Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Troisième partie : Belgitude et histoire

Y a-t-il une nation belge ?

Charles Bricman

Texte intégral

1La nation, a fort justement écrit Pierre Fougeyrollas, c’est d'abord une émotion. Un sentiment si l'on préfère, et suffisamment répandu dans le corps social pour faire l'objet, sinon l’unanimité de ses membres, du moins d’un large consensus. A ce titre, la nation est aussi un concept statistique...

2Les titulaires de la citoyenneté belge ont-ils le sentiment de former ensemble une nation ? L’enquête historique sur l’évolution des mentalités est à coup sûr passionnante, mais il n’est pas certain qu’elle puisse, dans tous les cas, nous donner une réponse actuelle. Les sondages organisés en vue de déterminer le sentiment d’appartenance prioritaire des habitants de nos provinces montrent à tout le moins que, quoi qu’il ait pu en être dans le passé, « les Belges » restent majoritaires, mais moins sans doute que ne le sont les « Français » en France, ou les « Allemands » en Allemagne.

3On pourrait en rester là. J’aimerais toutefois ajouter que mieux vaut éviter le discours lyrique de ceux qui, dans un but souvent intéressé, prétendent découvrir une « âme » nationale dans l'inconscient des peuples. Ecrire, comme le fit Charles de Gaulle, que « la France vient du fond des âges » ne provoquerait sans doute chez nous que des sourires moqueurs si l’on prétendait appliquer cette maxime à notre pays : pas plus que la France, la Belgique ne vient du fond des âges. Elle est issue, comme la France, des hasards de l’Histoire et des migrations. Plus forts que tout dans la formation des nationalités sont des facteurs contingents comme la formation des pouvoirs politiques (ce sont les Rois qui firent la France), la langue (qui a partie étroitement liée avec le pouvoir), la religion, etc.

4Le fait national, en réalité, s’aperçoit plus facilement dans un rétroviseur qu’avec une paire de jumelles : lorsqu’ils ont édifié une entité politique, les détenteurs du pouvoir cèdent facilement à la tentation de justifier leur construction par la voie d’une Histoire reconstruite dans un sens déterministe. Cela n’exclut pas pour autant que le nationalisme - cette rougeole des peuples, disait Einstein - peut éclore en leur sein en l’absence de tout pouvoir constitué. J’observerai cependant que, toujours dans cette hypothèse, il prend racine en vue de constituer un pouvoir qui renversera celui qui est en place.

5Bref, j'incline à penser que comme toute nation, la nation belge est une imposture. Elle ne peut exister que comme légitimation - utile peut-être, c’est une autre histoire - d’un pouvoir ou d’une aspiration à un pouvoir qui la fait naître. Oublions donc le concept de nation. Ne retenons que l’infinie variété du tissu des relations et des solidarités humaines pour tenter de régler la cohabitation des groupes sociaux que le concept national a prétendu, à l’instigation des Princes, rassembler dans des unités qui n'avaient pas l'Homme, mais le Pouvoir comme finalité suprême.

6Quant à la question qui nous est posée, la réponse me paraît s’imposer. Ne percevant nulle part de demande particulièrement puissante d’un « pouvoir belge », ni d’ailleurs de pression significative en vue de l’éliminer, j’incline à penser que, quoi qu'il ait pu en être dans le passé, la « nation belge » est un concept qui soulève aujourd’hui plus d’indifférence que de passion. Sans doute, comme le dit François Perin, en va-t-il assez différemment de la nation flamande. Mais c’est une autre histoire.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540