Version classiqueVersion mobile

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Troisième partie : Belgitude et histoire

Y a-t-il une nation belge ?

Jean-Marie Cauchies

Texte intégral

Introduction

1Dans un discours de circonstance prononcé en 1899, intitulé La Nation belge, l’illustre Henri Pirenne s’exprimait en ces termes :

  • 1 H. Pirenne, La Nation belge, 3e édit., Bruxelles, 1900, p. 2.

2« Il est faux que nous n’ayons pas de droit à une existence nationale propre, faux que nous soyons sans passé et par conséquent sans avenir, faux enfin que nous n’ayons de raison d'être que des combinaisons de politique européenne, de titres que des traités internationaux... Ne lui (= notre histoire) voyant pas, dès l’abord, ces caractères d'unité et de logique si frappants dans celles, par exemple, de France ou d’Angleterre, on s'est hâté d’affirmer qu’elle n’était pas, et cette solution simpliste s’est trouvée contraire à la vérité »1.

  • 2 Ibidem, p. 4 (« l’unité nationale a précédé l’unité de gouvernement »), 6, 14 (« à la fin du moyen (...)
  • 3 H. Pirenne, La Nation belge, op. cit., p. 16 (c'est nous qui soulignons).

3Que de ruisseaux d’encre des considérations semblables à celles-là n’ont-elles pas fait couler... ! Que de torrents de paroles n’ont-elles pas alimentés... ! Pour ou contre une « nation belge » dans l’histoire ? Posée de manière aussi abrupte et simpliste, la question eût sans doute surpris Pirenne. Ce dernier n'a écrit textuellement nulle part que la Belgique exista de toute éternité, à tout le moins depuis x siècles, comme nation. Ce qu’il a fait, c’est en souligner le destin à ses yeux inéluctable : la Belgique, dotée de très longue date d'une « civilisation commune », d’une « unité de vie sociale »2, mais consacrée comme Etat en 1830/31 seulement, ne fut pas un accident de l’histoire, les temps révolus l’ont préparée : « En dépit de la différence des temps et des milieux, la Belgique moderne est bien la continuation des anciens Pays-Bas »3.

  • 4 Ch. Terlinden, Laformation du royaume de Belgique, in Histoire de la Belgique contemporaine 1830-1 (...)

4Si la vision de Pirenne fit et fait encore l’objet de critiques parfois acerbes et virulentes, elle donna lieu aussi à des interprétations. Fondées sur des convictions personnelles, celles-ci ne manquent d'ailleurs pas de révéler souvent chez ceux qui les formulent, surtout lorsqu’ils sont hommes de science et donc scrupuleux, quelque hésitation, quelque malaise. Ainsi, en 1928, collaborant à une Histoire de la Belgique contemporaine 1830-1914, le Vicomte Charles Terlinden, professeur à l’Université catholique de Louvain, déclare-t-il « irréfutable » l’ancienneté de la « nationalité belge », bien antérieure à 1830 et à celle de nombreux autres états européens, attestée de facto depuis le rassemblement territorial du XVe siècle, de jure depuis le règne de Charles Quint ; il décèle aussi, dans une ligne proche de celle de Pirenne, simultanément au sein des principautés médiévales non encore réunies, « plusieurs des caractères inhérents à une nation » : et d’invoquer, par-delà d’évidentes différences ethniques et linguistiques, de nombreux liens politiques, économiques. Mais, presque inconsciemment, Terlinden laisse alors échapper un mot périlleux : « elles (= ces principautés) se virent, en maintes circonstances, obligées de se grouper et de s’entendre... » Obliger, cela peut-il encore être le ferment d’une nation4 ?

  • 5 Cette réflexion nous a été inspirée notamment par les propos récents d’un président de parti polit (...)

5A mon sens, la Belgique n’a pas besoin d’avoir été depuis longtemps une « nation » pour revendiquer, à bon droit, un passé riche et spécifique. Pour éviter toute équivoque, tout a priori, j’ai pris l’habitude, en début d’année universitaire, d'avertir mes étudiants de seconde candidature aux Facultés Saint-Louis et à Louvain-la-Neuve que mon cours intitulé officiellement « Introduction historique aux institutions de la Belgique », plus familièrement dénommé « Histoire de Belgique », retracera quelques grands axes du passé des territoires qui constituent aujourd'hui la Belgique. Et je m’exprimerais, à coup sûr, dans des termes identiques si je leur enseignais l’histoire de l'Europe, ou celle de la Wallonie... Demandons-nous toutefois, avec le recul bénéfique à l'historien, si le fait d’avoir au cours des siècles, et plus particulièrement depuis cent cinquante ans, entrepris et réussi quelque chose en commun, n’atteste pas que l’on possédait indubitablement quelque chose de commun5.

6Le concept de « nation » a été retenu par les organisateurs de la rencontre de ce soir pour servir d’angle d’attaque à une approche historique du problème belge. Une nation, c’est-à-dire, s’il est permis d’oser définir ici, une communauté d’humains vivant sur un territoire et animés d’un sentiment collectif au regard de leur destinée.

  • 6 Ch.-E. Lagasse, Les institutions politiques de la Belgique, Louvain-la-Neuve, 1988, p. 11, 125, 28 (...)

7Notre charte fondamentale, plus attentive à l’Etat, « habit juridique » de la Nation, selon l’heureuse formule de Charles-Etienne Lagasse, nous livre peu de choses sur elle. La Constitution belge de 1831, dans ses articles 25 et 32, déclare en effet simplement que tous les pouvoirs en émanent et que chaque parlementaire la représente dans son ensemble6.

  • 7 Nations bourgeoises, in Dictionnaire d'histoire de Belgique, sous la dir. de H. Hasquin, Bruxelles (...)
  • 8 H.-J. Becker, Natio, in Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. III, 1984, col. 862-866.

8Le vocable « nation » vient de nasci, natus, naître, provenir, et est donc sous-tendu par l’idée d’origine. Le chroniqueur Réginon de Prüm (mort en 915) écrit que les nations (« diversae nationes populorum ») se distinguent les unes des autres par quatre traits : « genus » (la naissance, ou la race), « mores », « lingua », « leges ». Au moyen âge, le mot sert à désigner des groupes non seulement ethniques, mais encore d’essence sociale ou fonctionnelle ; « de ingenuis aut de servientibus ceterisque nationibus », trouve-t-on dans le formulaire dit de Marculfe, des VIIe-VIIIe siècles, destiné aux rédacteurs d’actes juridiques. Et lorsqu'on parlera des « nations » de Bruxelles sous l’Ancien Régime, on désignera en fait des groupements de corporations7. Même quand il recouvre une réalité géographique, le terme peut viser autre chose qu’un peuple, ou un état, ainsi dans les universités ou les conciles, où la natio germanica inclut entre autres des Bohémiens, des Hongrois, des Scandinaves...8.

  • 9 Ibidem, col. 865.
  • 10 W. Wegener, Nationalitàtenstaat, ibidem, col. 866.
  • 11 A. Cauchie, Le comte L.C.M. de Barbiano di Belgiojoso et ses papiers d’Etat conservés à Milan. Con (...)
  • 12 L. Dhondt, Politiek en institutioneel onvermogen 1780-1794 in de Zuidelijke Nederlanden, in Algeme (...)
  • 13 J. Stengers. La genèse du sentiment national belge, in « 1585 : op gescheiden wegen... ». Handelin (...)

9A l'époque dite moderne, des gouvernants ou des intellectuels utilisent volontiers le mot pour susciter une solidarité, un patriotisme, un réflexe de défense face à ce qui est étranger : « deutsche Nation », lira-t-on dès le XVIe siècle dans les actes de la Diète, c’est-à-dire de l’assemblée des princes et des villes d'Allemagne, entendez de l’Empire, soit théoriquement d'une construction politique niant et transcendant les nationalités9. Dans la pensée politique du XVIIIe siècle, entre autres chez Herder (1744-1803), l’identité de la Nation et de l’Etat apparaît comme le plein accomplissement d’un ordre politique10. L’expression « nation belgique » n’est pas exceptionnelle dans les Pays-Bas méridionaux dits autrichiens ; ainsi, le 3 juillet 1787, l’empereur Joseph II écrit-il au ministre plénipotentiaire Belgiojoso qu’une concertation à Vienne lui semble être le seul moyen « pour conserver encore à la nation belgique ses privilèges et épargner les flots de sang »11. Et le flot non de sang, Dieu merci !, mais de pamphlets qui se répandent alors contre les réformes du monarque, les manifestations que ces réformes engendrent, font écrire à l’historien flamand Luc Dhondt, dans l’Algemene Geschiedenis der Nederlanden, qu’un patriotisme était bien né. Patriotisme, ressort national s’il en est. Et le Bruxellois Jean Stengers de nuancer : patriotisme alors renforcé et révélé, plutôt que né12, car « préexistant » à la révolution dite brabançonne13.

  • 14 Cf. P. Fougeyrollas, La Nation. Essor et déclin des sociétés modernes, Paris, 1987, p. 15.

10Tandis que Rousseau, dans son Contrat social (1762), faisait de la nation l'ensemble des habitants d'un pays, conscients de leurs droits, seule source légitime du pouvoir politique, le marquis de Mirabeau, dans les années 80 du même XVIIIe siècle, voyait encore dans la France un « agrégat inconstitué de peuples désunis »14. Quels contrastes dans un pays où, de nos jours, on rechigne pourtant moins que dans le nôtre à affirmer l’ancienneté de la Nation...

11Nation-concept juridique, nation-structures politiques, nation-sentiment collectif : tels paraissent être les trois facettes, les trois ingrédients principaux de la question ici posée. Pour en débattre, les organisateurs ont invité à notre tribune deux universitaires : l’un est historien de métier, l’autre est juriste inspiré, stimulé par l’Histoire.

Notes

1 H. Pirenne, La Nation belge, 3e édit., Bruxelles, 1900, p. 2.

2 Ibidem, p. 4 (« l’unité nationale a précédé l’unité de gouvernement »), 6, 14 (« à la fin du moyen âge le temps était venu, en effet, où les divers territoires des Pays-Bas devaient nécessairement s’unir en un même corps d’Etat »), Cf. aussi Idem. Histoire de Belgique des origines à nos jours, édit. illustrée, t. I, Bruxelles, s.d. (1948), p. 11 (Préface), 342 (Introduction au Livre V : « L’unification des Pays-Bas ») : « L’histoire politique, d’ailleurs, n’occupe pas la majeure partie de l’ouvrage. J’ai cru devoir insister davantage sur la formation de ce que l’on pourrait appeler la “civilisation commune” de la Belgique. C’est elle, en effet, qui donne à notre histoire son aspect caractéristique. C’est dans les manifestations si variées de notre vie sociale qu'apparaît le plus clairement notre originalité » ; « il a été donné aux ducs de Bourgogne d'achever, dans la première moitié du XVe siècle, l'oeuvre d’unification commencée bien avant eux... Rien ne serait plus faux cependant que d’expliquer par le seul hasard leur extraordinaire fortune... En réalité, les ducs ont continué de pousser les Pays-Bas vers le but où ils tendaient depuis des siècles ».

3 H. Pirenne, La Nation belge, op. cit., p. 16 (c'est nous qui soulignons).

4 Ch. Terlinden, Laformation du royaume de Belgique, in Histoire de la Belgique contemporaine 1830-1914, t. I, Bruxelles, 1928, p. 3 et sv.

5 Cette réflexion nous a été inspirée notamment par les propos récents d’un président de parti politique flamand : cf. Herman Van Rompuy : « La Belgique existe », in La Libre Belgique, 9 novembre 1988, p. 3.

6 Ch.-E. Lagasse, Les institutions politiques de la Belgique, Louvain-la-Neuve, 1988, p. 11, 125, 286. On verra ciavant, dans sa contribution, le sens distinct que F. Delpérée attribue à la « Nation » de l’article 25 (= pouvoir constituant originaire) ; cf. aussi F. Delperee, Le « peuple », la « nation », l’« Etat » et la « communauté » dans la Consti tution belge, in Le concept de peuple, édité par F. Rigaux, Bruxelles, 1988, p. 65-71 (référence aimablement communiquée par notre collègue H. Dumont).

7 Nations bourgeoises, in Dictionnaire d'histoire de Belgique, sous la dir. de H. Hasquin, Bruxelles, 1988, p. 343.

8 H.-J. Becker, Natio, in Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. III, 1984, col. 862-866.

9 Ibidem, col. 865.

10 W. Wegener, Nationalitàtenstaat, ibidem, col. 866.

11 A. Cauchie, Le comte L.C.M. de Barbiano di Belgiojoso et ses papiers d’Etat conservés à Milan. Contribution à l’histoire des réformes de Joseph II en Belgique, in Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. LXXXI, 1912, p. 266.

12 L. Dhondt, Politiek en institutioneel onvermogen 1780-1794 in de Zuidelijke Nederlanden, in Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. IX, Bussum, 1980, p. 145.

13 J. Stengers. La genèse du sentiment national belge, in « 1585 : op gescheiden wegen... ». Handelingen van het colloquium over de scheiding der Nederlanden, gehouden op 22-23 november 1985, te Brussel, Louvain, 1988, p. 237-251 (cf. en particulier p. 245-246,251 : « ... à la fin du XVIIIe siècle, des temps révolutionnaires permettront... de mesurer quelle place il [un sentiment national] avait pris dans les coeurs » ; « 1830... donne l’indépendance à une nation qui est déjà enracinée dans l'histoire. Si l'on veut, d'une manière évidemment artificielle, donner une date de naissance à cette nation, nous dirons : 1585 »).

14 Cf. P. Fougeyrollas, La Nation. Essor et déclin des sociétés modernes, Paris, 1987, p. 15.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search