Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

1. La sociologie du travail

Introduction : Maurice Chaumont et la sociologie du travail

Texto completo

  • 1 Les motivations des travailleurs dans l’industrie, enquête menée par P. de ΒΙΕ, M. CHAUMONT, L. VA (...)

1Les recherches de Maurice Chaumont dans le domaine de la sociologie du travail sont très représentatives des transformations épistémologiques et théoriques qui vont renouveler, fin des années cinquante, début des années soixante, les perspectives de cette branche de la sociologie en Europe d’abord, aux États-Unis ensuite. On peut caractériser ces transformations comme le passage d’une sociologie industrielle centrée sur l’entreprise comprise comme un système d’échange orienté vers la production à une sociologie du travail construite sur l’étude des acteurs, de leurs pratiques et de leurs systèmes d’action. Même si, dès cette époque, Maurice Chaumont est bien conscient du poids croissant dans les sociétés fortement industrialisées de ce que l’on appelle alors les loisirs, il est convaincu que le travail demeure une dimension centrale de l’expérience humaine et qu’il faut trouver là « une valeur explicative des mécanismes essentiels de (la) vie sociale »1.

  • 2 P. DESMAREZ, La sociologie industrielle au EtatsUnis, Paris, A. Colin, 1986, 192 p., p.187.
  • 3 Ibid.

2Pierre Desmarez a bien montré comment — notamment en raison des demandes qui lui ont été adressées — la sociologie industrielle américaine s’est intéressée à l’étude des « conduites productives » à partir des échanges entre l’individu et l’organisation : « l’individu est à la recherche de satisfactions que le système peut lui offrir alors que le système a besoin de l’individu pour continuer à fonctionner »2. Dans ce contexte, « les rapports sociaux qui sous-tendent ces relations ne sont jamais évoqués, ni les processus qui donnent leur spécificité aux relations de production »3. En d’autres termes, la société industrielle est oubliée, tout comme la dynamique fondamentale de rationalisation qui la fonde et les rapports sociaux qui s’organisent autour des objectifs qu’elle porte.

  • 4 Les motivations..., op. cit. p. 6.
  • 5 A. TOURAINE, L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, C.N.R.S., 1955, 202 p.
  • 6 Ibid., p. 182.
  • 7 Ibid., p. 181.

3La sociologie du travail s’inscrit dans une perspective très différente. Elle veut analyser la place du travail industriel dans la dynamique des sociétés et comprendre ses liens avec des processus plus généraux — échanges économiques, structures sociales — qui caractérisent les sociétés industrielles4. La sociologie du travail ne sépare plus le travail de la société industrielle et les travailleurs de leur position de classe. En France, le rôle de Georges Friedmann sera considérable. Il articule, un des premiers, les préoccupations théoriques de la sociologie européenne et les orientation plus empiriques de la sociologie anglo-saxonne. Cette synthèse sera brillamment illustrée par une recherche pivot : l’étude conduite par Alain Touraine sur l’évolution du travail ouvrier aux usines Renault5. Les perspectives traditionnelle de la sociologie industrielle y sont battues en brèche : le domaine d’analyse s’élargit considérablement en passant de l’entreprise considérée comme une entité globale à tout le champ du travail. Par ailleurs on quitte les préoccupations de l’ordre ou du « social adjustment »6 pour entrer résolument dans l’analyse sociologique. Enfin, on transformera considérablement le paradigme traditionnel en découvrant que « l’établissement du milieu technique, loin de signifier la domination des faits techniques et de leur autonomie, au moins partielle, à l’égard des conditions sociales de travail, supprime cette autonomie (...) et soumet entièrement la signification du travail à ses conditions sociales »7.

  • 8 Recherche financée de 1957 à 1960 par l’Office Belge d’Accroissement de la Productivité (OBAP).

4C’est dans ce contexte théorique renouvelé que Maurice Chaumont et ses collègues entreprennent une recherche ambitieuse sur le thème des « motivations ouvrières »8. On y précise d’emblée que la perspective adoptée ne permet plus de limiter l’étude des motivations — « c’est-à-dire des conduites dans le cadre de la société industrielle » — aux facteurs internes à l’entreprise. Au contraire, il faut rapporter les motivations à un type d’organisation sociale large et à la conscience que peuvent en avoir les travailleurs. Ceci éclaire tout l’intérêt accordé par Maurice Chaumont aux conduites ouvrières, c’est-à-dire à des actions porteuses de sens trouvant leur origine dans l’expérience collective du travail industriel.

  • 9 B. FRANCQ, Le social et le politique, les deux faces du mouvement ouvrier, Département de sociolog (...)

5Cette préoccupation le conduira à étudier les grèves de l’hiver 1960-61 comme la double manifestation d’un mode d’action spécifiquement ouvrier dans le contexte d’une société en crise. La capacité de participation relative acquise par le mouvement ouvrier ne trouve pas véritablement à s’actualiser dans une société où le modèle industriel commence à marquer le pas. Avant beaucoup d’observateur, il soulignera que l’importance du conflit résidait surtout dans la crise du modèle industriel qu’il révélait. Ce thème sera repris 25 ans plus tard par Bernard Francq quand il étudiera la « fin des sociétés ouvrières » et la transformation des modes d’action qui y sont liés9.

  • 10 Attitudes des employés de Banque, Centre d’études sociales et Institut de sociologie, 1960.
  • 11 M. CHAUMONT, Tendances d’avenir du syndicalisme, in Synopsis, mars 1964.

6L’intérêt accordé aux modes d’action ouvriers conduira Maurice Chaumont à travailler sur le syndicalisme et ses évolutions. Proche de Serge Mallet quand il analyse la double nature du mouvement ouvrier dans les années 60 — agent de contestation et de participation — il s’en écarte un peu lorsqu’il s’agit de mettre en évidence de rôle futur de la « nouvelle classe ouvrière » formée de techniciens et d’ouvriers très qualifiés employés dans les branches les plus modernes de l’industrie. Le terrain qui lui était familier l’a entraîné à donner un poids considérable aux catégories professionnelles dominantes dans le tissu industriel wallon, même s’il avait analysé, dans un petit ouvrage collectif consacré aux employés de banque, le rôle croissant des employés dans l’action syndicale10. Dans un article consacré aux tendances d’avenir du syndicalisme et paru en 196411, il décrira les tensions qui traverseront le syndicalisme européen fin des années 60 : hétérogénéités croissantes des problématiques vécues par les bases et les sommets des appareils, obstacles croissants à la participation de plus en plus culturellement possible (le thème de la diversification des aliénations non économiques), déclin des idéologies en retard sur l’évolution des faits, difficulté d’élaboration idéologique — c’est-à-dire de légitimité culturelle — du syndicalisme de contrôle, figure centrale du syndicalisme européen.

7Son investissement dans la sociologie du travail n’a pas concentré l’attention de Maurice Chaumont sur les seules conduites ouvrières ou les systèmes d’action du « monde du travail ». Une recherche menée dans les années 60 l’avait amené à s’interroger sur le monde des cadres dont il mesurait bien la spécificité professionnelle croissante en même temps que la dépendance culturelle. Sur le même thème, il avait bien prévu la conséquence de ces mouvements sur les représentations culturelles des cadres eux-mêmes ainsi que sur leurs relations aux autres acteurs du monde du travail.

8La question du changement social et des formes concrètes qu’il revêtait dans les sociétés industrielles l’avait également conduit à s’intéresser aux pratiques dirigeantes. C’est l’observation plus particulière de la Wallonie et de sa résistance à la modernité, ou, plus exactement, le décalage entre les pratiques des agents les plus modernes du capitalisme et les conduites gestionnaires dominantes dans l’industrie wallonne qui l’ont mené à interroger les pratiques dirigeantes.

  • 12 M. CHAUMONT, La crise, ses gestionnaires et ses victimes, in La Revue Nouvelle, tome LXVI, octobre (...)

9I1 estimait d’ailleurs, en manière de boutade, que le seul véritable service que les sociologues pouvaient rendre au « monde du travail » était d’étudier les dirigeants économiques. Malgré la définition de nombreux projets, il ne réalisera jamais cette intention, en Belgique du moins, même s’il revint ultérieurement sur ce thème à l’une ou l’autre occasion12. Par contre, cette préoccupation retrouva toute sa substance dans les travaux conduits, dans des contextes très différents : le Chili d’Eduardo Frei et plus tard le Brésil.

  • 13 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières. Les grèves belges de décembre 1960-janvier 1961, in S (...)
  • 14 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières. Rapport sur les grèves de décembre 60-janvier 61, Doc (...)
  • 15 Éléments d’une analyse sociologique des grèves, in La Revue nouvelle, tome XXXIII, no 3, 15 mars 1 (...)

10L’article de Maurice Chaumont Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières publié en 1962 dans la revue Sociologie du travail13 représente bien son activité de recherche dans ce domaine et permet de saisir son apport à la compréhension du mouvement ouvrier en Belgique. Ce texte constitue la synthèse d’un rapport de recherche non publié qui avait été préalablement rédigé par Maurice Chaumont14 et à partir duquel une première version, plus abrégée que celle reprise ici, avait été publiée auparavant dans La Revue Nouvelle15. C’est notamment à partir de ces textes que Jean Ladrière a construit la réflexion épistémologique présentée dans son texte Une sociologie dialectique. Cette partie sur la sociologie du travail sera conclue par une courte bibliographie qui reprend les principales contributions de Maurice Chaumont dans ce domaine.

Notas

1 Les motivations des travailleurs dans l’industrie, enquête menée par P. de ΒΙΕ, M. CHAUMONT, L. VAN OUTRIVE, R. VANDYCKE et A. CORTEN, Université de Louvain, Centre d’études sociales, 1961, 3 vol. vol. 1, p. 1.

2 P. DESMAREZ, La sociologie industrielle au EtatsUnis, Paris, A. Colin, 1986, 192 p., p.187.

3 Ibid.

4 Les motivations..., op. cit. p. 6.

5 A. TOURAINE, L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, C.N.R.S., 1955, 202 p.

6 Ibid., p. 182.

7 Ibid., p. 181.

8 Recherche financée de 1957 à 1960 par l’Office Belge d’Accroissement de la Productivité (OBAP).

9 B. FRANCQ, Le social et le politique, les deux faces du mouvement ouvrier, Département de sociologie, UCL, Thèse de doctorat, 2 volumes, 1989.

10 Attitudes des employés de Banque, Centre d’études sociales et Institut de sociologie, 1960.

11 M. CHAUMONT, Tendances d’avenir du syndicalisme, in Synopsis, mars 1964.

12 M. CHAUMONT, La crise, ses gestionnaires et ses victimes, in La Revue Nouvelle, tome LXVI, octobre 1977.

13 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières. Les grèves belges de décembre 1960-janvier 1961, in Sociologie du travail, tome IV, no 2, avril-juin 1962, pp. 142-158. Nous tenons à remercier le Comité de rédaction de la revue qui nous a autorisés à reproduire ici, dans son intégralité, l’article du Maurice Chaumont.

14 Grèves, syndicalisme et attitudes ouvrières. Rapport sur les grèves de décembre 60-janvier 61, Document dactylographié inédit, 1 + 120 p.

15 Éléments d’une analyse sociologique des grèves, in La Revue nouvelle, tome XXXIII, no 3, 15 mars 1961.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540