Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Droit et intérêt - vol. 1

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

L’historien et l’équivocité du concept d’intérêt

Aspects critiques et sémantiques

Gaston Braive

Texte intégral

1Le Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques sous l’égide duquel la présente approche de la notion d’intérêt est menée, met en commun l’apport de chercheurs d’horizons différents, travaillant sur un même thème avec des méthodes différentes au prix d’une démarche critique et autocritique développée parallèlement, selon leur sensibilité et leurs exigences propres, par chacun de ses membres. En tant que groupe lui-même, le Séminaire n’échappe pas à cette sagacité critique, puisque le sociologue s’empresse de mettre en relation le thème de la recherche et la situation dans laquelle il se trouve de ce fait :

  • 1 P. LASCOUMES, Intérêt et rationalisation de l’action humaine. La notion d’intérêt en sociologie, c (...)

« Tout champ social, écrit Pierre Lascoumes, (...y compris) un séminaire interdisciplinaire a un intérêt générique (et) à l’intérieur de celui-ci, les membres du champ ont des intérêts spécifiques.
L’intérêt générique est l’enjeu fondamental, la valeur reconnue et recherchée par tous. (...) L’intérêt spécifique est constitué par l’enjeu des acteurs particuliers : tout champ est toujours conflictuel (il y a des dominants et des dominés). Les acteurs luttent pour assurer leur entrée et leur reconnaissance dans le champ, mais aussi pour sa transformation (qui mènera le jeu interdisciplinaire, les philosophes, les juristes ou les théologiens ? Et si les historiens faisaient alliance avec les économistes et sociologues pour faire valoir une approche empririste ? etc.) »1.

2Voilà l’historien immédiatement interpellé.

3Fera-t-il alliance ? Servira-t-il de faire valoir à une quelconque approche plutôt qu’à une autre ? Apportera-t-il sa caution aux dominants ou appuyera-t-il les dominés ?

4Aussi pressants puissent être ces sollicitations, ce n’est cependant pas là son rôle.

5L’historien, candidement, naïvement peut-être, doit se contenter tout simplement de faire son métier : recueillir les témoignages, les critiquer, en induire des conclusions s’il s’en impose !

6Au premier degré, il lit les contributions de ses collègues — tout comme le sociologue analysait le groupe dans lequel il se situait — et les considère comme autant de témoignages sur la conception de la notion d’« intérêt ». Il essaie d’interpréter et de comprendre correctement ces témoignages, ne mettant en doute ni leur originalité ni leur authenticité et encore moins l’autorité de ces témoignages compétents ! Ceci fait, après avoir comparé tous ces témoignages entre eux, il constate.

7Il constate non sans plaisir qu’il n’est pas seul, qu’il y a dans ce groupe interdisciplinaire des alliances de fait — auxquelles il n’attachera d’ailleurs qu’une valeur d’analyse et non de méthode ou de finalité : sa démarche se retrouve, en effet, mutatis mutandis, abordée selon leur propre méthodologie chez ces collègues intervenant dans le débat.

  • 2 A. STROWEL, A la recherche de l’intérêt en économie. De l’utilitarisme à la science économique néo (...)

8Après le sociologue cité plus haut, un économiste constate lui aussi, mêlant d’ailleurs une certaine perspective historique à son propos critique, que « le concept d’intérêt revêt un rôle central dans la pensée économique, qu’elle soit d’hier ou d’aujourd’hui (..., mais) comme tout concept important, celui d’intérêt est entaché d’une certaine ambiguïté »2.

9Le mot est lâché : « ambiguïté ».

10Il y a ambiguïté dans la compréhension des termes et donc des témoignages, y compris dans ceux constitués par les exposés mêmes des membres du Séminaire. L’historien, sensible à la complexité du réel et à l’établissement des faits, se méfie du piège nominaliste, un danger d’autant plus grand que le travail entrepris se veut interdisciplinaire, méthode ambitieuse sans aucun doute et fructueuse dans la mesure même de son ambition, mais qui ne va pas sans le risque accru de voir chacun utiliser ou produire des témoignages « ambigus » si une attentive et rigoureuse critique de compréhension ne les accompagne pas.

11C’est que nous ne parlons pas tous de la même chose, in casu du même concept d’« intérêt ». Les acceptions varient d’une discipline à l’autre et entre auteurs d’une même discipline. Les articles de Lascoumes et de Strowel sont là pour le montrer en sociologie d’une part, en économie de l’autre. Mais il y a pire : l’« ambiguïté » peut s’étendre au contenu, éventuellement évolutif, de la pensée d’un seul et même auteur ou plus insidieusement encore dans l’interprétation qu’en donnent ses commentateurs, avec pour point d’orgue le problème posé par la traduction de ces concepts où le self love, par exemple, d’Adam Smith sera rendu, en français, dans des contextes aussi différents que le droit, la morale ou l’économie, tantôt par l’« intérêt égoïste », tantôt par l’« amour de soi ».

  • 3 Art. Intérêt, in Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (...)
  • 4 Sur l’ambiguïté de la notion d’« intérêt » en droit, voir l’Introduction in F. OST, Entre droit et (...)

12La situation se complique, il est vrai, par l’extrême variété de sens acquise par la notion d’« intérêt » à l’heure actuelle, en dehors de toute utilisation technique. Le Trésor de la langue française3 ne relève pas moins d’une dizaine de sens principaux, accompagnés de très nombreuses nuances pour chacun d’eux, énumérées sur six pages, aux côtés des sens particuliers acquis par le vocable dans une foule d’expressions. A titre d’exemple, il suffira d’évoquer dans le seul domaine juridique : « intérêts privés », « intérêts publics », « intérêts civils », « intérêt commun », « intérêt général » et « intérêts particuliers », « intérêts protégés », « intérêts purs et simples », « intérêt légitime », « intérêts licites ou illicites », « intérêt de la loi », « intérêts légaux », « intérêt moral », « intérêt pour agir », « intérêt des parties », « intérêt des tiers », « intérêts en cause » ou « en présence », « intérêt éventuel », « intérêts de droit » ou « intérêt conventionnel », « intérêts judiciaires », « intérêt collectif » et « groupes d’intérêts », « dommages et intérêts », « intérêt du contrat », « conflits d’intérêts », « intérêts compensatoires » ou « moratoires », etc. et des locutions du type : « Pas d’intérêt, pas d’action »4.

13S’ajoute dès lors au problème, et presque par voie de conséquence, la prise en compte de l’apparition successive de ces différentes significations à travers les âges. Surgit ainsi un nouveau souci critique pour l’historien, au second degré cette fois, dont il faut rendre compte. Il se doit, par fidélité à l’objet de sa recherche — le passé — d’éviter et d’inviter chacun à éviter les anachronismes dans la compréhension des documents utilisés.

14Or, l’anachronisme, ce péché contre l’esprit pour l’historien, est particulièrement redoutable dans la question de l’« intérêt » où la compréhension du terme, non seulement est ambiguë aujourd’hui, mais encore n’avait pas jadis l’extension de celle en usage actuellement et, pire, présentait jusqu’au XVIIe siècle, un sens — le « dommage » — aujourd’hui tombé en désuétude !

  • 5 Art. Intersum, in Thesaurus linguae latinae, t. VIII, Leipzig, B.G. Teubner, 1974, col. 2281-2290.
  • 6 D. MEDICUS, Id quod interest. Studien zum römischen Recht des Schadenersatzes. Cologne, Bohlau, 19 (...)
  • 7 O. BLOCH et W. von WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la langue française, 5e éd., Paris, P.U. (...)

15Le succès actuel du vocable et la multiplication rapide de ses significations ne correspondent pas à son antiquité. Le mot est d’usage relativement récent, en français comme dans la quasi-totalité des langues occidentales. Alors que les premiers témoignages de la langue française datent du IXe siècle — Serment de Strasbourg de 842 — le mot « interest » n’apparaît qu’au milieu du treizième siècle (1251), soit quatre siècles plus tard. Il dérive alors du verbe latin « interesse » — « intervenir, se trouver interposé ou être séparé »5, l’« id quod interest » en droit romain6 — et signifie « dommage, préjudice »7. Dès l’origine, sous cette forme substantive, le mot peut donc avoir, mais non nécessairement, un contenu juridique. Il ne désigne cependant pas la réparation du dommage, mais le dommage lui-même, ce qui sépare (inter-esse) deux personnes, en quelque situation que ce soit.

  • 8 F. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes, du IXe au XVe s (...)

16Ainsi, par exemple, dans des textes de la seconde moitié du quinzième siècle, on parlera de « vignes qui furent fort intéressées par l’orage »8 dans le sens d’« endommagées ».

17Rabelais utilise le terme avec truculence en 1542, toujours dans le sens de « dommage », le seul usuel à l’époque, et fait courir au lecteur de son Gargantua, non averti de l’évolution sémantique du XVIe au XXe siècle, le risque non imaginaire d’un piquant contresens :

  • 9 F. RABELAIS, Gargantua, éd. Ruth CALDER, Genève, Droz, 1970, p. 59 (Textes littéraires français).

« Hypocrites braguettes (...) qui ne sont que de vent, au grand interest du sexe féminin »9.

18Il s’agit d’y voir le dommage ou le préjudice — non juridique de ces dames déconfites et aucunement leur...intérêt !

19Ce sens premier en français subsiste pendant quatre siècles.

  • 10 Französisches etymologisches Wörterbuch, éd. Walther von WARTBURG, t. IV, Bâle, Helbing et Lichten (...)
  • 11 « Rodrigue m’est bien cher, son intérêt m’afflige » (pour sa peine m’afflige) (P. CORNEILLE, Le Ci (...)

20En 1547 apparaît le substantif « intéressé », mais toujours dans le sens de « lésé », d’infirme, c’est-à-dire de celui qui a subi un dommage10 et Corneille utilise encore le mot dans son sens premier en le plaçant dans la bouche d’un des personnages du Cid, en 163611.

  • 12 « Lequel suppliant prist un gobelet d’argent, lequel il ploia ou froissa entre ses mains ; laquell (...)
  • 13 Französisches etymologisches Wörterbuch..., op. cit., t. IV, p. 752. Voir cependant la formule « d (...)

21Le premier sens dérivé du mot « interest » lui vint assez naturellement, comme en latin d’ailleurs, par la désignation non seulement du dommage, mais aussi de la réparation de celui-ci. On en trouve une possible application dans une pièce d’archives de 138412, mais ce n’est qu’en 1530, dans un texte des Hautes-Alpes françaises, qu’apparaît l’association des deux sens dans la locution dès lors vouée à un long avenir : « dommages et intérêts »13.

  • 14 Au seizième siècle, le sens usuel du mot « intérêt » est et reste encore celui de « dommage ». Cf. (...)

22Ce n’est que dans la seconde moitié du quinzième siècle que le mot « intérêt » se double de sens dérivés, auxquels il empruntera un autre sens principal dans le courant du dix-septième siècle seulement14.

  • 15 Französisches etymologisches Wörterbuch..., op. cit., t. IV, p. 752.

23Cette troisième étape de l’évolution sémantique du terme est à l’origine d’une de ses variations de sens les plus importantes, lorsqu’elle le fait passer du juridique ou du psychologique à l’économique : l’« intérêt » en vient — première apparition dans ce sens en français en 146215 — à désigner le dédommagement dû pour le prêt d’une somme d’argent. De cette signification naît assez naturellement celle de profit tiré du prêt, duquel dérive une avalanche de sens psychologiques dans lesquels le terme désigne non plus l’opération économique mais le sentiment qui l’accompagne, le plus fécond d’un point de vue sémantique étant celui de « sentiment égoïste », auquel les mystiques, en le combattant, donneront un sens péjoratif à partir du quinzième et surtout du seizième siècle.

  • 16 J. DUBOIS, R. LAGANE et A. LEROND, Dictionnaire du français classique, Paris, Larousse, 1971, p. 3 (...)

24A partir du seizième siècle, en effet, et davantage encore à l’époque classique, le développement des sens divergents du mot « intérêt » s’accélère et provoque l’éclatement de la notion, dont les sens principaux, devenus multiples, se rapprochent dorénavant de ceux en usage de nos jours16.

  • 17 « Selon les degrez de l’interest que chacun apportoit à la mort de cette belle fille innocente » ( (...)

25En 1534 apparaît la formule à contenu psychologique « avoir intérêt à » et en 1580, sous la plume de Montaigne, l’expression : « porter de l’intérêt à »17, pour désigner un sentiment qui n’est pas nécessairement égoïste. Cette expression concerne alors l’action de « prendre soin de », d’« affectionner » même.

  • 18 Französisches etymologisches Wörterbuch..., op. cit., t. IV, p. 753 ; Trésor de la langue français (...)

26Cette évolution conduit le terme à prendre au dix-huitième siècle, dans le foisonnement de sens qui apparaissent, celui très particulier du « sentiment d’une femme à l’égard d’un homme et qui, moindre que l’amour, en est voisin »18. On est loin du droit et de l’économie... !

  • 19 A. FURETIERE, Dictionnaire universel..., op. cit.. t. II, verbo Interest.
  • 20 Ibidem.

27Dans le domaine politique, c’est dans le Dictionnaire de Furetière, en 1690, que l’on voit apparaître la notion d’« intérêt public » couvrant l’avantage de l’Etat, de la Société19 et à la même date, le mot se charge d’un nouveau sens économique, à savoir celui de « prise de participation » dans une opération de commerce ou dans une industrie20.

  • 21 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Académie, 1694, verbo Intérêt, 8e éd., Paris, Hachett (...)
  • 22 Dictionnaire de l’Académie, t. I, 3e éd., Paris, J.-B. Coignard, 1740, verbo Intérêt.
  • 23 Montaigne avait utilisé le mot « intérêt » dans le sens d’« attention que l’on porte à quelqu’un o (...)
  • 24 Anne de LA ROCHE-GUILHELM. Histoire des favorites, Amsterdam, 1698, p.7.

28En 1694-1695, le mot entre au Dictionnaire de l’Académie21 où il recevra en 1740 une signification complémentaire et nouvelle en s’appliquant cette fois, non plus à une personne, mais à une chose : c’est-à-dire « la qualité de certaines choses qui les rend propres à capturer l’attention, à toucher l’esprit »22. Cette acception dérive de l’évolution de la notion d’« intérêt »23 et va de pair avec l’apparition de l’adjectif « intéressant » dans le sens de « qui offre de l’intérêt, est digne d’attention », attesté dès 169824.

  • 25 J.-F. de MARMONTEL, art. Intérêt (Belles-Lettres. Poésie), in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonn (...)

29Cette signification s’étendra du psychologique à l’esthétique, dont la notion d’« intérêt » deviendra l’une des notions-clés au cours du dix-huitième siècle, jusqu’à permettre à Jean-François de Marmontel, le successeur de d’Alembert à l’Encyclopédie, d’écrire, en 1777, dans un des volumes de suppléments à celle-ci : « La beauté poétique n’est autre chose que l’intérêt »25 !

  • 26 P. LAROUSSE, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, t. IX, Paris, Grand dictionnaire univers (...)

30L’adjectif « intéressant », lui-même doté au XIXe siècle d’un contenu esthétique, verra sa signification s’étioler elle aussi dans des usages multiples aussi éloignés de l’esthétique que l’expression « état intéressant », apparue en 1873 pour désigner la grossesse26.

  • 27 D. MEDICUS, Id quod interest..., op. cit., p. 341.

31L’évolution sémantique du terme dans les langues de l’Europe occidentale, si elle n’est pas exactement concommitante avec la française, court cependant en parallèle. L’origine romaine est identique, de même que la substantivisation du terme, vers 1100, en latin médiéval, toujours dans le sens premier, d’abord de « dommage », ensuite de « réparation du dommage »27.

  • 28 H.J. FUCHS, art. Interesse, in Historisches Wörterbuch der Philosophie, t. IV, nouv. éd., Darmstad (...)

32C’est dans ce même sens et à l’issue d’une gestation plus ou moins longue, que le terme apparaît successivement dans les langues dites vulgaires : en provençal au XIIe siècle, en français et en italien au XIIIe, en espagnol au début du XIVe, en anglais, chez Chaucer en 1374, et, plus tardivement encore, au XVe siècle seulement, en allemand et en néerlandais28.

  • 29 E. W. ORTH, art. Interesse, in Geschichlichte Grundbegriffe. Historisches Lexikon zurpolitisch-soz (...)

33Entretemps, le concept d’« intérêt » a acquis, en latin au XIIIe siècle, une signification complémentaire, économique, importante, celle de « dédommagement pour le prêt d’une somme d’argent ». Il désigne, dans la philosophie scolastique, la « bonne usure »29.

  • 30 H.-J. FUCHS, art. cit., col. 480. Voir aussi : H. SEE, Note sur l’évolution du sens des mots intér (...)

34Ce sens économique se répand en Europe entre 1450 première utilisation en français en 1462, rappelons-le — et 153030.

  • 31 F. GUICHARDIN, Ricordi. éd. R. SPANGARO, nouv. éd., Florence, Sansoni, 1969. p. 230 et suiv. Voir (...)
  • 32 H.-J. FUCHS, art. cit., col. 482.

35Au début du seizième siècle, la notion s’enrichit d’un contenu anthropologique et social avec l’apparition d’expressions comme l’« intérêt de l’Etat » ou l’« intérêt de la personne ». Ces formules, qui se trouvent sous la plume de François Guichardin dès 1525-1529 en Italie31, mettent près d’un siècle à gagner la France, pays où cependant elles connaîtront leur plein épanouissement32.

  • 33 H. de ROHAN, De l’interest des princes et Estats de la Chrestienté. A Monsieur de Richelieu, Leyde (...)

36C’est un auteur français qui publie, à ce propos, le premier ouvrage incluant le mot « intérêt » dans son titre : De l’interest des princes et Estais de la Chrestienté, dédié à Richelieu par le duc Henri II de Rohan et publié à Leyde, chez les Elsevier, en 1638-3933.

  • 34 Pierre Rebuffi, né à Baillargues près de Montpellier en 1487, décéda à Paris le 2 novembre 1557. S (...)

37A la fin du seizième siècle et tout au long du dix-septième, la notion d’« intérêt » connaît un succès considérable. C’est le terme à la mode, le mot « passe-partout », des « branchés » de l’époque. L’« id quod interest » latin lui-même trouve chez le jurisconsulte français Pierre Rebuffi pas moins de cinquante applications différentes ordonnées en un « arbor super interesse »34.

  • 35 R. ESTIENNE, Dictionnaire françois-latin, contenant les mots et manière de parler français tournez (...)

38Il est relayé, en français, par le dictionnaire de Robert Estienne qui énumère, en 154035, toute une série d’acceptions du mot, dont aucune ne comporte cependant de consonance morale négative.

39A ce moment, le concept d’« intérêt » ne contient encore que des connotations neutres ou positives. Sa coloration éthique péjorative ne lui vient qu’à la fin du seizième siècle sous l’influence des mystiques italiens et espagnols. Ceux-ci en font l’expression de l’amour-propre, le contraire de l’amour « désintéressé » de Dieu pour l’homme et de l’homme en quête de Dieu. Ils condamnent donc radicalement l’« intérêt » et ouvrent de la sorte à ce concept un tout nouveau champ sémantique, négatif, particulièrement fécond.

  • 36 J. LEBRUN, art. Quiétisme § 3. La question de l’amour pur, in Dictionnaire de spiritualité ascétiq (...)

40La croisade mystique contre l’intérêt atteint son paroxysme en France dans la seconde moitié du dix-septième siècle dans toute l’Europe, par la querelle quiétiste de l’« amour pur », qui fait rage de 1642 à 1699 en France et oppose Fénelon à Bossuet36.

  • 37 J. LEBRUN, art. Quiétisme..., op. cit., col. 2836.

41Sous ses apparences spirituelles, ce débat trahit tout un contexte social, comme la soumission à l’intérêt du prince en politique, le rejet d’un nouvel ordre économique basé sur l’intérêt, la volonté, d’un point de vue ecclésiologique, de présenter une sorte de Contre-Réforme positive basée sur la personnalisation de l’attitude religieuse37.

42Assez paradoxalement ce sera chez les tenants de l’« amour pur » et donc les contempteurs de l’« intérêt » que se trouveront les distinguos les plus subtils en faveur du bon usage de l’« intérêt ».

  • 38 J.-P. CAMUS, Defense du pur amour contre les attaques de l’amour-propre, Paris, 1640, XVI-623 p.
    Su (...)
  • 39 T. II, Paris, 1641 (rééd. Paris, Gaume, 1840), p. 297.

43L’auteur par lequel s’enflamma la querelle de l’« amour pur » en France, un prédicateur à succès, écrivain prolifique, l’abbé Jean-Pierre Camus38, devenu évêque de Bellay en 1609, distingue dans ses volumineux commentaires de L’esprit de saint François de Sales de 1641, l’« intérêt propre », égoïste et condamnable, de l’« intérêt nôtre », doté d’une connotation morale positive dans la mesure où il oriente la créature vers Dieu39.

  • 40 M. RAYMOND, Au principe de la morale de l’intérêt, dans ID., Vérité et poésie, Neuchâtel, Baconniè (...)

44Cette acception dépréciative du concept d’« intérêt » suscite cependant très rapidement, en réaction, des défenses de plus en plus nettes de l’intérêt « bien entendu » : l’« amour-propre raisonnable et éclairé » des Jansénistes40, une thématique ouvertement développée par la philosophie des Lumières française et anglaise.

  • 41 Idem, p. 63.
  • 42 Cf. infra A. STROWEL, Le concept d’intérêt chez Bentham dans ID, A la recherche de l’intérêt en éc (...)

45« Les sources de la sociologie optimiste des « philosophes » doivent être cherchées, pour une part, dans la sociologie pessimiste du XVIIe siècle, et une morale chrétienne sombre, préoccupée de pourchasser l’amour-propre dans ses derniers retranchements, mais montrant partout sa force, a contribué à engendrer par réaction, une morale fondée sur ce même amour-propre »41. C’est l’agencement des intérêts réciproques tel qu’il se retrouve à la fin du dix-huitième siècle dans les théories juridico-économico-politico-moralisatrices de l’utilitarisme benthamien42.

  • 43 Infra, p. 327-353 : M. BUERGISSER et J.-F. PERRIN, Interessenjurisprudenz. Statut et interprétatio (...)

46Au début du vingtième siècle, la notion d’intérêt est associée dans la terminologie technique juridique à une école philosophique allemande fondée par Philippe Heck, l’Interessenjurisprudenz, aux réminiscences utilitaristes évidentes, qui entend fixer pour mission au juge une juste pesée des intérêts43.

47De la banale association latine de l’auxiliaire « être » et de la préposition « entre », à l’origine, la notion d’« intérêt », en étendant sans cesse son champ d’application, est parvenue à mêler tous les genres, de la signification générale et malheureusement la plus usuelle, la plus ambiguë, jusqu’à l’extrême technicité. Elle a progressivement perdu en compréhension ce qu’elle a gagné en extension. Au seuil d’une démarche interdisciplinaire, il est dès lors du plus haut intérêt de s’intéresser à préciser la notion d’« intérêt » dans chacune des acceptions intéressantes de chacun des chercheurs intéressés par ce sujet plein d’intérêt(s). Id quod interest !

Notes

1 P. LASCOUMES, Intérêt et rationalisation de l’action humaine. La notion d’intérêt en sociologie, ci-après, p. 112.

2 A. STROWEL, A la recherche de l’intérêt en économie. De l’utilitarisme à la science économique néo-classique, ci-après, p. 37.

3 Art. Intérêt, in Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècles (1789-1960), t. X, Paris, C.N.R.S., 1983, p. 423-428.

4 Sur l’ambiguïté de la notion d’« intérêt » en droit, voir l’Introduction in F. OST, Entre droit et non-droit : l’intérêt, in Droit et intérêt, vol. 2, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1990.

5 Art. Intersum, in Thesaurus linguae latinae, t. VIII, Leipzig, B.G. Teubner, 1974, col. 2281-2290.

6 D. MEDICUS, Id quod interest. Studien zum römischen Recht des Schadenersatzes. Cologne, Bohlau, 1962, XII-362 p. (Forschungen zum römischen Recht, 14).
Si le verbe latin « interesse » marque tantôt la séparation ou la différence, tantôt la relation entre deux choses ou deux personnes, la forme impersonnelle « interest » s’utilise, elle, dans un sens plus proche du sens actuel du mot « intérêt », à savoir celui d’« importer », d’« être concerné par », cf. G. FREUND et N. THEIL, Grand dictionnaire de la langue latine, t. II, Paris, Firmin Didot, 1862, p. 270-271.

7 O. BLOCH et W. von WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la langue française, 5e éd., Paris, P.U.F., 1968, p. 343.

8 F. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes, du IXe au XVe siècle, t. IV, Paris, Vieweg, 1885 (réimpr. Paris, Librairie des sciences et des arts, 1938), p. 598.

9 F. RABELAIS, Gargantua, éd. Ruth CALDER, Genève, Droz, 1970, p. 59 (Textes littéraires français).

10 Französisches etymologisches Wörterbuch, éd. Walther von WARTBURG, t. IV, Bâle, Helbing et Lichtenhahn, 1952, p. 753.

11 « Rodrigue m’est bien cher, son intérêt m’afflige » (pour sa peine m’afflige) (P. CORNEILLE, Le Cid. acte 111, v. 151).

12 « Lequel suppliant prist un gobelet d’argent, lequel il ploia ou froissa entre ses mains ; laquelle froisseure ledit suppliant congnut avoir faitte et en rendist au tavernier son interest » (Archives nationales de Paris, série JJ 126, pièce 19 (1384)), cité dans C. DUCANGE, Glossarium mediaeet infimae latinitatis, t.IV, nouv. éd., Paris, Librairie des sciences et des arts, 1938, p. 391.

13 Französisches etymologisches Wörterbuch..., op. cit., t. IV, p. 752. Voir cependant la formule « dampmages et interest » apparue dans un texte de 1343 où il pourrait cependant s’agir de l’accolement de deux termes au sens analogue, dommages et préjudice (F. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française....op. cit., t. IX, p. 271).

14 Au seizième siècle, le sens usuel du mot « intérêt » est et reste encore celui de « dommage ». Cf. E. HUGUET, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, t. IV, Paris, Didier, 1950, p. 656-666 (art. Intérêt).

15 Französisches etymologisches Wörterbuch..., op. cit., t. IV, p. 752.

16 J. DUBOIS, R. LAGANE et A. LEROND, Dictionnaire du français classique, Paris, Larousse, 1971, p. 324-325. Voir aussi G. CAYROU, Le français classique. Lexique de la langue du XVIIe siècle, 2e éd., Paris, Henri Didier, 1924. p. 500-501, et parmi les dictionnaires de l’époque, principalement A. FURETIERE, Dictionaire (sic) universel, t. II, La Haye-Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 1690 (réimpr. Genève, Slatkine, 1970), verbo Interest, ou aussi P. RICHELET, Dictionnaire françois, t. 1, Genève, Jean Herman Widerhold, 1680 (réimpr. Genève, Slatkine, 1970), p. 435.

17 « Selon les degrez de l’interest que chacun apportoit à la mort de cette belle fille innocente » (M. de MONTAIGNE, Essais, éd. A. THIBAUDET, Paris, Gallimard, 1950, p. 32 (Bibliothèque de la Pléiade, 14)).

18 Französisches etymologisches Wörterbuch..., op. cit., t. IV, p. 753 ; Trésor de la langue française..., op. cit.. t. X, p. 427.

19 A. FURETIERE, Dictionnaire universel..., op. cit.. t. II, verbo Interest.

20 Ibidem.

21 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Académie, 1694, verbo Intérêt, 8e éd., Paris, Hachette, 1935, p. 71.

22 Dictionnaire de l’Académie, t. I, 3e éd., Paris, J.-B. Coignard, 1740, verbo Intérêt.

23 Montaigne avait utilisé le mot « intérêt » dans le sens d’« attention que l’on porte à quelqu’un ou à quelque chose ou à ce qui la concerne » (cf. supra, p. 5 n. 4), Corneille et Racine généralisèrent l’usage de l’expression « prendre intérêt en » (C. MARTYLA VEAUX, Lexique de la langue de P. Corneille, t. II, Paris, Hachette, 1868, p. 26-27 (Les grands écrivains de France)) et Madame de Sévigné, dans une de ses lettres, du 6 novembre 1675, utilisait « intérêt » pour désigner l’« attention portée à une chose qui captive l’esprit, le cœur » (Marie de SEVIGNE, Lettres, éd. Gérard GAILLY, t. I, Paris, Gallimard, 1953, p. 899 (Bibliothèque de la Pléiade, 97)).

24 Anne de LA ROCHE-GUILHELM. Histoire des favorites, Amsterdam, 1698, p.7.

25 J.-F. de MARMONTEL, art. Intérêt (Belles-Lettres. Poésie), in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Supplément, t. XX, Paris, Briasson, 1777, p. 628.
Voir aussi : J. G. SULZER, art. Intéressant (Beaux-arts), in Idem, p. 627.
Sur la notion d’« intérêt » en art, voir : E. W. ORTH, art. Interesse IV. 3. Kunst, in Geschichtliche Grundbegriffe..., p. 325-329 ; V. GERHARDT, art. Interesse II. 4. Der Interesse-Begriff in der Ästhetik, in Historisches Wörterbuch der Philosophie, t. IV, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1976, col. 489-490.

26 P. LAROUSSE, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, t. IX, Paris, Grand dictionnaire universel, 1873, p. 745.

27 D. MEDICUS, Id quod interest..., op. cit., p. 341.

28 H.J. FUCHS, art. Interesse, in Historisches Wörterbuch der Philosophie, t. IV, nouv. éd., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1976, col. 479-480.

29 E. W. ORTH, art. Interesse, in Geschichlichte Grundbegriffe. Historisches Lexikon zurpolitisch-sozialen Sprache in Deutschland, t. III, Stuttgart, Klett-Cotta, 1982, p. 309-310.

30 H.-J. FUCHS, art. cit., col. 480. Voir aussi : H. SEE, Note sur l’évolution du sens des mots intérêts et capital, in Revue d’histoire économique et sociale, t. XII, 1924, p. 177-180.

31 F. GUICHARDIN, Ricordi. éd. R. SPANGARO, nouv. éd., Florence, Sansoni, 1969. p. 230 et suiv. Voir aussi à ce sujet : L. A. McKENZIE, Natural Right and the Emergence of the Idea of Interest in Early Modern Political Thought : Francesco Guicciardini and Jean de Silhon, in History of European Ideas, t. II, 1981, p. 277-298.

32 H.-J. FUCHS, art. cit., col. 482.

33 H. de ROHAN, De l’interest des princes et Estats de la Chrestienté. A Monsieur de Richelieu, Leyde, Elsevier, 1639, 104-2 p.
Ce libelle avait été publié toujours par les Elsevier en 1638 conjointement à : Le parfait capitaine, autrement L’abrégé des guerres de la Gaule des Commentaires de César, Jouxte la copie imprimée à Paris en 1638 (Leyde, Elsevier), 1638, 260 p.

34 Pierre Rebuffi, né à Baillargues près de Montpellier en 1487, décéda à Paris le 2 novembre 1557. Ses œuvres complètes furent publiées à Lyon en 1586 en 5 volumes, parmi lesquelles le De verborum significatione commentaria, dans lequel le mot « intérêt » est analysé sous le chapitre des Digestes.

35 R. ESTIENNE, Dictionnaire françois-latin, contenant les mots et manière de parler français tournez en latin, Paris, Robert Estienne, 1540, verbo Interest.

36 J. LEBRUN, art. Quiétisme § 3. La question de l’amour pur, in Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. XII, Paris, Beauchesne, 1986, col. 2824-2833 et, plus ancien, d’un contenu plus théologique et plus traditionnel, mais aussi plus directement axé sur la notion d’intérêt : E. BOULARAND, art. Désintéressement § 8. Le sens de la querelle du pur amour, in Idem, t. III, Paris, Beauchesne, 1957, col. 577-586.
La thèse de Fénelon était : « On peut aimer Dieu d’un amour qui est une charité pure et sans aucun mélange du motif de l’intérêt propre » (F. FENELON, Exposition des divers amours, in ID., Œuvres, éd. Jacques LEBRUN, t.I, Paris, Gallimard, 1983, p. 1011 (Bibliothèque de la Pléiade, 307)). Sur Fénelon, voir : R. SPAEMANN, Reflexion und Spontaneität. Studien über Fénelon, Stuttgart, Kohlhammer, 1963, 304 p., et H. GOUHIER, Fénelon philosophe, Paris, J. Vrin, 1977, p. 77-126 (Bibliothèque d’histoire de la philosophie).
Sur Bossuet, voir J. LEBRUN. La spiritualité de Bossuet, Paris, C. Klincksieck, 1972, 816 p. (Bibliothèque française et romane. Etudes littéraires, 39).

37 J. LEBRUN, art. Quiétisme..., op. cit., col. 2836.

38 J.-P. CAMUS, Defense du pur amour contre les attaques de l’amour-propre, Paris, 1640, XVI-623 p.
Sur Jean-Pierre Camus (° Paris 3.11.1584 - † Paris 25.04.1652), ses œuvres et les travaux qui lui ont été consacrés, voir A. CIORANESCU, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, t. I, Paris, C.N.R.S., 1965, p. 511-517.

39 T. II, Paris, 1641 (rééd. Paris, Gaume, 1840), p. 297.

40 M. RAYMOND, Au principe de la morale de l’intérêt, dans ID., Vérité et poésie, Neuchâtel, Baconnière. 1964, p. 61-86 (Langages).

41 Idem, p. 63.

42 Cf. infra A. STROWEL, Le concept d’intérêt chez Bentham dans ID, A la recherche de l’intérêt en économie.... op. cit., infra, p. 39-50 et Actualité de la pensée juridique de Jeremy Bentham. Bruxelles. Publications des Facultés universitaires Saint Louis, 1987, 740 p. (Travaux et recherches, 10).

43 Infra, p. 327-353 : M. BUERGISSER et J.-F. PERRIN, Interessenjurisprudenz. Statut et interprétation de la loi dans l’histoire du mouvement.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540