiques et culturels, a revêtu plusieurs formes liées : action syndicale oscillant entre l’éclatement et la recherche de nouveaux modes d’intervention, crise des agents de l’initiative économique, faiblesse des modes d’action régionaux, etc.

59Au-delà du diagnostic, la définition des caractéristiques générales de la crise de la société wallonne doit permettre d’identifier les conditions d’un nouveau développement commandé par la reconstitution d’une capacité d’action.

60Cette recréation d’une capacité d’action passe par de multiples investissements, politiques, sociaux et surtout culturels, dont la réalisation est d’autant plus difficile qu’ils s’opèrent dans un contexte marqué par des exigences partiellement contradictoires : la prise en charge des effets du déclin à court terme et la préparation du développement à long terme. L’arbitrage n’est pas facile en raison des demandes de protection d’une population vieillie et de la tension récurrente dans le mouvement wallon entre les partisans d’une solution par les structures et les tenants de la (re)constitution d’une société. Sans doute, demain faudra-t-il plus écouter ces derniers ; c’est une société qu’il faut (re)construire plutôt que de partir à la recherche de l’Etat wallon. La question n’est pas tant de savoir comment édifier un Etat national dans une région mais comment faire vivre une région en Europe. C’est dans ce contexte que le débat sur l’utilisation des récentes réformes institutionnelles prend tout son sens.

61Les temps opératoires du développement ou du changement social sont des temps longs. Nombre d’actions ou de décisions qui pourraient paraître marginales au regard de l’objectif poursuivi — objectif tellement lointain qu’il ressemblerait à une utopie s’il ne s’imposait comme une incontournable nécessité. Pourtant il en va du développement comme d’autres processus de changement social ; les alternatives qui s’élaborent aujourd’hui n’auront pour la plupart d’effets que dans le long terme. Ce n’est évidemment pas suffisant pour les condamner ; au contraire, elle trouvent là leur justification.

62Pendant longtemps on s’est satisfait d’une définition réductrice de la crise en isolant surtout ses dimensions économiques et techniques. La représentation de la crise comme liée à des inadaptations ou à des dysfonctionnements économiques (des accidents) a nécessairement appelé des politiques de restauration qui ne mettent pas en cause les mécanismes économiques eux-mêmes ou leurs fondements culturels. Progressivement cependant une autre conception de la crise s’est imposée qui s’est superposée à la première et l’a dépassée : la crise est aussi liée à des changements profondément culturels puisque ce sont les représentations mêmes de l’action sociale et de l’action économique, les relations entre la technologie et l’économie, entre l’économie et le politique qui se transforment. Un certain nombre d’instruments culturels destinés à faire comprendre et à gérer la réalité sociale s’avèrent inefficaces ou insuffisants et progressivement de nouvelles idées commencent à faire leur chemin. On comprend qu’il n’est plus possible d’appréhender le développement comme on la pensé jusque là. Il y a d’ailleurs plus de ruptures que de continuités dans la manière dont on l’a réfléchi à travers les diverses phases de l’industrialisation. Ainsi, par exemple, le débat autour du rôle de l’Etat n’oppose plus comme par le passé partisans de la libre entreprise et étatistes mais passe par une discussion encore inachevée entre les promoteurs d’une dérégulation générale de la vie économique et sociale et ceux qui, à gauche, ont partiellement intégré la critique de leurs modes traditionnels d’action et qui sont à la recherche d’une nouvelle formulation de leurs choix politiques ou de leurs stratégies.

63Une crise est donc toujours porteuse de contestation d’un sens culturel et de modes de gestion. Dans la conjoncture actuelle de la Wallonie, comme d’ailleurs dans la plupart des sociétés industrialisées à ce moment de leur histoire, la question des orientations du développement est au moins aussi importante que celle des moyens à mettre en œuvre. On ne peut dépasser l’opposition entre restauration et changement qu’en innovant dans la définition même des cadres de l’action économique et sociale.

64Dans ce contexte, la tâche de la sociologie ne consiste pas à définir des objectifs mais à mettre en évidence les logiques sociales qui les portent ou les obstacles qui pèsent sur leur définition. L’analyse ici est loin du prophétisme ; au contraire, elle vise à faire prendre conscience par une collectivité ou un groupe humain des dynamiques sociales qui les traversent.

65Ainsi, en Wallonie aujourd’hui, il s’agit d’inventer et d’établir les conditions nécessaires à l’apparition de nouveaux acteurs et au développement de nouveaux espaces pour l’initiative. Ces conditions sont multiples ; on en esquissera donc cinq en privilégiant systématiquement leur dimension culturelle.

Un développement différent

66Parler de développement n’implique pas que l’on se réfère nécessairement au développement des années 1950-70. Les bouleversements économiques et technologiques tout comme l’apparition de nouvelles exigences sociales et culturelles contiennent des effets irréversibles qui poussent à imaginer des modalités de développement originales qui s’adaptent à ces nouvelles dimensions de l’action.

67Le développement de la Wallonie ne pourrait-il combiner des objectifs généraux (adaptation à l’internationalisation) et des objectifs particuliers adaptés aux ressources et aux contraintes propres de la Wallonie ; par exemple le réoutillage urbain de la région (récréer des espaces urbains compatibles avec de nouvelles contraintes, par exemple énergétiques, mais aussi de nouvelles exigences sociales ou culturelles) ou l’aménagement de nouveaux systèmes de communication ou d’éducation ? Comment imaginer une stratégie de développement qui n’utilise pas les énormes ressources de la formation et qui ne fasse place à des réseaux de recherche renouvelés ? Par ailleurs, le développement à faire ne pourrait-il s’accompagner de modalités originales de participation sociale appelées notamment par la nouvelle distribution du travail qui se dessine aujourd’hui ?

Le risque et l’expérimentation sociale

  • 25 A. DE RONGE et J. J. GRODENT, Crise et innovation, contribution de l’innovation sociale à l’initia (...)

68Des changement apparemment marginaux aujourd’hui peuvent avoir des conséquences considérables dans le futur. L’innovation économique et culturelle à laquelle est acculée la Wallonie n’implique-t-elle pas l’acceptation d’un certain niveau de risque à courir et la possibilité d’expérimenter de nouvelles formules et de nouveaux objectifs ? Répondre à certaines demandes individuelles ou collectives passera peut être par la définition de nouveaux acteurs, de nouvelles modalités et de nouveaux espaces économiques. Les capacités d’initiatives à reconstituer sont d’abord liées à l’innovation sociale et culturelle25.

La destruction des bureaucraties

69Le paysage économique et politique de la Wallonie est planté de bureaucraties publiques et privées. Elles sont le plus souvent le résidu d’anciennes formes d’initiative ou encore le résultat de tentatives substitut ou relais à des formes d’initiatives défaillantes. Il est temps de les évaluer et de comprendre qu’elles n’ont été le plus souvent que le produit redondant des stratégies d’occupation du terrain longtemps dominantes dans le mouvement wallon : ce n’est pas parce que l’on domine un champ qu’on est capable de l’orienter. Les effets pervers de ces proliférations sans véritable projet sont graves : faute d’objectifs, les bureaucraties obscurcissent les débats et transforment les conflits politiques ou économiques en transactions organisationnelles. Plus encore, ces bureaucraties sécrètent et entretiennent une véritable culture de la dépendance.

70La critique des bureaucraties n’est évidemment pas le procès de l’Etat. Même si beaucoup d’entre elles ont une origine publique, la logique d’action bureaucratique n’a pas épargné les entreprises privées. Par ailleurs, un Etat envahissant n’est pas un Etat fort et quelles que soient les formes des relations entre l’Etat et d’autres acteurs économiques ou sociaux, l’essentiel est de reconstituer dans les diverses collectivités une capacité d’action autonome.

La dimension internationale

71Si les mutations en cours s’inscrivent évidemment dans la dimension internationale, il faut résolument placer la Wallonie sur cet espace. En effet, le problème n’est pas tant de répondre à des demandes sociales régionalement situées qu’à lier la dynamique wallonne aux nouvelles dimensions de l’action politique et économique. Le dyptique Wallonie-Europe est plus qu’un symbole, il est une nécessité. Sans doute, est-il plus facile dans le court terme d’imaginer le destin de la Wallonie à l’intérieur de l’espace national belge mais il est évident que dans le futur il faudra l’amarrer à des flux économiques et culturels renouvelés.

La modernisation

72Un certain nombre de points qu’on vient de discuter ont un dénominateur commun : la modernisation qui ne concerne pas uniquement les modalités économiques ou techniques de la gestion mais qui affecte aussi en profondeur les comportements, les relations sociales et les références culturelles. De ce point de vue la Wallonie est confrontée à des défis importants dans la mesure où il n’est pas possible d’aborder le changement en utilisant que les ressources culturelles ou sociales du passé.

73Comme la plupart des régions de vieille industrialisation, à l’histoire fortement marquée par les conditions économiques et sociales du développement passé, la Wallonie hésite devant le changement entre la restauration et l’innovation. L’innovation implique de faire son deuil de certaines références culturelles, de certaines pratiques sociales.

74Dans l’histoire de la Wallonie, les forces sociales liées au mouvement ouvrier ont été des acteurs importants. La composition de ces forces sociales s’est considérablement modifiée suite aux transformations économiques (rationalisation des secteurs de base, glissement généralisé de l’industrie vers les services). Ces modifications ne peuvent pas ne pas s’accompagner de changements importants dans les aspirations sociales, dans les codes culturels, dans les règles du jeu politique. Il en va de même en ce qui concerne les acteurs économiques, plus fluides et moins localisés et qui, moins que par le passé, prennent le visage de grandes entreprises marquant de leur emprise tout un bassin d’emploi. Ces nouvelles composantes de la société wallonne doivent être prises en compte dans les stratégies d’innovation. On peut faire l’hypothèse, en effet, que, comme dans d’autres régions de vieille industrialisation, les difficultés du changement sont largement d’ordre culturel. L’impact des deux premières industrialisations a été tellement lourd qu’il s’est accompagné d’une institutionalisation considérable des modes d’action économique et sociale qui pèsent lourdement sur les capacités de changement. Il n’empêche que la modernisation passe par la modification de cette culture industrielle.

  • 26 Cf. J. M. KLINKENBERG, Le discours identitaire, une réponse narcissique à la crise ?, in BAWIN et (...)

75Les transformations culturelles sont donc une composante essentielle des changements qui s’opèrent en Wallonie ; elles ne concernent pas tant la recherche identitaire affirmée par certains aujourd’hui comme une nécessité26 que la vie sociale dans son ensemble, les nouvelles modalités de l’initiative, la renaissance de la société.

Notes

1 Ce texte est la version transformée d’un article paru en 1979 : La face cachée des problèmes institutionnels belges, leurs racines économiques, in La Revue Nouvelle, LXX, 9, 146-163. On a également réutilisé une note rédigée pour le colloque organisé en octobre 1987 par l’Institut J. Destrée : Le développement, un nouveau paradigme pour la Wallonie. Le lecteur comprendra vite que ce texte appartient à la catégorie de l’essai à laquelle provoquait souvent Maurice Chaumont.

2 Elle a été notamment formulée par Xavier Mabille au cours du Colloque Jean Meynaud (septembre 1978).

3 Cf. A. TOURAINE, Production de la société, Paris, Le Seuil, 1976 et La Voix et le regard, Paris, Le Seuil, 1978.

4 M. QUEVIT, Les causes du déclin wallon, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1978.

5 E, GUBIN, D’une histoire nationale à l’autre : à propos de l’historiographie du mouvement flamand en Belgique, in Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, Revue de l’université de Bruxelles, 1981, 1 et 2, pp. 125-146.

6 M. QUEVIT, op. cit., pp. 91-94.

7 En 1973, en Flandre 56,4 % des travailleurs sont occupés dans des entreprises contrôlées par des groupes étrangers ou présentant une structure mixte (belge et étrangère) contre 28 % en Wallonie. Cf J. P. BINAME et A. JACQUEMIN, Structures industrielles des régions belges et grandes entreprises : quelques éléments d’analyse, in Recherches économiques de Louvain, 1973, 4, pp. 447-448.

8 M. QUEVIT, op. cit., p. 106.

9 Cf. J. COUSSY, Extraversion économique et volonté de puissance, in Revue française de science politique, octobre 1978.

10 La décolonisation n’a pas été un des moindres éléments de cette réorientation.

11 J. REMY, L. VOYE et E. SERVAIS, Produire ou reproduire, Bruxelles, Vie Ouvrière, tome 2, 1979, p. 303.

12 G. CARPINELLI, Le fractionnement de l’unité belge, in Contradictions, 1980, no 23-24, p. 49.

13 Même si les travailleurs affiliés aux syndicats chrétiens, à de notables exceptions près, n’ont pas rejoint le mouvement et nonobstant le fait que la grève se soit déroulée également en Flandre et à Bruxelles, mais dans une moindre proportion.

14 Cf M. CHAUMONT, Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières, les grèves belges de décembre 1960-janvier 1961, in Sociologie du travail, 1, 1962, pp. 142-158.

15 Cf B. FRANCQ, Le social et le politique, les deux faces du mouvement ouvrier, Louvain la-neuve, Département de sociologie, 1989, dissertation doctorale, 2 vol.

16 En 1961, 30 % des députés et 25 % des sénateurs socialistes wallons sont membre du M.P.W. La reprise du contrôle de la situation par le P.S.B. indique bien un renversement des rapports de force. Il faut noter que le P.S.B. tentera de refaire son unité sur deux axes : l’axe régional-national en condamnant la double affiliation P.S.B.-M.P.W. et l’axe gauche-droite en prononçant l’incompatibilité entre la qualité de membre du P.S.B. et l’appartenance aux rédaction des revues La Gauche et Links.

17 Le Front Wallon est une dissidence M.P.W. à vocation de parti politique. En 1965, un accord électoral lie le Front Wallon (implanté en Hainaut), le Front démocratique wallon (Nivelles), le Parti wallon des travailleurs (Liège) et le Rassemblement démocratique wallon (Namur). Ces groupes forment le Parti wallon (1965) qui évoluera vers le Rassemblement wallon (1968). Cette même année, le R.W. passe un accord électoral avec le Front démocratique des francophones (F.D.F.) implanté à Bruxelles. Dans la première moitié des années 70, le R.W. deviendra le second parti wallon avant de perdre une bonne partie de son électorat.

18 X. MABILLE, Histoire politique de la Belgique, Facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, C.R.I.S.P., 1986, p. 385.

19 De 1960 à 1988, le C.V.P., principal parti flamand a toujours été aux affaires ; il a occupé le poste de premier ministre pendant plus de 90 % de la période considérée.

20 X. MABILLE, Le paradoxe de Condorcet dans la politique belge, in La Revue Nouvelle, LIX, 3, 1974 ; Adaptation ou éclatement du système de décision en Belgique, in Recherches Sociologiques, VII, 2, 1976.

21 S. LOUMAYE, La Belgique, modèle bloqué ou en mutation ?, in La Revue Nouvelle, LXXXII, 10, 15-31.

22 La Belgique à deux vitesses est une notion polémique popularisée par des économistes flamands proches du pouvoir ; elle veut désigner la différence entre le rythme et la nature du développement de la Flandre et de la Wallonie.

23 Cf. S. LOUMAYE, op. cit.

24 Cf. A. TOURAINE, Crise ou mutation, in Au-delà de la crise, Paris, Le Seuil, 1976.

25 A. DE RONGE et J. J. GRODENT, Crise et innovation, contribution de l’innovation sociale à l’initiative économique, Louvain-la-neuve, département de sociologie, 1985.

26 Cf. J. M. KLINKENBERG, Le discours identitaire, une réponse narcissique à la crise ?, in BAWIN et alii, La crise dans tous ses états, Louvain-la-neuve, CIACO, 1985.

Auteur

Professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540