Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Belgitude et crise de l’État belge. Repères et questions pour introduire un débat

Hugues Dumont

Author's note

La présente introduction a bénéficié d’une discussion menée au sein du comité scientifique chargé de préparer le colloque (composé de F. Ost, Ch. Franck, J.L. De Brouwer et H. Dumont). Elle a fait l’objet d’une première publication dans La Revue Nouvelle, 1988/11, p. 21-44. Le texte qui suit est identique, sauf qu’il est augmenté de quelques précisions importantes et de plusieurs références utiles.
Le lecteur est prié d’excuser le nombre et la longueur des citations. Elles résultent d’une volonté délibérée de mettre à sa disposition des textes intéressants qu’il n’est pas toujours aisé de se procurer.
Enfin, la relative abondance des références bibliographiques ne doit pas induire en erreur. Elles sont sélectives et issues d’une recherche qui ne prétend pas à l’exhaustivité. Je remercie vivement MM. Yves Delvaux, Jean-E. Humblet et André Rich (journaliste au Soir), pour celles qu’ils m’ont si aimablement transmises.

Full text

1Personne ne contestera que la question de la spécificité belge, de l'identité belge par rapport aux identités flamande, wallonne et bruxelloise, revêt une importance fondamentale dans le débat actuel sur les structures de l'Etat belge. On peut présenter en quelques mots l’hypothèse de la « belgitude », et ses liens avec la crise de l’Etat, en prenant deux points de repère.

  • 1 R.Micha et A. De Waelhens, DU caractère des Belges, in Les Temps Modernes, 1949, p. 413442, ici p. (...)

2En 1949, le critique littéraire René Micha et le philosophe Alphonse De Waelhens soutiennent que « les Belges ont un destin commun, parce qu’ils ont une manière commune de se comporter, de réagir et de se projeter : un même complexe caractérologique »1.

  • 2 En français dans le texte néerlandais.
  • 3 H. Brugmans, Het federalisme - België in Europa, in Kultuurleven, 1980/7, p. 664-672, ici p. 670.

3En 1980, dans un dossier consacré à la question de savoir si la Belgique a encore un sens, la revue flamande Kultuurleven publie un article de Hendrik Brugmans, ancien recteur du Collège d’Europe et grand spécialiste du fédéralisme. L’auteur y constate l’existence d’un peuple flamand doté d’un sentiment national propre, ainsi que l’avènement progressif d’un peuple wallon, et se demande si le fédéralisme a quelques chances de succès dans une telle situation. Affirmative, sa réponse est entièrement fondée sur l'idée de « belgitude » comme « lien » (bindmiddel) : « il doit être établi qu'il existe tout de même quelque chose comme une “belgitude”2, une commune appartenance à la Belgique (een Belgische samenhorigheid), une psychologie belge. Le fait que l’on ait habité si longtemps ensemble est malgré tout un facteur de liaison. A propos de certains mariages, on dit : “ils ne sont pas faits l'un pour l'autre, mais ils ne peuvent pas vivre l'un sans l’autre (“met elkaar deugen ze niet, maar zonder elkaar meugen ze niet”). Ceci peut aussi s’appliquer aux rapports belges. Pourquoi ? Parce que les Flamands ne sont certainement pas des Néerlandais et les Wallons ne sont pas plus des Français (bien que le “rattachisme” gagne du terrain ici et là) »3.

I. Pour un débat

4Cette hypothèse de la « belgitude » suscite une multitude de questions. Nous voudrions en poser quelques-unes, dans une perspective universitaire et scientifique, en leur consacrant un débat serein et ouvert à tous les points de vue.

  • 4 On trouvera d’intéressantes contributions de ces auteurs dans la dernière livraison de la revue du (...)
  • 5 Il n’est évidemment pas question d’évoquer ici l’abondante littérature portant sur la « question f (...)
  • 6 La plupart des travaux, souvent remarquables, qui ont étudié cette problématique ou abordé cette q (...)

5L’intérêt et l’urgence d’une réflexion sérieuse sur le thème des identités culturelles (au sens le plus large) ont été soulignés récemment par des intellectuels des deux côtés de la frontière linguistique. Nous pensons notamment à M. Jean Ladrière, professeur à l’U.C.L., M. Jean-Marie Klinkenberg, professeur à l’U.Lg et M. Johan Leman, professeur à la K.U.L.4. Ne faut-il pas observer, en effet, que si ce dossier est riche de nombreuses contributions théoriques portant sur divers aspects des identités flamande et wallonne5, la problématique de la coexistence des identités qui se manifestent en Belgique et la question de l’identité belge sont rarement rencontrées globalement depuis les années soixante, c’est-à-dire précisément depuis que le clivage communautaire a pris une importance de plus en plus décisive6.

  • 7 R. Andrianne Ecriture et politique en Belgique, in Dossiers du CACEF, février 1981, no 84, p. 3-16 (...)
  • 8 Interview de P. Mertens par J. Fontaine dans La Cité, 26 mai - 1er juin 1988, p. 3.
  • 9 R. Micha et A. de Waelhens, op cit., p. 419 et sv.

6Cette réserve des intellectuels belges peut se comprendre aisément, s’agissant sans nul doute d’une matière brûlante qu’il est pour le moins difficile d’aborder avec le recul nécessaire. Mais enfin n’est-ce pas une des missions de l’intellectuel d’intervenir de temps à autre « à chaud » dans la vie publique de son pays, pour forcer à réfléchir et pour alimenter les débats d’idées, sans lesquels une démocratie se meurt ? On a dit qu’en Belgique, « il ne se passe rien entre le pouvoir et les intellectuels »7, que ceux-ci n’y sont envisagés « que comme porte-plumes ou faire-valoir »8. Pour Micha et De Waelhens, cette carence de la pensée théorique dans le débat politique serait même à comprendre en référence à notre propre sujet : « le Belge » éprouverait une défiance instinctive pour les idées, les théories et les abstractions9.

  • 10 Sur ce thème des rapports entre les intellectuels et le pouvoir en Belgique, voy. outre les référe (...)
  • 11 Cl. Javeau, Le chocolat de Trois-Rivières, in La Belgique malgré tout, Revue de l'Université de Br (...)
  • 12 A. Molitor, Souvenirs, Gembloux, 1984, p. 70.

7Quoi qu’il en soit10, nous voudrions inscrire notre entreprise, modestement mais résolument, dans le projet de ceux qui entendent réagir contre cette carence. Nous invitons donc des juristes, des sociologues, des historiens et des hommes de culture à prendre la parole sur ce thème de la « belgitude », aussi délicat soit-il. Cette initiative est prise dans la conscience des multiples dangers qui la menacent : recherche suspecte d’une sorte d’essence trans-historique et translinguistique qu’une pseudo-science exhiberait opportunément pour légitimer ou pour contester la dernière tentative de pacification communautaire en cours ; ou, à l’inverse, recueil de témoignages tombant plus ou moins vite dans « l’impressionnisme facile des odeurs de frites, des litres de geuze lambic, des canaux de Bruges ou des plumes d’autruche des Gilles de Binche » que M. Claude Javeau suggère pertinemment de laisser « aux guides touristiques »11 ; ou encore réunion unilatéralement bruxelloise qui vérifierait la judicieuse observation de M. André Molitor : la capitale « pense et agit comme si Bruxelles seul existait dans le pays »12....

  • 13 Etant entendu qu'une démarche scientifique ne peut que « tendre » vers l’objectivité et doit s’app (...)

8Nous croyons qu’il vaut la peine d’au moins tenter de chercher un chemin entre ces écueils, rien n’interdisant au débat de se conclure le cas échéant par la constatation qu’aucune réflexion proprement scientifique (c’est-à-dire descriptive et explicative, et non partisane) n’est possible sur un tel sujet13. Le chemin parcouru n’aura pas été inintéressant pour autant. D’autant plus que nous croyons légitime d’attendre de juristes, de sociologues et d'historiens qui analysent scientifiquement, chacun à partir de sa discipline, les phénomènes de société, qu’ils osent, à un moment donné et pour autant que celui-ci soit dûment signalé, quitter leur terrain proprement scientifique pour aborder, comme simples citoyens (au sens large !), celui du débat politique, ils proposent alors, s’ils acceptent cette sorte de « déplacement », une « opinion » qui se fonde, au-delà de leur science, sur une certaine faculté de discerner dans le chaos des faits, des raisonnements et des possibles, ce qui compte et ce qui ne compte pas. C’est ce que l’on attend aussi, on l’a déjà dit, des intellectuels.

9D’autre part, si nous en appelons également au concours d'hommes de culture, et non de science, c’est bien pour les entendre parler en tant que tels, à partir de l’expérience et de l'imaginaire qui sont les leurs. Leur place dans ce débat est de première importance, tant il est vrai que les procédures rationnelles et les discussions politiques (même au sens le plus noble) ont leurs limites, et que, plus encore, une forme d’écoute prioritaire devrait toujours être accordée à la démarche artistique et esthétique (au sens fort) dans la mesure où les choses se sentent et se perçoivent avant d’être réfléchies et représentées. Victor Hugo n’avait peut-être pas tort de prétendre qu’« on entre plus profondément encore dans l’âme des peuples et dans l’histoire intérieure des sociétés humaines par la vie littéraire que par la vie politique ».

  • 14 Nous aurions pu évidemment faire appel à une sélection de mandataires politiques. Plus contraignan (...)

10Enfin, les intellectuels - qu’ils soient hommes de science ou de culture - se plaignent souvent de ne pas avoir de public, ou de ne pas pouvoir entretenir avec celui-ci un véritable dialogue. Un débat d’idées entre intellectuels est vain, en effet, s’il ne trouve pas à se prolonger et à rebondir dans une communication vraie avec ceux qui vivent plus près de la pratique quotidienne des citoyens. Aussi, nous avons demandé à quelques personnalités issues des mondes du travail, de la presse, des affaires, de la diplomatie et de la culture de bien vouloir réagir au nom des couches de l’opinion publique qu'ils représentent14.

II. Quelques repères

11Avant de proposer un ordonnancement et une formulation des questions dont on pourrait utilement débattre, il convient maintenant d’apporter quelques précisions sur le concept de « belgitude », dans le seul but de jalonner le terrain du débat.

  • 15 Dans un colloque organisé par l’association « Belge et fier de l'être » le 19 mars 1988, le philos (...)
  • 16 R. Micha et A. De Waelhens, op.cit., p. 416.
  • 17 Ibidem, p. 417.
  • 18 Ibid. p. 422-428.
  • 19 Ibid., p. 418-419.
  • 20 Ibid., p. 419-421.
  • 21 Ibid., p. 420.
  • 22 Ibid., p. 428438.
  • 23 Ibid., p. 436.
  • 24 Ibid., p. 432.
  • 25 Ibid., p. 437.
  • 26 Ibid., p. 432.
  • 27 Ibid., p. 437.

12L’article de René Micha et Alphonse De Waelhens, intitulé « Du caractère des Belges », et écrit - répétons-le - en 1949, constitue un premier jalon tout désigné, puisqu’il donne un certain contenu à l’hypothèse - nous disons bien l'hypothèse - de la « belgitude », même si le mot n'est pas encore forgé à ce moment15. Pour ces auteurs, la Belgique « procède d’une réalité qui, secondaire en d’autres nations, fonde à elle seule son existence et son unité » : les Belges auraient « un même complexe caractérologique »16 dont on peut résumer les traits dominants comme suit : une « extrême proximité du réel »17, curieusement articulée à un sens aigu de l’imagination pure, dans les domaines de la peinture et de la poésie en particulier18 ; un « temps naturel » centré sur le présent, un présent concret et immédiat qui détourne le Belge de l’histoire et le rend peu capable de distinguer l’avenir si l’amorce de celui-ci n’est pas perceptible dans le présent19 ;un mépris pour les idées et les mots, qui se traduit notamment dans une conception du langage comme simple instrument de communication20 ; un attachement prioritaire à l’efficacité, une grande aptitude à tirer le meilleur parti des moyens du bord, mais une inaptitude corrélative à résoudre toute situation problématique « qui ne peut être dénouée que par des moyens extérieurs qui la transcendent »21 ; une vie politique enfin, animée par des hommes d’action, et non de doctrine, soucieux d'équité et de progrès matériel, mais fondamentalement conservateurs22. Citons à ce propos quelques passages bien frappés : « aucune doctrine ne gouverne ici l'évolution de la vie politique. Etrangers aux principes, les partis n’entraînent aucun partage rationnel des opinions, ne reflètent aucune classe homogène, ne dessinent aucun avenir précis. Ce sont des associations de citoyens, nées autour de convictions étrangères à l'ordre politique... »23. Allusion est faite ici au vieux clivage opposant les chrétiens aux laïques. « Pour le reste, ajoutent Micha et De Waelhens, ils comprennent tous les avis comme si chacun d’eux formait le Parlement à lui tout seul (...). Cette confusion, qu'entretiennent ceux à qui elle profite, a une conséquence grave : accédant au pouvoir, les partis sont également voués à l'impuissance. La nécessité d’agir fait éclater toutes leurs divisions (...) »24. Aussi, ils « hésitent à user du pouvoir, sinon pour procéder à des nominations»...25 «...Ils remettent sans faute à demain ce qu’ils ne peuvent trancher aujourd’hui. Ainsi, rien ne se passe jamais en Belgique ; ce qui répond, du reste, à l’idéal politique de la plupart des gens »26. En effet, « une longue habitude, née des guerres et des occupations (surtout l’espagnole, l’autrichienne et la française) identifie l’Etat à l’Etranger. Toute manifestation de la puissance publique qui transcende le cadre local semble dangereuse ou hostile (...). Il n’existe pas de lieu en Europe où le mépris de l’Etat (tenu pour la première vertu de l’homme raisonnable) soit aussi répandu qu’en Belgique, l’indiscipline aussi systématique, la fraude fiscale aussi ingénieuse. Le complexe de la petite nation renforce cet état de choses. Les Belges sont persuadés, non seulement qu’ils ne peuvent exercer aucune influence sur le cours du monde, mais encore sur les événements de leur propre pays déterminés, en dernière analyse, par des facteurs qui leur échappent. Nourrir une politique, quelle qu’elle soit, est dès lors un vain souci ; mieux vaut se vouer à ses propres affaires, dont on est maître. Tel est le fond du “bon sens belge”, tant admiré ici et parfois à l’étranger. (Vertu médiocre, qui a eu du moins un effet heureux : interdire, comme ridicule, tout nationalisme belge) »27.

  • 28 R. Micha, Henri Michaux à travers Plume, in Revue Générale, décembre 1984, p. 3-14, ici p. 6. Les (...)

13Voilà le tableau ! Ses auteurs ont-ils eu l’occasion de le réviser depuis 1947 ? Alphonse De Waelhens ne semble pas avoir repris la plume sur ce sujet. Mais René Micha, pour sa part, a manifestement voulu nuancer les traits dans quelques articles consacrés à la spécificité de la littérature belge. Dans une étude récente - elle date de 1984 - consacrée à Henri Michaux, il se réfère encore aux analyses de 49, mais la référence est précédée d’une observation qui excède en réalité la valeur d’une nuance, pour introduire une coloration très différente : la Belgique, finalement, ne produirait pas de synthèse, elle exacerberait même ses contradictions, tout en trouvant, il est vrai, une forme originale, mais instable, d’équilibre. « L’originalité de la Belgique n’est pas de mêler divers éléments, mais plutôt de les mêler si peu : de les montrer tour à tour, en allant le plus souvent à l’extrême. Même quand ils paraissent ensemble, les traits germaniques et les traits latins ne se fondent point : tantôt les uns, tantôt les autres l’emportent, sans abolir jamais ce qui les contredit. Le caractère belge est le compromis qu’un peuple, écartelé jusqu’au bout, trouve entre des tendances opposées. On serait tenté de dire qu’il n’y a pas de caractère propre, si ce perpétuel va-et-vient entre la thèse et l’antithèse, la raison et la déraison, ne menait à une sorte, non de synthèse, mais d’équilibre : fait de raison aggravée, d’invention fantastique. C'est un bilboquet qui a d’autant plus de plomb aux pieds que sa tête de sureau est plus folle »28.

  • 29 H. Pirenne, La Nation belge. Bruxelles, 1900, 3e éd. C’est ce texte que François Perin a choisi co (...)
  • 30 H. Pirenne, Histoire de Belgique, tome I, Bruxelles, 1929, 5e éd., p. XIII. Pour bien comprendre l (...)

14Cette mise au point de René Micha est à comprendre en référence à un deuxième jalon (par lequel nous aurions d’ailleurs pu commencer puisqu’il est chronologiquement premier) : le discours de Henri Pirenne, prononcé le 1er octobre 1899, intitulé « La Nation belge »29 et résumé par l’auteur lui-même, dans la préface à la première édition de son « Histoire de Belgique », dans des termes souvent cités : « Comme notre sol, formé des alluvions de fleuves venant de France et d’Allemagne, notre culture nationale est une sorte de syncrétisme où l’on retrouve, mêlés l’un à l’autre et modifiés l’un par l’autre, les génies de deux races. Sollicitée de toutes parts, elle a été largement accueillante. Elle est ouverte comme nos frontières, et l’on retrouve chez elle, à ses belles époques, le riche et harmonieux assemblage des meilleurs éléments de la civilisation franco-allemande. C’est dans cette admirable réceptivité, dans cette rare aptitude d’assimilation que réside l’originalité de la Belgique ; c'est par quoi elle a rendu à l’Europe de signalés services et c’est à quoi elle doit d’avoir possédé, sans sacrifier l’individualité des deux races dont elle est faite, une vie nationale commune à chacune d’elle »30.

  • 31 Précisons que Micha ne cite pas Pirenne explicitement. C’est nous qui proposons cette confrontatio (...)

15On le voit : Micha prend en quelque sorte le contre-pied de l’idée de Pirenne31. L’« assemblage » belge n’est pas « harmonieux », et si l’idée d’équilibre apparaît encore, c’est d'un équilibre toujours menacé dont il s'agit, à la manière de la boule du bilboquet qui ne s’y enfile qu’au terme d’une course folle et pour en ressortir bientôt...

  • 32 Cl. Javeau, Le chocolat de Trois-Rivières, op. cit., p. 212.
  • 33 Les Nouvelles littéraires, 4-11 novembre 1976, no 2557, p. 13-24.
  • 34 P. Mertens, De la difficulté d’être belge, loc. cit., p. 15.

16Troisième jalon : l'invention du mot « belgitude » et les aventures d’un concept qui échappe à son créateur. On commence à le savoir maintenant (grâce à quelques émissions de la radio notamment...), c’est le sociologue Claude Javeau qui a lancé le mot. Comment ? « Sans grand mérite », répond-il modestement ; « il suffisait de plagier Senghor »32. Où ? Dans un dossier des « Nouvelles littéraires » de novembre 1976 conçu par Pierre Mertens et intitulé : « une autre Belgique »33. Cet intitulé n'est pas neutre. Dans son éditorial, l’auteur des « Eblouissements » s’en explique. Il y aurait pour lui comme deux Belgique. La première est un pays qui fait de l’intellectuel « un non-Belge, un anti-Belge, ou à un Belge. Sois Belge et tais-toi ». Un pays qui « n’a pas meilleure conscience qu’il n’a bonne réputation », qui « excelle (...) à oblitérer ce qu'(il) commet de pire comme ce qu’(il) réalise de mieux ». Un pays trop proche de Paris et d’Amsterdam. Et l'autre Belgique serait celle qui vivrait comme un « privilège » sa « bâtardise », comme un « bonheur » son destin d’être située « au point d’intersection de toutes les influences ». Et Pierre Mertens de conclure : « il nous faudrait tenter d’être Belges. Marginaux peut-être, minoritaires certainement, exilés à coup sûr, et sur place, nous marquerions pourtant notre territoire comme fait l’animal traqué mais aussi le chasseur qui le traque. Nous n'aurions plus à rester dans ce pays parce qu’il nous fascine mais nous y pourrions demeurer aussi dans la mesure où il nous fait horreur. Un écrivain n’est pas s'il n’est pas contre. Ici, nous connaissons l’adversaire, nous avons pris sa mesure. Nous savons le sens de notre combat »34.

  • 35 Comp. R. Denuit, Etre ou ne pas être un intellectuel wallon, in La Revue Nouvelle, 1984/1, p. 30-3 (...)

17La « belgitude » proposée par M. Javeau s’inscrit dans cette perspective. Certes, le sociologue doit bien constater une « belgitude-héritage » minimale. Non pas celle « d’un patriotisme (...) imposé d’en haut », et au naufrage duquel « les vieilles élites » assistent, « consternées ». Non pas celle d’« une certaine société établie (La Monarchie, la Société Générale », etc...). Seulement celle d’un « cadre que les plus radicaux ne peuvent ignorer : la tradition d’autonomie communale, par exemple ». Mais, pour le reste, il y va bien plus d'une « belgitude-projet », d’un concept « de nature prospective », comme dans l’éditorial de Pierre Mertens : « dans une Belgique fédéralisée (...), la place existe pour un sentiment d'appartenance (de “reliance” disent certains sociologues), à une certaine communauté transbelge, qui n’acquiert son existence qu’en relation dialectique avec l’existence désormais reconnue des communautés nationales flamande et wallonne - et bruxelloise ? Cette communauté-là aura son propre projet », que l'auteur situe résolument à gauche, dans la mesure où il voit déjà unis par-delà la division linguistique « la gauche radicale, le mouvement de libération des femmes, le cinéma belge, les luttes contre la répression policière, psychiatrique ou autre »...35.

  • 36 Cl. Javeau, Y a-t-il une belgitude ? loc. cit., p. 15.

18Et finalement, regrettant que « les sociologues de nationalité belge se sont peu penchés sur les traits spécifiques de leur pays, qui n’en manque pourtant pas », Claude Javeau formulait le voeu de voir ses collègues et lui-même examiner plus en profondeur cette double hypothèse de la « belgitude-héritage » et de la « belgitude-projet », « afin de la confirmer ou de l’infirmer »36

  • 37 Marc Quaghebeur, Jacques De Decker, Frédéric Baal, Jacques Lennep et Michel Mineur.

19Cette première affirmation de la « belgitude » ne restera pas sans écho. Rebelles aux étiquetages communautaires, plusieurs artistes, et non des moindres, répondent à l’appel. Invité par La Libre Belgique le 20 novembre 1978 avec cinq autres créateurs « en quête de belgitude »37, l’homme de théâtre Patrick Roegiers résumait bien leur sentiment : « à l’heure (...) où l’on nous impose de nous dire Flamand, Wallon ou Bruxellois, moi, par réaction, j’éprouve soudain le besoin pressant de retrouver mes racines... ».

  • 38 Cfr La Libre Belgique, 13 décembre 1979. Concernant l'incident provoqué auparavant par Alechinsky, (...)

20En décembre 1979, quinze écrivains et artistes belges appartenant aux deux communautés, - Pierre Alechinsky, Pol Bury, Luc de Heusch, Paul Delvaux, Conrad Detrez, Jean-Michel Folon, Hugo Claus, Jef Geeraerts, Reinhoudt, Roel d’Haese, Ivo Michiels, etc...- signent un manifeste pour protester contre l'affrontement des cultures organisé par le « merdier politique» (selon l’expression de Folon) et pour revendiquer leur belgitude38.

  • 39 J. Sojcher (sous la dir. de), La Belgique malgré tout, Revue de l'Université de Bruxelles, 1980, 5 (...)
  • 40 J. Sojcher, Malgré tout, op. cit., p. VIII.
  • 41 ) A l’exception de M. Quaghebeur, Littérature et fonctionnement idéologique en Belgique francophone (...)
  • 42 Cl. Javeau, Le chocolat de Trois-Rivières, op. cit., p. 214.

21En 1980, on aurait pu croire que le temps de l'approfondissement du concept était venu. Dans un numéro spécial de la Revue de l'Université Libre de Bruxelles, septante (et non soixante-dix) écrivains ont répondu à l’invitation de M. Jacques Sojcher d'écrire dans n’importe quel genre (fiction, poème, biographie, essai, farce, notes, etc...) autour et à côté du thème de « la Belgique malgré tout »39. Cela donne un ouvrage passionnant et bariolé, l’affirmation multiforme d’un sentiment fort - celui que « la Belgique, dans sa négativité même, dans son creux » offre « une possibilité d’espace, d’entredeux, une situation mouvante de carrefour, de traversée et d'errance, une sédentarité baroque, diasporique, une chance de bâtardise »40, mais peu d’analyse théorique41. Dans sa contribution à ce volume, Claude Javeau exprime lui aussi, à sa façon, ce sentiment. Il raconte comment, au détour d’un voyage à l’étranger, dans une petite ville dont la laideur lui fit éprouver une intense nostalgie de notre pays, il s’est senti « à tout jamais incapable d’en discourir sérieusement » : « Jamais je ne m’étais senti aussi proche de mon pays, et jamais je ne m’étais senti aussi désarmé devant lui. Le sociologue venait de rencontrer l'idéal-type weberien de la Belgique, et ne lui trouvait aucun usage »42. Comme on comprend bien ! Mais la promesse de 1976 est-elle pour autant enterrée ?

  • 43 Cfr V° Belgitude, in Dictionnaire historique, thématique et technique des Littératures, sous la di (...)

22Quoi qu’il en soit, la « belgitude » va poursuivre son chemin. On peut repérer cinq voies pour l’essentiel. La première serait la plus fidèle à l’inspiration originelle : la voie de la continuité. C’est celle qu’empruntent, avec persévérance ou obstination, et avec discrétion depuis 1980, les nombreux artistes que nous avons évoqués. Sur le plan culturel au sens strict, la « belgitude » apparaît donc bel et bien comme un courant vivant, qui a trouvé du reste une forme de consécration en entrant dans le « Dictionnaire des Littératures » publié par la librairie Larousse en 198543.

  • 44 Revue Générale, octobre 1980, p. 3-64.
  • 45 Kultuurleven, 1980/7, p. 604 et sv. L’article de H. Brugmans cité au début de notre étude (cfr not (...)

23Deuxième voie : celle d'une relative indifférence, aussi bien de la part des principales revues culturelles que, jusqu’il y a peu, dans les milieux les plus soucieux de patriotisme. Sans pouvoir nous appuyer sur un inventaire exhaustif, nous n’avons guère trouvé de trace de la belgitude dans la Revue Générale ni dans les grandes revues culturelles flamandes. Il serait excessif de soutenir que, pour la première, la Belgique reste une évidence qui n’a pas besoin de « belgitude », tandis qu’elle est étrangère aux préoccupations des secondes. Au contraire, les numéros spéciaux consacrés au 150e anniversaire de la Belgique par la Revue Générale44 comme par Kultuurleven45 s’interrogent sur l’avenir du pays non sans anxiété. Mais l’hypothèse sans doute dérangeante de Claude Javeau et de Pierre Mertens est simplement passée sous silence.

  • 46 Cfr J. Gérard. Belges, du Nord et du Sud, unis dans la même destinée, in La Libre Belgique, 11 jui (...)
  • 47 X, 19 mars 1988, La Belgique est sortie de l'ombre !, in Belgimag, no 8. s.d., p. 47. La traductio (...)

24Comme on pouvait cependant s’y attendre, cette traversée du désert a en quelque sorte rendu possible une troisième voie : celle de la récente récupération par l’idéal patriotique. Le concept a perdu en cours de route l’essentiel de sa portée hétérodoxe. Il devient synonyme d’une identité belge dont on se doit d’être fier, un peu par prétérition, d’une identité qui devrait rassembler tous les Belges pour faire face aux défis qui menacent l'Etat. En tout cas, quand M. Jo Gérard défend la « belgitude »46, ou quand l’as sociation « Belge et fier de l’être » - « Belg en fier het te zijn » proclame que les Belges ont une identité et doivent avoir « l’audace de l’appeler Belgitude»47, il est clair que le mot n’a plus tout à fait la même signification que sous la plume de ses inventeurs.

  • 48 V. Nachtergaele, Les rapports des auteurs francophones belges d’origine flamande avec la Flandre, (...)
  • 49 J. Leman. Met « ethnische » Moeder-Vlaanderen en haar Franse kinderen, in Kultuurleven, 1983/3, p. (...)
  • 50 Elevé en français par un père flamand en quête d'ascension sociale, et dans un dialecte flamand mé (...)
  • 51 Ce « francophone, flamand et bruxellois », selon J.-A. Fralon (Leur Brel, in Le Monde, 21 novembre (...)

25Quatrième voie : celle de la contestation. Du côté flamand tout d’abord, il faudrait se demander si le silence observé dans les milieux culturels ne cache pas un rejet pur et simple. Dans un article étudiant « les rapports des auteurs francophones belges d’origine flamande avec la Flandre », le professeur à la K.U.L., M. Vic Nachtergaele, récuse la notion en quelques mots. Si nous le comprenons bien, parler de « belgitude » à propos d'écrivains comme Charles De Coster, Georges Rodenbach, Emile Verhaeren, Max Elskamp, Michel de Ghelderode, Franz Hellens ou Marie Gevers, c’est occulter leur appartenance fondamentale au patrimoine culturel flamand. Il rapproche la notion de celle, plus ancienne, d’« âme belge », pour rappeler que cette dernière a été très vite « flétrie, par Hellens, par exemple, comme un tour de passepasse politique destiné à unifier d'une façon artificielle les races latine et germanique ». Il concède toutefois que la « nouvelle notion » est « plus tournée vers une coexistence pratique »48. Analysant le même phénomène littéraire d’un point de vue plus sociologique cette fois, l’anthropologue Johan Leman, ancien rédacteur en chef de Kultuurleven, ne recourt pas plus au concept de « belgitude »49. Il distingue seulement deux générations d’écrivains flamands de langue française. La première, celle d'avant 1930, est composée de « Flamands authentiques » qui ont, comme De Coster et Verhaeren, fortement contribué à créer l’imaginaire de la Flandre, tout en écrivant en français parce qu'ils appartiennent à la bourgeoisie, et que celle-ci parlait français, à ce moment, du nord au sud du pays. La seconde, celle d’après 1930, assume son appartenance à la Flandre de façon beaucoup moins sereine, avec une « labilité » caractéristique des immigrés de la seconde génération (que Leman connaît très bien). Les cas exemplaires à cet égard seraient ceux de Ghelderode50, de Jacques Brel51 ou de la poétesse contemporaine Liliane Wouters.

  • 52 L. Wouters citée par J. Leman, op. cil., trad. franç., p. 119.

26Ecoutons, à titre d’exemple, le témoignage de cette dernière : « Ma patrie spirituelle aurait eu Paris comme capitale si elle n’avait eu pour accent celui de Mlle Beulemans. Je suis passée au travers des mailles du filet de la langue. J’aurais pu écrire dans la langue de Gezelle. Au lieu de cela, je parle le français. Est-ce que je le regrette ? Parfois. Aurais-je été volontiers une poétesse de langue flamande ? Je ne le sais pas. A supposer que j’aie pu choisir une langue, pourquoi n’aurais-je pas choisi l’allemand ou l’espagnol ? Et si le russe ou l’allemand ont plus d’avenir... Oui, qu'auriez-vous choisi ? Je n’en sais rien. Demande-t-on à un enfant s’il préfère son père ou sa mère ? S’il n’aurait pas désiré d’autres parents ? Cependant, j’ai le sentiment d’être profondément flamande. Le souffle de l’esprit me vient des rives de la Seine. En revanche, ce qui fouette mon sang souffle entre Bruges et Furnes (...)52 ».

  • 53 Cfr L. Wouters, Le double exil des poètes, in Les Nouvelles littéraires, Dossier cité, p. 18. Adde(...)

27On voit très bien tout ce que les défenseurs de la « belgitude » pourraient tirer d’expériences de ce type pour développer leur démonstration. D’autant plus que Mme Wouters elle-même a souscrit expressément à ce courant53. La lecture de M. Leman n’en est que plus frappante. Alors que son étude date de 1983, la « belgitude » n’est même pas retenue comme une hypothèse parmi d’autres. Non, ces écrivains sont présentés comme des Flamands, et leurs propres hésitations sont comprises, au-delà de ce qu’ils peuvent parfois en dire eux-mêmes, comme celles que tout immigré est nécessairement conduit à vivre.

  • 54 M. Otten, Identité nationale.... op.cit., p. 70, 74, 79 et 83. Le texte évoqué de J. Izoard a paru (...)

28Du côté wallon, la belgitude n’a pas plus de succès, dans un premier temps du moins. Lors du colloque de Louvain-la-Neuve consacré à l’« écriture française » et aux « identifications culturelles en Belgique », en 1982, le professeur Michel Otten observe que la métaphore de la bâtardise qui a pris naissance dans la communauté bruxelloise « n’a jamais éveillé d’écho en Wallonie ». Les Wallons ne se reconnaissent pas non plus dans le miroir de l’« identité en creux ». Jamais, poursuit M. Otten, « on ne trouve chez les écrivains wallons les thèmes de l’exil ou du pays de nulle part pour qualifier leur relation à la Wallonie. Au contraire, la région est toujours vécue comme une présence forte qui suscite la connivence ». Et d’illustrer son propos par une référence aux « variations poétiques qu'engendrent les mots “Wallon”, “Liège” et “Batte” dans le beau texte de Jacques Izoard intitulé De la paume à la paume ». Sa conclusion, il l’emprunte à Jean Louvet : le nom de « belgitude » laisse entendre que le sentiment éprouvé par les écrivains de Bruxelles vaut pour toute la Belgique, alors que « Bruxelles n'est pas la capitale de la Wallonie »54.

  • 55 J. Fontaine, « Belgitude », Flandre et culture wallonne, in La Revue Nouvelle, 1983/12, p 531-539, (...)
  • 56 Ibidem, p. 535. Ce net rejet de la belgitude hors de Wallonie par J. Fontaine prolonge le rejet de (...)
  • 57 Ibidem, p. 537. L’« entre-deux » wallon est décrit comme bien moins latino-germanique que social. (...)
  • 58 Ibidem, p. 538. Il est vrai que des défenseurs de la « belgitude » vont jusqu’à valoriser une cert (...)

29Le rejet de l’idée de « belgitude » apparaît encore plus nettement sous la plume de M. José Fontaine, un des initiateurs du « Manifeste pour la culture wallonne » dont il sera question plus loin, et rédacteur en chef de la revue Toudi, Culture et société, créée en 1987 « dans la mouvance » de ce manifeste. Pour lui, l’« entre-deux », le « carrefour » valorisé dans la « belgitude » ne fait que reproduire « mutatis mutandis », la « vieille tradition idéologique et culturelle de la Belgique bourgeoise et francophone » que Henri Pirenne incarnerait. Dans le texte de Jacques Sojcher et dans la préface de Pirenne que nous avons cités plus haut, M. Fontaine voit la même idée de « syncrétisme », la même description de la Belgique « comme un pays d’accueil, comme une nation “douce” (au sens où l'on parle de technologies douces), une nation a-nationale si l’on peut dire, dont le moteur historique est à chercher en dehors d’elle »...55. Il reconnaît volontiers que ce syncrétisme trouve sa confirmation dans la littérature des Verhaeren, Maeterlinck ou De Coster, dans les films de Delvaux ou dans les chansons de Bref Ces artistes expriment en effet une forme indéniable de métissage franco-flamand. Mais, en parfait accord avec Johan Leman, il souligne qu’on ne peut absolument pas assimiler cette « rencontre entre la Flandre et la culture française » à la Belgique. Car « la Wallonie (y) est totalement étrangère » : « un vrai métissage “belge” aurait exigé des Bref des de Ghelderode ou des Verhaeren... à l'envers en quelque sorte. Or, de tels Wallons n’existent pas ». Conclusion : « la “belgitude”, c’est la Flandre et Bruxelles, pas la Wallonie »56. D’autant moins que la Wallonie - dont José Fontaine ancre l’identité dans « la tourmente de la révolution industrielle » et « l'espérance ouvrière »57 «ne s’inscrit pas dans le “creux” ou la “médiocrité” dont la “belgitude” a tant le goût. La Wallonie n’est pas médiocre. C’est une tragédie »58.

  • 59 P. Mertens, En Belgique, c’est-à-dire quelque part, in Cahiers marxistes, octobre 1979. cité par J (...)
  • 60 M. Quaghebeur, Préface à J. Louvet, Théâtre, Bruxelles, 1984, p. 15.

30Plus discrète, une cinquième et dernière voie s’esquisse parfois : celle du dialogue, voire des convergences, entre les promoteurs de la «belgitude»59 et les signataires du Manifeste wallon. On constate, par exemple, dès 1979, que Pierre Mertens cite l’oeuvre de Jean Louvet à l’appui de la « belgitude ». Marc Quaghebeur fait de même dans son commentaire de L'Homme qui avait le soleil dans sa poche, la pièce de théâtre la plus connue de Louvet consacrée au député communiste assassiné, Julien Lahaut. Il y voit une pièce particulièrement expressive de la « belgitude », notamment à travers cette terrible dérision où finissent par tomber à la fois les mots qui ont jadis soulevé des foules et le sens du devoir de celui qui aurait pu être, dans un autre pays, une sorte de héros60.

  • 61 J. Louvet. Préface à P. Willems, Blessures, Bruxelles, 1984, p. 10-11.

31Dans l’autre sens, Jean Louvet, préfaçant la réédition d'un roman de Paul Willems, écrit ceci : « Je viens de lire une seconde fois Blessures. Pas de petits curés flamands. Pas de flamingants. (Les Fourons, le cauchemar, c’est pour plus tard...). Au fond, c’était le bon temps, Blessures : un Flamand écrivant en français... Moi qui viens de signer le Manifeste pour la culture wallonne, il y a vingt ans que je n’ai plus mis les pieds en Flandre. Page après page, je lis cette oeuvre dans la nostalgie d’un pays que j’ai connu (apparemment) serein, autrefois. Après tout, je me dis que, même si la question nationale a empoisonné ma vie, Blessures, par exemple, pourrait rouvrir un dialogue entre deux peuples fratricides et... condamnés à vivre ensemble. Vous me direz : “Mais l’imaginaire...”. Certes, il n’est pas question de redorer les oripeaux d’un imaginaire belge. Certes, défendre l’imaginaire wallon est une question de vie ou de mort. Mais parions. Laissons venir les Willems, les sans famille aujourd'hui : peut-être leur appartient-il de faire reculer la haine. Après tout, Willems a le mérite de ne pas avoir fait se dérouler son roman dans les Landes... »61.

  • 62 J. Fontaine, Communauté française. Deux logiques, op.cit.
  • 63 J. Dubois, Note sur les régionalités littéraires, in Le Coq et la plume. Propos sur la littérature (...)

32Finalement, ce qui rapproche les tenants de la belgitude et ceux du Manifeste wallon - au point que José Fontaine lui-même situera celui-ci « dans la même ligne » que celle-là62-, c’est une commune revendication d’identité, et d’une identité non « aplatie » par Paris. Ainsi, le professeur Jacques Dubois, autre signataire du Manifeste, remarque la même référence « de Mertens à Louvet en passant par Izoard » à la littérature québécoise : « l’expérience québécoise, plus ou moins mythiquement transposée, est donnée comme exemplaire par sa percée, son affirmation libératrice, son ouverture à différents possibles ». S’appuyant à son tour sur cette expérience, il propose d’inscrire le réveil de la littérature en Belgique francophone dans la perspective d’une nouvelle réflexion sur le concept de région. Il s’agirait de percevoir la valeur de la vocation des littératures régionales qui est celle d'un combat contre toutes les formes de centralisme, notamment parisien, et contre le suivisme qui en est le complément, avec tout ce que celui-ci comporte d’« imitation servile et de fascination fétichiste »63... Que cette vocation que Dubois résume dans le concept de « régionalité littéraire » puisse motiver autant les écrivains bruxellois que les écrivains wallons ne va pas de soi, mais la question a le mérite d’être posée. Ne devrait-elle pas être également adressée aux Flamands ?

33Complexe caractérologique belge, nation belge, « belgitude » : ces trois points de repère ont permis de jalonner un champ fait d’une multitude, aussi riche que complexe, de variations et d’interrogations autour d’une thématique principalement culturelle. L’objet, et l’originalité, du débat que l’on voudrait ainsi introduire, consistent à tenter d’articuler cette thématique culturelle à la problématique politique, au sens large, de la crise de l’Etat belge.

  • 64 Il y a sur ce point une convergence notable d’analyses pourtant aussi différentes que celles du so (...)
  • 65 Cfr la thèse de E. Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, 1983 : cet auteur a bien montré qu (...)

34Loin d’être artificielle, cette articulation est fondée tant sur le concept d’Etat que sur celui de culture : tout Etat est la figuration de ce qui unifie une société64, et la culture est un facteur de rassemblement de première importance65. Au moment où l'Etat belge comme les Communautés et les Régions qu'il englobe cherchent à redéfinir ce qui peut faire leur unité respective et les conditions de leur coexistence, les problèmes que soulève cette liaison, délicate en soi, sont particulièrement cruciaux.

35Il convient donc, maintenant, de nouer quelques fils pour structurer la discussion dans cette double perspective. Nous proposons de concentrer l'attention autour de quatre volets distincts.

III. Quatre questions

  • 66 La bibliographie sur ces questions est immense. A propos des notions d’Etat et de Nation, citons s (...)

36Le premier volet est consacré au thème de l'Etat : y a-t-il un Etat belge ? Le point de vue retenu ici est celui du droit public : comment cette discipline définit-elle les concepts d’Etat et de Région ? Comment voit-elle les rapports entre le concept d’Etat et celui, plus sociologique et plus culturel, de nation ? Comment situe-t-elle l'Etat fédéral par rapport au modèle classique de l'Etat Nation66 ? Qu’en est-il en Belgique ?

  • 67 Voy. not. F. Delpérée, La Belgique, Etat fédéral ?, in R.D.P., 1972, p. 607 et sv. ; Idem, Droit c (...)

37On sait qu’on est passé en 1970 et en 1980, d’une structure unitaire à une structure fédérale inachevée67. Que nous réserve la cinquième révision constitutionnelle : un fédéralisme achevé, ou les prémisses d’un confédéralisme ? Il règne à propos de ces notions élémentaires un flou dommageable pour la clarté du débat politique et parfois entretenu par ceux-là mêmes qui ont pour mission d’alimenter ou de commenter ce débat.

  • 68 Cf. note 3.
  • 69 Cf. H.A. Schwarz-Lieberman Von Wahlendorf, Une notion capitale du droit constitutionnel allemand : (...)

38Au-delà de ce travail de clarification, la « pointe » de la discussion pourrait porter sur la question de savoir si un fédéralisme quel qu’il soit peut se vivre sans une certaine « belgitude », au sens où l’entendait M. Brugmans cité au début du présent document68. Cette « belgitude » serait alors à définir en rapport avec le concept juridique de « loyauté fédérale »69. Un constitutionnaliste francophone et un constitutionnaliste néerlandophone sont invités à dialoguer à partir de ces différentes questions.

  • 70 Dans une littérature considérable sur ces questions, on citera seulement deux travaux de synthèse (...)

39Le second volet est consacré au thème de la société civile : y a-t-il une société civile belge ? Le point de vue retenu est celui de la sociologie et de la science politique : comment ces disciplines définissent-elles les notions d’Etat, de système politique et de société civile ? Comment analysent-elles les rapports entre Etat et société civile70 ? Qu’en est-t-il en Belgique ?

  • 71 Cfr not. J. Meynaud, J. Ladrière et F. Perin (sous la dir. de), La décision politique en Belgique. (...)
  • 72 On connaît les exemples classiques constitués par le pacte scolaire (cfr not. J. Meynaud, e.a., La (...)

40On sait que le système politique belge est dominé par trois « mondes sociologiques » (les « mondes » chrétien, socialiste et libéral) qui en forment les « piliers » (« zuilen » en néerlandais, d’où l’expression « verzuiling » parfois traduite par « pilarisation »)71. Ce qui fait peut-être la « belgitude » de notre société, c’est la combinaison entre la faiblesse de son assise nationale et la force de ces piliers qui, se retrouvant des deux côtés de la frontière linguistique dans des rapports de force différents, entretiennent des liens de solidarité qui ont longtemps réussi à transcender le clivage communautaire. Aussi, ces « mondes » ont tendance à remplacer par des compromis passés entre eux ce qui serait ailleurs des décisions imposées par un Etat autonome72.

  • 73 On remarquera que cette question est beaucoup plus débattue en Flandre qu’en Wallonie, sans doute (...)
  • 74 Cfr sur ce thème P. Birnbaum, op. cit., p. 982 et sv.
  • 75 « Toute structure, entreprise, commune, association culturelle,... ne cesse d’être davantage enser (...)

41Si l’on peut s’entendre sur cette analyse, la « pointe » du débat pourrait porter sur la double question de savoir comment apprécier la valeur et l’avenir de cette « belgitude » sociologique. Pour poser la question de sa « valeur » de manière rapide73, on formulera l’alternative suivante : s’agit-il d’une sorte de victoire démocratique d’une société civile recevant sa puissance d'une vie associative très structurée contre un Etat qui, comme tout autre Etat, voit sa différenciation d'avec la société civile faiblir dans une mesure proportionnelle à l'importance des formes de démocratie participative ou représentative74 ? ; ou faut-il y voir plutôt un système cloisonné, à capacité de décision limitée, fondée sur un recours continuel aux marchandages, un régime qui conjure une menace permanente de déstabilisation par un haut degré d’immobilisme, un système à alternance limitée et qui n’offre pratiquement aucune alternative, un régime enfin qui suppose une particratie étouffante pour la société civile75 ?

  • 76 A.P. Frognier et M. Collinge, op. cit.,p. 12.

42Quel peut être, par ailleurs l’avenir de cette « belgitude » ? A l’heure de la troisième vague de communautarisation et de la seconde vague de régionalisation, la question est particulièrement importante. Elle revient à se demander si l’autonomie croissante des Communautés et des Régions va conduire le parti le plus puissant de chaque entité à exercer pleinement le pouvoir que le principe de majorité pourrait lui attribuer, ou à accepter de poursuivre le système consensuel actuel. Et dans cette deuxième hypothèse, les « freins de la double localisation des mondes »76 seront-ils encore utilisés ? Pour y recourir, il faudrait maintenir des mécanismes nationaux de protection des minorités (comme le pacte culturel) ; mais les partis et mondes minoritaires au niveau communautaire ou régional y renonceront-ils en se contentant d’accords conclus à ce seul niveau ? Un sociologue francophone et un sociologue néerlandophone sont invités à échanger leurs analyses et leurs opinions à propos de ces différents points.

  • 77 F. Perin (dans son Histoire d’une nation introuvable, op. cit., p. 7-9) accuse les historiens qui (...)

43Le troisième volet est consacré au thèmes de la nation : y a-t-il une nation belge ? Le point de vue retenu est celui de l’histoire : comment cette discipline aborde-t-elle les concepts de nation et d’Etat77 ? Qu’en est-il en Belgique ?

  • 78 Cfr notes 29 et 30.
  • 79 Cfr note 6.
  • 80 Ce schéma suppose cependant dans l'esprit de son auteur la réalisation de « l’unité politique, mon (...)

44On a très brièvement rappelé plus haut la thèse de Henri Pirenne78. On sait que François Perin a proposé, dans un ouvrage qui vient de paraître79, une déconstruction radicale de cette thèse, moins par une démarche d’historien - titre que M. Perin du reste ne revendique pas-, que par une lecture critique des contradictions dans lesquelles H. Pirenne se serait enfermé lui-même. La conclusion de M. Perin n'en est pas moins sans appel : la nation belge est, selon lui, historiquement introuvable. Et poursuivant sa réflexion sur un terrain politique cette fois, l’éminent publiciste liégeois préconise en définitive le rattachement de la Flandre à la Hollande et de la Wallonie à la France, les Bruxellois étant libres « de choisir leur destin si attrayant de ville européenne internationale »80.

  • 81 Cfr not. J. Stengers, La Belgique de 1830, une « nationalité de convention » ?, in Histoire et his (...)
  • 82 Comp. R. Devleeshouwer, La Belgique : contradictions, paradoxes et résurgences, in Histoire et his (...)

45Sur un plan proprement historique, le débat a beau être ancien comme l’Etat belge lui-même, il est du plus haut intérêt de connaître les principaux arguments développés actuellement à l’appui des deux thèses : celle qui attribue au « sentiment national » des racines historiques solides antérieures à 183081 et celle qui ne voit dans la Belgique qu’une « nationalité de convention »82.

  • 83 Cfr supra, II, Quelques repères.
  • 84 Dans l’esprit indiqué supra p. 20.

46Le quatrième et dernier volet est consacré au thème de la culture : y a t-il une culture belge ? Le point de vue retenu pour ce dernier temps de notre colloque est à la fois récapitulatif et plus large, à la mesure du concept de culture et des rapports, problématiques par excellence, entre le culturel et le politique. C’est à ce moment que l’on abordera de front la thématique initiale qui était au point de départ de notre réflexion83. La parole sera donnée à des artistes et des hommes de culture84 flamands, wallons, bruxellois et/ou belges,... ou encore rebelles à toute identification de cette sorte, pour entendre dire comment ils ressentent ou analysent, pour leur part, l’idée de « belgitude ».

  • 85 Sur cette nuance et sur les problèmes généraux inhérents à toute politique culturelle (conciliatio (...)
  • 86 Manifeste pour la culture wallonne, in La Revue Nouvelle, 1984/1, p. 63.
  • 87 Cfr le no spécial de La Revue Nouvelle, 1984/1. p. 17-64 et la bibliographie contenue dans Pour un (...)

47On sait que la responsabilité de la politique culturelle en Belgique est divisée entre les Communautés française, flamande et germanophone. Cette division suscite deux problèmes aigus dont il conviendrait de discuter dans la foulée du débat portant sur la pertinence culturelle du concept de « belgitude ». Tout d’abord, si la Communauté flamande ne paraît guère contestée, sinon comme répondant politique d’un projet culturel spécifiquement flamand, du moins comme autorité compétente pour encourager les initiatives prises par les acteurs de la vie culturelle flamande85, il n’en va pas de même pour la Communauté française. Chargée de promouvoir une politique culturelle adéquate pour les Wallons et les Bruxellois francophones, elle est remise en cause, dans son principe même, par les signataires du « Manifeste pour la culture wallonne ». Ceux-ci plaident pour un projet culturel spécifiquement wallon, et voient dans la Communauté française « une notion hybride et artificielle qui n’est de nulle part », et qui « aggrave la dépendance culturelle des Wallons par rapport à des centres qui leur sont extérieurs »86. Ce manifeste a déjà fait l’objet d’un assez large débat87, mais celui-ci est loin d’être clos.

  • 88 Le jargon politique a dénommé ainsi les activités culturelles prises en charge par les institution (...)
  • 89 Le point II.A.1.4 de l'accord de gouvernement du 2 mai 1988 prévoit que les « institutions nationa (...)
  • 90 Voy. sur cet appel J. De Decker, Plan d’urgence pour culture en jachère, in Le Soir, 22 avril 1988 (...)

48La division communautaire soulève enfin une deuxième difficulté : à qui peut s’adresser l’artiste dont la « belgitude » est jugée irrecevable par la Communauté française ou par la Communauté flamande, ou, pire pour lui, par les deux ? On sait que les Communautés n’ont accepté que très récemment de subventionner ensemble un film d’André Delvaux... On sait aussi que le secteur « biculturel » national88 n’a constitué qu’une compétence très marginale pour les derniers gouvernements qui ne se sont parfois guère empressé pour seulement décider de la confier à tel(s) ou tel(s) ministre(s)89. Il conviendra d’évoquer dans cette perspective « l’appel pour les droits de la création artistique » lancé par un groupe dénommé « Conseil des Arts » et composé de personnalités comme Gérard Mortier, Pierre Mertens, André Delvaux, Anna-Teresa de Keersmaeker, Henri Pousseur, José Van Dam, etc...90 Sans parler apparemment de « belgitude », les 250 signataires de cet appel s’interrogent sur la communautarisation de la culture. Ils ne la rejettent nullement, mais se demandent s’il n’est pas « souhaitable de définir, à côté des responsabilités artistiques et culturelles des communautés, un secteur artistique national responsable, doté de moyens sérieux, capable de porter des projets d’envergure nationale et européenne et de faciliter les échanges culturellement indispensables entre les communautés ».

  • 91 Et nous sommes bien conscients qu’il aurait fallu aussi retenir l’hypothèse d’une « belgitude » éc (...)

49« Belgitude » juridique, « belgitude » sociologique, « belgitude » historique, « belgitude » culturelle91 : le nombre et la difficulté des questions que suscitent ces hypothèses, aussi éminemment controversables que cruciales pour l’avenir de la Belgique et de ceux qui y vivent, rendent le débat nécessaire, aujourd'hui plus que jamais. Non pas pour les aborder toutes avec une égale profondeur. Mais pour faire ressortir les nœuds les plus décisifs de la trame. Dans cette perspective, une des « pointes » ultimes du débat devrait porter sur les rapports qui peuvent se nouer entre ces quatre formes de « belgitude » ou de « non-belgitude ».

50Pour conclure, ne prenons qu’un seul exemple de combinaison possible. Certains défendent encore l’idée d’un Etat belge, tout en avouant ne plus croire ni à une « belgitude » historique ni à une « belgitude » culturelle. Peut-on faire son « métier de citoyen » dans un tel Etat ?

Notes

1 R.Micha et A. De Waelhens, DU caractère des Belges, in Les Temps Modernes, 1949, p. 413442, ici p. 416.

2 En français dans le texte néerlandais.

3 H. Brugmans, Het federalisme - België in Europa, in Kultuurleven, 1980/7, p. 664-672, ici p. 670.

4 On trouvera d’intéressantes contributions de ces auteurs dans la dernière livraison de la revue du Centre d’Etudes Wallonnes (cette revue a été créée en 1987, « dans la mouvance du Manifeste pour la culture wallonne » qui sera évoqué infra) : Toudi, culture et société, 1988, p. 106 et sv. : après avoir dit qu’il ne croyait plus à l’hypothèse de Pirenne, J. Ladriere parle ainsi de la Wallonie : « Il y a (...) une très forte conscience de terroir. Mais quand on va plus loin, on rencontre l’Etat belge qui ne correspond que très relativement à une communauté nationale. Il importe de réfléchir à tout ceci philosophiquement. Qu'est-ce qui nous importe en fin de compte ? » (p. 111) ; J.M. Klinkenberg : « La réflexion sur l'imaginaire wallon est (...) aussi urgente que la critique économique ou institutionnelle » (p. 125) ; J. Leman ; « ...Nous. Flamands, dans ce pays de plus en plus ethniquement déchiré, nous pourrions méditer, de temps à autre, d’une manière plus nuancée sur notre propre destin et sur notre identité culturelle qu’il est d’usage de le faire aux Zangfeesten, Etats-Généraux et autres « Pélérinages de l'Yser »... (p. 123). Comp. M. Ruys : « Il n’est pas vrai que nous ayons des raisons d’être fiers de notre manière d'être flamands (ons Vlaming-zijn). Nous formons une société sans conscience suffisante de notre propre dignité nationale, sans traits bien dessinés pour le monde extérieur, sans « génie » (in Jaarboek Vlaamse Beweging 1987, cité par M. Schaevers, Ruys en Grammens. Eenvoudige regels voor maatschappelijke hervormers, in De Nieuwe Maand, septembre 1987, p. 16). Quant aux intellectuels bruxellois, leur souci d’ouvrir le débat sur l’identité bruxelloise n’est pas moins manifeste : voy. par ex. H. Cnudde, Propos de Bruxellois, in La Revue Nouvelle, 1984/1, p. 33-35 : « en tant que Bruxellois (...), je ne peux que marquer mon accord et ma solidarité avec l’élaboration d'un projet culturel spécifique wallon comme je les marque dès à présent avec un futur manifeste pluriculturel pour Bruxelles. Il s’agit, en effet, de part et d’autre, de rencontrer le problème d’une identité à construire ou à reconstruire, d’un côté en référence à une réalité de type autochtone, de l’autre sous le signe généralisé de l'immigration » (p. 33). Adde du même auteur : Conscience bruxelloise,conscience régionale..., in La Revue Nouvelle, 1979/11, p. 471-475. Comp. F. Moutard, Wallonie ! Wallons-nous ?, in La Revue Nouvelle, 1984/1, p. 43-46 et F. Martou, Crépuscule d'une capitale, horizon wallon, in La Revue Nouvelle, 1979/11 p. 463-470 : « Face aux défis économiques et sociaux qu’elle rencontre, Bruxelles ne peut se figer dans un passé révolu qu’illustrent le Millénaire, l’Ommegang et le “Mariage de Mlle Beulemans”. L'avenir de cette ville où l’on parle désormais le français est dans la reconnaissance de la mosaïque des peuples et des cultures qui s’y déploie. Cette reconnaissance peut plus facilement s'organiser au sein d'une région de Wallonie-Bruxelles que dans un territoire soumis à l’influence flamande » (p. 469).

5 Il n’est évidemment pas question d’évoquer ici l’abondante littérature portant sur la « question flamande », l’histoire de la Flandre et du mouvement flamand, l’histoire de la Wallonie et du mouvement wallon. On renverra seulement à trois panoramas historiographiques récents et succincts : E. Gubin, D'une histoire nationale à l’autre : à propos de l'historiographie du mouvement flamand en Belgique, et H. Hasquin, Le mouvement wallon : une histoire qui reste à écrire, in Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, Revue de l'Université de Bruxelles, 1981/1-2,p. 125-146 et p. 147-155 ; G.H. Dumont, Histoire et nationalité en Belgique (1830-1985), in Cheminements dans la littérature francophone de Belgique au XXe siècle, Quaderni di Francofonia, 4, Firenze, s.d., p. 21 - 30 ; ainsi qu'aux dossiers parus dans Le Monde Diplomatique (Identité de la Wallonie, novembre 1976, p. 23-29 ; Identité de la Flandre, mars 1977, p. 13-20 ; Bruxelles : des idées neuves pour la capitale du Vieux Continent, février 1978, p. 15-21) et dans Le Monde (La Flandre au pluriel, 21 novembre 1986, p. 29-37 ; Bruxelles en capitales, 27 novembre 1987, p. 7-12). Pour des réactions flamandes aux deux derniers dossiers cités, voy. Septentrion, 1987/1, p. 86et 1988/1, p. 83. Enfin, comme il existe peu de bons textes sur la problématique de l’identité wallonne, on signale encore quelques références importantes que les « panoramas historiographiques » cités ci-dessus ne couvrent pas : M. Quevit, Les causes du déclin wallon, Bruxelles, 1978 ; Idem, La Wallonie : l'indispensable autonomie, Paris, 1982 ; L. Genicot, Racines d’espérance. Vingt siècles en Wallonie, Bruxelles, 1986 ; et J.M. Klinkenberg, L'identité wallonne : hypothèques et faux papiers, in Toudi, Culture et société, 1988, p. 125-137.

6 La plupart des travaux, souvent remarquables, qui ont étudié cette problématique ou abordé cette question « se limitent » à un point de vue historique ou sociologique : cfr not. Th. Luykx, Politieke geschiedenis van België van 1789 tot heden, Bruxelles Amsterdam. 1964 (nombreuses rééd. depuis) ; Cl. Javeau, Les vingt-quatre heures du Belge, Bruxelles, 1970 ; G.H. Dumont, Histoire de la Belgique, Paris, 1977 ; N. Delruelle, A.P. Frognier et al., L'opinion publique et les problèmes communautaires, C.H. du CRISP, no 880 du 9 mai 1980, no 927 du 3 juillet 1981, no 966 du 11 juin 1982, no 991 du 4 mars 1983 (une synthèse de ces enquêtes est parue dans : XXX, Complexe Belgique, Cahiers du CACEF, 1987, no 130) ; R. Rezsöhazy et J. Kerkhofs, L'univers des Belges. Valeurs anciennes et valeurs nouvelles dans les années 80, Louvain-la-Neuve, 1984 ; X. Mabille, Histoire politique de la Belgique. Facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, 1986 ; E. Witte et J. Craeybeckx, La Belgique politique de 1830 à nos jours. Les tensions d'une démocratie bourgeoise, trad. franç. par S. Govaert, Bruxelles, 1981. Adde les importantes études citées sous les notes 67, 71, 80 et 81. Comp. les approches plus larges, mais engagées de L. Outers, Le divorce belge, Paris, 1968 et de F. Perin, Histoire d’une nation introuvable, Bruxelles, 1988. Quant aux articles qui se situent explicitement par rapport au concept de « belgitude », cfr infra II. Quelques repères.
Après avoir rédigé la première version de cette introduction, j'ai constaté que deux références majeures sur le thème de la coexistence des identités culturelles en Belgique m’avaient échappé (parmi bien d’autres sûrement). Elles concernent toutes deux cet angle d’attaque privilégié que constitue l’historiographie littéraire belge : M. Quaghebeur, Balises pour l’histoire de nos Lettres, in Alphabet des Lettres belges de langue française, Bruxelles, 1982, p. 11-202 ; et R. Andrianne, J.M. Klinkenberg, M. Otten, R. Heyndels, Ecriture française et identifications culturelles en Belgique, Louvain-la-Neuve, 1984. Cette double lacune explique mon ignorance du « lundisme » que me reproche amicalement, et à juste titre, J. Fontaine dans sa contribution, infra.

7 R. Andrianne Ecriture et politique en Belgique, in Dossiers du CACEF, février 1981, no 84, p. 3-16, ici p. 6.

8 Interview de P. Mertens par J. Fontaine dans La Cité, 26 mai - 1er juin 1988, p. 3.

9 R. Micha et A. de Waelhens, op cit., p. 419 et sv.

10 Sur ce thème des rapports entre les intellectuels et le pouvoir en Belgique, voy. outre les références figurant dans les notes 7 à 9. l’enquête du journal Le Soir, 5-6, 12-13 et 1920 novembre 1983 ; K. Van Leuven, Over het intellectuele verkeer, in Kultuurleven, 1988/1, p. 3-8. ; XXX, Dossier : intellectuelen in Vlaanderen, in Kultuurleven, 1988/4, p. 315-382 ; J. Schoonbroodt, Les intellectuels et la politique et M. Molitor, A quoi servent-ils ?, in La Cité, 28 juin 1988, p. 3 ; J. Ladrière et J. Dubois ; Philosophie et identité culturelle, in Toudi, Culture et société, 1988, p. 106-112. Ces textes montrent les liens étroits qui unissent cette problématique et celle de la « belgitude » : les francophones constatent avec regret que les débats d’idées chez eux sont trop souvent réduits à ceux de la France, et les intellectuels flamands se jugent également victimes d’une forme de provincialisme, en ce que leurs « produits » formés grâce à l’apport d’une pluralité de sources étrangères ne trouvent guère de lecteurs autres que néerlandophones ; les uns et les autres dénoncent les effets appauvrissants pour la circulation des idées, induits par le « verzuiling » ou « pilarisation » dont il sera question infra : « dans le système de notre culture pilarisée, les échanges intellectuels se déroulent principalement sous la forme d’une circulation des idées et des conceptions à l’intérieur des familles idéologiques », note K. Van Leuven (op. cit., p. 7) ; « en Belgique, les intellectuels n'ont pas très souvent tenté de lutter contre la segmentation de la société qui en faisait les otages d'intérêts particuliers », ajoute Michel Molitor (loc. cit.). Quant à J. Ladrière et J. Dubois, ils voient une explication partielle de la carence de la pensée théorique en Belgique dans l’absence d’enseignement de la philosophie dans le secondaire, et ils montrent que cette absence s’explique elle-même par un consensus des croyants et des libres-penseurs pour éviter tous les conflits que l’introduction de cette matière aurait posé, ainsi que par la nature de l’Etat belge qui n’a pas -et pour cause- cherché dans cet enseignement, comme l’a fait l’Etat français, le moyen de répandre une philosophie politique et un esprit civique qui auraient pu être communs aux Belges....

11 Cl. Javeau, Le chocolat de Trois-Rivières, in La Belgique malgré tout, Revue de l'Université de Bruxelles, 1980, p. 212. Comp. J. Wetz, Union nationale autour de la bière : Belgique, in Le Monde diplomatique, 1er novembre 1983, p. 28.

12 A. Molitor, Souvenirs, Gembloux, 1984, p. 70.

13 Etant entendu qu'une démarche scientifique ne peut que « tendre » vers l’objectivité et doit s’appuyer sur des prémisses nécessairement contraversables. Il appartiendra à chaque discipline « convoquée » ici de s'expliquer à ce sujet, de dire les limites de ce qu'elle peut apporter « scientifiquement » dans ce débat. Acide note 77.

14 Nous aurions pu évidemment faire appel à une sélection de mandataires politiques. Plus contraignant en ce cas, le souci de représentativité nous aurait conduit à un nombre trop important d’interlocuteurs. En outre, les points de vue de la classe politique sont bien connus en la matière.

15 Dans un colloque organisé par l’association « Belge et fier de l'être » le 19 mars 1988, le philosophe Jean Ladrière a aussi jugé utile de partir de ce texte pour réfléchir sur les « fondements réels de la belgitude ». Cfr La Libre Belgique, 24 mars 1988 et Belgimag (magazine créé par ladite association), no 8. s.d., p. 47.

16 R. Micha et A. De Waelhens, op.cit., p. 416.

17 Ibidem, p. 417.

18 Ibid. p. 422-428.

19 Ibid., p. 418-419.

20 Ibid., p. 419-421.

21 Ibid., p. 420.

22 Ibid., p. 428438.

23 Ibid., p. 436.

24 Ibid., p. 432.

25 Ibid., p. 437.

26 Ibid., p. 432.

27 Ibid., p. 437.

28 R. Micha, Henri Michaux à travers Plume, in Revue Générale, décembre 1984, p. 3-14, ici p. 6. Les texes antérieurs de Micha où ce fléchissement apparaît déjà sont repérés et analysés dans M. Otten, Une phénoménologie de l’être-belge, in Toudi. Culture et société. 1988, p. 114-116.

29 H. Pirenne, La Nation belge. Bruxelles, 1900, 3e éd. C’est ce texte que François Perin a choisi comme fil conducteur pour conduire son entreprise de déconstruction : Histoire d’une nation introuvable, op.cit. Pour un bon repérage et une brève analyse des auteurs antérieurs à H. Pirenne à la recherche de « l’âme belge » (J.B. Nothomb, Ch. Faider, F. Nautet et surtout E. Picard), voy. M. Otten, Identité nationale, identités régionales dans la littérature française de Belgique, in Ecriture française et identifications culturelles en Belgique, op.cit., p. 49-83, ici p. 50-56. Adde les études de J.M. Klinkenberg et M. Quaghebeur, qu’il cite, p. 50, notes 1 et 2.

30 H. Pirenne, Histoire de Belgique, tome I, Bruxelles, 1929, 5e éd., p. XIII. Pour bien comprendre les prémisses de l’oeuvre de Pirenne, on lira utilement les actes du colloque organisé à l'Université de Liège le 13 décembre 1985 : Henri Pirenne, de la cité de Liège à la ville de Gand, sous la dir. de F. Bierlaire et J.L. Kupper, publiés dans les Cahiers de Clio, été 1986.

31 Précisons que Micha ne cite pas Pirenne explicitement. C’est nous qui proposons cette confrontation.

32 Cl. Javeau, Le chocolat de Trois-Rivières, op. cit., p. 212.

33 Les Nouvelles littéraires, 4-11 novembre 1976, no 2557, p. 13-24.

34 P. Mertens, De la difficulté d’être belge, loc. cit., p. 15.

35 Comp. R. Denuit, Etre ou ne pas être un intellectuel wallon, in La Revue Nouvelle, 1984/1, p. 30-32 : « l'idéologie de la « belgitude » est de gauche en ce qu'elle se revendique de ce qui est vécu concrètement ici, par rapport à une France éternelle, idolâtrée, à un parisianisme snob et déconnecté. Elle est de droite en ce que, même à son insu, elle réinstaure, par la bande, l’idéologie d’une « âme belge » (l'armée, le drapeau, le Te Deum à St-Jacques, l'hystérie sportive, la Société Générale. Belgique no 1, etc...) » (p. 32).

36 Cl. Javeau, Y a-t-il une belgitude ? loc. cit., p. 15.

37 Marc Quaghebeur, Jacques De Decker, Frédéric Baal, Jacques Lennep et Michel Mineur.

38 Cfr La Libre Belgique, 13 décembre 1979. Concernant l'incident provoqué auparavant par Alechinsky, Bury et Folon lors de l’inauguration du « Centre culturel de la Communauté française de Belgique à Paris », cfr La Libre Belgique, 1er et 3 décembre 1979.

39 J. Sojcher (sous la dir. de), La Belgique malgré tout, Revue de l'Université de Bruxelles, 1980, 559 pages.

40 J. Sojcher, Malgré tout, op. cit., p. VIII.

41 ) A l’exception de M. Quaghebeur, Littérature et fonctionnement idéologique en Belgique francophone, in op. cit., p. 501-525.

42 Cl. Javeau, Le chocolat de Trois-Rivières, op. cit., p. 214.

43 Cfr V° Belgitude, in Dictionnaire historique, thématique et technique des Littératures, sous la dir. de J. Demougin, t. 1, Paris, 1985, p. 177. Je remercie Mme E. Folk d’avoir attiré mon attention sur ce point. Dans ce même registre de la continuité, il faut inscrire les intéressants commentaires consacrés à la « belgitude » par M. Quaghebeur dans ses remarquables Balises pour l’histoire de nos Lettres, op.cit., not. p. 11-21 et 192-202.

44 Revue Générale, octobre 1980, p. 3-64.

45 Kultuurleven, 1980/7, p. 604 et sv. L’article de H. Brugmans cité au début de notre étude (cfr note 3) fait exception à ce silence. Mais il est frappant que cette revue culturelle n'évoque pas la signification culturelle de la notion.

46 Cfr J. Gérard. Belges, du Nord et du Sud, unis dans la même destinée, in La Libre Belgique, 11 juillet 1988, p. 2.

47 X, 19 mars 1988, La Belgique est sortie de l'ombre !, in Belgimag, no 8. s.d., p. 47. La traduction néerlandaise de cet article parle de « het Belg zijn » (p. 44).

48 V. Nachtergaele, Les rapports des auteurs francophones belges d’origine flamande avec la Flandre, in Septentrion, 1977/1, p. 65-76, ici p. 75. Comp. IDEM, Marguerite Yourcenar : Flamande et citoyenne du monde, in Septentrion, 1985/1, p. 33-37.

49 J. Leman. Met « ethnische » Moeder-Vlaanderen en haar Franse kinderen, in Kultuurleven, 1983/3, p. 282-287, trad. franç. par J. Fontaine in Toudi, Culture et Société, 1988, p. 117-123.

50 Elevé en français par un père flamand en quête d'ascension sociale, et dans un dialecte flamand mélangé au français par sa mère (quand le père est absent), de Ghelderode va d'abord refuser le père, en se rattachant à la culture flamande et en exaltant une Flandre mythique qui lui servira de point d'appui pour résister à un sentiment d'insécurité fondamentale. Ensuite, quand vient le temps de la reconnaissance de son oeuvre par les francophones, il se présentera lui-même comme « un écrivain de langue française » n'ayant « jamais écrit en néerlandais ni lu dans cette langue » (note biobibliographique par laquelle il devait soutenir sa candidature à l’Académie, citée par J. Leman, op.cit., trad. franç., p. 122).

51 Ce « francophone, flamand et bruxellois », selon J.-A. Fralon (Leur Brel, in Le Monde, 21 novembre 1986, p. 34) s’est aussi beaucoup interrogé sur son « appartenance ethnique » : « j’ai un jour décidé que j’étais flamand », a-t-il déclaré..., mais aucun flamand n'a oublié sa violente critique des flamingants : « je vous interdis d’obliger nos enfants qui ne vous ont rien fait à aboyer flamand » (cité par ibidem).

52 L. Wouters citée par J. Leman, op. cil., trad. franç., p. 119.

53 Cfr L. Wouters, Le double exil des poètes, in Les Nouvelles littéraires, Dossier cité, p. 18. Adde sa contribution à La Belgique malgré tout, op. cit., p. 489-499 (sous le titre Documents).

54 M. Otten, Identité nationale.... op.cit., p. 70, 74, 79 et 83. Le texte évoqué de J. Izoard a paru dans La Belgique malgré tout, op.cit., p. 203-208. L'article cité de J. Louvet est intitulé Ecrire de la Belgique, in Critique politique, no 4, nov.-déc. 1979, janv. 1980, p. 22.

55 J. Fontaine, « Belgitude », Flandre et culture wallonne, in La Revue Nouvelle, 1983/12, p 531-539, ici p. 532.

56 Ibidem, p. 535. Ce net rejet de la belgitude hors de Wallonie par J. Fontaine prolonge le rejet de « l’âme belge » chère à Edmond Picard, par les Wallons Albert Mockel (dès 1897), Maurice Wilmotte (en 1912) et Jules Destrée (en 1912 - dans la célèbre Lettre au Roi - et en 1923). Sur ce rejet, voy. M. Otten, Identité nationale.... op.cit., p. 59-65.

57 Ibidem, p. 537. L’« entre-deux » wallon est décrit comme bien moins latino-germanique que social. En témoigneraient des oeuvres comme celles de G. Simenon, C. Malva, C. Detrez, Th. Haumont, W. Cliff, J. Louvet, A.J. Dubois, J.-P. Verheggen, des films comme ceux de Th. Michel, J.-J. Andrien ou des frères Dardenne, des chansons comme celles de J. Beaucame, des analyses comme celles de M. Bologne, M. Quévit, J. Dubois, etc... (p. 535-539).

58 Ibidem, p. 538. Il est vrai que des défenseurs de la « belgitude » vont jusqu’à valoriser une certaine médiocrité belge. Voy. par ex. P. Willems, J'aime le « non-Etat » qu’est ce pays, in La Belgique malgré tout, op. cit., p. 481-488.

59 P. Mertens, En Belgique, c’est-à-dire quelque part, in Cahiers marxistes, octobre 1979. cité par J. Fontaine, Communauté française. Deux logiques, in La Cité, 15 septembre 1988, p. 23.

60 M. Quaghebeur, Préface à J. Louvet, Théâtre, Bruxelles, 1984, p. 15.

61 J. Louvet. Préface à P. Willems, Blessures, Bruxelles, 1984, p. 10-11.

62 J. Fontaine, Communauté française. Deux logiques, op.cit.

63 J. Dubois, Note sur les régionalités littéraires, in Le Coq et la plume. Propos sur la littérature francophone de Belgique, Cahiers JEB, 1984/1, Ministère de la Communauté française, Bruxelles, p. 11-15. Adde J.M. Klinkenberg, La légitimation des lettres de Belgique par Paris, in ibidem, p. 123135.

64 Il y a sur ce point une convergence notable d’analyses pourtant aussi différentes que celles du sociologue A. Touraine et du politologue G. Burdeau. Cfr A. Touraine, Production de la société, Paris, 1973, p. 255-274 : « si l’Etat occulte la société, il est aussi ce qui lui donne une unité qui n’est pas seulement contraignante. L’Etat masque les tensions (...), les conflits de classe, les relations politiques, mais, parce qu'il relie tous les niveaux de la réalité sociale, il a une capacité extrême de mobilisation, il est le créateur de la communauté. Cet autre visage de l'Etat, les sociétés modernes l’appellent la nation. (...) La nation est plus que jamais, sur tous les points du globe où s’entreprennent des changements sociaux essentiels, la plus grande force de mobilisation sociale » (p. 272-273). Adde du même auteur, La société invisible, Paris, 1977, p. 71-75. G. Burdeau, Etat, in Enc. Univ., vol. 7, 1984, p. 316319 : « le pouvoir étatique n'a de réalité que dans la mesure où il dispose d'une énergie qui lui soit propre et (...) cette énergie, il ne peut l’obtenir que de son assise sociale. Or, comme les collectivités complexes que sont les sociétés politiques ne vont pas sans tensions internes provoquées par les hiérarchies sociales ou les structures économiques, le problème revient à y découvrir, au profit de l’Etat, le principe d'une adhésion qui transcenderait les divisions psychiques ou sociologiques inhérentes à toute société globale » (p. 318). Et l'auteur de soutenir que cette assise ne peut finalement se trouver que dans une certaine « conscience nationale » (p. 319).

65 Cfr la thèse de E. Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, 1983 : cet auteur a bien montré qu'en France, l’affaire Dreyfus, le Front populaire, la Libération et l'avènement de la Vème République sont des temps de crise d'ampleur nationale pendant lesquels la culture est apparue comme un « terme stratégique en réponse à des incertitudes collectives, dans le mouvement d’une stratégie de rassemblement » (p. 16).

66 La bibliographie sur ces questions est immense. A propos des notions d’Etat et de Nation, citons seulement les synthèses récentes de G. Burdeau, Traité de science politique, t. II, l'Etat, Paris, 3e éd., 1980, de J. Chevallier, L’Etat-nation, in Revue du Droit Public (R.D.P.), 1980, p. 1271-1302, de F. Rigaux (sous la dir. de). Le concept de peuple, Bruxelles, 1988 et de P. FOUGEYROLLAS, La nation. Essor et déclin des sociétés modernes, Paris, 1987. Adde les Vos Etat et Nation, in Enc. Univ., 1984, vol. 7, p. 316-319 et vol. 12, p. 934-947. A propos du fédéralisme, citons, outre l'ouvrage indiqué ci-dessus de G. Burdeau, p. 493-709 (qui contient les références nécessaires aux publicistes qui ont élaboré les distinctions canoniques sur les formes d'Etat : R. Carré de Malberg, J. Dabin, M. Hauriou, G. Jellinek et H. Kelsen), les classiques R. Bowie et C.J. Friedrich, Etudes sur le fédéralisme, Paris, 1960-1962, 2 vol. ; H. Brugmans, La pensée politique du fédéralisme, Leyde, 1969 ; P. Duclos, L'être fédéraliste, Paris, 1968 ; Ch. Durand, Confédération d'Etats et Etat fédéral. Paris, 1955 ; C.J. Friedrich, Tendances du fédéralisme en théorie et en pratique, Bruxelles, 1971 et IDEM, V° Fédéralisme, in Enc. Unir., 1970, vol. 6. p. 961-964 ; G. Heraud, L'inter-étatique, le supra-national et le fédéral, in Archives de philosophie du droit (A.P.D.), 1961, p. 179191, et IDEM, Les principes du fédéralisme et la fédération européenne, Paris, 1968 ; M. Mouskhely, Structures fédérales, Paris, 1964 ; G. Scelle, Manuel élémentaire de droit international public, Paris, 1943, p. 194 et sv. ; et B. Voyenne, Histoire de l'idée fédéraliste, t. I, Les sources, Paris-Nice, 1976. Adde G. Berger, e.a., Le fédéralisme, Paris, 1956 (comprendées contributions de Ch. Durand et A. Marc notamment) ; S. Rials, Destin du fédéralisme, Paris, 1986 ; F. Delpérée, Droit constitutionnel, t. I, 2e éd., Bruxelles, 1987, no 241 et sv. ; J. Beaufays, Théorie du régionalisme, Bruxelles, 1986 et B. Knapp, Fédéralisme et unité du droit, in Ann. Dr. Louvain, 1986/4, p. 309-329.

67 Voy. not. F. Delpérée, La Belgique, Etat fédéral ?, in R.D.P., 1972, p. 607 et sv. ; Idem, Droit constitutionnel, t. 1, op.cit., no 252 et sv. ; A. Mast et J. Dujardin, Overzicht van het Belgisch grondwettelijk redit, Bruxelles, 8e éd., 1985, no 41 et sv. ; F. Perin, La réforme de l'Etat, in Wallonie, 1980/6, p. 439-450 ; et K. Rimanque, De nieuwe kleren van de keizer. Over schijn en werkelijkheidin de staatshervorming, in R.W., 3 nov. 1984, col. 641 et sv. Sur la portée sociologique de cette réforme institutionnelle, voy. not. M. Molitor, La face cachée des problèmes institutionnels belges : leurs racines économiques, in La Revue Nouvelle, 1979/9, p. 149-162. Quant au débat sur l'avenir de l’Etat belge tel qu’il s’est développé après 1980 et avant la toute récente loi du 8 août 1988. voy. not. (tous genres confondus) ; A. Alen, Bedenkingen omirent een nieuwe staatsordening, in Jura Falconis, 1987-1988, no 4, p. 459-480 ; J. Beaufays, Sens et non-sens du confédéralisme pour la Belgique, in Wallonie, 84/5, p. 275-289 ; Ch. Bricman, Le chaudron des Belges, Bruxelles, 1988 ; Cecopro, La Constitution des citoyens, Bruxelles, 1985 ; voy. à propos de cet ouvrage : Y. Lejeune, Irréaliste et contradictoire, in La Libre Belgique, 18 septembre 1985 ; J.Fr. Dechamps, « Ma » Belgique à deux, in La Libre Belgique, 24 et 25 octobre 1987 ; Fr. Delpérée, La Belgique de demain, in La Cité, 2, 3, 4 mars 1984 ; R. Deschamps, M. Quevit et R. Tollet, Vers une réforme de type confédéral de l'Etat belge dans le cadre du maintien de l'unité monétaire, in Wallonie, 84/2, p. 95-112 ; P.H. Gendebien, Une certaine idée de la Wallonie, Bruxelles, 1987 ; Groupe Coudenberg, Quelle Belgique pour demain ? Rapport Coudenberg, Paris-Gembloux, 1987 ; voy. à propos de cet ouvrage le débat publié par La Revue générale, 1987/12, p. 9-38 ; Fr. Perin, Sens et non-sens de l’évolution constitutionnelle de l'Etat belge, in Wallonie, 85/3-4, p. 225-229 ; P. Ruelle, Un certain amour de la France, Paris, 1987 ; L.P. Suetens et A. Alen (sous la dir. de), Zeven knelpunten na zeven jaar staats-hervorming, Bruxelles, 1988 ; R. Swennen, Belgique Requiem, Paris, 1980 ; C. Vanderveeren, P. Va N Rompu Y, D. Heremans et E. Eylen, De economische en monetaire unie in de Belgische staatshervorming. Juridische en economische aspecten, Antwerpen, 1987 ; R. Verdussen, La Belgique quand même, Bruxelles, 1988.

68 Cf. note 3.

69 Cf. H.A. Schwarz-Lieberman Von Wahlendorf, Une notion capitale du droit constitutionnel allemand : la Bundestreue (Fidélité fédérale), in R.D.P., 1979, p. 769-792 ; F. Perin et B. Dewez, Les conflits d’intérêts, in Adm. Publ., 19791980, t. 2, p. 169-170. Sur les références implicites de la Cour d’arbitrage à ce principe, voy. Centre d’études constitutionnelles et administratives. La Cour darbitrage. Actualité et perspectives, Bruxelles, 1988, p. 238-241 (section rédigée par M.B. Jadot). Une référence explicite au principe figure dans l’avis du 15 mai 1985 rendu par la section de législation du Conseil d’Etat sur diverses propositions de loi instituant le référendum ou la consultation populaire. Cet avis est reproduit dans F. Delpérée (sous la dir. de), La participation directe du citoyen à la vie politique et administrative, Bruxelles, 1986, p. 375-406.

70 Dans une littérature considérable sur ces questions, on citera seulement deux travaux de synthèse récents : P. Birnbaum, La fin de l’Etat ?, in R.F.S.P., 1985/6, p. 981-998 ; C.U.R.A.P.P., La société civile, Paris, 1986.

71 Cfr not. J. Meynaud, J. Ladrière et F. Perin (sous la dir. de), La décision politique en Belgique. Le pouvoir et les groupes, Paris, 1965 ; V.R. Lorwin, Conflits et compromis dans la politique belge, in C.H. du C.R.I.S.P., no 323, 10 juin 1966 ; L. Huyse, Passiviteit, pacificatie en verzuiling in de Belgische politiek, Anvers-Utrecht, 1970 ; Idem, De verzuiling voorbij, Leuven, 1987 ; W. Dewachter, du consensus élitaire comme fondement de la politique, in Liber Amicorum Léo Moulin, Bruxelles, 1982, p. 161-170 ; T. Dhanis, Une Eglise dans l’imbroglio belge, in Eglise-Wallonie, vol. 1, Chances et risques pour un peuple, Bruxelles, 1983, p. 139-161 ; A.P. Frognier et M. Collinge, La problématique des « Mondes sociologiques » en Belgique, in Cahiers du CACEF, 1984, no 114, p. 3-12 ; L. Voyé et J. Remy, Perdurance des clivages traditionnels et différences d’enjeux prioritaires, in La Belgique et ses dieux, Louvain-la-Neuve, 1985, p. 153-174 ; A. Vanderstraeten, Neo-corporatisme en het Belgisch sociaal-economisch overlegsysteem, in Res Publica, 1986/4, p. 671-688.

72 On connaît les exemples classiques constitués par le pacte scolaire (cfr not. J. Meynaud, e.a., La décision politique en Belgique, op.cit., p. 150-176) et le pacte culturel (cfr not. X. Debeys, Le Pacte culturel, C.H. du C.R.I.S.P., 6 juin 1974, no 647 et H. Dumont , La loi relative au Pacte culturel, dix ans après, in Cahiers du CACEF, 1984, no 114, p. 13-31).

73 On remarquera que cette question est beaucoup plus débattue en Flandre qu’en Wallonie, sans doute parce que le phénomène du « verzuiling » est plus développé dans la première que dans la seconde (ce qu’une thèse que nous préparons au sujet du pacte culturel devrait démontrer amplement). Pour une brève présentation du débat en Flandre, voy. not. le compte rendu du dernier ouvrage de Luc Huyse par D. Buyle, De verzuiling voorbij ? Een aantrekkelijk bestek voor politieke vernieuwbouw, in De Nieuwe Maand, octobre 1987, p. 2-4.

74 Cfr sur ce thème P. Birnbaum, op. cit., p. 982 et sv.

75 « Toute structure, entreprise, commune, association culturelle,... ne cesse d’être davantage enserrée dans des réseaux de décision sous les formes les plus diverses » : J. Gérard-Libois et X. Mabille, 1000 C.H. du C.R.I.S.P. Facteurs et acteurs de changement : 1959-1983, in C.H. du C.R.I.S.P., no 1000, 17 juin 1983, p. 16.

76 A.P. Frognier et M. Collinge, op. cit.,p. 12.

77 F. Perin (dans son Histoire d’une nation introuvable, op. cit., p. 7-9) accuse les historiens qui ont sacralisé l’Etat-Nation de mêler « intimement relations des faits du passé et jugements de valeur », en présentant « le tout comme une oeuvre scientifique ». Il entend pour sa part fonder son propre travail sur une nette distinction entre ces deux démarches. Cette pertinente mise au point méthodologique est de première importance, particulière ment au seuil d’une réflexion historique centrée sur le concept de nation. On se demandera cependant si une véritable dichotomie « science/idéologie « ne pose pas problème d'un point de vue épistémologique, notamment dans la perspective des travaux de P. Ricoeur (cfr not. Science et idéologie, in Revue philosophique de Louvain, mai 1974, p. 328-356 et Temps et récit, Paris, t. l, 1983) : aucune communauté humaine, quelle qu’elle soit, ne peut se former ni survivre sans se donner une image d'elle-même, sans s'identifier à travers des récits symboliques... C'est là le premier niveau où apparaît le phénomène idéologique. Par ailleurs, l’historien, placé dans une situation analogique à celle du dramaturge ou du romancier, doit nécessairement dépasser le donné chaotique des événements et des traces pour composer un récit, c'est-à-dire « mettre en intrigue ». Comment pourrait-il, dans ce travail scientifique et « narratif », faire totalement abstraction des représentations que se font d'eux-mêmes les groupes sociaux dont il doit produire l'histoire et auxquels il appartient ? Il ne s'agit pas pour autant de confondre science et idéologie, mais seulement d'admettre une tension inévitable et constante entre les deux : aucune théorie sociale ne peut s’arracher entièrement à la condition idéologique, car cela supposerait la possibilité d’une réflexion totale partant d'un point de vue de la totalité qui existerait et pourrait être explicité, quod non.

78 Cfr notes 29 et 30.

79 Cfr note 6.

80 Ce schéma suppose cependant dans l'esprit de son auteur la réalisation de « l’unité politique, monétaire et économique de l’Europe », de sorte que « Flamands et Wallons acquerraient ainsi une nationalité convenable, sans être séparés par la moindre frontière économique et monétaire » (op.cit., p. 297). Pour comp. avec d’autres versions de l’irrédentisme français, cfr les ouvrages de P.H. Gendebien, P. Ruelle et R. Swennen cités sous la note 67.

81 Cfr not. J. Stengers, La Belgique de 1830, une « nationalité de convention » ?, in Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, Revue de l'Université de Bruxelles, 1981/12, p. 719 ; et IDEM, La genèse du sentiment national belge, in « 1585 : op gescheiden wegen », éd. par J. Craeybeckx. F. Daelemans, F.G. Scheelings, Louvain, 1988, p. 237-251.

82 Comp. R. Devleeshouwer, La Belgique : contradictions, paradoxes et résurgences, in Histoire et historiens..., op. cit., p. 21-35.

83 Cfr supra, II, Quelques repères.

84 Dans l’esprit indiqué supra p. 20.

85 Sur cette nuance et sur les problèmes généraux inhérents à toute politique culturelle (conciliation entre la nécessaire intervention des pouvoirs publics et l'indispensable liberté culturelle), voy. H. Dumont, Le droit à la culture, ou une liberté - autonomie et un droit - créance peuvent-ils se concilier dans une liberté-participation ?, in Revue Interdisciplinaire d’Etudes Juridiques, 1984/13, p. 221247.

86 Manifeste pour la culture wallonne, in La Revue Nouvelle, 1984/1, p. 63.

87 Cfr le no spécial de La Revue Nouvelle, 1984/1. p. 17-64 et la bibliographie contenue dans Pour une culture de Wallonie. Actualité du Manifeste, Liège, 1985, p. 31. Voy. ici supra, les citations de H. Cnudde et F. Martou reproduites sous la note 4.

88 Le jargon politique a dénommé ainsi les activités culturelles prises en charge par les institutions établies dans la région bruxelloise qui ne se rattachent pas exclusivement à l'une ou l'autre communauté. Les exemples les plus connus sont le Théâtre Royal de la Monnaie, l'Orchestre National de Belgique, le Musée du Cinéma, la Cinémathèque de Belgique et le Palais des Beaux-Arts.

89 Le point II.A.1.4 de l'accord de gouvernement du 2 mai 1988 prévoit que les « institutions nationales biculturelles et scientifiques » ressortiront « au Ministre compétent pour la politique scientifique qui exerce aussi les compétences restées nationales en matière d'enseignement ».

90 Voy. sur cet appel J. De Decker, Plan d’urgence pour culture en jachère, in Le Soir, 22 avril 1988, p. 13, et les articles publiés dans le même journal ainsi que dans La Libre Belgique du 10 juin 1988.

91 Et nous sommes bien conscients qu’il aurait fallu aussi retenir l’hypothèse d’une « belgitude » économique... Mais ce sera pour un autre débat !

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Terms of use: http://www.openedition.org/6540