Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Deuxième partie : Belgitude et sociologie

L’identité dualiste de la société belge

Wilfried Dewachter

Texte intégral

Introduction : la nostalgie francophone de l’état unitaire

  • 1 Le Soir - De Standaard, 6 mars 1981. Humo, Oh Vaderland, 13 et 20 octobre 1983. Voir le sondage UN (...)
  • 2 Gaston Eyskens, premier ministre, le 18 février 1970, dans une déclaration du gouvernement : « L’E (...)
  • 3 Le nationalisme flamand a utilisé l'expression : « la Belgique de papa », expression reprise par d (...)

1Il ressort de plusieurs sondages d’opinion récents que les francophones de Belgique préféreraient nettement un retour à l’état unitaire : en 1981, 49 % des francophones souhaitent ce retour (contre 26 % seulement des Flamands) ; en 1983, 52 % des francophones se prononcent en faveur d’un gouvernement national fort1. Cette étonnante préférence ou volonté de retour à une situation rassurante apparaît précisément au moment où, suite à la combinaison des fédéralismes flamand et wallon, l’Etat belge est progressivement réformé2. Cette tendance néo-unitaire s’explique par une composante importante dans la « conscience collective » des Belges francophones : le souvenir et la nostalgie de la société belge antérieure aux années 1980. Ce retour à la « Belgique de Rogier »3 ne se limite pas à l’Etat belge, il concerne l'ensemble de la société belge. Cette même attitude résonne d’ailleurs au coeur des slogans qui s’opposent à « l’Etat belgo-flamand » ou à « l’Etat CVP ».

2Quelque importance que cette nostalgie puisse avoir dans la conscience collective des Belges francophones, elle se base sur une situation révolue. Il importe de le souligner. La Belgique de Rogier ne refera plus surface, quels que soient le poids de la nostalgie ou l’envergure des majorités dans la communauté francophone plaidant pour cette Belgique. Cette société a vécu.

I. La société belge antérieure

3Quelles sont les caractéristiques de la société belge antérieure ? Jusque dans les années 1970-1980, la Belgique est une société francophone, ou du moins dirigée en français, dont le centre de gravité économique, politique et culturel est situé à Bruxelles et en Wallonie.

  • 4 Voir le premier recensement linguistique belge de 1846.

4La Belgique a toujours compté une majorité de 58 % (ou même plus) de Flamands, même dans les années avant et tout juste après 18304. La conception de l’Etat et de la société prévalant en 1830 (et au cours des décennies qui ont suivi) cependant se résume merveilleusement bien par la phrase attribuée à Charles Rogier : « La Belgique sera latine ou elle ne sera pas ».

5L’élite est uniformément francophone. Elle est éduquée en français et nourrie par l’héritage culturel français.

  • 5 E. Ducpétiaux, Mémoire sur le paupérisme dans les Flandres, Bruxelles, 1850.

6Le centre de gravité est indiscutablement situé en Wallonie. Le paupérisme règne en Flandre5. A la fin du dix-neuvième siècle, les centres de décision quittent de plus en plus la Wallonie pour s’installer à Bruxelles, plus près du grand capital (cfr le développement des holdings). La puissante lutte ouvrière pour l’émancipation du prolétariat est nettement plus disputée en Wallonie qu’en Flandre. A l’exception d’Anvers et de Gand, la Flandre est à peu près totalement étrangère à la lutte prolétarienne. Le socialisme est déjà accepté par l’élite comme facteur sociétal réformiste lorsque l’industrialisation démarre réellement en Flandre.

7Le français est la langue de communication en Belgique, sauf pour les échanges internes en Flandre, et encore, puisque le français a prévalu pendant des décennies dans les élites et les couches de recrutement de l’élite en Flandre (comme en témoignent les longs et rudes débats sur la « flamandisation » des universités en Flandre).

8Ce n’est qu’en 1967 (non pas 1867 mais bien 1967) que l’on a réalisé la première traduction juridiquement valable de la charte politique de l'Etat belge, c’est-à-dire de la Constitution belge. Ce n’est que vers 1965 que l’on a enregistré au Parlement autant d’interventions en néerlandais qu’en français. Ce n’est qu’à partir de 1963 que le pays compte autant de ministres néerlandophones que francophones (et depuis lors, parfois un ministre flamand de plus).

  • 6 Données plus élaborées : W. Dewachter, Elite-circulatie en maatschappelijke ontvoogding. De Belgis (...)
  • 7 K. Houben, Wet en werkelijkheid inzake het taalevenwicht in het Belgisch officierencorps, in Res P (...)
  • 8 W. Dewachter, op. vit., p. 218-220.

9Ce n’est que depuis 1965 qu’il y a autant de fonctionnaires supérieurs néerlandophones que de francophones6. Ce n’est qu’en 1980 que l’on a pu compter un nombre d’officiers supérieurs et généraux néerlandophones égal au nombre d’officiers francophones du même niveau7. Ce n’est qu’en 1980 que l’on a pu établir la parité entre diplomates néerlandophones et francophones au sein du corps diplomatique8.

  • 9 H. Deleeck, De taaltoestanden in het Vlaams bedrijfsleven, Bruxelles, 1959, 124 p.

10Selon l’étude réalisée par H. Deleeck en 1957, 80 % des directeurs d’entreprises situées en Flandre parlaient français entre eux9. Même en 1973, le décret instaurant la néerlandisation de la direction des entreprises en Flandre a encore entraîné une belle levée de boucliers.

11Récemment encore, la vie économique, surtout aux plus hauts niveaux de décision, était dominée presqu’exclusivement par les francophones, à l’exception de quelques noms symboliques et de certaines initiatives flamandes. Ce n’est qu’en 1988 que quelques flamands ont été admis pour la première fois au sein de la direction de la Société Générale.

12Pendant plus d’un siècle, le Mouvement flamand s’est employé à changer la situation. A partir des années 1960, le changement s’accélère.

  • 10 Notons que le niveau des salaires reste moins élevé en Flandre qu’en Wallonie. Sur la production i (...)

13Dans les années 1960, en matière de production et d’investissements, le centre de gravité économique s’est déplacé de la Wallonie vers la Flandre. En 1966, le produit par habitant en Flandre dépasse pour la première fois celui de Wallonie. Ce retard a pu être rattrapé grâce à un rythme de croissance différentiel (au cours des années’60 : 6,1 % en Flandre et 3,9 % en Wallonie). Cette différence entre les rythmes de croissance se maintient : la Belgique a ses deux vitesses économiques renversées. Vers la fin des années 1980, la Flandre produit déjà 58 % du P.N.B. belge, tandis que la part de la Wallonie est tombée à 27 %10.

  • 11 Fondation Universitaire, Bureau de statistiques universitaires, Rapport annuel 1988.

14Un autre phénomène important de changement dans la société belge se situe dans l’offre de candidats pour l’élite belge. En 1958, la proportion entre diplômés universitaires francophones et néerlandophones est de 58/42. Dix ans plus tard, elle est de 51/49, et après vingt ans, en 1978, le rapport se situe à 45/55. L’année académique 1986-1987 se solde par une proportion de 43/5711. Ce renversement de la proportion F/N, changement significatif pour la société belge, devrait logiquement se poursuivre en faveur de l’accroissement de l’offre néerlandophone vers une plus grande proportion de jeunes flamands.

  • 12 Malgré le fait que le choix du français comme deuxième langue dans l’enseignement secondaire ne pa (...)

15Enfin, il convient de souligner que la Belgique a perdu sa langue véhiculaire « évidente ». Les classes moyennes et la classe dirigeante ont toujours communiqué parfaitement en français. La connaissance du français au sein de la génération actuelle d’étudiants flamands est lamentable12. Ils préfèrent l’anglais, qu’ils parlent nettement mieux. La question se pose donc de savoir comment la société belge future, ou ses composantes, vont pouvoir communiquer entre elles. En anglais ? Par l’intermédiaire d’interprètes ? Le caractère artificiel de ces questions saute aux yeux, mais il pose bien le problème.

II. Les défis modernes auxquels sont confrontées toutes les nations d’Europe occidentale

  • 13 S.W. Couwenberg (éd.), De Nederlandse Natie, Utrecht. 1981, 140 p.
  • 14 Voir S. Eisenstadt, Patterns of Modernity, London, 1987. 2 vol., e.a. son introduction : Historica (...)

16Une étude récente, menée aux Pays-Bas au sujet de la nation néerlandaise, a montré qu’à côté de la continuité des caractéristiques de cette nation, il existait des éléments de défi, de choc et de changement13. Les changements importants que l’étude a fait ressortir sont les suivants : l’évolution vers une société multiraciale, le glissement d’une société protestanto-chrétienne vers une nation pluraliste, le déclin de la conception de vie (dû aux changements de priorités et à la perte de valeurs et de normes, ce qui a entraîné une insécurité croissante et un affaiblissement de la notion d’ordre et de pouvoir), et enfin le développement de l’Etat-providence. Dans son ensemble, cette énumération vaut également pour les évolutions et les secousses qui ont marqué la société belge. Au fond, il s’agit de caractéristiques actuelles de la modernité dans les sociétés occidentales les plus avancées14. En outre, il importe d’y ajouter qu’aussi bien en Belgique qu’aux Pays-Bas, la mondialisation de notre conception du monde et des rapports internationaux, et surtout l’avancée quasi constante de l’intégration européenne, ont enlevé à la notion de nation et au sentiment d’appartenance à cette dernière une grande partie de leur caractère absolu et exclusif.

17Chaque nation et société occidentale est dépendante de ces changements, y compris la nation et la société belges.

18Au moment même où la Belgique dote les Belges germanophones (une population de 60.000 personnes) d’un Conseil et d’un Exécutif, le pays compte 900.000 étrangers. Parmi ceux-ci, les 269.000 Italiens sont les plus nombreux, suivis de 123.000 Marocains, 103.000 Français, 73.000 Turcs. Tous sont plus nombreux que les Belges de langue allemande. La communauté islamique compte plus de 200.000 personnes en Belgique. Ceci illustre parfaitement l’ouverture vers une société plus multiraciale. A Bruxelles, comment ne pas se rendre compte du défi et de la rupture ? Environ 1 habitant sur 4 de la capitale belge est de nationalité étrangère.

19Précisément à l’époque où, suite à ces évolutions et à ces soubresauts, toutes les nations et tous les peuples occidentaux se cherchent une nouvelle identité et tentent de se redéfinir, la nation et la société belges sont confrontées à une profonde crise d’identité. Elles doivent déterminer à nouveau leur identité. Le temps de « La Belgique sera latine » est bien révolu. Que peut devenir la Belgique ? Elle ne sera plus jamais cette « Belgique unitaire », à moins d’être « dominée par les Flamands » ou « bloquée dans ses décisions politiques ».

  • 15 M. Crozier, On ne change pas la société par décret, Paris, 1979.

20A ce propos, il faut adresser une mise en garde à bon nombre de juristes et d’hommes politiques, afin qu’ils ne se fassent pas trop d’illusions à propos des mécaniques sociétales. M. Crozier l’a proclamé : « on ne change pas la société par décret »15. Il est impossible, au moyen de lois, d’arrêtés ou de décrets, de diriger une société en allant à l’encontre de ses structures et de ses caractéristiques fondamentales. Les lois permettent d’apporter des corrections, d’accélérer ou de ralentir des évolutions, mais jamais d’annuler les données fondamentales d’une société (à moins de s’engager dans une voie très autoritaire, voire totalitaire).

21La pratique constitutionnelle belge procure pas mal d’exemples de cette effectivité limitée des normes. L’organisation communautaire belge a instauré une série de freins et de contrepoids (la majorité sextuple, la sonnette d’alarme, la parité au conseil des ministres, la Cour d’arbitrage, etc...). L’intention était de favoriser l’entente et même de s’opposer de façon inavouée aux tendances fédéralistes poussées. Dans les faits, c’est le contraire qui est apparu : plus les moyens de contrôle sont importants, plus la demande d’autonomie est grande et se fait plus pressante. Un autre cas très patent s’est produit en 1918-1919. De sa haute autorité, sortie encore renforcée de la fin de la première guerre mondiale, le roi Albert a incité, de la façon la plus pressante, d’aller à l’encontre du texte formel de la Constitution en organisant les élections législatives et constitutionnelles de 1919 par le suffrage universel simple pour les hommes, au lieu du suffrage universel avec vote plural prescrit par la Constitution. Le pays réel n’aurait pas accepté une autre façon de faire. Cette procédure anticonstitutionnelle a largement renforcé la légitimité de la Belgique renaissante.

22Ce n’est pas tellement en légiférant sur l’unité de la société belge que celle-ci se fera. Les structures sociétales ont leur propre vigueur et leur propre dynamique qui les rendent difficilement manipulables.

III. Analyse structurelle de la société belge

  • 16 Bruxelles étant sociologiquement une agglomération - en comparaison avec les grandes agglomération (...)

23Les structures constituent la charpente de la forme qu’adopte une société. Ce sont les structures qui donnent à notre société un aspect tantôt belge, tantôt flamand ou wallon. L’essentiel de la question est là. Existe-t-il encore une société belge ou, par contre, le territoire belge regroupe-t-il deux sociétés16 ?

24Pour répondre à cette question, nous examinerons les réalités structurelles des composantes principales de la société belge. Ces composantes étant la politique, l’économie, le social, la communication, la culture et l’élite.

  • 17 Voir les théories sur l'élite de G. Mosca, V. Pareto, R. Michels, J. Schumpeter, C. Wright Mills, (...)

25Une première constatation : il existe toujours une élite belge. Comme l’élite (ou les élites) garde(nt), même dans les polyarchies, une large part des dispositifs de commande en mains, l’existence d’une élite belge a une importance considérable17. Il n’existe pas, en effet, de contre-élite wallonne ou de contre-élite flamande qui feraient le poids. Mais, contrairement à jadis, l’élite belge possède deux composantes, une néerlandophone et une francophone. Cette dernière prédomine encore légèrement.

26Dans le monde politique, les réalités institutionnelles sont encore large ment unitaires : la Cour, le Parlement, le Gouvernement, l’Administration, la Justice.

  • 18 Notons que la majorité francophone à Bruxelles est de date assez récente. En 1846,66 % des 211.634 (...)

27Il convient d’ajouter à cette construction institutionnelle unitaire un important pilier unitaire : Bruxelles. Une ville essentiellement francophone située en territoire flamand18. Ni les flamands, ni les francophones ne veulent perdre cette ville. C’est un atout belge important, d'autant plus que Bruxelles demeure le centre du pouvoir en Belgique.

28Deux exceptions importantes au sein de la construction unitaire institutionnelle : l’actuel processus de fédéralisation et l’organisation des partis.

  • 19 Cf.les révisions constitutionnelles des 7 et 15 juillet 1988, ainsi que les lois des 8 et 9 août 1 (...)
  • 20 Estimation se rapportant au budget 1988 de 1.927 milliards de francs belges : 234,6 milliards au n (...)

29La fédéralisation actuelle19 a redistribué à la Flandre et à la Wallonie environ 32 % des décisions publiques, si l’on prend comme critère la répartition du budget, contre 9 % avant la réforme20. L’enseignement, les travaux publics, les transports sont les compétences transférées les plus en vue. Il faut mettre en valeur, dans ce contexte, une donnée qualitativement très importante : l’enseignement et la culture sont maintenant à peu près totalement autonomes. Il ne s’agit pas seulement de tout un secteur social qui est transféré ; il faut souligner surtout qu’il s’agit du secteur qui détermine en grande partie la socialisation et qui influence profondément l’échelle des valeurs. La conscience collective des deux peuples belges, qui présente déjà des différences non négligeables (par exemple, l’expérience d’une émancipation ouvrière fort différente constitue un élément important de l’héritage historique), ne manquera pas de se différencier davantage. C’est une donnée « constitutionnelle » significative pour la société belge. Etant donné la composition de cette société, on peut difficilement imaginer qu’il en soit autrement. Mais les conséquences seront profondes.

30Les partis politiques se sont séparés. Dans ce contexte, cinq constatations importantes doivent être faites parce qu’elles sont significatives et prédictives.

31Aucun des partis traditionnels ne désirait la scission ; elle s’est faite malgré eux. C’est une première constatation importante. Que cette séparation ait eu lieu illustre bien des choses sur la divergence culturelle et politique entre la Flandre et la Wallonie.

32Deuxième observation : ces scissions se sont faites bien avant la fédéralisation réelle du pays. Il y a une différence de dix à vingt ans, respectivement pour les socialistes et les sociaux-chrétiens, les libéraux se situant entre les deux.

33Troisième constatation : tous les Etats fédéralistes ont, à quelques exceptions partielles près, des partis unifiés. La C.S.U. de Bavière étant une de ces exceptions les plus notoires. Autres exceptions remarquables, les partis catalans et basques dans l'Espagne régionalisée.

  • 21 W. Dewachter, Noodzaak en overwicht van de politieke partijen in de pnlyarchie. Analyse van de str (...)

34Les scissions de partis en Belgique ont vu le jour dans un régime politique qualifié de particratie : les partis politiques se sont en effet assuré un rôle important dans la prise de décision politique en Belgique21. La scission des partis traditionnels constitue, dès lors, une scission partielle du système de pouvoir en Belgique, principalement du système d’acquisition du pouvoir.

35Cette séparation, combinée à la particratie, a pour résultat que, dans les faits, le fédéralisme va plus loin que les 32 % cités plus haut. Cette combinaison dote la politique belge d’un fédéralisme des partis : même avant 1988-1989, elle connaissait déjà, dans une large mesure, ce fédéralisme. Le programme du gouvernement national se négocie entre partis flamands et francophones. Certains litiges, par exemple sur les missiles, illustrent bien l’autonomie de ces partis, quoique s’apparentant à une même famille idéologique.

36Enfin, et ce n’est pas le moins important, à cause de cette division des partis, le système politique belge est privé, dans certaines situations critiques, de son juge suprême, à savoir la nation souveraine qui se prononce lors des élections. Des élections à contenu communautaire, préconisant des solutions différentes (voir opposées) de part et d’autre de la frontière linguistique, ne peuvent apporter de solution. Au contraire, elles ne feraient qu’aggraver les points de litige. L’organisation partisane et le découpage électoral empêchent l’arbitrage. Les « sociétés civiles en développement en Belgique » d'ailleurs semblent ne pas le permettre.

37Il faut mentionner et souligner que le pouvoir judiciaire garde toujours une structure similaire de part et d’autre de la frontière linguistique, ainsi qu’une base et une idéologie communes. Ce n’est qu'en multipliant les décrets à contenu spécifique que la jurisprudence se différenciera à l’avenir.

38Autre secteur très important dans la structuration de la société belge qu’il faut examiner, c’est l’économie. Avec une production intérieure principalement axée sur l’exportation (59 % de la production en 1987), on doit qualifier l’économie belge d’économie ouverte. Importation ou exportation, les échanges commerciaux avec les économies européennes constituent une caractéristique de base de ce secteur sociétal en Belgique. La décision étrangère n’y manque pas. Il y a déjà pas mal d'années que l’entreprise flamande Gevaert, qui porte le nom du fondateur du Vlaams Economisch Verbond, n’est plus une entreprise flamande. Et depuis 1988, la Société Générale de Belgique n’est plus, en réalité, que la Société Générale (française) avec siège social en Belgique.

39Il n’y a plus que quatre niveaux auxquels l’économie demeure belge : sur le plan monétaire, sur le plan fiscal et budgétaire et pour les prises de décisions politiques et corporatives.

40La politique fiscale et les finances publiques, comprenant notamment le problème de la considérable dette publique, sont encore en grande partie des données unitaires.

41Le franc belge demeure la monnaie unique (au sein de l’Union Economique Belgo-Luxembourgeoise) : tant au niveau des actifs servant à le soutenir qu’au niveau de la politique monétaire de protection et de soutien. Mais il faut souligner que l’économie belge est fortement axée sur l’exportation et qu’elle est donc plus que d’autres dépendante des fluctuations internationales des monnaies, des matières premières et des capitaux.

42Les représentations patronales et syndicales sont encore plutôt unitaires. Les accords centraux se signent toujours au niveau national ou sectoriel, ou alors par entreprise. Dans sa dimension de base, l’économie politique se joue dans un seul marché belge.

43La sécurité sociale reste un ensemble de services organisés et réglementés au niveau national belge. C’est un ensemble de fonctions très importantes : son budget total se situait, en 1988, aux alentours de 800 milliards et renforce nettement la zone d’influence nationale. La solidarité sociale est conçue de personne à personne ; les transferts de communauté à communauté sont la conséquence de cette option primaire. Seule la Volksunie, certains économistes et les radicaux du Mouvement flamand demandent actuellement la fédéralisation de la sécurité sociale.

44Le secteur de la communication sociale se divise nettement en deux communautés avec leurs propres réseaux. D’une part, il y a les journaux, la radio, la télévision et les hebdomadaires flamands, de l’autre, les francophones. C’est à peine s’ils pénètrent sur leurs territoires respectifs. La « consommation » de la télévision illustre bien cette réalité.

45En Flandre, en moyenne, 59 % des téléspectateurs regardent la B.R.T., 25 % les chaînes néerlandaises et 16 % les chaînes non néerlandophones. La R.T.B.F.et R.T.L. sont regardées par 3 % des téléspectateurs flamands, soit autant que les trois chaînes allemandes regroupées (ces chiffres datent de 1986). En 1974, les proportions étaient de 69 % pour la B.R.T., 5 % pour la R.T.B.F. et 21 % pour les Pays-Bas. Les téléspectateurs flamands regardent donc nettement plus les chaînes hollandaises que celles de la Belgique francophone.

  • 22 Chiffres d’audience : BRT-Studiedienst, Enkele facetten van het kijk- en luisteronderzoek in 1986,(...)

46En Belgique francophone, l’image réfléchie se projette : 35 % des spectateurs regardent la R.T.B.F., 35 % R.T.L.TVI, 20 % TF1 et 10 % les autres chaînes, principalement A2 et FR3. La réception de la communication reflète donc une large autosuffisance des deux communautés22.

  • 23 A. Leemans, W. Dewachter, De maatschappelijke vraag 1985-1987, Leuven, 1989 (à paraître).

47Le contenu des médias est encore plus éloquent. Trois ans d’analyse du contenu de trois journaux flamands et de trois journaux francophones ont fait apparaître que les journaux néerlandophones consacrent 85 % de leurs colonnes « belges » à des événements politiques et socio-économiques se déroulant en Flandre et seulement 15 % à des événements en Wallonie23. La proportion est la même, mais renversée, pour les journaux francophones. De fait, l’autre partie du pays est traitée de la même manière que l’étranger.

48Ce maigre traitement de l’autre communauté nationale est déterminé structurellement. En relatant les événements qui ont lieu, par exemple, en Flandre occidentale ou dans le Limbourg, un journal flamand est susceptible d’augmenter son tirage, les événements du Hainaut n’y changeront rien puisque le journal ne peut y être lu. Du point de vue de la communication, la société belge n’existe plus : il y a un secteur flamand et un secteur wallon.

49Avec l’enseignement, les deux sociétés séparées en développement en Belgique disposent de leurs propres instruments de socialisation, qui sont de grande taille. L’éloignement réciproque est préfiguré structurellement. On ne voit pas bien comment les deux sociétés en développement pourraient se rapprocher.

50Reste à examiner le secteur de la culture. Le temps où Flandre et Wallonie puisaient une commune inspiration dans la culture de France semble bien révolu. La Flandre s’est tournée vers le monde anglo-saxon. Et même la conscience collective nourrie du passé est assez différente.

  • 24 Selon la formule de la sommation des différences :
    (P1f - P1w) + (P2f - P2W) + (P3f P3W) +.... (Pnf(...)

51Le soutien différentiel apporté aux partis politiques donne une idée de l’échelle des valeurs d’un peuple ou d’une nation. Lors des élections de 1987, le comportement identique dans le soutien des partis-frères en Flandre et en Wallonie s’élevait à 74,4 points alors que le comportement électoral différent atteignait 52,3 points24. (L’échelle des votes identiques aussi bien que celle des votes différents s’étendant de 0 à 200, la hauteur du score indiquant respectivement l’identité et la différence du comportement électoral). En 1985, ces chiffres étaient respectivement de 71,8 et de 56,2 points. Signalons qu’en Allemagne fédérale, en 1983, F identité de vote entre la Hesse et la Bavière s’élevait à 84,5 points, et celle entre la Bavière et le Baden-Wurtemberg à 92,7 points, tandis que la divergence de vote entre ces Länder ne montait qu’à 31,4 et 14,7 points. Le vote identique Flandre/Wallonie demeure plus important que le choix différentiel ; mais le comportement électoral spécifique est nettement plus grand qu'en situation fédérale stable, comme en témoignent les chiffres de la République Fédérale d’Allemagne. Cette différence dans le comportement électoral de la Flandre et de la Wallonie confirme l’existence de diverses préférences politiques et d’échelles de valeurs dissemblables. Les plus grandes différences sont dues à la représentation inégale des socialistes et des chrétiens-démocrates en Flandre et en Wallonie, ainsi qu’à l’importance relative des nationalistes flamands.

52La participation essentiellement flamande aux manifestations contre les missiles nucléaires de 1981, 1983 et 1985 constitue un exemple frappant de ces différences. Et il est encore plus significatif de remarquer que cet apport considérable est dû à deux groupements de référence : l’A.C.W. (Algemeen Christelijk Werkersverbond) et le S.P. (Socialistische Partij) qui, par ailleurs, sont repris dans les chiffres cités plus haut comme étant des égalités avec leurs homologues wallons.

  • 25 Voir e.a. Radioscopie de l'Eglise catholique en Belgique, Bruxelles, 1985, 144 p.

53Tout un cadre de vie, avec ses convictions philosophiques et sa structure, trouve son expression au sein des différents « zuilen ». Ces zuilen fonctionnent encore en partie sur une base unitaire, tout en reconnaissant la dualité linguistique ; puisque les partis, les organes de presse, les organismes socioculturels se sont développés comme entités distinctes. Il est nécessaire de souligner à ce propos que les zuilen sont nettement plus puissants en Flandre qu’en Wallonie et que la puissance des zuilen catholiques et socialistes est inégalement établie en Flandre et en Wallonie, comme en témoignent, par exemple, le nombre d’élèves dans les écoles catholiques, le nombre des membres des syndicats et des mutualités, l’étendue et le chiffre d'affaires des coopératives, etc.25.

Conclusion

  • 26 H. Seton Watson, Nation and States, London, 1977, XV + 563 p.

54En 1977, Hugh Seton Watson écrivait au sujet de la nation néerlandaise : « The formation of the Dutch nation is a case of the division in two of a community which, with an economy and a culture as advanced as any in Europe, was growing into a single modem nation ; but religious division, foreign military power and new économic opportunities in distant seas pulled and kept the two halves apart, making one into a nation and leaving the other in an uncertain status »26. Plus que jamais, cet « other » possède « an uncertain status ».

  • 27 Ces publications ne manquent pas. Voir, par exemple, les sondages mentionnés au début de cet artic (...)
  • 28 G. Kuiper, Belgen en Nederlanders. Is het hegrip volkskarakter wetenschappelijk wel bruikhaar ?, A (...)

55Notre analyse ne repose pas sur des impressions, ni sur des portraits typiques brossés par des artistes ou essayistes inspirés. Nous n’avons pas repris non plus les stéréotypes, les qualités ou les défauts que l’on se réserve ou que l’on attribue à l’autre et qui nous sont livrés par les sondages d’opinion27. Notre analyse n’a pas pris comme point de départ l’identification subjective des citoyens ou le sentiment national28. Notre analyse repose sur des fondements plus solides : les structures de base de la société. Celles-ci constituent la véritable armature solide de l’édifice social. Le restant n’est que finition.

56L’observation des structures de base de la société belge montre qu’elles ne sont pas uniquement en pleine phase de transformation, comme le sont les structures françaises ou néerlandaises. De plus en plus, la société belge est remplacée par deux sociétés distinctes, une société flamande et une société wallonne. Les armatures de ces deux sociétés ne sont pas achevées : d’importants piliers manquent encore et certaines poutres tout aussi essentielles reposent encore au coeur de l'édifice belge.

57Paradoxalement, la principale menace qui pèse à présent sur la société belge est celle de l’intégration européenne. (Et ceci contrairement à ce que pensent - et espèrent - certains belgicistes ou européanistes). A condition, bien sûr, que cette intégration européenne soit une intégration politique et qu’elle ne se limite pas à la mise en place d’un marché interne aussi vaste que possible.

58Si l’intégration européenne se développe considérablement, il faudra bien instaurer un jour une union économique et monétaire en Europe. Or, l’union économique et monétaire constitue précisément un des piliers de la société belge actuelle. Une intégration européenne poussée lui enlèverait ce soutien.

59Grâce à ses caractéristiques contradictoires, Bruxelles joue actuellement un rôle de rassembleur. En tant que capitale de l’Europe, elle pourrait remplir une fonction acceptable tant pour les Flamands que pour les Wallons. Le rassembleur perdrait alors une bonne partie de sa force de rassemblement.

60Une grande partie des compétences de l’Etat belge après la fédéralisation de 1988, en l’occurrence la politique extérieure, la défense nationale, une partie du corporatisme économique et social, l’environnement à l’échelle continentale, la coopération avec le tiers monde et la grande recherche technologique, passeront au niveau européen. Une large part des compétences actuelles de la politique belge serait transférée. Voilà un autre pilier qui ne serait plus fonctionnel.

61Seule l’élite demeurera belge. Est-elle suffisamment solide pour soutenir toute seule la société belge ? Et même si elle en est capable, est-il indiqué qu’elle le fasse ? Une élite est capable de ralentir ou de freiner les évolutions sociales pendant des années. Elle peut être très conservatrice et hostile au changement. D’autre part, elle peut tout aussi bien s’engager en un minimum de temps dans une nouvelle direction. Malgré cette capacité de décider, d’accélérer ou de freiner l’évolution sociétale, elle ne peut pas empêcher, à très longue échéance, les transformations fondamentales d’une société. La question doit être posée de savoir si le coût élevé du freinage conflictuel d’une évolution sociale fondamentale est justifiable.

62Par contre, l’intégration européenne n’est pas sur le point de se concrétiser tout de suite. La société belge conservera donc encore pendant un certain temps son caractère dualiste. Et ses deux composantes continueront vraisemblablement à se séparer lentement et quasi insensiblement de plus en plus. « An uncertain status ! »

Notes

1 Le Soir - De Standaard, 6 mars 1981. Humo, Oh Vaderland, 13 et 20 octobre 1983. Voir le sondage UNIOP de juin-septembre 1979. Voir également les enquêtes Régioscope de N. Delruelle et A. Frognier, in Courrier hebdomadaire du CRISP, no 880 du 9 mai 1980, no 927 du 3 juillet 1981, no966 du 11 juin 1982, no 991 du 4 mars 1983. Voir Complexe Belgique, Cahiers du CACEF, 1987, no 130, 59 p. « Les Flamands ont d'abord une identité communautaire. C’est à la Communauté de langue qu’ils estiment d’abord appartenir. Les Wallons ont une identité nationale puis régionale (...). Les Bruxellois auraient une identité nationale suivie d’une identité communautaire francophone» (op. cit., p. 9).

2 Gaston Eyskens, premier ministre, le 18 février 1970, dans une déclaration du gouvernement : « L’Etat unitaire, avec ses structures et ses procédures, est dépassé par les événements. Les communautés et les régions doivent prendre leur place dans les structures d’Etat rénovées qui doivent être mieux adaptées aux situations propres du pays ». Chambre des Représentants, Documents, 18 février 1970, p. 3.

3 Le nationalisme flamand a utilisé l'expression : « la Belgique de papa », expression reprise par d’aucuns.

4 Voir le premier recensement linguistique belge de 1846.

5 E. Ducpétiaux, Mémoire sur le paupérisme dans les Flandres, Bruxelles, 1850.

6 Données plus élaborées : W. Dewachter, Elite-circulatie en maatschappelijke ontvoogding. De Belgische elite tegenover de Vlaamse Beweging, in Tijdschrift voor sociologie, 1981, no 3-4, p. 199-258.

7 K. Houben, Wet en werkelijkheid inzake het taalevenwicht in het Belgisch officierencorps, in Res Publica, 1983, no 1, p. 83-92.

8 W. Dewachter, op. vit., p. 218-220.

9 H. Deleeck, De taaltoestanden in het Vlaams bedrijfsleven, Bruxelles, 1959, 124 p.

10 Notons que le niveau des salaires reste moins élevé en Flandre qu’en Wallonie. Sur la production industrielle régionale, cf. Bulletin de l’IRES (1988) et Ministère de la Région wallonne, Tableau de bord de l'économie wallonne, 1988.

11 Fondation Universitaire, Bureau de statistiques universitaires, Rapport annuel 1988.

12 Malgré le fait que le choix du français comme deuxième langue dans l’enseignement secondaire ne paraisse pas être en baisse. Dans l’enseignement secondaire traditionnel (type II) en 1980-1981.93 % des élèves choisissaient le français comme deuxième langue ; le pourcentage de 1986-1987 est de 94 %.

13 S.W. Couwenberg (éd.), De Nederlandse Natie, Utrecht. 1981, 140 p.

14 Voir S. Eisenstadt, Patterns of Modernity, London, 1987. 2 vol., e.a. son introduction : Historical Traditions, Modernization and Development. Il est clair que le pendant de la « société protestanto-chrétienne » néerlandaise est la « société catholique » belge.

15 M. Crozier, On ne change pas la société par décret, Paris, 1979.

16 Bruxelles étant sociologiquement une agglomération - en comparaison avec les grandes agglomérations dans le monde, même pas une tellement grande agglomération –, peut difficilement être considérée comme une société, fût-ce même une « mini-société ».

17 Voir les théories sur l'élite de G. Mosca, V. Pareto, R. Michels, J. Schumpeter, C. Wright Mills, G. Lowell Field et J. Higley. Sur l’élite belge, voir e.a. W. Dewachter, Crises macro-sociales et stabilité de l'élite, in Res Puhlica, 1982, no 2, p. 305-325.

18 Notons que la majorité francophone à Bruxelles est de date assez récente. En 1846,66 % des 211.634 habitants des 19 communes de l'agglomération actuelle parlaient flamand ; en 1910, le pourcentage ne monte plus qu’à 46 %. Cette « francisation » est très largement tributaire de la « Belgique de Rogier ».

19 Cf.les révisions constitutionnelles des 7 et 15 juillet 1988, ainsi que les lois des 8 et 9 août 1988 et 6, 12, 16 et 23 janvier 1989.

20 Estimation se rapportant au budget 1988 de 1.927 milliards de francs belges : 234,6 milliards au niveau de la région (121,1 pour la Flandre, 87,2 pour la Wallonie et 26,2 pour Bruxelles) et 375,8 au niveau communautaire (211,7 pour la Flandre et 164,0 pour la Communauté francophone).

21 W. Dewachter, Noodzaak en overwicht van de politieke partijen in de pnlyarchie. Analyse van de structurele en actionele determinanten van de particratie in België, inRes Publica, 1981, XXIII, no 1.p. 125-151.

22 Chiffres d’audience : BRT-Studiedienst, Enkele facetten van het kijk- en luisteronderzoek in 1986, 21 octobre 1987, p. 49.

23 A. Leemans, W. Dewachter, De maatschappelijke vraag 1985-1987, Leuven, 1989 (à paraître).

24 Selon la formule de la sommation des différences :
(P1f - P1w) + (P2f - P2W) + (P3f P3W) +.... (Pnf - Pnw).

25 Voir e.a. Radioscopie de l'Eglise catholique en Belgique, Bruxelles, 1985, 144 p.

26 H. Seton Watson, Nation and States, London, 1977, XV + 563 p.

27 Ces publications ne manquent pas. Voir, par exemple, les sondages mentionnés au début de cet article. Un exemple de recherches plus élaborées : J. Nuttin, Het stereotiep beeld van Walen, Vlamingen en Brusselaars, Brussel, 1986, 86 blz.

28 G. Kuiper, Belgen en Nederlanders. Is het hegrip volkskarakter wetenschappelijk wel bruikhaar ?, Antwerpen, 1985, 29 blz. ; B. Maddens, Een vaderland om te beminnen ? Het nationale bewustzijn van de Vlaamse laatstejaarsscholieren, in Res Publica, 1989, no 1.

Auteur

Doyen de la Faculté des sciences sociales de la Katholieke Universiteit Leuven

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540