Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Maurice Chaumont

1932-1987

Note de l’éditeur

Le texte reproduit l’éloge académique prononcé, le 30 avril 1987, par M. Jacques DABIN, Recteur des Facultés universitaires Saint-Louis.

Texte intégral

1Comme sa famille et ses amis, les Facultés Saint-Louis et l’Université de Louvain ont été très douloureusement affectées par le brusque décès de Maurice Chaumont à cinquante-cinq ans. L’hommage que je lui rends aujourd’hui veut être un témoignage de reconnaissance pour tout ce qu’il a représenté et continue de représenter pour tous ceux avec qui et pour qui il a travaillé comme universitaire.

2La carrière professionnelle de Maurice Chaumont a débuté en 1956, année de son engagement en qualité de chargé de recherches au Centre d’études sociales de l’U.C.L. Bientôt après, il fut aussi chargé d’enseigne ment. En 1966, au moment où les Facultés Saint-Louis ouvrent une candidature en sciences économiques, sociales et politiques, il assure, comme professeur à temps partiel, les enseignements de sociologie qui figurent au programme. En 1967 s’y ajoute la formation sociologique des étudiants de la Faculté de droit. Un an plus tard, en 1968, il est nommé dans le cadre académique de l’U.C.L. En 1977, il est nommé professeur ordinaire aux Facultés Saint-Louis tout en poursuivant une série de tâches à l’U.C.L.

3La vie académique de Maurice Chaumont s’est partagée, de manière très normale, entre l’étude et la recherche personnelles avec quelques prolongements au plan de l’action extérieure, l’encadrement scientifique d’étudiants et l’enseignement. Dans ces trois domaines, son rôle fut caractéristique et marquant.

4Dans le cadre de ses activités de recherche au Centre d’études sociales de l’U.C.L., les toutes premières publications de Maurice Chaumont portent sur les problèmes et l’avenir du Congo, qui allait bientôt devenir indépendant. Dans la période d’agitation sociale des années 60, ce sont les relations industrielles et la participation ouvrière qui occupent la plus grande partie de son travail de chercheur. Entre 1958 et 1970, il publie plus de trente articles de sociologie du travail. En peu de temps, il devient un chercheur réputé dont les avis et la présence sont recherchés. Au début des années 70, il donne, en moyenne, une conférence tous les quinze jours.

5Sans doute ce succès est-il lié à la qualité de ses analyses. Mais il doit également beaucoup à son état d’esprit. Maurice Chaumont avait un sentiment aigu de la responsabilité sociale de l’intellectuel. Comme sociologue, il se sentait directement interpellé par les problèmes de son temps. Il estimait que son rôle était de chercher à en dégager les tenants et les aboutissants, et de faire partager sa lecture aux acteurs concernés. Ainsi montrait-il l’importance de combiner l’expérience sociale et la recherche formalisée pour les enrichir l’une par l’autre, seul moyen pour développer une sensibilité sociologique face au vécu immédiat.

6Un moment, il fut d’ailleurs tenté par les responsabilités politiques, lorsqu’un poste important lui fut offert dans un cabinet ministériel. Mais il déclina finalement la proposition, estimant qu’en tant qu’intellectuel il avait à servir la société par une autre voie : celle de l’analyse, aussi lucide que possible, de la réalité sociale. L’attitude de Maurice Chaumont à l’égard de la gestion des affaires publiques était forcément critique. Loin de traduire un mépris facile pour le politique, cette position reflétait sa conviction de l’importance cruciale d’une gestion publique vraiment responsable. Il considérait qu’une société devait d’abord être correctement gérée, ce qui irritait certains tempéraments contestataires. Mais il pensait en même temps que, sous peine de dégradation, tout mode de gestion devait faire l’objet d’un examen critique systématique, ce qui mécontentait pas mal d’esprits conservateurs. Ses analyses obéissaient à sa conscience et à son intelligence ; et non aux modes intellectuelles, ni aux attentes du public ou des responsables auxquels il avait affaire.

7Les nombreuses missions de Maurice Chaumont en Amérique Latine et en Afrique du Nord de même que son attachement, discret mais extrêmement profond, au sort du Nord-Est brésilien répondaient aussi au souci, qui fut toujours le sien, d’être présent au monde et à ses problèmes. Progressivement, il consacra même une part croissante de son temps à la sociologie du développement, aussi bien sous l’angle théorique que sous l’angle pratique.

8En 1963, il fut chargé de contribuer à la fondation d’un institut de recherches sociales en Bolivie. Entre 1964 et 1970, plusieurs mandats lui furent confiés au Chili à la demande personnelle du président démocrate-chrétien Eduardo Frei dans le cadre du programme de planification économique et de réforme agraire que celui-ci avait mis sur pied.

9Depuis 1968, et jusqu’au moment où sa santé ne le lui permit plus, Maurice Chaumont a exercé des fonctions de conseiller auprès du Département des Sciences sociales de l’Université fédérale de Rio Grande do Norte. Il y fut notamment chargé de la direction de séminaires destinés au corps professoral, de la création d’une unité de recherches et de l’encadrement d’un programme d’études socio-économiques visant à établir un diagnostic de l’Etat du Rio Grande. De nombreux rapports de recherches ont été publiés en Amérique Latine sous sa direction ou avec sa collaboration.

10Anticipant nos actuels débats de société, il organisa en 1973 le premier grand colloque en Belgique sur les problèmes des migrations humaines. Suite à cette initiative, il fut sollicité jusqu’en 1977, comme conseiller auprès du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique d’Algérie.

11Dans tous ses travaux, Maurice Chaumont témoignait d’une approche intellectuelle très ouverte. Il aimait à dire qu’en sociologie il n’existe pas de théorie mais seulement des modèles d’analyse. Il soulignait par là son opposition fondamentale à toutes les formes de déterminisme et de mécanicisme dans les sciences sociales. Il estimait évidemment indispensable d’éclairer les conduites des acteurs par leurs situations sociales et leurs conditions matérielles, mais il refusait qu’on les explique de cette manière. Au plan de l’intention, du projet, des rapports sociaux et de l’historicité, l’interprétation sociologique la mieux fondée ne pouvait, à ses yeux, se faire valoir comme une explication. En dernière instance, le moteur du changement et donc le centre de l’analyse ne pouvaient être pour lui que les acteurs sociaux eux-mêmes : leurs décisions, leur travail, leur coopération et leurs conflits.

12En 1969, Maurice Chaumont créa à l’U.C.L. avec Philippe Nonet le Centre pour l’analyse du changement social, le C.A.C.S. L’objectif de ce nouveau centre était la mise au point de systèmes d’analyse avancés, tant au point de vue théorique qu’au point de vue méthodologique, dans les domaines de la sociologie du travail, de la sociologie du développement et de la sociologie de l’université à laquelle il consacra également plusieurs travaux. Il sut découvrir et former dans ces disciplines des chercheurs de valeur. Le C.A.C.S. devint très vite un lieu de recherche reconnu pour ses apports à la connaissance des processus de changement social et de développement. Son rayonnement est attesté par des publications de haut niveau, ainsi que par l’attrait qu’il exerce toujours aujourd’hui sur de nombreux étudiants qui préparent des mémoires de licence et des thèses de doctorat et dont un grand nombre est originaire du Tiers-Monde.

13Les centres d’intérêts sociologiques de Maurice Chaumont ainsi que sa manière d’aborder les phénomènes sociaux devaient le rapprocher d’intellectuels tels que Michel Crozier, Serge Mallet et surtout Alain Touraine avec lequel il entretenait, depuis le début de années 60, des relations amicales et professionnelles. En lui réservant une place centrale dans ses enseignements, Maurice Chaumont fit connaître en Belgique la pensée de Touraine. La valeur qu’il attribuait au paradigme actionnaliste est le signe qu’il y retrouvait, sous la forme de modèles d’analyse opérants, l’essentiel de ses propres options épistémologiques et théoriques. L’œuvre de Touraine lui procurait un canevas général pour ses études macro-sociologiques, mais il ne s’y attachait pas comme à une théorie universelle. L’objet et les objectifs propres de chaque recherche déterminaient seuls, s’il y avait lieu, les cadres de référence dont il s’inspirait.

14Au fur et à mesure que s’accrurent ses responsabilités institutionnelles et pédagogiques, Maurice Chaumont orienta son travail dans le sens d’une participation à des recherches collectives. Sa collaboration concernait principalement la définition des problématiques, la construction des modèles d’analyse et l’interprétation des données rassemblées. Il contribua ainsi au bon aboutissement d’un grand nombre de recherches qui lui doivent souvent leurs hypothèses les plus fécondes. Ce qui assurait ce précieux concours, c’était incontestablement sa grande finesse d’esprit, mais aussi l’important programme de lectures, sociologiques et non sociologiques, qu’il s’imposait et qui enrichissait une rare culture intellectuelle, sans cesse tenue à jour.

15La direction de mémoires de licence et surtout de thèses de doctorat était une autre dimension de l’activité universitaire de Maurice Chaumont et l’une des voies par lesquelles il exerça une influence intellectuelle particulièrement forte. Maurice Chaumont était un promoteur très recherché en raison de ses exigences élevées. Ses réactions aux rapports que lui remettaient périodiquement ses étudiants sur l’état d’avancement de leur recherche déconcertaient souvent les intéressés. Tout pourtant, dans les remarques, les suggestions, les silences mêmes de Maurice Chaumont révélait une grande cohérence dans la manière d’assumer sa fonction. Alors que ceux qu’il dirigeait l’attendaient assez naturellement sur le seul terrain du contenu de leur travail, Maurice Chaumont se plaçait d’emblée sur celui de leur démarche intellectuelle. S’il lui paraissait essentiel qu’un doctorand ait le sens de la recherche, il lui semblait aussi important qu’il fasse preuve d’une certaine attitude éthique dans son travail même.

16Une des exigences sur lesquelles il se montrait intransigeant concernait la franchise et la transparence de la démarche du chercheur. Le travail intellectuel ne pouvait être pour lui qu’une quête sincère d’une vérité provisoire. Bien qu’érudit lui-même, il n’appréciait pas l’étalage de considérations superfétatoires dont on ne peut retirer aucun bénéfice analytique. En une ou deux questions malicieuses et d’apparence anodine, il savait ramener le chercheur qui voulait bien comprendre à une plus juste mesure.

17Il était beaucoup plus sévère encore pour tout ce qui ressemblait, même de loin, à un manquement à l’honnêteté intellectuelle. Il ne pouvait tolérer la moindre vélléité de camouflage des points faibles d’une étude ni, a fortiori, la plus petite tentative de manipulation consciente des données d’analyse. Dans le travail d’équipe également, il lui suffisait de percevoir le signe d’un défaut de sincérité chez un seul des participants, ou de pressentir un mouvement en vue de détourner la recherche de ses objectifs scientifiques pour que toute collaboration soit immédiatement compromise.

18S’il accordait une grande importance à l’authenticité de la démarche, il ne négligeait pas pour autant le choix du sujet ou des thèmes de travail. Il fallait que la recherche ait une portée réelle et engage d’une certaine manière son auteur. Il refusait de parrainer une thèse tant qu’il ne percevait pas le sens de l’effort qui allait être consenti et il obligeait d’abord tout chercheur à faire la lumière sur ce point.

19La primauté de la pensée par rapport au simple donné était un autre aspect essentiel de l’éthique intellectuelle qu’il tentait d’inculquer à ceux qui travaillaient sous sa direction. Il admettait parfaitement qu’un travail aboutisse à l’infirmation d’une hypothèse originale et valide sur le plan externe. Mais il n’acceptait pas qu’un mémoire ou une thèse se réduise à la confirmation de propositions banales, fût-ce au terme d’une recherche empirique hautement sophistiquée. A ses yeux, des données présentées en dehors de toute construction théorique et sans évaluation épistémologique, n’avaient d’autre signification que l’illusion de leur prétendue neutralité. Pour lui, l’absence de pensée chez un universitaire n’était pas simplement une faiblesse ; c’était une faute.

20Son attachement premier à la pensée se doublait d’un goût appuyé pour une certaine esthétique de l’écriture sociologique. Il avait le culte du texte bien écrit, du mot juste, de l’image bien choisie, de la phrase claire et concise. Il ne détestait pas l’allusion et l’exagération soigneusement mesurée qui possèdent des vertus didactiques et instaurent une certaine complicité entre l’auteur et son lecteur. Lui-même en usait couramment dans ses cours et ses conversations. Dans tout travail, il aimait découvrir une connivence entre le fond et la forme. Plus la démarche et le contenu lui agréaient, plus ses suggestions portaient sur l’écriture et le style. Econome de compliments directs, c’était sa manière à lui de dire son estime pour le travail accompli.

21Authenticité de la démarche, signification de la recherche, primauté de l’idée et souci de son expression : il n’est sans doute aucun doctorand qui a terminé sa thèse avec Maurice Chaumont qui n’a finalement adhéré, de lui-même, à ces mots d’ordre. Le malentendu relativement fréquent, entre certains doctorands et lui, venait du fait que jamais il ne formulait explicitement ses exigences et critères d’évaluation. Pratiquant la maïeutique, Maurice Chaumont amenait le doctorand à découvrir lui-même ces exigences, à les mettre spontanément en œuvre et à démontrer ainsi qu’elles étaient vraiment siennes. On ne peut être authentique sur injonction.

22Il avait choisi la voie la plus difficile non seulement sur le plan intellectuel mais aussi sur le plan des relations humaines. C’est en tout cas celle qu’il a cru devoir suivre pour former des dizaines de licenciés et de docteurs à ce qui est bien plus qu’une simple compétence scientifique : une véritable conscience intellectuelle.

23L’influence de Maurice Chaumont comme enseignant fut aussi considérable. Pour des centaines d’anciens étudiants des Facultés Saint-Louis et de l’Université de Louvain, les cours de Maurice Chaumont ont constitué un moment majeur dans leur formation intellectuelle, souvent même un tournant décisif. La raison d’une telle emprise se trouve pour une large part dans sa conception même de l’enseignement. A ses yeux, sa principale fonction comme enseignant universitaire ne consistait pas à professer un savoir institué, tout fait, mais bien à faire voir, à faire chercher et à faire réfléchir. Ses cours s’adressaient toujours directement à l’intelligence. Avec une perspicacité hors du commun, il mettait au jour les failles des raisonnements les mieux établis. Il se jouait des fausses unanimités et, prenant en quelque sorte tout son auditoire à revers, lui faisait percevoir la fragilité des jugements les plus largement admis. Par là, il formait vraiment les étudiants à l’art du questionnement sociologique.

24Une telle démarche comporte des risques car elle désoriente forcément ceux qui attendent de l’université des connaissances certaines. Maurice Chaumont acceptait ces risques. Ses provocations intellectuelles n’étaient jamais gratuites. Elles étaient liées au but premier qu’il a toujours assigné à son enseignement, aussi bien en première candidature qu’en maîtrise : apprendre à analyser et à comprendre plus justement les événements concrets dont nous sommes les témoins et les acteurs.

25En conséquence, ses cours comportaient toujours de nombreuses analyses concrètes d’une grande lucidité où se révèlaient aussi sa culture intellectuelle et son haut niveau d’information sur les événements politiques, économiques et sociaux. Loin d’enseigner des systèmes de pensées de manière doctrinale, il initiait les étudiants à l’utilisation de modèles d’analyse en les éprouvant devant eux. Dans ce travail d’interprétation et de diagnostic, sans cesse remis en question, il s’éprouvait en définitive lui-même comme sociologue.

26Sa manière d’enseigner était en fin de compte motivée par la seule préoccupation de la formation des étudiants. Sans affecter le ton et l’allure de celui qui aime faire comprendre qu’il fait quelque chose pour les autres, Maurice Chaumont se consacrait beaucoup plus à ses étudiants que ce que son apparente désinvolture pouvait laisser supposer. Il ne s’est pas non plus plaint ou vanté du nombre d’écrits de toutes sortes qu’on lui demandait de lire et d’évaluer. En réalité son activité pédagogique fut aussi discrète qu’incessante.

27Les qualités de Maurice Chaumont comme sociologue et enseignant s’enracinaient dans une grande conscience morale. Esprit critique et parfois corrosif, il n’en était pas moins attaché à des valeurs essentielles. Il était fidèle en amitié, mais ne recherchait jamais de privilèges pour ceux qui lui étaient chers. Peu démonstratif en général, il manifestait cependant une sympathie sincère à l’égard de ses amis en difficulté et leur était d’un réel secours dans les épreuves.

28Forcé à un certain retrait depuis l’aggravation de ses problèmes de santé, il sut accepter les coups du sort sans aigreur et avec un réel détachement. Dans l’attente de jours plus cléments, il consacra le meilleur de lui-même à aider d’autres chercheurs, plus jeunes, dans leurs propres projets.

29Il n’était pas l’homme d’une vérité universelle ou l’artisan d’une société soi-disant idéale. La seule cause qu’il défendait — mais avec quelle énergie et quelle cohérence — c’était, en définitive, celle de la dignité humaine. Il était lui-même extraordinairement franc, incapable de chercher à plaire ou de se prêter à des manœuvres.

30Ne demandant rien, mais sachant recevoir et donner, Maurice Chaumont était un homme libre.

Table des illustrations

Légende Maurice Chaumont
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/5729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540