Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Deuxième partie : Belgitude et sociologie

Un régionalisme autre

Jacques Dubois

Texte intégral

1Au XIXe siècle et au début du XXe, l'idéologie régionaliste - et par-delà nationaliste - s’est largement inscrite dans une double perspective réactionnaire et passéiste. Contre la moderne république, unificatrice et progressiste, elle visait à maintenir les traditions, à sauvegarder les racines. C’est à la France que l'on songe ici et à un penseur tel que Maurice Barrès. Ce courant, qui finira dans des eaux assez troubles, avait pour cibles de prédilection la démocratie et le rationalisme moderne. Il se réclamait d’une aspiration populaire profonde autant que confuse dans laquelle prirent tranquillement naissance les démons du racisme.

2Toute dépassée qu'elle soit aujourd’hui, toute compromise que soit son image, cette idéologie-là marque encore de connotations fâcheuses l'idée de région. Elle suggère le terroir avec ses attributs folkloriques et le thème virgilien de la vie agricole comme âge d’or. Elle renvoie à l’idée de repli sur une identité mythique. Elle réveille le fantasme d’une appartenance forte, éprise de « pureté » et tentée d’exclure l'Autre. Il est curieux de relever à ce propos qu’en littérature l’un des points d’appui de ce régionalisme se reconnaisse dans les romans champêtres de George Sand dont le mouvement premier est pourtant démocratique. Mais la succession de Sand va très tôt dévier de cette ligne initiale en direction d’un conservatisme avéré.

  • 1 Il est commode et peu coûteux de se donner les gants de l’internationalisme tous azimuts. Se décla (...)

3Le régionalisme actuel, ce régionalisme autre dont je voudrais ici dessiner le profil peut, à la rigueur, retrouver quelque chose de lui-même en Sand, jamais en Barrès. C’est qu’il a radicalement renversé la perspective de l’idéologie passéiste et « insulaire ». Et pourtant, ses détracteurs se plaisent à entretenir la confusion et à faire comme si la nouvelle revendication régionaliste renouait avec les mythes antérieurs. Ils accusent notamment cette dernière d’ignorer le mouvement de l’histoire, celui qui conduit à la grande fraternité des citoyens du monde, toutes frontières et toutes barrières abattues. Pour eux, le régionalisme ne peut être que confinement, folklore, dialecte (voir plus haut). Position confortable et pensée simpliste que les leurs, ignorant tout, dirait-on, d’une dialectique moderne du particulier et de l’universel. Affirmer une spécificité collective, ce peut être refuser tout ethnocentrisme et s’inscrire dans le dialogue des cultures1. Or, précisément, la nouvelle philosophie régionale est portée par un double projet de modernisme et d’association fédérative. En elle se donne à lire le thème de la rencontre active et fertile des différences.

4On sait combien les luttes autonomistes, les revendications minoritaires sont vivaces aux quatre coins de l’Europe. Elles prennent des formes variées, et dans certains cas violentes. L’inspiration dominante de ces mouvements est d’ordre autogestionnaire : maîtriser son destin, l’orienter selon les options communes. Il est exact que cette reconquête de soi a quelque chose à faire avec le passé mais il faut absolument distinguer ici entre la préservation nostalgique de valeurs rétrogrades et la nécessité pour un peuple, une collectivité de reprendre en mains son histoire, une histoire généralement oblitérée jusque-là. Cette reprise consiste à voir notamment comment une psyché communautaire s’est formée (déformée) au fil des siècles et comment elle vient travailler la mentalité présente et nourrir les projets d’avenir. Oeuvre généalogique, critique, éventuellement douloureuse.

5En fait, la conception régionaliste s’appuie fortement sur deux refus. Elle est d’abord contestation du centre (voire des centres) par la périphérie. Elle met en cause le pouvoir centralisé, « capitalisé » tel qu’il biffe les particularismes et anémie tout ce qui lui est extérieur. Eventuellement, cette centralisation a représenté un stade dans l’évolution démocratique mais son pouvoir s’est retourné ensuite en captation abusive des ressources et des droits. Même la France jacobine s’avise aujourd’hui de l’utilité de régionaliser (quelque peu) le territoire républicain.

6Le second refus, la seconde rupture a trait à ce phénomène massif de notre temps qu’est la banalisation à grande échelle des pratiques humaines. Certes, les uns meurent de faim quand d’autres connaissent l’opulence et d’un continent à l’autre les différences de développement peuvent être gigantesques. Mais, par-delà, un puissant rouleau compresseur s’est mis en marche qui arase les cultures existantes. On connaît sa double origine, mercantile et médiatique. Seul le produit standard, tantôt plus luxueux, tantôt plus médiocre, est voué à conquérir et occuper l’espace mondial. Le singulier, le local, le différent sont promis à la ruine lente.

7Centralisme hérité du XIXe siècle, standardisation de l’existence très XXe et soudain implacable, voilà deux mouvements bien différents et qui, pourtant, viennent se conjoindre dans un même phénomène de perte, et notamment de perte du sens. Il est plaisant de voir que leur fait obstacle, et que soit le mieux à même de le faire, une structure géopolitique qui, naguère, pouvait encore passer pour surannée et quelque peu inoffensive. C’est dans ce double refus que l’idée régionale, qui est aussi idée fédérale, puise sa vigueur (qui est aussi sa rigueur). Il ne conviendrait cependant pas de réduire le régionalisme à sa seule vocation de résistance et de préservation. Il est désormais devenu principe actif et même offensif d’une certaine manière de se comporter et de gérer l’univers social. En somme, il se pose progressivement en levier politique d’une transformation et d’une modernisation des rapports collectifs.

8Sa philosophie présente pourtant un point délicat. Elle a quelque peine à penser sur nouveaux frais la question de l'identité, si étroitement articulée à la notion de région. Comment fonder l’idée d’appartenance à la communauté sans que fassent retour les spectres de la race et de la filiation ?

9Par bonheur, le métissage de nos sociétés est là pour nous rappeler opportunément que les lignages ethniques ne sont plus de saison : l’Autre est en nous, il est nous, il participe de nos vies et travaux. Et ceci rejette avec bonheur toute rêverie raciale du côté des fantasmes délirants.

10Voilà qui déplace résolument la question de l’identité et pourrait bien l’invalider. Mais n’en faisons pas un débat de mots. Disons simplement qu'aujourd’hui la région s’identifie à une communauté humaine qui, à l’intérieur d'un espace défini, cherche et trouve sa cohérence à la fois dans un héritage historique et dans des aspirations partagées. Critère distinctif, cette cohérence a des expressions multiples : un espace physique et matériel (paysage, habitat), un espace de travail (industries, savoir-faire), un espace de création (arts), un espace de discours (langues), un espace de liberté (options éthiques, politiques).

11Dans cette conception polyphonique de l’espace communautaire, le rôle générateur de l’histoire est évidemment décisif. Tout lieu de vie est lieu d’héritage, y compris pour ceux qui viennent d’ailleurs avec leurs propres traditions. Si toute région ne peut se prévaloir d’un passé fortement structuré et aisément lisible (mais laquelle en possède un, à dire vrai ?), l’histoire est toujours là qui travaille obscurément le présent. On sait de mieux en mieux que des communautés entières ont été dépossédées de leur passé, de cette temporalité qui les fonde, et qu’elles sont frappées d’amnésie. Et sans doute y ont-elles mis du leur. Mais le refoulé n’en est pas moins là, qui agit dans des pratiques et des comportements, des rituels et des gestuels, des affects et des fidélités. La question devient alors, pour qui entend négocier, en toute conscience, son avenir, de faire sortir ce refoulé et de le prendre en charge, de l’interpréter et de le traiter. La filiation se fait modèle de lecture du présent, alors même que le présent réécrit l’héritage. C’est ce que l’on peut voir assez aisément avec l’habitat et certaines dispositions urbanistiques. Au fil du temps, toute région a progressivement modelé son espace et fixé un décor, villageois et urbain. En bonne méthode, toute construction nouvelle (et a fortiori novatrice) devrait non seulement s’harmoniser au site régional mais, bien mieux, s’y implanter en proposant de lui une lecture sensible et inédite. Sur ce plan, la démarche régionaliste relève d’une écologie élémentaire.

12Plus que toute région, la Wallonie actuelle se pose la question de son identité et de sa cohérence. Plus que toute autre, elle est dessaisie de son passé et a besoin de construire son histoire, de se construire en une histoire. Pour cette région typiquement fragile, tiraillée de doutes et de contradictions, la mise en regard interactive du passé et du présent devrait faire office de « cure » émancipatrice, d’analyse libératrice. Et c’est un peu comme si les Wallons s’étaient interdit - peur du vide ? de se demander qui ils sont et de quoi ils sont faits...

13Mais rappelons, à leur propos, quelques données simples. Cette région de frontières et de traversées qu’est le pays wallon n'a guère connu d’unité dans le passé : le morcellement fut son sort. La conscience communautaire de ses habitants est timorée, sporadique, inégalement distribuée entre parties et partis. A quoi s’ajoute désormais, dans un Etat belge fédéralisé, le porte-à-faux d’une reconnaissance économique (la Région wallonne) en décalage avec une méconnaissance culturelle (la Communauté française). Mais à côté de cela, d’autres évidences, plus positives. Sous leur français, les Wallons ont un fond de langue dialectal largement commun. Ces mêmes Wallons ont intégré avec bonheur des immigrations successives de travailleurs étrangers. Ensemble, ils vivent à l’heure présente le deuil de leur déclin industriel, - ce déclin leur rappelant le superbe essor antérieur qui traversa le territoire de part en part. Et ceci encore : les Wallons savent qu’ils subissent un processus de relégation dont la confiscation des Fourons est le signe tangible.

  • 2 H. Weinmann, Du Canada au Québec. Généalogie d'une histoire. Montréal, 1987. L’étude est déroutant (...)

14Autant de lignes de fuite et de lignes de force. Comment les faire coexister et leur donner sens, en théorie et en pratique ? 11 faudrait s’abstraire des préjugés et des controverses pour soumettre ce matériau historique complexe à la lecture réflexive que nous indiquions. Dans un ouvrage remarquable consacré au Québec, Heinz Weinmann parle à ce propos de « généalogie d’une histoire »2. Le modèle qu’il met en œuvre est bien celui de l’interrogation réciproque d’un passé et d’un présent en des termes qui ménagent plusieurs niveaux de signification. Investigation hautement dialectisée que celle-ci et qui ne se referme jamais sur le plein d’un sens. N’est-ce pas celle que requiert par excellence la région dénommée Wallonie dont on peut dire, dans le même mouvement, qu’elle est une des plus vieilles d’Europe ou qu’elle est « née de la grève » (en 1886 autant qu’en I960) ?

15Pour amorcer cette enquête sur l’objet wallon, les thèmes de référence ne font pas défaut. Retenons-en trois comme emblématiques, - et programmatiques, sous forme de questions :

  • l'histoire de Wallonie pourrait se lire comme une suite de rencontres manquées et frustrantes avec des entités aussi diverses que la principauté de Liège, la France, la Belgique : comment ces « non-lieux » structurent-ils, jusqu’à aujourd’hui, la conscience régionale ?
  • le dialecte wallon s’est longuement, tenacement maintenu comme langue « basse », paysanne et ouvrière, face au français cultivé que propage l’école : quel fut/est sa fonction de ciment idéologique ? quelle fut/est sa capacité de carnavaliser le français noble en le contaminant, en le hantant ?
  • les Wallons ont une tradition séculaire du travail des métaux, qui se répercute jusqu'au plus intime de la présente crise industrielle : l’expression répétée de ce génie ouvrier s’est-elle développée de façon généalogique dans la transmission des pratiques et dans leur représentation ?

16Ces exemples, on le voit, sont de premières indications, encore mal formulées. Ils se voudraient des incitations à construire un objet enclin jusqu’ici à se dérober. Qu'ils nous servent, pour l’heure, à conclure.

Notes

1 Il est commode et peu coûteux de se donner les gants de l’internationalisme tous azimuts. Se déclarer membre de la grande communauté humaine, nier les frontières, rappeler que se termine le temps des appartenances, afficher même, en poussant un peu, sa bâtardise, c'est dans tous les cas offrir de soi une image flatteuse, voire attrayante, sans grands frais ni grands risques. Dans la même foulée, qui n’est Européen aujourd’hui ? Et pourquoi pas de l’Atlantique à l’Oural ? Vive l’Europe, sans nul doute ! Mais pour quelle politique et en vue de quelles façons de vivre ?

2 H. Weinmann, Du Canada au Québec. Généalogie d'une histoire. Montréal, 1987. L’étude est déroutante, stimulante, importante.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540