Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

1. La sociologie du travail

Une sociologie dialectique

Jean Ladrière

Texte intégral

  • 1 Eléments d’une analyse sociologique des grèves, in La Revue Nouvelle, tome XXXIII, no 3, 15 mars 1 (...)

1Dans les recherches qu’il a entreprises, Maurice Chaumont a constamment fait preuve d’un sens aigu du concret de la vie sociale ; il s’est toujours montré extrêmement soucieux de ne pas interposer entre la réalité et le regard qu’il posait sur elle l’écran des opinions soi-disant bien établies et des idées soi-disant évidentes. (Ainsi, dans les articles qu’il a consacrés aux grèves de 1960-1961, contestant une interprétation, à première vue très plausible, selon laquelle l’élévation du niveau de vie amène les travailleurs à dépasser la revendication immédiate au profit de revendications portant sur le pouvoir de décision, il indique au contraire que « les éléments idéologiques de la tradition syndicale révolutionnaire classique ont été fort peu développés durant cette grève »1). Mais en même temps il a sans cesse été inspiré, tant dans sa manière d’observer les faits que dans ses interprétations, par une conscience théorique extrêmement vigilante. C’est ce qui l’a amené d’une part à porter son attention de façon privilégiée sur les mouvements sociaux plutôt que sur les structures, et par conséquent à envisager la vie sociale avant tout dans la perspective du changement, et d’autre part à replacer les faits particuliers dans la perspective globale de l’évolution sociale à long terme.

2Ce n’est pas à dire pour autant, cependant, qu’il ait pris appui, dans son travail de sociologue, sur tel ou tel système philosophique. Il a toujours eu une claire vision de l’autonomie de la sociologie, en tant que discipline scientifique spécifique, se fixant à elle-même ses objectifs, ses méthodes et ses présupposés épistémologiques. A aucun moment dans ses travaux nous ne voyons une philosophie de l’histoire ou une conception métaphysique de la société interférer avec sa démarche, qui est de part en part autofondationnelle. Mais cette auto-fondation consiste précisément à poser un a priori de constitution qui donne à la démarche son armature théorique. Cet a priori est purement épistémologique, non ontologique. Tl ne consiste pas à transposer dans des concepts soi-disant opérationnels une vue idéologique ou philosophique (ou philosophico-idéologique) préalable, mais à fixer à l’avance un principe régulateur et des règles stratégiques susceptibles de donner à ce principe ses conditions d’effectivité.

3Toute fondation est nécessairement a priori. L’idée d’un savoir sans présupposés est totalement illusoire ; or une présupposition est, par définition, ce qui est posé à l’avance, donc indépendamment de ce que peut apprendre un examen empirique. Cependant une pratique cognitive peut ne pas être au clair sur ses présupposés, ou même être totalement inconsciente des principes implicites à partir desquels elle opère. Une discipline peut être considérée comme rigoureuse dans la mesure où elle est capable de thématiser ses fondements et où elle s’en tient exactement à ce que ceux-ci autorisent et prescrivent. L’apriorité qualifie ce qui, de soi et nécessairement, précède toute donnée factuelle ; elle ne signifie nullement l’arbitraire ou l’absence de justification. Il appartient précisément à l’épistémologie comme telle d’examiner comment un a priori fondateur se constitue et dans quelle mesure il traduit, relativement au domaine qu’il s’agit d’explorer, l’idéal prescriptif d’un savoir à la fois critique et ouvert sur un progrès potentiel sans limitation. La justification est donnée par la relative adéquation de l’a priori par rapport à un tel horizon épistémique.

4La sociologie telle que l’a comprise et pratiquée Maurice Chaumont est parfaitement rigoureuse, au sens du critère qui vient d’être évoqué. Elle opère consciemment à partir de ce que lui prescrit son a priori constitutif et en fonction des indications qu’il comporte. Le principe régulateur sur lequel elle repose consiste en la prescription d’un certain type d’intelligibilité : l’étude de la réalité sociale est une entreprise de compréhension, et la compréhension est la mise au jour des significations immanentes des conduites collectives. Une signification est un rapport, qui inscrit un fragment de réalité, considéré comme élément-porteur (le signifiant), dans un réseau constitué d’autres éléments-porteurs, qu’il contribue lui-même à engendrer, et par là à un horizon de réalité que ce réseau de signifiants a pour fonction de présentifier. Une signification est immanente lorsque cet horizon de réalité n’est autre que la totalité à laquelle l’élément-porteur en question appartient en tant que partie constituante. En un sens par conséquent la signification d’un élément, c’est sa relation à une instance intégratrice ; mais il ne s’agit pas simplement de la relation entre une partie et un tout supposé déjà constitué, au sens de l’analyse structurale, ou de l’analyse fonctionnelle. La totalité à laquelle renvoie la signification est une totalité en devenir, qui n’est réelle qu’à titre d’horizon, qui est toujours en voie de constitution et ne se constitue, précisément, que par le jeu des significations multiples à travers lesquelles elle est toujours annoncée sans devenir jamais présente autrement que dans (anticipation de son improbable avènement. La signification immanente d’un fait social ne peut donc être que la réalité sociale elle-même, en tant que processus de sa propre constitution. Cette réalité, toutefois, n’est pas une essence universelle mais une figure concrète et singulière, parce que historique, encore que toujours relativement indéterminée, puisqu’elle n’est jamais donnée que dans sa venue vers elle-même. La compréhension du social, c’est donc la mise en relation du social en tant qu’advenant avec le social lui-même en tant que figure s’annonçant comme toujours différée dans cet advenir même.

5Cette idée d’une « sociologie compréhensive » est résolument non inductiviste, en même temps que non déductiviste. La compréhension rend raison de ce qui arrive : si elle est posée comme objectif inspirateur, c’est en vertu d’une croyance fondamentale dans l’intelligibilité du réel. En ce sens elle est donc explicative. Mais elle ne consiste pas à chercher l’explication dans la découverte d’une « loi » que l’on pourrait dégager de l’observation des faits, considérés a priori comme se produisant en vertu d’une régularité dont ils ne seraient que des exemplifications particulières. Elle ne consiste pas non plus à reconstituer les faits par déduction à partir de propositions générales, posées à l’avance à titre d’hypothèses, et de propositions singulières exprimant les conditions antécédentes, selon le célèbre schéma déductivo-nomologique. A vrai dire, quelles que soient les profondes divergences épistémologiques (et peut-être ontologiques) qui les opposent, inductivisme et déductivisme ont en commun l’idée (enracinée dans une très ancienne tradition intellectualiste) selon laquelle tout ce qui arrive, non seulement dans la nature mais aussi dans la société (qui n’est qu’une seconde nature), se produit conformément à des lois. La différence est dans les méthodes : pour les uns la démarche appropriée pour découvrir les lois explicatives est l’induction, pour les autres c’est la démarche hypothético-déductive. Les philosophies de l’histoire ne font que radicaliser ce point de vue, puisqu’elles prétendent non seulement découvrir les régularités qui commandent les phénomènes sociaux, dans leur occurrence effective, qui est historique, mais aussi montrer que tout ce qui arrive porte la marque de la nécessité, et même d’une nécessité de caractère ontologique, la succession des grandes figures historiques étant interprétée comme la manifestation progressive de la constitution interne de l’être et comme marquée par le fait même du sceau de l’absolu. Or la vie sociale, qui a son effectivité comme vie historique, est faite d’événements, qui s’enchaînent sans doute selon des concaténations intelligibles, mais qui, comme tels, sont singuliers, non strictement répétables, et doivent n être considérés que comme des maillons momentanés d’un devenir toujours largement imprévisible. Ce qui arrive effectivement est prélevé sur une multitude de possibles, mais on peut toujours comprendre, après coup, pourquoi et comment tel possible est devenu réel plutôt que tel autre, sans pour autant attribuer à quelque nécessité, épistémique ou ontologique, le choix qui s’est opéré dans les faits. Si une certaine lecture rétrospective, reconstituant les enchaînements selon un ordre de raisons, peut faire apparaître la réalité historique comme gouvernée par un déterminisme de fond, ce n’est là qu’un effet de récit : l’apparente directionnalité de l’histoire, les régularités soi-disant repérables, les formes visibles de cohérence, qui rendent l’histoire compréhensible, ne sont que des effets, perceptibles après coup et mis en évidence dans les récits, du jeu complexe des événements, c’est-à-dire, en définitive, des interactions multiples à travers lesquelles ont été aux prises les acteurs, conscients ou inconscients, qui ont porté le cours des choses. Les figures qui émergent sont les résultantes de rencontres, plus ou moins improbables, entre de multiples lignes événementielles, de très nombreuses transitions locales, dont chacune peut être analysée selon ses raisons, d’effets divers de convergence, de compatibilisation, d’intégration, de complexification et d’équilibrations mutuelles. L’effort de la compréhension vise à ressaisir l’émergence comme telle, en sa singularité, en reconstituant, autant qu’il se peut, les interactions qui l’ont induite.

6Le principe d’intelligibilité adopté commande la stratégie mise en œuvre dans la recherche. Les significations ne sont pas directement lisibles sur les événements et les conduites, tels que l’observation peut les saisir. Il faut donc inévitablement, pour opérer conformément au principe posé, faire intervenir une démarche d’interprétation, qui, s’appuyant sur les données accessibles, ou sur certaines d’entre elles, considérées comme particulièrement révélatrices, tente d’en dégager la (ou les) signification(s), en les mettant en relation avec une représentation, adoptée a priori mais pour de bonnes raisons, de la totalité à laquelle ils appartiennent. Il s’agit donc, d’une part, de faire choix d’éléments d’information jugés susceptibles de servir de support à l’interprétation, et d’autre part de construire une représentation susceptible de donner un contenu suffisamment précis à l’idée directrice de totalité sociale. Or les éléments d’information pertinents ne peuvent être choisis qu’en fonction de cette représentation, qui est donc le véritable a priori dans la détermination de la stratégie de recherche. Et cette représentation elle-même doit être construite de façon à jouer le rôle de médiation entre la totalité (qui n’est apprésentable que comme idée et n’a donc pas d’effectivité séparée, indépendamment des actions et des événements réels) et les données concrètes qui sont pratiquement appréhendables.

  • 2 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières. Rapport sur les grèves de décembre 60 - janvier 61, D (...)
  • 3 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières (v. note 2), p. 1.
  • 4 Op. cit., pp. 3 et 4.
  • 5 Op. cit., pp. 6 et 7.
  • 6 Op. cit., p. 6.
  • 7 Op. cit., p. 8.

7Nous trouvons un excellent exemple de la manière dont Maurice Chaumont a élaboré ses stratégies de recherche dans le rapport inédit qu’il a consacré aux grèves de l’hiver 1960-19612. Le principe régulateur est clairement formulé dès le début : la « perspective d’analyse » adoptée consistera à dégager, « au-delà de l’événement (...), les significations objectives et vécues de l’événement, ce qui implique une tentative d’interprétation »3. Pour élaborer cette interprétation, il faut introduire un concept médiateur, qui, en tant que tel, pourra constituer l’horizon de l’interprétation : c’est le concept de « mouvement social », à travers lequel est pensée la totalité sociale, saisie dans son devenir et en tant que portée effectivement par les actions et les événements qui font la réalité d’un mouvement social. La base observationnelle à partir de laquelle l’interprétation sera construite est déterminée elle-même en fonction de ce concept. Les éléments retenus par Maurice Chaumont dans son travail sur les grèves sont, selon ses propres indications, « l’observation directe au moment du conflit », « le dépouillement systématique des documents publiés avant, pendant et après la grève », les « publications ayant trait à ces grèves » et proposant des interprétations diverses, et enfin et surtout les données recueillies de façon directe dans « un certain nombre de groupes de discussions avec des militants syndicaux et des travailleurs des principales entreprises des régions industrielles wallonnes »4. La discussion de groupe est apparue comme « la technique la plus adaptée » parce qu’elle « permet, à travers le dialogue, que se dégage une interprétation collective »5. Les interprétations données par les acteurs ne pouvaient sans doute être considérées comme fournissant la réponse ultime aux interrogations qui étaient au point de départ de la recherche : « toute conduite collective présente une certaine opacité pour les consciences individuelles »6. Mais c’est bien à partir de ces interprétations que l’entreprise de compréhension avait le plus de chance de pouvoir atteindre son objectif : les militants interrogés pouvaient en effet être considérés comme des acteurs privilégiés, particulièrement représentatifs des mouvements sociaux par rapport auxquels l’interprétation entendait se construire, comme exprimant dès lors de façon très directe, dans la compréhension de leur propre expérience, la signification globale des événements qu’ils avaient vécus. Comme l’écrit Maurice Chaumont, « le militant saisit sa situation individuelle en termes collectifs, l’interprète et la vit en quelque sorte en fonction d’une problématique générale »7.

8L’analyse compréhensive, ainsi orientée en fonction du concept de mouvement social, conduit inévitablement, par la logique même de son développement, à une reconstruction de la dynamique sociale qui en fait voir le caractère essentiellement dialectique. Il ne s’agit cependant en aucune manière d’une utilisation, décidée a priori, du schéma classique de la dialectique. D’ailleurs, ce concept n’est même pas utilisé par Maurice Chaumont. Il est cependant indiqué, comme en filigrane, dans ses analyses concrètes, en tant qu’impliqué de façon toute naturelle par les présupposés épistémologiques de la démarche. Si, conformément à ce que prescrivent ces présupposés, on réussit à expliquer le social par le social, c’est-à-dire à découvrir les raisons des phénomène sociaux dans la réalité sociale elle-même, ce ne peut être qu’en faisant voir dans le fonctionnement même de la réalité sociale le moteur de son devenir. Caractériser ce devenir comme dialectique, c’est simplement reconnaître qu’il est purement endogène, qu’il est produit par l’action de la réalité sociale sur elle-même, autrement dit qu’il est d’allure circulaire. Mais il s’agit bien entendu d’une circularité qui ne peut signifier le retour au même, car le devenir est effectivement réel ; le ressort de la dynamique sociale est une causalité réciproque qui est transformatrice dans la mesure même où, revenant vers sa source première, elle l’affecte de la manière dont sa source seconde a été elle-même affectée par l’action sur elle de la source première. Mais, bien entendu, cette action de la réalité sociale sur elle-même doit passer par des médiations, susceptibles de donner à la causalité réciproque un support effectif et à la réalité sociale elle-même sa manifestation concrète. Ces médiations, ce sont les systèmes d’action dans lesquels les mouvements sociaux trouvent leur projection observable et à partir desquels, réciproquement, ils émergent eux-mêmes comme composantes réelles du devenir social global. Ces systèmes d’action, quant à eux, peuvent être analysés en termes d’événements (qui représentent l’effectivité de l’action), d’objectifs (qui représentent les orientations de l’action, telles qu’elles sont assumées par les acteurs) et de motivations (qui sont constituées par les représentations et les valeurs à partir desquelles les acteurs déterminent les orientations qu’ils se donnent).

  • 8 V. les deux études mentionnées dans la note 1 et le rapport mentionné dans la note 2. En ce qui co (...)
  • 9 La classe ouvrière dans la société globale (v. note 8), p. 23.
  • 10 Ibid., p. 24.
  • 11 Ibid., p. 17.
  • 12 Ibid., p. 21.
  • 13 Ibid., p. 21.
  • 14 Ibid., p. 21.

9Dans les études qu’il a consacrées aux grèves de 1960-1961 et à leur signification par rapport au mouvement ouvrier, ainsi que dans l’étude de caractère plus général qu’il a consacrée à l’évolution de la classe ouvrière, Maurice Chaumont nous a donné des indications précises non seulement sur la forme abstraite de la dynamique sociale, mais sur la forme historique concrète qu’elle a prise dans les sociétés dites « industrielles »8. Les mouvements sociaux qui traversent les sociétés occidentales depuis le siècle dernier, et en particulier le mouvement ouvrier, peuvent et doivent être compris comme des composantes d’un grand mouvement de fond, qui consiste en l’émergence progressive, précisément, de la « société industrielle ». Maurice Chaumont la définit comme une nouvelle forme d’organisation sociale « qui peut être caractérisée à partir de deux éléments fondamentaux : le développement économique et le contrôle social »9. Il la qualifie aussi de « rationnelle », en précisant qu’une société peut être dite « rationnelle » dans la mesure où elle se propose des fins rationnelles, c’est à-dire, précisément, des objectifs de développement économique et social (le développement social signifiant l’accroissement du contrôle de la société sur ses propres produits, sur elle-même et sur ses modes de développement). Mais cette rationalité des fins s’accompagne, du moins de façon tendancielle, de la rationalité des moyens, laquelle se traduit par « l’organisation à tous les niveaux de la société, des entreprises et en général de tous les secteurs de la vie sociale »10. L’organisation « rationnelle » de la production, sur base du mode industriel de production, telle qu’elle a été réalisée par le système économique capitaliste, a bouleversé la structure sociale et donné naissance à une nouvelle classe sociale, la classe ouvrière. Subissant de façon directe l’aliénation économique, qui réifie le travail et les rapports humains, exclue « du pouvoir de décision économique et de toute forme de contrôle »11, de la vie politique, des institutions d’enseignement, de la vie urbaine, la classe ouvrière progressivement s’organise et engage une lutte de classe « pour limiter l’arbitraire d’un groupe privé la bourgeoisie — qui détourne à son profit le produit de l’activité collective »12. Le mouvement ouvrier réussit ainsi « à introduire des contraintes sociales dans le système de décisions économiques, à socialiser l’orientation du système économique »13. Mais en imposant des limites à l’utilisation de la main d’œuvre, en créant par conséquent une rareté économique supplémentaire, il induit par réaction une accélération de la « technicisation » et de la « rationalisation du système économique »14. La causalité en retour exercée par le mouvement ouvrier sur le processus de l’industrialisation devient ainsi un facteur déterminant du développement de ce processus.

  • 15 Ibid., p. 25.
  • 16 Ibid., p. 29.
  • 17 Ibid., p. 29.
  • 18 Ibid., p. 30.
  • 19 Ibid., p. 33.
  • 20 Ibid., pp. 3334.
  • 21 Ibid., p. 35.
  • 22 Ibid., p. 34.
  • 23 Ibid., p. 36.

10Au cours du vingtième siècle, à la faveur de ce développement, commencent à apparaître diverses formes, directes et indirectes, de contrôle collectif de l’activité économique. Or « cette rationalisation sociale signifie aussi que le fonctionnement de la société exige la participation d’un plus grand nombre ; dès lors la classe ouvrière ne se définit plus par son exclusion mais par sa situation dans cette société, sa fonction dans ces mécanismes d’organisation »15. L’aliénation économique des travailleurs, c’est-à-dire leur dépendance totale à l’égard du marché, tend ainsi à s’atténuer, mais de nouvelles formes d’aliénation apparaissent : technicisme (éclatement des tâches, séparation entre la conception et l’exécution, organisation « scientifique » du travail), bureaucratisme (qui « tend à faire dominer l’organisation sur la personne »16), autocratisme (qui « revient essentiellement à réserver l’usage du pouvoir à un groupe particulier dans l’entreprise et, par conséquent, à en priver les autres »17). Ces aliénations sont des conséquences directes du processus de rationalisation à la faveur duquel se met progressivement en place, dans les sociétés occidentales, ce dont l’analyse propose le « modèle idéal » sous le concept de « système industriel ». Or, à la différence de l’aliénation économique, qui a un caractère global, elles sont relativement indépendantes l’une de l’autre, de telle sorte « qu’une solution apportée à un niveau n’entraîne pas automatiquement une solution aux autres »18. La lutte contre ces nouvelles formes d’aliénation impose au mouvement ouvrier le recours à des stratégies plus diversifiées et plus complexes et les modifications que l’évolution du système induit dans les rapports sociaux induisent à leur tour une transformation des représentations à travers lesquelles ces rapports sont perçus et interprétés par les travailleurs. Ainsi se forgent de « nouvelles formes de la conscience de classe », qui n’est plus « aussi exclusivement dominée que par le passé par l’expérience du travail et de la dépendance à l’égard du marché de l’emploi »19. La modification des représentations s’accompagne d’une modification des valeurs (étroitement associées aux représentations) ; cette double mutation trouve son expression, au sein des systèmes d’action, à travers les motivations et les objectifs qui donnent son orientation à l’action. Et ces nouvelles orientations elles-mêmes apparaissent de façon explicite dans les formes que prend l’action et dans les revendications qu’elle porte. Ainsi voit-on émerger de plus en plus dans le milieu ouvrier une « conscience économique », déterminant une « nouvelle orientation, qui voit dans le progrès économique la condition du progrès social, et qui pousse les travailleurs à revendiquer une participation à la gestion ou du moins un certain contrôle »20. L’objectif global n’est plus une transformation radicale du système social (comme dans la phase précédente) mais sa « socialisation » : il s’agit de soumettre de plus en plus » le système social « au contrôle de tous les citoyens »21, en vue « de réaliser le développement optimum des ressources sociales »22. Dans la phase présente de l’évolution du système industriel, « la lutte des classes devient une lutte pour la rationalisation [...] ; elle cherche à éliminer les obstacles à la poursuite d’objectifs de progrès économique et social, raison d’être de la société industrielle »23.

  • 24 V. en particulier à ce sujet le § IV, « Grève et mouvement ouvrier », de l’article Grèves, syndica (...)
  • 25 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières, op. cit., p. 153.
  • 26 Ibid., p. 158.

11A ce schéma dialectique général se subordonnent des dialectiques particulières, par l’intermédiaire desquelles se réalisent les médiations porteuses de la dialectique générale. Ainsi l’action du mouvement ouvrier sur le système industriel doit être analysée elle-même en termes d’une détermination circulaire, relativement conflictuelle, entre « la base » et les organisations syndicales. Maurice Chaumont a montré de manière saisissante comment cette dialectique, interne au mouvement ouvrier, s’est manifestée dans le contexte historique des grèves de l’hiver 1960-196124. En vue de réaliser ses objectifs, le mouvement ouvrier a dû s’organiser, en créant des appareils capables de donner une forme efficace à l’action collective. A la faveur de la lutte engagée par le mouvement et de l’évolution du système politico-économique dans le sens de la rationalisation (entendue comme on l’a indiqué plus haut), les organisations représentatives du mouvement ouvrier, syndicales et politiques, ont réussi à conquérir un accès limité au pouvoir politique et un accès indirect, à travers les institutions politiques, au pouvoir économique. En un sens donc, la position stratégique du mouvement ouvrier dans le système industriel en voie de formation s’est progressivement renforcée. Mais cette participation, bien que limitée, aux mécanismes de pouvoir a eu pour conséquence que « les perspectives d’action gestionnaire ont naturellement pris le pas sur la fonction revendicative, les objectifs politiques sur les objectifs plus particuliers de transformation sociale »25. Cette dérive a entraîné à son tour des oppositions entre les leaders du mouvement (oppositions qui ont introduit une relative incohérence dans les politiques suivies et ont contribué à affaiblir le mouvement), et surtout une méfiance, voire une franche désaffection des militants de la base à l’égard de leurs organisations. (Les grèves de 1960-1961, en tout cas dans certaines régions, ont été vécues par les travailleurs aussi bien comme opposition aux appareils syndicaux et aux leaders « bureaucratiques » qu’au système de pouvoir en place.) Mais cette contestation des appareils entraîne une radicalisation des revendications, qui trouve son expression dans l’action directe mais qui doit finalement être réassumée, au moins partiellement, par les organisations et trouver ainsi une relative institutionalisation, à travers laquelle le mouvement réussit à peser efficacement sur l’évolution du système global. Or cette radicalisation va dans le sens non pas d’une transformation révolutionnaire des structures de pouvoir, mais dans le sens d’un renforcement du contrôle social sur l’appareil technico-économique, propre à accélérer le processus de rationalisation de l’activité sociale. (Maurice Chaumont montre comment, au cours des grèves de 1960-1961, se sont dégagés, au-delà des objectifs visant l’émancipation personnelle des travailleurs et des objectifs de défense professionnelle, des objectifs qui visaient à « développer le contrôle syndical sur la vie économique sous la forme d’un contrôle politique du secteur privé et de la création d’un secteur public, au nom de la croissance économique »26.

  • 27 V. La classe ouvrière dans la société globale (cfr. note 8), p. 22.

12Une analyse complète du mode de développement du système industriel devrait évidemment faire intervenir d’autres composantes. Maurice Chaumont l’indique lui-même dans une de ses études27. Mais la manière dont il a décrit le rôle du mouvement ouvrier dans ce processus est tout à fait significative. Elle nous fait voir comment la compréhension d’un fait social est la mise en évidence de son rapport à une totalité en devenir, c’est-à-dire, de façon plus précise, de sa contribution, via les dialectique partielles dont il est un moment, à la dialectique d’ensemble en quoi consiste le mouvement de la totalité. La notion de mouvement social a bien, dans ce contexte, un rôle crucial : c’est en tant qu’inscrit dans un tel mouvement qu’un fait social possède une signification et est intelligible, et le mouvement lui-même tient sa signification de sa fonction médiatrice dans le schéma dialectique. On voit ainsi comment le projet d’une sociologie compréhensive est identiquement le projet d’une sociologie dialectique. En mettant en œuvre de façon concrète et détaillée un tel projet, dans des travaux d’une admirable rigueur et d’une étonnante lucidité, Maurice Chaumont a non seulement contribué de façon éminemment significative à la constitution d’une authentique sociologie, comme savoir autonome du social, mais il a aussi apporté à la réflexion philosophique des indications décisives pour une compréhension de l’historicité. A la lumière de ses recherches, nous pouvons mieux comprendre quelle est la nature de ce phénomène singulier qu’est l’émergence d’une nouvelle figure historique. Ce qu’il nous fait voir à propos de la société industrielle a sans doute une signification générale, en ce sens que l’abstraction propre à un système social basé sur un processus de rationalisation rend apparents les schèmes formels qui caractérisent un devenir historique (en tant que distinct d’un devenir biologique ou cosmologique). La notion de « système industriel » n’est qu’un concept analytique dans lequel est pensé non pas à proprement parler l’essence d’une société existante, ni même d’une société à venir, mais le sens d’une évolution. Caractériser une telle société par le développement économique et le contrôle social, c’est non pas dégager des propriétés jugées spécifiques, par abstraction à partir de traits observables, mais c’est saisir par anticipation un horizon de constitution à partir duquel les conduites observables dans le présent peuvent être comprises comme pertinentes, cohérentes et pénétrées de raison. Mais se rapporter à un tel horizon, ce n’est nullement faire l’hypothèse ontologique d’une sorte d’entéléchie sociale qui commanderait les évolutions en vertu d’une causalité de type finaliste. Ce n’est pas non plus se représenter, sous la forme d’un « attracteur », le résultat final de l’action prolongée d’une loi déterministe qui imposerait à l’avance au devenir social une trajectoire précise, même s’il s’agit d’une loi trop complexe pour qu’il soit possible d’en découvrir la forme exacte et de faire des prédictions. L’horizon de constitution est entièrement immanent au processus même dont il indique le sens ; il faut donc dire qu’il se constitue au fur et à mesure que se constitue la figure concrète dont pourtant, en tant qu’horizon, il commande l’émergence. Une figure historique peut être comprise comme « système » en tant qu’elle n’a d’autre réalité que celle des interactions multiples dont elle est faite. Ainsi le système renvoie aux acteurs, considérés non dans leur réalité substantielle mais en tant que sources d’action. Si l’entrecroisement des actions peut former un système, c’est que l’action, en s’extériorisant, s’objectifie, que l’initiative s’institutionalise et que la force vive des projets se transforme en la relative inertie des appareils. Mais le système n’est jamais donné comme une totalité figée ; s’il est fait d’interactions incessantes, il se défait et se refait sans cesse selon les variations qu’il introduit, par son propre fonctionnement, dans les systèmes d’action (à travers les représentations, les interprétations, les évaluations et la formation des projets particuliers), et qui retentissent à leur tour sur son fonctionnement (et par le fait même sur sa structure, celle-ci n’étant pas réellement distincte du fonctionnement, puisqu’elle n’en est que la forme instantanée). Ce qui est étonnant, et que l’observation de la réalité nous force cependant à reconnaître, c’est que la causalité circulaire qui lie les systèmes d’action, multiples et fortement diversifiés, au système social global, produise dans ce système global une évolution orientée. Un problème de ce genre apparaît déjà à propos de l’évolution biologique. Mais clans le cas du vivant, les facteurs décisifs paraissent être les mutations (qui introduisent des éléments nouveaux) et la compatibilité entre les mutations et les fonctionnements déjà constitués. Dans le cas du social, les facteurs décisifs paraissent être l’interprétation, qui, à partir de ce qui devient manifeste, ouvre un espace de possibles, et l’initiative, qui introduit effectivement des éléments nouveaux, renforçant certaines tendances et contrecarrant au contraire certaines autres. Or les acteurs, même en tant que porteurs d’une action collective, en tant que participants à un mouvement social, ont forcément une perspective particulière, en fonction de laquelle ils élaborent leurs interprétations et leurs objectifs. La condition pour que l’évolution globale puisse prendre de façon durable une orientation déterminée est soit qu’une perspective particulière soit capable d’élaborer un projet qui puisse valoir d’emblée comme principe d’orientation du système global, soit que plusieurs perspectives particulières aient des projets au moins partiellement convergents, définissant par leur convergence une orientation globale cohérente à travers le temps. La première possibilité correspond à ce que prévoyait la théorie marxiste du prolétariat, compris comme la seule classe capable, de par sa situation de totale aliénation, de se constituer en classe universelle, donc de porter le projet intégral de la rationalité. La seconde possibilité correspond à ce qu’indique l’analyse sociologique. Mais la convergence dont il s’agit est en fait une convergence conflictuelle ; nous retrouvons ici le rôle de la dialectique, en ce sens que c’est par un jeu complexe d’oppositions, dans lequel s’affrontent des motivations, des interprétations et des projets partiellement contradictoires, que se dégage en définitive une ligne d’évolution dont le sens peut être lu comme correspondant à un projet de rationalité.

13Il faut remarquer cependant que ce sens lui-même (ou, ce qui revient au même, la figure de rationalité qui est en voie de constitution) ne peut s’actualiser que sous la forme d’une contradiction sans cesse surmontée. Si l’on peut caractériser le « système industriel » par la double exigence du développement et du contrôle, il faut bien reconnaître que ces deux exigences ne sont pas nécessairement compatibles : il n’est pas certain, a priori, que le contrôle favorisera le développement, et d’autre part il n’est pas certain non plus que les mesures favorables au développement seront aussi des mesures favorables au contrôle. En explicitant l’idée de rationalité au moyen des deux concepts de développement et de contrôle, on donne ainsi, ipso facto, à cette idée une structuration intrinsèquement dialectique : en un sens développement et contrôle s’opposent, mais le développement crée des conditions sociales qui engendrent inévitablement une exigence de contrôle, et d’autre part la réalisation effective du contrôle crée des conditions sociales qui engendrent de nouvelles initiatives de développement. Seulement cette dialectique ne résulte pas simplement d’un jeu de concepts : elle n’est réelle que par les médiations qui portent, selon les circonstances, soit l’exigence de développement soit l’exigence de contrôle, et ces médiations sont celles de l’action, s’organisant en action collective sous la forme des mouvements sociaux. Il arrive, à certains moments, qu’un seul et même mouvement porte à la fois la revendication du développement et celle du contrôle, parce que les acteurs qui participent à ce mouvement les interprètent, dans la conjoncture où ils se trouvent, non comme des revendications contradictoires mais au contraire comme des revendications qui se conditionnent mutuellement. Alors l’action de ce mouvement va dans un sens qui coïncide exactement avec celui du système global : dans la conjoncture considérée, ce mouvement est le porteur privilégié du processus de constitution du « système industriel ». Mais de telles situations sont par nature instables. C’est donc sans doute le plus souvent par l’intermédiaire des médiations croisées de systèmes d’action en opposition les uns avec les autres que se réalisent les effets de convergence dialectique à travers lesquels se poursuit le mouvement de la rationalisation.

14Ainsi l’historicité se vit-elle comme l’incessante émergence de figures en lesquelles se constitue le sens des actions collectives, sans du reste que ce sens coïncide nécessairement avec les projets explicites que se donnent les acteurs. C’est l’analyse scientifique qui en opère la lecture, à ses risques et périls, en s’efforçant de déchiffrer, au nom d’une exigence d’intelligibilité radicale, la signification des conduites effectives. Par là elle éclaire l’action, sans toutefois pouvoir se substituer à cette obscure clarté qui vient des profondeurs du vécu et qui donne en fait à l’action de pouvoir se tracer à elle-même son chemin. Peut-être y a-t-il, dans l’action, en tant qu’elle s’effectue à partir d’elle-même, une force de compréhension et un pressentiment créateur qui lui permettent de forcer le futur et qui excèdent par principe ce que le seul savoir critique peut réussir à en dire.

15La lecture ici proposée des travaux de Maurice Chaumont, en prenant pour fil conducteur un concept philosophique qu’une analyse strictement sociologique a grand soin d’éviter, risque peut-être de déformer quelque peu ses intentions ; en tout cas elle ne peut les rencontrer que de façon très partielle. La perspective qu’elle propose devrait être croisée avec d’autres, car il n’est pas possible de rendre justice à une œuvre si complexe et si nuancée à partir d’un seul point de vue. Mais si elle ne peut en exprimer adéquatement la vérité, elle souhaiterait à tout le moins pouvoir en dire la vertu révélante et inspirante et par là rendre un modeste hommage à ce qui fut, et demeure, un effort intellectuel exemplaire, soutenu par une générosité lucide et par une compréhension participante de la vie sociale concrète et des enjeux de l’histoire.

Notes

1 Eléments d’une analyse sociologique des grèves, in La Revue Nouvelle, tome XXXIII, no 3, 15 mars 1961, p. 238. V. aussi Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières, Les grèves belges de décembre 1960-janvier 1961, in Sociologie du Travail, tome IV, no 2, avril-juin 1962, p. 152.

2 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières. Rapport sur les grèves de décembre 60 - janvier 61, Document dactylographié inédit, 1 + 120 p. L’article publié dans la revue Sociologie du Travail et signalé dans la note 1 ci-dessus constitue une version abrégée de ce rapport.

3 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières (v. note 2), p. 1.

4 Op. cit., pp. 3 et 4.

5 Op. cit., pp. 6 et 7.

6 Op. cit., p. 6.

7 Op. cit., p. 8.

8 V. les deux études mentionnées dans la note 1 et le rapport mentionné dans la note 2. En ce qui concerne l’évolution de la classe ouvrière, v. le texte intitulé La classe ouvrière dans la société globale, qui constitue le Chapitre I de l’ouvrage collectif Evolution de la classe ouvrière, publié par le Centre d’information et d’Education Populaire du M.O.C., à Bruxelles, en 1963, pp. 13-37.

9 La classe ouvrière dans la société globale (v. note 8), p. 23.

10 Ibid., p. 24.

11 Ibid., p. 17.

12 Ibid., p. 21.

13 Ibid., p. 21.

14 Ibid., p. 21.

15 Ibid., p. 25.

16 Ibid., p. 29.

17 Ibid., p. 29.

18 Ibid., p. 30.

19 Ibid., p. 33.

20 Ibid., pp. 3334.

21 Ibid., p. 35.

22 Ibid., p. 34.

23 Ibid., p. 36.

24 V. en particulier à ce sujet le § IV, « Grève et mouvement ouvrier », de l’article Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières, mentionné dans la note 1 ci-dessus.

25 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières, op. cit., p. 153.

26 Ibid., p. 158.

27 V. La classe ouvrière dans la société globale (cfr. note 8), p. 22.

Auteur

Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540