Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire selon Castoriadis

 | 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Avant-propos

Sophie Klimis et Laurent Van Eynde

Texte intégral

1Le présent volume inaugure la série des « Cahiers Castoriadis ». Ce projet éditorial a vu le jour après la tenue d’un colloque consacré très largement, et dans une perspective interdisciplinaire, à la pensée de l’imaginaire de Cornélius Castoriadis, en mai 2004, aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles. Les contributions ici rassemblées constituent partiellement les actes de ces journées. Dans la foulée, un « Groupe de recherches Castoriadis », composé de six personnes (Sophie Klimis, Philippe Caumières, Olivier Fressard, Francesco Gregorio, Laurent Van Eynde et Michel Vanni), s’est aussi constitué, qui assume l’organisation de journées annuelles, toujours aux Facultés universitaires Saint-Louis. Ces journées sont consacrées à différents thèmes qui traversent l’œuvre de ce philosophe, trop peu connu et certainement trop peu reconnu par les milieux universitaires.

2Si Sophie Klimis et Laurent Van Eynde, qui étaient les organisateurs des journées de mai 2004, assurent la direction scientifique de ce premier volume, c’est le « Groupe de recherches Castoriadis » dans son ensemble qui assurera la publication des volumes suivants, dont les deux prochaines livraisons porteront sur « Imaginaire et création historique » et « Psychè : de la monade psychique au sujet autonome ». C’est pourquoi, il nous paraît utile de préciser dans quelle perspective s’est créé ce « Groupe de recherches Castoriadis ».

3Le Groupe se donne pour objectif de favoriser un débat interdisciplinaire vivant autour de la pensée de Cornélius Castoriadis. L’œuvre de Castoriadis est aujourd'hui trop peu connue, au regard de la richesse conceptuelle qu’elle recèle, et de l’intérêt qu’elle peut dès lors représenter pour d’autres courants philosophiques et pour la plupart des sciences humaines. Cette œuvre peut enrichir de nombreux débats actuels dans le champ de la philosophie, des études littéraires, de la linguistique, de la psychologie, de l’anthropologie, de l’histoire, des sciences sociales et politiques, des sciences juridiques. Elle est susceptible de favoriser la rencontre interdisciplinaire entre des thématiques de recherches naturellement trop enserrées dans des champs scientifiques institués. Il ne s’agit donc pas pour le « Groupe de recherches Castoriadis » d’entamer un travail hagiographique, ni même de développer une activité de recherche concentrée exclusivement sur les textes de Castoriadis, mais bien de profiter des nombreux enjeux de cette œuvre, pour en faire un objet de débat et l’un des « outils » de la pensée contemporaine.

4Lors de son organisation annuelle de journées d'étude aux Facultés universitaires Saint-Louis, le « Groupe de recherches Castoriadis » invite aussi bien des chercheurs qui étudient couramment l’œuvre de Castoriadis, que des chercheurs et enseignants spécialistes de la thématique abordée, mais qui ne sont pas nécessairement des familiers de cette œuvre. Par cette interaction, le groupe espère générer une dynamique de recherche qui intègre l’apport de points de vue externes à l’œuvre de Castoriadis – escomptant que, en retour, la confrontation avec la pensée de Castoriadis favorisera son intégration aux débats que ces chercheurs mènent par ailleurs, dans leur propre discipline ou dans un champ interdisciplinaire.

  • 1 Les éditeurs tiennent à remercier Mademoiselle Eléonore Faivre d’Arcier pour l’aide précieuse qu’el (...)

5Les « Cahiers Castoriadis » seront le fidèle reflet de cette entreprise, qui se veut ouverte et interdisciplinaire – comme l’est la pensée de Castoriadis1.

Notes

1 Les éditeurs tiennent à remercier Mademoiselle Eléonore Faivre d’Arcier pour l’aide précieuse qu’elle leur a apporté pour la mise au point finale de ce volume.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search