Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Quatrième partie : Belgitude et culture

Universalisme de la culture wallonne : réalisations et virtualités

José Fontaine

Texte intégral

  • 1 Esprit, juillet-août 1988.

1Dans un débat récent, le philosophe français Jean-Marc Ferry, traducteur de Jürgen Habermas, estimait que la culture est à la société politique ce qu’est la parole, la mémoire à l'individu1. Il n’y a probablement pas de société humaine véritable sans culture spécifique, sans représentation de cette société dans les activités les plus élevées de l’esprit : comme l’art, la religion, la philosophie, la littérature.

2Or, à cet égard, parler simplement déjà de culture belge soulève des objections. Des objections liées à ce que les sociologues appellent une « identité honteuse », négative à l’égard de soi et positive à l’égard des autres. A fortiori, du moins en apparence, si l'on veut parler de culture wallonne.

La culture belge « rattachiste »

  • 2 Balises pour une histoire de nos Lettres, Bruxelles, 1982.

3Il faut ensuite dire, de manière préalable, qu’il y a eu sans doute deux grands efforts dans le passé pour penser la culture belge. Le premier de ces efforts est connu sous le nom de Manifeste du Lundi. Toute discussion sur la culture en Belgique, et même toute discussion sur le devenir de l’Etat, ne peut ignorer cet événement. On le passe sous silence généralement et la critique qu’on peut faire, à cet égard, du document introductif d’Hugues Dumont - le plus équilibré et le plus documenté qu’il nous ait jamais été donné de lire - se fait sans aucune présomption ni arrogance. En mars 1937, des écrivains, pour la plupart Flamands francophones, signèrent un texte intitulé Manifeste du Lundi. Ils y disaient qu’entre la littérature française de Belgique et la littérature française de France il ne pouvait y avoir que des distinctions tout à fait secondaires. Marc Quaghebeur2 a vu dans cette initiative la déception de nombreux écrivains flamands francophones en train de perdre leur pouvoir symbolique en Flandre et décidant, par conséquent, de renoncer au concept même de littérature belge spécifique, dont le champ symbolique se restreignait considérablement. Il est à propos de noter en passant que, comme tous les historiens de la littérature l’ont montré, la littérature belge avait une sorte de marque flamande indéniable à l’époque, marque ou connotation qu’elle a gardée. En 1937, elle devient seulement littérature française (de Belgique) et non plus belge d’abord.

  • 3 Voir La Revue Nouvelle, 1952 ; Kultuurleven, septembre 1979 ; Aspects et profils de la culture roma (...)

4Mais il est plus important de noter encore que cette conception des gens du Manifeste du Lundi s'étendit à tout ce qui est culturel en Belgique francophone. Il suffit de lire A. Molitor, J.P. Schyns, M. Piron...3. Tout le monde, en Belgique francophone, à partir de cette date, qu’il soit de gauche ou de droite, unitariste ou séparatiste, adopta l’idée de cette sorte de « rattachisme culturel » du fameux Manifeste : tout ce qui est culturel en Belgique francophone n’est pas à distinguer fondamentalement de la France et sa culture. On pourrait se demander comment on en est arrivé là. Car, pour une société comme la Belgique francophone, nier à ce point qu’elle ait une culture distincte et spécifique, n’était-ce pas se nier purement et simplement ? Surtout si l’on admet - et, à notre avis, il est impossible de ne pas l’admettre - qu’une société sans culture propre n’est plus tout à fait une société distincte. A vrai dire d’ailleurs, et anecdotiquement, on peut se demander sur quoi se fondent les plaintes de ceux qui se disent « Belges francophones » par rapport aux « annexions » culturelles françaises (dans tous les domaines) : la France annexe une culture qui s’est voulue justement seulement française. On peut se demander aussi si ce n’est pas pour cette raison qu’il a été facile, dans un premier temps en tout cas, de nier toute pertinence à l’idée de culture wallonne, l’intelligentsia francophone belge étant ralliée à une conception avalisant l’inexistence de toute culture propre (belge ou wallonne). Peut-être qu’un François Perin, qui prône le rattachement pur et simple (politique cette fois) de la Wallonie à la France, fait-il en réalité fond sur ce Manifeste du Lundi et l’énorme influence qu’il a eue tout en restant paradoxalement fort méconnu.

La culture belge de la « belgitude »

  • 4 Hugues Dumont a décrit la façon dont cette « négation » s’exprime.

5Tout le courant de la belgitude est en réaction contre le « lundisme » (comme l’appelle Marc Quaghebeur). Dans la mesure où ce courant manifeste une préoccupation pour l'ancrage dans l'ici. Il affirme la réalité de la spécificité belge tout en insistant sur le caractère modeste, médiocre de cette identité culturelle, identité en creux, porteuse d’un non-Etat, identité nationale douce (au sens où l’on parle de technologies douces) et par là plus accueillante à l’étranger, aux cultures étrangères, à la diversité interne. S’il ne faut pas confondre la « belgitude » avec une résurgence de l’idée nationale belge ni avec un concept opposable à la réforme fédéraliste, on est frappé cependant de la parenté entre la belgitude et la façon dont un Pirenne définit, à la fin du XIXe siècle, l’identité nationale belge (les mêmes mots se retrouvent comme, par exemple, « carrefour », « syncrétisme »). Ne pourrait-on pas dire que la « belgitude » reprend l’un des éléments du lundisme (tout en l’adoucissant) : la négation de soi4 ?

La culture wallonne

  • 5 Par exemple P. Vandromme, Les gribouilles du repli wallon, Bruxelles. 1983 et (de manière plus nuan (...)

6Le Manifeste pour la culture wallonne de 1983 s’inscrit aussi, en quelque mesure, dans le courant de la belgitude, dans la mesure où il se réclame de l’ici. Mais avec cette différence, cependant, qu’il n'y a plus expression d’une identité nulle (« lundisme ») ou d’une identité sur le mode de la non-identité, du « creux » (« belgitude »), mais affirmation de soi nette et tranchée. Ce qui a immédiatement entraîné la condamnation de ce texte comme « nationaliste », voire « raciste », par plusieurs observateurs5. A cette objection, s’en ajoutait immédiatement une autre, provoquée par la confusion inévitable autour du concept même de « Wallonie » ou de l’épithète « wallon ». On sait que le terme peut désigner aussi la littérature dialectale, tout le folklore. Il fut donc légitime, jusqu’à un certain point, que l’on parle de nationalisme et de régression.

  • 6 Voir Toudi, 1988.

7Un examen plus attentif permet cependant de voir que ces accusations ne sont pas fondées. Même si, pour quelques signataires du Manifeste pour la culture wallonne, la préoccupation centrale reste l’essor du dialecte wallon, d’autres, sans dédaigner cet aspect, songent à bien autre chose que le dialecte lorsqu'ils se servent de l’expression de « culture wallonne ». Pour faire court et ne pas nous lancer dans de trop longues énumérations concernant les beaux-arts, le cinéma, la littérature, contentons-nous d’indiquer, à la suite d’Hugues Dumont, le débat entre Jean Ladrière et Jacques Dubois sur la philosophie en Wallonie et son enseignement6. Cela permet facilement de lever une ambiguïté qui a pu nuire un moment au concept de culture wallonne.

Culture et inculture wallonne

8On remarquera d’ailleurs que l’apparition de ce concept de culture wallonne amène au constat de multiples carences dans le domaine culturel pour la Wallonie : appareil étatique hostile (la Communauté française dont l’intitulé même et toutes les pratiques constituent une négation de l’identité wallonne), exclusion des centres de décisions (les commissions culturelles, littéraires, théâtrales, cinématographiques,... sont peuplées d’une majorité de Bruxellois ou de Flamands francophones hostiles à la Wallonie et à la définition d'un projet culturel wallon), absence d’une presse véritablement wallonne (Le Soir et La Libre Belgique ont, respectivement, 58 % et 51 % de leurs lecteurs hors de Wallonie ; la R.T.B.F. relègue l’information wallonne à un rang secondaire et ne se définit d’ailleurs que par rapport à la Communauté française)... Cette absence de moyens explique, pour une bonne part, les lacunes scandaleuses de la culture wallonne. Ici aussi l’énumération serait longue. Il n’existe par exemple pas de volume traitant un peu sérieusement des aspects socio-linguistiques du maintien séculaire d'un dialecte en Wallonie, rien sur la formation de la frontière linguistique... Les ouvrages portant sur les graves événements de juillet’50 et de décembre’60 datent, le plus souvent, de ces années-là ou, alors qu’ils concernent avant tout la Wallonie, sont l’objet d’études et de débats mais en Flandre ! La culture wallonne pourrait s’interroger aussi sur le fait - ignoré - qu’elle recèle deux écrivains - Chavée et Plisnier qui ont exprimé par leur œuvre les tensions fondamentales du mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle sur le plan international. De même, à travers les deux noms précédents comme à travers Elie Baussart, André Renard, Robert Royer,... se joue un dialogue entre marxisme et christianisme dont l'intensité a quelque chose d’exceptionnel mais qui reste tout à fait ignoré, y compris jusque dans ses prolongements contemporains : influences wallonnes sur Vatican II, figure de Conrad Detrez, interpellation du Pape à Louvain-la Neuve en 1985, etc.

La culture wallonne se formalise mal

  • 7 ibidem.
  • 8 P. Fougeyrollas, La Nation. Paris, 1987.
  • 9 J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, Livre II, chap. I.

9Il y a une difficulté extrême pour la culture wallonne à trouver les moyens de sa formalisation, pour reprendre l’expression de Jean-Marie Klinkenberg7. Mais, à cet égard, ne pourrait-on opposer une Belgique francophone qui s’est voulue un corps politique sans culture à la Wallonie qui semble se réclamer d'une culture spécifique sans être véritablement un corps politique ? Il nous paraît capital de réfléchir là-dessus. Avec la communautarisation de l'enseignement, certains ont pu faire valoir la nécessité d’enseigner quelque chose comme une histoire des régions wallonnes. Or, une telle histoire nécessiterait d’introduire les jeunes au coeur du processus d’autodétermination de la Wallonie. Nous songeons ici au résultat - négatif en Wallonie - de la consultation populaire de mars 1950 pour Léopold III (sorte d’autodétermination formelle si l’on veut) suivi de l’insurrection de juillet 1950 (autodétermination concrète). Le sociologue français Fougeyrollas8 estime qu’il n’y a pas de nation sans insurrection, sans soulèvement. « Si le peuple promet simplement d’obéir », écrit Rousseau, « il se dissout par cet acte et perd sa qualité de peuple »9. On voit que tout est lié. L’affirmation d’une culture wallonne implique une sélection dans le patrimoine du passé des éléments les plus universalisables de nos gestes collectifs (et pas seulement de nos textes). Rien n’est plus porteur d’universalité que la tradition de la grève générale, le recours à l’insurrection en 1950, contre un Roi, figure d’Ancien Régime. Ces événements ont le caractère fondateur de cette identité « argumentative » et universaliste dont parle Habermas dans la querelle des historiens allemands. On est frappé de voir, par exemple, les manifestants de Charleroi, le 31 juillet 1950, hisser à bout de bras, sur un panneau immense, le fameux article 35 de la Déclaration des Droits (à ne pas confondre avec celle de’89) qui sert de préambule à la Constitution de l'an I (juin 1793) : « Lorsque le gouvernement viole les droits du peuple (...) l'insurrection est pour le peuple (...) le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». Les insurgés de Charleroi le faisaient au lendemain du sang répandu à Grâce Berleur, dans la banlieue de Liège. Sans doute, ce texte a-t-il quelque chose de troublant. Il s’agit, en effet, d'un texte juridique ou, du moins, à portée juridique, qui énonce le principe légitime de sa propre violation, de la violation de la Constitution auquel il introduit. Mais c’est peut-être aussi l’essence même de la modernité, la part étant faite de la violence (donc de la barbarie) qui accompagna les insurrections de jadis. En effet, ce que ce texte énonce, c’est la nécessité d’une institution de la société par elle-même, institution qui est à réinstituer sans cesse. Nul ne peut nier que cette conception doive et puisse être isolée comme l’un des éléments spécifiques - cependant universalisable - de l’identité wallonne. On pourrait renvoyer à ce moyen si souvent employé de la grève générale, à une disposition tout aussi exceptionnelle que l’article 35 de la Déclaration de l'An I : le passage de la Paix de Fexhe qui prescrit également l’insurrection contre le Prince dans le Pays de Liège (dès 1316) pour les mêmes raisons.

Pour une identité universalisable

  • 10 Thème fréquemment abordé par la revue Critique Politique (Bruxelles, 1979-1982, 12 numéros) aujourd (...)
  • 11 Pourquoi les journalistes wallons de la R.T.B.F. doivent-ils réprimer leur accent régional à ce poi (...)
  • 12 La manipulation idéologique de l'Etat belge est d'une terrible efficacité pour récuser ces crimes q (...)

10On voit donc bien les éléments d’une identité wallonne qui ne serait pas seulement narrative ou nationaliste mais universalisable, ouverte : ce qui, dans notre propre tradition, renvoie spécifiquement au vœu de réinstitution permanente de la société par elle-même. On voit aussi qu’il est impossible, à cet égard, d'oublier 1950. Car 1950 présente cet aspect d’auto-institution de la société wallonne par elle-même. Auto institution par le vote négatif contre Léopold III en mars 1950, la seule autodétermination légale, concrète, qu'il ait été donné au peuple wallon d’exercer. Auto-institution illégale et révolutionnaire par l’entrée en sécession virtuelle des régions wallonnes lors de la grève de juillet. Mais, nous l’avons vu, la Belgique s’occulte elle-même. Comme société culturelle, comme formation historique aussi peut-être10. Même dans le cadre de l’actuelle communautarisation de l’enseignement, on ne voit pas comment pourrait se formaliser cette identité argumentative de la Wallonie. Il y a quelques années, un ministre de l’éducation dépensait des dizaines de millions pour une luxueuse brochure sur la dynastie. Dans les manuels, l’enseignement effectif mais même aussi tous les moyens de diffusion (ou à peu près) en Belgique francophone, le passé wallon est occulté, sciemment nous semble-t-il. Parce qu’il est peut-être difficile d’enseigner à ceux qui seront les futurs citoyens d’un Etat que leur propre peuple a chassé un chef de cet Etat, Léopold III. L’imposture consiste à dire, par exemple, que Léopold III a abdiqué pour sauvegarder l’unité du peuple belge, que son règne a été marqué par la souffrance (celle des ouvriers tués à Liège, de Lahaut assassiné ?)... Lorsque la B.R.T. évoque, en 1983, ces événements, met en cause Léopold III, un scandale se produit qui amène un journaliste de la télévision qui s’adresse aux Wallons (R.T.B.F.) à poser la question de savoir si l’émission incriminée était « légale » ! De la même manière, les responsables wallons du décret instituant la fête officielle de la Communauté française insistent aujourd’hui, devant les reproches qui leur sont faits, sur l'impossibilité « légale » qu’il y avait alors d'instituer une fête de la Wallonie ! Impossibilité juridique qui, à notre sens, subsiste encore aujourd'hui. Cela paraît étrange que, dans une démocratie, on puisse penser comme « illégale » la simple vérité historique (affaire de la B.R.T.) ou l’institution d’une fête (affaire de la fête de Wallonie dont, sur le plan officiel, ne peuvent décider que les conseils communaux). L’occultation massive d’un élément du passé comme la question royale ne mène-t-elle pas à la destruction du citoyen ? Nous le pensons. Nous pensons aussi que l’histoire récente de la Wallonie, élément très fondamental, essentiel même, d'une formalisation de la culture wallonne, ne sera jamais enseignée. Parce que si, pour reprendre le mot de Jean-Paul II, « la souveraineté culturelle est ce par quoi l’homme est suprêmement souverain », on voit bien que l’Etat belge, fédéral ou non, ne tolérera pas que le citoyen wallon use de cette souveraineté-là qui le détruirait. Qui l’a peut-être déjà détruit car on peut penser que la citoyenneté wallonne est seulement entrée en latence. Dans l’actuelle réforme de l’Etat, on se préoccupe beaucoup de la mise en place d’une administration, d’organes officiels en tous genres, de ministres wallons. Mais l’on retarde jusqu’au bout l’élection séparée de parlementaires wallons par le suffrage universel. Ceci venant après des promesses électorales non tenues par le parti wallon le plus important : le citoyen wallon est refoulé. Il y a une répression violente (violence symbolique) de l’Etat belge, Etat à l’identité elle-même nationaliste et violente11. Celte identité est (peut-être) compatible avec l’affirmation de la Flandre dans sa langue mais pas de la Wallonie dans sa culture et ses éléments humanistes les plus universalisables qui contredisent l’imposture sur 1950, le maintien d’un résidu d’Ancien Régime comme la monarchie, et, finalement, l’Etat belge lui-même. La culture wallonne, cela consiste à comprendre qu’elle « doit », en un sens, et symboliquement (mais au sens fort) être réprimée12.

Notes

1 Esprit, juillet-août 1988.

2 Balises pour une histoire de nos Lettres, Bruxelles, 1982.

3 Voir La Revue Nouvelle, 1952 ; Kultuurleven, septembre 1979 ; Aspects et profils de la culture romane en Belgique. Liège, 1978.

4 Hugues Dumont a décrit la façon dont cette « négation » s’exprime.

5 Par exemple P. Vandromme, Les gribouilles du repli wallon, Bruxelles. 1983 et (de manière plus nuancée) certains textes du numéro spécial de La Revue Nouvelle de janvier 1984. Plus récemment, voyez les réticences de M. Escarmelle in Régionaliser ou communautariser l'enseignement, Bull. de la F.A.R., octobre 1988.

6 Voir Toudi, 1988.

7 ibidem.

8 P. Fougeyrollas, La Nation. Paris, 1987.

9 J.-J. Rousseau, Du Contrat Social, Livre II, chap. I.

10 Thème fréquemment abordé par la revue Critique Politique (Bruxelles, 1979-1982, 12 numéros) aujourd’hui disparue et dont la revue Toudi est l’héritière.

11 Pourquoi les journalistes wallons de la R.T.B.F. doivent-ils réprimer leur accent régional à ce point que le français parlé à la R.T.B.F. ne peut être identifié avec aucun usage du français nulle part dans le monde ?

12 La manipulation idéologique de l'Etat belge est d'une terrible efficacité pour récuser ces crimes que la Belgique a commis comme tous les autres Etats modernes. Crimes du colonialisme tels que les rapportent Mesnil, Galle, Thanassekos dans Du Zaïre au Congo (film et livre, Bruxelles, 1982), crimes de l’offensive sanglante d’octobre-novembre 1918 dont le but n’est pas défensif mais politique (arriver avant les Français ou... les soviets à Bruxelles : voir L. Schepens, Albert Ier et le gouvernement Broqueville, Bruxelles, 1983), mesures contre les étrangers avant 1940 et cette année-là (étrangers, en fait : juifs), assassinat de Julien Lahaut resté impuni, meurtre d’un soldat noir prisonnier les mains liées et couché sur le sol devant les caméras de la R.T.B. en 1964 (voir le film de Mesnil, Galle, Thanassekos), etc.

Auteur

Rédacteur en chef de Toudi, Culture et Société

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540