Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

2. La sociologie du développement

Indépendance et décolonisation

Maurice Chaumont

Texte intégral

1Les événements du Congo éclairent d’une lueur tragique l’erreur que la Belgique a commise en ne considérant les revendications des Congolais à l’indépendance que sous l’angle strictement politique.

2Cette même erreur, il importe de ne pas la commettre dans notre jugement sur ces événements. La seule analyse des phénomènes proprement politiques est insuffisante pour nous permettre de comprendre tout le drame qui se déroule au cœur de l’Afrique. On ne peut comprendre ce drame qu’en envisageant la situation coloniale globale dans laquelle il se déroule, et tout son contexte psychosociologique.

3La situation coloniale se caractérisait par la présence, au sein d’une même organisation socio-politique, de deux sociétés profondément différentes, entretenant entre elles des rapports fortement hiérarchisés, la société colonisée se trouvant en état de totale dépendance, non seulement politique mais aussi économique et culturelle. Cette situation ressentie de façon confuse mais intense par les masses congolaises n’avait pas donné naissance à une conscience sociale ou politique organisée. Aussi bien, l’octroi de l’indépendance politique ne pouvait-il, aux yeux des masses congolaises, constituer la fin de la colonisation.

4Les événements démontrent à suffisance le caractère illusoire de la seule « décolonisation politique » là où la colonisation a exercé ses effets dans pratiquement tous les secteurs.

5En 1960, la décolonisation politique était la seule que nous étions en état d’opérer, puisque le Congo ne disposait, par notre faute, que de leaders politiques. L’erreur est d’avoir cru — ou voulu croire — que cette forme très partielle de décolonisation, qui consistait à remettre au Congolais les pouvoirs politiques tout en maintenant dans tous les secteurs administratifs, économiques et culturels, l’omniprésence belge, pouvait réussir. Lorsque les soldats de la Force Publique se sont révoltés en exigeant leur accession au statut des officiers blancs, ils ont bien montré que, pour eux, l’indépendance était tout autre chose que d’élire les concitoyens qui les gouverneraient. L’indépendance, pour eux, c’était réellement la décolonisation. Les revendications formulées dans d’autres secteurs ont confirmé que telle était bien la signification donnée par la plupart à l’indépendance. Le malheur a voulu que les revendications les plus violentes aient été formulées par la Force Publique qui avait les moyens d’imposer ses exigences. Il était, d’autre part, trop facile pour le gouvernement congolais de rejeter toute la responsabilité de la situation sur les Belges, bouc émissaire si évident ; il n’a pas manqué de le faire.

6Aussi bien aurait-on tort d’attribuer la cause profonde des événements exclusivement à des manœuvres de politique intérieure congolaise, ou à des manœuvres de portée internationale. Certes, il ne faut pas minimiser l’incidence des facteurs proprement politiques, le rôle des personnalités et la portée des accidents précis, car il n’y a pas de déterminisme sociologique ; un ensemble de conditions déterminées n’entraîne pas automatiquement telles ou telles conséquences : il faut, encore, l’intervention de volontés individuelles. Les événements survenus au Congo n’avaient rien de fatal ; mais cela n’empêche que la connaissance de l’ensemble des conditions psychologiques et sociologiques est nécessaire pour éclairer la signification des différents faits particuliers survenus depuis le déclenche ment de la mutinerie de la Force Publique.

7Il peut être intéressant de chercher les responsabilités personnelles qui ont joué dans le déroulement de cette mutinerie, et dans son exploitation par certains politiciens congolais ; mais à quoi bon isoler arbitrairement les faits du contexte qui les a vu naître.

8Il est trop tôt pour essayer de reconstituer la succession précise des événements : les informations que nous possédons sont trop confuses et difficilement contrôlables. Il est, par contre, fort possible et fort utile de faire une analyse des conditions qui ont rendu possible l’explosion de juillet. Une désorganisation d’une telle ampleur et aussi rapide ne peut s’expliquer que par un ensemble de facteurs complexes et contradictoires, parmi lesquels les facteurs psychologiques sont fondamentaux.

Caractéristiques des émeutes

9Un premier fait mérite d’être noté, c’est que le nombre des agressions a été relativement limité (cette constatation n’enlève évidemment rien à la gravité de chaque situation individuelle). Il est remarquable que, sauf exception, seuls les mutins de la Force Publique se sont livrés à des attaques contre les personnes. Si l’on tient compte de la disproportion numérique des populations blanche et noire, et de l’agitation politique qu’avait diffusée à travers le Congo une récente campagne électorale, d’où les discours démagogiques n’avaient pas été absents, on aurait pu craindre que les agressions contre les Européens fussent plus fréquentes et plus massives. Les agresseurs semblent avoir eu le souci d’éviter les meurtres ; par contre, leur volonté d’humilier (souvent publiquement) les blancs auxquels ils s’attaquaient a été partout manifeste. Ceci doit être compris en référence au contexte récent de domination coloniale, caractérisé par l’humiliation, consciente ou inconsciente, des colonisés. Le renversement des rôles s’est fait brutalement et dans un temps très court : les Congolais ont immédiatement revendiqué les fonctions assumées par les blancs colonisateurs.

10L’importance des viols ne s’explique pas seulement par le fait qu’il s’agissait de mutins (on sait que toute armée en débandade est entraînée à ce genre de violence), mais aussi et principalement parce que la femme blanche constituait aux yeux des Africains un « tabou idéal », se trouvant à l’origine de puissants sentiments de frustration. Ce tabou symbolisait l’interdit dans le système colonial : il n’est pas étonnant qu’il ait constitué de ce fait un pôle d’attirance.

11Peu de civils congolais ont participé directement aux agressions, même après les discours incendiaires de certains leaders ; mais tant dans les villes que dans les centres coutumiers, l’attitude de la population a été ambiguë. La violence de la mutinerie, la crainte avec laquelle la population considère la Force Publique, la peur de représailles éventuelles semblent être les raisons les plus déterminantes parmi celles qui ont limité la participation des civils. Il faut remarquer que l’hostilité de la population a commencé à se manifester dès l’arrivée des parachutistes, qui ont fourni un alibi à un sentiment d’hostilité qui couvait et qui cherchait à s’exprimer. Ce serait se faire illusion que de croire, comme certains, que « tous les boys ont regretté le départ de leur maître ». Il est inutile de renouveler une erreur de jugement que nous avons déjà commise une première fois, et dont les Congolais paient encore plus que nous chèrement les conséquences.

12La diffusion des violences dans tout le Congo a été particulièrement rapide. Cette rapidité s’explique sans doute par le système de communications dont disposaient les soldats de la Force Publique. Il ne faudrait toutefois pas négliger le fait que dans tout le Congo se retrouvait le même type de situation explosive, c’est-à-dire que partout la colonisation avait réuni les mêmes conditions et créé les mêmes types de frustrations. Une des erreurs principales dans la perspective politique belge a été d’opposer, jusqu’à ces derniers temps, les « bons noirs » de la campagne aux « mauvais noirs » des villes. Or, si la domination coloniale était ressentie différemment dans les milieux coutumiers et dans les milieux extra-coutumiers, elle n’en existait pas moins pour les uns et pour les autres. Ceci ne signifie évidemment pas que l’explosion était inévitable ; il est vraisemblable que s’il n’y avait pas eu la mutinerie de la Force Publique, les choses auraient évolué bien autrement ; mais parce que la société congolaise était affectée de déséquilibres graves, une mutinerie, à l’origine nettement circonscrite, a pu, en quelques jours, avoir des répercussions catastrophiques que nous savons.

13A l’origine, les réactions des Congolais ont été antibelges et non antiblancs. Ce caractère est le propre d’une opposition qui ne nous paraît pas raciste, mais anticoloniale. Que les noirs aient manifesté une hostilité particulière aux « Flamands » doit être compris dans cette optique. En effet, le Flamand représente à leurs yeux le Belge à la nieme puissance, en ce sens que la distance propre à toute situation coloniale se trouve accrue en raison des différences de langue.

14Ce que les événements ont révélé sur les réactions profondes de la population congolaise, porte une atteinte définitive à l’image que trop de responsables de notre politique coloniale se faisaient des Congolais, « celle du bon noir qui attend tout du bon blanc, comme un enfant attend tout de son père ». Nous mesurons aujourd’hui les désastres d’un irréalisme politique, corollaire d’une vue aussi fausse du réel. A l’image idyllique du « bon noir » s’est substituée, aujourd’hui, celle du « sauvage déchaîné, inapte à toute éducation ». Est-il besoin de dire que nous nous trouvons de nouveau devant un stéréotype aussi faux que le premier ?

Les partenaires coloniaux

15Le comportement des « partenaires » coloniaux est caractéristique de la situation dans laquelle chacun des groupes se trouve par rapport à l’autre : il est des attitudes qui se sont trouvées partagées tant par les noirs que par les blancs, cru qui se sont répondu, et d’autres qui furent propres à chaque groupe.

16Au départ, les réactions de part et d’autre ont été dominées par une peur réciproque, conséquence directe de l’absence de rapports « humains » entre les groupes et des distances sociales qui sont à l’origine de stéréotypes à fondement raciste, au travers desquels l’autre est saisi schématiquement. L’optique stéréotypée que chaque groupe se fait de l’autre ne permet à aucun de prévoir valablement, ou du moins de façon nuancée, les réactions du partenaire.

17La peur a inspiré aux civils congolais un sentiment de terreur caractéristique (mythe du parachutiste, puissance du blanc, etc.), et entraîné chez les blancs un mouvement général de panique, où les actions et réactions individuelles se sont trouvées noyées et annihilées. La conjugaison de ces deux mouvements collectifs n’a fait qu’accélérer la détérioration de la situation, dès l’instant où les structures administratives, économiques et sociales se sont effondrées en raison du départ des agents. Les cadres sociaux comme les modèles culturels, facteurs de contrôle social, se sont évanouis en même temps. Chacun est resté sans directives et a réagi nécessairement en suivant le mouvement de la masse.

18De tout temps, les rapports noirs-blancs furent affectés par un certain coefficient de méfiance, mais cela n’avait pas de conséquence tant que l’ordre régnant n’était pas mis en cause. Dans une situation de crise, cette méfiance, par contre, ne pouvait qu’augmenter les difficultés. Et c’est bien ce qui s’est passé. La méfiance latente a empêché presque totalement toute reprise du dialogue, et donc tout effort commun en vue d’un redressement de la situation. A l’ignorance réciproque s’est substituée une hostilité avérée dont les racines plongent dans le passé, mais qui jusqu’ici était restée refoulée grâce au jeu des structures et en raison de la répartition des pouvoirs et de l’autorité.

19Le comportement de nombreux Congolais a révélé l’existence d’une masse d’agressivité orientée contre la position privilégiée des Belges, position qui se manifestait dans un ensemble de symboles sociaux, comme dans l’autorité des blancs sur les noirs. Il apparaît clairement que, aux yeux des Congolais, l’indépendance devait apporter un changement radical du rapport des forces au sein de la société congolaise. La notion d’indépendance politique ne pouvait avoir de sens pour une population habituée à voir le pouvoir politique confondu avec les autres pouvoirs, et donc dépourvue de toute conscience politique.

20Le sentiment de la dépendance qu’éprouvaient les Congolais se situait bien plus au niveau social, économique et culturel, qu’au plan proprement politique. Aussi bien, leurs exigences étaient-elles avant tout de nature sociale, économique et culturelle, et les manifestations d’agressivité auxquelles les Congolais se sont livrés en porte un témoignage assez explicite. Ces manifestations varièrent selon les groupe sociaux, ou selon les secteurs d’activité, mais dans chaque cas, elles visèrent le même objet : renverser le système des statuts respectifs des blancs et des noirs.

21G. Ballandier a bien mis en valeur une autre caractéristique de la réaction des colonisés, c’est qu’elle se présente comme une réaction globale, à caractère irrationnel, non sélectif. Si l’on tient compte du manque de formation intellectuelle et notamment du peu de capacité d’abstraction des masses noires, il n’est pas étonnant que les promesses électorales aient été prises à la lettre. Pour maints Congolais, l’indépendance signifiait, avec le départ des blancs, ou du moins avec la perte de leurs privilèges, un retour à une situation de type « paradisiaque ». Il s’agit là d’un phénomène bien connu des sociologues, de « contre-acculturation régressive », qui se développe rapidement parmi les masses incapables de saisir ce qu’il y a à retenir et développer des valeurs et techniques d’une civilisation extérieure à leur propre société. L’indépendance devait apparaître aux masses comme la fin de ce qui constituait à leurs yeux des tracasseries : contrôle médical, impôts, cultures imposées, etc. L’incidence des campagnes électorales sur la diffusion de ces attitudes régressives doit être soulignée : ces campagnes ne pouvaient être que démagogiques et antibelges, puisque les leaders, sans expérience de l’exercice du pouvoir, étaient incapables de concevoir un véritable programme politique, et eussent-ils été capables d’en avoir un, celui-ci n’aurait pas été susceptible d’être compris par ceux dont ils sollicitaient les suffrages.

22Les agressions contre les blancs ont porté une atteinte définitive à leur prestige, et la crainte respectueuse qu’ils inspiraient s’est transformée en un sentiment d’agressivité. Il devenait fatal, dès lors, que les Congolais, exclus des prises de décisions dans les affaires publiques et privées, et n’ayant pu acquérir aucune conscience des difficultés techniques propres à l’exercice des fonctions administratives et autres, aient émis des revendications démesurées. Le caractère technique des fonctions semble bien leur échapper : ils n’en ont retenu que la dimension sociale, l’aspect « autorité ». Dans une telle optique, on ne voit pas pourquoi chacun ne se sentirait pas capable de commander les autres.

23En résumé, on peut caractériser les attitudes des noirs par leur irrationalité (du moins au regard de notre système culturel et de notre action au Congo), leur caractère global et leur agressivité. Elles sont le résultat d’une situation historique que l’on n’a jamais voulu, en Belgique et au Congo, considérer objectivement, parce que c’eût été mettre en cause notre propre vision émotionnelle de l’œuvre de la Belgique au Congo.

24Les blancs ont pris brutalement conscience de la fragilité de leur position privilégiée, en dehors du régime colonial. A l’assurance de tant de Belges, persuadés d’être irremplaçables, a fait place un pessimisme excessif. Installés en plein dans la situation coloniale, les Belges pouvaient difficilement se faire une vue exacte des choses ; un ensemble d’habitudes et d’intérêts, un statut « social » de colonisateur jusqu’alors très peu remis en question, rendaient difficile la révision des rapports traditionnels entre le groupe des « colonisateurs » et celui des « colonisés ».

25Aussi bien, les Belges ont-ils fait brutalement la découverte de la signification réelle de la décolonisation et du caractère assez radical de la modification des rôles qu’elle implique (passage du rôle de dirigeant au rôle de conseiller). Le fait que, de toutes les colonies, le Congo belge avait été, jusqu’en 1959, la colonie la plus paisible avait quelque peu fait perdre de vue que les causes d’opposition et de tension qui se manifestaient ailleurs, existaient tout autant au Congo, il n’est pas étonnant, dès lors, que relativement peu de blancs aient pris des précautions en vue de troubles éventuels. Il semble qu’en plusieurs régions, la panique ait été d’autant plus forte que l’impréparation était grande, et que cette panique, exacerbant l’hostilité et l’appréhension des Congolais, ait constitué un facteur d’accélération du désordre. Manifestement, les blancs n’étaient pas prêts, ni matériellement ni psychologiquement, à faire face à la situation. Pourtant, les signaux d’alarme n’avaient pas manqué depuis janvier 1959. Il y a lieu de se demander pourquoi ces signaux n’ont pas été perçus, ou s’ils l’ont été, pourquoi on n’a rien fait.

26Le réflexe des coloniaux est de rejeter la responsabilité exclusive des événements sur un facteur extérieur à la situation coloniale : la politique coloniale belge. Sans doute, la politique suivie par le gouvernement belge, et soutenue par les partis, se révèle-t-elle un échec total : encore faut-il se demander si, en 1960, une autre politique était possible. Cette politique en tout cas n’est qu’un des facteurs en cause. Son échec n’aurait pas été aussi catastrophique, si la situation coloniale n’avait pas été à ce point déséquilibrée.

27La désorganisation que connaît actuellement le Congo, à la suite du départ de nombreux Européens, est significative de l’œuvre accomplie par la Belgique. L’incompétence généralisée des Congolais dans tous les domaines, qui donc en porte la responsabilité, sinon le colonisateur ? Les responsabilités politiques premières se trouvent là. Ce sont les objectifs et les modalités de notre action au Congo qui se trouvent ainsi mises en cause a posteriori.

28En réalité, les exigences de la colonisation en matière d’assimilation des colonisés au système culturel des colonisateurs sont contradictoires : d’une part, les colonisés doivent être suffisamment assimilés pour participer aux réalisations des objectifs de la colonisation, que ceux-ci soient culturels, économiques ou sociaux ; mais, d’autre part, la situation coloniale implique le maintien d’une distance sociale assez grande, pour que ne s’établissent pas de rapports de concurrence entre colonisés et colonisateurs. Le système aboutit fatalement à former, à la fois, trop et trop peu, dans tous les domaines. Un exemple typique est celui de l’enseignement élémentaire. On a appris à lire aux masses, et grâce aux tracts et journaux, les slogans des groupements politiques ont connu une diffusion généralisée ; mais, faute d’une formation plus poussée, les masses étaient incapables d’interpréter convenablement les textes qu’elles lisaient. Aussi bien, la formation de base qui avait été donnée, parce que trop limitée, n’a servi qu’à accroître les moyens d’agitation.

29Le fait que les structures établies au Congo par les Belges se soient superposées aux structures traditionnelles, sans les pénétrer profondément, n’a pas facilité l’adaptation des structures administratives coloniales à l’Etat indépendant. Les luttes tribales qui n’ont pas cessé de se poursuivre au sein des cadres administratifs, illustrent clairement les inconvénients de cette dualité de structures importées et de structures traditionnelles. Les Belges ont tiré parti des divisions ethniques préexistantes, afin de rendre plus facile l’exercice de leur autorité. Avec la disparition de cette dernière, il était fatal que les tensions qui avaient été contenues mais non résorbées, explosent en conflits violents.

30Les solutions que nous avons voulu apporter aux problèmes de la société congolaise étaient inspirées par nos propres conceptions occidentales. Ces solutions ont pris, dans le contexte africain, une signification assez opposée à celle qu’elles avaient chez nous. Ainsi, le louable souci qu’eut le gouvernement Eyskens de ne dialoguer qu’avec des chefs élus en bonne et due forme au suffrage universel, a eu comme premier résultat d’entraîner les leaders politiques à fausser les mécanismes électoraux et de créer pendant des mois une agitation politique qui, loin de contribuer à développer le sens de leurs responsabilités nouvelles dans les masses, n’a fait qu’exacerber leurs sentiments de frustration. Les élections n’ont cependant fait que confirmer la représentativité de ceux auxquels nous refusions de confier, sans passer par la voie électorale, des responsabilités politiques. Nous avons ainsi perdu une occasion de permettre à des leaders de s’exercer au pouvoir, et nous avons été acculés à passer sans transition d’un régime où les Congolais n’avaient aucune responsabilité politique, à un régime où ils les avaient toutes. Entre-temps, un vent de démagogie avait soufflé sur les masses. En voulant instituer au Congo une démocratie à l’occidentale, nous n’avons réussi qu’à y instaurer l’anarchie.

31En réalité, à partir de janvier 1959, il était difficile de rattraper le retard de treize années d’aveuglement volontaire. Il eût fallu une sérieuse dose d’imagination politique et une énergie non moins forte pour compenser le fait que, pendant cette période décisive, nous en étions restés à mettre laborieusement au point le statut unique assimilant aux agents européens de la dernière catégorie, les Africains qui remplissaient les mêmes fonctions, et à établir non moins laborieusement le statut des villes. Le fait est que nous n’avons pas réussi à ménager les transitions nécessaires entre le régime où les Congolais étaient exclus de tous les postes de décision et « la remise de toutes les clefs de la nation congolaise ».

32A la Table Ronde de février, les négociateurs belges ont cru qu’un geste audacieux et d’un libéralisme, dont l’histoire n’offre aucun exemple, suffirait à transformer la situation coloniale : ils ont octroyé, sans réserves, l’indépendance. Mais l’indépendance n’est pas toute la « décolonisation ». Pour ne l’avoir pas compris, les Belges ont perdu le pari et compromis sérieusement les chances du jeune Etat.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540