Version classiqueVersion mobile

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Deuxième partie : Belgitude et sociologie

Quelques réflexions anthropologiques au sujet de la belgitude et de la crise de l’État belge

Johan Leman

Texte intégral

1Ces quelques réflexions veulent reprendre très brièvement l'analyse faite par M. Hugues Dumont dans le document introductif, pour suggérer ce qui, probablement, pourrait se révéler une hypothèse « vécue », sinon la seule « réaliste » que je vois pour le moment, en tant qu'anthropologue, au sujet de la belgitude. En effet, dans mon analyse, à laquelle H. Dumont se réfère sous « la voie de la contestation », il n’est, en réalité, pas question d’une position ni pour ni contre une belgitude. Je prétendais seulement que, dans le cas des quelques auteurs francophones mentionnés (M. de Ghelderode, L. Wouters et J. Brel), leurs propres paroles se faisaient curieusement bien expliquer à travers une lecture diachronique des générations dans le monde immigré, phénomène qui n’est même pas à limiter à la seule Belgique, mais qu’on retrouve un peu partout dans l’immigration (Etats-Unis, Australie, Canada compris).

2Cela dit, que penser, en tant qu’anthropologue, d’une « belgitude » ? Ce sentiment est-il irréel ou même définitivement inexistant ?

  • 1 C. Braeckman et C. Bricman, L’avenir fugitif de l'identité belge : Flamands ou Wallons, Européens (...)

3La « belgitude » dont parlaient H. Pirenne, A. De Waelhens et R. Micha, définie comme syncrétisme harmonieux (Pirenne) ou équilibre continuellement menacé (Micha), n’a jamais suscité un sentiment émouvant profondément la grande masse des Belges. De Waelhens et Micha l’ont écrit eux-mêmes ; et encore en janvier’89, C. Braeckman et C. Bricman ont constaté que « le chauvinisme belge n’a jamais été (...) particulièrement virulent si ce n’est, avec un impact fort limité, dans l'euphorie de la victoire, au lendemain de chacune des deux guerres mondiales. L’Etat belge est somme toute une réalité à laquelle chacun s’est habitué - ou résigné-, que personne ne révère ni ne hait férocement et qui est en train de se transformer dans une relative indifférence »1. Ceci n’est pas nécessairement un mal, mais ça laisse un peu perplexe... et ce n’est pas très inspirant non plus. Donc... quelque chose manque quand même.

4Si on cherche à comprendre de quoi serait concrètement composée une « belgitude », on peut distinguer trois pistes : une première, d’ordre anecdotique et moins intéressante, est malheureusement la plus connue, aussi à l'étranger, il s’agit de la belgitude style « patates frites » et « Manneken pis » ; une deuxième, sérieuse, et qui, à mon avis, a quelque chose de substantiel, est d’ordre strictement historique ; une troisième, aussi sérieuse, est de l’ordre des erreurs commises et des occasions ratées dans le passé... et en même temps de l’ordre d’un projet possible pour l’avenir.

1. La piste d’ordre anecdotique

5Ce qui est étonnant, c’est que des auteurs comme De Waelhens et Micha, et plus tard même C. Javeau, tous trois, à leur façon, des défenseurs de la vieille thèse de la « belgitude », se perdent souvent dans l’anecdotique, ou encore « le caractérologique » en décrivant « les Belges », c’est-à-dire ce que Wallons et Flamands auraient en commun.

6Mais n’est-ce pas souvent faute de mieux ? En effet, le type de description auquel on arrive alors est aussi bien caractéristique d’autres peuples, non belges. Le Belge se fout de l’Etat ? (Et les Italiens ?) Le Belge cherche à payer le moins possible au fisc ? (Ce n’est quand même pas typiquement « belge », cela !) Le problème n’est-il pas que ce genre de caractéristiques devient si vite « typiquement belge » pour ces auteurs, parce que, d’un côté, on sent qu’il y a quand même « un quelque chose de belge » en nous tous, mais qu'il y a, d’autre part, un certain nombre de niveaux d'analyse à propos desquels on ne voit pas bien comment s’y prendre. Alors on en arrive vite à une soi-disant « typologie » ou « caractérologie » vraie et pas vraie en même temps.

2. La piste d’ordre historique

7Pourtant, C. Javeau touche aussi à un autre registre, qui est plus prometteur. Il s’agit de notre tradition « belge » d’autonomie communale, ce qui veut dire en même temps une richesse et une variété de cultures locales et d’autonomies. Dans un certain sens, la Belgique est un pays extrêmement varié à l’échelle qui est la sienne, et cela non seulement du point de vue des paysages, mais aussi des moeurs et des traditions locales. On n’en est pas toujours conscient en restant dans le pays même, mais cela devient plus évident quand on fréquente d’autres régions aux mêmes mesures ou même beaucoup plus grandes.

8L'autonomie locale renvoie à un passé d’ordre institutionnel, mais aussi culturel, et a été à la base d’un sentiment de liberté vis-à-vis d’entités plus grandes, qu’on a trop tendance à décrire seulement en termes négatifs : le « je-m’en-foutisme » vis-à-vis de l’Etat, etc... Cet aspect d’autonomie locale a sûrement été présent, comme aspect positif, d’un côté et de l’autre, dans une affaire qui a tant brouillé les cartes en Belgique pendant des années entières, c’est-à-dire l’affaire des Fourons, et on la retrouve même dans la discussion sur les ports nationaux.

9Cette piste comme « originalité » de la Belgique, et peut-être même du Bénélux, mérite d’être approfondie.

10Mais ce genre de démarche, en soi, ne conduit pas à des données qui stimulent l’affection « nationale » ou sont à la base d’un sentiment d’appartenance à un « nous » commun. Une identité « nationale », faisant appel aux sentiments, est toujours aussi d’ordre « ethnique » et se base sur la création d’emblèmes, de symboles, de « mythes », de soi-disant « faits historiques » qui se sont réalisés au moment de la création d’un peuple ou à des moments décisifs de son histoire. La « bataille des éperons d’or » pour les Flamands avec son « Lion de Flandre », etc.., ou une Jeanne d’Arc pour la France, Georges Washington pour les Américains... La Belgique n’a pas de semblables symboles ni des mythes qui touchent en même temps aux coeurs des Flamands, des Wallons, des Bruxellois et des Allemands des cantons de l’Est.

11Il est néanmoins un fait que certaines spécificités intéressantes au niveau des libertés communales auraient mérité un peu plus d’éloge dans nos discours culturels.

3. La piste des erreurs du passé et d’un projet possible pour l’avenir

  • 2 Ibidem.

12Ce que Pirenne, De Waelhens et Micha ont indiqué comme typiquement belge dans le sens de « culturellement riche », a été précisément ce qui ne s’est jamais réalisé pour la très grande partie des Belges et qui est resté une qualité pour seulement de petits groupes de privilégiés : le syncrétisme harmonieux des deux cultures, la latine et la germanique. En Flandre, les gens moyens n'ont pas vécu un tel syncrétisme harmonieux : en 1865, « les infortunés Coucke et Goethals sont envoyés à la guillotine par un tribunal qui ne parle pas leur langue » et on « voit la revendication linguistique se propager dans les tranchées de l’Yser où la troupe, en majorité flamande, est commandée par des officiers exclusivement francophones »2. Mais aussi J. Fontaine a raison quand il écrit que la Wallonie elle-même reste étrangère à une soi-disant « rencontre entre la Flandre et la culture française » qui s’est réalisée dans le chef d’auteurs comme Verhaeren, Maeterlinck et, plus tard, de Ghelderode ou Bref N’est-ce pas un signe éloquent, se demande-t-il, qu'il n’y a jamais eu des de Ghelderode ou des Verhaeren « à l’envers » ?

13En tant qu’anthropologue, je ne peux que constater que ce qui aurait éventuellement pu cimenter un « nous » commun en Belgique, n'a pas eu la chance de se développer dans une symbolique « nationale ». Pour ce qui concerne le passé, il n’y a pas eu d’emblémisation reconnaissable et acceptable pour tous, de nos richesses culturelles et de nos libertés et héros « communaux », se révélant « belges ». N’est-il pas significatif que les Belges ne peuvent même pas se mettre d’accord sur un « héros » collectif pour indiquer l’aéroport de Zaventem, là où, en Italie, il y a un « Leonardo da Vinci », etc. Et pour ce qui concerne les potentialités du moment actuel, il n’y a pas eu une démocratisation de ce syncrétisme harmonieux des deux cultures (Pirenne) qui, le cas échéant, se serait sans doute exprimé à travers un très bon bilinguisme répandu dans la grande masse des Belges. Au contraire... pendant toute une période, la Belgique s’est développée dans la direction d’une plus grande agressivité et une plus grande provocation d’une communauté linguistique vis-à-vis de l'autre et, dans d’autres cas, un fort désintérêt pour ce qui se passait de l’autre côté de la frontière linguistique.

14Il y a pourtant une nouvelle chance qui s’offre actuellement, c’est la dimension européenne de la Belgique, ou la « belgitude » comme programme européen. Cela voudrait dire que Flamands et Wallons partiraient désormais de l’idée, à mon avis correcte, que leur intérêt à chacun serait d’exemplifier et de préfigurer ce que l’Européen « réussi » de demain devrait être : un être pluriculturel et plurilingue, pour qui l’identité culturelle de provenance n’est pas une identité close mais une ouverture envers l’autre, surtout envers le partenaire le plus « voisin », avec qui la grande partie des gens a le plus de probabilité d’entrer en contact, sûrement plus qu’avec les Russes ou les Chinois, mais même plus qu’avec les Anglais et les Américains... Pour les Flamands : les francophones ; et pour les Wallons : les néerlandophones ; surtout à Bruxelles.

4. Bruxelles, non plus négation, mais trait d’union du reste du pays et la nouvelle « belgitude européenne comme projet » ?

  • 3 J. Léman, De Ghelderode, Jacques Brel, les immigrés, les Flamands et la belgitude, propos recueill (...)

15Dans une interview avec J. Fontaine dans La Cité, il y a quelques années, en discutant des de Ghelderode, J. Brel, L. Wouters et autres, j’ai suggéré que la (vieille) belgitude... c’était surtout Bruxelles. « On a tendance à dire alors que toute la Belgique, c’est cela, parce que Bruxelles en est la capitale, mais cette prétention bruxelloise fait complètement abstraction de la Flandre et de la Wallonie »3.

  • 4 J. Léman, Het « ethnische » Moeder Vlaanderen en haar Franse kinderen, in Kultuurleven, 1983, 3, p (...)

16Si une belgitude survit, cela ne pourra être la belgitude - comme l’appellent ces auteurs mêmes - dont ont témoigné à leur façon, brillamment, ces auteurs francophones, émanant - selon ma thèse - de la Mère-Flandre4, habitant Bruxelles et devenus de vrais Belgo-bruxellois (dans lesquels d’ailleurs les vrais Wallons sont les derniers à se reconnaître). Cela ne pourra pas non plus être une belgitude bruxelloise style « Wallonie-Bruxelles », comme il ne peut pas s’agir non plus d’une belgitude faisant suite à une éventuelle « reflamandisation » de Bruxelles.

17Si une belgitude survit, ou mieux se réveille, il ne peut s’agir que d’une belgitude partant d’un programme intelligent, une vocation : faire naître une Europe interculturelle, partant d’une région où on a appris, à travers une multitude de tensions, à trouver des solutions respectueuses des « cultures et libertés communales » et des « régions », par des moyens pacifiques, et où on a même appris à s’intéresser l’un à l’autre, jusqu’au point d’apprendre la langue de l’autre et de s’intéresser à sa culture. On n’y est pas encore arrivé, mais ça pourrait devenir un programme, lequel pourrait se réaliser par excellence à Bruxelles. Cela supposerait pourtant, en même temps, que Bruxelles reconnaîtrait l’identité culturelle aussi bien de la Wallonie que de la Flandre et jouerait son vrai rôle, qui est celui de trait d'union d’un ensemble complexe représentant, à petite échelle, la complexité de l’Europe toute entière. Mais de ce programme belgo-bruxellois à dimension européenne devrait faire partie intégrante le respect des minorités européennes (italienne, espagnole, grecque, portugaise et, à moyen terme, peut-être même turque), aussi bien que le respect des grandes cultures au niveau mondial (culture américaine, japonaise et arabe), s’exprimant jusqu’à un certain respect de toutes ces langues. Ceci caractériserait d’ailleurs l’Europe vis-à-vis des Etats-Unis. Ceci représenterait un défi intéressant et pourrait mobiliser des politiques d’une meilleure inspiration que celles auxquelles on assiste actuellement.

18Il est vrai que cela devrait être soutenu en même temps par un non-rationnel, faisant écho à un sentiment collectif d’un nous : des emblèmes et des symboles, nos « mythes ». Mais est-il exclu que ce non-rationnel, qui n’est pas de l’irrationnel, se fasse découvrir le jour où les nouvelles générations découvrent de nouveaux horizons créés par ce défi ?

Notes

1 C. Braeckman et C. Bricman, L’avenir fugitif de l'identité belge : Flamands ou Wallons, Européens plus que jamais, in Le Monde diplomatique, janvier 1989, p. 18.

2 Ibidem.

3 J. Léman, De Ghelderode, Jacques Brel, les immigrés, les Flamands et la belgitude, propos recueillis par J. Fontaine, in La Cité, 30 avril-1 mai 1983, p. 12.

4 J. Léman, Het « ethnische » Moeder Vlaanderen en haar Franse kinderen, in Kultuurleven, 1983, 3, p. 283-287 ; Idem, La Mère-Flandre « ethnique » et ses enfants flamands, in Toudi, Culture et Société, 1988, p. 117124.

Auteur

Chargé de cours à la Katholieke Universiteit Leuven

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search