Version classiqueVersion mobile

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Troisième partie : Belgitude et histoire

Nation belge et mouvement flamand*

Louis Vos

Texte intégral

  • * Traduit du néerlandais par Nathalie Ryelandt.

1Lorsque les participants au colloque « Belgitude et crise de l’Etat belge » rentrèrent dans l'auditoire le soir du 24 novembre 1988, ils durent passer devant un groupe de manifestants qui avait pris position autour d’un drapeau belge et qui, à l’aide de calicots, protestait contre l’apparition à la tribune de François Perin. Pendant son exposé, en effet, M. Perin s’était fait l’auteur d’un feu d’artifice séparatiste et il avait eu affaire aux réactions dans la salle de patriotes belges indignés. Les nationalismes, tant belge que wallon, parurent donc bien vivants au cours du colloque. Les deux rapporteurs flamands s’en tinrent à des analyses non-émotionnelles et objectives - comme cela s’indique, d’après moi, dans un colloque scientifique - mais chacun sait qu’il existe un nationalisme flamand en Communauté flamande aussi, qui va du fédéralisme flamando-belge à un esprit anti-belge rabique.

2Dans cette contribution, écrite par un historien flamand qui n’est pas engagé lui-même dans le mouvement flamand et ne veut approcher celui-ci qu’en tant qu'objet d’étude, on tentera d’esquisser et d’expliquer les glissements de l’identité nationale en Flandre. L’interprétation est naturellement personnelle, mais elle s’inscrit en même temps dans la tradition de la recherche scientifique sur le mouvement flamand, telle qu’elle s’est développée surtout à la K.U.Leuven sous l’impulsion de Lode Wils. Avant de traiter du problème des nationalités en un exposé chronologique, je souhaiterais définir quelques concepts généraux, qui seront utiles lors de l’interprétation ultérieure.

1. Etat, ethnie et nation

  • 1 A.D. Smith, The Ethnic Origins of Nations, Oxford, 1986.

3C’est surtout la recherche internationale comparée du sociologue et historien britannique Anthony D. Smith, qui a publié depuis le début des années septante des ouvrages théoriques et comparatifs sur la naissance de la nation et le nationalisme, qui fournit des concepts utilisables pour l’interprétation historique des mouvements nationaux. On trouve un résumé de ses idées dans son dernier livre, qui a pour titre The ethnic Origins of Nations1. La distinction qu’il opère entre Etat, ethnie et nation est particulièrement intéressante.

4Un Etat n’est pas plus qu’une institution, une structure politique, une enveloppe vide de la société, qui ordonne socialement un territoire déterminé et bien circonscrit, et qui peut imposer son pouvoir aux habitants de ce territoire. Un Etat peut exister indépendamment des pensées et sentiments des sujets et ressort principalement à un ordre objectif.

  • 2 J. Edwards, Language, Society and Identity, Oxford, 1985.

5Le terme ethnie, en revanche, renvoie à un peuple déterminé, dont les membres ont des caractéristiques communes et se sentent aussi appartenir à une communauté. Une ethnie, au sens plein et entier, doit satisfaire, selon Smith, à six conditions : elle doit posséder un nom collectif, un mythe relatif à sa naissance accepté par tous, une histoire commune, une culture ayant des traits caractéristiques propres et spécifiques, un territoire bien défini et un sentiment de communauté. De cette description, il ressort qu’une ethnie prend forme à deux niveaux distincts : objectif et subjectif. On naît dans une ethnie et hérite donc bon gré mal gré de l’identité ethnique. Mais on peut choisir, au niveau personnel et subjectif, de continuer la tradition ou bien de manquer à ce devoir. Cela se passe, par exemple, aux Etats-Unis où, après trois ou quatre générations, l’identité ethnique se perd chez certains descendants d’anciens immigrants. Dans notre pays, les troisième et quatrième générations des familles de travailleurs immigrés se trouveront un jour devant le même choix2.

6La nation a toujours des racines ethniques. On peut la considérer comme un élargissement politique de l'ethnie. Elle naît lorsqu’une ethnie prend conscience de sa propre identité et veut aussi donner à celle-ci une forme politique. Elle va alors adapter les institutions politiques existantes au nouveau sentiment communautaire, et rendre possible une participation de cette communauté à la décision politique. Le passage à la structure politique fait d’une ethnie une nation, et de la conscience ethnique une conscience nationale. Cette structure politique vise la création d’un état national autonome, porté par ses propres citoyens.

  • 3 J. Stengers, La Belgique de 1830, une « nationalité de convention » ?, Hervé Hasquin (ed.). Histoi (...)

7L’apparition d'un tel Etat national peut suivre deux voies différentes. Elle peut se faire à partir d’un Etat existant (le plus souvent de type dynastique), au sein duquel une ethnie s’est progressivement développée, comme résultante d’une vie en société pendant des siècles à l’intérieur de structures politiques communes. Ce modèle du « state-to-nation » a été la figure habituelle dans l’Europe de l'Ancien Régime3. L’autre voie, où une ethnie ne coïncide pas avec une structure étatique existante, mais prend cependant la forme d’un nouvel Etat national, correspond au modèle du « nation-tostate ». Ce fut, tout au long du 19e et au 20e siècle, le modèle habituellement suivi par les mouvements nationalistes qui aboutirent soit à l’unification politique d’ethnies divisées en plusieurs petits Etats (par exemple, l’Allemagne et l’Italie), soit à la formation d’Etats nationaux au détriment d'un ancien Etat pluri-ethnique (par exemple, l’empire habsbourgeois), soit, enfin, à la sécession de minorités ethniques qui partirent former un Etat national autonome (par exemple, la République d’Irlande).

8L’Etat national (l’« Etat-nation ») est porté par ses citoyens. Il est plus qu’une simple enveloppe ou une superstructure plaquée sans plus : il existe aussi en tant que concept, idée, et idéal dans les têtes et dans les cœurs des personnes. C’est pourquoi la nation peut exister sans que sa forme politique en soit déjà réalisée, ou continuer à exister après que la structure étatique ait disparu. Elle est alors - aux yeux des nationalistes, du moins - une « nation imaginée ». Le cas de figure le plus connu est celui de la nation polonaise qui subsista dans l’esprit des Polonais au 19e siècle, alors que l’Etat polonais ne figurait plus nulle part sur la carte d’Europe. La conscience nationale constitue donc la pierre angulaire de la nation et de l’Etat national.

  • 4 J. Hutchinson, The dynamics of cultural nationalism. The gaelic revival and the creation of the Ir (...)

9Pour être plus à même d’analyser le processus de formation de la nation, il convient également d’opérer une distinction entre nationalismes culturel et politique, comme l’a fait, par exemple, John Hutchinson dans son récent ouvrage sur le nationalisme irlandais4. Pour les nationalistes culturels, l’objectif principal est la conservation et l’épanouissement de la culture propre. Ils travaillent à une régénération morale et culturelle de leur communauté historique et veulent contribuer, de manière générale, à élever leur niveau de civilisation grâce à leur renaissance nationale. La nation est alors censée avant tout briller dans le monde à travers les réalisations de ses érudits, ses poètes et ses artistes. L'action politique ou l’indépendance politique n’est considérée que comme l'un des instruments qui peuvent servir le grand objectif de la renaissance culturelle. L’autonomie politique n’est pas un but final pour eux, et elle serait même à rejeter si elle devait se réaliser sans un relèvement moral et culturel de la nation.

10Les nationalistes politiques, en revanche, sont prêts à tout donner en échange de l’autonomie politique. Ils considèrent celle-ci comme une condition préalable nécessaire à la conservation et à l’épanouissement de la culture et de l’identité propres. Tant que l’autonomie n’est pas une réalité, ils considèrent que travailler au relèvement culturel équivaut au traitement du symptôme (« kurieren am symptom »). Entre nationalistes culturels et nationalistes politiques, Tordre des valeurs diffère donc fondamentalement. Il en résulte souvent, dans la réalité, une opposition tranchée entre les deux groupes, bien qu’une collaboration harmonieuse puisse également voir le jour dans d’autres phases de développement.

2. Vers une nation belge

11Il faut situer dans l’Ancien Régime la naissance d’une ethnie des Pays-Bas du Sud ou belge. Il s’agit d'un processus qui suivit le modèle habituel en naissant dans le cadre d’un Etat burgondo-habsbourgeois préexistant. Une première conscience nationale « grande-néerlandaise » s’était développée pendant le soulèvement des Pays-Bas au 16e siècle, mais avait cependant disparu du fait de la guerre des années quatre-vingt. A travers cette guerre et la scission qui s’ensuivit - laquelle reçut sa sanction juridique en 1648 - se développèrent, au Nord et au Sud, deux ethnies différentes avec leurs caractéristiques propres. Dans les Pays-Bas du Sud - d'abord sous domination espagnole, ensuite sous les Habsbourg d’Autriche, cette ethnie s’est distinguée par un catholicisme contre-réformateur et, en même temps, par le fait qu’elle s’est accrochée aux privilèges et libertés historiques. Les états privilégiés de la noblesse et du clergé se révélèrent explicitement à la fin du 18e siècle comme les défenseurs et les représentants de la nation, éventuellement même contre les prétentions absolutistes du prince souverain.

  • 5 J. Stengers, Belgian national sentiments, in A. Lijphart (éd.), Conflict and coexistence in Belgiu (...)

12C’est surtout au cours de la révolution brabançonne que s’est accomplie la transformation d’une solidarité ethnique vers une solidarité nationale. En dépit de son nom, ce fut une révolution nationale, qui sema le trouble dans tout le pays, même si un particularisme provincial resta présent. Elle n’était pas tournée contre une domination étrangère, mais s’opposait à son propre souverain légitime, Joseph II, parce que ce dernier avait touché aux privilèges et libertés, qui étaient devenus les symboles de l’identité ethnique. Le processus même de la révolution transforma cette identité ethnique en une identité nationale. La révolution confirma l'existence d’une nation belge avec son caractère et ses droits propres, et réalisa un Etat national fédéralisé autonome, dans lequel les classes dirigeantes donnaient le ton, et où on trouvait aussi bien le vieux particularisme provincial que le nouveau nationalisme belge. Ce dernier se manifesta abondamment dans toutes sortes de symboles nationaux, comme les couleurs héraldiques du Brabant, rouge-jaune-noir (maintenant les trois couleurs nationales), le lion comme symbole du courage et de l’indépendance, et le culte des héros tombés pendant la révolution. Le tout fut enrobé dans une nouvelle interprétation belge, maintenant - de l'histoire patriotique5.

13Ce nationalisme belge disparut à l’arrière-plan pendant la décennie suivante, après la restauration autrichienne et l’incorporation dans la France révolutionnaire, bien que l’ethnie belge continua à exister pendant tout ce temps - même sous le gouvernement de la France - et qu’on peut interpréter la guerre des Paysans comme une flambée temporaire du nationalisme de la révolution brabançonne de 1789. Mais cette guerre des Paysans échoua et il n’y a guère de manifestations de nationalisme à signaler au début du 19e siècle. Même s’il y en avait eu, les puissances qui préparèrent la restauration au Congrès de Vienne après la chute de Napoléon ne tinrent aucun compte des aspirations nationales des populations : elles donnèrent au roi Guillaume Ier ce qu’il voulait : un nouveau Royaume-Uni des Pays-Bas.

  • 6 A. Smits, 1830 : scheuring in de Nederlanden, 2 parties, KortrijkHeule, 1988. Voyez aussi les troi (...)

14Ce royaume ne réalisait cependant pas du tout un « amalgame plus que parfait » entre Nord et Sud. Le régime de Guillaume ne fut pas considéré par la majorité des Belges comme une structure propre légitime mais comme une domination hollandaise. Et - ainsi que l’a démontré A. Smits - la Hollande aussi repoussa la Belgique6. Les identités ethniques qui s’étaient développées pendant des siècles indépendamment l’une de l’autre ne pouvaient plus se fondre en un seul Etat national. Les Belges se soulevèrent et conquirent leur indépendance.

15La révolution belge créa bien un Etat national belge, mais ne fut pas à l'origine de la nation belge. Celle-ci préexistait. 1830 doit plutôt être considérée comme une révolution brabançonne réussie, mais avec quelques différences importantes. Premièrement, la révolution belge présenta quelques traits modernes directement issus de la révolution française : les classes porteuses n’étaient plus l’aristocratie et le clergé, mais les bourgeois, qu’ils soient d’obédience catholique ou libérale, unis autour du drapeau de la liberté ; il ne s’agissait plus seulement des Pays-Bas autrichiens, mais également de l'ancienne principauté de Liège ; enfin, il n’était plus question de particularisme provincial et de justice d’ordres, mais d’un Etat unitaire, basé sur le principe de l’égalité juridique des citoyens.

  • 7 L. Wils, Van de Belgische naar de Vlaamse natie, in Kultuurleven, 54, mars-avril 1987, p. 222-240 (...)

16Deuxièmement, la formation de la nation suivit cette fois un nouveau modèle. Le mouvement national n’était plus comme en 1789 enclavé et encadré dans un Etat existant, mais la révolution belge se développa à partir d’un mouvement national qui reposait sur lui-même, réussit à renverser la structure étatique existante et à en créer une nouvelle. C’est un exemple clair du modèle « nation-to-state ». La conscience nationale était manifestement devenue suffisamment forte pour créer un nouvel état adapté à la spécificité ethnique des Belges. Wallons et Flamands ne jouèrent aucun rôle dans la formation de la nation en tant que groupes nationaux ou politiques : il n’y avait encore ni peuple flamand ni peuple wallon. Il n’y avait qu'un peuple belge7.

3. Du nationalisme culturel belge au mouvement flamand

17Après la conquête de l’indépendance belge - un triomphe du nationalisme politique - un certain nombre de patriotes se sentirent appelés à échanger les armes pour la plume et à collaborer à l’édification d’une culture belge nationale. C’est ainsi que débuta une période au cours de laquelle le nationalisme culturel fit le plein d’esprit nationaliste. Il s’agissait de prouver que la Belgique avait des racines anciennes, et donc de façonner une histoire nationale, mais aussi un art national, une littérature nationale, en un mot toute une culture propre qui était l’émanation du caractère proprement belge qui, entre-temps, s’était déjà affirmé politiquement.

  • 8 E. Gubin propose un guide dans l’historiographie du mouvement flamand, D'une histoire nationale à (...)

18Pour quelques écrivains, un élément essentiel de l’originalité belge était le fait qu’il n’y avait pas une, mais au moins deux langues nationales, et le fait que la confrontation des cultures latine et germanique avait trouvé une nouvelle synthèse en Belgique. A leurs yeux, la perte de l’élément flamand en Belgique ou sa dégradation à une culture de second rang, et l'attribution à la culture belge d’un caractère exclusivement français auraient signifié un appauvrissement. Leur souci de conserver la langue populaire flamande trouvait naturellement aussi sa source dans le romantisme qui avait lui-même inspiré la révolution, et qui, de manière générale, allait de pair avec une grande attention pour le sauvetage et la conservation des coutumes et des traditions anciennes. Parmi celles-ci, il y avait une place pour la langue populaire en Belgique, à savoir les dialectes du néerlandais au Nord de la frontière linguistique. Pour les nationalistes culturels belges, l’héritage culturel flamand - la langue comprise - était une composante essentielle de l’identité nationale belge. C’est ainsi que le mouvement flamand, à l’origine, fit partie du courant national belge qui s’épanouit pendant la révolution et au cours de la période suivante, et qu’il n’est pas tellement étonnant que le mouvement flamand soit resté un mouvement belgo-flamand tout au long du 19e siècle8.

  • 9 Voyez par ex. le case study pour Bruxelles : E. Gubin, Bruxelles au XIXe siècle : berceau d’un fla (...)

19Pendant la première décennie après l’indépendance, ce mouvement eut surtout un caractère culturel. Sous l’impulsion d’érudits et de philologues, la littérature flamande connut un grand essor, notamment avec la publication, en 1838, du Lion de Flandre de Henri Conscience, et avec la publication de poèmes, études philologiques et pièces de théâtre, la naissance de compagnies théâtrales, d’associations littéraires et estudiantines, et l’édition de périodiques et journaux en néerlandais. Il s’agissait d’initiatives prises, pour l'essentiel, dans quelques centres urbains de Flandre - surtout Gand et Anvers, et ce n’était l’œuvre que d’une poignée de militants9.

20En fait, la littérature n’était qu’un des aspects du mouvement. En bons nationalistes culturels, les premiers flamingants firent aussi appel au politique comme moyen d’action. Immédiatement après l’indépendance, seul le français avait reçu statut de langue officielle en Belgique. Cette décision avait été inspirée par le souhait de centraliser l’administration, par un esprit de revanche contre la politique linguistique de Guillaume Ier et par un réflexe de classe, parce que le français était la langue de la classe politiquement dominante, aussi bien au Nord qu’au Sud du pays. C’est ce qui explique que, dès le début, le mouvement flamand lutta en faveur d’une reconnaissance officielle du néerlandais. La première initiative politique fut un mouvement de pétition en 1840, pour demander au Parlement que le néerlandais soit reconnu au même titre que le français dans les provinces flamandes. Une exigence bien modeste, donc.

21Mais ce n’est qu’en 1856 qu’il y eut une première reconnaissance officielle de l’existence de problèmes linguistiques en Belgique, lorsque le dernier cabinet unioniste De Decker décida l’installation d’une Commission officielle des Griefs flamands. Celle-ci, dans son rapport publié en 1859, conclut à l’existence de griefs justifiés et que la solution résidait dans l’introduction du bilinguisme dans la partie flamande du pays et de l’unilinguisme français dans la partie wallonne. Le rapport revêtit progressivement la portée d’un programme de base pour le mouvement flamand au cours de la seconde moitié du 19e siècle, et marqua en même temps le début d’une nouvelle phase de la vision officielle de la réalité belge. Ce fut la première reconnaissance de l’existence de deux ethnies coïncidant avec les groupes linguistiques au sein d’une nationalité belge.

22Cette reconnaissance et ce programme offrirent une plate-forme à une génération ultérieure de flamingants pour arracher, via des lois linguistiques, des facilités pour les habitants du pays flamand qui ne connaissaient pas le français. Les premières lois de 1873 et de 1878 relatives à l’emploi des langues en matière judiciaire et dans l’administration locale n’allèrent pas plus loin que cela. La troisième loi linguistique de 1883 fit un petit pas de plus en prescrivant un bilinguisme limité dans l’enseignement moyen officiel en Flandre. La signification de ces lois était modeste, mais l’agitation qui les entourait - agitation qui était, du reste, comprise dans l’activité des flamingants culturels et des littérateurs flamands - créa un climat favorable à la poursuite de l’affirmation et de l’autonomie d’une ethnie flamande dans ces années-là.

4. La naissance d’une ethnie flamande

23Jusqu’aux environs de 1890, il n’existait en Belgique qu'une identité flamando-belge. Une ethnie flamande indépendante de l’ethnie belge était, à l’époque, tout simplement impensable. Cependant, dans la dernière décennie avant le tournant du siècle, la perspective changea. Après la prise de pouvoir par les catholiques en 1884, mais surtout après l’introduction du suffrage universel, en 1893, qui permit aux démocrates-chrétiens d’accroître leur influence, la production de lois linguistiques prit un rythme nettement accéléré. Cette législation linguistique visa alors à instaurer le bilinguisme dans les services publics et dans l’enseignement moyen en Flandre. Dans une certaine mesure, il y eut aussi des pressions en faveur du bilinguisme au niveau central.

24Les lois linguistiques qui virent le jour entre 1894 et 1899 protégeaient encore toujours le néerlandais, mais elles ouvraient aussi la voie à une égalité officielle des langues en Belgique. C’est ainsi qu'au niveau national une série de symboles devinrent bilingues : les pièces de monnaie en 1886, les billets de banque en 1888, les timbres-poste à partir de 1889, le Moniteur belge à partir de 1895. Le couronnement de cette évolution fut la reconnaissance de principe de l’équivalence du néerlandais et du français comme les deux langues officielles en Belgique.

  • 10 C’est intentionnellement que nous n’avons pas traité ici le mouvement wallon, convaincu qu’il en e (...)

25Aux alentours du tournant du siècle, le mouvement flamand avait pris suffisamment d’assurance pour exiger soit l’instauration du bilinguisme dans tout le pays, la Wallonie comprise, soit l'unilinguisme territorial en Flandre comme en Wallonie, et le bilinguisme au niveau national. Les lois linguistiques suivantes jusqu’à la Première Guerre mondiale reflétèrent soit le principe de territorialité, soit le principe de personnalité, mais avec un renforcement progressif de la tendance à l’unilinguisme régional. Si, en définitive, c’est le principe de territorialité qui l’emporta, ce fut la conséquence de la stagnation de la législation linguistique après 1900. Cette stagnation était elle-même le résultat, d’une part, de l’introduction de la représentation proportionnelle qui eut une répercussion négative sur la position de pouvoir des flamingants au Parlement et, d’autre part, de l’organisation d’une réaction francophone, qui naquit en Flandre précisément - pas en Wallonie - et s’opposa au bilinguisme obligatoire pour les francophones10.

26Pendant cette même période où le mouvement flamand s’efforçait d’obtenir l’égalité linguistique et ensuite déplaçait son objectif vers l'unilinguisme régional en Flandre, il élargit également son programme. Que cela se passe à ce moment-là - à la fin du siècle - est compréhensible dans le contexte des progrès de l’industrialisation, qui était restée limitée dans la première moitié du XIXe siècle en Flandre, mais commençait à s’imposer à un rythme accru en Flandre également, avec le port d'Anvers comme plaque tournante économique et la découverte des gisements de charbon au Limbourg. C’était aussi l’époque de la démocratisation politique, avec les mouvements d’émancipation, non seulement des ouvriers, mais aussi des paysans et de la petite bourgeoisie intellectuelle. Et enfin, c’était aussi la « belle Epoque » avec son sens de la synthèse aux niveaux artistique, culturel et philosophique et son attirance pour les systèmes idéologiques vastes et élaborés.

27Tous ces phénomènes renforcèrent le mouvement flamand, qui, dès lors, élargit son horizon à un programme de large renaissance culturelle, dans lequel on ne pensait pas seulement à la langue et à la littérature, mais également à l’enseignement, aux arts, aux sciences, à l’économie, à la vie sociale, aux loisirs et à l’éducation permanente. Pour ce faire, l’action politique ne fut pas négligée mais intégrée comme instrument pour réaliser le programme culturel et pour conquérir une base populaire plus large. C’est surtout grâce à l’agitation qui entoura la flamandisation de l'université de Gand, qui fut effectivement considérée comme le couronnement de l’effort d’épanouissement de la culture flamande, qu’un mouvement de masse s'enclencha.

28Il était clair que le mouvement flamand servait d’avant-garde à une nouvelle jeune ethnie qui prenait corps en Belgique et fut entièrement formée peut-être entre 1890 et 1910. Plus ou moins à ce moment-là, l’identité flamande s’affirma pour la première fois comme tout à fait autonome par rapport à l’identité belge, ce qui s’exprima, par exemple, dans la création de toutes sortes de nouvelles institutions qui reçurent le qualificatif de « flamand », ou bien dans l’adoption de symboles nationaux tels que l’hymne et le drapeau du Lion de Flandre. Toutefois, il est important de souligner en même temps que, jusqu’à la Première Guerre mondiale, les flamingants gardèrent l’habitude d’arborer les trois couleurs de la Belgique lors des fêtes flamandes. Il ressort de ce type de comportement que l’ethnie flamande, à ce moment, ne s’était pas encore développée au point d’être une nationalité politique accomplie, ce qui est corroboré par les sources écrites.

29Peut-être pouvons-nous le mieux décrire l’identité flamande de cette époque comme une ethnicité culturelle où la culture flamande n’était pas encore autonome et était considérée comme une modalité de la culture belge. Dans cette ethnicité culturelle particulière, germait entre-temps tout un nationalisme culturel qui, en tant que tel, ne percerait plus avant la Première Guerre mondiale.

5. Nationalisme politique et nationalisme culturel

30L’invasion allemande de 1914 repoussa les oppositions politiques y compris celles relatives à la langue et à la nationalité - à l'arrière-plan, et les Belges se défendirent à l’unisson contre l’envahisseur. Mais l’armée dut se replier jusque derrière l’Yser en Flandre occidentale et la majeure partie du pays se trouva sous l’occupation allemande.

31Une petite minorité de flamingants de ce territoire occupé réagit positivement à l’appel des Allemands à collaborer en échange d’un consentement aux exigences flamandes d’avant-guerre. Ils participèrent à la néerlandisation de l’université de Gand en 1916 et à la mise sur pied d’un gouvernement flamand fantoche qui, fin 1917, proclama l’indépendance flamande. De façon générale, la population considéra ces « activistes » comme des traîtres. La majorité de ceux qui avaient une conscience flamande développée, que ce soit en territoire occupé ou à l’étranger, restèrent loyaux à l’égard de la Belgique dans l’espoir que le gouvernement d’après-guerre rencontrerait les exigences flamandes d’unilinguisme régional en Flandre et en Wallonie et de bilinguisme au niveau central. Entre-temps, au front de l’Yser, croissait le mécontentement des soldats flamands au sujet de la discrimination linguistique qu’ils ressentaient si durement de la part des officiers à prédominance francophone, de sorte qu’ils mirent sur pied, d’abord publiquement, et ensuite clandestinement, un mouvement du front flamand dont l’essentiel du programme préconisait la réalisation du fédéralisme en Belgique pour après la guerre.

  • 11 Voyez pour cela L. Wils, Flamenpolitiek en Aktivisme, Leuven, 1974.

32La signification de l’Activisme fut importante pour la suite du développement de l'identité flamande. Aussi bien, c’était - ainsi que l’exprime son adversaire, le chef de file flamand Frans Van Cauwelaert - « une étrange excroissance, soigneusement préparée et artificiellement greffée sur le mouvement flamand par la politique de conquête allemande »11. Bien qu’il pût, théoriquement, se rattacher au nationalisme culturel flamand qui se mettait en marche, il ne reçut pratiquement pas d'appui dans les couches plus larges de la population parce qu’il était manifestement un instrument allemand. Repoussé par les autorités belges, il choisit, en réaction, de fonder le coeur de son idéologie sur l’antibelgicisme. Le résultat fut double : d’un côté, l’on vit se discréditer l’ensemble du mouvement flamand aux yeux de la majeure partie de la population belge qui s'en détourna, et de l’autre, apparut une division chez les flamingants qui se scindèrent en deux mouvements flamands ennemis : un anti-belge et un loyal.

33Le fin de la guerre apporta aux Belges la victoire et les beaux jours d’un nationalisme belge - offensivement anti-activiste, ce qui repoussa le mouvement flamand loyal dans une position défensive. Ces loyalistes optèrent à nouveau pour la politique d’avant-guerre, celle des lois linguistiques, afin d’assurer l'unilinguisme de la Flandre et l’épanouissement de la culture flamande, sans toucher à la structure étatique unitaire de la Belgique. Ce qu’ils appelèrent leur « programme minimum » comprenait trois éléments : l’unilinguisme néerlandais sur le territoire flamand pour ce qui concernait la justice, les services publics et l’enseignement, à l’exclusion de tout enseignement francophone ; division de l’armée en unités francophone et néerlandophone ; réorganisation de l’administration centrale, de telle sorte qu’elle fasse usage exclusivement du néerlandais dans ses contacts avec le pays flamand, et inversement. Cela ne devait se réaliser que vers la fin des années trente.

34A côté de ce mouvement flamand loyal qui était suivi par la majorité des flamingants, naquit un deuxième mouvement flamand, minoritaire du point de vue des adhésions, mais irréductible et radical du point de vue idéologique. Il se considérait en même temps comme l’héritier de l’activisme et du mouvement du front, et était soutenu par d’anciens « frontistes », des intellectuels et des étudiants. Son objectif principal était la réalisation de l’autonomie politique de la Flandre et la disparition, ou du moins le démantèlement de la Belgique, considéré comme l'oppresseur du peuple flamand.

  • 12 On peut suivre de près la croissance du radicalisme antibelge dans les rangs de la jeune intellige (...)

35Les deux mouvements flamands avaient comme terreau commun la culture flamande, laquelle, avant 1914, était encore considérée comme une culture flamando-belge, mais qui se matérialisa, pendant et après la guerre en une culture purement flamande, détachée de la Belgique. Cette culture créa un cadre, une atmosphère et une mentalité dans lesquels la loyauté nationale et l’amour patriotique reçurent progressivement un contenu purement flamand. La culture flamande n’était plus une culture flamando-belge. Le nationalisme culturel qui en était responsable influençait tant les flamingants anti-belges que les flamingants loyaux, surtout parce que, entre-temps, la culture belge - du moins au niveau de la vie spontanée - était devenue une culture essentiellement francophone12.

36Le résultat fut que, dans les années trente, en dépit des stratégies différentes, et parfois opposées, des flamingants loyaux et anti-belges, la ligne de démarcation entre les deux groupes s’estompa. La cause en fut également que le programme minimum d’unité de langue en Flandre se réalisait progressivement dans les faits, mais que ses défenseurs étaient un peu déçus du fait que, malgré cela, l’homogénéité linguistique et culturelle du pays flamand restait tellement imparfaite. Ceci explique pourquoi - après la réalisation du programme minimum en 1938 - ses adeptes lancèrent un nouvel objectif, à savoir l’autonomie culturelle. Celle-ci était censée garantir au peuple flamand le libre épanouissement de son identité culturelle. La création d’Académies flamandes fut l’unique réalisation avant-guerre de ce nouveau programme.

37Entre-temps, dans les années trente toujours, une partie de l’aile adhérant au nationalisme politique anti-belge avait été déçue par le parlementarisme belge, naviguait dans des eaux d’extrême droite et avait enrichi son idéologie anti-belge d’origine d’éléments de l’Ordre Nouveau. Les flamingants y étaient encouragés par d’anciens activistes qui vivaient, depuis la guerre, aux Pays-Bas ou en Allemagne, étaient restés en contact avec le mouvement flamand et rêvaient d'une revanche dans un second activisme. C’est ainsi que les flamingants adeptes du nationalisme politique furent happés dans la collaboration qui, une fois de plus, allait discréditer le mouvement flamand, encore beaucoup plus qu’après la Première Guerre mondiale.

6. De la nation belge aux communautés nationales

38La répression et l’épuration après la guerre firent disparaître complètement de la scène publique le nationalisme politique. De plus, elles paralysèrent pendant des années toutes les initiatives pro-flamandes. En 1944-1945, c’était presque comme s’il n’existait plus qu’une nation belge, dont la population se partageait en deux groupes linguistiques, mais qui ne formait plus qu’une ethnie avec un seul sentiment national. Mais c’était en grande partie une illusion. Très rapidement, il apparut que l'identité ethnique flamande n’avait pas disparu et que le nationalisme culturel possédait suffisamment d’énergie vitale pour survivre à cette époque des catacombes.

39L’atmosphère anti-flamingante, ou même anti-flamande qui régnait dans les première années d’après-guerre allait de pair avec une vague de francisation et d’infractions aux lois linguistiques des années trente. Il y eut, par-dessus le marché, des incidents qui furent ressentis comme des provocations, par exemple le dynamitage de la Tour de l’Yser qui avait été érigée après la Première Guerre mondiale en hommage aux soldats flamands tombés sous l’ennemi. Il y eut les condamnations de quelques collaborateurs qui furent considérés par une partie de l’opinion publique, surtout catholique, comme des idéalistes trop sévèrement châtiés. Le contraste entre les mentalités flamande et wallonne fut mis en évidence lors du fameux referendum sur le retour du Roi Léopold. Enfin, il y eut une nouvelle guerre scolaire dans laquelle catholique - majoritairement flamande - et non-catholiques - majoritairement francophones - s’opposèrent les uns aux autres.

40Tous ces événements et expériences suscitèrent une réaction modérée de la part d’un certain nombre de pro-flamands qui, pendant la guerre, étaient restés neutres par rapport à la collaboration. Ils ranimèrent des associations culturelles et des mouvements de jeunesse, firent revenir la question flamande au Parlement, bref, prirent l’initiative de relancer le mouvement flamand comme un mouvement culturel. Ils trouvèrent audience principalement chez les jeunes, les étudiants, les collégiens et les membres de mouvements de jeunesse catholiques, qui avaient une influence massive sur la jeunesse catholique flamande.

41A la fin des années quarante et au début des années cinquante, le nationalisme culturel - se référant à une culture flamande autonome - connut une renaissance inattendue. Les mêmes symboles, chants guerriers et paroles romantiques, qui avaient caractérisé le nationalisme d’avant-guerre retrouvèrent droit de cité. L’entrelacement d’idéaux flamands et catholiques - amené par la question royale et la question scolaire marqua une fois de plus une jeune génération de Flamands, qui forma un terreau fertile pour la renaissance du militantisme flamingant. Au début, il visa un nouvel essor de la culture flamande, mais reprit, dans une seconde phase, la lutte pour l'autonomie politique de la Flandre. Ainsi reprit vie un nationalisme politique flamand soi-disant mort qui commença, vers la fin des années cinquante, à présenter quelques traits anti-belges.

42Dans les années soixante - après la pacification sur le plan philosophique via le pacte scolaire de 1958-, perça du côté flamand un nouveau nationalisme politique, prenant appui d’abord sur le nationalisme culturel et activé par le mécontentement relatif au fait que l’unilinguisme en Flandre, proclamé comme principe dans les années trente, n’était toujours pas devenu réalité. Ce mécontentement, plus le fait que la nouvelle génération exigeait sa place sur la scène politique, forma la toile de fond de l’apparition d'un nouveau parti nationaliste flamand, la Volksunie. Un gouvernement alarmé voulut répondre à ces griefs d’ordre linguistique en fixant la frontière linguistique au début des années soixante, en introduisant un statut bilingue pour Bruxelles et quelques communes de la périphérie, et en prévoyant des facilités poulies minorités linguistiques dans certaines communes de la frontière linguistique. Un volet de la décision du gouvernement était aussi le transvasement de quelques communes de la province de Flandre occidentale en Hainaut (Comines et Mouscron) en échange du transfert des Fourons de la province de Liège dans celle du Limbourg. Tout cela dans l’intention d’obtenir des territoires autant que possible homogènes unilingues, et se débarrasser une fois pour toutes de ce qui s’appelait encore à l’époque « la question linguistique ». Mais cet objectif ne fut pas atteint : au cours des années soixante et septante, la « querelle linguistique » en Belgique devint une « querelle communautaire » qui dresse l’une contre l’autre la Flandre et la Wallonie, pas seulement sur le plan culturel, mais aussi sur d'autres terrains de la vie sociale.

43Une première cause en fut le développement économique inégal en Flandre et en Wallonie, ce qui eut pour effet de déplacer du Sud vers le Nord du pays le centre de gravité de la prospérité. Dans les années cinquante, il y avait en Belgique une croissance économique lente qui eut pour résultat une restructuration géographique et sectorielle : l’agriculture perdit de son importance et de nouvelles industries se créèrent et s'implantèrent surtout en Flandre. Les causes en étaient le niveau salarial inférieur, les facilités de transport avec le port d'Anvers comme plaque tournante, et des facilités financières et infrastructurelles données aux multinationales par les autorités locales. En revanche, l'industrie wallonne perdit rapidement des débouchés et des emplois vinrent à disparaître.

44Au cours de l’hiver de 1960-1961, une grève s’alluma contre la politique économique du cabinet catholique-libéral de l'époque et agita tout le pays, mais en ayant une signification particulière pour la Wallonie. Cette grève marqua le début d’un nouveau nationalisme wallon à prédominance de gauche, qui s’articula en formations et configurations politiques diverses, lesquelles luttèrent depuis lors pour plus d’autonomie politique et économique en faveur de la Wallonie, et s’opposèrent au centralisme de « l’Etat belgo-flamand ».

45La conjoncture économique renaissante dans les « Golden sixties » agrandit la faille entre une Flandre en expansion rapide et une Wallonie en stagnation.

46Alors que, jusqu'à mi-chemin des années soixante, le revenu par habitant était plus élevé en Wallonie qu’en Flandre, la balance s’inversa définitivement. Lorsque, au milieu des années septante, la crise économique frappa, ce qui alla de pair avec une montée brusque du taux de chômage, la Wallonie parut la plus atteinte. Tandis qu’en Flandre, déjà à la fin de la décennie, il était question d’un léger rétablissement, l'économie wallonne resta bien en arrière, et le chômage conjoncturel s’aggrava en raison de la demande réduite de travail, conséquence de la perte d’emplois dans une conjoncture industrielle qui n’était plus concurrentielle.

47Sur ce clivage croissant au niveau socio-économique entre Nord et Sud, cause d’un éloignement toujours plus grand entre les deux ethnies - la flamande et la wallonne - se greffa « la querelle linguistique » qui, d’un bout à l’autre des années septante, modifia en profondeur tout le paysage politique. Les mesures prises par le gouvernement début soixante n’apportèrent pas la paix linguistique. Un mouvement flamand de plus en plus puissant, avec, à l’avant-plan, une jeune génération d’étudiants de Louvain, exigea le transfert de la partie francophone de l’Université de Louvain. Leur entreprise réussit, mais le « Walen buiten » qui avait résonné dans Louvain, fut ressenti de manière traumatisante par des générations entières de professeurs et d’étudiants francophones chassés de Louvain et renforça les réflexes anti-flamands en Wallonie et à Bruxelles. Les années septante apportèrent un gros gain électoral à tous les partis communautaires, et le sommet fut atteint en 1974 lorsque 22 % de l’électorat vota « communautaire ». En outre, à la même période, les autres partis « nationaux » se désintégrèrent par groupes linguistiques en partis indépendants, tandis que tous les gouvernements de cette décennie furent conditionnés, dans une large mesure, par les problèmes linguistiques et communautaires.

48C’est dans ce contexte que les gouvernements tentèrent de trouver des solutions plus structurelles qui allaient dans la direction du fédéralisme. En 1970,1980 et 1988, on procéda à des révisions de la Constitution, qui devaient progressivement transformer l’Etat unitaire en un Etat fédéralisé, de telle sorte que la Flandre et la Wallonie, et aujourd'hui Bruxelles également, disposent d’une plus grande autonomie politique que jamais auparavant.

Conclusion

49Si nous parcourons encore une fois du regard le mouvement flamand et son rapport à la nation belge, nous pouvons établir qu'il a commencé comme une expression de nationalisme culturel belge et qu’il a contribué à la formation d’une ethnie flamande distincte qui, dans le courant de la décennie précédant 1914, a donné forme à une culture flamando-belge comme modalité de la nation belge. Pendant la première Guerre mondiale et pendant l’entre-deux guerres, apparurent un nationalisme politique flamand au cachet antibelge, ainsi qu’un nationalisme culturel flamand dont l’objectif d’unité linguistique dans la partie flamande du pays ne portait pas atteinte à l’unité de l’Etat belge. Les deux courants s’alimentèrent, à l'époque, à une culture flamande qui ne se référait plus à la Belgique.

50Après la deuxième Guerre mondiale, subsistait encore toujours une ethnie flamande, et même une culture flamande relativement autonome, mais il n’y avait, officiellement du moins, qu’une nation belge. L’authenticité de cette nation fut immédiatement et durement mise à l’épreuve par la répression, la question royale et la guerre scolaire, où s’exprimèrent les mentalités différentes des communautés flamande et francophone. La nation belge continua à perdre sa crédibilité auprès des jeunes générations d’intellectuels flamands du fait qu'elle ne faisait pas respecter l’égalité linguistique et que, de manière intuitive, la loyauté de ces jeunes dans les collèges et les mouvements de jeunesse était exclusivement orientée vers la Flandre et la Communauté flamande. En réalité, on doit au nationalisme culturel le fait que, progressivement, un nationalisme politique flamand, assaisonné d'antibelgicisme, se soit aussi fermement implanté dans la mentalité des jeunes.

51C’est, plus largement, la configuration du développement socio-économique et le clivage toujours plus large entre le Nord et le Sud dans « la Belgique à deux vitesses », qui sont responsables de la forme prise par le nouveau nationalisme wallon. C’est à l’économie, bien plus qu’à la culture, qu'on doit la formation d’une ethnie wallonne qui se sent autre que la Flandre et - de plus en plus dans le cours des années quatre-vingt - différente aussi de Bruxelles. Le pas en direction du nationalisme politique fut ici franchi directement à partir d’une prise de conscience communautaire teintée de social. Ainsi qu’il ressortit de plusieurs interventions au colloque, ce n’est qu’après - au cours de la dernière décennie - qu’un nationalisme culturel vit le jour, qui tenta, par la voie de périodiques et de groupes d’études, de donner aussi un contenu culturel à l’identité wallonne et de délimiter sa place par rapport à Bruxelles et à la France.

52La réforme de l’Etat par étapes qui, en moins de deux décennies, a donné aux deux communautés (et à Bruxelles) des institutions propres et une responsabilité politique, est un exemple de formation de la nation par la voie du « nation-to-state ». C’est un caractère ethnique propre qui s’est d’abord développé, ensuite une identité nationale, et enfin, les institutions se sont adaptées à cette situation. A l’heure actuelle - après 1988, ou en tout cas après l’accomplissement de ce qu’on appelle la troisième phase de la réforme de l'Etat commence une nouvelle étape de la vie des communautés nationales, par laquelle le « nation building » est pris en main par les nouvelles autorités nationales. Des initiatives telles que Flanders Technology en sont déjà les précurseurs.

53La question de l’avenir de la nation belge ne peut trouver de réponse ici. Il me paraît probable que, d’une part, les nouvelles nations communautaires (Bruxelles y compris ?) pourront, dans la pratique quotidienne, s’attacher la plus grande loyauté des citoyens, mais il me paraît tout aussi probable que l’européanisation des années nonante renforcera notre sentiment d’être ensemble, Flamands, Wallons et Bruxellois, différents des Néerlandais, des Allemands ou des Français. Peut-être que la réalité de la belgitude trouvera là une deuxième vie.

Notes

1 A.D. Smith, The Ethnic Origins of Nations, Oxford, 1986.

2 J. Edwards, Language, Society and Identity, Oxford, 1985.

3 J. Stengers, La Belgique de 1830, une « nationalité de convention » ?, Hervé Hasquin (ed.). Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, Bruxelles, 1981, p. 7-19.

4 J. Hutchinson, The dynamics of cultural nationalism. The gaelic revival and the creation of the Irish Nation State, London, 1987, p. 15-17.

5 J. Stengers, Belgian national sentiments, in A. Lijphart (éd.), Conflict and coexistence in Belgium. The Dynamics of a cultural divided society, Berkeley, 1981, p. 46-60 ; P. Delsaerdt et J. Roegiers, Brabant in revolutie 1787-1801, Leuven, 1988 ; J. Roegiers, Nederlandse vrijheden en trouw aan het huis van Oostenrijk, in R. Mortier et H. Hasquin. Unité et diversité de l’Empire des Habsbourgs à la fin du XVIIe siècle, Bruxelles, 1988, p. 149-164.

6 A. Smits, 1830 : scheuring in de Nederlanden, 2 parties, KortrijkHeule, 1988. Voyez aussi les trois articles importants qui ne traitent pas seulement la révolution belge mais également ses répercussions aux 19e et 20e siècles, publiés in A. Lijphart (éd.), Conflict and coexistence in Belgium, op.cit., de R. De Schryver, The Belgian Revolution and the emergence of Belgian s biculturalism, p. 13-33 ; J. Polasky, Liberalism and biculturalism, p. 34-35 et J. Stengers cité sous la note 5.

7 L. Wils, Van de Belgische naar de Vlaamse natie, in Kultuurleven, 54, mars-avril 1987, p. 222-240 et les autres publications de cet auteur. Voyez aussi F. Prims, De wording van het nationaal bewustzijn in onze gewesten, Antwerpen, 1939, p. 177184.

8 E. Gubin propose un guide dans l’historiographie du mouvement flamand, D'une histoire nationale à l'autre : à propos de l'historiographie du mouvement flamand en Belgique, in Hervé Hasquin (éd.), Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, Bruxelles, 1981, p. 125146.
L’historiographie scientifique au sujet du mouvement flamand débuta dans les années cinquante, avec les publications de Lode Wils, Maurits de Vroede, qui, tous deux, écrivirent sur la naissance et le développement du mouvement au 19e siècle, et Arie W. Willemsen sur l’histoire du nationalisme politique flamand dans l’entre-deux guerres. Depuis la fin des années soixante, le mouvement flamand est devenu un sujet de recherche aux universités de Gand, Bruxelles et, surtout, Louvain. A la même période, l’ancien politicien nationaliste flamand, Hendrik J. Elias publia son ouvrage fondamental en quatre parties sur l’évolution des idées et des idéaux flamands : Geschiedenis van de Vlaamse Gedachte. 1870-1914, Antwerpen, 1963-1965.
Depuis les années septante, ont été publiés quelques ouvrages importants, qui donnent une vue générale. Nous signalons pour le 19e siècle L. Wils, Honderd jaar Vlaamse Beweging, (t. I), Leuven, 1977 et H. Van Velthoven, De Vlaamse kwestie 18301914. Macht en onmacht van de Vlaamsgezinden, Kortrijk, 1982. Sur l’entre-deux-guerres, voy.A.W. Willemsen, Het Vlaams-nationalisme. De geschiedenis van dejaren 1914-1940, Utrecht, 1969, qui servit de base à De Vlaamse beweging van 1914 tot 1940 (t. 5 dans la serie Twintig Eeuwen Vlaanderen) Hasselt, 1975, et L. Wils, Honderdjaar Vlaamse beweging, (t. 2 et t. 3), Leuven. 1985 et 1989. La période d’après-guerre a été traitée par H. Todts, dans une histoire régulièrement mise à jour, Hoop en wanhoop der vlaamsgezinden, (jusqu’à présent 6 parties), Leuven, 1961-1988.
Un ouvrage de référence utile est l’Encyclopédie van de Vlaamse beweging en deux parties, Tielt, 1973-1975. Les résultats des recherches récentes paraissent régulièrement dans une revue trimestrielle qui, depuis 1981, est exclusivement consacrée à l’histoire du mouvement flamand : Wetenschapelijke Tijdingen, Gent, (1989,48e année). Pour une vue d'ensemble de ce qu’ont écrit des historiens non flamands, voy. L. Vos, Die onbekende Vlaamse kwestie. Het aandeel van de buitenlandse historici in de geschiedschrijving van de Vlaamse Beweging, in Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis van de Nederlanden, vol. 100, 1985, p. 700-721.

9 Voyez par ex. le case study pour Bruxelles : E. Gubin, Bruxelles au XIXe siècle : berceau d’un flamingantisme démocratique, Bruxelles, 1979.

10 C’est intentionnellement que nous n’avons pas traité ici le mouvement wallon, convaincu qu’il en est suffisamment question dans d’autres contributions. Pour l’historiographie de celui-ci, voy. H. Hasquin, Le mouvement wallon : une histoire qui reste à écrire, in Hervé Hasquin (éd.), Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, Bruxelles, 1981, p. 147-155.

11 Voyez pour cela L. Wils, Flamenpolitiek en Aktivisme, Leuven, 1974.

12 On peut suivre de près la croissance du radicalisme antibelge dans les rangs de la jeune intelligentia catholique chez L. Vos, Bloei en ondergang van het AKVS. Geschiedenis van de katholieke Vlaamse studentenbeweging. 19141935, (2 parties), Leuven, 1982. Voyez aussi le chapitre De twee Vlaamse bewegingen, in L. Wils, Honderdjaar Vlaamse beweging II, op. cit., p. 170-218.

Notes de fin

* Traduit du néerlandais par Nathalie Ryelandt.

Auteur

Chargé de cours à la Katholieke Universiteit Leuven

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search