Version classiqueVersion mobile

Droit et intérêt - vol. 1

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Remarques sur la notion d’intérêt en psychologie

Jean Florence

Texte intégral

1La présente contribution se propose de relever quelques aspects de la notion d’intérêt en psychologie et met en évidence la disparité des démarches de la psychologie elle-même. Depuis la fondation de la psychologie à visée scientifique, à la fin du xixe siècle, l’étude positive des intérêts au sein des comportements humains est l’œuvre de psychologues essentiellement préoccupés de répondre à des problèmes pratiques que se posaient certaines instances de pouvoir : la demande de classer, d’évaluer et d’orienter des individus émane, en effet, d’institutions publiques, telles que l’Education nationale, la Santé publique, l’Armée ou d’organisations privées comme la grande industrie ou les entreprises. Une multitude de recherches empiriques en psychologie se sont effectuées « à la commande » donnant naissance à la psychologie « appliquée ». Le terrain de prédilection de ces recherches est, notamment à partir du début de ce siècle, la sélection du personnel (ouvriers, contremaîtres, cadres, fonctionnaires) et l’orientation scolaire et professionnelle. Leur visée est donc, essentiellement, utilitaire et intimement associée aux impératifs de la société industrielle fondée sur la rentabilisation et la gestion optimale des ressources humaines.

2Etudier les intérêts de l’individu consiste, au fond, à mettre en évidence et, davantage, à mesurer, sa motivation à agir, à réaliser certaines activités, à se diriger vers certains secteurs de la réalité. Les techniques les plus sophistiquées de l’analyse des intérêts (ou tendances) rejoignent ce que le bon sens peut formuler très simplement : un sujet est d’autant plus performant qu’il « aime » ce qu’il fait, qu’il y est « intéressé ». La question se complique pourtant lorsqu’on aborde les frontières de ce qui constitue les évidences du « bon sens ». La découverte des effets singuliers de l’influence hypnotique, dans le cadre de la clinique médicale puis dans le champ moins contrôlable de la psychologie des masses ; la mise en lumière de processus psychiques inconscients et de la surdétermination (c’est-à-dire la pluralité de motifs) des actions humaines ; l’exploration positive et systématique des troubles de la vie psychique ; la constatation d’analogies existant entre certains comportements jugés anormaux et certains aspects de la vie des gens « normaux », toutes ces leçons issues de la pratique clinique ont bouleversé nombre d’évidences psychologiques et rendu extrêmement complexe l’étude des « intérêts » comme composante fondamentale de la vie humaine, individuelle et collective.

3Ceux qui se sont penchés sur ce domaine des intérêts ont toujours eu deux préoccupations simultanées : qu’est-ce qui fait agir l’être humain ?et : comment peut-on influencer ce qui le fait agir ? L’étude des intérêts ne s’est presque jamais limitée à un simple inventaire analytique tant il est difficile, pour une « science » humaine telle que la psychologie, d’en rester à la pure description. Et, de fait, on ne trouve des réflexions approfondies sur l’intérêt qu’à l’intérieur de recherches à visées pragmatiques : d’une part, la psychologie scolaire, la psychologie industrielle, la psychologie sociale — qui sont toutes au service de l’intégration des sujets dans la société — et, d’autre part, situées dans un rapport oblique avec ces visées sociales, les pratiques thérapeutiques, qu’elles soient directement liées à l’action de la médecine, comme la psychiatrie, ou attachées à répondre aux difficultés de vivre des individus ou des familles, comme les psychothérapies ou la psychanalyse.

4Ce bref aperçu suffit à suggérer que rendre compte des méthodes des différentes psychologies concernées serait l’œuvre d’une encyclopédie.

5Cependant, si l’on s’en tient au seul mot — la notion d’intérêt, sans plus — le champ d’investigation se rétrécit de façon saisissante. Et si l’on se tourne vers la littérature récente consacrée à la notion, elle se révèle assez limitée. On se trouve alors en compagnie de psychotechniciens ou de spécialistes en psychologie appliquée.

6Je présenterai un ouvrage représentatif de cette psychologie pour porter ensuite ma réflexion sur la comparaison de cette approche et de ses présupposés avec deux autres formes de psychologie issues de tout autres choix pratiques et théoriques : une approche psychiatrique et l’approche psychanalytique.

1. « La Psychologie des intérêts »1

  • 1 J. B. DUPONT, F. GENDRE, S. BERTHOUD, J. P. DESCOMBES, La Psychologie des intérêts, Paris, P.U.F., (...)

7Tel est le titre d’un ouvrage collectif publié en 1979, émanant de l’Institut de Psychologie appliquée de Lausanne. Cet ouvrage présente l’avantage de faire le point sur les recherches dans le domaine des intérêts ; il rassemble des travaux qui s’étendent sur les cinquante dernières années en matière de typologie des intérêts, de leur évaluation, de leur origine, de leur fonction dans l’économie de l’individu ; il englobe en outre toutes les tentatives d’appliquer ces connaissances au diagnostic et au pronostic de la conduite et du succès scolaire et professionnel avec la présentation des instruments de mesure — des « tests » — mis au point au cours de cette même période. Historiquement, la psychologie de la motivation est venue après celle de la perception, de la connaissance et de l’intelligence. Rappelons, pour donner un point de repère, que Wundt fonde son laboratoire de psychologie expérimentale, basée sur l’étude des sensations, en 1879 et que Binet crée son Echelle de mesure de l’intelligence des jeunes enfants en 1911. Les auteurs s’inscrivent dans ce courant de recherches qui se sont voulues empiriques, positives en alignant leur méthodologie, autant que possible, sur celle des sciences expérimentales. Ils déplorent que le domaine qui est le leur soit négligé ou méconnu en dehors des utilisateurs habituels de leurs recherches, à savoir les conseillers d’orientation scolaire et professionnelle et les psychologues du travail. La plus grande partie des études positives sur les intérêts se sont faites dans le monde de la vie professionnelle ; leur espoir est de les ouvrir sur le monde de la psychologie clinique.

8Toute la question est de savoir si la limitation même du point de vue de ces psychologues ne les condamne pas à rester confinés dans un champ restreint. C’est ce que je voudrais montrer en m’attachant à commenter quelques affirmations de cet ouvrage, en particulier certaines définitions et certaines classifications, pour les comparer ensuite à des approches de l’être humain dont le point de départ n’est pas l’expérimentation mais la clinique.

9Les pionniers de cette psychologie de l’intérêt sont tous des psychologues américains dont les premiers travaux datent des années ’20 : Strong, Fryer, Kuder, Cattell, Thurstone. Sans doute n’est-ce pas un hasard que ce soit dans cette culture marquée par l’idéologie de la libre entreprise, de l’efficacité et de la productivité que se sont formées les techniques d’exploration de la personnalité, les méthodes d’apprentissage et les principes de cet human engineering qui ne s’épanouirent en Europe qu’après la seconde guerre mondiale.

10L’ensemble de ces productions présente peu de variation en ce qui concerne la définition des intérêts. L’ouvrage de l’Institut de Lausanne en propose une définition condensée :

  • 2 Op. cit., p. 11.

« A notre avis, les intérêts correspondants à des tendances ou dispositions relativement stables ou durables (et dont le développement semble associé à celui de l’image de soi) ; orientés vers différents domaines d’activités et d’expériences vécues dans un milieu culturel donné, ces tendances seraient également conditionnées par les pressions plus ou moins fortes définissant les rôles dévolus aux deux sexes »2.

11Une telle définition frappe par la prudence de sa formulation, puisqu’on y lit une série de termes marquant la réserve ou l’atténuation : « relativement », « semble », « plus ou moins » et l’usage du conditionnel : « seraient conditionnées »... En outre, ce qui constitue un point d’enracinement essentiel des intérêts, à savoir l’image de soi — elle-même indissociable de la différenciation sexuelle et des pressions culturelles — est inscrit à l’intérieur d’une parenthèse. Cette manière de définir le champ d’investigation manifeste une hésitation fondamentale chez ces psychologues et trahit une difficulté majeure de la psychologie appliquée. En effet, l’ambition de cette psychologie fascinée par un modèle positiviste de scientificité est de ne se donner que des moyens strictement « positifs » d’observation, de mesure et d’évaluation des phénomènes étudiés. C’est le pari, à vrai dire fantastique, de toute la psychologie behavioriste. Cependant, cette ambition scientifique stricte se heurte, lorsqu’il s’agit d’aborder la question des intérêts, à l’ambiguïté structurelle de l’être humain qui se donne, certes, comme un individu observable, de par sa réalité corporelle et ses conduites dans un milieu concret, mais dont les conduites elles-mêmes appellent une explication ou, à tout le moins, une interprétation. Nos auteurs ne peuvent s’empêcher, parlant de cette réalité psychologique que sont les intérêts, de les insérer dans une réalité psychique elle-même non directement observable (l’image de soi, l’identification sexuelle et la pression culturelle qui la conditionnent). L’usage lui-même de notions telles que celles de « tendances » ou de « dispositions » fait référence à un débat séculaire que la psychologie positive a repris, mais sans pouvoir le résoudre, à la philosophie : c’est le débat sur l’inné et l’acquis. Est-il possible de faire la part de l’hérédité et la part du milieu dans la genèse des intérêts (pour ne parler ici que de la genèse de la personnalité elle-même) ?

12Cette définition embarrassée a le mérite de ne pas masquer la difficulté des psychologues à délimiter leur champ d’investigation et leur méthode d’analyse. Le travail expérimental exigerait de ne travailler que sur des fragments de conduite dûment isolés et dont les variations sont systématiquement contrôlées en relation avec d’autres facteurs de conduite également contrôlés ou neutralisés. Pour approcher les intérêts dont l’ancrage dans les « profondeurs » de la subjectivité (et de l’intersubjectivité confuse qu’est une culture) apparaît indéniable, le psychologue se trouve amené à transgresser son sacrosaint modèle et à s’aventurer dans les marges de ce qui est immédiatement observable.

13D’où de nouvelles distinctions opératoires : il faut distinguer les intérêts d’autres aspects de la conduite avec lesquels ils entretiennent pourtant des relations dans la pratique. On distinguera donc :

  • les attitudes : ce sont les prises de position, occasionnelles ou non, de l’individu face à toutes sortes d’objets, circonstances ou événements ; il est impossible d’en établir une liste ; le moindre classement impliquerait un jugement de valeur que le psychologue s’interdit par principe.
  • les valeurs : ce sont les objectifs plus ou moins abstraits que l’individu peut estimer vitaux, alors que les intérêts sont orientés vers des activités concrètes. Les intérêts sont d’ailleurs subordonnés aux valeurs dans un modèle hiérarchisé de motivations.
  • l’image de soi : cette notion est centrée sur l’individu lui-même (comme subjectivité) alors que les intérêts se caractérisent par la centration sur des activités objectives.
  • les besoins : ils sont d’ordre biologique, affectif ou cognitif et paraissent, selon nos auteurs, plus fondamentaux et plus fortement liés au moi que les intérêts.
  • les opinions : elles sont proches des attitudes mais moins chargées émotionnellement, ce sont des évaluations qui portent sur des objets sans implication vitale.
  • les croyances : elles sont proches des valeurs, mais impliquent l’acceptation de propositions ou de doctrines auxquelles on adhère sans preuves.

14L’on voit par conséquent apparaître la notion d’intérêt par le jeu des différenciations conceptuelles (lesquelles n’engagent que leurs auteurs). L’effort de ceux-ci est, manifestement, de dégager pour leur étude un « objet » cernable sur lequel une certaine prise objective doit être possible, au risque de perdre toute crédibilité « scientifique ». Mais l’on observe, du même coup, combien sont nombreuses les présuppositions idéologiques et philosophiques inanalysées.

15La sphère des intérêts ainsi conçus englobe donc essentiellement la vie professionnelle et la vie des loisirs.

  • 3 Op. cit., p. 24.

16Toute approche scientifique en psychologie s’ancre sur un fond d’expérience en quelque sorte insondable comme tel mais qui nourrit toute recherche et toute invention. L’expérimentation s’appuie, inévitablement, sur l’intuition. Cette dialectique du savoir et de l’intuition a été un thème primordial et permanent de toute la réflexion phénoménologique, en particulier chez Husserl et Merleau-Ponty — mais nos auteurs semblent ignorer cet apport épistémologique pour s’en tenir à ce que les phénoménologues appellent la naïveté de l’intuition. Ils ne peuvent faire l’économie d’un point de départ « subjectif » dans l’introspection : les approches intuitives des intérêts n’ont pas manqué d’inspirer toutes sortes de travaux visant à effectuer des inventaires, à proposer des catégorisations des activités humaines, à dégager les divers types d’intérêts en utilisant la méthode des questionnaires (enquête de Mc Cormick et Jeanneret en 1972 sur les intérêts professionnels, de Schmitt, en 1976, sur les intérêts scolaires)3.

17Mais de telles enquêtes, si elles ont l’avantage de rendre manifeste la complexité du domaine, n’offrent pas les garanties de l’objectivité. Il y faut ajouter des approches scientifiques qui ont tenté de construire des instruments de mesure des intérêts et dont les résultats, empiriquement offerts à la discussion, peuvent être synthétisés.

18Ces dernières approches s’articulent sur une certaine conception de l’individualité définie comme l’articulation de trois structures en interaction : une structure cognitive, une structure affective et une structure évaluative. Les auteurs signalent toute une série de recherches conduites dans ces trois directions en indiquant la grande diversité des théories et des méthodes. Cette diversité s’illustre dans la suite de leur ouvrage en un vaste panorama au sein duquel se juxtaposent les travaux consacrés aux catégories d’intérêt (où dominent les figures de Strong, Kuder, Allport et Vernon), les travaux cherchant à évaluer les intérêts, les essais d’intégrer ces travaux à des théories plus générales de la personnalité et les travaux visant à intégrer des résultats acquis au diagnostic et au pronostic de la conduite. Cet ensemble impressionnant de recherches demeure toutefois fortement assujetti à la problématique du choix professionnel : l’objectif étant d’arriver, en déterminant la place et l’intensité des intérêts d’un individu dans le choix de sa profession, à prédire ses chances de succès et de satisfaction.

19C’est de ces recherches que les orientateurs et conseillers qui exercent dans les centres psychologiques et pédagogiques de nos pays ont tiré leurs outils d’analyse et les multiples tests destinés à aider les étudiants à préciser leur choix d’études supérieures ou de leur profession. Ces tests doivent être capables de distinguer les intérêts exprimés — et qui souvent mêlent les rêves, les idéaux et les injonctions du milieu — des intérêts « manifestés », c’est-à-dire réellement à l’œuvre dans les activités concrètes des individus concernés. La validité de ces tests repose essentiellement sur le recours à des groupes professionnels dûment échantillonnés, groupes homogènes de gens qui ont « réussi » dans une profession donnée et aux réponses desquels on compare les réponses du candidat hésitant.

20De ces tests d’inventaire des intérêts se dégagent quelques « leçons » pratiques : les choix exprimés dans l’enfance et l’adolescence sont d’une grande instabilité, à moins d’un appui constant et puissant de la famille. A ce propos un mot de Sartre peut faire réfléchir : « Quand les pères ont des projets, les fils ont des destinées »... L’éventail des intérêts professionnels est restreint dans l’enfance parce que souvent limité aux professions connues dans le milieu ambiant ou prestigieuses et héroïques ; à l’adolescence cet éventail doit s’élargir au contact de la réalité.

21Mon propos était de produire un exemple de pratique psychologique représentatif d’un courant important et toujours actuel de recherche en matière d’intérêts. Je ne puis que montrer, par la présentation de deux autres démarches, la relativité et l’hétérogénéité de cette problématique dans la psychologie contemporaine. Il s’agira d’évoquer, d’abord, la démarche d’un psychiatre auteur d’une théorie ambitieuse du choix dans le destin de l’être humain, Léopold Szondi, et ensuite de dessiner une autre manière de traiter cette question, la manière « psychanalytique » de Jacques Lacan.

2. L. Szondi et l’Analyse du Destin4

  • 4 Léopold SZONDI, - Experimentelle Triebdiagnostik, Berne, Hans Huber, 1947, trad. en français : Dia (...)
  • 5 Voir l’ouvrage collectif publié sous la direction de Philippe Gérard, François Ost et Michel van d (...)

22Si toute la psychologie empiriste, dont la démarche que je viens de brièvement décrire, consiste à développer un programme dont on peut trouver le modèle et l’idéologie chez les anglo-saxons de l’époque des Lumières (Locke, Hume) et leurs épigones (Mill, Bentham)5 qui ont fait déboucher les problèmes de psychologie sur le terrain de l’économie et des sciences politiques, il est une autre veine de réflexion, issue de la pratique médicale et de la psychopathologie, qui a dû prendre en compte un autre système de référence que l’individu rationnel, agissant selon ses besoins et ses intérêts conscients. La réalité de la maladie mentale, les énigmes de la folie, des conduites irrationnelles, les comportements pervers et contraires à ce qui, pour le naturaliste empiriste, est dans l’ordre de la « nature », ont contraint la pensée des psychiatres et des psychologues cliniciens à élaborer une représentation de l’être humain capable de faire place à ce qui n’entre pas dans le schéma simple et confortable de l’homme-animal-rationnel de la psychologie empiriste dont le behaviorisme et le cognitivisme ont aujourd’hui pris la relève.

23La psychanalyse freudienne appartient à une veine de pensée née de la rencontre des souffrances et des angoisses de sujets qui ont perdu tout intérêt pour le monde et la vie, de sujets qui sont perdus dans d’insurmontables contradictions et incapables de se représenter ce que serait leur intérêt, ou encore de sujets qui, sachant parfaitement quel est le sens de leur intérêt, agissent dans un sens contraire ou sont complètement inhibés dans leur agir. Les névroses, les psychoses, les perversions, les psychopathies constituent la pierre de touche de ces pratiques psychologiques et un défi tant sur le plan de la mise en œuvre de traitements que de l’élaboration de théories permettant d’accueillir ces faits qui sont rebelles à la psychologie définie comme science naturelle.

24La psychiatrie, pour se pratiquer et se penser, exige une anthropologie qui tienne compte de la structure éclatée, polymorphe, ambiguë de l’être humain. Szondi est l’un de ces psychiatres qui a entrepris d’expliciter les postulats de sa pratique thérapeutique et de construire un système de représentations qui rendrait compte de cette multiplicité interne, de ces tensions et contradictions irréductibles qui sont le fait de l’homme à qui échoit, dès la naissance, non seulement une nature, des besoins et des tendances, mais aussi une liberté.

25Szondi part de l’expérience la plus immédiate en relevant que la vie de l’homme, dans ses grandes lignes autant que dans sa quotidienneté, est une affaire de choix. L’homme est contraint de faire sans cesse des choix. Le Destin (Schicksal) est l’ensemble des choix opérés par un sujet au fil de son existence, en relation avec un ensemble de données, de contraintes, avec lesquelles il doit nécessairement compter et jouer. Au départ de l’existence, la part consciente de choix est infime, la part des contraintes, énorme. Le sujet n’a pas choisi de venir au monde, d’y naître dans telle famille, héritier de son bagage génétique, d’une constitution biologique, de besoins pulsionnels intenses et impérieux ; il n’a pas choisi ses parents, ni tous ceux et celles qui vont s’occuper de lui. L’héritage proprement pulsionnel reçu des lignées parentales et conditionnant la vie psychique dès ses commencements constitue donc la forme primitive, archaïque, du « Destin », ce que Szondi nomme le destin de contrainte. Au sujet revient la tâche de jouer avec cette première « donne » la partie que sera son existence et, au travers d’une suite de choix de plus en plus conscients, d’œuvrer à son destin de liberté. Lesdites « maladies mentales » sont en réalité des maladies pulsionnelles, associées à l’inconscient familial. Le travail du psychiatre consiste pour Szondi qui conçoit sa théorie comme une « Analyse du Destin » (Schicksalsanalyse) et son action comme une « thérapie analytique du destin » (Schicksalsanalytische Therapie), à permettre au sujet débordé par les mécanismes pulsionnels inconscients et les contraintes aveugles de sa généalogie, de mieux connaître sa « donne » pulsionnelle par le biais des entretiens analytiques, inspirés de la méthode de Freud, mais également par le biais d’un outil singulier d’exploration qui est le test mis au point par Szondi : le Diagnostic expérimental des pulsions.

26On découvre dans cette vaste entreprise une exigence d’exhaustivité dans l’inventaire des ressources pulsionnelles qui n’est pas sans rappeler le mode de pensée et les objectifs de la psychologie des intérêts. Mais s’y ajoute un point de vue radicalement nouveau qui transforme de fond en comble le style pourtant « expérimental » de la démarche, c’est la conception szondienne du rapport intime entre les processus responsables de la santé et les processus responsables de la maladie. Intuitivement, Szondi pose que le nombre de maladies mentales n’est pas infini, qu’une observation systématique et méthodique, reprenant les acquisitions de la psychiatrie et celles de la psychanalyse, permet d’en arrêter le compte et de constituer un tableau rassemblant toutes les possibilités pathologiques de l’homme. Ces possibilités pathologiques, classées selon quatre grands vecteurs pulsionnels, sont en même temps les potentialités pulsionnelles de tout être humain, souffrant ou sain. Cette conception reflète une anthropologie médicale qui ne voit dans l’opposition du normal et du pathologique qu’une différence de degrés (des variations d’intensité, des tensions excessives ou des dissociations) et non de nature entre la constitution de l’homme sain et celle de l’homme malade.

  • 6 Jacques SCHOTTE, - Note pour rouvrir un dialogue sur la psychanalyse pratique et science humaine c (...)

27Cette conception dite « pathique » (selon Schotte et l’école de Louvain)6 de l’existence humaine et de sa compréhension se concrétise et se condense dans le test lui-même dont je me limiterai à cerner le principe de constitution. Si chaque forme importante de maladie psychiatrique est l’expression d’un compromis douloureux entre les tendances contradictoires, si elle est la désorganisation ou le clivage d’une structure d’équilibre et la tentative de restauration d’une nouvelle structuration, alors le malade mental est la figure représentative d’une tension pulsionnelle présente dans l’organisation inconsciente de tout être humain. En sélectionnant des photos de malades parmi une vaste population psychiatrique et criminologique longuement analysée du point de vue du diagnostic et du point de vue généalogique, Szondi opère ce coup de force théorique de confronter celui qui passe son test à l’ensemble des potentialités des troubles pulsionnels. Dans la vie de tous les jours nous choisissons sans cesse les personnes que nous rencontrons, les jugeant « instinctivement » sympathiques ou antipathiques et nous serions bien en peine de donner une justification rationnelle de notre choix éminemment subjectif. Nous ne pouvons donc nous empêcher, face aux photos réunies par Szondi et parmi lesquelles il nous demande de choisir les visages sympathiques et les visages non sympathiques, de révéler une organisation inconsciente d’attraits et de répulsions. Dis-moi qui tu hantes (qui tu choisis), je te dirai qui tu es...

28L’instrument qu’est ce test-diagnostic est d’une grande complexité et son application correcte réclame une maîtrise approfondie de la doctrine pulsionnelle de Szondi. Je n’entre pas ici dans les détails techniques. Je veux seulement indiquer une manière de prendre le problème des intérêts humains, qui se situe sur un tout autre plan épistémologique et anthropologique que la première démarche envisagée.

29Si les objections ne manquent pas qui manifestent la perplexité devant la série de coups de force — ou de coups de génie ? — de ce psychiatre, que ce soit sur la question du rapport entre les facteurs pulsionnels et leur fondement biologique, que ce soit sur la notion d’un inconscient familial, que ce soit sur la légitimité de la clôture de l’inventaire des maladies pulsionnelles ou, enfin, de la valeur représentative que peut prendre un visage pour faire jouer tel ou tel facteur pulsionnel ou telle ou telle combinatoire pulsionnelle de qui considère ce visage, toutes ces questions qui font l’objet de débats passionnés ne peuvent nous empêcher de prendre en considération la richesse de la problématique psychopathologique et sa philosophie sous-jacente.

30La théorie de Freud a donné lieu à de tout autres manières de penser la réalité psychique humaine. Je ne retiendrai, pour finir, que l’une d’entre elles : la théorie de J. Lacan. Elle représente une tentative rigoureuse de tirer les conséquences de la découverte freudienne et, en ce qui concerne l’abord des intérêts, elle propose un nouveau système de distinctions conceptuelles qui ouvrent une autre piste de réflexion originale.

3. Besoin, demande, désir : l’anti-empirisme de Lacan7

  • 7 Jacques LACAN, Ecrits, Paris, Seuil, Le champ freudien, 1966.

31Pour m’en tenir au plus près de la question qui est la nôtre, savoir la définition psychologique des intérêts, je limiterai la référence à Lacan au seul commentaire des catégories conceptuelles qu’il a introduites en psychanalyse pour accentuer ce qu’il a appelé la subversion freudienne de la psychologie.

  • 8 Infans : qui ne parle pas (... encore).
  • 9 Voir les travaux de Piera CASTORIADISAULAGNIER. La violence de l’interprétation, Paris, P.U.F., Le (...)

32La psychanalyse soutient fermement que la psychologie classique fondée sur la croyance en l’évidence empirique et sur l’assurance dans l’objectivation expérimentale est tout entière construite sur une méconnaissance, voire un déni. La psychologie ordinaire ne veut rien savoir de la réalité de l’inconscient, à tout le moins de l’inconscient en tant qu’il est l’effet dans l’homme d’une causalité non pas « naturelle » mais symbolique. L’homme est un « parlêtre » : c’est du langage (ou du signifiant) qu’il reçoit son « être » lequel être, voué au mouvement infini de la signifiance, ne peut jamais être appréhendé comme un objet de la nature. Il faut tirer les conséquences de cette affirmation fondamentale et proposer, pour parler de l’être humain et de ce qui l’intéresse, des repères théoriques qui rompent nettement avec le préjugé naturaliste ou empiriste, qui est celui de toute la psychologie positive issue de l’épistémologie de Locke, Hume ou Bentham. Parler des besoins naturels que l’être humain aurait, comme tout animal, à satisfaire pour se maintenir en vie est sans doute confortable et économique sur le plan de la pensée, mais à y regarder de plus près, en observant la situation même d’un nouveau-né, on est forcé d’admettre que toute satisfaction passe obligatoirement par le bon vouloir, l’attention et la compréhension d’une autre personne (la mère, en général). L’enfant, de par sa condition initiale d’être inachevé et dépendant, incapable d’énoncer quelque besoin que ce soit (l’enfant est bien l’« in-fans »8 que rappelle l’étymologie) est d’emblée saisi dans une enveloppe de langage, de significations, qui attirent irréversiblement tout ce que serait son être de nature dans les échanges signifiants, émotionnels, sociaux d’une culture. L’Autre — qui est cet espace humain signifiant, ce monde symbolique qui assume pour lui le sens de ses « intérêts » vitaux — s’impose d’entrée de jeu comme l’interprétant primordial du besoin, le pliant de ce fait aux jeux de la demande maternelle, c’est-à-dire à tous les signifiants ou représentants de l’amour donné et attendu9.

33Accueilli dans un monde humain qui l’a déjà imaginé, nommé, prénommé, fantasmé dès avant sa naissance ou même dès avant son existence d’être biologique, l’enfant est donc parlé avant de parler à son tour. Il ne parlera précisément que s’il est reçu dans un espace humain où circulent les expressions de la tendresse, de la protection, de la séduction mais aussi bien les injonctions et exigences à répondre aux demandes de ceux qui sont source d’amour et lieu de l’autorité. Il ne parlera que si on lui a adressé la parole et pas seulement si on l’a gavé de soins « naturels ». La parole assumée progressivement en propre sera comme l’indice que cet enfant possède un espace intérieur, un lieu psychique d’où il appelle l’autre à le reconnaître non seulement comme ayant besoin de quelque chose mais comme intéressé à ce qui fait énigme chez l’autre, à savoir ce que cet autre lui veut.

34Le désir humain s’ouvre au sein de l’inadéquation de la demande (entendons par « demande » le jeu de la parole relevant des lois du langage et de l’échange symbolique) par rapport à l’objet qui serait censé satisfaire le besoin. Le besoin satisfait, il reste comme une marge d’insatisfaction ; l’objet absolu qui comblerait tout manque, toute incertitude, comme pourrait l’être une Mère toute-puissante, est impossible. Celui qui dans le réel prétendrait l’incarner, cet objet, ferait d’ailleurs surgir chez le sujet l’angoisse la plus grande. Cet objet du désir, signifié par le jeu de furet interminable du langage, n’a rien d’objectivable. Et ce n’est donc pas par hasard que la démarche analytique soit exclusivement une démarche de langage, un déploiement de toutes les dimensions de l’interlocution, une exploration patiente et non programmable des défilés de la demande...

35Il ressort de ceci que, pour l’analyste, l’intérêt est ce qui concerne le sujet en son être, cet être qui n’est pas un contenu mais une question en devenir. Il faut articuler la fonction de l’Autre dans la définition des intérêts — ou du désir. Il y a dans la réalité intersubjective où l’homme baigne une dimension inéliminable de suggestibilité, d’identification, d’hypnose, de contagion mentale. Une série de paradoxes en découle : sur les limites de notre « moi » et par suite de « mes intérêts ». Le moi se constitue dans une histoire interhumaine qui a déposé dans l’inconscient ses marques signifiantes.

  • 10 J. LACAN, Ecrits, p. 298.

36Il y a un paradoxe dans le recours aux techniques de psychologie positive qui s’appareillent de toutes sortes d’instruments de mesure, de calcul, de statistiques pour étayer leur objectivation des intérêts d’une personne qui vient demander si elles peuvent l’aider à mieux connaître ses intérêts afin de s’engager en meilleure connaissance de cause dans sa vie. Ce paradoxe réside en ceci : c’est d’un Autre, supposé savoir ce qu’il en est, qu’il attend la révélation ou la confirmation de ce qui l’intéresse. « Dites-moi ce qui m’intéresse »... C’est comme reconnaître que le sujet à la fois sait et ne sait pas, ou que pour savoir, il lui faut la reconnaissance de l’Autre, à qui il confère une autorité. Ainsi son désir prend-il consistance et devient-il comme légitime. L’on saisit mieux la phrase de Lacan : « le sujet reçoit de l’Autre son message sous une forme inversée »10.

37La psychanalyse, au fond, ne fait que prendre au sérieux cette réalité que révèle l’écoute analytique des analysants en quête d’un répondant pour l’assomption de leur désir : le « sujet » humain va bien plus loin que ce que le « moi » conscient éprouve et connaît de lui-même. La reconnaissance de ce que je suis, de ce que je veux, passe par le détour — la médiation — d’un auditeur, d’un « bon entendeur »...

38Cette part non mesurable de l’Autre dans la constitution du désir humain nous fait revenir à une observation faite au début, quand je commentais la définition des psychologues de l’Ecole de Lausanne. Il s’agissait de la fonction de l’image de soi dans le développement des « tendances et dispositions relativement stables et durables » auxquelles les intérêts « correspondent ». L’image de soi émane d’une histoire, d’un développement, au sein desquels le désir de l’Autre, par le biais de toutes ses demandes présentes dès le commencement de la vie, a l’initiative.

39La question de la liberté de choisir se pose en relation dialectique avec cette « aliénation » — cette dépendance du sujet par rapport aux signifiants de la demande de l’Autre — : le mérite des chercheurs de Lausanne, comme celui de Szondi et de Lacan, est de mettre en évidence ce curieux objet de la psychologie qui s’impose toujours alors même que par méthode on voudrait le tenir en suspens : cet objet, c’est l’énigme du désir, c’est le paradoxe même de la liberté.

Notes

1 J. B. DUPONT, F. GENDRE, S. BERTHOUD, J. P. DESCOMBES, La Psychologie des intérêts, Paris, P.U.F., coll. Le Psychologue, 1979.

2 Op. cit., p. 11.

3 Op. cit., p. 24.

4 Léopold SZONDI, - Experimentelle Triebdiagnostik, Berne, Hans Huber, 1947, trad. en français : Diagnostic expérimental des pulsions, par Ruth Pruschy-Bejarano, Paris, P.U.F., 1982.
- Schicksalsanalyse, Bâle, Benno Schwabe, 1948.
- Triebpathologie I. Elementen der Exakten Triebpsychologie und Triebpsychiatrie, Berne, Hans Huber, 1952.
- Triebpathologie II. Ich-Analyse, Berne, Hans Huber, 1956.

5 Voir l’ouvrage collectif publié sous la direction de Philippe Gérard, François Ost et Michel van de Kerchove, Actualité de la pensée juridique de Jeremy Bentham, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, coll. Travaux et recherches, 1987. Pour le problème ici envisagé, voir notre contribution dans ce volume : Bentham psychologue, p. 391-418.

6 Jacques SCHOTTE, - Note pour rouvrir un dialogue sur la psychanalyse pratique et science humaine clinique, in Dialogues en sciences humaines, Bruxelles, Publications des F.U.S.L., 1975, p. 96-128.
- Comme dans la vie en psychiatrie. Les perturbations de l’humeur comme troubles de base de l’existence, in Qu’est-ce que l’homme ?, Hommage à Alphonse De Waelhens, Bruxelles, Publications des F.U.S.L., 1982, p. 621-674.

7 Jacques LACAN, Ecrits, Paris, Seuil, Le champ freudien, 1966.

8 Infans : qui ne parle pas (... encore).

9 Voir les travaux de Piera CASTORIADISAULAGNIER. La violence de l’interprétation, Paris, P.U.F., Le fil rouge, 1979.

10 J. LACAN, Ecrits, p. 298.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search