Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

II. Le changement social : repères théoriques

Comment problématiser le changement social ?

Jean Remy

Texte intégral

1Plus que d’autres analyses sociologiques, les recherches orientées en vue de comprendre le changement social sont marquées au moins implicitement par un souhait que les résultats aient une valeur prédictive. De quelle manière la compréhension de la situation actuelle en liaison avec une évolution antérieure permet-elle de dégager les lignes de tendance et les points de rupture qui vont façonner l’avenir ?

L’actualité et son statut analytique

2Une question clé, révélatrice de la position théorique adoptée par le chercheur, nous paraît être le statut qu’il donne à l’événement et à l’ensemble des faits quotidiens dont la co-occurence constitue l’actualité. Suivre l’actualité, réagir à des configurations inattendues la veille, comprendre la logique des acteurs à chaud..., ce problème nous paraît être au cœur du souci sociologique qui inspirait Maurice Chaumont.

3Mais quel statut peut-on donner à l’événement ?

4Ici nous allons nous livrer à un questionnement personnel sans prétendre interpréter la méthode sociologique de Maurice Chaumont, mais en pensant toutefois donner un éclairage indirect sur certains de ses présupposés. Lorsque l’interprétation du fait social s’inspire d’une théorie générale du changement de type macrosociologique, l’événement, les conjonctures particulières constitutives du présent ont toute chance d’être des péripéties secondaires par rapport aux tendances lourdes qui entraînent l’histoire vers une issue connue et prévisible même si le moment ne peut en être fixé. Ce type d’attitude tend à amplifier la capacité prédictive des acquis sociologiques, non pour des détails, mais pour l’orientation générale. C’est le cas d’un certain nombre d’analyses marxistes qui, par exemple, depuis 1917 s’étonnent de la résistance du capitalisme et de ses capacités de renouvellement, alors que la contradiction théoriquement principale ne fait que s’aiguiser : logique d’accumulation concentrée, exclusion corrélative du travailleur. Cette inconsistance entre l’histoire effective et la théorie, n’aboutit pas à la remise en question de cette dernière mais amène à imaginer des hypothèses sur la manière nouvelle dont ce mode de production capitaliste arrive à dépasser les contradictions, par exemple, par la mise au point d’un nouveau régime d’accumulation, qui lui-même va accentuer les contradictions qui amèneront à plus ou moins long terme vers une issue prévisible.

  • 1 R. BOUDON, La place du désordre, Paris, P.U.F., 1984, p. 189.

5Les événements marquant l’actualité politique et économique, prennent une tout autre importance si on les considère comme des faits uniques conjuguant de façon semi-aléatoire autour d’enjeu commun, des initiatives non coordonnées, dont l’issue est partiellement incertaine. Car, dans un processus interactif l’avenir dépend des réactions des divers protagonistes. Chacun disposant d’un certain degré de liberté, ils vont contribuer à redéfinir la situation. Ces degrés de liberté ne signifient pas une indétermination totale. La situation a sa logique propre qui exprime la rencontre entre une pluralité de processus semi-autonomes. Cette composition détermine la conjoncture du moment. Ainsi la crise du début des années septante conjugue d’autres éléments que celle qui a caractérisé les années trente. Les agents impliqués y adoptent d’autres stratégies. Une problématique donnant ce statut à l’événement s’inspire de la théorie du hasard de Cournot, qui s’intéresse à la rencontre aléatoire d’une pluralité de séries. Chacune peut être le produit d’une causalité repérable, mais la coïncidence constitue l’événement : la chute de la tuile mal accrochée à la merci d’un coup de vent, tuant le passant se rendant journellement à son travail. De même dans le social, la synchronisation entre les enchaînements d’où résulte l’événement, ne peut être interprétée comme le produit d’un déterminisme rigoureux. Or cette synchronisation constitue le caractère spécifique de la situation et engendre des conséquences irréversibles. D’où, comme le fait remarquer R. Boudon1, ce hasard n’est donc pas rien, il est une forme particulière que peuvent prendre les ensembles d’enchaînements cause-effet, tels qu’ils apparaissent à un observateur réel. Il ne s’agit donc pas d’un concept négatif sans intérêt scientifique. La vie sociale ne se réduit pas à l’ordre de la causalité rationnelle. Chacun est pris dans un jeu stochastique, où il s’agit de vivre au présent des situations ponctuelles et éphémères.

La séquence chronologique et sa cohérence ex post

6A partir de là, il convient d’affirmer que l’histoire ne se réduit pas à une suite unique d’événements singuliers. Dans chaque configuration particulière les acteurs et les agents — nous verrons ultérieurement l’importance de cette distinction — jouissent d’un certain degré de liberté, pour imposer une logique d’action. Ainsi dans des analyses historiques peut-on dégager ex-post des enchaînements dont on fait ressortir la dimension systématique. Il n’en suit nullement qu’ex-ante c’était la seule séquence cohérente possible, même si n’importe quoi n’était pas compatible avec le contexte. L’intelligibilité de la séquence n’implique nullement que l’enchaînement découle d’une nécessité logique. Ainsi peut-on refaire après coup l’histoire des prises de contrôle dans la Société Générale de Belgique depuis deux ans. Que la séquence soit intelligible, il ne s’en suit pas que ce fut la seule séquence compatible avec la situation. Néanmoins, la séquence réalisée redéfinit un système d’opportunités, qui va peser sur le jeu ultérieur des protagonistes.

7Les logiques qui vont apparaître demain comme expliquant les réactions à la situation actuelle, ne sont que partiellement transparente. Ce présupposé donne toute son importance aux analyses de l’action stratégique comme point de départ d’une sociologie de l’action, et comme première étape d’une problématique pour analyser le changement social. Ceci met en question l’existence d’une théorie générale du changement qui serait une sorte de transposition sociologique des philosophies de l’histoire. Cette mise en question n’exclut nullement l’intérêt de développer une problématique. Alors que la théorie donne un ensemble de propositions et de lois comme vérifiées, la problématique propose une matrice de questions qui suscitent l’observation. Cette matrice de questions permet en outre d’accumuler des réponses et de développer des typologies de situations et de réactions ainsi que des bilans de connaissances.

Souci de généralisation et théorie formelle

  • 2 R. BOUDON, Ibidem, Les premiers chapitres de cet ouvrage critiquent la présentation des acquis soc (...)

8Dans un tel propos le sociologue reste mu par un souci de généralisation, qui va le distinguer de l’historien. Ce dernier se préoccupe de chaque séquence dans sa particularité. Le sociologue au contraire, à partir de cas particuliers essaie de dégager des logiques sociales qui ont une portée plus générale. Ainsi pour le sociologue un certain nombre de faits divers à première vue insignifiants, peuvent être des révélateurs d’une conjoncture et d’un mode de réaction à celle-ci. Le cas particulier peut suggérer une formalisation : construction d’une situation type et d’une logique d’action type, c’est-à-dire un modèle partiel d’intelligibilité. Ce modèle formalisé pourra ultérieurement être mis en perspective avec d’autres situations. Ainsi se développera progressivement une matrice plus complexe suscitant des comparaisons et organisant un ensemble de constatations, toujours contextualisées. Ce mode d’élaboration où les affirmations sont conditionnelles, nous l’appelerons avec Boudon, une théorie formelle2. La théorie formalisant les résultats d’analyse se fait toujours ex-post car ex-ante on n’est pas sûr des variables déterminantes, ni de leur pondération réciproque. Néanmoins, on se trouve dans un processus cumulatif, où les formalisations antérieures constituent des acquis qui permettent d’accélérer le diagnostic et donnent une possibilité de comprendre la spécificité du cas particulier observé en le situant dans une matrice de situations possibles. Ce faisant on rencontre une exigence de tout discours scientifique : l’appui sur la formalisation y compris mathématique, tout en rendant compte d’un fait dans sa concrétude.

9Ce bilan de connaissance est d’autant plus utile que les sociologues du changement social ont à analyser un objet en transformation constante. Ils ne peuvent supposer, comme le ferait le médecin ou même le psychologue, que l’objet à observer est stable dans le temps. Le corps humain ou même le psychisme n’a guère évolué depuis longtemps. L’évolution permanente de la société accroît l’utilité des comparaisons historiques qui permettent de dégager des processus et des invariants... qui viennent prendre forme sur une composition à bien des égards aléatoires.

10Ce souci, de la spécificité des situations, suscite de la méfiance vis-à-vis de toutes les généralisations empiriques qui se présentent à la manière d’une loi découlant d’une nécessité de logique sociale (2). Ainsi, en sociologie de la religion, les théories de la sécularisation avaient généralisé quelques expériences particulières et les proposaient comme une loi de tendance associant de façon quasi nécessaire certains traits du monde actuel à l’accroissement du caractère résiduel du religieux. Le caractère prédictif d’une telle loi de tendance fut à bien des égards contredit par les faits. Si la généralisation s’était présentée comme une hypothèse dont il fallait vérifier les limites de validité, elle perdait de son caractère prédictif mais contribuait à encourager des comparaisons entre des situations diverses. En adoptant une pareille attitude, nous rejoignons un propos souvent répété par Maurice Chaumont : « En sociologie il n’y a pas de théories, il n’y a que des modèles d’analyse. »

Continuité et discontinuité

11L’affirmation du caractère semi-aléatoire de l’événement et de l’actualité, signifie que son degré de prévisibilité ex-ante est relativement faible. Cela ne signifie pas que les enchaînements sont discontinus à tout point de vue. La conjoncture du moment compose des logiques partielles, plus facilement formalisables que la composition globale. Ces logiques partielles pourront se retrouver ultérieurement, dans d’autres compositions globales. Ainsi continuité et discontinuité se combinent.

12Cette attitude vis-à-vis des théories suppose une mise à distance des paradigmes holistiques où la société est donnée comme une totalité ayant une existence en soi et des modes d’évolution propre. Jusqu’à vérification du contraire, nous prenons comme point de départ un paradigme axé sur la relation entre des agents et des acteurs autour d’enjeux communs. Ultérieurement nous conjuguerons ce paradigme avec une analyse à caractère plus systémique.

  • 3 J. REMY, L. VOYE, E. SERVALS, Produire ou reproduire, Bruxelles, Ed. Vie Ouvrière, vol. I, 1978.

13Ces deux étapes s’articulent d’autant mieux que le rapport de pouvoir acquiert sa stabilité à travers les effets de système qu’il induit. Ces derniers ont des propriétés spécifiques distinctes des actions qui sont à leur origine. Ils ont une efficacité sociale propre sur le système d’interdépendance qu’ils contribuent à conforter ou à transformer. Ainsi se constitue l’état du système qui sera le contexte des pratiques sociales à l’étape suivante3. Selon l’expression de M. Crozier, il faut combiner facteur et le système, ce qui revient à articuler dans une démarche analytique la compréhension et l’explication, à la manière de M. Weber.

14L’actualité doit être analysée d’une part comme l’expression d’un état du système et d’autre part comme génératrice de transformation autant au niveau du sens vécu qu’au niveau des opportunités disponibles. Les analyses qui portent sur l’amont se distinguent de celles qui portent sur l’aval. Ce qui explique l’origine d’un phénomène n’explique pas ses effets. L’action décisive dans la transformation n’est pas nécessairement ce qui est fondamental dans l’explication de l’interdépendance. C’est ce qu’avait compris Lénine en distinguant politique et théorie (« le maillon faible de la chaîne » est le point d’attaque à recommander). L’ordre stratégique et l’ordre systémique sont à distinguer autant qu’à relier. Dans l’ordre stratégique une pluralité de chemins peuvent aboutir aux mêmes effets, une réaction donnée peut avoir des effets différents d’après le contexte et la situation. En d’autres termes, il convient de distinguer la genèse et la structure.

15Nous allons maintenant développer ces divers aspects : d’abord la dynamique actorielle, ensuite la logique des structures et en finale la dialectique entre les deux. Dans cette dernière étape, le mouvement social viendra s’insérer dans un mouvement long à caractère plus englobant.

I. Primat de la dynamique actorielle

16Le paradigme utilisé présuppose le primat de la logique actorielle sur l’analyse des interdépendances systémiques.

17Le social ne peut se comprendre par une simple analyse des variations concomittantes entre variables agrégées, sans tenir compte à aucun moment des agents ayant des initiatives en relation avec la situation. Ces initiatives, éléments d’un enchaînement, expriment une logique d’action sous-jacente. Il importe d’en dégager la cohérence en vue de construire progressivement des cas de figure types. On se trouve ainsi devant deux modes de formalisation irréductibles l’un à l’autre : corrélations entre variables agrégées - situations et actions types. Nous croyons qu’il faut donner priorité à ces dernières. Les éléments de contexte aussi macro-sociaux soient-ils, ne sont efficaces que dans la mesure où ils affectent des champs d’action et de décision. Il convient d’ailleurs d’être prudent relativement au sens donné à « macro » et « micro-social ». On peut être micro-sociologique au plan de l’observation et être macro-sociologique au plan de l’interprétation dans la mesure où l’on dégage un déterminant à signification globale. L’inverse est d’ailleurs aussi vrai.

Situation ambiguë et logique d’action

18Pour dégager la logique d’action, il convient de caractériser les situations, en évitant le présupposé déterministe où une situation est d’autant plus intéressante pour l’interprétation sociologique qu’elle exclut l’action stratégique, parce qu’elle se définit comme situation close et non ambiguë où une seule réaction est possible. L’action stratégique est également exclue si la situation se définit en terme d’opacité où l’incertitude sur les réactions des autres amène à réagir comme on le ferait dans un jeu de hasard. Il en va de même dans un cas de transparence parfaite où la connaissance totale des implications et des effets permet une décision rationnelle. Les logiques d’action doivent se construire à partir de l’hypothèse que l’agent est fréquemment en action stratégique face à une situation ambiguë où plusieurs réactions sont possibles, où la décision est marquée par le risque, vu la connaissance partielle des réactions des partenaires, et par l’incertitude, car les schémas de causalité utilisés, même s’ils sont complexes, ne permettent de prévoir qu’une partie des effets, au plan des interdépendances systémiques.

  • 4 A. SCHUTZ, Le chercheur et le quotidien (Trad. française), Paris, Le Méridien, pp. 4254 : construc (...)

19Une fois la situation caractérisée, il s’agit de comprendre la logique d’action de l’individu ou du groupe. Compréhension s’entend ici au sens qu’il a chez Weber ou chez Shutz4 : rendre intelligible le comportement, revient à nous rendre capable d’imaginer les réactions de l’autre face à une situation. Ceci est possible lorsqu’on a explicité sa matrice de comportement. N’importe qui comprend que dans la même situation, il aurait agi de la même manière s’il disposait des mêmes paramètres. Il s’agit seulement de comprendre les actions comme une modalité d’adaptation ou d’appropriation d’une situation. Cela suppose que l’on connaisse les objectifs de l’agent et la cohérence plus ou moins forte qui sous-tend ses pratiques. C’est pourquoi l’on utilise le terme de logique d’action. On est donc dans une formalisation différente de celle qui passerait par la notion motivation. On fait hypothèse que l’individu comme lieu de décision et par analogie les groupes comme lieu collectif d’initiative sont des êtres intentionnels non exclusivement rationnels. L’intentionalité compose un système cognitif à divers critères d’orientation. Ce système cognitif est très complexe dans la mesure où c’est le lieu du sens et des projections fantasmatiques, tout autant que le lieu de mise en œuvre de schémas de causalité et d’un ensemble de dispositions acquises.

Divers niveaux d’action

  • 5 J. REMY, L. VOYE, E. SERVAIS, op. cit.,. KELLERHALS et alii., Mariages au quotidien, Genève, Ed. F (...)

20Le sujet qui a de l’initiative, ne se réduit pas à un « homo sociologicus », simple expression de rôles intériorisés par les socialisations. Il garde une possibilité d’arbitrage. Il ne se ramène pas non plus à un « homo rationalis » livré aux calculs et aux comparaisons. Car, au-delà du calcul de l’intérêt, le sujet s’engage au niveau du sens. Comme le dirait M. Weber, il y a chez lui, tension entre rationalité matérielle et rationalité formelle. Rendre l’action intelligible suppose la prise en compte de ces diverses dimensions et la formalisation en quelques critères estimés pertinents : manière dont le sujet se définit la situation, objectifs poursuivis, matrice de comportement. Comme le préconise l’individualisme méthodologique, on peut partir de l’individu, comme lieu d’initiative dans la mesure où c’est lui qui réagit en dernière instance. On considère une somme de décisions individuelles non directement liées entre elles. Ainsi peut-on analyser la démarche des ménages à la recherche d’un logement. Le choix qu’ils font ne résulte pas directement d’un processus d’interactions. Même dans ce cas d’actions non liées, il convient de considérer les effets d’agrégation, non réductibles à une structure additive. Ils ont des propriétés spécifiques vu leurs liens avec la structure d’interdépendance. Toute action ne se ramenant pas à ce type, il s’agit de considérer ensuite les décisions en situation d’interaction qui impliquent une transaction entre les partenaires. A titre d’exemple, l’on peut considérer la relation des enseignants et des élèves dans une classe et son évolution sur une année. La notion de transaction suppose que les protagonistes ont sur des enjeux communs des intérêts partiellement solidaires et partiellement opposés. La transaction implique la mise en œuvre d’un compromis de coexistence qui découle des atouts inégaux dont chacun dispose. La notion se construit à partir d’une double analogie : le marché et la négociation ; analogie, car, dans le cas de transaction, le processus est diffus au lieu d’être explicite5. Après avoir considéré l’action non liée et l’interaction, il convient d’analyser les initiatives collectives qu’elles soient associées ou non à des organisations. Le présupposé de l’individualisme méthodologique, qui nous a servi de point de départ s’intègre ainsi à un paradigme plus large dans lequel le lien entre action individuelle et action collective est la question cruciale.

Action collective et modes de solidarité

  • 6 M. OLSON, La logique de l’action collective (Trad. française), Paris, P.U.F., 1978.

21L’action collective suppose la formation de « nous », suscitant un sentiment d’appartenance et d’identité plus ou moins fière. Ces appartenances elles-mêmes se distinguent entre celles qui découlent d’une solidarité instrumentale et celles qui émergent dans le cadre d’une solidarité expressive. Dans le premier cas, la solidarité amène à une association fondée sur un calcul où l’intérêt retiré de l’action commune a priorité sur l’affirmation collective d’un sens dont le groupe se sent le promoteur. La formation d’une action collective à caractère instrumentale a été souvent analysée. C’est par exemple le propos d’Olson6. L’action collective basée sur une solidarité expressive suppose à l’inverse que l’affirmation d’un sens a priorité sur le calcul d’intérêt.

22Dans la solidarité instrumentale le calcul rationnel détermine l’implication de chacun : interrogation sur les coûts, par exemple coût de l’entente... sur les gains pas seulement en argent, mais aussi sur l’image de soi, sur le pouvoir... sur le caractère plus ou moins aléatoire et plus ou moins lent des effets, sur le caractère marginal de la contribution individuelle, lorsque la dimension du groupe grandit, sur la répartition des bénéfices de l’action indépendamment de la participation à celle-ci. On peut ainsi multiplier les paramètres qui interviennent dans le calcul rationnel et se demander en finale quel type de personne a intérêt à enclencher l’action collective parce qu’elle en retire un avantage à long terme.

  • 7 G. BAJOIT, L’union fait la force, Solidarité sociale et action collective, texte ronéoté.

23L’erreur de ce genre d’analyse est de ramener toute forme d’action collective à cette solidarité instrumentale. Au contraire, un bon nombre d’actions collectives, parmi les plus efficaces dans la transformation des priorités sociales sont engendrées par des solidarités à caractère expressif. Comme le montre bien Guy Bajoit7 on n’arrive pas à comprendre ce qui fait la solidarité expressive en multipliant les paramètres intervenant dans un calcul rationnel. Car dans ce cas, l’action est mue par une autre logique, le sens à promouvoir a priorité sur le calcul de l’intérêt. Il devient principe de créativité, de connivence profonde et de reconnaissance réciproque. Pour approfondir cette différence entre les deux types de solidarité, il conviendrait de reprendre la distinction faite par M. Weber entre rationalité formelle et rationalité matérielle, entre morale de responsabilité et morale de conviction.

24Les notes suivantes ont été inspirées par le travail de Guy Bajoit à qui nous devons beaucoup pour la compréhension de l’action collective.

Types de solidarités expressives

  • 8 Le mouvement social est un concept clé dans toute son œuvre ; voir par ex. Production de la sociét (...)

25Ces solidarités expressives doivent elles-mêmes être distinguées selon qu’elles soient extro-déterminées ou intro-déterminées. Ceci est décisif pour comprendre diverses aspects des mobilisations politiques et des mouvements sociaux. Cela permet d’opposer par exemple les messianismes politiques ou religieux qui sont davantage extro-déterminés, tandis que sont intro-déterminés les mouvements dont le projet mobilisateur surgit davantage d’une base autonome. Par là Guy Bajoit s’efforce de caractériser deux tendances qui se sont exprimées depuis le XIXe siècle dans la dérive du projet socialiste. D’une part, la tendance léniniste accentue le rôle du parti comme chef d’orchestre, comme puissance désaliénante, comme coordonnateur qui produit l’harmonie dans l’action. Cette tendance peut s’exprimer y compris dans les problématiques du structuralisme tendant à nier l’importance du sujet dans l’analyse sociale. D’autre part, la tendance humaniste accentue l’initiative de l’agent. Elle est volontiers autogestionnaire et cherche à concilier justice et liberté... Les théories du mouvement social, notamment celles élaborées par A. Touraine8 se situent dans cette ligne.

26Dans la solidarité expressive extro-déterminée, la conscience collective est en quelque sorte introjectée du dehors. L’identité du sujet se dissout dans une action collective où il a l’impression de se surpasser tout en étant à certain égard un exécutant. Il en résulte une dépendance affective vis-à-vis du leader. S. Milgram, dans ses expériences bien connues, permet de saisir ce que signifie cette dépendance dans une situation limite où le sujet entre dans un état « agentique ». Dans l’expérience, le sujet chargé de punir quelqu’un au nom d’une autorité légitimatrice, prend progressivement plaisir à être l’agent exécutif d’une volonté étrangère et accepte une certaine déresponsabilisation comme un mode de dépassement de soi. Dans les cas extrêmes, le sujet accepte la dépossession comme une expérience de la transcendance que revêt le projet auquel il se livre.

  • 9 MUGUY et Coll. in Doms et Moscovici, 1984, p. 82-83.

27A l’inverse, la solidarité intro-déterminée prend racine dans les exigences ressenties par un fragment de population, exigences qui fondent la légitimité du projet. Ainsi s’enclenche une prise de conscience qui accentue un état d’autonomie, d’où dérive l’invention d’une utopie pratique qui cherche avec le temps à se traduire en un ensemble articulé et cohérent de revendications concrètes. Le mouvement qui en résulte est à la recherche de porte-parole, tandis que chacun garde une forte volonté de contrôle interne. La propension à garder la maîtrise développe un sentiment de compétence chez les membres. Ceci renforce à son tour la conscience que le futur dépend d’eux et de leur solidarité. Ce processus est bien mis au jour dans les expériences de Murguy9 (« locus of internai control internai control of reinforcement »). Comme dans le premier cas, l’implication forte dépend de l’expérience d’un référent absolu, non critiquable fondant la certitude de l’engagement. Alors que dans le premier cas, cet absolu s’imposait à partir d’une certaine extériorité et d’une transcendance, dans le second cas il émerge de l’intérieur et dans une dynamique immanente à la personne et au groupe.

  • 10 S. MOSCOVICI, Psychologie des minorités actives, Paris, P.U.F., 1982.

28Les divers types de solidarité qui viennent d’être proposés le sont à la manière des types idéaux de M. Weber. La réalité compose solidarité instrumentale et expressive ainsi que la solidarité extro et intro-déterminée, selon des dosages variables, à l’intérieur de chacun des sujets. En outre, un même mouvement collectif articule une solidarité expressive intro-déterminée chez les minorités actives avec une solidarité extro-déterminée chez d’autres participants. Ce problème est évoqué dans l’ouvrage de S. Moscovici10.

29Quelque soit leur type, ces solidarités engendrent une identité collective qui peut servir de référence pour les membres. Cette identité se constitue comme différente par rapport à des éléments avec qui on est néanmoins en relation d’échange. Identité et altérité constituent donc deux pôles indissociables de la relation. Cette relation avec l’altérité peut être régie soit par de l’indifférence, soit par un primat de la synergie ou de l’antagonisme, soit par une ambivalence où les deux pôles s’entremêlent. Ainsi se constituent des partenaires et des adversaires.

Action collective et frustrations sociales

30Les caractéristiques dominantes de la relation peuvent elles-mêmes fluctuer d’après les moments : conjoncture de hauts risques collectifs, ou vide social laissant beaucoup d’interstices pour l’affirmation d’alternatives. On peut de la même manière se demander en quoi le contexte favorise un état de frustation qui stimule sous l’une ou l’autre forme le développement de solidarité et d’action collective, avec le passage de réactions à froid à des réactions à chaud. La frustation est liée plus au changement qu’à des écarts stables. Dans ce dernier cas, les dissonnances tendent à être réduites par des rationalisations. Ainsi les variations ont plus de poids sur la frustation que la distance sociale stabilisée, même si l’évolution améliore la situation. En outre, on ne développe des comparaisons frustantes qu’avec le groupe qui sert de référence, surtout si ses conditions s’améliorent. Mais il n’y a pas de lien direct entre l’accroissement de la frustration et le passage à l’action collective, cela dépend de la disponibilité pour des expériences alternatives. Cette disponibilité découle par exemple d’une baisse de plausibilité des solutions établies parce qu’elles n’arrivent plus à gérer un contexte en évolution. On peut multiplier les paramètres pour caractériser les situations favorables à la frustation ainsi qu’au passage à l’action collective en accumulant les acquis de diverses recherches. C’est une des fonctions de la matrice de questions que nous proposons : organiser et accumuler l’information.

  • 11 J. REMY, M. SAINT-JACQUES, L’école comme modalité de transaction sociale, in Recherches sociologiq (...)

31Les analyses antérieures permettent de dégager des séquences à court terme dans l’évolution d’une transaction sociale11.

Mouvement social : agent et acteur

32Si l’on veut jeter un regard chronologique sur de plus longues périodes, la problématique du mouvement social telle que développée par A. Touraine, devient un outil heuristique très stimulant. Cette problématique suppose qu’une identité collective prend corps à partir d’une altérité à qui on s’oppose comme à un adversaire. L’expérience d’une relation conflictuelle se constitue elle-même à partir d’un projet collectif global différent de celui qui est en place. Cette affirmation d’un sens alternatif induit des solidarités expressives opérantes à grandes échelles et sur de longues périodes. Ce projet constitutif d’une identité collective se révèle dans des actions qui ne sont pas simplement des conduites-réponses à une situation mais des conduites d’interprétation aptes à engendrer une définition nouvelle de la situation.

Dialectique de l’agent et de l’acteur

33Pour bien comprendre la séquence à long terme induite par le mouvement social, il s’impose de distinguer le niveau de l’agent de celui de l’acteur. L’agent est un individu ou un groupe concret comme le serait les militaires, ou la bourgeoise terrienne. On peut comme tel en faire l’histoire dans des situations et des générations successives.

34Lorsqu’au sein d’une transaction sociale, surgit une volonté de promouvoir un sens nouveau, s’enclenche une dynamique complexe. Lorsque la promotion du sens aboutit à la formation de solidarités expressives, l’action tend à se dédoubler, le niveau de l’agent étant transfiguré par une référence à l’acteur.

  • 12 M. WIEVIORKA, Sociétés et terrorisme, Paris, Ed. Fayard, 1989.

35L’acteur peut apparaître comme une figure intervenant de façon récurrente sur la scène publique pour faire valoir un point de vue et trouver des modalités pour l’imposer. Ainsi l’acteur écologiste est une figure qui a pris place récemment sur la scène publique, qui a une continuité d’existence à travers ses apparitions dans l’actualité. Cette figure joue un rôle moteur pour enclencher des solidarités à dominantes expressives. Elle reçoit par analogie un statut substantiel, ce qui renforce la capacité de s’y identifier. Au XIXe siècle ce fut le cas de la nation, qui surgit comme un acteur dans le débat et la revendication publique. Aujourd’hui, d’après les lieux, cet acteur peut voir sa pertinence décliner ou grandir. L’acteur est une fiction opérative, qui n’existe qu’à travers des agents concrets qui ont contribué à lui donner une existence sociale. Il devient un pôle promoteur de sens dans la sphère publique. Une fois cette existence actorielle constituée, elle est dotée d’une dynamique autonome par rapport aux personnes et aux groupes qui l’ont fait naître. Si certains appuis se disloquent, d’autres renaîtront par ailleurs, du moins tant que l’acteur sera opérant. Ainsi certains agents peuvent être désespérés face à un mouvement social devenu fictif et auquel ils continuent à croire. Ces agents peuvent alors se livrer à des actes de violence dont l’issue collective est problématique. C’est l’interprétation que Michel Wieviorka12 donne à un certain nombre d’action terroriste, comme le Sentier lumineux péruvien, les Brigades rouges,... Il s’agit de groupes de pression, agissant dans l’illégalité alors qu’il n’y a pas ou plus d’acteur collectif pour prendre le relais dans le débat public. Il ne faudrait évidemment pas réduire tout acteur violent à un comportement de désespoir. Les Basques peuvent faire une action politique violente, mais la portée de leur action découle de l’existence d’un acteur qui est partie prenante clans un débat public. A l’inverse, un individu peut s’impliquer tout en gardant une certaine distance ; il peut s’identifier comme écologiste tout en ayant par ailleurs bien d’autres identifications. Le type de relations - acteurs/agents - peut varier d’après les contextes et d’après les moments dans une séquence chronologique.

36Le cas d’un agent concret qui exprime de façon monopolistique une position actorielle est une situation limite, qui est le prototype d’une mobilisation forte. Ce fut le cas au XIXe siècle pour les mouvements nationaux et les mouvements ouvriers. Certains font l’hypothèse que la complexité sociale actuelle rend les relations entre les deux niveaux acteurs/agents plus fluides et plus diffuses... ce qui n’empêche nullement les acteurs collectifs d’être présents et efficaces sur la scène publique.

Spécificité de l’action organisée

37Cette analyse de la dynamique actorielle suppose une prise en considération complémentaire de « l’action organisée », c’est-à-dire de l’action collective qui trouve son origine dans les ressources et la continuité propre à une organisation. Dans ce contexte, l’organisation n’est pas considérée dans sa structuration interne mais dans ses possibilités d’action et de transaction externes. Une telle action organisée peut mobiliser les ressources charismatiques de ses dirigeants, autant que les solidarités expressives de ses adhérents. Elle peut se trouver impliquée dans des enjeux où elle est en position oligopolistique, voire monopolistique, ce qui accroît la capacité de stratégies collectives. Elle peut se revitaliser en s’appropriant les thématiques des mouvements sociaux émergeants, tel l’écologisme. Si du point de vue du mouvement social le poids qu’y prennent les organisations est l’indicateur d’un essoufflement, on ne peut ramener à cet aspect la signification des organisations. Celles-ci peuvent être un lieu d’initiative collective, jouissant d’une grande permanence et d’une capacité de reconversion. On pourrait ainsi caractériser le catholicisme par l’importance qu’y revêt une organisation apte à des stratégies sur de longues périodes. Vu sa continuité, cette organisation s’efforce de redéfinir des situations et des enjeux collectifs, de manière à poursuivre ses objectifs.

38Considérées comme lieu autonome d’action collective, ces organisations s’efforcent de construire une image du parfait adhérent ; par exemple du parfait syndicaliste, du parfait chrétien, ou du citoyen exemplaire. Ces images se présentent comme un double idéalisé par rapport à la réalité quotidienne. Ces doubles devraient servir comme référence pour induire une identification forte. L’homme ordinaire, destinataire de ces images, peut y adhérer dans une fusion passionnelle, s’y conformer de façon externe sans y croire, ou au contraire y adhérer, tout en gardant une certaine distance critique. Cette dernière attitude permet un jeu complexe où implication sociale et stratégies individuelles se conjuguent. A la manière de E. Goffman, nous ferions volontiers l’hypothèse que la distance au rôle est la réaction la plus fréquente. Dans ce cas, l’individu ne se laisse pas réduire à être un porteur de rôle ou à être une simple expression d’une position sociale. Ce présupposé met en question les diverses théories qui contribuent à construire l’image de l’« homo-sociologicus ». Cette distance au rôle peut être le point de départ d’une stratégie collective. Ainsi en sociologie du travail on a fait souvent ressortir combien le freinage et le sabotage ouvrier en usine, exprimait une volonté de défendre le métier et un souhait de pouvoir imposer ses propres normes.

39Vu l’importance des organisations, nous suggérons une analyse tripolaire de l’action collective : agent - acteur - action organisée.

40Ces divers types d’action sont reliés entre eux par ce que M. Crozier appelle des systèmes d’action, c’est-à-dire un ensemble de régulations plus ou moins stables, plus ou moins structurées qui permettent aux intervenants de guider leur jeu. Tout dans le social ne se joue pas à la manière d’un jeu de hasard. Ces régulations ne se réduisent pas à une adhésion à des normes idéalisées. L’importance de ces régulateurs dans le système d’action nous amène à changer de point de vue pour s’intéresser directement aux modalités de l’interdépendance.

II. De l’importance de la logique des structures et du rapport à la matérialité

Différence entre l’action et les activités

  • 13 M. WEBER, Economie et société, vol. 1, Paris, Ed. Plon, pp. 21-22 (N.B. : La traduction du texte a (...)

41La stabilité d’une orientation promue par les actions ne dépend pas simplement d’un rapport de pouvoir mais de son inscription dans un système d’interdépendance objective. Ce système structure une hiérarchisation des activités constitutives du social. Pour comprendre la différence et la liaison, il faut distinguer les actions et les activités. Les actions supposent un lieu d’initiative : acteurs ou agents ; les activités découlent, selon M. Weber13, d’un problème à résoudre. Différencier ces problèmes permet de comprendre les caractéristiques propres à chacune de ces activités. L’expérience de la violence pose problème et engendre un souhait de sécurité, origine de l’activité politique. Le politique devient agent de pacification en se faisant attribuer le monopole de la violence physique. La pénurie dont on veut sortir pour produire de la satiété est un autre problème, dont la solution engendre l’activité économique. La volonté de sortir de l’incohérence expérimentée dans la vie quotidienne engendre une quête de sens auquel répond l’activité religieuse. On entre ainsi clans une logique de production régie par la spécificité du produit. D’où la distinction entre ce qui fait l’efficacité de l’économique, du politique, du religieux, du juridique, de l’esthétique, et du scientifique. Ceci donne lieu à une structuration spécifique qui peut être formalisée à travers la théorie des champs proposée notamment par P. Bourdieu. L’analyse en terme d’activité, doit se croiser avec celle qui part de l’action. Ainsi on peut se demander quelle est la modalité d’insertion d’un agent dans les différents champs : insertion prioritaire dans un domaine, multi-insertion, insertion de compensation par rapport à un échec ailleurs.

  • 14 M. WEBER, Parenthèses théoriques (Trad. franç.), in Archives des sciences sociales des religions. (...)

42Lorsque les activités développent leur rationalité spécifique, elles tendent à s’autonomiser. Cette autonomie multiplie les tensions vu que les activités sont dans une interdépendance contrainte14. En dégageant ces interdépendances on entre dans un univers structura fonctionnel. Pour l’analyser, il convient de changer les analogies qui sous-tendent notre lexique. Au lieu de références psychologiques comme identité, solidarité, conscience collective, il vaut mieux s’inspirer d’analogies relevant du monde des objets : interdépendance, incompatibilité. Tout cela évoque les formalisations utilisées dans l’analyse des systèmes et de leur transformation.

Faire des études d’impact

  • 15 M. REMY, L., VOYE, E. SERVAIS, op. cit.

43Après avoir insisté sur le primat de la dynamique actorielle, il nous faut maintenant saisir l’importance de la logique des structures, et trouver les médiations qui permettent d’articuler les deux points de vue analytiques. M. Weber y aide lorsqu’à propos des actions, il parle du paradoxe des conséquences, les actions pouvant avoir des effets opposés à ceux escomptés. Toutefois, il ne développe pas l’analyse à partir des conséquences pour les relier à un mode objectif d’interdépendance. Boudon de son côté, à partir de l’individualisme méthodologique, insiste sur les effets d’agrégation qui sont plus qu’une simple structure additive. Mais lui non plus ne nous paraît pas changer assez de point de vue pour considérer les conséquences en elles-mêmes et faire une typologie des effets de composition. Celle-ci permettrait d’expliciter les liens entre ces effets et les transformations structurelles qu’ils engendrent plus ou moins rapidement. Ces successions feraient ressortir l’existence d’une logique systémique. Car les effets qui découlent des pratiques peuvent être systématiques même s’ils sont non prévus et sont opposés aux effets escomptés. L’analyse de ses conséquences revient à faire ce que d’autres disciplines appeleraient : « des études d’impact ». Dans le cadre de la vie sociale, les effets des pratiques peuvent être distingués en effets structurels et effets structuraux d’après qu’à la phase ultérieure, ils affectent la logique objective ou la logique intentionnelle des agents. Dans le premier cas, ils modifient les opportunités des agents sans se répercuter directement sur le sens vécu., dans le second cas, ils affectent directement le sens mobilisateur15.

44Dégager l’articulation entre ces deux types d’effets et ces deux logiques est décisif pour élaborer une problématique des transitions sociales. Dans certains cas, les effets renforcent le système d’interdépendance en place. Ailleurs, ayant des répercussions en chaîne, ils renforcent les tensions à l’intérieur du système et contribuent à le déstabiliser. Parfois, les effets sont multiplicateurs et accroissent la productivité du système. Les effets peuvent être également démultiplicateurs et induire une diminution de la productivité du système. Certains effets agissent en sens opposés sur les différents agents et acteurs, en renforçant les opportunités et la mobilisation des uns et en déforçant celles des autres. D’après les moments, cette évolution non symétrique accroît la productivité du système ou le déstabilise.

  • 16 E. SWYNGEDOW, C. KESTELOT, Passage socio-spatial du fordisme à la flexibilité : une interprétation (...)

45Cette typologie des effets de composition fait ressortir qu’un certain nombre de régulation macroscopique ont un statut de conséquence des pratiques autant que de principe moteur. Ainsi, un enchaînement chronologique se construit sur un décalage entre action et structure. A certains moments, le point de rupture est atteint. Il y a « crise ». Les modes de régulation en place deviennent inopérants. Des modes nouveaux s’inventent souvent dans un jeu complexe d’essais et d’erreurs. Une analyse des discontinuités amène à dégager des enchaînements portant sur de longues périodes. Ainsi, certains marxistes vont-ils caractériser la période actuelle par le passage d’un régime d’accumulation dit « fordiste » à un régime d’accumulation dit « flexible ». Le terme « fordiste » est utilisé en hommage à Gramsci qui dans les années 20, à partir de l’exemple de Ford a pressenti l’émergence d’un type nouveau d’accumulation fondé sur la consommation de masse et amenant des modes spécifiques d’organisations industrielles. Ce régime venait après la période dominée par la grosse industrie métallurgique, elle-même précédée par la période où l’industrie textile était motrice. Le mode d’accumulation fordiste étant devenu inopérant pour gérer les contradictions dans l’état actuel du système d’interdépendance, de nouvelles régulations se cherchent qui permettent de relancer le système. Ce type d’hypothèse suppose une analyse de longue période où une continuité dans l’accumulation se compose avec une discontinuité dans la régulation16. Etant un moment d’indétermination, la crise peut aussi aboutir à des actions de rupture, à la manière des révolutions. L’impact d’une action révolutionnaire doit elle-même se mesurer en terme de conséquences structurelles et structurales. Adopter ce point de vue qui intègre le systémique limite la tentation de volontarisme, qui guette une analyse se déroulant exclusivement en terme d’action et de pouvoir.

Explication par le rapport à la matérialité

46Cette analyse des interdépendances systémiques aboutit à s’interroger sur le statut de la culture matérielle dans l’explication de la vie sociale. Par exemple, l’évolution de la productivité liée à la dimension des outils collectifs, les technologies nouvelles permettant un autre mode de manipulation de l’information, les techniques de mobilité influençant les distributions spatiales, l’apprentissage des codes techniques nécessaires pour un bon usage de ces outils, l’usage quotidien de modes de figuration comme la cartographie... ont une incidence sur le social. Certes, il faut éviter l’illusion technique où l’ingénieur pense que le technologique est le point d’induction, d’où sortent des perturbations dérégulant les systèmes en place et produisant de façon linéaire et par étapes successives un mode d’adaptation social adéqua Il faut tout autant réagir contre une attitude sociologique inverse qui tend à autonomiser le système social par rapport à l’impact de facteurs exogènes, tels ceux liés à l’appropriation des innovations technologiques. Cette double attitude aboutit souvent à une mise dos à dos de disciplines qui gagneraient en affirmant leur complémentarité. Par exemple dans les problèmes écologiques, on voit souvent les sciences humaines et les sciences de la « nature » en difficulté de dialogue. Du côté des sciences humaines, on a des difficultés à articuler sur le social une écologie animale et végétale et les grands cycles chimiques qui font l’équilibre de la biosphère. Par ailleurs, certains propos écologiques conçoivent quelquefois l’homme comme un prédateur n’amenant que des déséquilibres. De même lorsque des biologistes veulent faire de la sociobiologie, ils conçoivent volontiers le social comme une simple prolongation de ce qui prévaut dans le règne animal. Pour sortir de cette situation, la sociologie devrait prendre distance par rapport au propos du culturalisme, pour qui le biologique explique peu de chose dans le social ; notamment dans l’explication de la division sexuelle des tâches. Le culturalisme pense que plus le système social devient complexe, plus il conquiert son autonomie par rapport à l’environnement « naturel ». On pourrait évidemment faire l’hypothèse inverse, où l’on supposerait que les interférences et les régulations deviennent plus compliquées.

47Une problématique du changement social doit mieux comprendre l’articulation des diverses facettes de la matérialité aux divers aspects du social. Ceci aura une incidence dans les années à venir sur les paradigmes qui inspirent les sciences sociales dans leurs relations aux autres disciplines.

Le milieu comme médiation

48Nous voudrions attirer l’attention sur l’intérêt de la notion de milieu telle que l’ont développé Durkheim et après lui Halbwachs. Par milieu, Durkheim entend :

  1. un territoire dont les limites sont pertinentes pour le problème à analyser ;
  2. un ensemble d’éléments hétérogènes qui acquièrent une interdépendance spécifique du fait de leur coexistence dans ce territoire. Le milieu est une unité productive dans la mesure où la coexistence modifie les réactions des éléments composants. L’Ecole de Chicago a continué dans la même ligne avec l’écologie humaine en y intégrant les effets sociaux des technologies, la compétition entre les groupes.

49La notion de milieu est un premier concept articulant la matérialité, le systémique et la logique actorielle. Il conviendrait d’en utiliser d’autres, de manière à donner un statut plus explicite à la matérialité dans l’analyse du changement social. C’est le cas du concept de forme mis en valeur par Simmel.

Archéo et néo-structure

  • 17 R. LEDRUT, L’espace en question, Paris, Ed. Anthropos.

50Dans la ligne de l’analyse des transitions, l’articulation peut se faire en s’interrogeant comme le fait R. Ledrut17, sur la coexistence d’une archéo-structure sociale avec une néo-structure. Les termes archéo et néo étant connotés simplement par leur temporalité. La dernière est plus récente et donc émergeante, d’où elle entre en tension avec la structure en place. L’opposition se fait sous divers angles et notamment dans l’appropriation des nouveaux modes de cultures matérielles. Ces tensions se résolvent rarement par la substitution de la néo à l’archéo-structure, ou par l’assimilation pure et simple de la néo-structure par la structure en place qui par là s’adapte aux situations nouvelles sans se modifier sur le fond. Bien d’autres compositions intermédiaires risquent de survenir. R. Ledrut voit les deux structures comme traversant les diverses positions sociales. Ainsi ne s’opposerait pas nécessairement des positions supérieures qui seraient du côté de l’archéo à des positions « ouvrières » qui seraient du côté du néo. Dans chaque position, il peut y avoir des groupes porteurs. Ce clivage archéo-néo permet d’analyser la coexistence dans une combinaison instable, d’un système dominant et de contre-systèmes émergeants.

III. Articulation entre les deux niveaux d’analyse : le mouvement long et les autres temporalités collectives

51Pour repasser du systémique et de la matérialité à l’agent et à l’acteur, il faut voir comment ces éléments conditionnent leur champ d’action autant en terme de limitation qu’en terme d’incitation et d’opportunités.

52A ce stade de l’analyse, nous disposons, pour ce faire, de trois termes à bien distinguer :

  1. le contexte, donnant les paramètres globaux ;
  2. la situation, précisant les problèmes immédiats à résoudre ;
  3. le milieu, fixant dans l’ici et le maintenant les modes de coexistence.

53Ces diverses dimensions de l’environnement reliées l’une à l’autre créent une ambiance dominée ou non par un sentiment de risque ou d’incertitude. Nous l’appelerons la conjoncture socio-affective. Celle-ci a une incidence sur les logiques d’action par exemple, en incitant à surévaluer ou à sous évaluer les obstacles, à miser sur des stratégies individuelles ou collectives.

L’innovation : ses origines et ses effets

54Cette combinaison entre les tensions systémiques et le jeu actanciel amène à poser le problème de l’innovation. L’innovation est associée à l’introduction de tout élément nouveau dans la vie sociale. Elle peut être technologique, par exemple l’incidence de l’automobile sur la temporalité sociale et la formation des réseaux. Elle peut être culturelle, par exemple l’invention d’un nouveau mode de sélection des conjoints et de leur mise en relation stable. Elle peut porter sur la structuration sociale, l’homogéisation des avantages entre la campagne et la ville, quitte à vouloir refaire une différence sur ce fond d’homogénéité.

55L’innovation nous paraît sous-évaluée dans certaines problématiques du changement social, dans lesquelles seul le conflit engendrerait des transformations profondes. Dans le paradigme ici présenté, l’innovation est une modalité décisive de changement social. Car elle est une médiation qui permet d’articuler les points de vue et de poser les problèmes en termes nouveaux, même si à bien des égards l’innovation n’est pas reliée directement au conflit. Il faut se départir du paradigme inspiré de façon trop unilatérale par l’analyse marxiste où le conflit est le moteur central et unique du changement.

  • 18 R. BOUDON, op. cit, pp. 174-184, Innovation et changement social.
  • 19 A. MENDRAS, M. FORCE, Le changement social Paris, Colin, 1983, pp. 73-104, Diffusion de l’innovati (...)

56Les innovations peuvent avoir des origines diverses. Dans certains cas, elles répondent à une demande parfaitement explicite. Etant une réponse à une question clairement formulée, elles ont un lien direct avec la dynamique des processus sociaux déjà constitués. Dans d’autres cas, il s’agit d’une réponse spécifique à une question diffuse où les options ne sont pas prédéterminées. Ces innovations sont le résultat d’une stratégie de groupes en recherche. Parfois, elles sont beaucoup plus inattendues, étant liées à une rencontre aléatoire entre des séries indépendantes18. En ce sens, elles ont une origine plus exogène par rapport aux problèmes sociaux. Outre l’examen des connivences entre le surgissement de l’innovation et les problèmes de société, on doit s’interroger sur les modalités de diffusion19.

57Pour analyser la diffusion on peut partir d’un modèle épidémiologique. Le foyer d’innovation induit des modalités d’entraînement cumulatives. Dans ces diverses étapes on distingue : les pionniers, les légitimateurs, la majorité précoce, la majorité tardive, les retardataires et les réfractaires. Chacune de ses catégories pouvant être caractérisée socialement et être différente d’après le type d’innovation. Mais il y a des modalités de diffusion qui s’inspirent d’un autre modèle, plus directement lié à la rénovation, ou à la transformation de la structure sociale existante. Même si les innovations ne sont pas produites par le système, parce qu’elles n’apparaissent pas directement liées à une contradiction, ou à une tension à résoudre, elles sont néanmoins sélectionnées et diffusées par lui. Certains agents peuvent jouer un rôle moteur, car ils anticipent la valeur de l’innovation pour renforcer leurs atouts, ou leur capacité d’adaptation. D’autres, au contraire peuvent être réticents. Il conviendrait de reprendre ici la notion d’archéo et de néo-structure.

58Les innovations peuvent aussi s’analyser dans leurs effets. Ceux-ci peuvent être « pervers », même pour les acteurs qui les adoptent avec enthousiasme. Ces effets sortent progressivement et l’enchaînement peut avoir un caractère de croissance ou de mutation par rapport à ce qui est déjà en place, sans que cela ne soit anticipé.

  • 20 A. PIASER, Les mouvements longs du capitalisme belge, Bruxelles, Ed. Vie ouvrière, 1987, particuli (...)

59Les innovations peuvent elles-mêmes se développer selon une séquence particulière. Certains auteurs parlent des « grappes d’innovations technologiques » distinguant des phases d’expérimentation, de maturation, de routinisation. Ces phases peuvent être mises en relation avec les cycles économiques longs dit de « Kontratieff ». C’est une des clés de l’analyse de A. Piaser portant sur les mouvements longs du capitalisme belge.20

Les mouvements longs : articulation du mouvement et du système

  • 21 F. BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme du XV au XVIIIe siècle, Paris, Ed. Co (...)
  • 22 L. H. DUPRIEZ, Mouvements économiques généraux, Louvain, I.R.E.S., 1956.

60A cet égard, est très suggestive la notion de mouvement long qui a servi à F. Braudel21 pour analyser l’évolution historique du capitalisme en Europe. Braudel reconnaît l’influence qu’ont exercé sur lui les économistes et en particulier L. H. Dupriez22 de l’Université de Louvain, avec qui il a eu pas mal d’échanges pendant une période de captivité commune.

  • 23 J PIAGET, Le structuralisme, Paris, P.U.F, Que sais-je ?, 1970.
  • 24 In J. LEBRUN, L. BRUWIER, Essai sur la révolution industrielle en Belgique, J. LEBRUN, Histoire qu (...)

61L’analyse des mouvements longs suppose que l’on suive une séquence historique particulière, ayant un point originaire de discontinuité pour en retrouver un autre en finale de période. Pendant cette période, il s’agit de comprendre les interférences diffuses entre le structurel, le matériel, et le « système » d’action. Λ partir de là, on s’efforce de dégager les modes d’enchaînements. Le questionnement n’est pas sans analogie avec la perspective structuro-génétique proposée par Piaget23. En Belgique, J. Lebrun24, dans son histoire du capitalisme, adopte une perspective analogue. Dans l’analyse de ses enchaînements, le conflit n’est pas l’élément unique et prédominant expliquant le changement. Il vient se composer à d’autres processus. En outre, les changements les plus profonds ne se font pas nécessairement par ruptures, qu’elles soient révolutionnaires ou autres. Les transformations les plus profondes peuvent être liées à des processus cumulatifs et progressifs amenant à un moment donné des sauts qualitatifs.

62Les analyses en termes de mouvement long et en termes de mouvement social sont peu souvent mises en perspective réciproque. Ceux qui s’intéressent au mouvement long risquent de ce fait de perdre le caractère englobant du concept, pour accentuer la relation entre le structurel et le matériel, et ainsi considérer de façon quelque peu subsidiaire le jeu des acteurs. A l’inverse, les analyses du mouvement social, risquent non seulement de donner à la dynamique actorielle une priorité chronologique dans les étapes de recherches, mais également de lui donner une prédominance explicative autant au plan diachronique que synchronique. Dans ce cas, on risque de négliger les effets de systèmes, et l’efficacité du rapport à la matérialité. Certaines analyses partant du paradigme des mouvements sociaux, se trouvent à la limite d’une tentation culturaliste. L’usage des concepts identité / opposition / projet globalisant peut se faire sans tenir compte des opportunités dont disposent les acteurs et des contraintes liées au système d’interdépendance. Ceci est encore renforcé si l’on surévalue l’importance du politique et de son action volontaire. Pour échapper à ce biais, il importe de renforcer l’analyse de l’implication des acteurs et des agents dans le systémique et le matériel.

63Le concept de mouvement long, s’il est pris dans son acception forte, doit décomposer pour recomposer : enchaînements structurels, mode de matérialisation du social et mouvement social. Un des avantages du concept est précisément son ouverture aux diverses dimensions. De ce fait, il permet de distinguer l’action des agents qui enclenchent des effets à court terme de l’inertie des structures qui stabilisent un rapport de force sur de longues périodes.

La conjoncture et son instabilité

  • 25 L. H. DUPIEZ, Op. cit.

64Par ailleurs, si nous reprenons chez Dupriez25 son analyse des temporalités en économie, il distingue les cycles conjoncturels (temporalité courte), les mouvements longs ou Kontratieff (temporalité moyenne) et les mouvements séculaires (temporalité longue). Notons en passant que le mouvement long tel que nous l’avons repris chez Braudel correspond plutôt au mouvement séculaire de Dupriez. Ainsi le temps considéré de façon instantanée, se comprend par une conjonction de temporalités. Par exemple, si aujourd’hui on voulait caractériser la situation de la gauche française, on pourrait faire l’hypothèse que le moment actuel se caractérise comme une période terminale de trois temporalités. Tout d’abord la fin d’un cycle d’union de la gauche, dans une temporalité courte. Ensuite, la fin d’une période moyenne marquée par la révolution russe en tant que référence pour modeler certains espoirs socialistes. A cela s’ajouterait en longue période la fin de l’ère de la Révolution française, exaltant le volontarisme social, faisant de l’Etat l’agent décisif de rationalisation du social.

65Le présent peut être aussi caractérisé en escomptant l’avenir. Pour identifier le cosmopolitisme, en gestation aujourd’hui dans diverses villes européennes, par exemple à Bruxelles, il conviendrait de situer le problème par rapport à une pluralité de temporalités en devenir. D’abord il s’agit de bien caractériser la situation actuelle. Une pluralité de groupes appartenant à des nationalités et à des cultures différentes veulent s’installer, sans s’assimiler culturellement, tout en contribuant au devenir local. Pour comprendre cette situation, il ne suffit pas de jeter un regard sur le passé, par exemple sur l’existence de villes cosmopolites qui furent prospères clans la Méditerranée, jusqu’au moment où a pris le dessus l’idée de nation et d’Etat homogénisateur. Pour caractériser le problème du cosmopolitisme actuel, il faut discerner comment il s’articule sur une pluralité d’évolutions qui sont en gestation. Tout d’abord, dans la perspective européenne, l’horizon 1992 tendra à briser les frontières nationales et étatiques. A cela s’ajoute les nouvelles technologies qui vont transformer à la fois le marché du travail et les modes de vie quotidienne. Ce faisant, il s’agit d’éviter les généralisations hâtives, par exemple en terme de lois de tendances, comme il a été signalé La problème ayant été ainsi contextualisé, on peut, en reprenant le résultat de multiples recherches, faire des hypothèses sur les modalités à travers lesquelles une coexistence productrice ou destructrice d’une vie locale, va pouvoir s’installer.

66On ne peut faire l’économie de ces temporalités en amont et en aval du moment présent, si l’on veut analyser les actions collectives qui vont surgir, que ce soit autour de la restructuration de la gauche française, du cosmopolitisme de certaines métropoles, ou d’autres problèmes. En outre, le type d’action qui émerge va lui-même dépendre de circonstances et d’événements catalyseurs à bien des égards imprévisibles.

67Ceci nous ramène à la notion de conjoncture, conjuguant de façon semi-aléatoire des processus autonomes. A bien des égards, c’est la conjoncture qui concrétise et connote les problèmes à résoudre, et qui pèse sur les modalités présentes du jeu des acteurs. Les paramètres qui constituent la situation dans sa spécificité sont plus conjoncturels que structurels. D’où il est décisif de caractériser la conjoncture du moment pour bien comprendre comment se répercute l’un sur l’autre tout ce qui relève des structures, du rapport à la matérialité et de l’action. Le caractère décisif de la conjoncture n’implique nullement sa stabilité dans le temps. Elle peut évoluer rapidement et il convient de la réactualiser constamment. Dans ses cours, L.H. Dupriez avait coutume d’ironiser sur ceux qui, à partir de la conjoncture du moment, faisaient des extrapolations sur des périodes moyennes, amplifiant les réactions du moment, sans tenir compte du caractère oscillateur des évolutions conjoncturelles. Ces fluctuations sont l’expression de la coexistence instable entre un système dominant et des systèmes émergeants entre archéo et néo-structure sociale.

68Ainsi la notion de conjoncture est à la fois une nécessaire concrétisation pour l’analyse et une illusion dans la mesure où elle est projetée comme un élément stable. Si l’on veut faire une analyse socio-historique, ce qui est le cas, lorsqu’on se préoccupe du changement social, il faut dégager, à travers une diversité d’oscillations conjoncturelles, comment se produisent des tendances de moyenne et de longue périodes. Ceci implique, pour l’analyste, un souci constant de suivre l’événement et l’actualité, qui sont soit des signes précurseurs d’une tendance nouvelle, soit des indicateurs de retournements conjoncturels, soit une dernière expression d’une situation dépassée.

Pour conclure : portée de la problématisation

69Nous en revenons à ce que nous avions donné au départ comme un aspect de l’intuition sociologique de Maurice Chaumont. A partir de là, nous avons suivi notre chemin au niveau d’une problématisation du changement social, où matrice de questions et théorie formelle ont été données comme deux procédés heuristiques, qui permettent des formes ouvertes de mise en comparaison et d’accumulation de connaissance, utilisant les acquis de recherches provenant de multiples terrains, et peuvent être rattachées à des théories générales incompatibles.

70Outre le propos commun à toutes les analyses de dynamique sociale qui cherchent à articuler le jeu des acteurs, l’induction par les structures et le poids de la matérialité, l’analyse du changement social s’intéresse particulièrement aux séquences et aux temporalités affectant les transformations. Un des objectifs centraux consisterait à mieux expliciter comment les temporalités (mouvements longs, oscillations conjoncturelles, etc.) sont le résultat combiné de la dynamique actorielle et de la logique des structures. Pour cela, il conviendrait d’analyser quelques évolutions concrètes pour présenter des cas de figure, et faire ressortir que l’articulation est intelligible mais ne découle pas d’une quelconque nécessité logique. C’est le présupposé de la sociologie de l’histoire que nous avons voulu présenter ici. En attirant l’attention sur les modes de coexistence et de transformation dans le temps, les analyses du changement social constituent un apport décisif à une problématique générale en sociologie qui, trop souvent, manque d’analyse en terme de processus et de temporalités. Cette accumulation de connaissance composée à partir d’une matrice axée sur les séquences, accroît la capacité du sociologue à participer à des scénarios anticipatifs, tout en se méfiant des généralisations hâtives. Ainsi, de façon indirecte, cette méthode rencontre la préoccupation de donner un caractère prédictif à la sociologie qui sous-tend les analyses du changement social, inspirées par les théories générales. Mais ce propos prédictif se fait en terme probabiliste, marqué par l’incertitude et le risque qui caractérise l’action stratégique.

Notes

1 R. BOUDON, La place du désordre, Paris, P.U.F., 1984, p. 189.

2 R. BOUDON, Ibidem, Les premiers chapitres de cet ouvrage critiquent la présentation des acquis sociologiques sous forme de loi.

3 J. REMY, L. VOYE, E. SERVALS, Produire ou reproduire, Bruxelles, Ed. Vie Ouvrière, vol. I, 1978.

4 A. SCHUTZ, Le chercheur et le quotidien (Trad. française), Paris, Le Méridien, pp. 4254 : construction des objets de pensée par les sciences sociales.

5 J. REMY, L. VOYE, E. SERVAIS, op. cit.,. KELLERHALS et alii., Mariages au quotidien, Genève, Ed. Favre, 1982.

6 M. OLSON, La logique de l’action collective (Trad. française), Paris, P.U.F., 1978.

7 G. BAJOIT, L’union fait la force, Solidarité sociale et action collective, texte ronéoté.

8 Le mouvement social est un concept clé dans toute son œuvre ; voir par ex. Production de la société, Paris, Seuil, 1973.

9 MUGUY et Coll. in Doms et Moscovici, 1984, p. 82-83.

10 S. MOSCOVICI, Psychologie des minorités actives, Paris, P.U.F., 1982.

11 J. REMY, M. SAINT-JACQUES, L’école comme modalité de transaction sociale, in Recherches sociologiques, 1986, no 3, pp. 309-326.

12 M. WIEVIORKA, Sociétés et terrorisme, Paris, Ed. Fayard, 1989.

13 M. WEBER, Economie et société, vol. 1, Paris, Ed. Plon, pp. 21-22 (N.B. : La traduction du texte allemand devrait être Les déterminants de l’action sociale. Voir à cet égard le texte éclairant de J. FREUND, Philosophie et société. Louvain-la-Neuve, Ed. Cabay, 1984, p. 103).

14 M. WEBER, Parenthèses théoriques (Trad. franç.), in Archives des sciences sociales des religions. 1986, vol. 1, pp. 7-34.

15 M. REMY, L., VOYE, E. SERVAIS, op. cit.

16 E. SWYNGEDOW, C. KESTELOT, Passage socio-spatial du fordisme à la flexibilité : une interprétation socio-spatiale de la crise et de son issue. (A paraître dans Espaces et Sociétés).

17 R. LEDRUT, L’espace en question, Paris, Ed. Anthropos.

18 R. BOUDON, op. cit, pp. 174-184, Innovation et changement social.

19 A. MENDRAS, M. FORCE, Le changement social Paris, Colin, 1983, pp. 73-104, Diffusion de l’innovation.

20 A. PIASER, Les mouvements longs du capitalisme belge, Bruxelles, Ed. Vie ouvrière, 1987, particulièrement pp. 115-135 : Théorie des grappes d’innovations et mouvements économiques.

21 F. BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme du XV au XVIIIe siècle, Paris, Ed. Colin, vol. 1, Civilisation matérielle et capitalisme, 1967, vol. 2, Les enjeux de l’échange, 1979, vol. 3, Le temps du monde, 1979 (voir particulièrement p. 115-135)

22 L. H. DUPRIEZ, Mouvements économiques généraux, Louvain, I.R.E.S., 1956.

23 J PIAGET, Le structuralisme, Paris, P.U.F, Que sais-je ?, 1970.

24 In J. LEBRUN, L. BRUWIER, Essai sur la révolution industrielle en Belgique, J. LEBRUN, Histoire quantitative et développement de la Belgique. Voir particulièrement : cadres conceptuels et hypothèses de travail, pp. 1974, et surtout les conclusions générales : structure génétique et instauration du capitalisme classique, pp. 581-713.

25 L. H. DUPIEZ, Op. cit.

Auteur

Professeur ordinaire à l’Université catholique de Louvain et professeur extraordinaire aux Facultés universitaires Saint-Louis.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540