Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Quatrième partie : Belgitude et culture

Y a-t-il une culture belge ?

Roger Somville

Texte intégral

1J’ai le sentiment que la Belgique n’est pas une nation. Cependant, c’est au moins l’herbe que l’on foule. Une nature, un endroit spécifique et certainement merveilleux à sa manière...

2Nous sommes quelque part, nous avons une spécificité, une histoire. Je me sens malgré tout bruxellois et pas autre chose. Sans pour autant en être chargé ou encombré outre mesure.

3Depuis plus de sept siècles, la peinture (les arts plastiques) de ces régions s’est imposée généralement au monde, même si nos gouvernements, souvent médiocres, ont été incapables d’en user. Ce pays se caractérise par une misère intellectuelle géante des pouvoirs.

4Lorsque je montre mon travail à Paris ou dans la province française, je m’entends dire couramment : « Vous parlez français ? Curieux pour un peintre flamand ». Cela veut dire qu’en moi se manifeste certainement - et dans l’inconscient - un mélange franco-flamand... qui vient de la nuit des temps... Alors... finalement... qui suis-je ?

5Ceci dit... j’estime que le fédéralisme est une nécessité quasiment irréversible, mais à partir de quel critère ? Question fondamentale ! Ceci dit : voici le problème que je voulais soulever : une menace...

6Assez curieusement, à l’absence d’identité politique de nos provinces a souvent correspondu, de manière diffuse, une sorte d’identité culturelle qui a pris corps, notamment, dans une grande tradition picturale. Il n’est pas étonnant qu’aujourd’hui, la Belgique soit au coeur du processus qui prône la dissolution de toutes les identités nationales européennes. Celles-ci, malgré les évidentes contradictions charriées par les grands principes de la modernité - raison, sciences, progrès, mais aussi Révolution-, n’étaient-elles pas porteuses de ce danger ? Il faut donc aujourd’hui, pour évacuer ce danger (le devenir possible, dans un sens socialiste, de l’histoire humaine), évacuer toute trace de mémoire historique, de tradition nationale, d’identité culturelle et politique. La Belgique est ainsi, de fait, en première ligne dans le dispositif idéologique qui, sous le nom de Post-Modernisme, entreprend de gommer toute notion de continuité historique. Et, pour revenir à cette tradition picturale en laquelle notre identité culturelle s’est souvent constituée, il est intéressant de noter comme l’idéologie post-moderne s’en prend principalement à la peinture qui, non seulement n’a plus de raison d’être, mais n’en aurait jamais eue, si l’on se réfère, par exemple, au dernier livre de Jean François Lyotard : « L’inhumain... » A travers l’art pictural de nos provinces se dégage donc précisément une spécificité, une originalité qu’il s’agit de dynamiser, de sauvegarder contre des opinions qui se présentent comme progressistes et qui sont, en réalité, des plus réactionnaires. J’en prends comme exemple l’Europe de 1992 qui sera, qu’on le veuille ou non, l’Europe des privilégiés. En tout cas, dans un premier temps qui risque d’être long. Cette Europe-là se fait déjà... dans le monde dit « libre »... libre de tout scrupule... bien entendu...

7Lors d’un débat au Botanique, dont le thème était « Le marché de l’art », un intervenant français, grand connaisseur en esthétique (apparemment), a déclaré qu’il fallait bien comprendre, et une fois pour toutes, que l’art n’était plus national. Je lui ai fait répéter cette petite phrase assassine qui se présentait subrepticement comme étant « d’avant-garde » (notion très malheureusement militaire). En fait, c’est une idée parfaitement réactionnaire. Ainsi que d’autres impostures, substitutions et amalgames qui encombrent les mass-média telles la mort des idéologies, des philosophies, sinon de l’art lui-même.

8L’art devient international lorsqu’il a su être national, spécifique (nourri d’internationalisme). Voir à ce sujet l’intervention d’Ettore Scola dans « le Soir » du 12 novembre 1988 qui défend, en grand artiste qu’il est, ce principe fondamental. Principe illustré par toute l’histoire de l’art, que ce soit Bruegel face aux Romanisants ou récemment ce qui s’est passé en Allemagne.

9L’art de ce dernier pays, entre autres le cinéma, la littérature et la peinture, depuis les années 70, ont droit de cité international dans la mesure et à partir du moment où ces œuvres ont été marquées du sceau national, spécifiquement, typiquement allemand. Et je précise qu’il ne s’agit pas du tout de nationalisme réducteur. Il s’agit, au contraire, d’internationalisme à partir du respect des peuples, de leur différence et de ce que chacun peut apporter aux autres. Donc des influences nécessaires, utiles. Entre autres... pour nous... franco-flamands...

10Précisément contre la volonté réductrice de nivellement par un commun dénominateur qui est déterminé le plus souvent par le « marché de l’art » et son terrorisme. Ce dénominateur commun s’exerce au plan économique et social contre le monde du travail. Et cette situation se reflète au plan culturel.

11Il faut le savoir et y prendre garde, le dire et le répéter afin de combattre ces tendances réductrices et ravageuses qui sont des menaces pour l’art issu de nos communautés et de nos régions.

Auteur

Peintre

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540