Version classiqueVersion mobile

Belgitude et crise de l’État belge

 | 
Hugues Dumont
, 
Christian Franck
, 
Jean-Louis De Brouwer
, 
et al.

Avant-propos*

François Ost

Texte intégral

  • * Texte de l’allocution d’ouverture du colloque du 24 novembre 1988.

1Crise de l’Etat belge, assurément... mais belgitude ?

2Quelle belgitude ?

3Héritage d’un passé révolu, celui de la « Belgique de Papa », que nous ne cessons de révoquer ? Annonce de la Belgique de demain, idéal de ces « nouveaux Belges » que d’aucuns appellent de leurs voeux ? Essence profonde de notre peuple, qui, à l’instar de la « négritude » de Senghor, devrait toujours être reconquise, comme une authenticité sans cesse aliénée, comme une dignité à réapprendre ?

4Mais comment évoquer a fortiori définir - ce qui existe si peu ou si mal ?

  • 1 A. Paquot, Le peuple problématique du Canada, in Mots, 7, 1983, p. 7 et sv.

5Dans une récente étude consacrée au « Peuple problématique du Canada»1, on trouve cette citation de Paul Valéry : « La nation française est particulièrement difficile à définir ; et c’est là même un élément assez important de sa définition que cette propriété d’être difficile à définir ». Peuple problématique du Canada, nation française rétive à la définition... que dire alors de la maison Belgique ? Serions-nous condamnés à nous définir négativement ? Serions-nous ce résidu qui demeure lorsque nous avons renoncé à nous identifier à ces Français et ces Néerlandais que nous ne sommes pas ? Serions-nous ce manque à être qui nous travaille lorsqu’on nous invite à décliner une identité bruxelloise, wallonne ou flamande ?

  • 2 La Belgique malgré tout, Revue de Γ Université de Bruxelles, numéro composé par J. Sojcher, 2e tir (...)

6Alors... « la Belgique malgré tout », comme l'écrivent Sojcher et ses amis2 ?

  • 3 Cl. Javeau, Le chocolat de trois rivières, in La Belgique malgré tout, op.cit., p. 211.
  • 4 J. Sojcher, Malgré tout, ibidem, p. IV.
  • 5 Ibidem, p. VIII.
  • 6 J. Crickillon, Approche de détournement, ibidem, p. 77.
  • 7 A.-M. La Fère, Confession d’une Belge honteuse, ibidem, p. 239.

7Quelque chose comme un « no man’s land » pour le dire dans une langue qui, elle aussi, n’est pas nôtre ? Belgique « en creux »3, « non-lieu »4, « entre-deux »5 auquel on ne pourrait s'attacher que sur le mode de l'errance et de l’« exil intérieur »6 ? Image brouillée, souvenirs éparpillés que seuls évoquent des bribes de paysage, des débris de mémoire collective, des bouts de phrase commencés dans une langue et terminés dans une autre ? « Je ne sais pas si la Belgique existe », écrit Anne-Marie La Fère - dans ses confessions d’une Belge honteuse-, « vivre ici, c’est peut-être vivre nulle part »7...

  • 8 P. Willems, J'aime le « non-état » qu'est ce pays, ibidem, p. 481.
  • 9 J. Sojcher, loc. cit., p. VIII.
  • 10 M. Moreau, Une belgopathie compensée, ibidem, p. 357.

8Beaucoup d’artistes se revendiquent aujourd'hui de ce « non-état »8, qui, par cela même qu’il n’impose pas une image saturante, offre une « chance de bâtardise »9, un espace où se déploie sans trop d’entraves la quête d'identité qui fait les grandes oeuvres de l’esprit... Un Marcel Moreau, par exemple, qui pourtant n'a pas eu de mots assez durs pour vilipender la Belgique, finira-t-il pas concéder : « Peut-être y a-t-il quelque chance, pour un possédé des mots doublé d’un homme de tripes, à n être pas né à Paris »10.

9Ou encore, comme me le rappelait récemment un habitant germanophone des cantons de l'Est, « la Belgique, ce n'est pas une question de nationalité, c’est un espace de liberté ». Mais peut-être avons-nous rêvé cette Belgique là aussi.

10Impossible dès lors de nous arrêter ici. Certains en effet rejettent cette identité, même dessinée en creux. Si la belgitude procède d’un métissage de l'imaginaire flamand et de la culture française, la Wallonie en est absente, dit-on d’un côté. Quant à la Flandre, elle ne s’y reconnaît pas non plus, dit-on de l'autre côté : l’acculturation d’artistes flamands ne peut tenir lieu d’identité culturelle.

11Et voilà notre débat relancé. Le « non-état » prend maintenant figure d’un puzzle cahotique dont le dessin nous a été imposé par d’autres, dont un certain nombre de pièces paraissent manquantes, et dont les formes ne sont guère ajustées.

12La nationalité belge se dilue ; d’autres identités émergent. Sont-elles compatibles, concurrentes, complémentaires ? Il y a vingt ans, Lucien Outers parlait du « divorce belge » ; aujourd’hui les promoteurs de la réforme de l'Etat évoquent pudiquement un fédéralisme « d’union ». Il semble en tout cas que cette interminable querelle conduise maintenant sinon au divorce, du moins à une séparation de corps et presque de biens.

13D'où la question d’aujourd’hui : à quoi tient encore le ménage belge ? Est-ce l'habitude ? Est-ce la question des enfants du divorce : ces Bruxellois tirés à hue et à dia ? Est-ce le souci de respectabilité face à nos bailleurs de fonds ? Est-ce la peur du vide au moment où l’Europe de 1992 procède à la redistribution des cartes ?

14Si ténu soit-il, ce résidu de belgitude demande à être interrogé à l’heure où se redéfinissent les assises de notre droit public. Au-delà des péripéties de l’actualité, et notamment de la valse des milliards qui accompagne nécessairement le transfert des responsabilités financières, il convient de réfléchir aux fondements de la nation belge et aux conditions de sa coexistence avec les identités flamande, wallonne et bruxelloise. Comment articuler les structures juridiques de l’Etat nouveau avec les données, stables ou renouvelées elles-aussi, de la société civile ? Comment comprendre et inscrire ce projet politique dans une perspective historique ? Comment apprécier l’édifice à la lumière de notre ou de nos sensibilité(s) culturelle(s) ? Plus fondamentalement encore : pourrait-on admettre qu’un modèle juridique se mette en place sans qu'y corresponde un projet politique porteur d'avenir, une possibilité de redéfinition des rapports sociaux, un sens, pour tout dire, qui soit compatible avec les enseignements de l’histoire et qui trouve quelque écho dans notre imaginaire artistique ? Est-il concevable de juxtaposer sans plus ces diverses belgitudes ? Serait-il tenable cet Etat qui, non content d’être soumis aux pressions centrifuges des forces communautaires, ne trouverait pas de relais dynamisateurs dans la société civile ?

15C’est en vue de poser ces questions et, si possible, d'y répondre, que la Faculté de droit des Facultés universitaires Saint Louis propose la rencontre d'aujourd'hui, et ce dans une perspective universitaire, c’est-à-dire critique et interdisciplinaire, inaugurée l’an dernier avec notre débat sur la « Violence dans les stades » dont les actes ont été publiés au mois de mai passé.

16Le caractère critique de notre débat implique - et ici je m’adresse plus particulièrement aux étudiants - que la distinction soit faite, le plus clairement et le plus longtemps possible, entre la description, l'explication et l'évaluation des phénomènes. Non qu’il faille, en cette matière, prudemment s'abstenir de jugements de valeur et de prises de parti. Que du contraire. Mais ceux-ci ne devraient pas obscurcir l’intelligence des données du problème, ni biaiser les solutions qu'on tente de leur donner. L’exercice est particulièrement périlleux, reconnaissons-le cependant, à propos d’une question qui, comme celle d’aujourd’hui, nous engage si directement. Ne parle-t-on pas en effet de « mère-patrie » et de « langue maternelle » ? Le rapport à l’identité nationale mobilise à l’évidence des affects essentiels ; que ceux-ci se vivent sur le mode de Γ amour, de la haine ou de l'indifférence ne change rien à l’affaire.

17Le pluralisme du débat devrait, je l’espère, contribuer de façon efficace à garantir le caractère critique de notre approche, en cela notamment qu’il implique l'écoute réciproque. Ce pluralisme, nous l’avons voulu le plus large possible, en invitant à dialoguer, en français ou en néerlandais dans le cas de certaines contributions, des partisans et des adversaires de la belgitude, des francophones et des néerlandophones, des spécialistes de diverses disciplines scientifiques.

18Aussi large soit-il, notre débat ne pouvait évidemment prétendre couvrir l'ensemble de la problématique. Ainsi, par exemple, il ne sera pas directement question ici de la Belgique sportive - qui ne se souvient pourtant de cette fièvre du mois de juin 1986, lorsqu’un instant on crût possible l'accession de l’équipe nationale belge à la finale du mundial de football ? Il ne sera pas question non plus de la Belgique économique et sociale, si décisive néanmoins pour l’avenir de notre projet institutionnel - qui ne se souvient de ce curieux printemps de 1988 où l’économie belge semblait mise à l'encan ? Enfin, on ne parlera pas directement de la Belgique politique, peut-être précisément parce que le débat est trop souvent monopolisé par la classe politique, dans l'indifférence, ou à tout le moins le silence des intellectuels.

19Même ainsi limité à quelques orientations essentielles, notre débat devrait, nous l'espérons, permettre de décloisonner les points de vue respectifs et rendre enfin la parole, sur cette question de société aussi essentielle que brûlante, aux intellectuels, aux artistes et aux hommes de terrain.

  • 11 R. Henrion, La peur des mots et la réalité des faits, in Le Journal des Procès, no134, septembre 1 (...)

20Quatre grandes questions, développées dans le rapport préparatoire de M. Hugues Dumont, nous occuperont cette après-midi et ce soir. Et d'abord la question juridique : y a-t-il un Etat belge ? Par-delà le « flou des intentions et la pudeur du vocabulaire »11, il s’agira de clarifier la nature de l’édifice constitutionnel qui se met en place aujourd'hui. Plus largement, il conviendra de s'interroger sur les rapports que pourraient entretenir l'Etat nouveau, fédéral ou confédéral, ainsi que les Communautés et les Régions, avec la Nation dont il sera question dans la suite du débat.

  • 12 La Revue nouvelle, numéro d’octobre 1988.

21La deuxième question est précisément consacrée à la société civile. Y a-t-il une société civile belge ? Si oui, comment celle-ci s'adaptera-t-elle aux mutations institutionnelles en cours ? La « pilarisation » traditionnelle survivra-t-elle à la nouvelle donne politique ? Ne sera-t-elle pas affectée par le phénomène très général de réalignement au centre dont la Revue nouvelle se faisait récemment l’écho sous le titre : « La moyenne Belgique»12 ? Cette société civile s’avérera-t-elle porteuse d’un projet politique, d'une vision de société susceptible d'insuffler la vie aux institutions nouvelles, et notamment d'accroître l'efficacité et le caractère démocratique de la décision politique ?

22La troisième question nous ramène à l'histoire. S'il y a des histoires belges, peut-on dire qu’il y ait une histoire belge ? Et si oui, laquelle ? L'union, qui devrait faire notre force, résulte-t-elle d’un mariage de convenance arrangé par d'autres, ou plonge-t-elle ses racines dans la solidarité d’un sort commun forgé au cours des siècles ?

23Enfin, le quatrième débat : - « Y a-t-il une culture belge ? » - nous permettra de renouer avec la question initiale d’une belgitude profonde, qui procéderait de l'imaginaire collectif et nourrirait les représentations esthétiques et artistiques d'un certain nombre. En donnant sur ce thème la parole à plusieurs artistes et hommes de lettres, nous cherchons à témoigner de notre conviction profonde selon laquelle la démocratie, que nous cherchons tous à gagner sous des formes diverses, ne peut s’épanouir qu’en étroite liaison avec une culture vivante et créative.

  • 13 Bien que déjà fort étoffée, cette table ronde ne présente cependant aucune exhaustivité. On regret (...)

24Il appartiendra à chacun des présidents de ces quatre débats de développer ces questions et d'introduire les orateurs qui tenteront d’y répondre. Il me revient quant à moi de vous présenter, pour finir, les membres de la table ronde qui seront invités à s’exprimer au terme de chacune des séries d’exposés. Quinze personnalités nous ont fait l'honneur d’accepter de rejoindre, maintenant ou dans le courant de l'après-midi, notre table ronde13 : outre M. Hugues Dumont, premier assistant aux Facultés, qui fut la cheville ouvrière de l'organisation de ce colloque et qui sera, au sein de la table ronde, sa conscience critique, on compte trois représentants du monde de la presse : M. Charles Bricman, journaliste au Soir, M. Lou De Clerck, rédacteur en chef de Gazet van Antwerpen, et M. Jacques Franck, directeur de la rédaction de la Libre Belgique. M. Etienne Davignon, administrateur de la Société Générale de Belgique, représentera à lui seul le monde économique. Les milieux artistiques sont représentés par MM. André Delvaux et Jan Van Raemdonck, auteurs de films, ainsi que par M. Roger Somville, artiste peintre. M. José Fontaine, rédacteur en chef de la revue Toudi, Culture et société se fera, quant à lui, le porte-parole du Manifeste pour la culture wallonne. Enfin, la représentation universitaire est utilement complétée par M. Jacques Dubois, professeur ordinaire à Γ université de Liège et spécialiste de la sociologie des littératures, M. Johan Leman, chargé de cours à la K. U.L., anthropologue spécialiste de la question des identités culturelles, et enfin M. Louis Vos, chargé de cours à la K.U.L., historien spécialiste de l’étude du mouvement flamand.

25Trois personnalités qui ont directement contribué, en son temps, au lancement du thème de la belgitude ont également rejoint notre table ronde. Il s'agit de M. Jacques De Decker, écrivain et journaliste littéraire, de M. Marc Quaghebeur, écrivain et Premier attaché littéraire au Ministère de la Communauté française, et de M. Jacques Sojcher, professeur de philosophie à l'Université libre de Bruxelles.

  • 14 H. Van Rompuy, cité par La Libre Belgique du 9 novembre 1988, p. 3.

26Un leader politique flamand déclarait récemment que nous vivions la fin des nationalismes, y compris des sous-nationalismes. Mais il ajoutait aussitôt que le prix à payer pour cela était la banalité et la médiocrité14. Ma question d’aujourd’hui, qui pourrait bien être l’enjeu le plus propre de notre débat, est de savoir s’il s’agit là d’une alternative nécessaire : sommes-nous vraiment contraints de choisir entre nationalisme et médiocrité ?

***

27Les actes qui suivent reproduisent, dans l’ordre où elles furent faites, la plupart des interventions au colloque du 24 novembre 1988. Tous les intervenants n’ont cependant pas communiqué de texte. A l’inverse, de nombreux orateurs ont fait parvenir des communications nettement plus développées que leurs interventions orales.

28La première étude de M. Hugues Dumont, intitulée « Belgitude et crise de l’Etat belge. Repères et questions pour introduire un débat », fut diffusée avant le colloque et publiée dans le numéro de novembre 1988 de la Revue Nouvelle. Elle est reproduite ici dans une version enrichie de quelques notations complémentaires.

29Le texte de M. Francis Delpérée est accompagné d'une étude qui le complète avantageusement et qui fut publiée au Journal des tribunaux du 7 janvier 1989 sous le titre : « La voie fédérale ».

30Enfin, trois des membres du comité scientifique organisateur du colloque proposent, en guise de conclusion, une réflexion engagée qui entend prendre position, à partir des analyses développées par les différents intervenants, sur les quatre grandes interrogations du colloque. Le lecteur y verra non l’exercice du privilège du dernier mot, mais une invite à relancer le dialogue sur une question qui reste ouverte.

Notes

1 A. Paquot, Le peuple problématique du Canada, in Mots, 7, 1983, p. 7 et sv.

2 La Belgique malgré tout, Revue de Γ Université de Bruxelles, numéro composé par J. Sojcher, 2e tirage, 1980.

3 Cl. Javeau, Le chocolat de trois rivières, in La Belgique malgré tout, op.cit., p. 211.

4 J. Sojcher, Malgré tout, ibidem, p. IV.

5 Ibidem, p. VIII.

6 J. Crickillon, Approche de détournement, ibidem, p. 77.

7 A.-M. La Fère, Confession d’une Belge honteuse, ibidem, p. 239.

8 P. Willems, J'aime le « non-état » qu'est ce pays, ibidem, p. 481.

9 J. Sojcher, loc. cit., p. VIII.

10 M. Moreau, Une belgopathie compensée, ibidem, p. 357.

11 R. Henrion, La peur des mots et la réalité des faits, in Le Journal des Procès, no134, septembre 1988, p. 8.

12 La Revue nouvelle, numéro d’octobre 1988.

13 Bien que déjà fort étoffée, cette table ronde ne présente cependant aucune exhaustivité. On regrettera notamment l’absence de représentation des milieux sociaux, pourtant conviés au débat, ainsi que de représentants de la communauté germanophone de Belgique.

14 H. Van Rompuy, cité par La Libre Belgique du 9 novembre 1988, p. 3.

Notes de fin

* Texte de l’allocution d’ouverture du colloque du 24 novembre 1988.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search