Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

2. La sociologie du développement

La décolonisation du Congo (1956-1960)

La réflexion d’un sociologue

Benoît Verhaegen

Texte intégral

1Le sociologue et le colonisateur font rarement bon ménage. La lucidité du premier inquiète le second. Non seulement le sociologue prédit le départ inéluctable et souvent rapide du colonisateur, mais il lui enlève également sa justification morale. Car le paradoxe est que l’action coloniale, qui se caractérise généralement par la violence et l’arbitraire, a besoin de s’entourer d’un prestige moral incontesté.

  • 1 Nous avons utilisé les appellations de l’époque. Depuis lors le Congo est devenu le Zaïre et Léopo (...)

2Léopold II s’est réclamé de la lutte contre l’esclavage pour couvrir la conquête brutale de son domaine colonial. Ses successeurs, explorateurs, militaires, colons, missionnaires et administrateurs revendiquèrent les uns le courage et le dévouement, les autres une mission civilisatrice désintéressée. Cette bonne conscience, outre qu’elle était rarement fondée dans les faits, conduisit à un aveuglement politique dont les conséquences furent catastrophiques au moment de la décolonisation. Le « Congo belge »1 comptait en 1955 des centaines de Belges d’une valeur morale et intellectuelle incontestable et bénéficiant d’une grande expérience et de moyens d’information et d’études de bonne qualité ; aucun ne vit clair dans la situation coloniale et ne sut prédire ce qui allait se passer les années suivantes.

3Jusqu’au dernier moment tous crurent pouvoir reculer indéfiniment les échéances politiques en se prévalant de succès économiques et de performances sociales. Leur aveuglement est largement responsable de l’échec retentissant de la décolonisation du Congo et de la longue crise qui suivit.

4Quelques rares observateurs extérieurs réagirent. Parmi eux, Van Bilsen dont le Plan de 30 ans, daté de fin 1955, est encore dans toutes les mémoires. Maurice Chaumont, qui n’avait à l’époque aucune expérience du tiers monde et aucune attache congolaise, s’y rallia d’emblée.

  • 2 M. CHAUMONT, Les tensions socioculturelles dans les pays dépendants, in La Revue Nouvelle, tome XX (...)
  • 3 M. CHAUMONT, Indépendance et décolonisation, in La Revue Nouvelle, tome XXXII, nos 8-9, Bruxelles, (...)

5Quatre textes illustrent le développement de sa pensée à l’égard de la décolonisation congolaise : deux articles publiés en 1956 commentent, le premier, le plan Van Bilsen d’émancipation politique du Congo, le second les principales prises de position qui suivirent. Le troisième texte2, publié deux ans plus tard, en novembre 1959, au moment où le mouvement de décolonisation s’accélère au Congo, est une analyse théorique des contradictions de la situation coloniale et de leur caractère spécifique. Il est reproduit in extenso dans cet ouvrage. Le quatrième texte3, daté du 10 août 1960, est écrit à chaud. La crise congolaise a éclaté. Le chaos est général tant au niveau des événements que des informations et des réactions de l’opinion publique. Maurice Chaumont fait une analyse globale de la situation qui constitue une démonstration magistrale de la capacité du sociologue à maîtriser le foisonnement des faits, la confusion des événements, le complexité des facteurs en jeu et ses propres réactions affectives. Ce texte est repris intégralement plus loin.

Avenir et émancipation politique du Congo (1956)

  • 4 M. CHAUMONT, A propos d’un plan d’émancipation politique, in La Revue Nouvelle, tome XXIII, no 3, (...)

6Sous ce titre sont réunis les deux articles de Maurice Chaumont publiés dans La Revue Nouvelle en 1956 et consacrés aux principales prises de position politique de cette année4.

  • 5 O.P. GILBERT, L’Empire du silence, Editions du Peuple, Bruxelles, 1947.

7Il faut se souvenir que le Congo belge avait été pendant longtemps à la fois « l’Empire du silence » pour reprendre l’expression de O.P. Gilbert5 et une « colonie modèle » pour l’opinion publique belge. Encore en 1955, l’euphorie était la règle en Belgique en matière coloniale. La haute conjoncture économique, les progrès sociaux rapides, l’absence de révoltes et même de conflits notoires pouvaient donner l’impression que le système colonial belge était parfaitement stable. Le voyage triomphal du roi Baudouin au Congo en 1955 avait consolidé cette illusion.

  • 6 La version française du Plan utilisée par Maurice Chaumont fut publiée, deux mois après sa parutio (...)

8La publication en décembre 1955 du Plan de 30 ans pour l’émancipation politique de l’Afrique belge du professeur Van Bilsen fut le signal de l’ébranlement du système colonial belge6. Maurice Chaumont est un des premiers à réagir et à marquer son adhésion. Il commence par relever le « manque d’imagination créatrice »et la « carence de la pensée politique » des Belges en matière coloniale. A l’« échec des politiques dictées par un empirisme à très court terme », il oppose la nécessité d’une « histoire construite, une histoire humaine » qu’il faut être « capables de prévoir et de prévenir ». Le Plan de trente ans lui paraît répondre à cette nécessité et « constitue un point de départ valable pour l’invention d’une politique à long terme ». Il dégage les points forts du Plan : 1) le progrès économique n’offre pas une solution de remplacement à l’émancipation politique, au contraire elle contribue à en faire naître le désir ; 2) c’est une erreur de subordonner « l’émancipation politique à la qualification d’une élite indigène, indéfiniment retardée », car « la maturité politique précède en de nombreux cas la capacité administrative ». Cette insistance sur l’importance et le caractère inéluctable de l’échéance politique qui forme la toile de fond du Plan, est totalement approuvée par Maurice Chaumont. La suite des événements allait en démontrer la pertinence. Les propositions politiques concrètes de Van Bilsen, fédéralisme interne et confédération souple avec la Belgique dans le cadre général d’une Europe élargie à la Grande-Bretagne, ont également son adhésion complète, mais elles ne se réaliseront pas. Le Congo et surtout le Zaïre choisiront résolument la direction inverse. Il était difficile à l’époque de prévoir que la plupart des Etats africains évolueraient, à la différence de leur métropole, vers des régimes à pouvoirs fortement centralisés et concentrés. Il était impossible de le souhaiter.

  • 7 M. CHAUMONT, L’avenir politique du Congo, op. cit., p. 228.

9Dans l’article paru en septembre 1956 dans La Revue Nouvelle, Maurice Chaumont commente quatre textes émanant de groupes politiques belges et de milieux congolais : la déclaration finale du Congrès socialiste extraordinaire pour l’étude des problèmes coloniaux, un numéro spécial de Temps Nouveaux, organe du Parti social chrétien, le manifeste congolais de Conscience Africaine et la déclaration des évêques du Congo et du Ruanda-Urundi. Tout en soulignant l’impact des prises de position des deux partis politiques belges sur l’opinion publique, Maurice Chaumont est très critique à leur égard. Il leur reproche « d’utiliser le problème colonial à des fins de politique intérieure », d’employer un langage sectaire, byzantin, grandiloquent, d’être incomplets, en un mot de passer à côté des réalités congolaises. Il réserve ses éloges aux deux autres textes émanant de milieux congolais et surtout au manifeste de Conscience africaine. Pour lui, « la comparaison entre les écrits congolais et belges n’est pas à l’avantage de ces derniers, dont le verbalisme exagéré tranche avec la simplicité du langage direct employé par les Congolais ». « La façon d’aborder les problèmes n’est pas moins différente. Si pour les Belges la politique coloniale est un des éléments d’un ensemble de préoccupations, et non le plus important, cet élément est, au contraire, essentiel pour les Congolais. Leur réflexion prend racine dans une réalité qu’ils éprouvent dans sa totalité, bien plus que le Belge ne vit sa propre réalité. Aussi bien, confronter ces textes revient, dans une certaine mesure, à confronter théorie et réalité. Nous voulons dire que si le Belge peut saisir ce problème en s’en détachant, de l’extérieur, le Noir y est plongé, ses positions se rattachent à une expérience de tous les jours. »7

  • 8 Ibid., p. 231.

10Maurice Chaumont fonde son analyse critique des déclarations belges comparées à celles des milieux congolais sur une base sociologique et non idéologique ou morale. La supériorité des secondes sur les premières est due au fait que leurs auteurs éprouvent la réalité « dans sa totalité » dans leur « expérience de tous les jours », tandis que pour les Belges éloignés de cette réalité, il s’agit d’abstractions, de théories. Leurs bonnes intentions, leur souci de justice, leurs considérations morales ne peuvent les éclairer. On perçoit ici toute la pertinence d’une pensée profondément sociologique, sa capacité d’objectivité, d’analyse et de compréhension, malgré la distance de son auteur par rapport à l’événement, parce qu’il sait se mettre à l’écoute des véritables acteurs de l’histoire. Leurs voix, dépouillées du fatras de l’idéologie ou de l’opportunisme, est tellement plus significative. Lorsque Kasavubu, en 1958, deux ans après ses premières prises de positions pour l’émancipation, réclamera avec obstination l’indépendance immédiate, ce qui le fit passer pour un imbécile aux yeux des Belges, c’est lui qui était clairvoyant et lucide et non les Belges. Ceux-ci, malgré leurs diplômes universitaires, leur accès à l’information, leur expérience du terrain et leur connaissance des leçons de l’histoire coloniale, n’ont rien compris à ce qui se passait parmi les treize millions de Congolais. Même le Plan de trente ans du plus lucide parmi les colonisateurs n’a pas eu l’impact historique du discours d’un obscur évolué du Bas-Congo. L’article se termine par une mise en garde et un souhait : « Nous craignons que ces déclarations ne restent lettre morte et ne se révèlent, en définitive, assez gratuites. La parole, en politique, court toujours le risque d’être utilisée à nier le réel qu’elle devrait saisir et expliciter. C’est tout spécialement vrai en matière coloniale. Les expériences étrangères nous ont démontré quel sommet pouvait atteindre le délire de la parole lorsqu’on s’acharne à appliquer des concepts à des actes qui les démentent. Nous songeons, par exemple, aux concepts français de pacification, communauté, interlocuteur valable, etc. La prudence verbale s’impose particulièrement dans ce domaine où la tentation est la plus grande, en raison de la distance qui empêche tout contrôle de l’opinion. (...) Le seul fait certain est que la domination cessera. La présence belge subsistera dans la mesure où elle acceptera cette transformation »8.

11Trente-trois ans plus tard, en 1989, la réflexion de Maurice Chaumont peut encore s’appliquer à une opinion belge qui n’a pas fini sa décolonisation. Les difficultés actuelles dans les relations entre le Zaïre et la Belgique sont en partie la conséquence de l’incompréhension belge, de la difficulté pour l’ancien colonisateur d’« accepter la transformation », c’est-à-dire de reconnaître l’autonomie de son partenaire et de discuter avec lui d’égal à égal.

Sociologie de la décolonisation9

  • 9 Ce titre est celui d’un résumé, rédigé par J. Ladrière, d’un exposé de Maurice Chaumont devant le (...)
  • 10 M. CHAUMONT, Les tensions..., op. cit. Un an s’est écoulé entre la tenue du colloque et la publica (...)
  • 11 1958 est l’année de Exposition internationale de Bruxelles. La colonisation belge y brille de ses (...)

12Fin 1958, la décolonisation du Congo n’a pas fait de progrès notables, si on considère seulement la politique du colonisateur. Sur place, l’agitation politique va croissante, mais aucune violence n’a eu lieu. Des partis politiques se créent, des déclarations plus ou moins radicales sont faites, mais l’administration coloniale donne encore l’impression de contrôler la situation. C’est dans ce contexte que Maurice Chaumont participe à un colloque organisé le 16 novembre 1958 par la Société d’études politiques et sociales de Louvain et consacré aux Déséquilibres socio-culturels au Congo belge10. Le sujet proposé, le cadre académique dans lequel se déroule la conférence et sans doute l’absence d’événements politiques importants au Congo incitent Maurice Chaumont à prendre de la hauteur et à esquisser une sociologie générale de la décolonisation11. Ce texte étant reproduit intégralement plus loin, nous ne ferons qu’en relever les temps forts.

13La contribution de Maurice Chaumont est importante à plus d’un titre. Elle permet de remonter aux sources théoriques de sa pensée. Il commence par donner sa définition de la spécificité de l’analyse sociologique dont il n’a cessé de se réclamer depuis ses premiers écrits : objectivité, distance sociologique entre l’objet et le sujet (le point de vue de Sirius), dégagement de toute perspective politique, de tout conditionnement idéologique et de tout jugement moral. Cette conception weberienne du rôle du savant est cependant enrichie, voire assouplie, par l’influence très explicite de deux grands sociologues plus proche du marxisme que ne l’était Max Weber : Georges Gurvitch et Georges Balandier. Maurice Chaumont leur emprunte une partie de son vocabulaire conceptuel : déséquilibre, crise, structuration-déstructuration, pathologie sociale, situation coloniale, etc. Comme Balandier, il a le regard de l’anthropologue, attentif au pluralisme culturel, soucieux de ne pas tomber dans l’eurocentrisme.

14L’influence de Gurvitch se marque par l’importance attachée au concept de totalité, qui revient presque à chaque page, et au processus de structuration-déstructuration, qui dynamise le concept de structure. La situation coloniale est un « phénomène social total » ; la colonie est une « société globale » réunissant deux partenaires : colonisés et colonisateurs. Il y a réciprocité des influences et du conditionnement entre métropole et colonie, mais création de déséquilibres et de divisions dans la société colonisée soumise à la domination du colonisateur.

15La société colonisée est non seulement divisée ethniquement et culturellement à l’origine, elle est « fractionnée sous les pressions de la colonisation : séparation entre citadins et ruraux, entre prolétariat et bourgeoisie, entre élite et masse ; chacune de ces fractions participant de façon différente à la situation coloniale ».

16Cependant, la société colonisée est numériquement dominante et dans la mesure où le processus d’assimilation, initié par le colonisateur dans son propre intérêt, se développe, la concurrence entre les deux partenaires va s’accentuant. « Il serait facile d’ironiser, conclut Maurice Chaumont, en disant que l’assimilation porte en elle les germes de son autodestruction ».

17Du concept central de totalité, Maurice Chaumont tire une autre application : la colonisation n’est pas seulement une domination politique, ou une « entreprise d’exploitation économique », ou même de dépossession culturelle ; au contraire, « l’impact dans la colonisation a été total, l’emprise s’est exercée à tous les plans : matériels, politiques, administratifs, culturels, quand se sont établies des relations de dépendance entre des groupements de races différentes ». Par rapport aux deux textes datés de 1956 qui ont été présentés au début et dans lesquels l’accent était mis sur l’instance politique, Maurice Chaumont accentue ici le caractère total du changement social induit par la colonisation et des réactions anticoloniales : « Altérés dans tous les secteurs de leur vie sociale, ces groupements devaient nécessairement réagir sur tous les plans. Pour cette raison, la question de savoir si les relations de dépendance économiques, culturelles ou politiques sont perçues de façon distincte par les colonisés, apparaît comme un faux problème et l’examen des réactions à cette situation le démontre facilement ».

18A ces tensions fondées sur une base objective, Maurice Chaumont, citant Mannoni, ajoute les « réactions psychologiques particulières qui expriment la façon dont les populations soumises ont ressenti cette situation ». Il trace ainsi une image très complète et très complexe des relations dialectiques entre colonisateurs et colonisés et souhaite que ce soit cet ensemble de réactions-relations qui conditionne toute décision politique. L’histoire des relations difficiles entre la Belgique et son ancienne colonie illustre bien, a contrario, la pertinence de son propos.

19Après avoir démontré la multiplicité des facteurs en jeu dans une situation de dépendance coloniale, Maurice Chaumont tente de les hiérarchiser. Comparant le facteur racial et le facteur économique, il constate que l’importance de ce dernier grandit « à mesure de l’assimilation des valeurs et des institutions du colonisateur par le colonisé ». Mais ce processus provoque une résistance de la part du colonisé « pour qui tout ce qui vient de l’occupant est sujet à caution », ce qui conduit à une attitude d’opposition raciale. « Si le fait racial est contestable en tant que facteur de différenciation fondamentale, il ne peut pas être contesté en tant que réalité coloniale, puisque la société dominante l’utilise pour justifier son comportement local ».

20Des tensions politiques, Maurice Chaumont nous dit qu’elles « constituent sans doute la voie la plus rapide de réactions aux situations de toutes natures ressenties douloureusement. Le secteur politique est le chemin de moindre résistance, particulièrement dans le contexte politique international où sa route est tracée ». C’est cette route que la décolonisation du Congo empruntera pour conduire aux impasses et aux crises qui jalonnent son histoire depuis l’indépendance.

La crise congolaise (juillet-août 1960)

21L’indépendance du Congo date du 30 juin 1960. Le 5 juillet, la mutinerie de la Force publique se déclenche, précipitant le pays dans une crise générale. Le 10 août, au moment où Maurice Chaumont signe le papier qu’il remet à La Revue Nouvelle, le Congo a éclaté en trois états : Katanga, Sud Kasaï et l’Etat central contrôlé par Léopoldville ; l’appareil de l’Etat central s’est effondré, des violences commises à l’égard des civils européens ont entraîné le départ de la plupart des fonctionnaires et officiers belges et ont profondément choqué l’opinion belge. La Belgique d’abord, les Nations-Unies ensuite sont intervenues pour rétablir l’ordre. Le pays est quasi sous tutelle internationale.

  • 12 M. CHAUMONT, Indépendance et décolonisation, op. cit.

22Maurice Chaumont commente ces événements à chaud12. Son analyse est une application des concepts et du schéma sociologiques esquissé dans le texte précédent. On y retrouve, mais sous une forme condensée et plus tranchée, les principaux points théoriques énoncés auparavant : 1) la situation coloniale est globale : il est illusoire de croire que l’indépendance politique y met un point final ; 2) la connaissance du contexte psychologique est nécessaire pour comprendre la signification des faits et des comportements depuis la mutinerie ; c’est ainsi qu’il apparaît que les violences ont moins un caractère raciste qu’anticolonial et que la peur réciproque des deux partenaires explique la panique des uns, la violence des autres ; 3) l’ampleur des troubles et de la crise n’est pas due à tel ou tel facteur accidentel ou individuel qui aurait pu être évité, mais aux déséquilibres graves qui affectaient la société colonisée au moment de l’indépendance.

23Maurice Chaumont fait ensuite une analyse très fine de la notion d’indépendance politique pour les Congolais. A l’égard d’un système totalement oppressif comme l’était la colonisation, la réaction ne pouvait être que globale et non sélective. « La notion d’indépendance politique ne pouvait avoir de sens pour une population habituée à voir le pouvoir politique confondu avec les autres pouvoirs. » Dans le système colonial belge, le pouvoir (politique) était incarné par le Missionnaire, l’Administrateur et le Colon (ou le Contremaître). L’indépendance n’avait pas provoqué la transmission de ces pouvoirs ; or c’était les seuls que les colonisés affrontaient dans la vie quotidienne.

24Les campagnes électorales avaient donné la parole (et puis ensuite le pouvoir politique) à des leaders, sans expérience de l’exercice du pouvoir, sans programme politique réel et au prise avec des électeurs qui n’avaient aucun terme de référence pour les choisir ou les juger. La compétition électorale ne pouvait être que démagogique et antibelge et les choix électoraux aveugles.

25Maurice Chaumont n’a pas souvent utilisé le concept de « contradiction ». Cependant, il y a recours pour désigner l’impasse fondamentale de toute colonisation : « d’une part, les colonisés doivent être suffisamment assimilés pour participer aux réalisations des objectifs de la colonisation,... d’autre part, la situation coloniale implique le maintien d’une distance sociale assez grande, pour que ne s’établissent pas des rapports de concurrence entre colonisés et colonisateurs ». On peut penser que le paradoxe de la colonisation belge, c’est d’avoir voulu assimiler, c’est-à-dire instruire et urbaniser le maximum de colonisés en vue de la réalisation d’objectifs ambitieux, tout en maintenant une distance sociale la plus grande possible. La contradiction était donc particulièrement explosive.

Réflexions finales

26Sans avoir jamais mis les pieds en Afrique noire, Maurice Chaumont a fait preuve d’une rare lucidité quand les textes ou les événements ont stimulé ses capacités d’analyse sociologique. Il s’est toujours défendu d’être marxiste, mais il a emprunté au matérialisme historique l’essentiel de ses schémas d’analyse et il leur doit en partie la pertinence de sa pensée. Il a subi l’influence de penseurs qui furent tous à un moment donné de leur vie fort proches du marxisme : Gurvitch et Balandier d’abord, Sartre ensuite, Raymond Aron et Alain Touraine enfin. Il me semble que sa parenté avec Sartre, bien qu’il s’en soit toujours défendu, est restée vivace. Comment ne pas évoquer ici les préfaces que Sartre a consacrées à Lumumba et à Fanon sans connaissance concrète du Congo ou de l’Algérie ? Cette capacité de comprendre à distance est caractéristique d’une certaine famille sociologique à laquelle appartiennent Chaumont et Touraine. Ces auteurs ont également en commun de pouvoir allier la rigueur d’une analyse sociologique objective avec l’engagement de la pensée dans le combat politique. Ils donnent même l’impression que ce sont les événements dramatiques et les situations de crise qui leur donnent l’occasion et les moyens de penser juste et de comprendre, et non le regard éloigné cher aux anthropologues ou les distances du sociologue de métier.

27Maurice Chaumont avait une réticence instinctive à l’égard de tout ce qui pouvait ressembler à une recherche de pouvoir. Sans être explicitement anticapitaliste ou antibourgeois, il était trop perspicace et trop rigoureux pour ne pas comprendre le risque d’engagements politiques en Belgique. A deux reprises cependant, il s’est engagé et c’est sur ces souvenirs personnels que nous clôturons ce témoignage. En août 1960, en plein milieu de la crise congolaise, il accepta d’organiser à Bruxelles, à notre demande, le Centre international de coopération, destiné à fournir une assistance technique d’urgence au gouvernement de Léopoldville afin de faire pièce à l’aide que la Belgique apportait au Katanga sécessionniste. Plus tard, il devint administrateur du Centre d’étude et de documentation africaines (CEDAF) pour contribuer à l’encadrement et à l’appui aux étudiants et chercheurs africains.

Notes

1 Nous avons utilisé les appellations de l’époque. Depuis lors le Congo est devenu le Zaïre et Léopoldville Kinshasa.

2 M. CHAUMONT, Les tensions socioculturelles dans les pays dépendants, in La Revue Nouvelle, tome XXX, no 11, Bruxelles, novembre 1959.

3 M. CHAUMONT, Indépendance et décolonisation, in La Revue Nouvelle, tome XXXII, nos 8-9, Bruxelles, août-septembre 1960.

4 M. CHAUMONT, A propos d’un plan d’émancipation politique, in La Revue Nouvelle, tome XXIII, no 3, Bruxelles, mars 1956, pp. 307-313 ; et L’avenir politique du Congo, in La Revue Nouvelle, tome XXIV, septembre 1956, pp. 220-232.

5 O.P. GILBERT, L’Empire du silence, Editions du Peuple, Bruxelles, 1947.

6 La version française du Plan utilisée par Maurice Chaumont fut publiée, deux mois après sa parution en néerlandais, dans Les Dossiers de l’Action sociale catholique, Bruxelles, février 1956. Mais déjà en novembre 1954, Van Bilsen avait recommandé un Plan de trente ans pour le développement politique et l’émancipation du Congo et du Ruanda-Urundi sans en préciser le contenu, in La Revue Nouvelle, novembre 1954.

7 M. CHAUMONT, L’avenir politique du Congo, op. cit., p. 228.

8 Ibid., p. 231.

9 Ce titre est celui d’un résumé, rédigé par J. Ladrière, d’un exposé de Maurice Chaumont devant le groupe Esprit de Bruxelles, le 14 novembre 1960. Cet exposé n’a pas été publié.

10 M. CHAUMONT, Les tensions..., op. cit. Un an s’est écoulé entre la tenue du colloque et la publication du texte. Son caractère théorique permettait ce décalage.

11 1958 est l’année de Exposition internationale de Bruxelles. La colonisation belge y brille de ses derniers feux, mais ceux-ci n’aveuglent pas le sociologue qu’est Maurice Chaumont.

12 M. CHAUMONT, Indépendance et décolonisation, op. cit.

Auteur

Ancien professeur aux Universités du Zaïre.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540