Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Quatrième partie : Belgitude et culture

Une idée du bonheur

Jean Louvet

Texte intégral

1Je suis fédéraliste, donc je crois à la Belgique. Même si, avec l’heure tardive qui s’avance et toutes nos difficultés à débattre, j’ai parfois l'impression que nous sommes plutôt condamnés à vivre ensemble.

2Je suis fédéraliste, je crois forcément à une culture adaptée à la Belgique fédérale, et ce, dans la clarté, dans la fermeté.

3Mais je ne suis pas sûr que nous allions vers un Etat fédéral vivant. A tout le moins, nous aurions un Etat fédéral de droit. Mais le droit est parfois désenchanteur.

4Nouvelle culture à cette nouvelle Belgique ? Oui, ce n’est pas simple. La tâche n’a jamais été simple.

5Il me semble néanmoins que j’ai connu, à un moment de ma vie, une sorte de culture belge.

6Ainsi, quand j’étais adolescent, j’aimais bien les Tziganes. Je les observais dans nos villages.

7Il me semblait que les Tziganes avaient une idée du bonheur. Hitler ne les aimait pas. Il a voulu les exterminer. Hitler n’aimait pas non plus les Wallons.

8Moi, je ne faisais pas partie des gens du voyage, je n’étais pas Tzigane : j’étais un jeune adolescent belge.

9Dans une certaine illusion, peut-être, il me semble que la Belgique me donnait aussi une idée du bonheur.

10La Belgique pouvait faire des hommes, pouvait faire des femmes, à travers une sorte de brassage, du Nord au Sud, du Sud au Nord, à travers ses différences.

11La Flandre, ce sont les plus beaux moments de ma jeunesse. Le temps libre des vacances, des premières vacances.

12Quand je pense à la Flandre, il y a toujours quelque chose de premier : service militaire, vacances, je l’ai dit, les premiers pas de mes enfants.

13La Flandre m’a donné ? Je lui ai donné ? Allez savoir.

14La Flandre, c’est une autre manière d’exercer les sens. Le toucher : le vent, l'eau de mer, le sable. La Flandre, c’est la tendresse, les fruits de la mer. C’est un rapport existentiel tendre. Un autre espace.

15Et les eaux de la Sambre que je connais si bien, les eaux de la Meuse et de la mer du Nord se marient sur nos corps, nous baptisent.

16Puis, il y a Bruxelles.

17Un autre espace, urbain, intellectuel.

18L’Université, les premières certitudes, les fêtes.

19Le monde nous appartient au long de ces boulevards, la nuit, le jour.

20Nous changerons les choses. Nous les avons changées, un peu.

21Bruxelles, c’est le savoir, les apprentissages vertigineux.

22On n’oublie pas cela.

23Puis, c’est la Wallonie : s’installer, vivre. La rencontre avec l’Histoire, avec un peuple qui sort de terre. La Wallonie, c’est écrire, je veux dire, savoir pourquoi.

24Tout cela, c’est peut-être peu de choses aux yeux de certains, mais c’était belge, c’était ensemble.

25Tout s’est défait.

26En 50 déjà (l’Affaire royale).

27En 6061, une grève. Un million d’hommes et de femmes dans la rue.

28Un mois, ça secoue, ça tire, ça tue. La Belgique ne s’en remettra pas.

29En 1960, moi, je viens de passer quatre ans à Bruxelles, une ville riche, une place bancaire ; j’y ai tout appris.

30Et là, tout à coup, en Wallonie, à Haine-Saint-Paul, à La Louvière, là où la Révolution industrielle a démarré sur le continent et a fait de la Belgique, au XIXe siècle, une des deux ou trois plus grandes puissances du monde, là, au bord du trottoir, les tuiles tombent. Tous les mois, une usine s’effondre. Une lutte économique, sociale, suivie d’une longue lutte politique, interminable, vingt-cinq ans, un quart de siècle, la longue marche de la question nationale.

31Mais les jeux sont faits. Nous sommes définitivement séparés de la Flandre. Les châteaux de sable que je dressais avec mes enfants sur les plages de Flandre ont pris des allures de cauchemar.

32Puis, vers la fin des années 70, c’est au tour de Bruxelles, qui nous devient suspecte. Sur un tout autre plan. Si le mouvement ouvrier avait été capable de régler plus vite le problème fédéral, on n’aurait jamais parlé de culture wallonne, le mot est lâché. On n’aurait jamais mis en question la Communauté française de Belgique. Mais les choses ont traîné. Vers 77-78, je regarde les Wallons - je dois écrire une pièce sur un assassinat politique belge, celui de Julien Lahaut - et je découvre en Wallonie une sorte de stupeur qui s’abat, le soir, sur les communes. Je découvre l’amnésie, l’atemporalité où vivent les Wallons, un temps vécu sur le mode météorologique, où les jours succèdent aux jours, sans dialectique. L’idéologie du déclin nous pénètre de partout.

33Stupeur, amnésie, déclin...

34Il faut un projet mobilisateur.

35Il faut s’interroger sur notre vie mentale, culturelle.

36En Wallonie, la culture est massivement française.

37Qu’elle soit française, oui ; qu’elle le soit totalement, est-ce correct ?

38Aucun peuple du monde ne prend le risque de construire sa culture uniquement sur celle des autres. Molière, Racine, oui. Goethe, Shakespeare, certes. On puise ce qu’il y a de meilleur dans la culture internationale. Mais chaque culture y amalgame des éléments nationaux.

39Déjà, on a remanié économiquement la Belgique ; le moment n’est-il pas venu de la repenser culturellement ? Il est normal que les commissions du théâtre, du cinéma soient occupées par des Bruxellois, puisque les Wallons n’ont rien à dire. Ils n’ont pas de point de vue.

40Certes, les grands évènements fondateurs de la civilisation occidentale y sont enseignés : Renaissance, Réforme, Contre-Réforme, le positivisme, le mouvement ouvrier, le fascisme, etc...

41Mais jamais on n’y enseigne la part prise par la Wallonie. Ni par Bruxelles, d’ailleurs.

42Questionnement donc sur la culture dans ce pays : le débat reste ouvert.

43Aujourd’hui, nous avons gagné.

44Nous avons un Etat fédéral.

45On a gagné !

46Vingt-huit ans, c’est long. Payé cher aussi : exclu du P.S.B. en 64 ; distance avec mes amis intellectuels de Bruxelles ; rupture totale avec la Flandre ; souffrances d’un peuple qui a failli tomber dans le néant. On n’invente pas la souffrance d'un peuple, on n’a pas le droit d’y échapper : il fallait témoigner jusqu’au bout.

47En 1960, ce sont les travailleurs qui ont rouvert l’Histoire, celle-ci paraissant s’endormir dans l’idéologie de la consommation. De cet événement social, fondateur de la Belgique d’aujourd’hui, certains créateurs et intellectuels ont tiré jusqu’au bout les conséquences.

48Aujourd’hui, où en est-on ? (je parle de culture).

49Le questionnement culturel en Wallonie a fait changer certaines choses.

50Par exemple, parlons de ce qu’on appelle la balkanisation de la Wallonie : « Vous ne vous entendez pas entre vous, Liégeois, Hennuyers, etc... » Je distinguerais deux éléments : brassage intérieur et politique d’expansion.

51Aujourd’hui, je connais Liège.

52Je vais à Mons, très souvent. Il m'arrive d’aller au théâtre à Tournai.

53Aujourd’hui, dans une institution wallonne, à force de batailler, ce que nous appelons l’impérialisme liégeois a singulièrement changé.

54Des projets culturels (par exemple, une coproduction théâtrale) se font sur l’axe horizontal, entre Liège, Namur, Charleroi et Mons, voire Tournai.

55Difficilement, mais à pas lents, la création symbolique d’une capitale se poursuit : on se réunit souvent à Namur.

56Les hommes, les projets, les idées circulent en Wallonie, c’est tout à fait nouveau.

57Politique d’expansion : ici, le Hainaut met au point un projet de recherche avec le Nord/Pas-de-Calais, plusieurs universités sont concernées. Là, Liège projette avec Cologne, Aix-la-Chapelle. Namur, l’Entre-Sambre-et-Meuse se tournent vers la Champagne. Cette politique d’expansion ne se pratique pas de la sous-région avec la France ou l'Allemagne, les projets passent par un Exécutif wallon qui se nourrit.

58Donc, brassage intérieur et politique d’expansion sont en train de fortifier cette jeune nation. Il est vrai que la culture est souvent associée à l’économie. Il est urgent, clament certains économistes, que la Wallonie ait une identité pour amorcer un avenir économique fort, un projet de société.

59La Communauté française de Belgique a aussi évolué. Il est certain que, lorsque Monsieur Philippe Moureaux avait la culture dans ses attributions, un essai de rééquilibrer certaines commissions a été tenté.

60Donc, la Wallonie réfléchit, agit sur le plan culturel. Pas suffisamment, je dirais. Il faut absolument régler le problème de cette Communauté française de Belgique où les relations Wallonie-Bruxelles sont pleines de malentendus, d’arrière-pensées. Nous méritons mieux, je trouve, et les uns et les autres.

61Evidemment, la question de l'argent va se poser. A un moment où les budgets de la culture en Europe ne s’accroissent guère, où le sponsoring escorte la création. Il faut de l’argent en Wallonie ; il faut de l’argent à Bruxelles.

62Nous entrons dans un Etat fédéral à un moment difficile. Le moment est mal choisi : nous aurons à peine le temps de voir venir l’Europe de 92. Quelle Europe ? Celle des Régions ? Quel est notre profil, nous, Wallons, dans cette Europe ? Face aux autres régions d’Europe ? Il faut faire d’une pierre deux coups. Entrer dans la Belgique fédérale et dans l'Europe. Ce serait une réussite, bien sûr : affirmer notre identité, régler le différend Wallonie/Bruxelles, et envisager de dialoguer avec la grande absente - pour nous, Wallons - qu’est la Flandre. Nous avons à dialoguer, Flamands et Wallons.

63Nous avons à analyser. La haine a marqué notre esprit, notre inconscient. Nous sommes différents, très différents. Le temps du nouveau dialogue est là, le temps de nouvelles souffrances aussi. La Belgique est un pays cruel.

64Evidemment, ces quelques réflexions ne serviront peut-être à rien, car, en définitive, on aura peut-être un Etat confédéral... Quels seront les vrais pouvoirs de l’Etat central dans la Belgique fédérale ? D’aucuns sont sceptiques sur le pouvoir de cet Etat central. Donc, chacun pour soi ? Adieu à ce vieux rêve fédéraliste ?

65Je ne peux vous donner à la fois que quelques certitudes et vous renvoyer les questions qu’on nous a posées.

66Je voudrais terminer par ceci : soyons fédéraux, soyons confédéraux, mais soyons quelque chose.

67Continuons à penser le particulier, l’universel ; l’Histoire, le temps ; le sujet, l'homme.

68Nous avons, dans ce pays, une belle occasion de rester en vie et de ne pas nous laisser réduire.

69Il se prépare des menaces sans précédent contre la culture.

70Il y a une forme de culture qui me fait peur en Wallonie, en Flandre. Je veux parler de la culture scientifique, plus précisément l’idéologie scientifique qui est en train d’évacuer la culture humaniste. (Je ne vois guère d’espoir dans la culture de masse).

71La science s’est emparée du temps des hommes. Pas de projet hors la science.

72La tentation est grande, dans de petites régions longtemps menacées comme la Wallonie, d’investir pathétiquement dans la technologie, de se faire arraisonner par le discours scientiste et d’abandonner tout autre projet.

73Précisément, nous sommes, aujourd’hui, en Belgique, dans cette situation historique où la réflexion sur la culture maintient les intellectuels dans une tension vigilante.

74Quand je relis Husserl, Heidegger, Habermas et Ladrière, heureusement présent à cette tribune, quand je vois que la Wallonie risque de vivre sous perfusion avec sa consommation énorme de tranquillisants, ses heures passées devant la T.V. - les parents consacrent trois minutes par jour d’attention à leurs enfants - son taux de suicide, de grâce continuons le débat, et qu’il arrive quelque chose, quelque chose de nouveau à nos trois régions, que nous tentions encore d’être des sujets vivants, même si nous avons déjà parqué les Tziganes de mon adolescence.

Auteur

Auteur dramatique

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540