Version classiqueVersion mobile

De la certitude à la confiance

 | 
Jérémie van Meerbeeck

Troisième partie. De la certitude à la confiance

Chapitre II. La sécurité juridique légitimée (ou la confiance comme réponse)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelle erreur de croire qu’il y ait sûreté pour le prince, là où rien n'est en sûreté contre lui ! Par la sécurité qu'on donne on achète la sécurité ; Il n'est pas besoin de bâtir de hautes forteresses, de munir de retranchements des collines escarpées, de tailler à pic les flancs des montagnes, de se hérisser de murailles et de tours : un roi sans gardes est protégé par sa clémence. Il n'est de rempart inexpugnable que l'amour des citoyens.
Sénèque

408. — Si la réalité du droit et de la fonction juridictionnelle impose l’abandon d’une conception cartésienne de la sécurité juridique, les réflexions qui vont suivre se situent davantage sur le terrain de la légitimité. Nous proposons de revenir au tournant amorcé par les théories du contrat social, plus particulièrement celle de Locke, pour reconstruire à l’aide des écrits de Fuller et de Luhmann, une logique fiduciaire de la sécurité juridique opérant au sein d’une conception interactionnelle du droit. L’idée de confiance, qualifiée d’...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search