Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Quatrième partie : Belgitude et culture

Y a-t-il une culture belge ?

Jean Ladrière

Texte intégral

Introduction

1Cette quatrième partie de nos entretiens doit aborder la problématique générale qui en constitue l'objet sous l’angle de la culture. Les questions que l’on peut être amené à se poser à ce point de vue dépendent évidemment, en partie du moins, de l'idée que l’on se fait de la culture et des rapports entre culture et communauté historique. Or ces rapports peuvent être envisagés selon deux approches tout à fait contrastées. Une première approche, qui pourrait être qualifiée de « descendante », consiste à partir de la superstructure politico-juridique de la société, c'est-à-dire de l’Etat, et à considérer celui-ci comme puissance informant, suscitant l'existence effective d’une communauté historique. Selon cette perspective, un Etat étant donné, quelle qu’en soit la forme, il doit nécessairement y correspondre une communauté historique : celle-ci est en quelque sorte la contrepartie vécue (dans les pratiques, les représentations et les dispositions affectives de ses membres) de la réalité purement institutionnelle de l’Etat. Une communauté historique est une forme de socialité dont la particularité est à signification universalisant ; elle se vit dans une solidarité qui est à la fois définie objectivement, indépendamment des représentations et des sentiments de ses membres, et ressentie subjectivement en tant, précisément, que réalisée objectivement. A l’aspect objectif correspond ce qu’on pourra appeler la composante d’effectivité de la communauté : elle est faite des liens qu’établissent entre ses membres les relations institutionnelles (de nature familiale, économique et politique) dans lesquelles ils sont insérés. Et à l’aspect subjectif correspond ce qu’on pourra appeler la composante symbolique de la communauté : elle est faite des représentations de nature diverse à travers lesquelles la communauté est rendue présente et comme vivante en tant que telle et peut être assumée affectivement par ses membres. C’est ici que nous trouvons la culture, envisagée donc dans ce contexte comme projection expressive, immédiatement signifiante, d’un système institutionnel.

2Une deuxième approche de la culture, que l’on pourrait qualifier d’« ascendante », consiste à aborder au contraire la culture dans son immédiateté, en la considérant selon son vécu, et en tentant de saisir à même ses expressions les significations qu’elle fait valoir, en n’interprétant les structures formelles de la socialité que comme des formes extérieures, qui peuvent apparaître éventuellement comme des projections institutionnelles du substrat culturel, mais en tout cas pas de façon nécessaire.

3Si l'on se place dans la première perspective, le genre de question que l’on se posera se formulera de la manière suivante : tel Etat étant donné, quelle est la culture qui, en raison même de la sa nature et en tant qu’il est une puissance informant, doit lui correspondre ? Mais, bien entendu, une interrogation de ce type suscite immédiatement une perplexité et soulève une question de second ordre : y a-t-il, après tout, une correspondance nécessaire entre la forme d’un Etat et la forme d’une culture, est-il légitime de passer par implication de la première à la seconde ? Si l’on se place dans la seconde perspective, la question que l’on se posera se formulera comme suit : comment un citoyen de tel Etat vit-il effectivement la culture qui est la sienne, qui est ce qu’elle est indépendamment de l’Etat dont il fait partie, alors qu’il est malgré tout déterminé dans son existence par les institutions de cet Etat ?

4Mais qu'est-ce au juste qu’une culture ? Il existe un sens très large du concept de culture, c’est celui de l’anthropologie culturelle, dont l’approche est totalisante : la culture, dans cette perspective, est la forme de vie que se donne une société, considérée dans toute la variété de ses représentations, de ses expressions, de ses symboles et des modèles de comportement à travers lesquels se projettent ses valeurs. Et il existe d’autre part un sens tout à fait étroit de ce même concept, selon lequel la culture ne constitue qu’un domaine très particulier de l’expressivité sociale, celui des œuvres esthétiques. Il y a cependant un élément commun à ces deux interprétations, c’est l’idée selon laquelle la culture est cette dimension de la vie sociale dans laquelle s’objective, selon la particularité d’une société donnée, ce qui rend l’existence signifiante. On pourrait donc suggérer la définition suivante : la culture est l’ensemble des médiations - œuvres et institutions - par lesquelles nous avons accès à l’univers des significations. En tant qu’elle est seulement une médiation, toute culture comporte un aspect de singularité ; en tant qu’elle ouvre à la vie du sens, elle est par principe universalisant. Parmi les médiations culturelles, la langue joue évidemment un rôle particulièrement important, puisqu’elle constitue un instrument de création et d’échange de significations aux potentialités indéfinies.

5La culture, envisagée dans cette perspective, a d'une certaine manière une fonction totalisante : elle est ce dont les gestes de la vie quotidienne reçoivent leur intelligibilité, ce par quoi l’existence sociale devient un cadre de vie sensé. C’est précisément ce que souligne l’approche de l’anthropologie culturelle. Mais d’autre part, de leur côté, les institutions juridico-politiques ont aussi, à leur manière, une fonction totalisante. Ceci est particulièrement vrai des institutions étatiques, qui constituent l'instance ultime de l’organisation sociale, comme l’indique bien le concept de souveraineté. Même s’il est fort théorique, puisque les Etats existants sont en fait dépendants les uns des autres, à travers le réseau complexe des rapports internationaux, il exprime bien l’idée d’un niveau dernier d’intégration en lequel une société trouve à la fois le principe et la réalité de son unité. Or ces deux formes de totalisation sont, de soi, indépendantes l’une de l’autre (ce qui n’exclut pas, naturellement, qu’elles puissent s'influencer mutuellement, comme le montre l’histoire politique aussi bien que l’histoire culturelle). Rien ne garantit par conséquent qu’elles produisent le même type d'unité. Et l’on rencontre inévitablement la question : que se passe-t-il lorsque l’espace culturel ne coïncide pas avec l'espace juridico-politique ? (Le terme « espace », en l’occurrence, n’ayant du reste pas nécessairement le sens géographique d’un territoire mais désignant une forme d’unification). En particulier, que se passe-t-il lorsqu'un même espace juridico-politique se trouve partagé en plusieurs espaces culturels (dont chacun peut d’ailleurs relever lui-même de plusieurs espaces juridico-politiques) ? Et, par exemple, que se passe-t-il lorsque plusieurs langues sont co-présentes dans le même espace juridico-politique ?

6Ce qui rend particulièrement difficile l’examen des questions qui concernent la culture, c’est que la réalité culturelle comporte des enjeux multiples, qui relèvent de niveaux différents, répartis - pour employer le langage des géomètres - entre le purement local et le purement global. Au niveau le plus étroitement local, la culture donne expression à ce qui fait l’enracinement le plus concret de l’existence, ce qui la situe en un lieu, à la fois spatial et temporel, déterminé par des coordonnées tout à fait singulières, ce qui touche en elle les fibres affectives les plus profondes, ce qui, en un sens, lui donne justification à ses propres yeux. Et au niveau le plus largement global, la culture fait valoir, pour l’existence, les significations les plus universelles, qui la délient de ses appartenances particulières et la font participer à une communication en principe sans limitations, dans le temps comme dans l’espace. Toute culture historique, à vrai dire, en sa réalité effective, est inscrite entre ces deux extrêmes, la singularité locale, exprimée sans doute au mieux par le dialecte régional, et la vision universaliste exprimée sans doute au mieux (dans le contexte d’aujourd’hui) par le jargon scientifique.

7Mais, précisément, la culture concrète est située dans cet entredeux. On ne peut vivre totalement ni dans l’insularité du local ni dans l’abstraction des métalangages de l’universel. L’existence doit pouvoir s’appuyer sur des médiations. Et celles-ci, quelle que soit la variété des formes qu’elles peuvent prendre, ne sont pas séparables des institutions. Nous retrouvons inévitablement la problématique de l’Etat. La dimension culturelle de l’existence ne peut, certes, se réduire à la dimension politique. Mais elle ne peut l’ignorer ; une socialité qui serait purement culturelle n’aurait pas de quoi se donner une effectivité historique. Réciproquement, la dimension politique ne peut se réduire à la seule volonté de faire exister un système de pouvoir et de donner corps à l’idée de souveraineté ; elle doit s’appuyer sur des significations vivantes, et ne se justifie elle-même que du concours institutionnel qu’elle leur apporte, elle ne peut donc ignorer la dimension culturelle. Ainsi, que l’on parte de la réalité de l’Etat ou de celle de la culture, on ne peut éviter de rencontrer la question du rapport entre la dimension culturelle et la dimension politique de l’existence collective. C’est très exactement cette question qui doit être abordée dans l’entretien de ce soir, non, à vrai dire, dans la perspective abstraite de la théorie sociologique, mais dans la perspective concrète de notre appartenance à un Etat pluri-culturel. Tout problème relationnel implique une polarité. Il a déjà été amplement question dans cette journée du pôle « Etat ». Il a été convenu de mettre en évidence ce soir le pôle « culture ».

8Les organisateurs de ces entretiens ont fait appel, pour cette partie de la réflexion consacrée à la culture, à trois représentants éminents de la création culturelle et leur ont demandé de nous dire comment ils voient la problématique de la culture dans la Belgique d’aujourd’hui. Cette problématique, qui en tant que telle nous est commune, est cependant vécue par chacun selon sa sensibilité propre. Précisément les orateurs de ce soir donneront expression à ces différences de sensibilité qui sont comme le retentissement vécu de la pluralité culturelle. L’un d’eux est un écrivain de langue néerlandaise ; les deux autres sont des écrivains de langue française, mais l’un est bruxellois et l’autre wallon.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540