Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

1. La sociologie du travail

Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières

Les grèves belges de décembre 1960-janvier 1961

Maurice Chaumont

Texte intégral

1Si l’on écarte les simplifications idéologiques, les grèves belges de décembre 1960 apparaissent comme un mouvement complexe ou plutôt comme la conjonction de différents mouvements. Sous les mots d’ordre, différemment interprétés et inégalement suivis, apparaissent les difficultés internes d’un mouvement ouvrier et les problèmes que soulève son action sur la vie économique.

  • 1 Ce conflit a fourni à beaucoup de responsables syndicaux l’occasion de « régler un compte » avec l (...)
  • 2 En plus de la documentation écrite, nous utilisons, dans cet article, des données recueillies au c (...)

2Les grèves de décembre 1960-janvier 1961 en Belgique constituent un objet d’analyse privilégié pour les sociologues, au centre d’un ensemble de réflexions particulièrement riches et discutées sur la nouvelle classe ouvrière et les orientations du mouvement ouvrier1. Notre propos est de procéder à l’analyse de ce conflit à un double niveau, d’une part celui des intentions, des motivations et des conduites des travailleurs manifestées à travers et à l’occasion de cette action collective ; d’autre part au niveau du mouvement ouvrier, et de ses organisations syndicales2.

I. Éléments du contexte belge

La crise congolaise et la crise charbonnière

3Deux situations, la crise congolaise et le déclin accéléré de l’industrie charbonnière, ont eu dans l’opinion belge un retentissement profond jusqu’à provoquer une conscience collective de crise, en rendant manifestes l’inadaptation et l’inefficacité des institutions politiques et les carences d’une gestion économique traditionaliste et malthusienne.

4Mise en accusation sur le plan international à la suite de la crise congolaise, la nation belge a pris conscience de l’impuissance d’un pouvoir politique coupé de l’opinion et dépourvu d’audience internationale. Il s’en est suivi, dans tous les milieux, une dégradation et une perte de prestige considérables des institutions politiques, bien faite pour renforcer une tendance anti-parlementaire toujours vivace en milieu ouvrier wallon.

5Affectant presque exclusivement les zones industrielles walonnes, organisées en fonction de cette source d’énergie, la crise charbonnière a exacerbé le sentiment d’insécurité qu’éprouvaient les travailleurs wallons et dévalué le mode de gestion économique des charbonnages, pour la plupart intégrés dans des holdings.

6Ce caractère régional de la crise charbonnière a contribué, pour une bonne part, à localiser la grève, au point de lui donner, dans certaines zones charbonnières comme le Centre et le Borinage, un caractère communautaire.

7Au reste, cette crise est étroitement liée à une stagnation économique plus générale, responsable des faibles taux de croissance de l’économie belge par rapport à ceux des autres pays du Marché Commun, plus particulièrement dans les secteurs industriels en expansion : industrie chimique, fabrications métalliques, industrie électronique.

Le mouvement ouvrier

  • 3 J. NEUVILLE, Une génération syndicale, Paris, Office générale du livre, 1957. R. EBERTZHEIM, Les s (...)

8Le taux de syndicalisation en Belgique est actuellement très élevé (près de 60 % de la population active salariée, soit environ 1 450 000 syndiqués). Il est en accroissement régulier (45 % en 1947) et ses effectifs se répartissent à peu près également entre les deux grandes confédérations, socialiste (F.G.T.B.) et chrétienne (C.S.C.)3.

9En fait, le syndicalisme belge est, pour la plus grande part, un syndicalisme flamand, mais dans des proportions différentes pour les deux organisations. Les syndiqués des provinces wallonnes (Hainaut, Liège, Namur, Luxembourg) représentent 35 % des effectifs de la F.G.T.B., 13 % des effectifs de la C.S.C. Dans ces mêmes régions, la F.G.T.B. est largement majoritaire (80 % contre 20 % à Liège ; 60 % contre 40 % à Namur ; 74 % contre 26 % au Hainaut).

10A ces différences dans la répartition s’ajoutent des différences d’ordre professionnel et culturel aussi importantes. La F.G.T.B. regroupe les anciennes couches de la classe ouvrière ; elle domine largement dans les secteurs de l’industrie lourde : sidérurgie, mines, verreries, cimenteries, et dans le textile. La C.S.C. rassemble à la fois les travailleurs employés dans les industries nouvelles du pays flamand, et les travailleurs migrants sans qualification, pour la plupart ruraux récemment prolétarisés. Elle comprend, en outre, une fraction plus importante d’employés. Trois facteurs principaux différencient les travailleurs flamands et les travailleurs wallons : l’origine et la localisation, rurales ou urbaines, l’idéologie, le secteur industriel (et donc la qualification).

11Enfin, des organisations d’une extrême diversité encadrent les travailleurs dans tous les domaines : politique, syndical, coopératif, sanitaire, sportif et même scolaire. Le monolithisme et l’extension de cet encadrement renforcent le caractère majoritaire des organisations ouvrières dans les deux régions culturelles du pays ; les oppositions se manifestent dans tous les secteurs de la vie sociale, s’accentuent et, dès lors, se radicalisent.

12La puissance des organisations, leur monopole régional, leurs prolongements politiques et culturels ont engendré une bureaucratisation très poussée et favorisé une liaison étroite, sinon toujours institutionnalisée, entre les organisations syndicales et les partis politiques.

II. La grève et ses objectifs

13Beaucoup d’observateurs ont été frappés de la spontanéité, sinon de l’ensemble du mouvement, du moins de son déclenchement dans quelques centres industriels. Ce sont les délégués et les militants syndicaux des principales entreprises sidérurgiques du bassin liégeois, d’une entreprise de construction électrique à Charleroi et les dockers d’Anvers qui ont donné le branle. Par un effet de contagion, les débrayages spontanés ont également été encouragés par le départ en grève des travailleurs communaux et des travailleurs des services publics.

14Il faut se garder cependant d’exagérer le caractère spontané de cette grève ; il y avait dans tout le mouvement ouvrier belge un accord général sur le principe d’une action syndicale ; les divergences portaient plus sur le moment, l’ampleur et la forme de l’action. L’explosion a été rendue possible à la fois par une propagande intensive de plusieurs mois et par la grève professionnelle déclenchée dans les services publics. Dès le départ, il y a eu conjonction de plusieurs grèves ayant des significations fort différentes. Comme l’a noté A. Renard : « La rencontre entre l’aile dynamique, révolutionnaire, du mouvement syndical et les travailleurs des services publics a beaucoup été une rencontre fortuite. »

15Cette constatation a une importance déterminante pour l’interprétation de la grève, dont l’ambiguïté tient, pour une large part, à la diversité des revendications formulées par différents groupes de travailleurs : revendications professionnelles pour les travailleurs des services publics directement touchés par la Loi unique ; revendications régionalistes dans les zones charbonnières, revendications plus globales et plus confuses chez les travailleurs du bassin liégeois, de Charleroi ou d’Anvers.

16Après que les dirigeants nationaux de la F.G.T.B. eurent abandonné aux responsables des centrales professionnelles et régionales l’initiative de l’action, le mouvement s’est différencié en fonction d’un certain nombre de facteurs.

  • 4 « En 1959, la rémunération moyenne de l’ouvrier par arrondissement fluctue entre 286 FB par jour à (...)

17D’abord, la combativité a été la plus forte dans les régions à haut salaire, où le taux de chômage est le plus faible4. Par ailleurs, dans ces régions, on notera le rôle important des travailleurs intellectuels, des fonctionnaires, et des enseignants ; ce qui, en Belgique, constitue un phénomène assez nouveau.

  • 5 Si on excepte Anvers et dans une moindre mesure la région de Gand, la grève n’a connu un véritable (...)
  • 6 A. TOURAINE, Contribution à la sociologie du mouvement ouvrier. Le syndicalisme de contrôle, in Ca (...)

18Ensuite, il y a eu participation massive à la grève dans les régions à forte concentration ouvrière et les banlieues traditionnelles proches des entreprises de l’industrie lourde5. Dans les petites et moyennes agglomérations, beaucoup plus hétérogènes socialement, et où pourtant le mouvement socialiste domine largement, le départ en grève a suivi les mots d’ordre officiels de l’organisation syndicale ; les travailleurs n’y ont guère participé spontanément et leurs objectifs se sont limités à la lutte contre la loi unique. Cette grève semble confirmer qu’il existe un rapport entre le degré d’urbanisation, la structure urbaine et le niveau de combativité. La localisation des habitations à proximité des entreprises, en dehors des grands centre d’activité urbaine, a pour effet de faire coïncider les champs sociaux d’action, et de lier les cadres de référence, unifiant ainsi la représentation de la société6.

19L’ampleur et la dureté de la grève en Wallonie sont dues aussi à l’aggravation du caractère minoritaire du groupe walllon, lié essentielle ment à des facteurs démographiques, aux limitations légales fixées à l’expansion et au maintien du groupe francophone en pays flamand, à l’implantation des industries nouvelles dans la partie Nord du pays. Un complexe d’infériorité se développe à mesure que progresse l’industrialisation des régions flamandes et que les Wallons font l’expérience du passage du statut de minorité statistique à celui de minorité sociologique.

  • 7 Cette loi — présentée sous le titre de Loi unique par le gouvernement qui voulait ainsi souligner (...)

20Trois objectifs principaux ont été successivement assignés au cours de cette grève : le retrait de la Loi unique7, les réformes de structure, le fédéralisme ; leur ressentiment respectif a été fort différent selon les groupes professionnels et les régions.

  • 8 A. RENARD, le 22 décembre 1960 : « Notre objectif immédiat, c’est le retrait de la Loi unique, ce (...)
  • 9 A. RENARD, le 29 décembre 1960 : « Nous sommes adversaires de la Loi unique parce que nous voulons (...)

21Au départ, mais directement associée au thème des « réformes de structure », la lutte contre la Loi unique a constitué l’occasion et le thème dominant de la grève8. Cette loi a été attaquée, d’abord en raison de certaines mesures qu’elle imposait, mais peut-être avant tout, en raison de ce qu’elle ne proposait pas9.

22Utilisée comme thème de propagande contre le gouvernement Eyskens — gouvernement d’alliance Parti social chrétien-Parti libéral — la Loi unique a été érigée en symbole de l’orientation réactionnaire de la politique gouvernementale, accusée de vouloir faire endosser les pertes de l’opération congolaise.

23Les branches politiques et syndicales du mouvement ont créé de la sorte une tension dans la masse, qui, ignorante du contenu de cette loi, a rapidement transformé une réaction contre les mesures qui touchaient au niveau de vie en une conscience d’exploitation globale. Il est clair que si cette loi a pu être utilisée comme un symbole, c’est en raison du climat de crise et aussi de l’existence d’une conscience collective de dépendance et d’exclusion latente dans la classe ouvrière. Pour la majorité des travailleurs, à l’exclusion des militants du bassin liégeois, de Charleroi, des dockers d’Anvers, le retrait de la Loi unique est resté l’objectif dominant et la crainte d’une diminution de revenus, le mobile premier de l’action. Il est prudent de ne pas minimiser l’importance que les travailleurs attachaient aux conséquences financières de la Loi unique ; nous avons pu constater, au cours de notre enquête, qu’elle était sans commune mesure avec celle que lui attribuaient les cadres de la gauche syndicale.

  • 10 E. MANDEL : « ... Par contre, des travailleurs qui gagnent entre 300 et 350 fr. par jour, et dont (...)

24En réalité, cette grève ne présente un intérêt particulier que parce que cet objectif revendicatif traditionnel s’est élargi en une revendication de classe contre le régime économique, lorsque les leaders de la gauche syndicale, et eux seuls, ont lié retrait de la Loi unique et réformes de structure. Cette transformation de la signification de la lutte ne s’est pas opérée partout, ni chez tous les travailleurs. Il est exagéré de dire que les travailleurs ont fait spontanément cette liaison10. La spontanéité incontestable de l’action à la base tient davantage à une réaction de défense sociale et salariale qu’à la préoccupation de faire aboutir les réformes de structure.

25D’ailleurs, le contenu que les travailleurs, même parmi les mieux formés idéologiquement, donnent aux réformes de structures, est révélateur de l’orientation des revendications à la base. La grosse majorité des militants socialistes rencontrés aux cours des discussions de groupe voyaient dans « les réformes de structure » avant tout et presque exclusivement des réformes d’ordre social, respectivement par ordre d’importance : nationalisation de la médecine, abaissement de l’âge de la pension, diminution de la durée du travail, plein emploi. Toutes concernent davantage la répartition du revenu industriel et les conditions d’emploi que la répartition du pouvoir ; aucune n’implique une mise en question du système capitaliste. Dans les zones charbonnières, la notion de « réformes de structure » signifie, avant tout, maintien des charbonnages, ou reconversion industrielle régionale.

  • 11 Principalement depuis le congrès extraordinaire de la F.G.T.B. d’octobre 1956, où fut présenté le (...)

26Ces constatations sont étonnantes quand on sait que les travailleurs wallons se rattachant à l’aile gauche syndicale sont, depuis quelques années, familiarisés avec les thèmes des réformes de structures, prétextes à de fréquentes actions limitées11. Cette notion qui recouvre principalement les revendications suivantes : contrôle des holdings, nationalisation du secteur de l’énergie, planification, création d’une Société Nationale d’investissement, symbolise dans le mouvement ouvrier belge l’attitude progressiste par rapport à la tendance réformiste. L’accord s’établissant sur cette revendication est fort ambigu ; il tient surtout à son imprécision qui lui donne les allures d’un mythe dont le contenu émotionnel, pour la droite comme pour la gauche, est sans proportion avec le contenu révolutionnaire réel. Au sein du gouvernement ouvrier, cette revendication est utilisée, au plan stratégique, pour marquer la rupture de l’aile wallonne radicale avec la tendance dominante de la F.G.T.B. nationale et du parti socialiste.

27Au total, l’adhésion à la revendication de « réformes de structure » a deux significations principales : ou bien elle a le sens d’une revendication sociale classique, ou bien elle exprime une aspiration à un changement radical de statut social ; dans ce dernier cas il y a adhésion à un symbole révolutionnaire, signe de ralliement de l’aile avancée du syndicalisme wallon, plus qu’adhésion à des revendications concrètes. Dans les représentations des travailleurs, on retrouve ces deux significations dosées différemment selon le niveau de formation idéologique.

28Après quinze jours de grève, le thème fédéraliste est venu prendre le relais de revendication des réformes de structure, sans d’ailleurs se substituer à elle, puisque le fédéralisme a d’abord été présenté comme le moyen de réaliser ces dernières. L’apparition de cette revendication est liée aussi bien à des exigences stratégiques qu’à des préoccupations d’action à moyen terme.

29Au plan stratégique, un renouvellement des objectifs s’imposait dans la mesure où le gouvernement s’obstinait à refuser toute négociation en dépit des pressions exercées par le monde patronal ; comme tel, l’objectif des « réformes de structures », en raison même de son imprécision et de son ampleur, ne constitue pas un objectif de grève, tout au plus, un thème d’action à long terme. Le choix du thème fédéraliste consacrait d’ailleurs une rupture de fait sur le front de la grève, une localisation du mouvement en Wallonie, inévitables en raison de l’abstention de la C.S.C. et des divergences croissantes entre la majorité flamande et l’aile gauche wallonne de la F.G.T.B. En outre ce thème rencontrait une inquiétude collective de la population wallonne, irritée par l’emprise progressive des Flamands sur les appareils centralisés des organisations sociales, politiques et culturelles. La fixation de cet objectif éclaire la signification à donner à ce mouvement de grève ; dès l’instant où les revendications visaient, à la fois, les structures économiques et les structures politiques, la grève devenait nécessairement une étape dans une action à très long terme ; il ne pouvait plus être question de grève au finish ; celle-ci était utilisée pour réduire une tension collective et réorganiser les forces sociales.

30Les travailleurs ont accueilli cette réorientation du mouvement avec étonnement et souvent avec méfiance ; peu préparés idéologiquement à cette revendication, beaucoup l’ont vue comme un moyen utilisé par leurs leaders pour préparer une retraite honorable et masquer l’échec de la grève. Le caractère trop nettement politique de l’objectif fédéraliste a heurté l’attitude a-politique des travailleurs qui, individuellement, ne font pas concrètement l’expérience culturelle de la rencontre avec le groupe flamand. L’audience progressive et très rapide de ce slogan auprès des travailleurs wallons témoigne surtout de leur hostilité à l’égard de l’organisation syndicale nationale et de l’ordre politique établi. Enfin, comme les réformes de structures, ce thème signifie changement ; comme tel il rejoint les aspirations confuses de nombreux travailleurs globalement insatisfaits de leur sort.

31L’analyse de la nature et de l’évolution des objectifs de cette grève montre clairement qu’il ne s’agit pas d’une action en vue d’une revendication immédiate, mais beaucoup plus d’une réaction de défense sociale. Compte tenu du caractère général des derniers objectifs, il paraît bien que le dynamisme de l’action résidait moins dans la poursuite de buts précis que dans la possibilité que la grève offrait d’exprimer une insatisfaction dominée par la crainte de l’avenir et de réduire une tension née de l’action conjuguée de la propagande syndicale et du climat de malaise plus général qu’a connu la Belgique en 1960. Sans en exagérer la portée, l’analyse doit tenir compte de ces aspects psychosociologiques, insuffisants pour expliquer le conflit, mais nécessaires pour en comprendre certains éléments non négligeables.

32Ainsi, lorsqu’ils évaluent les résultats de cette grève, beaucoup de travailleurs estiment que son succès réside dans l’action elle-même ; le fait d’avoir lancé cette grève, d’avoir tenu aussi longtemps, d’avoir manifesté la puissance et la solidarité de la classe ouvrière, constitue, à leurs yeux, une victoire importante. Ils en retenaient principalement deux aspects : le caractère direct de l’action qu’ils opposaient à la passivité imposée aux travailleurs dans tous les secteurs de l’action sociale en raison du développement des organisations ; et son caractère collectif, qui a manifesté la solidarité ouvrière par contraste avec l’isolement social et culturel croissant.

III. Les motivations des travailleurs

  • 12 E. MANDEL, op. cit., p. 1305.

33Pourquoi les travailleurs des grands centres industriels ont-ils participé aussi activement à un conflit dont l’objectif premier les concernait directement assez peu ? Il ne suffit pas de dire que « les couches les mieux rétribuées en Wallonie... trouvaient dans la lutte contre la Loi unique l’occasion recherchée depuis plusieurs années d’entamer une épreuve de force avec la société bourgeoise, pour combattre ouvertement en faveur des réformes de structure »12.

  • 13 Il est difficile de savoir précisément si les travailleurs se définissent en fonction de la situat (...)

34Les données dont nous disposons en ce moment indiquent que ces motivations s’organisent autour de deux thèmes principaux : la dépendance et l’insécurité, qui caractérisent, aux yeux des travailleurs, la condition ouvrière. Les réactions et les aspirations qui y répondent sont dominées par le sens de la fatalité, l’apolitisme, l’attitude antibureaucratique13.

  • 14 A. TOURAINE, op. cit., p. 61.

35La dépendance ressentie concerne aussi bien la situation de travail et les contraintes qui y sont liées que l’emprise des appareils syndicaux et des partis, l’action revendicative ou politique. Ainsi beaucoup de travailleurs voient dans la grève une victoire de la base sur la bureaucratie syndicale et de la masse sur les partis et les institutions politiques. Les réactions des travailleurs sont typiques de la forme du mouvement ouvrier qu’A. Touraine désigne sous le nom de révolte ouvrière14. Dans les représentations des travailleurs, non seulement cette dépendance n’est pas liée à la non-possession du pouvoir économique, mais elle risquerait de s’aggraver si le pouvoir économique du syndicat s’accroissait. Spontanément, lors des discussion de groupe, nos interlocuteurs faisaient d’abord état de leur hostilité vis-à-vis des fonctionnaires et des permanents syndicaux avant d’évoquer les aspects particuliers de leur situation de travail. L’apolitisme des travailleurs se fonde aussi sur le sentiment que leurs aspirations ne concordent pas directement avec les objectifs assignés au mouvement ouvrier par ses leaders. Cette attitude antibureaucratique se manifeste dans la confiance des travailleurs à l’égard d’A. Renard « parce qu’il ne fait pas de politique » et « parce qu’il n’est pas l’homme d’une organisation ». Beaucoup de travailleurs le suivent moins en raison de ce qu’il propose qu’en raison de ce qu’il est.

36L’apolitisme et l’attitude antibureaucratique ont pour effet que les travailleurs ne sont guère favorables aux nationalisations, qui signifieraient l’accroissement d’un pouvoir anonyme et plus éloigné encore des travailleurs. Par ailleurs, conscients de la complexité de la gestion des entreprises, les travailleurs ne croient pas aux possibilités de cogestion ou de gestion ouvrière. On voit donc se combiner une volonté de rejeter les contraintes liées au travail et le sentiment de l’incapacité collective et individuelle des travailleurs de contrôler cette situation de dépendance. Dès lors, il n’existe guère d’opposition active, explicite, aux formes d’organisation technique et sociale de l’entreprise, que beaucoup de travailleurs considèrent comme inévitables, mais une non-participation extrême. Ce pattern d’attitudes explique la valorisation de la grève comme action directe, permettant de surmonter provisoirement la dépendance ; il fait mieux comprendre le contenu que les travailleurs donnent aux réformes de structures. La volonté de se libérer des contraintes de l’organisation du travail amène les travailleurs à revendiquer, non pas une transformation de cette organisation, mais un ensemble de limitations à la durée du travail : abaissement de l’âge de la pension, diminution des heures de travail, qui atténueraient l’importance quantitative de la situation de travail. Ces revendications constituent la réponse logique à l’expérience de la dépendance sociale, au niveau des travailleurs.

37Ce sentiment de dépendance s’accroît à mesure que les organisations syndicales, dans et en dehors de l’entreprise, prennent en charge les revendications individuelles et collectives des travailleurs. Par ailleurs, quand les travailleurs reprochent aux fonctionnaires des appareils syndicaux d’être coupés de la masse, ils leur font grief de ne pas développer l’action syndicale dans le domaine couvert par la notion de relations humaines.

38Sur un plan plus général, beaucoup de travailleurs ressentent aussi cette dépendance au niveau de la société globale. Elle s’exprime à travers la conscience d’être manipulé et conditionné par les moyens de communication de masses, qui facilitent un accès limité à la culture de la société globale et imposent une participation, au moins passive, à ses valeurs. Ainsi des travailleurs nous ont dit que la grève était « une victoire sur la télévision et le cinéma ».

39Il existe enfin un sentiment profond d’insécurité découlant tout autant de la conjoncture historique particulière que des menaces de chômage liées à la vulnérabilité conjoncturelle d’une structure économique peu diversifiée, travaillant en ordre principal pour l’exportation. Les incidences régionales de la crise charbonnière entraînent les travailleurs à contester le type de gestion économique, en raison de son inefficience, de son incapacité à maintenir un niveau de vie acquis. Il est normal que ce soient les travailleurs les mieux payés qui réagissent le plus violemment aux menaces contre leur mode de vie. A travers les attaques contre le régime économique, les travailleurs visent moins le système social qui y est lié, que le manque d’expansion économique dont il est tenu responsable. Cette attitude est assez proche des critiques formulées par les économistes de droite ou de gauche à l’encontre du système économique ; comme telle, elle ne constitue pas une réaction de classe.

40De l’avis de certains observateurs, cette grève aurait démontré que l’évolution du niveau de vie, loin d’entraîner un embourgeoisement progressif des travailleurs, une intégration du groupe ouvrier dans la société globale, les amenait à formuler des revendications ne portant plus sur l’immédiat, mais bien sur la répartition du pouvoir économique. S’il est bien vrai que les travailleurs les plus actifs, les plus militants, étaient aussi les plus qualifiés, les mieux payés, les plus stables, il faut aussi constater que leurs motivations, comme leur adhésion aux objectifs de grève, témoignent d’une certaine indifférence aux problèmes d’intégration économique, et ne se situent guère dans une perspective révolutionnaire. Les travailleurs réagissent à la totalité de leur situation sociale de producteurs et de consommateurs, mais leurs aspirations, leurs revendications s’expriment presque exclusivement dans des revendications de consommateurs. Les liaisons entre la situation de travail et les aspirations explicites sont contrariées, dans les représentations des travailleurs, par la croyance qu’il est impossible de dépasser la condition ouvrière et l’hostilité à l’égard des institutions politiques et de l’Etat qui les empêche de concevoir une émancipation collective à travers les réformes de structure du système économique.

41Si cette grève a démontré la réalité de la conscience de classe, on ne peut pas faire de cette dernière l’élément dynamique du début du conflit ; on dirait plus exactement que c’est l’expérience de la grève qui a dévoilé cette conscience et donné à la grève le sens d’une lutte de classe.

IV. Grève et mouvement ouvrier

  • 15 « ... Enfin, dans la situation intermédiaire où le mouvement ouvrier accède au pouvoir sans le pos (...)

42Le syndicalisme belge se trouve dans la situation caractéristique du syndicalisme de contrôle, mais présente certaines particularités qui expliquent que les tensions inhérentes à ce syndicalisme soient devenues explosives15.

Syndicalisme et politique

43L’organisation de la vie politique belge, longtemps articulée sur des oppositions religieuses plus qu’idéologiques, a d’abord eu comme conséquence qu’un des deux grands syndicats se trouve nécessairement représenté au gouvernement par l’intermédiaire de partis hétérogènes, rassemblant, surtout dans le cas du parti social chrétien, des citoyens appartenant à toutes les couches sociales. Le parti socialiste, plus homogène, regroupe une partie des classes moyennes en Wallonie ; mais en raison de son caractère minoritaire au plan national, ce parti a été, le plus souvent, obligé de faire alliance avec une formation politique de droite, le parti libéral, sur base d’un accord anticlérical.

44L’accès au pouvoir du mouvement ouvrier est, de ce fait, permanent mais assez indirect. Il s’en suit automatiquement une atténuation considérable des objectifs politiques de la classe ouvrière au sein même des partis, qui a contribué à accentuer l’autonomie des différentes formes du mouvement ouvrier. Les liaisons des syndicats avec les partis politiques ont eu plus souvent comme effet de paralyser les premiers que de stimuler les seconds ; un accord tacite s’est établi qui réserve les ministères sociaux aux représentants plus ou moins officiels du mouvement ouvrier, et les ministères économiques et financiers aux représentants de la bourgeoisie ou des milieux d’affaire ; ce qui oriente le pouvoir exécutif vers une politique relativement avancée en matière sociale et limite au maximum l’intervention économique de l’Etat sous forme de planification ou de nationalisation. Au total, le pouvoir économique du mouvement ouvrier à travers les institutions politiques est extrêmement faible, ce qui a évidemment pour corollaire un affaiblissement considérable du pouvoir de l’Etat, face au pouvoir économique concentré dans quelques holdings, qui dominent, dans des proportions uniques en Europe, les secteurs clefs de la production industrielle et du marché des capitaux.

45C’est à partir de cette situation originale qu’il faut comprendre les ruptures existant au sein du mouvement ouvrier belge : en premier lieu entre la F.G.T.B., liée au Parti socialiste belge, et la C.S.C., liée au gouvernement, ensuite entre la majorité politisée de la F.G.T.B., étroitement associée au P.S.B., et l’aile gauche wallonne de la F.G.T.B. Dans le mouvement socialiste, les divergences séparent moins le parti et le syndicat que l’aile droite syndicale et l’aile radicale wallonne. Plusieurs des dirigeants nationaux de la F.G.T.B. sont en même temps parlementaires du P.S.B. Ce cumul des mandats — interdit à la C.S.C. — a introduit une confusion inévitable entre la branche politique et la branche syndicale du mouvement ouvrier, en accentuant son intégration dans la société globale. Ces leaders ont tendance à réagir plus comme des membres d’une opposition politique, susceptibles d’accéder avant longtemps au pouvoir, que comme des représentants de la classe ouvrière, poursuivant des objectifs de classe les entraînant à contester l’ordre établi. Les perspectives d’action gestionnaire ont naturellement pris le pas sur la fonction revendicative, les objectifs politiques sur les objectifs plus particuliers de transformation sociale. En raison des liaisons personnelles établies entre parti et syndicat, la libéralisation normale du parti ouvrier en lutte pour le pouvoir n’a pas été compensée par une radicalisation et un durcissement de la politique syndicale.

  • 16 A. TOURAINE, op. cit., p. 64.

46Aussi la lutte pour l’augmentation du pouvoir économique du syndicat, dont la nécessité se fait plus pressante à mesure que s’aggravent les dépressions structurelles, ne peut-elle se poursuivre qu’en dehors des institutions politiques, dans une action de contestation du régime établi. C’est précisément à ce type d’action que se refuse la direction majoritaire de la F.G.T.B. Elle s’en tient à une stricte politique de défense professionnelle, qui entraîne de plus en plus nettement le syndicalisme belge vers un syndicalisme de marché où il devient... « action collective organisée pour profiter au maximum de la situation économique en faveur des intérêts matériels de ses membres »16. Cette orientation explique le développement qu’ont pris en Belgique les négociations collectives au niveau national, donnant lieu à des accords de programmation sociale, à des « Pactes sociaux » ; au même moment l’aile minoritaire de la F.G.T.B. conteste de plus en plus violemment le monopole du pouvoir économique du partenaire patronal.

47C’est bien là le sens des critiques adressées par la gauche syndicale aux « droitiers politisés majoritaires » de la F.G.T.B., quand ils opposent un syndicalisme à objectifs économiques (A. Renard) à un syndicalisme professionnel. C’est aussi le sens de la décision du Comité national du 16 décembre de la F.G.T.B. où a été rejetée une motion qui prévoyait une grève générale au profit de celle qui proposait une grève professionnelle. La responsabilité de ces tensions, existant depuis longtemps au sein de la F.G.T.B., dans le déclenchement « prématuré » de la grève est indéniable ; elles ont d’ailleurs pris l’allure d’une lutte publique et ouverte entre leaders durant la grève ; elles ont atteint un point culminant dans la scission de fait actuelle de la F.G.T.B. et la création du M.P.W. (Mouvement populaire wallon) directement issu de la grève.

48Dans la perspective du mouvement ouvrier, on doit interpréter la création du M.P.W. — groupe de pression organisé en vue de faire aboutir la revendication fédéraliste — comme exprimant l’intention de résoudre les contradictions existant entre la participation au pouvoir et la revendication de classe, entre contre-pouvoir et anti-pouvoir. La scission de la société belge, qui donnerait à une majorité socialiste le pouvoir politique en Wallonie, transformerait radicalement la situation du mouvement ouvrier par rapport au pouvoir ; il passerait de la situation où il accède au pouvoir sans le posséder à celle où il possède lui-même le pouvoir ou s’y trouve directement associé. A cet égard les références nombreuses à la situation yougoslave sont particulièrement significatives, encore que les perspectives « idéologiques » fassent singulièrement défaut.

  • 17 « ... Si je prends l’exemple du mouvement syndical, nous aboutissons au paradoxe suivant : la F.G. (...)

49Cette opposition de tendances au sein du mouvement socialiste recoupe, sans la recouvrir totalement, la séparation ethnique : Wallonne Flamande, c’est-à-dire, essentiellement, deux situations économiques régionales fort différentes. Le sous-développement industriel de la plupart des régions flamandes, l’importance du chômage structurel, visible et déguisé (dans l’agriculture), a orienté les leaders flamands vers une action visant à stimuler l’expansion capitaliste plus qu’à la contrôler ; en conséquence ils se sont interdit toute action susceptible de détourner les investissements et risquant de mettre en cause les structures d’un système dont ils attendent beaucoup. Majoritaires au plan national, ils ont déterminé l’orientation fondamentale des deux organisations17. Ainsi voit-on actuellement se rapprocher l’aile flamande de la F.G.T.B., la C.S.C. et les partis socialiste et chrétien au pouvoir et s’engager des négociations entre organisations patronales et syndicales, pour reconduire les accords de programmation sociale, auxquelles ne participent pas les leaders wallons les plus représentatifs ; ce qui rend l’application d’accords éventuels fort problématique dans les zones les plus industrialisées du pays.

50On voit donc comment la dualité d’action inscrite dans le mouvement ouvrier s’est trouvée aggravée dans la mesure où elle paraît opposer des leaders et des catégories de travailleurs confrontés à des problèmes différents, liés aux niveaux de développement économique des deux régions. Il en résulte une radicalisation des positions de part et d’autre et des orientations exclusives de l’action, qui ne tiennent pas compte de la pluralité nécessaire des formes d’action syndicale. Face à cette situation, l’aile gauche syndicale réagit de deux façons assez opposées : certains relancent les revendications de classe, caractéristiques du syndicalisme révolutionnaire, visant une transformation radicale de la société globale ; les autres, sur une même base ouvrière, s’engagent, à travers le M.P.W., vers une transformation des structures politiques qui, en cas de succès, entraînerait l’apparition d’un syndicalisme d’intégration.

  • 18 A. TOURAINE, op. cit., p. 89.

51C’est fondamentalement l’absence de croissance économique qui se trouve à l’origine de cette situation où « les trois situations du syndicalisme se trouvent ainsi combinées : la volonté de contrôle qu’impose un développement économique relativement avancé et la croissance de la classe ouvrière se combinent à l’orientation plus révolutionnaire du syndicalisme d’opposition et le mouvement syndical cherche à être directement associé au pouvoir, afin de réaliser l’indispensable croissance économique »18.

Organisations, militants et masses

52Ces divergences au sein des appareils organisés, ces oppositions entre leaders ont provoqué un détachement des militants et ont créé un désarroi idéologique, responsable de la forme anarcho-révolutionnaire de la grève ; forme archaïque, car elle ne correspond pas à la situation de fait du syndicat, tant au niveau national qu’au plan des entreprises, où l’intégration institutionnelle est assez poussée. La rupture manifestée entre militants d’usine et permanents syndicaux, entre base et organisation, est apparue avec une telle netteté qu’elle oblige à poser le problème de la participation des travailleurs aux formes nouvelles du syndicalisme.

53Quelles sont les causes principales de cette rupture ? Nous ne nous arrêterons pas ici à la bureaucratisation, bien qu’elle soit particulièrement développée en raison de la puissance syndicale, des monopoles régionaux et de la diversité des organisations para-syndicales. En premier lieu, on peut constater une relation directe entre la politisation des leaders nationaux et l’accentuation de l’apolitisme à la base. Ensuite, face à ce qui leur apparaît comme une ligne politique désordonnée et incohérente, les travailleurs réagissent en se révoltant contre les dirigeants qui les ont trop souvent mobilisés pour des actions limitées, d’avertissement. Cette révolte a été la plus vive précisément dans les régions et les secteurs où une propagande et une formation plus poussées ont développé la combativité et le sens critique. Il n’est pas étonnant que les réactions contre la bureaucratie syndicale aient été les plus violentes là où l’organisation, sur un plan régional, a fait les plus gros efforts de formation. Une pression de la base sur l’appareil implique un niveau de conscience ouvrière qui ne peut s’acquérir que dans le syndicat et l’action revendicative. Ainsi l’explosion de ce qui se présente un peu comme une énorme « grève sauvage » est-elle due en partie au décalage constaté par les travailleurs entre les thèmes idéologiques diffusés par l’organisation syndicale et son action concrète. Par l’effet de processus compensateurs, le contenu et la forme de la propagande syndicale deviennent d’autant plus radicaux que se poursuit l’intégration au système industriel. On crée ainsi une conscience d’opposition sans que soient rassemblées les conditions d’une action collective qui pourrait la transformer en conscience syndicale.

54D’autre part, à mesure que se développe la programmation sociale, c’est-à-dire que l’action revendicative se régularise et passe du plan des entreprises au plan national ou à celui des secteurs professionnels, les contraintes liées à la situation de travail sont ressenties plus péniblement par les travailleurs, qui n’ont plus le sentiment de contrebalancer cette dépendance par une action revendicative. La révolte ouvrière se retourne très logiquement contre les autres formes d’action du mouvement ouvrier.

55Plusieurs facteurs s’opposent actuellement à ce que les travailleurs et surtout les militants acceptent sans discussion le syndicat comme instrument de négociation : l’absence de confiance dans le système économique et ses possibilités de développement, le décalage entre les préoccupations de la base en Wallonie et celles des dirigeants nationaux, le manque de participation des travailleurs aux décisions politiques à travers un parti politique qui est de moins en moins un parti de classe.

  • 19 C’est pour cette raison qu’A. Renard s’est démis de ses nombreux mandats dans les institutions par (...)

56Les travailleurs les plus militants avaient, avant cette scène, l’impression d’être « démobilisés », au profit de fonctionnaires « embourgeoisés » ; ce dernier terme visant beaucoup moins les modes de vie et les niveaux de revenus que l’orientation de l’action revendicative. Au cours de la grève, A. Renard, en tant que leader non bureaucratique, s’est trouvé opposé, pratiquement partout en Wallonie, aux leaders officiels de l’organisation, à un moment de conflit, c’est-à-dire à un moment où les aspects bureaucratiques devaient nécessairement s’estomper. Après la grève, la plupart des leaders officiels, exclus de l’action collective, sont parvenus assez rapidement à rétablir leur prestige dès que les appareils syndicaux ont pu fonctionner normalement. Si le leadership d’un A. Renard est particulièrement bien adapté aux moments de la crise de contestation, en temps de paix, son pouvoir est fonction des menaces potentielles de conflit. Son prestige tient à ce qu’il apparaît comme un anti-pouvoir plus que comme un participant ouvrier, même puissant, au pouvoir19.

  • 20 « L’action elle-même ne peut dès lors se limiter inconditionnellement à la grève strictement profe (...)

57En déclenchant la grève en dehors de l’organisation, les travailleurs ont réagi comme si le mouvement ouvrier n’avait aucun accès au pouvoir, dans une perspective de contestation confuse, mais radicale, dans une perspective de révolte contre ce qui est établi institutions politiques, parti et même syndicat. C’est donc bien sur une base de classe que la grève est partie, et pourtant les objectifs que les leaders lui ont assignés ne sont pas des objectifs de classe20.

58En résumé, dans cette grève, on a vu se manifester trois tendances principales visant à orienter le mouvement ouvrier vers des objectifs relativement contradictoires ; ces tendances correspondent à des expériences sociales différentes, respectivement celles des militants wallons des vieux centres industriels, celle des leaders de la gauche syndicale wallonne, celle des dirigeants nationaux politisés.

59La première, au nom d’une émancipation personnelle des travailleurs, de leur dignité humaine, vise à rejeter les contraintes de la vie professionnelle, sociale et culturelle en valorisant l’action directe tout en s’opposant à un accroissement du pouvoir des organisations syndicales et politiques du mouvement ouvrier ; la seconde entend développer le contrôle syndical sur la vie économique sous la forme d’un contrôle politique du secteur privé et de la création d’un secteur public, au nom de la croissance économique ; la troisième limite l’action syndicale aux revendications professionnelles, au nom d’une politique de bien-être, en concevant l’intervention de l’Etat comme un soutien à l’expansion, sans que cela implique des transformations dans la répartition du pouvoir économique.

60Au terme de cette analyse, ce mouvement de grève paraît chargé de significations très diverses. Cette constatation empêche qu’on enferme l’analyse dans un modèle simple et mécanique qui, finalement, ne permet pas de tenir compte de cette pluralité de significations, correspondant d’ailleurs à la pluralité de situations, de natures et de formes du mouvement ouvrier. D’un point de vue méthodologique, il apparaît que les concepts utilisés couramment sont fort insuffisants ; la plupart des analyses de cette grève ont souffert avant tout de cette faiblesse conceptuelle qui a amené beaucoup d’observateurs à des simplifications excessives répondant souvent à des besoins de démonstration idéologique. On reste perplexe devant l’attitude dogmatique des leaders représentant ces différentes tendances syndicales, surtout préoccupés d’imposer à ce conflit une signification cadrant avec leurs modèles et leurs objectifs d’action avant la grève. Tout compte fait, les attaques contre les « irresponsables intellectuels » — les sociologues — paraissent assez mal venues de la part de ceux qui n’ont pu, ni prévoir cette grève « étonnante », ni finalement, en dégager les significations.

Notes

1 Ce conflit a fourni à beaucoup de responsables syndicaux l’occasion de « régler un compte » avec les sociologues de toutes tendances, accusés d’avoir proposé une image fausse de l’évolution de la classe ouvrière et surtout d’avoir avancé l’idée même d’évolution. En même temps qu’elles révèlent une méconnaissance quasi-totale des travaux sérieux en sociologie du travail, ces prises de position traduisent la satisfaction des responsables de retrouver une classe ouvrière coïncidant avec leurs modèles idéologiques, gravement ébranlés par ces dernières années de paix sociale. Ceci explique en partie le caractère schématique de la plupart des analyses de la grève que beaucoup veulent assimiler à un conflit traditionnel.

2 En plus de la documentation écrite, nous utilisons, dans cet article, des données recueillies au cours de discussions de groupe avec des militants ouvriers des principales zones industrielles wallonnes. Il est évidemment difficile d’évaluer précisément le caractère représentatif des travailleurs qui ont participé à ces réunions. Ces militants ont été considérés à la fois comme des témoins privilégiés et des acteurs particulièrement engagés dans le conflit.

3 J. NEUVILLE, Une génération syndicale, Paris, Office générale du livre, 1957. R. EBERTZHEIM, Les syndicats ouvriers en Belgique, Bibliothèque de l’Ecole supérieure des sciences commerciales et économiques de l’Université de Liège, 1959.

4 « En 1959, la rémunération moyenne de l’ouvrier par arrondissement fluctue entre 286 FB par jour à Liège et 271,5 FB à Charleroi, d’une part et 189,1 FB à Dixmude et 203 FB à Audenarde, d’autre part. Parmi les dix arrondissements aux salaires les plus élevés, il n’y a qu’un seul arrondissement flamand, celui d’Anvers. Ces moyennes nivellent d’ailleurs et masquent donc l’ampleur réelle de l’inégalité. Entre le salaire quotidien moyen dans la grande usine liégeoise (plus de 1000 ouvriers), et le salaire quotidien moyen de la petite usine de Flandre occidentale, la différence va du simple au double (350 FB contre 175 FB). »
E. MANDEL, Les grèves belges, in Les temps modernes, Paris, avril 1961, p. 1303.

5 Si on excepte Anvers et dans une moindre mesure la région de Gand, la grève n’a connu un véritable succès qu’en Wallonie.

6 A. TOURAINE, Contribution à la sociologie du mouvement ouvrier. Le syndicalisme de contrôle, in Cahiers intenationaux de sociologie, 1960, XXVIII, p. 72.

7 Cette loi — présentée sous le titre de Loi unique par le gouvernement qui voulait ainsi souligner son caractère unitaire contenait une combinaison assez incohérente de mesures économiques, fiscales et sociales. Comme telle, elle portait nécessairement atteinte à des privilèges, d’ordre fiscal principalement et à des avantages acquis. Par les réformes fiscales étaient touchés des privilèges assez exhorbitants en matière de revenus mobiliers et immobiliers ; les travailleurs salariés risquaient d’être atteints par une aggravation de la fiscalité indirecte. Beaucoup de mesures dites d’assainissement du régime de la sécurité sociale étaient manifestement compensatoires ; elles servaient de contrepoids aux mesures fiscales. Au total elles étaient fort anodines. Par contre, le statut et les conditions d’emploi des travailleurs communaux et des Services Publics de l’État étaient directement menacés. Remarquons d’ailleurs que les travailleurs de l’industrie privée estiment que ces travailleurs sont particulièrement avantagés ; ils ne se seraient certainement pas battus pour défendre « leurs privilèges ». Voir à ce propos : R. EVALENKO, La Loi unique et la grève, in Socialisme, Bruxelles, no 43, janvier 1961. pp. 3-20.

8 A. RENARD, le 22 décembre 1960 : « Notre objectif immédiat, c’est le retrait de la Loi unique, ce qui ne veut pas dire que nous n’aurons pas des réformes de structure immédiatement après. Mais il faut comprendre que le mouvement déclenché est une véritable épreuve de force. Le gouvernement ne pourra rester au pouvoir s’il retirait la Loi unique. Dites-vous bien que vous allez basculer un gouvernement et le régime qu’il représente... Mais pour nous, il ne reste qu’un seul objectif : retire la Loi unique parce qu’il déterminera le point d’équilibre entre les forces progressistes et celles de la réaction. Pour nous il ne petit être question d’amender le projet. Cela doit être blanc ou noir... Ce serait trop facile de trouver un compromis politique qui ne contiendrait pas les germes d’une réorganisation économique avec des réformes de structures, avec la planification et avec un contrôle des puissances financières. » La Wallonie, 23-24 décembre 1960.

9 A. RENARD, le 29 décembre 1960 : « Nous sommes adversaires de la Loi unique parce que nous voulons une nouvelle politique sociale et économique qui est radicalement différente de ce que nous présente la Loi unique. »

10 E. MANDEL : « ... Par contre, des travailleurs qui gagnent entre 300 et 350 fr. par jour, et dont une augmentation de salaire de 2,5 ou même de 5 % ne modifiera guère le standing normal, s’intéressent beaucoup plus à la consolidation de l’acquis, à la sécurité d’emploi, à la protection contre les menaces de crise, de chômage ou d’austérité, et sont donc naturellement portés à s’enflammer devant la propagande en faveur de réformes de structure, surtout après l’exemple du Borinage, qui montre que la menace de brusque effondrement d’un secteur industriel payant des salaires fort élevés n’est nullement imaginaire », op. cit., pp. 1301-1302. Le raisonnement paraît, au minimum, un peu rapide, et nous semble soumis à une déformation idéologique qui affecte l’ensemble de cette analyse, par ailleurs fort intéressante.

11 Principalement depuis le congrès extraordinaire de la F.G.T.B. d’octobre 1956, où fut présenté le rapport « Holdings et démocratie économique ».

12 E. MANDEL, op. cit., p. 1305.

13 Il est difficile de savoir précisément si les travailleurs se définissent en fonction de la situation de producteurs ou de consommateurs ; les réponses obtenues sont globales : « on est exploité », « on n’a rien à dire », « on s’ennuie », « on en marre », « c’est toujours sur les ouvriers que cela retombe », etc.

14 A. TOURAINE, op. cit., p. 61.

15 « ... Enfin, dans la situation intermédiaire où le mouvement ouvrier accède au pouvoir sans le posséder, le syndicalisme s’efforce d’obtenir à la fois directement et par l’intermédiaire des forces politiques qui lui sont favorables, une amélioration de la condition des salariés et la transformation des institutions économiques qui s’opposent au succès de ses revendications. » A. TOURAINE, art. cité, p. 64.

16 A. TOURAINE, op. cit., p. 64.

17 « ... Si je prends l’exemple du mouvement syndical, nous aboutissons au paradoxe suivant : la F.G.T.B. flamande est impuissante dans cette région face à la C.S.C. Indirectement elle est influencée dans ses comportements stratégiques et tactiques par la C.S.C. flamande qui est le bastion le plus conservateur du syndicalisme chrétien belge. Mais la F.G.T.B. flamande est majoritaire au sein de la F.G.T.B. belge. Elle impose de fait sa ligne générale à la F.G.T.B. wallonne qui est pourtant très largement majoritaire en Wallonie. Ainsi la ligne d’action des syndicats socialistes wallons, qui détiennent une influence déterminante dans la région la plus industrielle de Belgique, est déterminée en fin de compte par la fraction la plus réactionnaire de la Centrale chrétienne. » A. RENARD, France Observateur, interview de S. Mallet, le 19 janvier 1961.

18 A. TOURAINE, op. cit., p. 89.

19 C’est pour cette raison qu’A. Renard s’est démis de ses nombreux mandats dans les institutions paritaires, paraétatiques ou internationales.

20 « L’action elle-même ne peut dès lors se limiter inconditionnellement à la grève strictement professionnelle mais doit pouvoir, quand le moment est là, s’étendre à la lutte pour des objectifs généraux, pour des principes dont l’avantage revient à l’ensemble des travailleurs, et par voie de conséquence à l’ensemble de la société. » A. RENARD, A propos d’une synthèse applicable à deux peuples et à trois communautés, in Synthèse, Bruxelles, novembre 1961, p. 210.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540