Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement et la forme

 | 
Michel Molitor
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage d’hommage comporte trois parties. La première met l’accent sur l’œuvre de Maurice Chaumont lui-même. Dans l’éventail de ses textes, on en a retenu trois qui portent sur ses deux principaux champs de recherche : le travail et le développement. Ces textes sont doublement d’actualité. D’abord par la manière dont Maurice Chaumont y pose et y aborde les problèmes. Ensuite par le contenu même de ses analyses qui restent éclairantes pour comprendre ce qui se joue actuellement, tant dans les relations industrielles qu’entre les anciennes colonies et leurs ex-métropoles. Jean Ladrière et Benoît Verhaegen se sont attachés à mettre au jour cette démarche exemplaire dans une visée d’élucidation prospective. A travers leurs regards sur l’œuvre de Maurice Chaumont, leurs textes constituent des réflexions pour une sociologie qui se veut lucide sur ses présupposés comme sur ses implications.

2La deuxième partie propose quatre contributions théoriques sur le changement social. Alain Touraine, avec qui Maurice Chaumont avait tant d’affinités intellectuelles, analyse les réponses de la sociologie à la crise du modèle rationaliste occidental et tente de préciser ce que pourrait être une sociologie qui place le mouvement social et le sujet au centre de ses préoccupations. Jean Remy propose un cadre général d’analyse pour problématiser le changement social où le primat est donné à la dynamique actorielle dans ses liens avec les logiques structurelles. En opérationalisant le concept-clé de relation sociale, Guy Bajoit fournit un outil d’analyse central et jette des ponts entre des écoles sociologiques que l’on oppose généralement. Enfin, José-A. Guilhon Albuquerque élucide la nature des liens entre l'institution et ceux qui constituent sa clientèle, en vue de mieux comprendre la nature du changement dans les institutions. Avec ces quatre textes de sociologie générale, cet ouvrage propose un ensemble de repères théoriques à l’aide desquels des analyses concrètes sur le changement social peuvent être problématisées et organisées.

3Dans la troisième et dernière partie, on trouvera une alternance d’études concrètes et d’essais relatifs à des champs particuliers de la sociologie, mais toujours axés sur le changement social. Michel Molitor éclaire les modifications institutionnelles à l’œuvre dans la société belge par la transformation des rapports entre acteurs économiques. A partir de l’expérience du Syndicat de la magistrature en France, Anne Devillé examine les liens entre le mode d’organisation interne et la capacité innovatrice des mouvements sociaux. Michel Hubert s’interroge sur les conditions sociales nécessaires à la reconnaissance d’un fait extra-social comme condition problématique et procède à un essai de périodisation à partir de l’exemple du SIDA. Annick Germain rend compte de l’évolution des paradigmes de la sociologie urbaine québécoise et, plus particulièrement, de la manière dont elle s’est progressivement ouverte à la problématique du changement social. A partir du cas du Zaïre, Gauthier de Villers s’interroge sur le rôle de l’Etat dans le processus d’autonomisation des pays d’Afrique par rapport aux systèmes et modèles sociétaux extérieurs. Enfin, Luc Van Campenhoudt tente une réflexion sociologique sur les liens entre la création artistique et le changement social à partir de l’œuvre, non sociologique, de l’écrivain anglais Oscar Wilde.

4Ces différentes contributions couvrent donc, de manière équilibrée et complémentaire, les principales facettes du travail sociologique, tel que le concevait Maurice Chaumont : le recul épistémologique sans lequel il n’y a pas de sociologie possible, l’essai qui constitue une phase de réflexion inventive, la problématisation et la construction de modèles d’analyse par lesquels les intentions du chercheur sont définies et opérationalisées ainsi que les analyses concrètes qui constituaient, à ses yeux, le travail sociologique par excellence. Pour être une œuvre collective, Le Mouvement et la forme n’en a pas moins été conçu pour pouvoir être utilisé comme une introduction cohérente à une sociologie compréhensive du changement social qui place l’acteur social au cœur de son questionne ment. Le rayonnement de l’œuvre de Maurice Chaumont ne devrait en prendre que plus d’ampleur et l’hommage plus de sens.

5On a également veillé à regrouper des contributions d’auteurs représentant différentes générations de chercheurs qui ont pu travailler avec Maurice Chaumont. Parmi eux on trouvera aussi bien d’anciens compagnons de route que quelques-uns de ceux qui ont été les derniers à travailler sous sa direction. On a tenu enfin à ce que l’attention portée par Maurice Chaumont aux pays étrangers soit concrétisée ici par la participation d’éminents sociologues non belges ou ayant travaillé le plus souvent à l’étranger. Inutile de dire que tous ont accepté avec joie de participer à cet hommage.

6Au terme de l’expérience, le sentiment dominant est que Maurice Chaumont a encore beaucoup à nous dire et à nous apporter, autant par ses textes qui restent à lire ou à relire que par ce rare talent, qu'il a conservé par delà la mort, de nous contraindre à donner le meilleur de nous-mêmes. N’inversons donc pas la signification de cet hommage : c’est bien Maurice Chaumont qui nous offre ici un dernier cadeau.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540