Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

2. La sociologie du développement

Les tensions socio-culturelles dans les pays dépendants1

Maurice Chaumont

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend le texte d’un exposé fait au colloque organisé, le 16 novembre 1958, par la So (...)

1La plupart de ceux qui abordent l’étude du fait colonial, le font avec des a priori éthiques ; ils cherchent, soit à découvrir les coupables, soit à absoudre les innocents. Certes, on ne peut rester moralement indifférent au sujet des options à prendre, mais combien celles-ci seraient plus judicieuses si elles étaient prises en fonction d’une connaissance plus objective de la réalité.

  • 2 Les sources principales de documentation théorique de cet exposé sont rassemblées dans une bibliog (...)

2Précisément, depuis quelques années, des sociologues comme G. Balandier, P. Mercier, R. Kennedy, L. Wirth, A. Memmi, pour ne citer que les plus connus, ont cherché à donner une analyse objective des déséquilibres socio-culturels propres aux pays dépendants2. L’étendue et la multiplicité des aspects qui constituent l’objet de cette analyse sont trop considérables pour que nous songions à donner une étude détaillée des cadres théoriques et conceptuels qui y sont employés. Nous nous bornerons à dégager les grandes lignes.

3Le propre de l’analyse sociologique est d’être objective. Elle essaie de nous apporter, sur une situation donnée, le point de vue de Sirius. Il importe donc qu’elle soit dégagée de toute perspective politique préalable, de tout conditionnement idéologique, conscient ou inconscient. Bien qu’il soit assurément difficile de le faire en traitant de matières qui mettent en jeu des valeurs de tout ordre (intellectuelles, matérielles, culturelles), il n’est cependant pas impossible d’établir les distinctions nécessaires entre, d’une part, la constatation de tensions et de déséquilibres résultant de certains comportements ou de certaines politiques et, d’autre part, le jugement moral sur les intentions et la valeur de ceux qui ont ces comportements ou mènent cette politique. Par exemple, on peut très bien constater le désarroi culturel découlant de l’action de certains missionnaires, sans pour autant porter un jugement sur l’évangélisation et sur l’ensemble du travail des missions.

4Le propos de l’analyse sociologique est d’interpréter les faits, de voir leurs relations mutuelles, afin d’arriver à une conclusion objective.

5Rechercher le point de vue objectif, c’est aussi accorder de l’importance aux contenus de conscience, aux représentations collectives. Peu importe que contenu et représentation soient dénués de fondements ; peu importe qu’ils soient choquants, seuls doivent subsister pour l’analyse, les faits dans leur réalité concrète. S’il doit être dégagé de tout jugement passionnel, le chercheur ne peut qu’être attentif à l’expression des passions des autres, pour la simple raison que fréquemment, ces passions d’autrui reflètent, sous une forme exacerbée, les motivations des conduites sociales, tout en constituant par ailleurs des moyens de pression particulièrement puissants et efficaces auprès des masses. C’est à ce titre que des écrits d’auteurs comme R. Wrigt, ou l’ambassadeur Pannikar se présentent comme des documents de première valeur, à tous égards.

Les déséquilibres socio-culturels et la situation coloniale

6La notion de déséquilibre utilisée dans les sciences humaines et sociales ne correspond pas à la notion courante en ce sens que l’on ne doit pas y associer un caractère négatif. Le déséquilibre est un processus normal de tout phénomène de « changement » social, il est évident que l’on ne peut y associer sans risque d’erreur, les notions de crise ou de pathologie sociale. Bien que toute société soit en perpétuel mouvement et constamment engagée dans une dialectique de réorganisation et de désorganisation, de structuration et de déstructuration, cela ne peut préjuger en rien de la santé de cette société. A contrario, la plupart des sociologues insistent sur le caractère sain et nécessaire du déséquilibre. Il ne peut donc être question a priori d’assimiler déséquilibre et crise.

7La question est donc de connaître la nature de ces déséquilibres, de mesurer leur ampleur et leur intensité et finalement poser la question : « Ces déséquilibres relèvent-ils oui ou non de la pathologie sociale ? »

8Intervenant dans le débat, Balandier écrit qu’« il convient de faire la part des désajustements provisoires et des désajustements menaçant le devenir de la société, de distinguer entre les phénomènes ayant un caractère pathologique radical et ceux exprimant l’exigence de nouvelles différenciations et de nouveaux rapports sociaux. »

9Illustrant son raisonnement, G. Balandier cite en exemple les conflits naissants d’une organisation de banditisme juvénile et ceux provoqués par le fait que les jeunes des villes cherchent à créer des cadres sociaux semblables à ceux qui les intégraient à la société traditionnelle. On ne peut assimiler ces deux types de phénomènes qui pourtant sont parfois l’un et l’autre, sources de conflits, d’antagonismes et de déséquilibres.

10Mettant en relief le danger qu’il y a de passer trop rapidement du concept de déséquilibre à celui de maladie sociale, Mercier rappelle la confusion courante qui s’établit dans l’analyse du phénomène désigné sous le nom de « parasitisme familial » dans les recherches urbaines africaines. Ce n’est qu’au prix d’un artifice qui consiste à éliminer une partie de ses significations qu’un fait peut être considéré comme pathologique. C’est délibérément ignorer le maintien d’une certaine vitalité des structures et des relations fondées sur la parenté. Bien que frein évident à la promotion économique des salariés et particulièrement des classes moyennes, ce « parasitisme » ne constitue un fait pathologique que dans la perspective d’une politique fondée sur la formation d’une classe « moyenne », mais non dans la totalité de la perspective de l’ensemble.

11Ceci démontre qu’il faut manier avec prudence ces concepts en prenant en considération le contexte dans lequel ces phénomènes se déroulent. La démarche préalable sera donc de procéder à l’examen du contexte et des conditions de toutes natures qui constituent ce que Balandier appelle la « situation coloniale ». Cette situation-concept apparaît alors centrale et fondamentale en matière de sociologue coloniale.

La situation coloniale

12L’analyse critique des principaux écrits sur les pays dépendants, d’une part, et la recherche sur le terrain, d’autre part, ont amené Balandier à élaborer ce concept de la « situation coloniale » qui définit en réalité une perspective spécifique d’analyse, la première ayant les sociétés coloniales pour objet propre.

13Durant ces cinquante dernières années, l’analyse des sociétés coloniales a suivi plusieurs directions tentant de s’insérer dans les perspectives des différentes sciences humaines : sciences politiques, administratives, économiques, juridiques ; chacune d’entre elles se caractérisant par le choix d’une vision partielle.

14Plus récemment, les recherches anthropologiques ont envisagé la situation coloniale d’une façon globale en s’en tenant néanmoins pour l’essentiel à l’aspect culturel. Ces études ont, dans leur majorité, privilégié les contacts culturels par rapport aux contacts de groupement sans s’arrêter à la situation concrète, particulière à ces sociétés, sans en référer au système colonial en tant que tel, négligeant du même coup la réciprocité de perspectives existant entre société colonisée et société coloniale.

15Opérant la synthèse des diverses conclusions de ces analyses diverses, Balandier en déduit la nécessité d’envisager la situation coloniale comme un complexe, comme une totalité.

16« Il faut constater, écrit-il, d’une part qu’on ne saurait envisager les rapports entre société coloniale et société colonisée sous les seuls aspects économiques et politiques souvent privilégiés par les auteurs engagés... d’autre part que le contact des civilisations se produit à l’occasion d’une situation particulière, la situation coloniale, qui se transforme historiquement, tandis que le contact se fait par les groupements sociaux et non entre cultures existantes sous la forme de réalités indépendantes — dont les réactions sont conditionnées d’une manière interne et d’une manière externe. »

17Sans vouloir nous livrer à une critique détaillée de cette notion, telle que la définit Balandier, critique qui dépasserait le cadre d’une étude aussi sommaire, il faut cependant constater l’insistance de l’auteur qui paraît accorder une importance privilégiée au rapport domination-soumission et partant au caractère conflictuel, essentiel de cette situation.

18L’intérêt de cette définition réside dans le caractère de synthèse présentant de façon saisissante les différents niveaux de la réalité sociale : celui des rapports sociaux, des contacts culturels, celui des idéologies — tous ces phénomènes étant saisis à travers le couple domination-soumission.

19Si la valeur d’un concept se mesure à sa valeur explicative, il n’est pas douteux que cet effort de conceptualisation soit riche de possibilités d’analyse objective, surtout par la place qu’il accorde à la perspective de « phénomène social total ». Dans cette perspective, il devient évidemment plus facile de saisir la société coloniale et la société colonisée, situées réciproquement dans une société globale : la colonie.

20Spécifiquement la colonie se définit en fonction du processus de colonisation. Analysée dans une perspective dynamique, la colonie fait apparaître des phénomènes de changements sociaux à rythme extrêmement rapide affectant tous les niveaux de la réalité sociale. Nous pourrons en déduire son caractère conflictuel.

21Un impératif trop souvent négligé intervient alors à ce point de l’analyse, exigeant l’examen attentif des rapports « colonie-métropole ». Le rejet politique de l’osmose se reflétant sur les plans culturels et économiques, la métropole conditionne la colonie et réciproquement. La métropole, tentée dès l’avènement de son auto-mandat d’implanter dans la colonie une infrastructure politico-économique complémentaire de sa propre infrastructure, se voit obligée de reconsidérer sa « vocation » clans l’ensemble de cette perspective menacée cette fois par la prise de conscience par un peuple colonisé de sa dépendance. La réaction des dépendants engendre un déséquilibre que la métropole, sous la pression des éléments de domination implantés dans la colonie, a tendance à considérer comme générateur de crise, c’est-à-dire sous son seul aspect négatif. Il s’agit là, presque toujours, d’une vue fort superficielle et peu approfondie. Faut-il rappeler qu’une reconversion due à un déséquilibre peut, tout compte fait, se révéler positive ?

22Une première source de tensions et de déséquilibres se situe directement aux niveaux des groupements composant la société globale, entité dont le caractère est hétérogène à plusieurs égards. De même les rapports sociaux, qu’ils soient économiques ou de l’ordre des relations humaines, qu’ils relèvent de contacts culturels, restent liés directement à la position respective des groupements en présence et fonction de la distance qui les sépare. Que les sociétés appelées colonies présentent un caractère de désintégration, ou mieux de non-intégration, c’est indéniable ; encore faut-il tenir compte des facteurs de cette non-intégration, facteurs que d’aucuns attribuent trop hâtivement au fait racial, en se refusant de voir que le fait racial ne constitue qu’un des éléments-moteurs, élément qui se définit davantage comme un signal que comme un fondement.

La colonie

23Puisque ces déséquilibres se déroulent au sein et du fait d’une société globale particulière, irréductible à aucune autre, il est indispensable d’esquisser, ne fût-ce que schématiquement, une description de cette société. Plusieurs définitions de la colonie tentent d’assimiler cette dernière aux sociétés aux prises avec une minorité, laquelle se définit, non comme une réalité statistique mais comme une réalité sociologique, c’est-à-dire que le volume du groupement ne suffit pas à sa définition. De nombreux auteurs insistent sur le caractère minoritaire mais dynamique de la population européenne, population « qui agit sur les peuples autochtones avec une vigueur disproportionnée au nombre ». Ceci, pour indiquer que le caractère de minorité est une certaine façon d’être dans la société globale, ainsi que l’a montré L. Wirth, en donnant en exemple les Noirs vivant dans certains Etats du sud des Etats-Unis.

24En fait le caractère de minorité « sociologique » présuppose des rapports de dominations fort transitoires, puisqu’ils ne sont pas établis une fois pour toutes ; le volume du groupement finissant par être déterminant au fur et à mesure que s’atténuent les décalages de tous ordres.

25Distinguant les différents groupes mis en présence par la situation coloniale, Balandier les classe à partir de la société coloniale (groupe dominant) jusqu’à la société colonisée (groupement dominé). Ceci l’amène à retenir :

  1. la société coloniale en excluant les étrangers de race blanche ;
  2. les étrangers de race blanche ;
  3. les « coloured » ;
  4. la société colonisée.

26Ce classement se fonde sur deux critères : la race et la nationalité.

27Sans doute aucun de ces quatre groupes n’est-il absolument homogène. Dans le premier, il est possible de distinguer d’une manière d’ailleurs très schématique, les « administratifs », les « privés », les « missionnaires » et les « militaires ». Les antagonismes loin d’être exclus peuvent exister et chacun de ces sous-groupes poursuivre une politique ou des politiques relativement différentes. Ceci ne les empêchera nullement de constituer un groupement homogène à plusieurs égards, homogénéité dont le fond commun est considérable, permettant de le percevoir comme un ensemble constituant une société particulière.

28Les deux groupes intermédiaires, les étrangers et les « coloured », occupent eux aussi, fonction de leur importance, des positions spécifiques qui déterminent certains types de rapports sociaux dans leurs confrontations avec les membres des autres groupes.

29La société colonisée, aussi divisée soit-elle, offre deux caractéristiques importantes : sa supériorité numérique importante et la domination radicale qu’elle subit dans tous les domaines qu’ils soient économiques, politiques ou culturels. Cette domination s’exprime au sein d’un état de fait et d’un état de droit ; elle possède un fondement plus ou moins raciste relativement manifeste, elle repose sur un système de pseudo-justification.

30Divisée ethniquement et spirituellement à l’origine, cette société s’est également fractionnée sous la pression de la colonisation : séparation entre citadins et ruraux, entre prolétariat et bourgeoisie, entre élite et masse ; chacune de ces fractions participant de façon différente à la situation coloniale.

31Radicalement différents du point de vue de la race et de la civilisation, occupant des positions de prestige et de force à la fois éloignées et opposées, ces groupements ne peuvent établir entre eux que des rapports sociaux déterminés par la distance qui les sépare. Au sein d’une telle société, le colonisateur et le colonisé se saisissent mutuellement au travers de stéréotypes qui se répondent, se définissent réciproquement. Dans une telle société se caractérisant par une prédominance des rapports de domination, le groupe dominant a tendance à constituer un groupe de plus en plus fermé à mesure que risquent de s’établir des relations de concurrence, concurrence qui va s’accentuant au fil de la disparition des décalages, due à une relative assimilation. Il serait facile d’ironiser en disant que l’assimilation porte en elle les germes de son autodestruction.

32A ce point de l’analyse, il s’avère nécessaire d’examiner de plus près la nature des antagonismes latents ou manifestes qui opposent les membres des différents groupes au sein de la société globale. Tensions raciales au sens restreint du terme ? Tensions culturelles ? Tensions de classes sociales à caractère économique ? Autant de questions qu’il faut tenter d’élucider et d’expliquer, de déterminer dans un contexte où tous ces facteurs jouent en même temps. Pour la compréhension des faits, il faut s’arrêter au processus de colonisation, processus traînant sa séquelle de réactions et de conséquences.

Le processus de colonisation

33Différentes hypothèses ont été avancées en ce qui concerne l’interprétation du fait colonial. Certains y ont vu une entreprise d’exploitation économique (thèse marxiste), d’autres une entreprise d’expansion politique, d’autres d’expansion culturelle. Il est vrai que ces trois dimensions économiques, politiques et culturelles se sont trouvées étroitement liées. Bien qu’animés d’intentions diverses, l’entrepreneur, l’administratif et le missionnaire se sont toujours trouvés associés du fait de la colonie.

34L’impact dans la colonisation a été total, l’emprise s’est exercée à tous les plans : matériels, politiques, administratifs, culturels, quand se sont établies des relations de dépendance entre des groupements de races différentes. Réalisé au moyen de politiques coloniales très diverses, cet impact a eu des conséquences plus ou moins fortes, ces conséquences étant en rapport avec le facteur interne que constituent les structures sociales et les civilisations soumises, elles-mêmes parfois très différentes. Comme le souligne Balandier, la colonisation constitue une expérience sociologique pour les sociétés colonisées, c’est-à-dire, et c’est l’essentiel, une expérience totale.

35Le bouleversement provoqué par la colonisation a affecté aussi bien les modes de groupements (réalité sociologique) que les modes d’organisation politiques et économiques sans oublier pour autant les structures culturelles. Des relations de dépendance se sont alors établies entre la société coloniale et la société colonisée au sein d’une situation qui sera vécue d’une certaine façon par les colonisés, le plus souvent comme une dépossession matérielle et spirituelle. Sur le plan objectif, c’est donc tout un système social et culturel qui est remis en question, entraîné de façon irréversible vers une dégradation progressive. C’est la fin du système qui « prévalait en milieu rural, au niveau d’unités sociales d’ampleur restreinte mais bien intégrées où les relations personnelles dominaient. »

36Actuellement, un système nouveau, à la fois social et culturel, tente de s’édifier, impliquant des rapports économiques modernes, une différenciation sociale porteuse d’antagonismes et également un élargissement des relations de plus en plus indirectes entre les individus. Le rythme, l’ampleur et la nature des changements sociaux ne sont aucunement comparables à ce qu’ont connu d’autres sociétés. Ces facteurs de changement se caractérisent par le fait qu’ils ne peuvent apparaître comme découlant d’un mouvement interne propre à la société, mais bien plutôt comme des facteurs imposés de l’extérieur et se réalisant au seul profit de l’élément étranger implanté.

37Altérés dans tous les secteurs de leur vie sociale, ces groupements devaient nécessairement réagir sur tous les plans. Pour cette raison, la question de savoir si les relations de dépendance économiques, culturelles ou politiques sont perçues de façon distincte par les colonisés, apparaît comme un faux problème et l’examen des réactions à cette situation le démontre facilement. Ceux qui subissent cette situation, l’éprouvent plus ou moins clairement en fonction de la prise de conscience plus ou moins aiguë qu’ils en ont.

38Le processus de colonisation a donc, non seulement donné naissance à une société globale particulière mais il a mis en présence, et ceci n’est pas moins important, deux types de civilisation absolument hétérogènes. Plus encore, il a abouti à faire coexister les trois types de cultures définies par Malinowsky, c’est-à-dire : la culture occidentale, la culture africaine et cette culture aux traits spécifiques, la culture née du contact. Cette coexistence est source de nombreux déséquilibres. En effet, portées par des groupes différents, ces cultures sont loin d’avoir le même dynamisme. Compte tenu des rapports de domination, ces déséquilibres peuvent être classés en deux catégories :

  1. Ceux qui découlent logiquement du processus de colonisation qui, en bouleversant les structures sociales et mentales, ont suscité de nombreux processus de changements auxquels le colonisateur n’a guère prêté attention sinon pour les contrôler dans la mesure où ils perturbaient sa politique. Le colonisateur a en effet tendance, de façon implicite ou non, à considérer la société colonisée comme un instrument.
  2. Ceux qui sont plus directement liés à de nouveaux ensembles sociaux hétérogènes et relativement peu structurés parce qu’engendrés par des situations nouvelles, tels par exemple les centres urbains ou les bidonvilles.

39Il ne s’agit donc pas uniquement de déséquilibres entre passé et présent, mais également de déséquilibres entre les forces actuellement en présence.

40Bien que ces situations conflictuelles puissent être décrites en termes objectifs, elles ne doivent pas faire oublier les réactions psychiques particulières qui expriment la façon dont les populations soumises ont ressenti cette situation. On a pu parler à ce propos de traumatismes particuliers propres à la situation de dépendance. Cet ensemble de réactions constitue un donné qui devrait conditionner, ce qui est malheureusement loin d’être le cas, toute décision politique.

41Les psychanalystes et les anthropologues ont étudié les réactions à la dépendance après avoir rattaché cette dernière au contexte culturel. On connaît l’analyse malgache de O. Mannoni montrant comment la relation de dépendance pouvait être non seulement acceptée mais recherchée en raison de la sécurité qu’elle procure. Ajoutons cependant que cette analyse valable à un certain stade paraît parfaitement dépassée au fur et à mesure que les colonisés prennent davantage conscience de leur dépendance en tant qu’instrument du colonisateur. Ce rejet de l’état de fait, G. Balandier a tenté de l’analyser, en montrant comment la dépendance coloniale est éprouvée par ceux qui la subissent en fonction de la conscience plus ou moins aiguë qu’ils ont de cette situation :

  1. Le plus souvent, il s’agit de réactions confuses, d’un comportement à base de ressentiment rendant le colonisateur responsable de toute calamité : exigences et contraintes administratives, crises économiques, phases de dégradation sociale, etc.
  2. La prise de conscience qui s’effectue à partir d’un certain degré d’altération ou de destruction d’un ensemble d’institutions fondamentales. Ceci donnera lieu aux phénomènes que les anthropologues ont appelé les phénomènes de contre-acculturation. Retour aux valeurs et aux institutions anciennes, ce qui signifie un regroupement face au groupe dominant.
  3. Prise de conscience sur une base raciale qui répond à la domination discriminatoire fondée sur la différence de race.
  4. La prise de conscience qui conduit directement à des réactions ayant un sens politique.

42Ces différents processus ne jouent en aucune manière de façon isolée mais varient en fonction des catégories sociales ainsi que de l’organisation socio-culturelle.

43Si, en réalité, les rapports de dépendance offrent incontestablement une certaine sécurité aux individus dans toute société, à partir d’un certain moment, cette dépendance deviendra source de désavantages et d’infériorité. Rapidement la dépendance n’apparaîtra plus inscrite dans la tradition puisque les rapports avec son inventeur colonisateur sont rompus ; bien au contraire elle paraît imposée par une société absolument étrangère. Ce stade de désacralisation pourra amener, soit à rejeter toutes formes de dépendance, soit à tenter la reconstitution des dépendances sur le type ancien. Cette dernière option est évidemment la plus fragile puisque système rétrograde faisant fi d’un acquit dû justement à la dépendance. Négatif ou positif, cet acquit ne peut pas pour autant être ignoré ; s’il peut être rejeté, ce ne peut être que consciemment.

44C’est ainsi que sur le plan des conduites sociales, il est possible de repérer une série de comportements conditionnés par la situation de dépendance. Cette série, décrite par G. Balandier, parcourt une gamme qui va de l’acceptation active à l’opposition active. Quatre groupes principaux s’esquissent avec des variantes internes tendant parfois à déborder de groupe à groupe.

  1. L’acceptation active qui présuppose la volonté de servir les buts de la société coloniale en raison des avantages (matériels ou de prestige) accordés par cette dernière. Cette attitude de collaboration va parfois jusqu’à desservir de manière grave les intérêts de la majeure partie de la société colonisée.
  2. L’acceptation passive qui correspond au comportement caractérisant le colonisé type. Elle facilite la dictature par son indifférence.
  3. L’opposition que l’on peut dire passive dans la mesure où elle reste essentiellement défensive et indirecte. Elle est la plus fréquente. Ses caractéristiques sont le plus souvent l’anxiété et le désajustement socio-psychologique.
  4. L’opposition active qui s’attaque directement à la dépendance coloniale dans certains de ces aspects ou dans sa totalité. Les manifestations de l’opposition active se situent : 1° au niveau de ses implications politiques : action des mouvements nationaux ; 2° au niveau de ses implications économiques : action des prolétariats et des producteurs autochtones ; 3° au niveau de l’emprise socio-culturelle : action des mouvements religieux ou autres mouvements visant à supprimer toute trace d’occidentalisation. Dans cette perspective, le rejet est global, total.

45Sans entrer trop avant dans le détail de ces réactions, il est aisé de remarquer que la plupart de ces réactions présentent un triple aspect. Aspect culturel d’abord : place faite aux anciennes valeurs ; aspect sociologique : essai de regroupements, de recréation de centre de vie sociale ; aspect psychologique : satisfaction accordée aux tendances individuelles.

Bilan et hiérarchisation des facteurs de tensions actuelles

46Après cet examen succinct du cadre général de la situation coloniale et des composantes essentielles des phénomènes de déséquilibre, il est tentant d’esquisser un bilan tenant compte de la hiérarchisation des facteurs de tensions dans le cadre actuel de la situation. La structure de la société globale et les séquences (objectives et subjectives) découlant du processus de colonisation se présentent sous la forme de cadres sociaux extrêmement instables d’une part et sous la forme des relations de dépendances et des réactions qu’elles provoquent d’autre pan. Ceci nous amène en guise de conclusion à nous demander quelle est, en ce moment, la part relative des différents facteurs dans les tensions actuelles, tout en tenant compte que ces facteurs sont de quatre ordres : socio-économiques, culturels, raciaux et politiques. Une précaution élémentaire impose de faire la distinction entre les facteurs de tensions et leurs manifestations ainsi qu’entre la nature des tensions et la nature des réactions qu’elles provoquent.

47Parmi les auteurs, deux tendances se dégagent d’une manière schématique :

  1. Ceux qui insistent particulièrement sur le facteur racial, lequel recouvre avant toute chose, outre les différentes ethniques, les différences culturelles ou de civilisation.
  2. Ceux qui portent davantage leur attention sur le facteur économique, assimilant les tensions dans les pays dépendants à celles qui se développent dans le cadre d’une société capitaliste, tentant ainsi l’assimilation des colonisés au prolétariat et l’identification des conflits coloniaux à la lutte des classes telle qu’elle a été définie par la théorie marxiste.

48Dans cette dernière catégorie se range le sociologue Obrebsky. Analysant les différentes étapes du développement national des « jeunes nations », il tente de montrer comment au travers des processus d’assimilations des institutions et des valeurs de la société dominante, comment à travers les processus de discrimination sociale imposés par le groupe dominant va surgir la prise de conscience nationaliste. Pour Obrebsky, le groupe dominant est pris dans un mouvement double répondant à des exigences contradictoires. Ce mouvement répond, d’une part, à la nécessité d’assimiler une partie des membres des sociétés dominées afin d’assurer le fonctionnement du système socio-économique et, d’autre part, par la nécessité qui s’impose au groupe dominant de mettre sur pied des systèmes de ségrégation et de discrimination destinés à préserver ses prérogatives de direction et à sauvegarder son organisation interne. De ce double mouvement découlera une certaine « participation » à la culture et à la vie du groupe dominant, à son histoire. La société tendra alors à se structurer, non plus en fonction des groupements ethniques perdant peu à peu leur importance sous la pression des institutions et des valeurs du groupe dominant, mais en fonction de cette dichotomie culture-classe. En donnant naissance à de nouveaux groupements sociaux fondés sur les fonctions sociales au sein de la société globale (professions, etc.), cette évolution permettra aux individus d’échapper aux collectivités locales, facilitant dans le même temps la constitution de groupements plus puissants : les classes sociales. Temporairement solidaires face au colonisateur, ces classes participeront à la constitution d’une structure nationale par rapport au groupe national étranger dominant.

49Intéressante, cette thèse ayant pour sujet l’évolution historique des nations indépendantes tend cependant à diminuer l’incidence du facteur racial en tant que tel. La thèse d’Obrobsky démontre comment l’insertion, progressive mais limitée, du groupe colonisé dans le système culturel et social du groupe dominant modifie radicalement et la structure de la colonie qui se transforme en une société à classes sociales, et le groupement colonisé qui surmonte les divisions ethniques ou locales pour se constituer face au groupement minoritaire.

50A titre d’hypothèse, il est loisible de noter que l’ingérence du facteur économique grandit à mesure de l’assimilation des valeurs et des institutions du colonisateur par le colonisé. Mais ceci ne va pas sans méfiance ni résistance de la part du colonisé pour qui tout ce qui vient de l’occupant est sujet à caution. Ce n’est donc tout d’abord qu’une élite (ouvrière, intellectuelle, bourgeoise) qui s’y conformera peu à peu, encore que relativement. Cette atténuation des différenciations culturelles procède d’une évolution qui est loin d’être à son terme vu les divergences des conditionnements de groupes et les différences d’orientation des systèmes de valeurs. Il est parfaitement erroné de négliger le facteur racial.

51En effet, si le fait racial est contestable en tant que facteur de différenciation fondamentale, il ne peut pas être contesté en tant que réalité coloniale, puisque la société dominante l’utilise pour justifier son comportement local. C’est contre cette utilisation que se dressent les colonisés s’emparant à leur tour du facteur racial pour en faire leur emblème et la justification de leur revendication nationale et sociale. De plus le facteur racial présente la caractéristique d’être immédiatement repérable du fait même du caractère simpliste de ses manifestations. Jouant le rôle de signal, il n’est pas rare de le voir préparer la voie aux phénomènes de tensions politiques, tensions auxquelles il servira de drapeau.

52Les tensions politiques constituent sans doute la voie la plus rapide de réaction aux situations de toutes natures ressenties douloureusement. Le secteur politique est le chemin de moindre résistance, particulièrement dans le contexte politique international où sa route est tracée. Pour cette raison, les tensions politiques sont surtout envisagées comme moyens, la fin restant la résurgence du colonisé libéré de l’occupation du dominant minoritaire.

Conclusions

53Bien que limitée, cette analyse nous amène à certaines conclusions que l’on peut ainsi formuler :

  • La situation des sociétés dépendantes est spécifique. Ces sociétés ne peuvent être assimilées à celles que l’Occident a connues au début de son développement économique.
  • Les sources de déséquilibre sont à chercher dans l’histoire en même temps que dans la situation actuelle, tant au niveau des rapports sociaux entre groupements qu’au niveau culturel des systèmes de valeurs.
  • L’état de crise des sociétés dépendantes est lié, entre autres, à l’élargissement de l’espace social des groupes ainsi qu’à la multiplication et à l’accélération des relations auxquelles ils participent.
  • La fréquence des déséquilibres et des faits de conflits découle logiquement des processus de changements sociaux (nombreux, à rythme rapide et de grande ampleur) que ces sociétés ont connus et connaissent encore.
  • L’attention portée à la totalité du fait colonial fait apparaître l’interdépendance étroite qui existe entre les différents secteurs de la vie sociale. En conséquence sur le plan pragmatique, il s’ensuit qu’aucune décision partielle ne peut être valable si elle ne consent pas à tenir compte du contexte où elle s’insère.
  • Le rapport domination-soumission constitue une modalité particulière qui pèse sur l’ensemble des contacts et des rapports sociaux ainsi que sur les réactions des sociétés colonisées.
  • Si les sociétés colonisées dépendantes sont soumises actuellement à des processus de désorganisation, il faut constater que des tendances à la réorganisation se dessinent, allant vers un nouvel équilibre axé sur la récupération d’une autonomie, au moins politique.

54Les relations entre les sociétés dépendantes et les colonisateurs sont à un tournant que sans hésitation on peut qualifier d’historique. Il reste à déterminer comment se présenteront les mutations de demain.

Bibliographie

Bibliographie

G. BALANDIER, Sociologie actuelle de l’Afrique Nuire, Paris, P.U.F., 1955. Afrique ambiguë, Paris, Plon, 1957.
La situation coloniale. Approche théorique, in Cahiers inter nationaux de sociologie, Paris, 1951.
Déséquilibres socio-culturels et modernisation des pays sous-développés, in Cahiers Internationaux de sociologie, Paris, 1956, vol. XX.

P. MERCIER, Le changement social et l’interprétation des faits de conflit, in Cahiers Internationaux de Sociologie, Paris, 1957, vol. XXIII.

A. MEMMI, Portrait du colonisateur suivi du portrait du colonisé, Paris, Corréa, 1957.

J. OBREBSKY, La sociologie des nations jeunes, in Bulletin international des sciences sociales, Paris, UNESCO, 1951, III.

O. MANNONI, Psychologie de la colonisation, Paris, Seuil, 1950.

L. WIRTH, The Problem of Minority Groups in R. Linton(Ed), The Science of Man in the World Crisis, New York, Columbia University Press, 1952.

R. KENNEDY, The Colonial Crisis and the Future, in id.

R. WRIGT, Puissance noire, Paris, Ed. Corréa, 1955.

Notes

1 Cet article reprend le texte d’un exposé fait au colloque organisé, le 16 novembre 1958, par la Société d’études politiques et sociales de Louvain, et consacré aux Déséquilibres socio-culturels au Congo belge.

2 Les sources principales de documentation théorique de cet exposé sont rassemblées dans une bibliographie succincte en fin d’article ; pour éviter d’alourdir exagérément cet article, on n’a pas jugé utile d’indiquer dans le détail les nombreuses références.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540