Version classiqueVersion mobile

Droit et intérêt - vol. 1

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Intérêt et rationalisation de l’action humaine : la notion d’intérêt en sociologie

Pesanteurs et redéfinition de l’utilitarisme

Pierre Lascoumes

Texte intégral

1La notion d’intérêt tient en sociologie une place particulière et un peu paradoxale. Il s’agit d’un concept fréquemment utilisé mais peu explicité. C’est aussi un concept fondateur, successivement relativisé puis repris et reformulé et peut-être, parfois, surutilisé.

  • 1 A. BOURDIN, Reconstruire l’intérêt général, in Le Monde, 28.10.1987.

2Cette notion (je dis volontairement notion et non concept véritable parce que c’est là le premier paradoxe), cette notion est tout à la fois très présente dans les analyses sociologiques, mais elle l’est de façon assez triviale. La notion d’intérêt fonctionne souvent comme une catégorie d’évidence qui ne mériterait pas définition et objectivation. Elle est fréquemment utilisée comme une ultima ratio de l’explication sociologique, au même titre que les croyances et représentations collectives, l’idéologie ou les valeurs1. Ainsi, on ne trouve pas d’article consacré à ce terme dans le dictionnaire de Boudon. Il est question d’intérêt à propos d’utilitarisme. De même, cette notion n’a pas donné lieu à une section dans le célèbre manuel de G. Rocher (contrairement aux notions de norme, valeur, idéologie).

3Pourtant, en filigrane de beaucoup d’analyses sociologiques, c’est en fait de la place et de la combinaison des intérêts sociaux dont il est très souvent question. Plus précisément, on peut distinguer deux grands leitmotive de la sociologie où la question des intérêts intervient de façon massive.

41. Quel est le rôle des intérêts sociaux dans l’organisation du système social ? Quelle est leur influence sur les structures observables et sur leur changement ?

52. Comment s’articulent les intérêts ? Comment s’agrègent et se désagrègent-ils ? Comment passe-t-on du micro au macro-social, de l’intérêt et de l’action individuelle à l’intérêt et à l’action collective ?

6Deuxième paradoxe : la notion d’intérêt en tant que concept clef de l’utilitarisme se trouve au point de départ du savoir sociologique. Et l’histoire de cette discipline, de ses idées, peut se ramener à une « valse-hésitation » vis-à-vis de cette notion ; ou peut-être, plus précisément, à un « paso-doble » où les deux partenaires vont tantôt d’un même pas et tantôt s’éloignent, accomplissant chacun leur propre figure, à distance, avant de se retrouver, temporairement.

7Le développement de la pensée sociologique a ainsi été, dans un premier temps, une mise à distance, une relativisation du concept d’intérêt. Il s’agissait non d’un rejet, mais d’une atténuation de sa force explicative par le recours à d’autres notions. Puis, dans la période contemporaine, on assiste à un retour en force de cette notion chez des auteurs aussi divers que les néo-fonctionnalistes ou les néo-marxistes. A tel point d’ailleurs qu’une réaction critique s’est amorcée contre l’utilisation massive des concepts utilitaristes en sciences sociales.

8Ce second paradoxe pose en fait le problème de l’autonomie de deux disciplines l’une par rapport à l’autre. La sociologie peut-elle apporter d’autres éléments de compréhension que l’économie ? Ou bien n’est-elle que la fille cadette et appliquée de sa génitrice ?

  • 2 Par nécessité de limiter l’étude, j’ai exclu les travaux de sociologie politique, en particulier l (...)

9Pour traiter de cet ensemble de questions, qui est trop considérable pour être abordé en profondeur, je procéderai de la façon suivante2 :

  1. Tout d’abord, je ferai un parcours des idées sociologiques pour illustrer l’image du paso-doble et tenter une compréhension de ce va-et-vient entre utilitarisme et sociologie.
  2. Dans un second temps, je m’arrêterai à ce qui me semble être l’état du débat critique actuel :
    • tant au niveau des concepts de ce qu’on a pu appeler une axiomatique de l’intérêt
    • qu’au niveau méthodologique. Je retrouverai là le premier paradoxe : on rencontre beaucoup de difficultés dans l’opérationnalisation du concept d’intérêt.

10Si l’on veut sortir du simple placage explicatif du style : « En dernière analyse, l’intérêt mène le monde », comment procéder pour rendre la notion d’intérêt « intéressante », c’est-à-dire apportant plus qu’une pétition de principe ou qu’une explication tautologique ?

I. La relativisation du paradigme utilitariste dans la tradition sociologique allemande et française depuis le XIXe siècle

111. Le premier paradigme d’étude du social dans l’Europe moderne a été le paradigme utilitariste.

12La philosophie des Lumières est ainsi imprégnée d’utilitarisme (ex. : Helvétius, Rousseau) : le contrat social est fondé sur la remarque que l’affrontement des intérêts sous le régime de la liberté nationale conduit à des effets contre-productifs du point de vue de ces intérêts mêmes. Le contrat social est le nécessaire dépassement du jeu des seuls intérêts privés.

  • 3 R. BOUDON, F. BOURRICAUD, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, P.U.F., 1982, article Uti (...)

132. Cependant, à partir du XIXème siècle, on considère que la sociologie s’est développée dans le cadre d’un projet (plus ou moins explicite) de dépassement de ce paradigme3.

14a) Les auteurs n’ont pas réellement tenté de l’écarter, mais plutôt de l’enrichir et de l’assouplir. De Tocqueville à Weber, en passant par Durkheim et Marx, les principaux théoriciens fondateurs de la discipline ont considéré que le paradigme utilitariste n’était pas capable à lui seul de rendre compte de la totalité du phénomène social. Partant de points de vue très différents, ils se retrouvent pour démontrer, chacun à sa façon, que la force sociale que constitue le jeu des intérêts paraît insuffisante à expliquer à elle seule les divers états sociaux, tout comme les formes observables de changement social.

15En Allemagne, Hegel souligna le rôle de la monarchie prussienne dans la modernisation de la société comme facteur de changement social. D’où le rôle qu’il accorda à l’Etat comme régulateur de « la sphère des besoins » créatrice de désordres. En France, des auteurs comme de Maistre ou Tocqueville ont mis l’accent dans leur analyse de la Révolution française sur l’importance des facteurs subjectifs comme les passions collectives (telle l’égalité) ou les affrontements politiques. Dans la Révolution nord-américaine, la liberté a pour condition les mœurs et les croyances ; « esprit religieux » et « esprit de liberté », à la différence de la France, se sont accordés aux Etats-Unis pour renforcer la Révolution.

16b) Tocqueville accorde cependant au jeu des intérêts une place non négligeable. Par exemple dans son analyse des changements observables chez les propriétaires fonciers de l’Ancien Régime qui abandonnent leur exploitation rurale pour acheter des charges royales : ils échappent ainsi à la taille et acquièrent des avantages de prestige et politiques par l’exercice d’une charge publique. Il souligne l’existence d’un lien entre défense des intérêts et état des structures sociales.

  • 4 P. LASCOUMES, H. ZANDER, Marx du vol de bois à la critique du droit, Paris, P.U.F., 1985.

17c) Chez Marx également, on observe la même utilisation assouplie du paradigme utilitariste. Certes, il y a, chez lui, le rôle central des intérêts liés aux structures sociales. Dans ses études, La lutte des classes en France, 1848-1850 ou Le 18 Brumaire, à l’évidence, le changement est interprété par rapport au conflit entre intérêts propres à des catégories sociales. Dans une série d’articles de la Gazette Rhénane concernant La loi relative au vol de bois4, il démontre l’emprise des intérêts privés sur le processus législatif et s’interroge sur les capacités de la démocratie parlementaire à incarner l’intérêt général et à assurer sa défense.

18Cependant, dans d’autres textes, il relativise un peu la prégnance du jeu des intérêts sur les changements de rapports sociaux, en particulier lorsqu’il montre l’existence de contradictions entre intérêts de fraction et intérêts de classe des membres d’une même classe sociale et les effets de blocage qui en découlent. Les paysans parcellaires auraient bien sûr avantage à défendre ensemble leurs intérêts catégoriels, mais leurs problèmes de bornage les opposent d’abord entre eux. Les capitalistes sont de même condamnés à une concurrence acharnée qui attise toujours les conflits entre les fractions de la classe bourgeoise. Enfin, il a pu montrer aussi l’importance dans le développement des luttes de la notion de conscience de classe. Une classe en tant qu’ensemble historique passe par différentes étapes : allant de la « classe en soi » à la « classe pour soi ».

  • 5 R. BOUDON, op. cit., p. 592.

19d) Cependant, c’est Max Weber qui pondérera le plus nettement le paradigme utilitariste en sociologie. On a pu écrire que « la dialectique entre valeurs et intérêts est un des axes majeurs de sa sociologie »5.

20Les actions sociales, individuelles ou collectives, peuvent avoir trois types de fondement : une rationalité fondée sur la tradition, une rationalité fondée sur des valeurs, une rationalité orientée vers des buts, des intérêts précis. Il considère souvent les actions basées sur la tradition et sur les valeurs comme des actions fondamentales, celles basées sur des intérêts précis étant alors secondaires.

21Cependant, tradition et valeurs ne se maintiennent que pour autant qu’elles ont une vertu adaptative, c’est-à-dire qu’elles sont compatibles avec les intérêts, d’où son interprétation de l’éthique protestante. Le trait spécifique de la forme occidentale du capitalisme est la jonction du désir de profit avec une forte disciplinarisation rationnelle des conduites. Le désir de profit ne se satisfait plus par conquête, spéculation, violence ou aventure, mais par une démarche disciplinée et scientifique. C’est, selon Weber, l’attitude spécifique à l’égard du travail, attitude fondée sur des croyances religieuses, qui assure « la conformité intellectuelle et spirituelle entre éthique protestante et esprit du capitalisme ». C’est à ce niveau qu’il y a rencontre entre logique théologique et logique capitaliste. La suspicion religieuse vis-à-vis des biens de ce monde implique un comportement ascétique. Le travail rationnel et constant doit donc s’effectuer sans qu’il y ait consommation du profit. Il s’ensuit alors un réinvestissement sans fin.

  • 6 A. R. TREVOR-ROPER. De la réforme aux lumières, Paris, Gallimard, 1972.

22Trevor-Roper complétera cette analyse en soulignant historiquement le rôle joué par les sectes protestantes sur les conditions mêmes du négoce6, dans la mesure où elles offraient des certificats d’honorabilité et des relations de confiance très favorables aux échanges commerciaux.

23Cette relativisation du paradigme utilitariste a, dans une certaine mesure, conduit à ce qu’on a pu appeler « une vision sursocialisée » de l’homme. En d’autres termes, à une conception hyperculturaliste où les comportements individuels et collectifs sont massivement observés et interprétés comme la résultante de croyances et valeurs collectives.

24C’est cette perspective qui culmine chez Durkheim dans la sociologie duquel la place des intérêts est quasiment nulle. Le principe d’intégration sociale qui assure la cohérence collective suppose le dépassement des particularismes individuels.

25Mais près d’un siècle après De la division du travail social, la situation de la sociologie contemporaine est tout autre.

II. Le retour en force des concepts utilitaristes dans la sociologie contemporaine

  • 7 A. CAILLE, La sociologie de l’intérêt est-elle intéressante ?, in Sociologie du travail, no 3,1981 (...)

26Le retour est à ce point fort que des auteurs contemporains, critiques de ce mouvement, parlent d’une « axiomatique de l’intérêt », ou voient dans le recours croissant au concept d’intérêt une nouvelle doxa qu’ils dénoncent7.

27Ce qui est peut-être significatif, c’est que ce retour en force se retrouve chez tous les tenants d’une sociologie scientifique rationnelle, celle qui est aux antipodes des sociologies de l’imaginaire et du désir (Maffesoli, Baudrillard, Girard), sociologie qui va des néo-fonctionnalistes aux néo-marxistes.

28Je m’appuierai sur trois exemples français, chacun étant représentatif d’un courant fort de la discipline sociologique :

  • Boudon, néo-fonctionnaliste et sociologue de l’action, comparable à l’américain Oison ou à l’allemand Opp,
  • Crozier, sociologue des organisations,
  • Bourdieu, néo-marxiste.

29On trouve chez eux une triple constante :

  1. L’universalité de la prégnance des intérêts (individuels ou collectifs) dans les développements et les transformations de l’action sociale.
  2. L’affirmation centrale, non de l’égoïsme des intérêts, mais du fait que les intérêts sont toujours calculés et calculables. Ce qui suppose un fondement rationnel des actions.
  3. Une conception de l’action doublement rationnelle :
    • subjectivement : le sujet ne peut manquer d’être rationnel puisque ce sont ses intérêts qu’il calcule ;
    • objectivement : cette rationalité est scientifiquement reconstituable expost. La réitération est un critère de vérité.

1. Intérêts et rationalité8

  • 8 R. BOUDON, op. cit., articles Action, p. 1, Individualisme, p. 281 et Rationalité, p. 445, et Effe (...)

30Derrière la recherche des intérêts, c’est en fait la recherche des rationalités qui s’opère. Il s’agit alors d’une rationalité instrumentale, c’est-à-dire une rationalité de moyens au service de fins qui lui sont extérieures et restent souvent floues.

31Boudon s’appuie sur l’interprétation libérale du paradigme économique, la notion d’intérêt est une notion formelle, une notion sans substance réelle. Elle désigne l’équivalent du comportement rationnel. C’est un plan d’observation méthodologique. Cette perspective est très marquée puisqu’il plaide aussi pour un « individualisme méthodologique », c’est-à-dire : un phénomène social n’est interprétable que si l’on parvient à le ramener, en dernière analyse, aux choix et calculs des sujets individuels supposés dotés d’une raison limitée mais suffisante.

  • 9 H. SIMON. J. G. MARCH, Models of Bounded Rationality, Cambridge. M.I.T. Press, 1983. Dans des trav (...)

32Cette rationalité s’inscrit dans une perspective stratégique. On cherchera à cerner la rationalité des choix effectués par les acteurs sociaux par la confrontation des actions accomplies avec les modèles offerts. Boudon accorde une importance centrale à la notion de « rationalité limitée ». Il se démarque ainsi de l’approche économique classique où l’individu est censé connaître l’ensemble des opportunités existantes. Et il retient l’apport de H. Simon qui écarte cette fiction au nom du réalisme. L’acteur cherche une satisfaction, non une optimisation. L’analyse de l’intérêt est un moyen pour comprendre l’intelligibilité concrète des actions9.

33Il prend ainsi en considération l’articulation intérêt individuel-collectif. Est il possible de rendre compte d’actions (ou inactions) collectives en se fondant sur des postulats individuels et utilitaristes ? C’est le problème classique de l’agrégation des comportements individuels auquel Boudon considère qu’il est possible de répondre à condition de prendre en compte les effets de déformation qu’introduit l’agrégation dans la logique des intérêts individuels de départ. Il met alors l’accent sur les « effets pervers » ou effets de composition.

34Dans ce sens, il est possible d’effectuer une analyse des phénomènes paradoxaux du point de vue de l’axiomatique de l’intérêt :

  • « Si chacun veut toujours son bien, il est possible que personne ne l’atteigne en raison de l’effet de composition ».
  • « Comment l’égalité peut engendrer l’inégalité... ».
  • « Comment on peut se désintéresser de son propre intérêt », etc.
  • 10 M. OLSON, Théorie du sous-produit et des intérêts spéciaux, in Logique de l’action collective, Par (...)

35Il s’appuie sur Oison montrant l’importance des conditions de l’action collective, en termes de coûts, d’organisation, de mobilisation des oppositions latentes, analyse faite à partir de recherches sur les groupes de pression américains10.

36Exemplifions sa position par un extrait de Effets pervers et ordre social (p. 140) :

« Avant d’aller plus loin, j’introduirai une nouvelle parenthèse méthodologique. Le modèle précédent utilise une version peu populaire de l’homo sociologicus : les sociologues répugnent à assimiler l’homo sociologicus à un individu calculateur préoccupé par la poursuite de son intérêt. En fait, le modèle n’implique en aucune manière une représentation aussi étroite des déterminants du comportement (...) On pourrait supposer que les individus peuvent être mus non seulement par l’attrait du gain, mais par d’autres mobiles (plaisir du jeu, par exemple). (...) Je pourrais introduire des hypothèses sur la distribution de la fréquence avec laquelle les individus se décident en fonction de leur intérêt. Il n’est alors pas difficile de voir que, sous des conditions générales (c’est-à-dire si on suppose qu’en moyenne les agents sociaux ont tendance à suivre leur intérêt plutôt qu’à s’en écarter), les conclusions précédentes restent valides, en ce sens qu’un effet pervers apparaîtra dans tous les cas. La simplification brutale qui consiste à supposer un homo sociologicus rationnel a un avantage méthodologique considérable, celui d’alléger l’exposé et la démonstration. Donner à cette hypothèse une interprétation ontologique relève du pur et simple malentendu ».

2. Intérêt et stratégie

37Crozier traite, lui, la question de l’intérêt dans la théorie des organisations. Il focalise ses approches sur l’individu et les groupes d’individus dans l’organisation. Comme Boudon, il recherche ex-post la rationalité des actions observées. Mais chez lui, l’intérêt est une notion moins formelle. C’est un intérêt stratégique qui vise le pouvoir.

  • 11 M. CROZIER, E. FRIEDBERG, L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977, p. 42-80.

38Crozier-Friedberg envisagent toute organisation sociale, quelle que soit sa taille ou sa nature, comme un champ organisé par des jeux dont le pouvoir est l’enjeu11 :

« Le comportement de l’acteur devra s’analyser comme l’expression d’une stratégie rationnelle visant à utiliser son pouvoir au mieux pour accroître ses gains à travers sa participation à l’organisation ».

39Chez eux, l’intérêt n’a pas vraiment de contenu en soi, il est toujours lié à l’opportunité. D’où le problème, la finalité est soit floue, « accroître ses gains », soit elle est tautologique, circulaire : plus de pouvoir pour plus de liberté et plus de liberté pour plus de pouvoir. Le pouvoir, c’est ce qui permet d’échapper au pouvoir.

3. L’intérêt, toujours et partout

40Il y a chez Bourdieu une logique de l’intérêt généralisé, presque un impérialisme de la notion d’intérêt.

  • 12 C. BAUDELOT et R. ESTA BLET. Durkheim et le suicide, Paris, P.U.F., 1984.

41Il n’en a pas une conception formelle, mais substantielle. L’intérêt recherché a toujours une matérialité concrète et/ou symbolique, le plus souvent les deux. Il ne s’attache pas à des intérêts individuels, mais à des intérêts de groupe ou de classe, des intérêts de position dans un champ macro-social et microsocial12.

  • 13 P. BOURDIEU, L’intérêt du sociologue, in Choses dites, Paris, Ed. de Minuit, 1987, p. 124-131 ; Es (...)

42Les intérêts fondamentaux sont des intérêts de classe qui, par l’intermédiaire de « l’habitus » intériorisé (ensemble de pratiques et de représentations propres à une classe) déterminent les actions les plus individuelles : nul n’échappe au déterminisme social. Il est dans la tradition de Durkheim étudiant l’emprise du social même sur les actes apparemment les plus individualistes comme le suicide13.

43L’idée principale est que l’homme mortel est un être sans raison d’être. « C’est la société et elle seule qui dispense les justifications et raisons d’exister », qui désigne les positions importantes et valorise les actes. « Dieu, ce n’est jamais que la société ». C’est donc un besoin existentiel de reconnaissance et de mission sociale qui mène les hommes. L’homme marche à l’illusion. D’où l’importance qu’il accorde à la notion de champ social qui est son plan d’observation.

  • Le champ est un espace de pratiques et de croyances fournisseur d’identité.
  • C’est aussi un système de relations objectives alliance/conflit, coopération/concurrence.
  • Tout champ social (l’enseignement secondaire, l’art photographique ou pictural, un village kabyle ou un séminaire interdisciplinaire) a un intérêt générique. A l’intérieur de celui-ci, les membres du champ ont des intérêts spécifiques.

44L’intérêt générique est l’enjeu fondamental, la valeur reconnue et recherchée par tous. D’où les conduites de défense et de valorisation du champ pour son existence, sa légitimité, ses conditions d’accès. Par exemple, l’intérêt générique du séminaire interdisciplinaire est que les sciences du droit non dogmatiques soient reconnues, qu’une certaine philosophie du droit existe.

45L’intérêt spécifique est constitué par l’enjeu des acteurs particuliers : tout champ est toujours conflictuel (il y a des dominants et des dominés). Les acteurs luttent pour assurer leur entrée et leur reconnaissance dans le champ, mais aussi pour sa transformation (qui mènera le jeu interdisciplinaire, les philosophes, les juristes ou les théologiens ? Et si les historiens faisaient alliance avec les économistes et sociologues pour faire valoir une approche empiriste ? etc.)

46Chez Bourdieu, l’axiomatique de l’intérêt atteint un point extrême dans la mesure où il accorde aussi une place non négligeable à l’analyse des comportements « désintéressés », c’est-à-dire aux pratiques qui revendiquent une gratuité apparente :

  • l’art pour l’art pour l’artiste,
  • la science avant tout chez l’universitaire,
  • l’écoute chez l’analyste,
  • l’aide chez l’avocat.

47Bourdieu intègre ces discours et ces pratiques de désintéressement dans les conditions d’existence des champs et dans les stratégies de défense des acteurs.

48Ce tour d’horizon effectué, on peut s’interroger sur les concepts et les méthodes utilisés.

III. Interrogation sur les concepts et les méthodes d’opérationalisation de la notion d’intérêt

49Une question préalable : qu’est-ce qui permet de comprendre un tel retour en force de l’axiomatique de l’intérêt ? On peut faire une hypothèse peut-être grossière :

  1. La sociologie des XIXe-début XXe siècles s’efforça de penser la révolution politique et industrielle. Face à la multiplication des problèmes politiques, économiques et sociaux, des conflits d’intérêts, elle a été obligée de penser le changement et l’harmonisation sociale. A. Comte, ingénieur polytechnicien, donna à sa sociologie une finalité axiologique. Il escomptait d’un recours aux croyances et aux valeurs un rôle régulateur des conflits d’intérêts.
  2. La sociologie de la seconde partie du XXe siècle s’efforce de penser le non-changement, ou plutôt l’impossibilité du changement radical (l’échec des grandes idéologies). Elle pense la reproduction sociale et l’assignation, elle pense les entraves et les détournements. Elle gère les contradictions du social et s’efforce d’en dégager les rationalités. Le savoir a surtout une finalité instrumentale qui redonne au raisonnement de type économique une place centrale.

A. Critiques : La sociologie de l’intérêt est-elle intéressante ?

  • 14 Op. cit.

50Un groupe, le M.A.U.S.S. (ainsi nommé en hommage à l’anthropologue M. Mauss, auteur d’un essai sur le don), et son ténor A. Caillé14 (militant anti-utilitariste), adressent à l’axiomatique de l’intérêt quatre critiques :

511) La prédominance de l’intérêt est un postulat indémontré et indémontrable. Cela présuppose que l’économie soit une catégorie universelle. Ce serait le lieu de la raison pratique, c’est-à-dire la composante anthropologique fondamentale de Faction humaine. Or rien ne prouve valablement que la notion d’intérêt ait une pertinence tous azimuts, pour toutes époques, toutes cultures, toutes pratiques sociales. Il y a beaucoup de contre-exemples en anthropologie.

522) Ce paradigme, positif et unificateur, serait une réponse au désarroi intellectuel contemporain. L’axiomatique de l’intérêt serait « bonne mère », elle nous assurerait que « tout a un sens », que « tout est comparable », « tout est mesurable ». Elle mettrait du plein, du sens, face à la peur du vide ou de l’irrationnel.

533) L’axiomatique de l’intérêt repose sur un imaginaire, non sur une vérité fondée. Elle postule l’existence et la fréquence décisive de Futilité en économie et en sociologie, tout comme les psychologues postulent l’existence de l’intelligence, la psychanalyse celle de l’inconscient, la psychologie sociale celle des attitudes. Il s’agit là d’une croyance, non d’un concept scientifique car il s’oppose au premier critère de scientificité de Popper : la réfutation. Quant au second critère (celui de cumulativité des connaissances), il n’est guère plus avéré, car on observe moins un cumul que des variations sur le thème du postulat principiel (Bourdieu).

54Cette axiomatique repose sur un imaginaire rationaliste et quantificateur. Tout comportement est reconstitué ex post pour en dégager les enjeux, les modalités de calcul — gains, pertes — et les investissements effectués. Ceci suppose que la reconstitution est exacte, que toutes les mises et tous les gains sont quantifiables et que tous les acteurs recourent aux mêmes valeurs d’appréciation, unités de mesure, à la même monnaie, sinon quelle comparabilité y a-t-il ? S’il y a une faille dans la reconstitution, si tout n’est pas quantifiable, si les unités de mesure varient, comment comparer ?

554) Même lorsqu’ils disent qu’il s’agit d’une fiction, d’un simple plan d’observation méthodologique, les utilisateurs de l’axiomatique de l’intérêt raisonnent comme si l’homme et ses actions étaient exclusivement l’œuvre de la rationalité.

56En fait, y a-t-il toujours une rationalité, une intelligibilité, même dans la folie, la pulsion, la croyance ? Comment penser alors et rendre compte de l’obscur, du non-dit, de la passion, du hasard, des crazy-loops, des « boucles étranges » et autres « hiérarchies enchevêtrées » ?

57L’axiomatique de l’intérêt est dans ce sens une problématique froide, voire frileuse, qui fait semblant de croire à une possible transparence absolue du social.

58A ces difficultés conceptuelles s’ajoutent des problèmes de méthode.

B. Problèmes de méthode

59Admettons que l’on retienne la validité du projet, encore faudrait-il pouvoir l’opérationnaliser.

601. Pour cela, des définitions élémentaires s’imposent et la plupart des sociologues cités ne sont pas ici d’un grand secours.

61Boudon : la notion reste un instrument méthodologique, un niveau d’observation, une notion sans substance. Il s’intéresse au comment des actions, pas à leur sens. Au mieux, il traite de gains, de pertes, mais de quoi s’agit-il ?

62Crozier, lui, est plus précis, plus substantialiste, mais partiel. L’intérêt, c’est le pouvoir dans l’organisation.

63Enfin, chez Bourdieu, l’approche est plus diversifiée, mais il y a aussitôt menace d’ensevelissement. L’intérêt est partout, générique et spécifique, maté riel et symbolique. Il y a même de l’intérêt à faire une science de l’intérêt.

642. Une autre limite est l’absence de différenciation de la notion même d’intérêt. On en reste le plus souvent à une conception triviale ou massifiée. L’intérêt est une notion d’évidence prise en bloc. Il est possible d’aller plus avant et de distinguer les intérêts selon leur histoire, selon les constructions intellectuelles qui les supportent, selon leurs fondements et leurs finalités. Quatre plans d’observation sont envisageables et peuvent être combinés ; ils conduisent à différencier les intérêts sociaux :

  • selon leurs conditions d’émergence (historicité),
  • selon leur mode de construction (discrimination/assemblage),
  • selon leur fondement (qu’est-ce qui les légitime ?),
  • selon leur finalité (nécessité absolue de sortir du clivage individuel/général et des immanquables finalités de but et de moyen).

65Dans l’élaboration d’une recherche de sociologie juridique, j’ai été affronté à ce problème dont je vais présenter ici un bref résumé.

  • 15 P. LASCOUMES, R. ROTH. R. SANSONETTI, L’incrimination en matière économique, Genève, CETEL, 1989.

66Il s’agissait de définir la notion d’intérêt social afin de cerner comment les intérêts sociaux se trouvaient repris et reconstruits durant un processus législatif, c’est-à-dire un processus de formalisation juridique. Le cadre d’analyse de notre recherche15 pourrait être appliqué à d’autres secteurs juridiques. Nous avons tenté d’aborder les problèmes de passage et de retraduction des intérêts et valeurs sociales en bien juridique ou intérêt protégé en droit, en distinguant les plans d’observation suivants.

1. Les plans d’émergence

67Une des premières questions à cerner concerne les modalités d’émergence des valeurs et des intérêts en tant que biens susceptibles de reconnaissance sociale et, par contre-coup, d’une éventuelle reconnaissance juridique. Quelles sont les modalités de cette « distinction », quelles sont les conditions d’une telle revendication ? Nous proposerons, à titre d’hypothèse, de distinguer entre les quatre modalités suivantes :

  1. une émergence basée sur une revendication collective ;
  2. une émergence corporatiste qui tend à se développer dans un sens d’intérêt collectif ;
  3. une émergence politique ou idéologique ;
  4. une émergence de type technocratique.

68Dans ces différentes formes d’émergence, il importe d’étudier les combinaisons d’acteurs impliqués, ainsi que leurs modes d’influence respectifs.

2. Grammaire des intérêts

69L’intérêt protégé n’est pas toujours monolithique ou univoque, il comporte parfois plusieurs dimensions. Si la construction des intérêts protégés est un processus d’évaluation, il faut tenir compte du fait que l’appréciation du préférable s’exprime le plus souvent sous forme relative et comparative. Il y a rarement appréciation en termes dichotomiques de bon et de mauvais, mais plutôt selon des jugements de préférence. Cette évaluation est multicritère, c’est à-dire procède par pondération et combinaison de différentes dimensions.

70On a l’habitude de voir l’expression « grammaire des intérêts » utilisée pour qualifier certaines opérations du processus jurisprudentiel, opération de raisonnement pratiqué par les juges dans l’application syllogistique du droit. Par grammaire des intérêts, on entend alors la façon dont on tient compte et ajuste, au sein d’un même intérêt protégé, les différents éléments qui le composent. Ce type d’opération est en mouvement constant, car c’est par lui que s’effectue l’intégration des changements sociaux dans l’ordre juridique. L’équilibre initial entre intérêts, ou entre les dimensions d’un même intérêt tel qu’il est un moment arrêté dans le bien juridique construit, se trouve ainsi modifié par l’intervention judiciaire, elle-même dépendante des demandes sociales et de l’action des justiciables.

71Mais il nous semble que l’on peut aussi envisager cette grammaire au sein du processus législatif lui-même, comme un moyen d’échapper à une recherche des essences ou de la nature des intérêts, comme une perspective de travail qui s’attache à l’analyse des conditions d’élaboration des textes légaux et de construction de l’intérêt protégé. A titre d’hypothèse, on peut distinguer entre différents types de procédure :

  1. construction par énonciation : elle peut intervenir lorsqu’un seul intérêt ou une seule valeur est en cause. Ce mode sous-entend l’existence d’un large consensus sur une question-problème ou un coup de force ;
  2. construction par discrimination : face à l’affrontement de différents intérêts antagonistes s’opère une sélection et une reformulation de l’intérêt à formaliser ;
  3. construction par combinaison : face à la coexistence d’intérêts divergents mais non contradictoires s’accomplit une hiérarchisation des différents intérêts pour la construction d’un bien juridique unique ;
  4. construction par discrimination et combinaison : c’est-à-dire cumul des deux opérations précédentes, d’abord discrimination puis combinaison des intérêts restants ;
  5. construction par synthèse : face à la coexistence d’intérêts divergents complémentaires et/ou contradictoires, construction de toutes pièces d’un nouvel intérêt synthétisant des aspects partiels des uns et des autres.

3. Quatre grands types d’intérêt protégé

72On peut, au départ, distinguer trois grands types d’intérêt protégé. Nous nous appuierons ici sur le modèle dégagé par Max Weber pour classer les actions individuelles et qui propose trois types de rationalité :

  • la Traditionnellrationalität : recherche d’une continuité, poursuite d’un modèle pré-établi (intérêts de type I) ;
  • la Wertrationalität : recherche d’une valeur (intérêts de type 2) ;
  • la Zweckrationalität : recherche d’un but finalisé, d’un objectif évaluable. Nous subdiviserons cependant cette dernière rationalité en distinguant celle qui repose sur une logique scientifique et technique (intérêts de type 3) et celle qui repose sur une logique technocratique et néo-corporatiste (intérêts de type 4).

73On peut illustrer ceci par les exemples suivants :

  • Protection de l’intégrité corporelle, de l’honneur, de la religion = construction par reproduction de l’intérêt protégé.
  • Protection du système politique démocratique, de la partie la plus faible dans une relation contractuelle (travail, logement, consommation...) = construction axiologique de l’intérêt protégé.
  • Protection des éléments naturels contre les pollutions, hygiène et sécurité du travail = construction finalisée abstraite de l’intérêt protégé.
  • Fonctionnement du marché boursier, garantie des rentrées fiscales, protection du petit commerce = construction finalisée concrète de l’intérêt protégé.

74Il nous semble donc possible de retenir le concept d’intérêt pour une recherche de sociologie juridique :

  • à condition de ne pas en faire un simple outil d’observation plat,
  • à condition aussi de ne pas en faire non plus une utilisation massifiée, en le mettant au début, tout au long et à l’issue de toute chose,
  • à condition également de le dénaturaliser et de l’opérationnaliser en recherchant les plans qui le composent. Ceci en s’attachant à son historicité, sa logique interne et ses finalités,
  • à condition enfin de ne pas en faire une nouvelle métaphysique et de l’intégrer dans une analyse des opérations de rationalisation des pratiques sociales.

75La combinaison des valeurs et des intérêts permet de former un système d’intelligibilité de certaines pratiques sociales :

  • il s’agit ici, non de rechercher un système d’explication causale qui dirait le pourquoi des choses,
  • mais un système rhétorique s’efforçant a posteriori de donner une cohérence, une légitimité et souvent une quasi-objectivité à des choix plus ou moins conscients et de créer par là même un effet de vérité. C’est pourquoi je proposerai de l’intérêt la définition suivante : une des formes de rationalité des fondements de l’acteur humain, qui désigne non des référents idéels, mais constitue l’expression et la revendication concrète d’objectifs matériels ou abstraits.

Notes

1 A. BOURDIN, Reconstruire l’intérêt général, in Le Monde, 28.10.1987.

2 Par nécessité de limiter l’étude, j’ai exclu les travaux de sociologie politique, en particulier le problème très actuel de la représentation des intérêts et de l’idéologie de l’intérêt général. Voir à ce sujet : F. d’ARCY et al., La représentation, Paris, Economica, 1985 ; F. RANGEON, L’idéologie de l’intérêt général Paris, Economica, 1983.

3 R. BOUDON, F. BOURRICAUD, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, P.U.F., 1982, article Utilitarisme, p. 589-594.

4 P. LASCOUMES, H. ZANDER, Marx du vol de bois à la critique du droit, Paris, P.U.F., 1985.

5 R. BOUDON, op. cit., p. 592.

6 A. R. TREVOR-ROPER. De la réforme aux lumières, Paris, Gallimard, 1972.

7 A. CAILLE, La sociologie de l’intérêt est-elle intéressante ?, in Sociologie du travail, no 3,1981, p. 257274 ; A. SEN, B. WILLIAMS, Utilitarianism and Beyond, New York, Cambridge Univ. Press, 1983 ; Ph. ADAIR, La sociologie phagocytée par l’économie, in Sociologie du travail, no 1. 1984, p. 105-114.

8 R. BOUDON, op. cit., articles Action, p. 1, Individualisme, p. 281 et Rationalité, p. 445, et Effets pervers et ordre social, Paris, P.U.F., 1979, p. 98-142.

9 H. SIMON. J. G. MARCH, Models of Bounded Rationality, Cambridge. M.I.T. Press, 1983. Dans des travaux ultérieurs, J. G. March relativisa encore cette notion de rationalité limitée. Etudiant la prise de décision dans des organisations, il montre l’’importance des situations et contexte d’action dans les choix observables. Les stratégies et intérêts d’individus et de sous-groupes se fondent dans la construction interactive des situations de prise de décision. L’agent social cesse d’être vu comme un calculateur impénitent ; des valeurs et obligations guident ses choix ainsi que les contextes d’action. Il rejoint ainsi ceux qui, tel A. Etzioni, veulent « nettoyer l’analyse sociologique des scories de l’utilitarisme ».
J. G. MARCH, Theory of Choice and Making Decisions, in Decisions and Organizations, Oxford, B. Blackwell, 1988 ; A. ETZIONI, The Moral Dimension, N. Y., Free Press, 1988 ; J. G. PADIOLEAU, Note sur Decisions and Organizations, in Sociologie du travail, no 4,1989, p. 513. Voir aussi Ph. MONGIN, Simon et la théorie néo-classique de la rationalité limitée, Paris, L.E.P., Ecole Normale Supérieure, 1985.

10 M. OLSON, Théorie du sous-produit et des intérêts spéciaux, in Logique de l’action collective, Paris, P.U.F., 1978, p. 137 et suiv.

11 M. CROZIER, E. FRIEDBERG, L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977, p. 42-80.

12 C. BAUDELOT et R. ESTA BLET. Durkheim et le suicide, Paris, P.U.F., 1984.

13 P. BOURDIEU, L’intérêt du sociologue, in Choses dites, Paris, Ed. de Minuit, 1987, p. 124-131 ; Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972, p. 45-60. A. ACCARDO, L’intérêt, in Initiation à la sociologie de l’illusionisme social, lire Bourdieu, Bordeaux, Le Mascaret, 1983, p. 99-119.

14 Op. cit.

15 P. LASCOUMES, R. ROTH. R. SANSONETTI, L’incrimination en matière économique, Genève, CETEL, 1989.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search