Version classiqueVersion mobile

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Troisième partie : Belgitude et histoire

La nation belge

Claude Bruneel

Texte intégral

  • 1 F. Perin, Histoire d’une nation introuvable, Bruxelles, 1988.

1Histoire d'une nation introuvable, tel est le titre d’un ouvrage récent de M. F. Perin1. Pour l’historien, une question préalable se pose inévitablement. Elle précède tout jugement, indépendamment de la nature de celui-ci. Cette nation, peut-on la trouver ? Et je me place ici non pas au point de vue de l’existence ou de l’inexistence, mais de la méthode. Peut-on la trouver en suivant M. Perin ? Peut-on la trouver par d’autres voies ?

  • 2 Ibidem, p.l0.
  • 3 Les grandes synthèses postérieures à l'oeuvre de Pirenne sont ignorées. On relèvera ainsi l’omissi (...)
  • 4 Un premier volume, traduit en allemand, a été publié à la suggestion de K. Lamprecht : Geschichte (...)
  • 5 H. Pirenne, La tâche de l’historien, extrait de la revue Le Flambeau, t. XIV. 1931, 18 p. ; Idem, (...)
  • 6 M.-A. Arnould, Le travail historique en Belgique des origines à nos jours, Bruxelles, [1954], p.11 (...)
  • 7 F. Perin, op. cit., p. 170, évoque l’existence de celle-ci mais ne cite pas les conclusions relevé (...)
  • 8 Chambre des Représentants, Documents parlementaires de la session 1957-1958, no 940, p. 323-330 et (...)

2L’« essai de critique politique »2 de M. Perin procède d'un élagage sévère en matière de lectures3. Pirenne est ramené à un discours de circonstance sur la Nation belge et, il est vrai, à un de ses monuments, son Histoire de Belgique, publiée en français de 1900 à 19324. Entre les deux eussent pu prendre place des textes plus discrets mais significatifs, où le maître s’explique sur la tâche de l’historien et la méthode comparative en histoire5. De même la nouveauté de l’analyse de M. Perin s’émousse sans doute à la lecture de quelques travaux d’historiographie. Des années 1950 à 1985, ces écrits ont mis en exergue le caractère exceptionnel de l’oeuvre historique et le point sur lequel les successeurs d’après-guerre s’en détachent6. Plus accessibles peut-être à un non-historien, les Documents parlementaires de la session 1957-1958 de la Chambre des Représentants rendent compte des conclusions d’un groupe d'historiens, francophones et flamands, associés aux travaux de la « Commission Harmel »7. Ces spécialistes estiment qu’« il convient notamment [..] d’observer que, de l’époque bourguignonne à la fin de l’ancien régime, il n’est pas possible d'affirmer le développement continu de la conscience collective supra-provinciale. Mais actuellement il paraît que cette conscience s’est manifestée, à des degrés variables selon les provinces, les époques et les classes sociales ». Il convient « d’admettre que le sentiment d’appartenance aux Pays-Bas autrichiens, lesquels formaient un ensemble fédératif, n’a nullement empêché les provinces d’être, jusqu’à la fin de l’ancien régime, des nationalités “distinctes”. De reconnaître que la Principauté de Liège constituait un ensemble politique distinct des Pays-Bas autrichiens. Elle n’a jamais été l’une des provinces des Pays-Bas »8.

  • 9 Op. cit., p.9.

3M. Perin entend distinguer les jugements de valeur des historiens de la relation des faits9. Mais celle-ci et les faits eux-mêmes ne sont pas à l’abri de la subjectivité. Sont-ils nombreux les faits « purs et durs » ?

  • 10 H. Pirenne, La tâche de l’historien, op. cit., p. 11-12 ; F. Vercauteren, op. cit., p.10-11.
  • 11 H. Pirenne, De ta méthode comparative, op. cit., p.3 et 13.
  • 12 M.A. Arnould, op. cit., p. 103.
  • 13 Pirenne, Henri, notice de F.-L. Ganshof, in Biographie nationale, t. XXX. Bruxelles, 1959, col. 70 (...)

4L’historien est un homme comme un autre, marqué consciemment ou non par son milieu familial, sa formation, la société dans laquelle il s’insère ou qu’il rejette. L’objectivité est un idéal auquel il faut tendre dans le travail de reconstruction qu’est l’histoire. Reconstruction à partir de matériaux incomplets, dont certains doivent encore être impitoyablement rejetés au sortir de l'examen critique des sources. En dépit de son envergure, Pirenne n’échappe pas à la condition humaine et il en est bien conscient : « Construire l’histoire, c’est la raconter. [...] En fait, le travail essentiel de l’historien est, tout en les exposant, de faire saisir les rapports qui existent entre les événements et, en les reliant, de les expliquer [...]. Toute narration historique est à la fois une synthèse et une hypothèse. C'est une synthèse, puisqu’elle combine la masse des faits connus en un exposé d’ensemble, c’est une hypothèse, puisque les rapports qu’elle établit entre les faits ne sont ni évidents, ni vérifiables par eux-mêmes. [...] Cela ne signifie pas qu’elle soit à la merci de la fantaisie et de l’arbitraire »10. Mais elle est relative ; elle est vision du passé, non le passé. Dix ans plus tôt, Pirenne faisait observer que l’historien « ne se trouve pas, vis-à-vis de l’objet de ses études, dans la situation du naturaliste vis-à-vis de la nature. Sa personnalité y est pour ainsi dire en jeu. Comment, s’il étudie l'histoire de son pays, pourra-t-il oublier que ce pays est sa patrie [...] ? ». Il dénonce lui-même le manque d’impartialité des histoires nationales. Et ajoute-t-il, « ce manque d'impartialité, je me garderai bien de dire qu’il est voulu, mais je dirai qu’il est fatal ». Seul le recours à la méthode comparative permet à l’histoire de « devenir une science et s’affranchir des idoles du sentiment »11. Il faut donc dépasser les limites de l’histoire nationale. Lorsqu’il trace ces lignes, il a déjà donné l’exemple. En 1917-1918, durant sa détention en Allemagne, il écrit son Histoire de l’Europe12. En 1937, deux ans après son décès, paraît Mahomet et Charlemagne, qui renouvelle la vision du moyen âge occidental13.

  • 14 Henri Pirenne. Hommages et souvenirs, t. II, Bruxelles, 1938, p. 385 et 506.

5L'Histoire de Belgique elle-même paraît un « si admirable, un si riche chapitre d’histoire européenne ». Tel est le jugement du Français Lucien Febvre, fondateur avec Marc Bloch de l’école des Annales. Pirenne y est associé dès le début, en 1928. Il lui est reconnu « le talent de peindre ainsi une histoire nationale que tant d’autres avant lui n’avaient regardé qu’avec d’assez pauvres lunettes de Wallons et de Flamands particularistes, de libéraux ou de conservateurs étroits, de catholiques ou de nationalistes mal tolérants. |...| En ce sens, il est vrai de dire qu’un Pirenne peut créer l’histoire d’un pays ». Cet éloge, Pirenne y avait déjà répondu : « Je ne me suis laissé guider par aucune tendance, ni patriotique, ni politique. J’ai honnêtement fait effort pour comprendre la réalité et l'exposer telle que je l’ai comprise »14.

  • 15 Dans sa toute dernière synthèse, publiée quelques mois après sa mort, Pirenne y renonce. Seules de (...)
  • 16 « Que si demain dans une Europe en gestation notre patrie s’effaçait en tant qu’entité politique i (...)
  • 17 S. Citron, Le mythe national. L'histoire de France en question, Paris, 1987, p.8-9,23, 173 ; H. Le (...)

6Aucun historien ne doute de la sincérité de cette déclaration. Mais chacun connaît la fragilité de ses propres connnaissances. Et si tous restent unanimes à rendre hommage à l’oeuvre d’un Pirenne, depuis plus de 35 ans environ, ils ont pris leurs distances à l’égard de ce finalisme qui est une erreur15. Finalisme qui pousse à rechercher dans la nuit des temps l’origine de la Belgique, finalisme de la conception grand-néerlandaise qui se rattache aux XVII provinces et s’épanouit dans VAlgemene Geschiedenis der Nederlanden, finalisme de toutes les histoires nationales16. L’histoire de France a ainsi été scrutée récemment. S. Citron la qualifie de « mythologie nationale », « à la fois science et liturgie » ; « elle est la marque de la culture et de l'idéologie des universitaires républicains de la fin du XIXe siècle ». « Sous l’habillage d’une histoire scientifique et positiviste [...], la France inventée par Michelet palpite silencieusement. Elle demeure le point d’ancrage de l’imaginaire républicain ». De grands noms ne la renient pas. Alors que « l’examen de la diversité anthropologique française conduit à une interprétation nouvelle d'un mythe central de l’histoire nationale »17.

  • 18 J.J. Hoebanx, L’histoire de Belgique dans quelques manuels scolaires, in Histoire et historiens de (...)
  • 19 P. Harsin, op. cit., p.275.

7Cette histoire donneuse de leçons, maîtresse de vie, a souvent été la seule reconnue par les pouvoirs. A l’école, elle doit contribuer à l’éducation civique et les manuels portent l’empreinte de cette vocation. Ils sont souvent « un reflet pâli et tardif des résultats atteints par l'historiographie scientifique »18. Or, « le métier d’historien ni celui du professeur ne consistent à enseigner le patriotisme mais, simplement, la vérité »19.

  • 20 F.vercauteren, op. cit., p. 11 ; M.-A. Arnould, Historiographie de la Belgique. Des origines à 183 (...)
  • 21 ) Histoire de Belgique depuis les premiers temps jusqu’à nosjours, à l'usage des maisons d'éducatio (...)

8Relisons dès lors cette histoire de territoires qui, en 1830, constitueront un nouvel état indépendant. Projeter les frontières actuelles dans un passé lointain est sans doute un anachronisme. M. Perin le dénonce, mais le mal est-il évitable20 ? Les histoires rétrospectives de la Wallonie n’y échappent pas. Il suffit de ne pas être dupe. Les bons auteurs dénoncent d’emblée l’ambiguïté, qu’il s’agisse d’un manuel scolaire de 1852 ou de synthèses récentes21.

9Sous l’ancien régime, quatre états indépendants se partagent l’espace « belge ». Les Pays-Bas, le plus vaste, est, à l'exception d'une langue de terrain, coupé en deux par la principauté ecclésiastique de Liège. Celle-ci s’étend du Limbourg actuel jusqu’à proximité de Chimay. Le Luxembourg par conséquent est isolé des autres terres de la monarchie. Enfin la principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy et le duché de Bouillon sont d’étendue nettement plus réduite.

  • 22 J.Stengers, La Belgique de 1830, une « nationalité de convention » ?, in Histoire et historiens de (...)
  • 23 A. Uyttebrouck, op. cit., p. 100-102.

10Pirenne voit dans l’unité de civilisation le principe unificateur de ces territoires, voués dès le moyen âge à une union future. La communauté de vie intellectuelle, la solidarité économique les lient. Ces régions où s’amalgament les tendances romanes et germaniques offrent un microcosme de l’Europe occidentale. La Nation précède l’Etat. L’historien d’aujourd’hui affirmerait le contraire : « partout en Europe sous l'ancien régime, les nations sont nées de l’Etat22. L’unification des Pays-Bas débute sous Philippe le Bon, que des historiographes qualifient d’ailleurs de « conditor imperii Belgici ». Il s’agit là d’un dynaste qui, pour assurer la puissance de sa maison et faire face au roi de France, recherche une assise territoriale et financière. Il y réussit en usant de moyens divers mais en bénéficiant aussi d’étonnants concours de circonstances23. Les contemporains ont été frappés par ses « félicités qui estoient toujours augustes et multipliantes ». Après lui, avec des fortunes inégales, ses successeurs s’attacheront à étendre le domaine. Charles-Quint en portera l’étendue à l’apogée, les XVII provinces. Le traité de Madrid (1526) délie la Flandre et l’Artois de la suzeraineté du roi de France. L’empereur veille aussi à donner à ses possessions un statut en droit international. 11 parvient par la Transaction d’Augsbourg (1548) à les constituer en cercle d’Empire, le cercle de Bourgogne, tout en veillant à ménager largement leur indépendance à l’égard de ce même empire. L'année suivante, la Pragmatique sanction vise à unifier le droit successoral dans les possessions des Pays-Bas, afin d’éviter une éventuelle dislocation de l’ensemble.

  • 24 P.-F. de Neny, Mémoires historiques et politiques des Pays-Bas autrichiens, t. I, Bruxelles, 1785, (...)

11La politique de Philippe II aboutit à la scission des principautés du Nord. Elle se constituent en Provinces-Unies. Le hasard des armes fixe la nouvelle frontière. Farnèse est, en effet, arrêté dans sa reconquête car le souverain espagnol a besoin de troupes pour constituer l’invincible Armada. Du côté du Hainaut, la ligne de démarcation sera longtemps mouvante, au gré des guerres de Louis XIV. Les possessions espagnoles dans les Pays-Bas sont devenues une peau de chagrin. A l’issue de la guerre de succession d'Espagne, elles entrent dans le patrimoine de la Maison d’Autriche. Mais, en vertu du Traité de la Barrière de 1715, le bénéficiaire voit son bien grevé d’une servitude : « Les Etats généraux remettront à l’empereur [...] toutes les provinces des Pays-Bas [...] pour ne composer qu’un seul, indivisible et inaliénable domaine, qui sera inséparable des états de la maison d’Autriche en Allemagne »24.

  • 25 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. V, 2e éd., Bruxelles, 1926, p. 231.

12Les Pays-Bas constituent en effet un bien patrimonial dont les maîtres, quels qu’ils soient, ont toujours entendu disposer à leur guise. Dès Philippe II, nos régions ont été réduites à l'état de pion sur l’échiquier de la politique de la maison souveraine. Ainsi Marie-Thérèse essaie vainement de les échanger contre la Silésie. En 1783, Joseph II envisage même de les troquer contre la Bavière, en abandonnant le Namurois et le Luxembourg à la France, pour prix de l’accord de celle-ci25.

13Du point de vue des puissances, les Pays-Bas autrichiens acquièrent un autre rôle. Sous la monarchie espagnole, ils furent le champ de bataille où l'Europe attaquait commodément leur propriétaire. Depuis 1648, les Provinces-Unies songent à leur attribuer une autre vocation, celle de barrière contre la France. L’idée aboutit à l'issue de la guerre née de la succession de Charles II.

  • 26 J. A. Van Houtte, Le sentiment national belge au XIXe siècle, in Revue générale belge, t. XCVII, f (...)

14Toutefois ce bloc est loin d’être homogène. En effet, le souverain se trouve à la tête d’une fédération de principautés. En théorie, une fiction à laquelle elles s’accrochent jalousement, elles ont un point commun, l’identité de souverain. Mais là s’arrête la communauté. Chacune a ses privilèges, écrits dans le cas du Brabant. Chacune a ses lois, son administration, lève ses impôts. Pour avoir accès aux fonctions publiques dans une « province », le candidat doit y être né. La monarchie est contractuelle. A son avènement, le souverain ou le délégué de celui-ci prête le serment de respecter les coutumes et privilèges du pays. Ensuite seulement, les sujets, par l’intermédiaire de leurs Etats, une représentation qui n’a rien de démocratique, jurent fidélité et obéissance au souverain. Si celui-ci s’avère parjure, ils s’estiment déliés de leur serment. La révolte se déchaîne alors contre Philippe II ou Joseph II. Elle n’est pas dirigée contre un oppresseur étranger mais contre un souverain légitime qui a rompu le pacte constitutionnel. Les Etats généraux prennent le pouvoir et, dans le deuxième cas, constituent les éphémères Etats Belgiques Unis. Toutefois cette union se fait sous le sceau du particularisme. Les matières réservées au pouvoir central relèvent de l’inévitable, la diplomatie, l’armée, la monnaie. Tant au XVIe qu’au XVIIIe siècle, un partenaire refuse l’association, le Luxembourg. Il ne semble pas, en 1790, que ce soit uniquement en raison de la présence des troupes autrichiennes, qui s’y étaient retirées26.

  • 27 Cité d’après F. Vercauteren, op. cit., p. 151-152.
  • 28 Cf. l'Almanach de la cour sous les dominations autrichiennes et françaises, la monarchie des Pays- (...)

15Condamnées à coexister par la volonté du souverain, au premier chef, les régions ne peuvent demeurer totalement étrangères les unes aux autres. En 1833, Warnkoenig constatant la diversité, notait déjà : »Cependant toutes ces provinces ont eu presque toujours un sort commun ; les questions extérieures étaient ordinairement les mêmes pour toutes et le développement du régime constitutionnel dans chacune d’elles a été, sinon égal, du moins homogène »27. Philippe le Bon et ses successeurs tentent, avec plus ou moins de doigté et de succès, de développer l’absolutisme centralisateur. Il passe par l’uniformisation relative des institutions. Toutes dépendent finalement des conseils collatéraux, à Bruxelles, et, en dernier ressort, du gouverneur général. Tout comme Vienne, la capitale accueille une Cour, où sont accrédités des diplomates étrangers28.

  • 29 Le projet d’entente, un moment caressé, entre les révolutions liégeoise et brabançonne échoue en r (...)
  • 30 J. Stengers, La Belgique de 1830, op. cit., p. 8.

16L’invasion française, l’annexion en 1795, la cession officielle par le Traité de Campo-Formio, deux ans plus tard, marquent à plus d’un égard une ère nouvelle. Du point de vue territorial, principauté de Liège et Pays-Bas sont confondus, avec d’autres, au sein d’un seul état. Ce que les révolutions antagonistes de 1789 n'avaient pu faire s'accomplit alors29. Des institutions uniformes se substituent à la diversité de l’ancien régime. Les mêmes lois pour tous, une organisation judiciaire identique, les idées qui contribuèrent à mener Joseph II à sa perte, sont maintenant réalité. Le régime français a préparé les conditions de la constitution de la future Belgique. A la chute de l’Empire, celle-ci passe toutefois, du consentement des puissances, sous l’autorité de Guillaume Ier. La révolution de 1830 lui donnera l’indépendance. Les armes et la diplomatie, une fois de plus, fixent son destin. L’étranger lui impose d’ailleurs un statut de neutralité. « Nationalité de convention », selon les termes d’un diplomate français en 1857, la longévité ne lui semble pas assurée30.

  • 31 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, nouv. éd., t. XXII, G (...)

17Voilà l’Etat. Mais la Nation ? A suivre la définition de l’Encyclopédie Diderot-d’Alembert, elle vient d’être évoquée : « une quantité considérable de peuple, qui habite une certaine étendue de pays,[...] et qui obéit au même gouvernement ». Comme leurs devanciers, les rédacteurs complètent la notice par une définition de « caractères », de stéréotypes nationaux : « léger comme un français, jaloux comme un italien », etc31. La révolution, en France, introduit une modification fondamentale : la nation devient la propriétaire de la souveraineté, la source de tous les droits, qui ne peuvent être exercés qu’en son nom. Mais que cache celui-ci ?

  • 32 G. Burdeau, L'idée de nation, in Enc. Univ., Corpus, vol. XII, 1985, p. 934-937 ; E. Sicard, La co (...)

18Selon les études contemporaines, il ne recouvre pas une réalité concrète32. La nation dissimule une idée, une vision d’un destin à travers une image d’un passé. Représentation de l’être collectif, elle se manifeste par des sentiments et les attitudes qu’elle suscite. Elle remplit une fonction d'intégration et s’enracine dans des différences. Elle donne une cohésion au prix d'une opposition, manifeste ou latente, à l’égard de l’étranger. Sa moindre manifestation n'est pas l'orgueil d’être ce que l’on croit être. Elle se nourrit, dans une alchimie mystérieuse, de composantes qui se nomment territoire, ethnie, langue, religion. Elle se construit tantôt de l’extérieur, par des actions politiques étrangères à cette nation en devenir. Tantôt sa dynamique est liée à des forces intérieures, l’action d’une classe dirigeante, qui détient les leviers politiques ou économiques, ou encore d’une élite intellectuelle. Toujours la nation suppose une reconnaissance extérieure.

  • 33 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. IV, 3e éd., Bruxelles, 1927, p. 74-75, 226-227, 267-270, 405  (...)
  • 34 P.-F. de Neny, op. cit., t. I. p. 157.
  • 35 Suivant l’expression du professeur Van Rossum, lettre du 10 avril 1781 (Archives générales du Roya (...)

19Certaines de ces conditions mais sontelles suffisantes ? - existent dès le XVIe siècle, la reconnaissance diplomatique notamment. Du point de vue intérieur, la réunion des Etats généraux a permis aux représentants des régions de se rencontrer, d’apprendre à s’unir, temporairement au moins, souvent contre les exigences financières du prince. Tel est le cas, à 160 reprises environ entre 1464 et 1576. Après le coup de force de cette année, les rencontres s’espacent, par la volonté du prince qui mesure le danger de ces rassemblements. Philippe IV n’écrit-il pas que « Les Etats Généraux sont pernicieux en tout temps et dans tous les pays monarchiques sans exception » ? Les réunions de 1598, 1600, 1612, 1632 sont les dernières avant 178933. D’autres circonstances peuvent amener les représentants des provinces à se retrouver : ainsi, le 15 mai 1725, à Bruxelles, le comte de Daun, »gouverneur général provisionnel », fit publier « la sanction pragmatique avec beaucoup de pompe et de magnificence ». A cette fin, il assembla « dans le grand salon du palais les chevaliers de la toison d'or, le conseil d’état, les gouverneurs des provinces et les députés de tous les états »34. De manière plus générale, la future élite des « fidèles sujets Belgiques » a eu l’occasion de fraterniser sur les bancs de l’université35.

  • 36 Le chef de file aux Pays-Bas fut P. Geyl. Cf. H. Van Houtte, op.cit., surtout aux p. 466-468 ; L. (...)
  • 37 L. van der Essen et G.J. Hoogewerff, op.cit., p. 4043, 75, 8687.
  • 38 J. Stengers, La genèse du sentiment national belge, in « 1585 : op gescheiden wegen », op. cit.,p. (...)
  • 39 M. Cloet, De gevolgen van de scheidingder Nederlanden op religieus, cultureel en mentaal gebied, v (...)
  • 40 « Tirlemont, qui fut saccagé le 6 juin, avec des inhumanités dont on n’a pas d’exemple ». (P.-F. d (...)
  • 41 P.-F. de Neny, op. cit., t. I, p. 141 ; Shaw, Essai sur les Pays-Bas autrichiens, Londres, 1788, p (...)
  • 42 H. Pirenne, Notice sur Godefroid Kurth, Bruxelles, 1923, p. 33-34.
  • 43 Shaw, op.cit., p. 111. Il est à remarquer que les ouvrages de géographie parlent toujours des Pays (...)
  • 44 La tolérance civile, Colloque [...] de Mons, Actes publiés par R. Crahay, Bruxelles, 1982.
  • 45 P.-F. de Neny, op. cit., t. I, p. 162-164 ; H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. IV, 3e éd., Bruxe (...)

20C’est sans doute lors de séjours à l’étranger que la cohésion nationale se mesure le mieux. Des recherches ont été menées en ce sens, à partir des années 1930, par des historiens néerlandais et belges36. Léon van der Essen fut le porte-parole de cette école « grande-néerlandaise », dont les travaux s’affirment dans les années 1942-1944, au moment où s'élaborent les premiers accords Benelux. Ses tenants concluent tous à l’existence d’un sentiment national, du moins à un certain degré, dans les XVII provinces. De 1560-1570 à 1625 au moins, le sentiment d’une appartenance commune aurait existé. Tous ne l’attribuent pas exclusivement à la langue ou l’identité de religion. Au départ, le Sud compte des calvinistes comme le Nord abrite des catholiques. L’homogénéité sera réalisée par la force, de part et d’autre37. Comme l’écrit judicieusement le professeur Stengers, « si l’on veut artificiellement donner une date de naissance à cette nation : nous dirions : 1585 ». Mais, chez certains, les espoirs d’une réconciliation se manifestent certainement jusqu’en 1632. Lors des pourparlers de paix, les négociateurs évoquent la commune patrie38. Dans le Sud, la Contre-Réforme, sous les Archiducs, contraindra à l’assimilation39. Facteur d’unité, la religion l’est d’autant plus qu’elle se superpose à un autre plan. Elle sépare le militaire ennemi du soldat ami. Ce sont les calvinistes franco-hollandais qui sont responsables, en 1635, des atrocités du sac de Tirlemont, des sacrilèges et des meurtres des prêtres et religieuses40. Le récit de ces horreurs demeura longtemps dans les mémoires. Ce sont les armées de la République qui forment les garnisons de la Barrière, à Ypres, Menin, Tournai, Namur, etc. Les provinces catholiques considèrent leur présence comme un déshonneur, écrit Shaw. Elles doivent entretenir à leurs frais ces militaires arrogants et leurs familles, entourés d’aumôniers qui font du prosélytisme41. A ce moment, en tout cas, ce qui paraît la profession de foi, sans doute excessive parce que dépourvue de nuances, de Godefroid Kurth42 est réalité : la religion est le ciment de la collectivité, certainement dans les classes populaires. Shaw se plaît à le souligner à l’époque des Lumières : les habitants « ont pris un tas de vaines cérémonies et d’observances qu’ils appellent pieuses, lesquelles s’y sont multipliées plus que dans aucun pays catholique, la vénération des reliques, ces saintes confréries et ces processions religieuses qui remplissent si souvent les rues des villes de la Belgique »43. Au XVIIIe siècle encore, l’édit dit de tolérance de Joseph II suscita l’opposition farouche de la majorité des pouvoirs44. Enfin, la notion de guerre économique entre le Nord et le Sud, la fermeture de l’Escaut, la suppression de la Compagnie d’Ostende par Charles VI sont d’autres facteurs d’inimitié45.

  • 46 J. Lejeune, op. cit., p.89-91. Le latin et le français sont les langues internationales.
  • 47 J. Roegiers, Nederlandse vrijheden en trouw aan het huis van Oostenrijk, in Etudes sur le XVIIIe s (...)

21En proie à ses propres difficultés, la monarchie espagnole n’est plus en état de relever le défi de la centralisation. Les Etats généraux se réunissent, en 1632, pour la dernière fois avant la fin du XVIIIe siècle. Apparemment les forces centrifuges l’emportent. Toutefois, l’ancien régime n’avait pas le même souci d’uniformité que les Etats modernes. L’unité du groupe s’accommodait parfaitement de la diversité, diversité de langues46 ou pluralité de statuts personnels. Privilégiés ou non, clergé, noblesse, tiers état, corporations de métier sont autant de corps naturels. Ils procurent aux groupes la cohésion nécessaire pour résister aux rivalités d’intérêt. Le particularisme provincial n’entame pas le loyalisme dynastique, commun à tous47.

  • 48 L. van der Essen et G.J. Hoogewerff, op. cit., p. 97-106.
  • 49 Dictionnaire géographique portatif [...], traduit de l'anglais [...] avec des additions [...] par (...)
  • 50 Extrait de la géographie moderne par M. l’abbé Nicolle de la Croix, p. 28-29. Les Annales Belgique (...)
  • 51 J. Roegiers, op. cit., p. 150. La répartition des nouvelles dans la presse témoigne du même état d (...)
  • 52 C. Koeman, Atlantes Neerlandici, t.V, Amsterdam. 1971. en donne la liste aux p. 210-211.
  • 53 Histoire générale, ecclésiastique et civile de la province de Namur, t. III, Liège, 1788, p. 1.
  • 54 P.-F. de Neny, op. cit., t. I, p. 188 ; t. II, p. 57 et 58.
  • 55 L. van der Essen et G. J. Hoogewerff, op.cit., p. 54 ; J.A. Van Houtte, op. cit., p. 4.

22Même si après 1650, le sentiment de la Grande Néerlande paraît avoir sombré, des vestiges demeurent. Ainsi M. van der Essen constate que, chez les Néerlandais émigrés à Naples, « un sentiment national général a continué à exister longtemps après la séparation [...], même jusqu’à la fin du 18e siècle »48. Ce n'est sans doute pas la seule constatation à verser au dossier. De 1747 à la fin de l’ancien régime, au gré d’éditions théoriquement revues, le Dictionnaire de Vosgien consacre l'unité, géographique au moins, des XVII Provinces49. L’Abrégé de la géographie à l’usage des jeunes personnes [...], La Haye, 1760, les envisage aussi comme un ensemble, politiquement divisé50. L’enseignement à la Faculté des Arts de Louvain ne s’écarte pas de ce principe51. Des cartographes, eux aussi, persistent à représenter la Belgica Foederata jusqu’en 179452. Galliot, avocat au Conseil de Namur, dans l’histoire de la ville et la province, écrit, en 1788 : « le comté de Namur fait partie des Pays-Bas, et est une des dix-sept provinces dont ce pays est composé »53. Le chef et président Neny élabore des Mémoires historiques et politiques pour l’instruction du futur Joseph II. Par trois fois, dont à l’occasion d’un titre, on y lit les « provinces autrichiennes des Pays-Bas », alors que d’habitude il recourt à l’expression « Pays-Bas autrichiens »54. Enfin le rêve de la réunion fait encore momentanément surface lors des préliminaires de la révolution brabançonne. En mai, Van der Noot sollicite l’appui des Provinces-Unies. Il est interrogé sur ses intentions en cas de victoire. Il envisage la fondation d’une république indépendante. Il n’exclut pas l’union à la République hollandaise, si la différence de religion ne constitue pas un obstacle55.

  • 56 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, IIIe ser., t. XIII, p.419. Le Manifeste du peuple brabançon (...)
  • 57 J. Craeybeckx, De Brabantse Omwenteling : een conservatieve opstandin een achterlijk land ?, in Ti (...)

23Révolution conservatrice, révolution de trois ordres, elle fut sans lendemain. Mais elle avait suscité un sursaut indéniable d’enthousiasme où, cependant, dans la ligne de l’ancien régime, le provincialisme domine. « Les différentes provinces se sont déclarées libres et indépendantes [...]. Après avoir resserré les anciens noeuds d’une étroite union et d’une amitié durable [...] », tels sont les termes employés dans le préambule de l’acte constitutif des Etats Belgiques Unis56. La révolution brabançonne fut croisade pour la défense de l'Eglise, combat pour les privilèges, mouvement dans lequel les masses se laissèrent largement entraîner. Même si des paysans, unis dans la « cabale des misérables », réclamaient le retour du despote Joseph II, pour les défendre contre l’exploitation par les nantis57.

  • 58 J. Stengers, La Belgique de 1830, op.cit., p. 11. M.-A. Arnould, Historiographie de la Belgique, o (...)
  • 59 Tarifs de 1670, 1671, 1680, 1749 (H. Van Houtte, Histoire économique de la Belgique à la fin de l' (...)

24Le sentiment de moins en moins diffus de former une nation, au-delà de la nationalité provinciale, devait se répandre par l’élite intellectuelle. Le rôle à cet égard de l’Académie impériale est indiscutable, notamment par l’intermédiaire des questions mise annuellement au concours58. Il devait en être de même, en dépit des divergences d’intérêts, pour la bourgeoisie marchande. Qu’elle exerce son négoce à Gand, Bruxelles ou Namur, elle était sujette aux mêmes tarifs douaniers à l’égard de l’étranger59.

  • 60 C. Bruneel, L’essor démographique, in La Belgique autrichienne, op. cit., p. 163-200.
  • 61 Pour la France, cf. S. Citron, op. cit., p. 161. Elle cite ce témoignage d'un prêtre corrézien en  (...)
  • 62 Cf. mon article sous ce titre dans L'Ecole primaire en Belgique depuis le moyen âge, catalogue de (...)
  • 63 P.-F. de Neny, op. cit., t. II, p. 213-215 ; J. Ruwet, Soldats des régiments nationaux au XVIIIe s (...)

25Citoyens des villes, aux mains des corporations, et manants des campagnes, soumis à leurs seigneurs, ne sont pas à ce point de vue dans les mêmes conditions. L'isolement relatif des ruraux est réalité. En 1784, les Pays-Bas autrichiens comptent environ 2.300.000 habitants. Les campagnes, qui constituent le réservoir de la croissance, en accueillent les trois quarts. Flandre et Brabant, les plus densément peuplées, groupent à elles seules la moitié de la population du pays. En 1779, à en juger par les marques au bas des actes d’état civil, 39 % des hommes, 63 % des femmes sont analphabètes. A la campagne, l’étude de l’exogamie le prouve, le paysan trouve sa compagne dans un rayon de 15 km environ de son propre clocher. Il ne quitte guère ses champs, sinon pour gagner le marché de la ville voisine. Le mauvais état des routes, à la saison pluvieuse ou en hiver, renforce sa solitude60. Dans sa vie quotidienne, l'autorité est incarnée par la personne du curé, de l’intendant du seigneur local, du mayeur. La patrie, c’est le village. L’esprit de clocher, lors de la ducasse, justifie les rixes de la jeunesse locale avec les « étrangers » des paroisses voisines. Audelà des bornes de la communauté, le nom des « Seigneurs Etats » évoque le payement de l’impôt. Le Brabançon, le Hainuyer, le Namurois... éprouvent cependant un loyalisme dynastique, nourri de sentimentalité, à l’égard d’un souverain inaccessible. L’école et l’armée ne contribuent pas à rompre l’individualisme ambiant61. L’enseignement élémentaire, quand il est fréquenté, a une fin première : « des Escoles pour instruire la jeunesse es Articles de la Foy et commandemens de l'Eglise », tel est le programme62. Le service militaire ne rassemble que des volontaires, une minorité de sujets. Dans l’armée de Philippe II, ils se distinguent des troupes étrangères « tels que Bourguignons, Espagnols, Allemands et Italiens ». Au XVIIIe siècle, les régiments dits nationaux sont distincts des régiments allemands63.

  • 64 Shaw, op. cit., p. 106 et 133. S’inspire-t-il de P.-F. de Neny, op. cit., t. II, p. 66 (« un peupl (...)
  • 65 [Derival de Gomicourt], Le voyageur dans les Pays-Bas autrichiens ou lettres sur l’état actuel de (...)

26Le creuset est mince. Il suffit cependant à ménager des différences perceptibles pour l’observateur étranger. Dans son Essai sur les Pays-Bas autrichiens, en 1788, Shaw relève ce trait : « Comme les Belges sont situés entre la Hollande et la France, ils réunissent dans leurs ouvrages la persévérance des Hollandois et l’imagination vive des François. Les Vallons ressemblent singulièrement pour la vivacité à ce dernier peuple, dont les terres touchent les leurs ». Il juge que le pays de Liège est « habité par un peuple belliqueux et turbulent »64. De son côté, le Français Derival oppose le caractère des Hollandais à celui des Flamands et des Brabançons. Il prête ces propos désabusés à un commerçant de Bruxelles, de retour d'un voyage à Amsterdam : « Toutes les fois qu’un de mes correspondans vient ici, je l’invite à dîner ; il y en a même quelques-uns d’entre eux qui logent chez moi, et quand je vais les voir, la seule chose qu’ils m’offrent, est la tasse de thé et la tartine »65.

  • 66 La Tour du Pin, cité par B.-J. Risopoulos, Naissance d’une Nation, in Journal des Tribunaux, 69e a (...)

27L’annexion par la France n’allait pas gommer le sentiment d’une nationalité liégeoise. A la veille de celle-ci encore, en 1792, les émigrés des deux Etats, regroupés en France, s’associent sous l’appellation de « Belges et Liégeois unis ». A la chute de l’Empire, et même au-delà, l’assimilation est loin d’être réalisée. Même si, pour un préfet de Napoléon, en 1813, elle paraît indéniable, en tout cas face aux voisins : « Ce peuple n’est ni anglais, ni autrichien, ni français, mais il est belge »66.

  • 67 J. Stengers, La Belgique de 1830, op. cit., p. 14-15.
  • 68 Selon Forster, « Un français reconnaîtrait à peine sa langue à travers le torrent de barbarismes q (...)
  • 69 Cité par J. Lejeune, op. cit., p. 92.
  • 70 L.-E. Halkin, Alexandre Dumas à Liège, dans La Vie wallonne, t. XL, 1966, p. 176. Voir aussi p. 18 (...)

28L’opposition au régime hollandais constituera le facteur décisif d’union dans la révolution67. Ce sentiment ne gomme cependant pas les différences. Dewez, en 1833, dans son cours d’Histoire de Belgique, note : « Comme à cette époque toutes les anciennes divisions de territoires ou de principautés disparaissent, j’en adopte une nouvelle [...]. La Belgique est partagée entre deux peuples, les Wallons et les Flamands. Les premiers parlent la langue française68 ; les seconds la langue flamande. La ligne de démarcation est sensiblement tracée »69. Tout comme elle l’est pour cette aubergiste liégeoise qui, en 1838, soupçonne Alexandre Dumas d’être « Belge » ou « Flamand » parce qu’il vient de Bruxelles70.

  • 71 J. Stengers, La Belgique de 1830, op. cit., p. 8-9.
  • 72 La loi de Beaumont en Belgique. Etude sur le renouvellement annuel desjustices locales, extrait du (...)

29La génération qui a pris le pouvoir en 1830 est persuadée de la nécessité de créer la « nation » belge. La réalité de celle-ci ne paraissait pas s’imposer aux yeux des diplomates. Léopold Ier lui-même constatait en 1859 : « La Belgique n’a pas de nationalité et vu le caractère de ses habitants ne pourra jamais en avoir »71. Tous visent évidemment l’Etat-nation. Une longue tradition de particularisme explique sans doute ce trait. Elle puise ses racines dans le nombre et la puissance des villes, le régionalisme des Etats. Ainsi Godefroid Kurth, chantre de la Nation, se déchaîne dans une étude historique sur la loi de Beaumont : « Mais l’ennemi s’approchait : l’Etat centralisateur né à la cour des souverains, après avoir broyé sur son passage tout ce que les villes avaient de libertés et de droits, atteignit enfin les villages jusqu’alors oubliés [...]. Mais leur cause était perdue d’avance [...]. Tous les droits et toutes les libertés devaient être tour à tour jetées en proie au despotisme de l’Etat : oeuvre de destruction à laquelle le XVIIIe siècle se voua sans scrupule et sans relâche »72.

  • 73 J. Lejeune, op. cit., p. 72 et 79.

30L’historien Moke à peine moins pessimiste que Léopold 1er, soulignait qu'avant 1830, cette nationalité n’existait que sous la forme d’un « sentiment confus ». Les pouvoirs publics du jeune Royaume vont donc s’attacher à le stimuler. Artistes et intellectuels auront pour mission de donner au pays la conscience d'une unité73.

  • 74 H. Hasquin, Historiographie et politique, op. cit., p. 21-43.
  • 75 Ibidem, p. 44-64 ; J.-J. Hoebanx, op.cit., p. 64-67 ; G. Trausch, Historiens, publicistes et natio (...)

31Cette cohésion, apparemment fragile, n’est pas à l’abri de menaces, le séparatisme des « orangistes » ou des « réunionnistes » tournés vers la France. Après 1840, la question des langues prend le relais. Au départ, le mouvement flamand n’a qu’une vocation culturelle et s’inscrit dans le cadre national. L'intransigeance, l’incompréhension, l’indifférence à son égard, selon le cas, vont le mener sur le terrain des revendications politiques. En 1873, le caractère bilingue du Royaume est reconnu au plan légal. L’incident de Risquons-Tout, en 1848, l’accession au trône de Louis-Napoléon-Bonaparte, partisan d’une frontière naturelle sur le Rhin, expliquent la gallophobie du moment. Dans les années 1887, le caractère inéluctable d'un conflit franco-allemand s’im pose aux esprits avisés. La question de la défense est à l’avant-plan des préoccupations. Partout, en Europe, les nationalismes s’enflent dangereusement. Tous ces facteurs pèsent sur la vie politique et l’histoire74. Les serviteurs de l’une et de l'autre rivalisent pour définir le « caractère belge », la « physionomie belge », « l'âme belge », etc. Les manuels scolaires font naturellement chorus. Kurth, Pirenne, Carton de Wiart dénoncent la tiédeur nationale, même chez les élites. Le premier nommé se réjouit cependant en 1913 de la progression en trente ans de la « fierté nationale ». H. Hasquin pense, contrairement à J.A. van Houtte, que « la “conscience belge” ne s’était pas affaiblie, quantitativement du moins, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Bien au contraire, écrit-il, l’idée nationale avait rallié à elle de très nombreux indifférents, même si, au même moment, les rangs des mouvements flamand et wallon s’étaient renforcés »75.

32Ces indifférents, apparemment en tout cas, il est par définition assez difficile d’appréhender les manifestations de leur opinion. Elle s’exprime cependant, de prime abord, dans des moments exceptionnels. Alors de larges couches de la nation se réveillent et paraissent se souder particulièrement. L’attitude de la majorité des Belges, lors des deux guerres mondiales, en est la preuve. La nation se redéfinit contre la menace extérieure. Tout comme, dans des circonstances plus banales, elle se délecte dans l’orgueil. Elle se retrouve alors dans ses vedettes. Plus d'un observateur a été surpris par cette marée humaine sur la grand-place de Bruxelles, en 1986, pour aduler une équipe de football de retour du « Mundial ».

  • 76 F. Perin, op. cit., p. 160.

33En dehors de ces sursauts, existe-t-il un courant plus profond ? L’enquête, sur ce point, me semble-t-il, est encore à faire. Il reste à interroger « la majorité silencieuse qui se caractérise par le fait qu’en général, en temps de paix comme en temps de guerre, elle ne pense rien »76. Une ébauche de réponse même est prématurée. Seules quelques directions de recherche peuvent être suggérées, exemples à l’appui dans l’espoir d’emporter la conviction quant à leur intérêt.

  • 77 A propos des trois organes de presse retenus, voir R. Campe, M. Dumon, J.-J. Jespers, Radioscopie (...)

34Pour atteindre l’opinion, l’étude de la presse semble un moyen adéquat, au prix d’une analyse critique naturellement. Le journal, dans certaines de ses rubriques, donne la parole à ses lecteurs, enregistre les réactions d’autres lecteurs à ce courrier. Il est naturellement difficile de mesurer la représentativité de ces témoignages individuels. Les textes émanant de la rédaction offrent à cet égard plus de garanties. En effet, le journal contribue à former l’opinion mais il en est également le reflet. Il est le produit d'un équilibre entre des tendances, un propriétaire, des rédacteurs et des lecteurs. Des écarts trop manifestes à son image seront sanctionnés par la désaffection de son public. Chaque organe de presse a naturellement son orientation propre et ses fidèles. Les analyses ne peuvent donc se limiter, comme dans la présente illustration, à une seule tendance et aux quelques années qui m'étaient le plus aisément accessibles77.

35Reste à déterminer les indicateurs à retenir. La fête nationale est un moment important, non le seul, de la vie de la nation. La commémoration du 11 novembre, la fête de la dynastie en seraient d’autres. La presse, évidemment, réserve une part plus ou moins large de ses colonnes à ces anniversaires. Dès lors, des tendances peuvent se dégager, à condition de s’affranchir des variations annuelles pour observer les mouvements longs. L’évolution se mesure, dans un premier examen, à partir de la surface réservée aux événements. Une analyse classique de presse, une critique détaillée devraient compléter ce premier regard. Elle devrait prendre en compte, naturellement, non seulement la surface globale, mais la répartition de celleci dans la géographie du journal. Elle aurait à se pencher sur les thèmes. L’accent est-il mis, le 21 juillet, sur le militaire, le défilé, le civil ? Tel est le cas dans le Patriote Illustré, en 1924 ou 1925. Y est représentée en pleine page la remise de décorations aux « vétérans du travail », à T « élite de l’armée du travail ». Des articles de fond, formatifs, complètent-ils le compte rendu des manifestations ? Bien sûr, l’étude ne peut négliger l’évolution de la technique journalistique, la contrainte des moyens, par exemple en matière d’illustration (dessin, photos en noir et blanc ou en couleurs au gré de l’époque). L’influence du développement des moyens d’information concurrents n’est pas à négliger. Le rôle de la radio, l’impact du reportage télévisé aujourd’hui pèsent indirectement sans doute sur la manière dont la presse écrite rend l’événement.

  • 78 E. Sicard, op. cit., p. 941.

36Des graphiques présentés ici, à titre d’essai, quelques années émergent. Elles reflètent des temps de fierté, de cohésion ou, au contraire, de risque de dislocation : 75e anniversaire de l'indépendance, lendemain de la première guerre mondiale, veille de la deuxième, question royale et retour du roi Léopold III. Entre les moments forts, la nécessité de l’affirmation se relâche, les courbes statistiques se creusent. Ces mouvements d’alternance successifs exigeraient une analyse plus fine, qui n’a pas sa place ici. Ils mériteraient une confrontation avec le discours politique. Leur existence, à elle seule, suffit à justifier la définition d’Emile Sicard : « Toute nation est sans cesse “en train de se faire et de se défaire” ; elle est perpétuellement “en construction” »78. Elle se bâtit à partir de l’image qu’elle se donne d’ellemême.

Notes

1 F. Perin, Histoire d’une nation introuvable, Bruxelles, 1988.

2 Ibidem, p.l0.

3 Les grandes synthèses postérieures à l'oeuvre de Pirenne sont ignorées. On relèvera ainsi l’omission de : Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. I-XII, ZeistAnvers, 19491958 ; t. IXIV, Haarlem, 1977-1983 ; Histoire de la Wallonie, sous la dir. de L. Genicot, Toulouse, 1973 ; La Wallonie, le Pays et les Hommes, sous la dir. de H. Hasquin, t. I-II, 2e éd., Bruxelles, 19791980 ; Histoire de Flandre des origines à nos jours, coord. scientifique E. Witte, Bruxelles, 1983.

4 Un premier volume, traduit en allemand, a été publié à la suggestion de K. Lamprecht : Geschichte Belgiens, t.I, Gotha, 1899.

5 H. Pirenne, La tâche de l’historien, extrait de la revue Le Flambeau, t. XIV. 1931, 18 p. ; Idem, De la méthode comparative en Histoire, discours prononcé à la séance d'ouverture du Ve Congrès international des sciences historiques, Bruxelles, 1923, 13 p.

6 M.-A. Arnould, Le travail historique en Belgique des origines à nos jours, Bruxelles, [1954], p.110-112 ; F. Vercauteren, Cent ans d'histoire nationale en Belgique, Bruxelles, 1939, p.100, 206 ; P. Harsin, Comment on pourrait concevoir l'enseignement de notre histoire nationale, in Bulletin de l'Académie royale de Belgique, Classe des Lettres, 5e série, t. XXXVIII, 1952, p.271277 ; J. Lejeune (éd. par B. Demoulin), Belges et Liégeois aux origines d'une historiographie nationale, in Annuaire d'histoire liégeoise, t. XXI, 1980-1981, p. 51-114 ; H. Hasquin, Historiographie et politique. Essai sur l'histoire de Belgique et la Wallonie, Charleroi, 1981 ; Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, in Revue de l'Université de Bruxelles, 1981, fasc. 1-2,p. 1-234 ; La fortune historiograhique (sic) des thèses d'Henri Pirenne, Bruxelles, 1986 (Archives et Bibliothèques de Belgique, no spécial 28) ; Henri Pirenne. De la cité de Liège à la ville de Gand, in Cahiers de Clio, été 1986, p. 1-135, cité par M. Perin qui en tire peu parti, me semble-t-il ; B. Lyon, Henri Pirenne. A biographical and intellectual study, Gand, 1974.

7 F. Perin, op. cit., p. 170, évoque l’existence de celle-ci mais ne cite pas les conclusions relevées ici.

8 Chambre des Représentants, Documents parlementaires de la session 1957-1958, no 940, p. 323-330 et plus particulièrement, p. 329.

9 Op. cit., p.9.

10 H. Pirenne, La tâche de l’historien, op. cit., p. 11-12 ; F. Vercauteren, op. cit., p.10-11.

11 H. Pirenne, De ta méthode comparative, op. cit., p.3 et 13.

12 M.A. Arnould, op. cit., p. 103.

13 Pirenne, Henri, notice de F.-L. Ganshof, in Biographie nationale, t. XXX. Bruxelles, 1959, col. 707-710.

14 Henri Pirenne. Hommages et souvenirs, t. II, Bruxelles, 1938, p. 385 et 506.

15 Dans sa toute dernière synthèse, publiée quelques mois après sa mort, Pirenne y renonce. Seules des conjectures peuvent être avancées au sujet de ce revirement. (A. Uyttebrouck, Henri Pirenne et les ducs de Bourgogne, in La fortune historiograhique(sic), op. cit., p. 97).

16 « Que si demain dans une Europe en gestation notre patrie s’effaçait en tant qu’entité politique indépendante, des finalistes se trouveraient pour démontrer que toute l’évolution historique y concourait » (P. HARSIN, op. cit., p.272). H. Van Houtte, La conception Grande-Néerlandaise de notre Histoire Nationale, in Académie royale de Belgique, Bulletins de la classe des Lettres [...], 5e série, t. XXIII, 1937, p.462480, rejette également ce finalisme. Il montre, p. 479-480, qu’on pourrait tout aussi bien parler d’une conception Grande-Gauloise en prenant en compte « la rupture du limes belge en 406, voire [...] la rupture du limes rhénan en 259 ». Sur cette question, voir surtout L. Vos et P.M.B. Blaas, De visie van de Grootnederlandse historiografen : aanleiding tot een nieuwe historiografle ?. in « 1585 : op gescheiden wegen », Handelingen van het colloquium over de scheiding der Nederlanden [...], éd. par J. Craeybeckx, F. Daelemans, F.G. Scheelings, Louvain, 1988, p. 197-220.

17 S. Citron, Le mythe national. L'histoire de France en question, Paris, 1987, p.8-9,23, 173 ; H. Le Bras et E. Todd, L'inventaire de la France. Atlas anthropologique et politique, Paris, 1981, p. 7-8 : « Le midi apparaît le plus souvent éclaté en quatre ou cinq composantes, le nord en six ou huit ». Pour la Belgique, cf. J. Stengers, Le mythe des dominations étrangères dans l'historiographie belge, in Revue belge de philologie et d’histoire, t. LIX, 1981, p. 382-401.

18 J.J. Hoebanx, L’histoire de Belgique dans quelques manuels scolaires, in Histoire et historiens depuis 1830, op. cit., p.62.

19 P. Harsin, op. cit., p.275.

20 F.vercauteren, op. cit., p. 11 ; M.-A. Arnould, Historiographie de la Belgique. Des origines à 1830, Bruxelles, 1947, p. 67.

21 ) Histoire de Belgique depuis les premiers temps jusqu’à nosjours, à l'usage des maisons d'éducation, Tournai, 1852, p. VI ; Histoire de la Wallonie, op. cit., p. 5 ; La Wallonie, le Pays et les Hommes, op. cit., t. I, p. 5-6.

22 J.Stengers, La Belgique de 1830, une « nationalité de convention » ?, in Histoire et historiens depuis 1830, op. cit., p. 10.

23 A. Uyttebrouck, op. cit., p. 100-102.

24 P.-F. de Neny, Mémoires historiques et politiques des Pays-Bas autrichiens, t. I, Bruxelles, 1785, p. 142. La Pragmatique Sanction de Charles VI, de 1713, « statua que la succession de tous ses pays héréditaires seroit conservée à jamais en une masse et indivisiblement » (Ibidem, p. 156-157). Lors de la guerre de Pologne en 1733, la France et les Provinces-Unies concluent une convention pour la neutralité des Pays-Bas (Ibidem, p. 166). A l’issue de la guerre de succession d’Autriche, le traité d'Aix-la-Chapelle de 1748 renouvelle le traité de Westphalie et les autres accords internationaux. Seuls les traités de la Barrière ne sont pas évoqués, en raison de l’opposition de Kaunitz. L’article VI restitue à l'impératrice « tous les Pays-Bas, tels qu’elle les avoit possédés avant la guerre » (Ibidem, p. 185). Sur l’oeuvre de Neny, cf. Cl. Sorgeloos, Les Mémoires historiques et politiques sur les Pays-Bas autrichiens de Patrice-François de Neny. Rédaction, diffusion et publication, Bruxelles, 1989.

25 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. V, 2e éd., Bruxelles, 1926, p. 231.

26 J. A. Van Houtte, Le sentiment national belge au XIXe siècle, in Revue générale belge, t. XCVII, fasc. 2, février 1961, p. 4.

27 Cité d’après F. Vercauteren, op. cit., p. 151-152.

28 Cf. l'Almanach de la cour sous les dominations autrichiennes et françaises, la monarchie des Pays-Bas et le gouvernement belge de 1725 à 1840, formant/’introduction à l'Almanach royal officiel de Belgique, Bruxelles, s. d.

29 Le projet d’entente, un moment caressé, entre les révolutions liégeoise et brabançonne échoue en raison de leur attitude diamétralement opposée à l’égard du clergé (J.A. Van Houtte, op. cit., p. 5-6).

30 J. Stengers, La Belgique de 1830, op. cit., p. 8.

31 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, nouv. éd., t. XXII, Genève, 1779, p. 747. Le Dictionnaire de Trévoux, t. VI, Paris, 1771. p. 145, note : « on le dit aussi des habitans d'un même pays, quoiqu’il soit partagé en divers états et en différens gouvernemens. Ainsi l’on dit la nation allemande, la nation italienne ». Sur l’évolution des acceptions, voir le Trésor de la langue française, t. XII, Paris, 1986, p. 2-3.

32 G. Burdeau, L'idée de nation, in Enc. Univ., Corpus, vol. XII, 1985, p. 934-937 ; E. Sicard, La construction nationale, ibidem, p. 938-941 ; R. Lafont, Sur la France, Paris, 1968, p. 34-57.

33 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. IV, 3e éd., Bruxelles, 1927, p. 74-75, 226-227, 267-270, 405 ; J. Gilissen, Les Etats Généraux en Belgique et aux Pays-Bas sous l’Ancien Régime, in Anciens Pays et Assemblées d'Etat, t. XXXV, 1966, p. 408-409 et 422 ; R. Wellens, Les Etats Généraux des PaysBas des origines à la fin du règne de Philippe le Beau (1464-1506), ibidem, t. LXIV, 1972, p. 421-525, relève 68 réunions de 1464 à 1506.

34 P.-F. de Neny, op. cit., t. I. p. 157.

35 Suivant l’expression du professeur Van Rossum, lettre du 10 avril 1781 (Archives générales du Royaume, Conseil privé autrichien, carton 1075A). La division en nations (Brabantia, Gallia. Flandria, Hollandia) à la faculté des Arts de l’université de Louvain n’a plus, en 1615 en tout cas, qu’une valeur administrative. Elle ne fournit plus aucune indication sur la nationalité des membres de ces groupements (L. vander Essen, L'université de Louvain (1425-1940), Bruxelles, 1945, p. 232-233).

36 Le chef de file aux Pays-Bas fut P. Geyl. Cf. H. Van Houtte, op.cit., surtout aux p. 466-468 ; L. vander Essen et G.J. Hoogewerff, Le sentiment national dans les Pays-Bas, 2e éd., Bruxelles, 1944, p. 10 et son élève, E. Baudart, La nation des Pays-Bas anc iens devant l'histoire, in Miscellanea in honorent Leonis van der Essen, t. I, Bruxel les-Paris, p. 15-23.

37 L. van der Essen et G.J. Hoogewerff, op.cit., p. 4043, 75, 8687.

38 J. Stengers, La genèse du sentiment national belge, in « 1585 : op gescheiden wegen », op. cit.,p. 243-251. Pour sa part. F. Prims situe l’éclosion du sentiment national belge au XVIIe siècle. (De wording van het nationaal bewustzijn in onze gewesten, 3e éd., Anvers, 1938, p. 117 et sv.).

39 M. Cloet, De gevolgen van de scheidingder Nederlanden op religieus, cultureel en mentaal gebied, van circa 1600 tot 1650, in »1585 : op gescheiden wegen », op. cit., particulièrement p. 5.358 et 6768.

40 « Tirlemont, qui fut saccagé le 6 juin, avec des inhumanités dont on n’a pas d’exemple ». (P.-F. de Neny, op. cit.. t. I, p. 78) ; P. V. Bets, Campagne des Français et des Hollandais dans les provinces belges en 1635, et Notre-Dame Consolatrice de Tirlemont, Louvain, 1859.

41 P.-F. de Neny, op. cit., t. I, p. 141 ; Shaw, Essai sur les Pays-Bas autrichiens, Londres, 1788, p. 95-96 ; E. Hubert, Etude sur ία condition des protestants en Belgique depuis Charles-Quint jusqu’à Joseph II, Bruxelles, 1882, p. 6475 ; Idem, Notes et documents sur l'histoire du protestantisme à Tournai pendant le XVIIIe siècle, Bruxelles, 1903-1904, p. 17-1 10 ; Idem, Le protestantisme dans le Hainaut au XVIIIe siècle, Bruxelles, 1926 ; Idem, Les garnisons de ta Barrière dans les Pays-Bas autrichiens, 1715-1782, Bruxelles, 1902.

42 H. Pirenne, Notice sur Godefroid Kurth, Bruxelles, 1923, p. 33-34.

43 Shaw, op.cit., p. 111. Il est à remarquer que les ouvrages de géographie parlent toujours des Pays-Bas catholiques. Cf. infra, notes 49 et 50.

44 La tolérance civile, Colloque [...] de Mons, Actes publiés par R. Crahay, Bruxelles, 1982.

45 P.-F. de Neny, op. cit., t. I, p. 162-164 ; H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. IV, 3e éd., Bruxelles, 1927, p. 416417 ; M. Huisman, La Belgique commerciale sous l’empereur Charles VI. La Compagnie d’Ostende, Bruxelles, 1902.

46 J. Lejeune, op. cit., p.89-91. Le latin et le français sont les langues internationales.

47 J. Roegiers, Nederlandse vrijheden en trouw aan het huis van Oostenrijk, in Etudes sur le XVIIIe siècle, t. XV, 1988, p. 152-153.

48 L. van der Essen et G.J. Hoogewerff, op. cit., p. 97-106.

49 Dictionnaire géographique portatif [...], traduit de l'anglais [...] avec des additions [...] par M. Vosgien, Paris. 1747, p. 406. « Pays-Bas (les), Belgium. Con. d’Eur. composée de 17 Prov. sit. entre l'Αl. la Fr. et la mer du Nord. [....] Huit de ces Prov. qui sont vers le N. ayant secoué la domination Esp. formèrent une Répub. qui est aujourd’hui la plus puissante de l’Eur. et connue sous le nom de Prov. Unies. [...] On appelle les autres Prov. les Pays-Bas Catholiques. Elles appart. partie à la Maison d’Autriche, et le reste à la Fr. chaque partie porte le nom de son Souv. ».Texte identique ou voisin dans les éditions de Paris, 1755, Bruxelles, 1783 ; abrégé dans l’édition de Paris, 1795.

50 Extrait de la géographie moderne par M. l’abbé Nicolle de la Croix, p. 28-29. Les Annales Belgiques ou des Pays-Bas de A.-F.-J. Dumees, avocat au Parlement (Douai,1761), couvrent l’histoire des XVII provinces de 1477 à 1668. L’auteur justifie, p. XII, le terminus ad quem : « Les événemens qui suivent la campagne fameuse de 1667 [...] sont aujourd’hui confondus dans l'histoire de France ».

51 J. Roegiers, op. cit., p. 150. La répartition des nouvelles dans la presse témoigne du même état d’esprit (Ibidem, p. 154).

52 C. Koeman, Atlantes Neerlandici, t.V, Amsterdam. 1971. en donne la liste aux p. 210-211.

53 Histoire générale, ecclésiastique et civile de la province de Namur, t. III, Liège, 1788, p. 1.

54 P.-F. de Neny, op. cit., t. I, p. 188 ; t. II, p. 57 et 58.

55 L. van der Essen et G. J. Hoogewerff, op.cit., p. 54 ; J.A. Van Houtte, op. cit., p. 4.

56 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, IIIe ser., t. XIII, p.419. Le Manifeste du peuple brabançon de Van der Noot, les nombreux pamphlets parlent cependant du « peuple Belgique », de la Belgique, des Belges (Cf. J. Stengers, Le mythe des dominations, op. cit., p. 384-385).

57 J. Craeybeckx, De Brabantse Omwenteling : een conservatieve opstandin een achterlijk land ?, in Tijdschrift voor geschiedenis, t. LXXX, 1967, p. 303-330 ; C. Bruneel, L'adhésion populaire à la révolution : les campagnes brabançonnes en 1790, in Actes du colloque sur la Révolution brabançonne, 13-14 octobre 1983, éd. par J. Lorette, P. Lefèvre et P. De Gryse (Centre d'histoire militaire. Travaux, 18), p. 133-166 ; L. Dhondt, « La Cabale des Misérables » de 1790. La révolte des campagnes flamandes contre la révolution des notables en Belgique (1789-1790). in Etudes sur le XVIIIe siècle, t. VII, 1980, p. 107-134.

58 J. Stengers, La Belgique de 1830, op.cit., p. 11. M.-A. Arnould, Historiographie de la Belgique, op.cit., p. 62-64. On trouvera la liste des questions dans Inventaire des Archives de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1769-1984, sous la dir. de J.-L. De Paepe (Archives et collections thérésiennes, 1), p. 9-18.

59 Tarifs de 1670, 1671, 1680, 1749 (H. Van Houtte, Histoire économique de la Belgique à la fin de l'Ancien Régime, Gand, 1920, p.301-309.

60 C. Bruneel, L’essor démographique, in La Belgique autrichienne, op. cit., p. 163-200.

61 Pour la France, cf. S. Citron, op. cit., p. 161. Elle cite ce témoignage d'un prêtre corrézien en 1885 : « La patrie, un beau mot [...] qui fait tressaillir chacun, excepté le paysan ».

62 Cf. mon article sous ce titre dans L'Ecole primaire en Belgique depuis le moyen âge, catalogue de l’exposition tenue à la C.G.E.R. (10 octobre 1986-11 janvier 1987), Bruxelles, 1986, p. 153162.

63 P.-F. de Neny, op. cit., t. II, p. 213-215 ; J. Ruwet, Soldats des régiments nationaux au XVIIIe siècle. Notes et documents, Bruxelles, 1962.

64 Shaw, op. cit., p. 106 et 133. S’inspire-t-il de P.-F. de Neny, op. cit., t. II, p. 66 (« un peuple inquiet, remuant et belliqueux ») ?

65 [Derival de Gomicourt], Le voyageur dans les Pays-Bas autrichiens ou lettres sur l’état actuel de ces pays, t. I, Amsterdam, 1782, p. 2329.

66 La Tour du Pin, cité par B.-J. Risopoulos, Naissance d’une Nation, in Journal des Tribunaux, 69e année, no4040, 1954, p. 638.

67 J. Stengers, La Belgique de 1830, op. cit., p. 14-15.

68 Selon Forster, « Un français reconnaîtrait à peine sa langue à travers le torrent de barbarismes qui constituent le vocabulaire de ces misérables écrivains. » Cité par P. de Hauleville, La Nationalité Belge ou Flamands et Wallons, Gand, 1870. p. 19.

69 Cité par J. Lejeune, op. cit., p. 92.

70 L.-E. Halkin, Alexandre Dumas à Liège, dans La Vie wallonne, t. XL, 1966, p. 176. Voir aussi p. 182, le témoignage de M. Polain : « il faut vous dire que notre mariage avec la Belgique est une espèce de mariage de raison : nous vivons séparés de corps, si bien que, lorsqu'un Liégeois va à Louvain, il dit : Je vais en Flandre ».

71 J. Stengers, La Belgique de 1830, op. cit., p. 8-9.

72 La loi de Beaumont en Belgique. Etude sur le renouvellement annuel desjustices locales, extrait du t. XXXI des Mémoires [...] couronnés par l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1881, p.31 et 34. De son côté, L.-P. Gachard, Précis du régime municipal en Belgique avant 1794, Bruxelles, 1834, p. 4, écrit : « Le système municipal [...] faisait l’orgueil de nos pères, qui le regardaient comme une des principales bases du bonheur de la nation [...] ; l’attachement aux anciens usages, aux anciennes lois, est un des traits distinctifs du caractère national ».

73 J. Lejeune, op. cit., p. 72 et 79.

74 H. Hasquin, Historiographie et politique, op. cit., p. 21-43.

75 Ibidem, p. 44-64 ; J.-J. Hoebanx, op.cit., p. 64-67 ; G. Trausch, Historiens, publicistes et nationalistes belges face à la question du Luxembourg à la veille de la première guerre mondiale, in Histoire et historiens depuis 1830, op. cit., p. 44-45 ; J.-A. Van Houtte, op.cit., p. 2242. G. Kurth tente d'expliquer ce manque de « fierté nationale » des Belges de sa génération (La Nationalité Belge, Namur, 1913, p. 105) : le fait d'être un petit peuple, qui en a le complexe ; qui est à peine indépendant, marqué par le « provincialisme [...] des Pays-Bas catholiques ». L’Etat est identifié à l’Etranger, habitude née des guerres et des occupations étrangères (R. Micha et A. De Waelhens, Du caractère des Belges, in Les Temps modernes, t. IV, no 41, 1949, p. 436-437).

76 F. Perin, op. cit., p. 160.

77 A propos des trois organes de presse retenus, voir R. Campe, M. Dumon, J.-J. Jespers, Radioscopie de la presse belge, Verviers, 1975, p. 57-74, 337-340. La Libre Belgique, éditeur du Patriote, est définie comme « journal catholique indépendant ». La Métropole « est restée très conservatrice, catholique et « fransquillonne » « .

78 E. Sicard, op. cit., p. 941.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/5556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search