Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie V. Conférence de clôture

L’instant fugitif où la sociologie prend. Pour une sociologie du malentendu

Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

C’est en considérant le tout ensemble que nous avons pu percevoir l’essentiel, le mouvement du tout, l’aspect vivant, l’instant fugitif où la société prend, où les hommes prennent la conscience sentimentale d’eux-mêmes et de leur situation vis-à-vis d’autrui. Il y a, dans cette observation concrète de la vie sociale, le moyen de trouver des faits nouveaux que nous commençons seulement à entrevoir. Rien à notre avis n’est plus urgent ni fructueux que cette étude des faits sociaux.
(Mauss, 1977 : 275-276)

1Dans ce passage de l’Essai sur le don, Mauss exprime ce qui constitue, à ses yeux, le cœur du projet sociologique, qui est tout à la fois « essentiel » et « urgent ». L’essentiel n’est pas l’étude des composantes de la société : ses groupes d’individus, ses institutions ou ses normes notamment, mais « le mouvement du tout », « l’aspect vivant », « l’instant fugitif où la société prend ». Le verbe « prendre » est très fort et soigneusement choisi. On dit qu’une mayonnaise prend lorsque ce qui n’était juste avant qu’un mélange flasque d’huile et de jaune d’œuf commence à prendre du relief et de la consistance, où advient quelque chose de nature radicalement différente, où la préparation franchit un seuil qualitatif. Même si l’on en perçoit vite les limites, l’analogie de la mayonnaise permet de saisir l’originalité du propos de Mauss : l’essentiel est dans le mouvement du tout social, dans « l’instant fugitif » où les humains prennent conscience qu’ils font société. Une analogie plus noble peut être proposée avec l’art. Acteurs, musiciens mais aussi spectateurs perçoivent bien si et quand une pièce de théâtre ou un concert prennent car ils sont alors eux-mêmes pris. Ce qui consacre le succès d’une œuvre d’art n’est pas sa beauté, mais qu’elle prenne. Pour Niklas Luhmann, dont la pensée n’est pas particulièrement lyrique, le code binaire de l’art n’est pas beau/laid (qui est le code de l’esthétique) mais ça va/ça ne va pas, même les objets laids pouvant relever « d’une communication au sein du système artistique » et « bénéficier ainsi du statut d’objets d’art » (Ferrarese, 2007 : 52).

2Pour Mauss, l’essentiel dans la constitution de la société est le processus relationnel (« la situation vis-à-vis d’autrui ») et symbolique (« la conscience sentimentale d’eux-mêmes ») par lequel les faits sociaux adviennent continûment et donnent vie à la société. Pour qu’ils prennent comme processus collectif, il faut qu’ils se jouent indissociablement au niveau des consciences individuelles. Le don, comme structure d’échange dynamique inscrite dans un processus temporel, avec ses dimensions sociales multiples et enchevêtrées – économique, politique, juridique, culturelle, religieuse… – mais aussi symboliques et psychiques, en est évidemment l’illustration canonique.

3L’essentiel est de saisir le social qui prend, après avoir parfois longtemps « fermenté », « percolé », « travaillé », à partir d’une « observation concrète de la vie sociale ». A son époque, Mauss considérait cette observation comme « le moyen de trouver des faits sociaux que nous commençons seulement à entrevoir ». La tâche est « urgente », dans la société du début du xxe siècle, traversée par de profondes inégalités et injustices, où la solidarité nécessaire, réclamée par Mauss à travers l’argument du don, est loin d’aller de soi.

4Le présent texte veut apporter une triple et modeste contribution à ce projet sociologique. D’abord, montrer toute la subtilité et la complexité de ce processus par lequel la société prend à partir du phénomène du malentendu. Ensuite, montrer l’intérêt méthodologique de la prise en compte du malentendu dans le travail sociologique. Enfin, à partir de là, mieux saisir comment celui-ci peut également prendre. Ces réflexions reposent sur un ensemble de recherches menées au cours des dernières années avec de nombreux collègues principalement mais pas uniquement du Centre d’études sociologiques. Elles sont enrichies par plusieurs autres contributions à ce livre.

I. Le malentendu dans les relations humaines et sociales

1. Le choix du malentendu

5De prime abord, le choix du thème du malentendu peut étonner. A priori, il évoque en effet tout le contraire de ce que le sens commun associe à l’idée qu’une société puisse prendre : la compréhension réciproque, le partage des mêmes finalités et valeurs, la poursuite collective d’un bien commun qui ferait consensus... Le malentendu, l’incompréhension réciproque et les conflits qui peuvent en découler sont le plus souvent considérés comme des obstacles, des signes que quelque chose ne fonctionne pas, que cela ne prend pas. La première raison du choix de ce thème est précisément celle-là : montrer que les apparences sont trompeuses, que les processus par lesquels les hommes font société, par lesquels ce qui se passe entre eux prend, ne sont pas forcément ou, en tout cas, pas seulement ceux que l’on croit, qu’on ne peut en rendre compte qu’en intégrant la face rugueuse, discordante du social, où les hommes se méprennent les uns sur les autres alors qu’ils se croient sur la même longueur d’onde, mais n’en parviennent pas moins, malgré cela et dans une certaine mesure grâce à cela, à s’ajuster les uns aux autres et à faire en sorte qu’entre eux, quelque chose prenne qui participe de la constitution de la société.

6La seconde raison est liée à ce que révèle notre « observation concrète de la vie sociale », notre « étude des faits sociaux ». Ce point nécessite une explication un peu plus détaillée. La plupart des problèmes sociaux auxquels la société est confrontée et tels qu’ils sont aujourd’hui socialement définis (par exemple la précarité, le surendettement, la violence au sein de la famille ou de l’école, l’absentéisme scolaire, la contamination par le VIH, les conditions de vie en prison, la dépendance aux drogues, les problèmes judiciaires rencontrés par des personnes souffrant de troubles mentaux… la liste est longue) ont des aspects multiples, à la fois sociaux, psychologiques, économiques, médicaux et juridiques, et réclament dès lors des interventions multidisciplinaires. C’est dans cette optique que les pouvoirs publics ont conçu et élaboré des « dispositifs » dans le cadre desquels des professionnels de champs et de compétences différents (travailleurs sociaux, enseignants, magistrats, médecins, psychologues…) sont encouragés voire obligés à travailler de manière concertée, voire « en réseau ».

7Il n’y a dès lors rien d’étonnant à ce que de nombreuses recherches récentes s’intéressent, directement ou indirectement, au travail de ces professionnels, aux relations entre eux dans le cadre de ces nouveaux dispositifs et avec les personnes censées bénéficier de leur travail (assistés sociaux, élèves en décrochage, détenus, personnes surendettées, personnes ayant des comportements sexuels considérés comme à risque…). En collaboration avec des collègues et chercheurs de plusieurs universités belges et étrangères, nous avons participé, comme copromoteur le plus souvent, à plusieurs programmes de recherches sur ce genre de questions. Étalées sur près de vingt années, ces recherches portaient notamment sur le travail de rue dans les quartiers populaires (Schaut et Van Campenhoudt, 1994), les comportements sexuels face au risque du VIH (Peto et al., 1992 ; Van Campenhoudt et al., 1997, Van Campenhoudt, 1999a), les effets des politiques sécuritaires (Van Campenhoudt et al., 2000), les rapports entre professionnels de la justice pénale et professionnels d’autres champs (Brandon et Cartuyvels, 2004 ; de Coninck, Cartuyvels et al., 2005), l’expérience du métier d’enseignant et leur formation initiale (Degraef et al., 2012).

8A travers ces recherches collectives portant sur des situations malgré tout fort diversifiées, une impression se renforçait, à laquelle ne se réduisait évidemment pas l’ensemble de leurs résultats : quelle que soit la situation étudiée, le type d’activité et le dispositif concernés, les catégories de professionnels et les groupes de population impliqués, il semblait que les uns et les autres vivaient et travaillaient le plus souvent sur des planètes différentes et qu’il y avait entre eux de nombreux et parfois profonds malentendus (Van Campenhoudt, 2013). Ce qui semblait essentiel pour les uns était accessoire pour les autres, ce qui était un objectif important pour les uns n’était qu’une occasion à saisir pour les autres, ce qui était un comportement irrationnel ou illogique pour les uns était un comportement parfaitement rationnel et logique pour les autres, ce qui s’avérait un bon résultat pour les uns n’était qu’un échec de plus pour les autres, ce qui pouvait être considéré comme une louable raison d’agir pour les uns n’était qu’une motivation critiquable pour les autres, un mot qui avait tel sens pour les uns en avait un autre pour les autres. Ce phénomène ne concernait pas seulement les rapports entre les professionnels et les personnes visées par leur travail (comme les juges et les justiciables, les médecins et leurs patients, les enseignants et leurs élèves), il concernait tout autant les rapports entre les professionnels eux-mêmes (comme des magistrats et des médecins psychiatres impliqués dans des questions de violence sexuelle ou des travailleurs sociaux et des policiers impliqués dans des contrats de ville et de sécurité).

9Ils ne voyaient pas seulement les choses de manières différentes, en fonction de leurs positions sociales, expériences, systèmes de valeurs, intérêts, habitus… respectifs, ils se méprenaient les uns sur les autres, sur leurs visions des choses, sur leurs raisons d’agir et sur leurs comportements. Dans une large mesure ils se comprenaient de travers et étaient à côté de la plaque. Bref, ils étaient dans un perpétuel malentendu. Bien sûr et heureusement, il n’y avait pas entre eux que du malentendu, loin s’en faut, mais il y avait une bonne part de malentendu.

10De ces travaux se dégageait un sentiment ambivalent. D’un côté, il apparaissait que le traitement de ces problèmes sociaux pouvait être amélioré, au bénéfice des personnes concernées, si un certain nombre de malentendus étaient levés. Une analyse en groupe a par exemple montré que le malentendu entre deux psychiatres ayant à connaître du dossier d’un homme à la fois alcoolique et abuseur sexuel, l’un étant son thérapeute privé, l’autre étant le médecin-chef de l’institution psychiatrique où l’homme était placé mais seulement au titre d’alcoolique, a eu pour conséquence une regrettable récidive dont fut victime sa jeune belle-sœur.

11Mais d’un autre côté, dans une certaine mesure et jusqu’à un certain point, les protagonistes semblaient souhaiter ne pas trop communiquer ni trop bien communiquer, comme si les défauts de communication voire les malentendus entre eux étaient à la fois intéressants pour les différentes personnes impliquées et fonctionnels pour l’ensemble du dispositif de gestion « en réseau » de ces problèmes sociaux. Ce phénomène est apparu en toute clarté dans une recherche portant sur les relations entre les agents de la justice pénale et ceux d’autres champs impliqués ensemble dans le traitement d’une série de problèmes sociaux, comme le surendettement, l’absentéisme scolaire ou l’aide sociale en prison (de Coninck, Cartuyvels et al., 2005). Pour chacun des problèmes étudiés, une analyse en groupe réunissant une douzaine de professionnels concernés (magistrats, avocats, huissiers de justice, policiers, enseignants, médecins psychiatres, travailleurs sociaux, représentants des créanciers, psychologues, responsables d’associations…) et trois chercheurs a été organisée durant l’équivalent de deux journées de travail, selon le dispositif de la méthode d’analyse en groupe (Van Campenhoudt et al., 2005). Les différents groupes n’avaient aucun contact entre eux et leurs membres ignoraient tout de la composition des autres groupes. Pourtant, dans tous les groupes, les analyses de ces professionnels relatives aux communications entre eux étaient très comparables sur un point important et se déroulaient selon une séquence quasi identique, que les chercheurs ont appelée la « ritournelle de la communication ». Elle se décompose en trois temps. Dans un premier temps, plusieurs participants insistaient sur la nécessité de bien communiquer entre eux et protestaient de leurs bonnes intentions à cet égard. Dans un second temps, ces mêmes participants faisaient le constat qu’en dépit de ces bonnes intentions, dans leur travail soi-disant « en réseau », la communication entre eux était en réalité plutôt minimaliste et le plus souvent fort médiocre voire carrément mauvaise. Ils parlaient de « juxtaposition de cloisonnement des interventions », de « cacophonie », évoquaient des problèmes de temporalités et de langages différents et insistaient sur les fréquents malentendus entre les intervenants. Dans le troisième temps de la ritournelle, les participants aux groupes d’analyse convenaient quasi unanimement qu’au fond, la piètre qualité de la communication était loin de ne présenter que des inconvénients. Une communication imparfaite entre les professionnels qui interviennent sur un même dossier est souvent indispensable notamment pour instaurer une relation de confiance de chacun d’entre eux avec le justiciable ou la personne assistée, elle permet d’instaurer du jeu dans l’ensemble du système de gestion du problème, elle permet à la personne concernée de conserver un minimum d’autonomie, ce qui serait impossible si la communication était parfaite et la transparence totale. Loin d’être fortuits, les défauts de communication et de concertation et, souvent, les malentendus sont apparus fonctionnels.

12Un exemple traité dans une analyse en groupe à partir du récit d’un juge des saisines illustre bien ces processus. Dans un dossier de surendettement, il s’agissait de décider d’une médiation de dettes entre un homme surendetté et ses créanciers. Le magistrat a rapidement soupçonné l’homme en question de travailler secrètement au noir et de déclarer des revenus nettement inférieurs à ce qu’il percevait réellement. Par souci pragmatique (pour permettre à cet homme de conserver la voiture dont il avait besoin pour travailler et conduire ses enfants à l’école en zone rurale), le juge s’est bien gardé de le faire savoir aux autres acteurs présents dans le prétoire (avocats des parties, médiateur de dette, représentants des créanciers…), comme sa fonction aurait dû l’y conduire. Ce même magistrat semblait croire que les autres professionnels étaient dupes alors que certains d’entre eux au moins ne l’étaient sans doute pas mais se gardaient bien de le faire savoir dans leur propre intérêt ou celui de leurs clients, de sorte qu’au bout du compte plus personne ne savait plus ce que les autres savaient. Chacun semblait avoir tendance à prendre les autres intervenants pour moins futés qu’ils ne l’étaient en réalité. Au fond, tout le monde y gagnait, sauf le fisc qui n’y perdait toutefois pas grand-chose et sans doute seulement à court terme.

2. Le malentendu : inhérent aux relations humaines et sociales

13On pourrait multiplier les exemples de cette ambivalence et de cette ambiguïté du malentendu dans divers domaines, où il n’a pas forcément de conséquences dommageables. Les domaines de l’éducation des enfants, de l’enseignement, des relations intimes, de la vie conjugale, des relations professionnelles, des sports d’équipe, de la vie religieuse, de la politique et bien d’autres constituent autant de véritables mines. Comme nous le verrons plus loin, les relations qui s’instaurent dans le cadre de recherches en sciences sociales ne font pas exception.

14C’est pourquoi, quittant provisoirement nos champs de recherche de prédilection, il est nécessaire de mener une réflexion de sociologie générale sur le malentendu. Nous pensons que si, dans de nombreuses situations, il y a intérêt à le lever, le malentendu n’en est pas moins inhérent aux relations humaines et sociales. Pire encore si l’on peut dire : plus on s’obstine à vouloir comprendre l’autre en profondeur, plus on court le risque de le comprendre de travers. Le problème est qu’il nous est impossible de nous accorder les uns aux autres sans interpréter constamment les comportements de ceux à qui nous avons affaire, de sorte que nous nous exposons fatalement chaque fois, dans un certaine mesure, à les comprendre de travers, bref au malentendu. De plus, si nous poussons trop loin l’investigation, nous nous exposons à une détérioration des relations avec eux. Comme l’écrit Boltanski (2012 : 290-201) :

Dans la mesure où l’enquête suppose une interruption du cours ordinaire de l’action et, également, des quêtes et des questions qui peuvent être jugées intrusives et agressives, une vie quotidienne où la moindre interaction serait soumise à enquête, préalable ou a posteriori, entraînerait des coûts extravagants, mettant en péril la plupart des relations sociales et dévorant progressivement l’ensemble des forces nécessaires pour agir.

15Il en ressort que, contrairement aux enquêtes policières telles qu’elles apparaissent dans les romans policiers, dans les situations quotidiennes, les « enquêtes sont, généralement, peu poussées. Ceux qui les mettent en œuvre ne cherchent pas à accumuler des preuves irréfutables mais, seulement, à atteindre des présomptions probables, suffisantes pour orienter l’action ».

  • 1 Nous reprenons brièvement ici ce que nous avons déjà présenté dans Van Campenhoudt L., 2011.
  • 2 « Combien la vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après coup ! Il finissait par (...)

16La volonté de comprendre intégralement l’autre ne mène à rien et surtout à rien de bon1. Voici près d’un siècle déjà, dans son petit livre Secret et sociétés secrètes, Georg Simmel (1996 : 13-14) en donnait quelques raisons. Tout d’abord, l’être profond de chaque individu – pour autant que parler d’être profond ait un sens – est infiniment complexe et très difficilement compréhensible, y compris pour lui-même. Ensuite, chacun ne communique jamais fidèlement ce qui se passe réellement en lui mais recompose toujours sa réalité intérieure en fonction d’une intention liée aux circonstances particulières de l’interaction. Comme il le peut2. Enfin, l’interlocuteur à qui un être humain confie cette part « déformée » de lui-même, n’en entend qu’une partie seulement, qu’il peut utiliser pour lui-même. Tout cela, fait remarquer Simmel, est bien loin d’être rationnel.

17De son côté, le philosophe du droit américain Thomas Nagel (1998) explique que les éléments qui composent la diversité des humains sont potentiellement conflictuels, de sorte que chacun est obligé de dissimuler l’essentiel de ses pensées et de ses affects dès qu’il est confronté aux contraintes de la vie sociale et publique. La pudeur, la discrétion et la dissimulation sont indispensables à la vie sociale et chacun ne peut vivre en société et contribuer à des objectifs collectifs qu’en gardant pour soi la plus grande partie de ses jugements sur les autres, de ses désirs, de ses fantasmes et de ses angoisses. Nagel ajoute que l’on aurait tort de considérer cette dissimulation comme du mensonge ou de la tromperie. Simplement, contrairement aux animaux, la plupart des humains, dans la plupart des circonstances, sont capables de faire la différence entre le public et le privé, les pulsions individuelles et les contraintes de la vie collective, le désir de l’acte et le passage à l’acte, leur moi intime et leur moi social.

  • 3 Idée reprise dans le présent ouvrage (Ferrand, 2014).

18Ferrand (2011 : 141-142) explique pourquoi un même individu peut, avec sincérité, formuler des opinions différentes voire contradictoires, sur une même question selon les réseaux sociaux dans lesquels il est inscrit3. Partie prenante de plusieurs réseaux segmentés, liés à des activités sociales spécifiques (professionnelles, familiales, amicales…), l’individu discute avec des partenaires chaque fois différents selon le réseau et se forge avec eux une opinion partagée. Au sein du réseau, chacun va exprimer cette opinion qui n’est en fait pas la sienne propre mais celle du collectif. Dans tous ses réseaux, l’individu fera pareil, de sorte qu’une même personne peut exprimer successivement des opinions différentes en passant d’un réseau à l’autre. Ferrand propose d’appeler « signature relationnelle d’une opinion » l’indexation, non consciente le plus souvent, de son contenu au contexte relationnel de sa formation. On est loin de l’idée d’un être profond qui s’exprimerait et se révélerait de manière univoque, de sorte que les autres seraient en mesure de comprendre de mieux en mieux l’ensemble de cet être dans son intégralité.

19L’explosion des « réseaux sociaux » sur internet, comme Facebook et Twitter, pourrait laisser croire que les nouvelles technologies modifient la donne. Pour ce qui nous occupe ici, il n’en est rien. En se présentant à ses « amis », chacun décide de ce qu’il montre et de ce qu’il dissimule, et il dissimule toujours bien plus qu’il ne montre (Aguiton et al., 2009), d’autant plus facilement qu’il n’entre pas dans un face à face direct avec ses interlocuteurs.

3. Le refoulement collectif du malentendu

20Si le malentendu est inhérent aux relations humaines et sociales, comment se fait-il qu’une telle évidence soit aussi peu perçue, voire pas perçue du tout ? Une des raisons en est certainement la culture de la transparence, de l’authenticité et de la communication dans laquelle nous baignons aujourd’hui. Cette culture est aussi une injonction implicite ou explicite : il faut bien communiquer et retrouver notre être authentique derrière le règne du paraître. De nombreux discours et documents où les institutions internationales et les pouvoirs publics définissent leurs projets vont dans le même sens (Perrot, 2002). On y retrouve un lexique consensualiste, laissant entendre que les hommes sont naturellement faits pour se comprendre et œuvrer main dans la main, dans la transparence, pour le bien de tous. « Coordination », « concertation », « participation », « (bonne) gouvernance », « société civile (organisée) », « partenariat », « régulation », « réseau » et bien sûr « communication » et « transparence » sont quelques-uns des mots clés de ce lexique. En lui-même, pris individuellement, chacun de ces mots peut se justifier dans certains contextes et pour aborder certains problèmes. Par exemple, il est clair qu’en matière de comptes publics, la transparence est de rigueur et doit faire partie d’une bonne gouvernance. C’est le phénomène d’ensemble, avec les effets amplificateurs de ces « mots doux des institutions » (Van Campenhoudt, 2011) qui pose problème car il empêche de considérer à sa juste importance ce qui ne cadre pas avec cette culture et cette utopie consensualiste. Tout ce qui évoque la dissonance, la dysharmonie, le conflit, l’incompréhension et, bien entendu, le malentendu se voit dès lors affecté d’une connotation négative. Plus encore, il est quasiment impossible d’imaginer que ce que recouvrent ces termes à contre-courant puisse posséder des vertus.

21Face à quelque problème ou quelque malaise que ce soit, dans quelque domaine que ce soit, dans un couple, entre un enseignant et ses élèves, entre des médecins et leurs patients, entre les citoyens et le monde politique, le leitmotiv est presque toujours le même : « il y a un manque de communication », « il faut apprendre à mieux communiquer », « expliquer », « faire de la pédagogie », comme si les contenus de communication et les manières de communiquer pouvaient se comprendre indépendamment des structures institutionnelles, des rapports sociaux, des intérêts et affects personnels.

22Dans les sciences humaines et sociales elles-mêmes, règne la conviction qu’une bonne partie des problèmes du monde (aussi bien les relations entre « civilisations » qu’au sein de la famille) vient du fait qu’on ne parvient pas à se parler et à se comprendre. L’idéal habermassien de l’agir communicationnel y participe avec une grande autorité et aussi, il faut le reconnaître, beaucoup de nuances. Cela comporte certainement une part de vérité, mais une part seulement. Car une société ne peut gérer ses nombreuses tensions que dans la mesure où ceux qui la composent sont capables de trouver un consensus sur les contenus et les formes de communications à éviter, même si ce consensus s’inscrit dans des rapports de domination entre ceux qui peuvent infléchir les règles du jeu et ceux qui ne peuvent quasiment que les subir. A rebours des idées à la mode, la paix sociale comme celle des ménages repose autant sur la capacité de s’abstenir de communiquer que sur celle de communiquer.

4. De l’art de vivre ensemble dans le malentendu

23On objectera que de nombreuses contributions majeures à la sociologie, notamment interactionnistes, phénoménologiques et ethno-méthodologiques, démontrent la grande capacité des humains de se comprendre et, grâce à cela, de vivre ensemble et de collaborer malgré tout ce qui les séparent.

24L’analyse subtile par Goffman (1998) des processus d’interaction dans la vie quotidienne est très riche à cet égard. Pour ne prendre qu’un seul exemple classique, Goffman a montré que, dans leurs interactions, les individus veillent non seulement à sauver la face mais encore à être garants de la face de l’autre, ce qui dénote incontestablement une aptitude certaine à saisir ce qui touche l’autre, positivement ou négativement.

25Autre référence classique, Schütz (1987) a bien montré que des individus qui collaborent dans le cadre de n’importe quelle activité collective (par exemple un colloque de sociologie) sont certes présents pour des raisons en grande partie différentes, propres à chacun, mais n’en sont pas moins capables de faire comme s’ils étaient réunis pour une seule et même raison. De plus, ils sont capables de se mettre un minimum les uns à la place des autres. C’est ce que Schütz appelle la réciprocité des perspective.

26La théorie des scénarios sociaux (social scripts) montre que les comportements des individus en interaction obéissent à des scénarios préexistants où chaque partenaire a son rôle à jouer. Plus ces interactions sont délicates (comme une négociation difficile, une première relation sexuelle, un examen oral…) plus les partenaires se raccrochent à des scénarios précis et contraignants qui leur permettent de réduire leur incertitude. Étudiant les relations sexuelles, Gagnon et Simon (1986) distinguent trois types de scénario : les scénarios culturels qui portent par exemple sur les images sociales de l’homme et de la femme ou sur la légitimité supérieure de l’hétérosexualité ; les scénarios interactionnels qui portent sur la manière dont, dans une situation donnée, par exemple de séduction, les partenaires ajustent leurs comportements respectifs les uns aux autres dans des séquences bien précises ; et les scénarios psychiques qui concernent notamment les fantasmes et ou les désirs d’amour ou de reconnaissance. Le souci de prendre en compte le risque de contamination par le VIH au cours des relations sexuelles perturbe les scénarios établis et place les partenaires en situation d’incertitude. La prévention consiste alors à suggérer de nouveaux scénarios acceptables par les partenaires et qui intègrent la prise en compte du risque.

27On interprète le plus souvent de tels processus d’interaction théorisés par des sociologues ou des psychosociologues comme la preuve de la capacité des humains de bien se comprendre. J’en proposerais une lecture inversée : ce que ces auteurs démontrent en fait, ce n’est pas la capacité des humains de se comprendre mais au contraire leur capacité de s’ajuster les uns aux autres et de s’entendre malgré le fait qu’ils ne se comprennent que très imparfaitement et, souvent même, de travers. Pour prendre l’exemple des scénarios sexuels, une bonne intériorisation par les partenaires des scénarios culturels, relationnels et psychiques convenus garantit presque à coup sûr une relation satisfaisante sans qu’ils aient pour autant besoin de se creuser pour savoir ce qui se passe exactement dans la tête et dans le cœur de l’autre. Il suffit, en fait, qu’ils soient de bons acteurs qui respectent bien les scénarios et jouent correctement leurs rôles respectifs.

28Le sort de leur relation dépendra donc moins de la qualité et de la profondeur de leur compréhension réciproque que du fait qu’ils se trouvent dans de mêmes scénarios intimes. Dans ce cadre, qu’il y ait ou non des malentendus entre eux importe peu. Si, par contre, ils ne se retrouvaient plus dans les mêmes scénarios, par exemple si l’un d’entre eux est dans un scénario très romantique et l’autre dans un scénario plus hédoniste, il est probable que le malentendu finisse par devenir patent et que leur relation fasse long feu.

  • 4 Comme dans la pièce Le Malentendu de Camus.
  • 5 Cette conception nous semble rejoindre celle de La Cecla (2002).

29Les enseignements de recherches empiriques évoqués plus haut autorisent même une lecture plus radicale du malentendu. Il n’est pas seulement inévitable ; dans une certaine mesure, il est nécessaire aux relations humaines et sociales. Si, dans certaines situations, il se révèle destructeur4, dans d’autres il peut être source de sociabilité5 et condition d’une relation harmonieuse parce qu’il instaure un jeu de connivence subtile entre des interlocuteurs qui, loin d’être transparents les uns aux autres, gardent une part de mystère et donc d’attrait l’un pour l’autre.

II. L’intérêt méthodologique du malentendu

30L’ambition n’est pas ici de faire du malentendu la clé de la démarche sociologique mais seulement un révélateur de questions et perspectives méthodologiques. Il s’agit ici d’une posture heuristique.

1. Entrer par la petite porte

  • 6 Voir à ce sujet : Boudon R., 1977.

31Prendre au sérieux la question du malentendu est une manière intéressante, parmi d’autres bien sûr, d’entrer, par la petite porte en quelque sorte, au cœur du projet de la sociologie. Elle est une invitation à considérer que les processus sociaux sont plus subtils et complexes qu’en apparence, contingents, jeux de tensions multiples, souvent ambivalents et parfois même ambigus. Il en résulte que les choses se passent souvent très différemment de ce qu’on pouvait attendre. Par exemple, l’impact d’un enseignement sur les élèves sera souvent très différent de ce que le professeur escomptait, en raison d’un ensemble complexe de facteurs de divers ordres. Ce qu’on aurait tendance à juger comme un mal peut produire du bien, et inversement6, avec des effets pouvant aller à l’encontre de certaines idées reçues ou de certains a priori normatifs. L’impact d’une réforme ou d’une loi sera souvent fort éloigné des intentions de départ. Ce n’est pas un scoop. Dans Le savant et le politique, Weber (1957 : 165) écrivait déjà :

Il est une chose incontestable, et c’est même un fait fondamental de l’histoire […] : le résultat final de l’activité politique répond rarement à l’intention primitive de l’acteur. On peut même affirmer qu’en règle générale il n’y répond jamais et que très souvent le rapport entre le résultat final et l’intention originelle est tout simplement paradoxal.

32Divers travaux illustrent bien cette proposition, notamment ceux portant sur les effets des politiques sécuritaires (Van Campenhoudt, Cartuyvels et al., 2000). Ces effets peuvent être inattendus et accroître paradoxalement le sentiment d’insécurité, notamment parce ces politiques instaurent une approche, à la fois idéologique (les discours) et pratique (les dispositifs), d’une diversité de problèmes sociaux (la précarité et les inquiétudes qu’elle suscite, les conditions de vie dans les quartiers défavorisés, la coexistence de communautés ethniques en milieu urbain…) sous l’angle général de l’insécurité qui devient le prisme à travers lequel les difficultés de la vie collective sont abordés (Van Campenhoudt, 1999b ; Schaut, 2000).

33Pourquoi cette absence de correspondance entre les intentions et le résultat. Précisément parce que, entre les deux, il y a le « social », c’est-à-dire un ensemble dynamique de relations qui se travaillent continûment et produit la vie concrète en société. Olivier Schmitz (2014) en donne une belle illustration dans ce livre en montrant que « dans le champ de la santé comme ailleurs, les innovations, les programmes, les services de santé pouvaient prendre une tournure imprévisible en raison du changement de comportement de n’importe lequel de ses agents ». « La même recette ne va pas forcément produire le même plat » ajoute-t-il, citant Pisek. C’est pourquoi il propose d’étudier les systèmes de santé comme des « systèmes complexes adaptatifs », « traversés de tensions et de paradoxes entre leurs parties » du fait tant de leur imbrication dans d’autres systèmes que de la diversité des contextes dans lesquels ils fonctionnent.

34Plusieurs autres communications de cet ouvrage illustrent également fort bien cette complexité du social qui conduit à des effets souvent imprévus, notamment celle de Patriarche et Dufrasne (2014) qui, à propos des « pratiques d’usage, de réception et de participation médiatiques », montrent que les logiques de réseau court-circuitent et sont en tension avec les logiques de communauté, d’audience, de public ; et celle de Nizet et Van Dam (2014) qui étudient les liens très complexes entre les diverses dépendances et stratégies combinées les unes aux autres chez les agriculteurs bio. Les malentendus sont nombreux et souvent importants, de sorte qu’il faut se donner la peine de les examiner de plus près.

35Pour les lever ? Dans une certaine mesure sans doute mais, plus finement, pour mieux saisir leur place et leur fonction dans les processus relationnels et sociaux qu’il s’agit d’essayer de comprendre. De là découle l’importance d’une analyse empirique qui donne la priorité à l’observation de la vie sociale concrète et utilise la théorie à bon escient, c’est-à-dire avant tout comme mode de questionnement de la réalité.

36La suite du texte de Mauss à propos de l’étude des faits sociaux est instructive à cet égard :

[L’étude des faits sociaux] a surtout, un avantage de réalité. On arrive à voir les choses sociales elles-mêmes, dans le concret, comme elles sont. Dans les sociétés, on saisit plus que des idées ou des règles, on saisit des hommes, des groupes et des comportements. On les voit se mouvoir comme en mécanique on voit des masses et des systèmes […]. Nous apercevons des nombres d’hommes, des forces mobiles, et qui flottent dans leur milieu et dans leurs sentiments.

37L’entrée que nous appelons « par la petite porte » ne signifie pas entrer par le « micro ». Elle signifie d’abord entrer par ce qui ne s’impose pas a priori comme évident, explicite, comme certains modes de fonctionnement institutionnels ou certaines structures hiérarchiques formelles. Elle signifie ensuite, comme le suggère Mauss, de porter l’attention sur les processus ou les « forces mobiles » qui relient les choses entre elles « dans le concret, comme elles sont », plus que sur les idées abstraites et les structures stables qui les séparent. Elle signifie enfin, en suivant toujours cet extrait, de se garder tout à la fois d’un point de vue strictement subjectiviste ou strictement objectiviste, mais plutôt de les intégrer dans une explication où le milieu et les sentiments sont pris dans un même processus. A partir de Mauss, on pourrait conclure déjà que la sociologie prend lorsqu’elle parvient à saisir la société qui prend. Creusons en suivant le fil rouge du malentendu.

2. La chimère de l’adhésion

38Dans les activités sociales où des professionnels (enseignants, travailleurs sociaux, médecins, psychologues, magistrats…) sont appelés à encadrer d’autres personnes (élèves, assistés sociaux, patients, justiciables…), les « encadreurs » ont tendance à croire que leur travail ne peut avoir du sens et être couronné de succès que si les « encadrés » adhèrent à leurs objectifs, à leur vision du monde et à leur système de valeurs. Cela est sans doute particulièrement vrai dans l’enseignement. Or il est clair que, dans une large mesure, les encadrés ne constituent pas un groupe homogène sur le plan de la vision du monde et de l’interprétation des expériences. Parmi eux, ils ne sont sans doute qu’une minorité à partager le système de valeurs des encadreurs mais la plupart des encadrés sont capables de ruser pour le laisser croire à des encadreurs qui ne demandent qu’à le croire. Et tout le monde est content. On pourrait en fournir de nombreux exemples dans divers domaines comme la justice pénale, la médecine et l’enseignement (surtout au moment des examens oraux) notamment.

39La chimère de l’adhésion est également une tentation pour les responsables institutionnels qui commanditent des recherches et pour les chercheurs qui les exécutent. Les premiers attendent que les chercheurs adhèrent aux objectifs politiques et institutionnels qui sont les leurs. Ils entendent que les chercheurs ne remettent pas ces objectifs en cause et qu’ils produisent des données, le plus souvent des chiffres et des indicateurs de tendances (Lelubre, 2014) ainsi que des recommandations pratiques directement utiles à la poursuite de ces objectifs. D’ailleurs, les chercheurs ne sont-ils pas payés pour cela ? Or les commanditaires trouvent rarement dans les résultats de recherches exactement ce qu’ils en attendaient. Olivier Schmitz (2004) notamment insiste sur le malentendu fréquent entre les chercheurs d’une part et les pouvoirs publics commanditaires ainsi que les professionnels du terrain d’autre part, lorsque les premiers mettent en œuvre des méthodes qualitatives non conformes aux attentes habituelles de données chiffrées et d’indicateurs.

40De leur côté, les chercheurs attendent du commanditaire qu’il comprenne et accepte les exigences d’une démarche impartiale, construite selon les critères scientifiques et qui ne se départit pas d’un esprit critique. Ils ont le sentiment que le commanditaire ne comprend pas leur travail et n’y voit d’intérêt que si ses résultats peuvent directement servir ses intérêts immédiats. Pire, ils peuvent craindre que leur travail ne serve directement ou indirectement de mauvaises causes, comme le contrôle moral de la population ou d’une de ses parties. En mettant au jour combien l’enquête de la Société des Nations au début du xxe sur la prostitution a fait passer une prostitution économique pour de la traite des femmes en vue d’un contrôle des jeunes femmes dans un contexte où des mouvements d’émancipation se font jour, Chaumont (2014) montre bien qu’une responsabilité des sociologues est d’affronter les constructions sociales de la réalité.

41Les tensions entre commanditaires et chercheurs peuvent être latentes, avec de nombreux malentendus et non-dits. Lorsque les deux parties s’en tirent à leur avantage, chacune parvient généralement à tenir son rôle et à faire comme si une harmonie minimale était de mise, illustrant ainsi le processus de réciprocité des perspectives mis en évidence par Schütz et évoqué plus haut. Mais les tensions peuvent être vives, comme ce fut le cas fin des années 1990 entre certains responsables de la prévention du sida en Communauté française de Belgique et François Delor, brillant intellectuel, militant homosexuel et chercheur au Centre d’études sociologiques, qui craignait de voir les travaux sur les comportements face au risque contribuer au contrôle normatif des sexualités minoritaires sous couvert de prévention.

42Les univers de sens, les systèmes de valeurs, les intérêts, les objectifs et les contraintes des uns et des autres sont différents et il est vain de vouloir les concilier absolument. Il est normal que les différentes parties qui investissent des ressources (compétence, argent, temps, énergie…) dans une recherche veuillent en avoir pour leur argent et/ou leurs efforts et qu’elles tentent de tirer la couverture à elles. Les sociologues ne sont d’ailleurs pas en reste qui, dans nombre de recherches commanditées par un pouvoir extérieur, pratiquent souvent une sorte de « détournement de fonds honnête » en utilisant dans leur propre intérêt (publications scientifiques et notoriété dans leur domaine de recherche, emploi de chercheurs et développement de leur labo…) les ressources mises à leur disposition tout en faisant de sorte que les commanditaires qui les leur procurent en aient quand même pour leur argent ou pour leur programme (pour ce qui concerne les programmes de recherches nationaux et internationaux).

43Un premier enjeu et une première pomme de discorde est le choix et la définition mêmes des problèmes étudiés. Tous les problèmes ne se valent pas, rappellent Hambye et Siroux (2014), qui insistent pour que les chercheurs ne se laissent pas emporter loin des problèmes majeurs, comme ceux en rapport avec les inégalités sociales. Dans le même ordre d’idées, Eraly (2014) insiste sur la nécessité de ne pas laisser à d’autres les problèmes importants. Par exemple, à la question posée par Eve Chiapello : « Faut-il vraiment laisser la gestion aux mains des cabinets-conseils et des ingénieurs du social ? », Eraly répond par la négative et prône une « sociologie critique de la gestion » qui s’efforce de faire la part des choses sans assimiler automatiquement la gestion à la domination.

44Même si, comme c’est souhaitable, le chercheur use d’un langage clair, tente de comprendre les attentes plus ou moins légitimes des autres acteurs et explique le bien-fondé de son approche des problèmes et de ses méthodes, les relations avec les commanditaires sont souvent sources de malentendus et de frustrations de part et d’autre. Cette relation est l’objet d’une illustration détaillée de Michel Hubert (2014) dans le présent ouvrage.

45Dans la recherche-action, sous ses multiples formes, plus encore que dans une recherche plus conventionnelle, le chercheur s’engage et, inévitablement, « L’engagement se définit comme une tension, comme une espèce de malentendu irréductible et parfois douloureux » que le chercheur doit accepter (Dubet, 2011 : 89).

3. L’entretien d’enquête, un malentendu qui fonctionne

46Sur la quatrième page de couverture de son ouvrage sur l’entretien compréhensif, Kaufmann (1996) explique que cette méthode consiste à utiliser « la compréhension intime de la manière dont la personne pense et agit […] pour mettre en évidence des processus sociaux et développer l’explication sociologique ». Cette conception de l’entretien, la plus courante en fait, suppose que le chercheur s’efforce d’aller aussi loin que possible dans la compréhension intime de l’interlocuteur, de faire le maximum pour lever les malentendus en somme. Cette conception se heurte tôt ou tard à « la question de savoir jusqu’où il faut prolonger l’enquête » afin de ne pas la prolonger « au delà du raisonnable » (Boltanski, 2012 : 290), auquel cas elle serait contre-productive.

47Mais une conception différente de l’entretien est possible. Elle consiste à assumer pleinement les limites de la compréhension réciproque et l’impossibilité d’éviter les malentendus, voire à en tirer profit. Dans le cadre d’une recherche sur les comportements face au risque du VIH, je me souviens d’un long entretien avec un homme d’une quarantaine d’année qui tenait absolument à ce que je lui pose la question du nombre de partenaires féminines qu’il avait connues dans sa vie. « Vous serez surpris » m’assurait-il. L’étonnant est qu’il aurait très bien pu me le dire sans que je le lui demande mais il tenait absolument à ce que la question vienne de moi, ce que j’ai interprété comme le souhait que cela suscite réellement mon intérêt voire mon admiration. J’imaginais bien que le nombre devait être plutôt élevé, une sorte de record à ses propres yeux. Mais qu’il en ait comptabilisé 100, 300 ou 3000, ce n’était pas mon souci à ce moment-là. En revanche, je commençais à être fort curieux de voir jusqu’à quand il allait insister pour que je lui pose la question et, si elle ne venait pas assez vite à son gré, quand il allait craquer et lâcher lui-même le morceau. Il a en effet fini par craquer et, très franchement, j’ai oublié sa réponse qui ne me paraissait pas intéressante en soi. Par contre, ce qui l’était beaucoup plus pour une enquête sur la prévention du VIH, c’était que cet homme qui multipliait à ce point les partenaires avait une véritable répulsion pour le préservatif. Il y revenait sans cesse dès nous abordions la question de la protection face au risque de se faire contaminer ou de contaminer. Il avançait des raisons liées au plaisir qu’il ne pouvait trouver « valable » avec ce « morceau de caoutchouc ». Dès lors, il élaborait mille et une astuces pour avoir un maximum de rapports sexuels sans préservatif mais sans courir ni faire courir trop de risques, assurait-il. Je revenais sans cesse à la charge parce ce que quelque chose ne collait pas dans ses propos et que nous étions au cœur de la question du risque. Las, il me demanda de couper le magnétophone avant d’avouer que sa répulsion pour le préservatif tenait à une raison nettement mois glorieuse pour le séducteur qu’il était : le préservatif inhibait sa virilité. Il m’assura qu’il n’avait accepté de me confier sa vie intime que parce que je n’étais ni un médecin, ni un psy, ni un curé ni un travailleur social dont il aurait sollicité l’aide mais parce c’est moi qui était demandeur de l’entretien. La rencontre s’est terminée au restaurant. Il était très soulagé d’avoir, pour la première fois disait-il, été au bout de lui-même, entièrement sincère, et m’a demandé une copie de la cassette. Pour ma part, je le quittai avec le sentiment d’être tombé sur un cas très intéressant pour l’enquête et d’avoir été très loin dans l’exploration de sa vie et de la compréhension de ses comportements. J’étais plutôt content de moi. L’entretien avait indiscutablement pris.

48Ai-je compris pour autant son « moi intime » ? Avec le recul, je suis convaincu qu’il serait présomptueux de le prétendre et que, jusqu’au bout, notre entretien n’a pas été exempt de malentendus. Il comprenait certainement mes questions et interventions de la manière qui lui convenait et j’en ignorais pour une large part les ressorts. D’une certaine façon, l’un et l’autre nous discutions d’abord avec nous-mêmes mais d’une manière d’autant plus intéressante que l’autre déstabilisait constamment notre réflexion. Nous étions l’un et l’autre dans notre propre « trip », avec des intentions et des grilles de lecture différentes qui se modifiaient en partie en cours d’entretien grâce à l’interaction, avec ses surprises et ses malentendus. De ce que disait l’autre, chacun ne comprenait que ce qu’il était en mesure de comprendre et de la manière dont il était capable de le comprendre, lui sans doute pour sa mise au clair avec lui-même et pour se soulager d’un poids jusqu’alors impossible à avouer, moi pour recueillir les informations et éléments de compréhension des comportements face au risque en lien avec nos questions de recherche et nos hypothèses. Chaque fois qu’un malentendu semblait levé, un autre prenait sa place et, de cette façon, l’enquête progressait sans doute. Le malentendu était à la fois un frein et un adjuvant.

49Le malentendu n’épargne donc pas le cœur de l’activité de recherche sociologique qui est l’enquête elle-même. Avant même la première question, il peut porter d’emblée sur la qualité ou les objectifs de la personne même de l’enquêteur ou de l’enquêtrice. Juste avant un entretien sur les comportements face au risque du VIH qui devait se tenir dans mon bureau à la demande de l’homme interviewé, nous avons dû parcourir une double volée d’escaliers décorée de vitraux à motifs religieux, vestiges de l’histoire de l’institution universitaire, que les chercheurs travaillant sur place ne remarquaient même plus. L’homme si, qui m’avoua un peu plus tard avoir pensé tourner immédiatement les talons car il craignait avoir affaire à des chercheurs « cathos » surtout soucieux de moralité sexuelle. Pézéril (2014) raconte qu’elle a été prise pour une psy ou une assistante sociale par une personne interviewée dans le cadre d’un espace thérapeutique qui prêtait à confusion. A partir de son expérience d’anthropologue, elle montre bien l’apport heuristique des déconvenues, « comme ce qui va à l’encontre du déroulé "idéal" de l’enquête sur le terrain (malentendus, refus d’entretien, décalages, "échecs", etc.) » qu’il faut analyser « comme partie intégrante de l’enquête ». Et à condition, bien sûr, que ces déconvenues ne soient pas la conséquence de l’incompétence du chercheur.

50Comme l’expliquent Carbonelle, Jamar et Lebeer (2014) à propos de leur recherche sur les passions sportives, il s’agit de « prendre au sérieux les mondes » des acteurs sans réduire leurs pratiques aux effets de nos catégories théoriques (par exemple un ethos de classe). Mais pour en rendre compte, l’entretien procède moins, selon moi, d’une intercompréhension profonde que d’une sorte de combat (pacifique le plus souvent) entre un chercheur qui, aussi à l’écoute de l’autre soit-il, entend tout ce que ce dernier lui dit en fonction des ses propres questions et hypothèses, qu’il parvienne ou non à les expliciter, et un interlocuteur qui, aussi à l’écoute des questions du chercheur soit-il, tente d’imposer à l’entretien un déroulement qui lui convient, dans le meilleur des cas, comme celui que je viens d’évoquer, qui lui apporte beaucoup de satisfaction, dans le pire des cas qui lui permet d’en dire le moins possible et de s’en échapper le plus vite possible. Mais c’est ce choc, précisément, qui est fécond. Un entretien qui apporte beaucoup, c’est aussi un « malentendu qui fonctionne ».

51L’intérêt du malentendu doit être intégré à la question plus large de la surprise qui est au cœur du lien entre la théorisation et le travail empirique dans l’enquête sociologique, comme le défend un autre texte de cet ouvrage (Marquet et Van Campenhoudt, 2014).

4. Une méta-connivence

52On a déjà dit mais il faut répéter que certains malentendus peuvent conduire à des drames voire à des catastrophes. Une bonne partie des travaux sociologiques et anthropologiques, par exemple ceux consacrés au multiculturalisme et à la « société ethnique » (Bastenier, 2004), contribue très utilement à permettre une meilleure intercompréhension et à dissiper certains malentendus. Mais cette vision des choses est insuffisante pour saisir la subtilité des relations humaines. Comme on l’a vu dans l’exemple de la ritournelle de la communication, le malentendu peut avoir des effets fonctionnels pour l’ensemble du système social (en l’occurrence le système de gestion des problèmes sociaux), et des effets positifs pour les individus concernés (tant pour les encadreurs que pour les encadrés, pour les professionnels que pour les « bénéficiaires » de leur travail). En revanche, vouloir le lever à tout prix peut conduire à la violence et, paradoxalement, à une plus grande incompréhension réciproque.

53Plus encore, comme on vient de l’illustrer dans le point précédent, à l’instar du don, le malentendu peut participer d’un processus structurel en séquences tel que, à partir du moment où il est levé, il génère un effet positif pour les personnes impliquées : une bonne surprise, une découverte inattendue, une réconciliation, une compréhension plus fine d’un problème, une plus grande curiosité à l’égard d’autrui... Lorsque des partenaires ou les protagonistes d’un dispositif quelconque, d’une entreprise, d’un mouvement social… acceptent que leur compréhension réciproque soit imparfaite et sont assez intelligents pour ne pas s’obstiner à vouloir lever à tout prix les malentendus, ils instaurent des relations humaines et sociales dans lesquelles il reste du jeu et où chacun demeure partiellement pour l’autre une énigme. Une sorte de méta-connivence peut s’instaurer entre les interlocuteurs où chacun sait que les pensées et sentiments de l’autre lui échappent dans une certaine mesure mais qu’il peut vivre avec cette idée et travailler d’autant mieux avec l’autre que ni l’un ni l’autre n’en est dupe. On pourrait dire que, du point de vue adopté ici, un amour heureux, un cours réussi, un projet collectif qui aboutit à des résultats appréciés ou un bon colloque, ne sont pas des systèmes parfaits de communication et d’intercompréhension, mais bien davantage des « malentendus qui fonctionnent ».

54Notons, pour conclure ce point en lien avec une de thématique de ce colloque, que cette conception du malentendu est compatible tant avec la théorie des champs (comme l’illustre l’exemple de la ritournelle de la communication) qu’avec celle du réseau tel que conçu par Ferrand notamment (Van Campenhoudt, 2012). Articuler le processus du malentendu avec ces deux théories serait une manière de donner à la problématique du malentendu une assise plus structurelle sur le plan théorique.

5. (In) compétence des acteurs

55Jadis, les savants regardaient de haut les profanes, tout juste capables de faire preuve d’une « connaissance pratique ». Avec l’élévation générale du niveau d’instruction, les « acteurs » sont aujourd’hui jugés « compétents », « réflexifs », dignes de prendre part à la production d’une connaissance construite et scientifique des choses de la vie humaine et sociale. Ils exigent même que cette compétence leur soit reconnue. Giddens, Habermas, Beck, Honneth et consorts sont passés par là. Sur le plan théorique, leurs idées sont largement admises et répercutées. Mais on peine à en tirer les implications méthodologiques. Si les acteurs sont effectivement compétents et ont acquis des connaissances souvent approfondies sur les situations où ils sont impliqués, si leurs compétences et connaissances ne sont pas seulement pratiques, opposables à la compétence scientifique des chercheurs, mais aussi théoriques, s’ils ont la capacité d’analyser de manière réflexive leur propre fonctionnement et de manière rigoureuse les situations dans lesquelles ils sont impliqués, alors les méthodes d’enquête devraient en tenir compte et exploiter au mieux cette capacité. Les acteurs devraient être moins des objets d’étude, des répondants et des problèmes que des sujets d’étude, des acteurs de la recherche et des co-analyseurs de problèmes. Bref, il faudrait être conséquent.

56Or on est loin du compte. Le pas est difficile à franchir entre l’affirmation de cette compétence et son exercice effectif dans une investigation sociologique. Qu’une capacité existe est une chose, qu’elle puisse être exercée de manière adéquate en est une autre. Cet exercice présente trois difficultés. Primo, aussi étendues et approfondies soient-elles, les connaissances et compétences des acteurs sont rarement sociologiques. Ils peuvent maîtriser des savoirs savants, scientifiques et techniques, par exemple juridiques, psychologiques ou médicaux, ils peuvent avoir une expérience riche et diversifiée de la vie sociale, cela n’en fait pas pour autant des personnes capables de produire des savoirs sociologiques et encore moins de maîtriser le métier de sociologue. Les connaissances sociologiques sont des connaissances spécifiques dont la plupart des acteurs n’ont qu’une idée vague et lacunaire (de la même façon qu’un sociologue a une idée vague et lacunaire de la médecine, du droit ou des sciences de l’ingénieur, et même, le plus souvent, des autres sciences humaines).

57Le malentendu est ici fréquent entre d’une part, des acteurs qui croient que leurs connaissances du monde social est sociologique, sans réaliser que la sociologie est une discipline fondée sur un vaste corpus de connaissances théoriques, méthodologiques et empiriques, ou qui ont appris certaines choses en sociologie mais sans être capables de les situer dans l’ensemble du corpus et d’autre part, des sociologues qui doivent expliquer aux premiers que si leurs connaissances et expériences peuvent effectivement contribuer très utilement à la production d’une connaissance sociologique, elles ne sont pas, en elles-mêmes, des connaissances sociologiques. Il ne s’agit pas de prétendre que celles-ci sont intrinsèquement supérieures à celles-là mais qu’elles sont tout simplement d’un autre ordre, pas forcément en rupture mais bien en décalage, dans une sorte de « démarcation » (Stengers, 1995).

58Secundo, le malentendu est d’autant plus problématique que des personnes interviewées au cours d’un entretien compréhensif ou des participants à une analyse en groupe attendent que les chercheurs soient leurs porte-parole auprès des décideurs ou de l’opinion publique ou qu’ils mettent légitiment des mots savants sur les propos, les témoignages ou le « vécu » des acteurs pour en renforcer la légitimité. Comme le remarque Dubet (2011 : 40), « Quand la sociologie ne fait que dire ce que les acteurs eux-mêmes disent souvent mieux, il y a peu de chances qu’elle convainque de son utilité sociale et politique. »

59Tertio et enfin, lorsqu’ils répondent aux chercheurs ou prennent part à une analyse collective, certains acteurs peuvent être de mauvaise foi ou se tromper de bonne foi, ils peuvent cacher intentionnellement ou non ce qui les dérange et insister avec force sur ce qui les arrange, ils peuvent répéter un discours institutionnel convenu au lieu de penser par eux-mêmes.

60Pour toutes ces raisons, il ne s’agit donc pas de décréter sans précautions que les acteurs sont d’office compétents (ou à l’inverse incompétents), mais bien de mettre en œuvre les conditions et les dispositifs méthodologiques pour que leur compétence et leur intelligence puissent s’exercer effectivement et contribuer de manière significative à une connaissance sociologique rigoureuse sur les situations et problèmes qui les concernent.

61Plusieurs textes de cet ouvrage évoquent certaines pistes, comme la méthode des parcours commenté (Lenel, 2014) ou la méthode d’analyse en groupe qui mobilisent cette compétence des acteurs dans le cadre d’un dispositif méthodologique construit. Cette co-construction de savoirs n’implique pas une relation consensuelle entre les chercheurs et leurs interlocuteurs, personnes interviewées, répondants ou participants. La relation entre eux est certes coopérative mais elle comporte toujours une dimension conflictuelle qui doit être non seulement assumée mais exploitée positivement. Et surtout construite. C’est sans doute dans la méthode d’analyse en groupe que cette dimension conflictuelle est la plus explicitement affirmée et élaborée puisqu’après que les participants aient proposé, chacun à leur tour, leurs interprétations du récit d’une expérience concrète, il est procédé à une organisation systématique des convergences et surtout des divergences entre leurs interprétations. C’est seulement à partir d’une pleine reconnaissance des divergences interprétatives, liées notamment aux différences de positions, de grilles d’analyse et de visions du monde des uns et des autres, que des problématiques et des perspectives pratiques argumentées peuvent être élaborées.

62Notons enfin que s’il y a un enjeu majeur dans le développement de méthodes participatives rigoureuses, il serait ridicule d’en faire une impératif absolu. Il est clair que des méthodes basées par exemple sur l’analyse primaire ou secondaire de données statistiques ou sur des documents historiques restent indispensables. Les unes et les autres sont complémentaires.

Conclusion

1. Être structurant

63Sachant qu’il est vain de vouloir se comprendre parfaitement avec nos interlocuteurs (commanditaires, acteurs, répondants…) et être exactement sur la même longueur d’onde qu’eux, mais sachant aussi qu’il est fortement recommandé de chercher à produire avec eux ou en interaction avec eux des connaissances sociologiques, quelle ligne de conduite devrions-nous adopter ?

64Cette ligne de conduite nous semble pouvoir être résumée en deux mots : être structurant. Être structurant signifie qu’à notre contact, nos interlocuteurs peuvent se structurer eux-mêmes dans leur contribution au processus collectif de production de connaissances sociologiques. On ne peut être structurant pour les autres que si l’on est soi-même structuré, c’est-à-dire, pour faire très court, au clair avec son propre métier, sa nature, ses missions et son mode opératoire.

65Le métier est un ensemble de connaissances et de compétences théoriques, méthodologiques et surtout pratiques qui ne s’acquièrent réellement que par l’expérience. Mais il est bien plus : une culture professionnelle qui suppose l’intériorisation d’un ensemble de valeurs et de manières d’agir partagées au sein du collectif formé par celles et ceux qui partagent ce même métier.

66Sans crispation aucune ni orgueil déplacé, nous ne devons rien lâcher sur les exigences de notre métier, notamment l’exigence d’impartialité souligne Chaumont (2012), condition de la crédibilité d’un travail qui ne se laisse pas aveugler par les sympathies, ressentiments et valeurs personnelles du chercheur. Alors seulement, sommes-nous en mesure de le faire respecter par nos interlocuteurs, et de leur rendre compte avec sérénité des démarches et opérations auxquelles nous procédons et pourquoi.

67Comme nous l’avons vu, un premier aspect crucial de nos démarches consiste en effet à définir l’objet même de la recherche d’une manière qui tienne la route d’un point de vue sociologique, c’est-à-dire qui ne porte pas sur des questions futiles ou mal posées, par exemple dans des catégories de pensée qui ne font que transposer dans un langage pseudo-scientifique des idées préconçues. Un second aspect crucial consiste à être clair et rigoureux sur la méthode. La rigueur dans la mise en œuvre du dispositif méthodologique est la principale condition de la crédibilité, surtout dans les méthodes qualitatives et participatives, comme les entretiens compréhensifs et la méthode d’analyse en groupe. En cas de conflit avec certains partenaires, toute la crédibilité s’effondre à partir du moment où ceux-ci ont le sentiment que les chercheurs se permettent de manière désinvolte des libertés avec le dispositif prévu. C’est d’ailleurs systématiquement sur ce point qu’attaquent ceux auxquels les résultats ne conviennent pas. Les charges les plus dures visent en effet à mettre en cause la validité scientifique en s’attaquant à la méthode (« échantillon non représentatif », « méthode non rigoureuse »…) même si, à vrai dire, les critiqueurs n’y connaissent souvent pas grand-chose et confondent par exemple représentativité et scientificité.

68Armés de notre métier, nous pouvons alors rassurer nos partenaires mais aussi, si nécessaire, nous « disputer » la tête haute avec eux et prendre en considération, sans nous sentir déstabilisés, leurs attentes, leurs questions et leurs objections qui ne sont pas forcément dénuées de fondements. Le cas échéant, nous pouvons même modifier quelque peu le cap de la recherche, si l’on nous en donne de bonnes raisons.

69La maîtrise structurante du métier est un enjeu scientifique mais aussi de pouvoir. Certes le commanditaire dispose des ressources financières mais, dans une recherche, le pouvoir scientifique est et doit être celui du ou des promoteurs, sous le contrôle du comité d’accompagnement. Les promoteurs doivent l’exercer sans faiblesse, avec compétence et bonne foi, sans jamais l’abandonner à d’autres ou laisser les chercheurs exposés et sans gouvernail. Face aux tentatives de déstabilisation de commanditaires ou d’interlocuteurs puissants que dérangent les résultats et parfois même le simple fait que l’enquête existe, un promoteur doit montrer que lui et ses chercheurs sont « droits dans leurs bottes », travaillent en professionnels qui savent ce qu’ils font, pourquoi ils le font et le font correctement. La plupart des responsables politiques et institutionnels sont d’ailleurs corrects et n’attendent pas des chercheurs des résultats complaisants.

70La dimension collective du métier est essentielle. Certes, chaque chercheur est, pour une large part, un artisan solitaire qui passe le plus clair de son temps à travailler seul, sur son terrain ou sur ses données. Il lit et relit patiemment les retranscriptions de dizaines d’entretiens, réécoute des hectomètres de cassettes, repasse en revue les dizaines de pages de son carnet d’observation et note les éléments révélateurs, analyse des heures durant les tableaux fournis par les logiciels d’analyse des données quantitatives ou qualitatives, reformule ses hypothèses, rédige des passages de son rapport de recherche, retourne à une source bibliographique utile… Mais le chercheur est aussi un travailleur collectif qui dépouille avec d’autres des réponses à des questions ouvertes, expose à ses collègues les résultats provisoires de ses analyses et les discute avec eux, leur confie ses difficultés, relit ce que d’autres ont écrit et se fait relire, soumet son travail à leur critique et leur rend la pareille, participe à des séminaires de recherche, sollicite l’aide d’un collègue qui maîtrise mieux une technique…

71Travailler en équipe, cultiver la dimension collective du métier est une nécessité à un double titre. D’abord, il s’agit d’une condition de la qualité du travail. Qui peut encore se targuer de maîtriser suffisamment tous les aspects du métier (théoriques, méthodologiques, techniques et empiriques) pour se permettre de se passer de l’aide d’autrui dans un travail d’enquête ? Seul l’exercice de l’essai, qui ne réclame que ( !) des moyens purement intellectuels, autorise la solitude. Seule la thèse de doctorat y condamne, davantage par conservatisme de l’institution que par nature. Mais surtout, et c’est moins bien perçu, le travail collectif est le meilleur garant de l’autonomie nécessaire des chercheurs par rapport aux commanditaires et autres acteurs auxquels ils doivent rendre des comptes. Construite progressivement en équipe un point de vue argumenté, théoriquement éclairant et empiriquement fort sur les choses conforte chacun de ses membres dans la conviction justifiée que les résultats et enseignements obtenus tiennent la route, sont réellement intéressants et peuvent être défendus sereinement.

2. L’instant fugitif où la sociologie prend

72Plus le métier est maîtrisé, dans l’ensemble des ses exigences, avec rigueur mais sans rigidité, plus le chercheur est à même de saisir la complexité des situations sociales et d’entendre les acteurs l’esprit ouvert, d’intégrer l’imprévu à son analyse et de remettre son travail sur le « métier » sans s’en retrouver lui-même déstabilisé.

73C’est alors, dans ce paradoxe où la maîtrise du métier et la capacité d’accueil du social dans son effervescence même se renforcent plutôt qu’ils ne s’excluent que la sociologie prend. Kaminski (2014) le montre bien à partir du tableau de Mark Tansey Discarding the frame. L’ombre des artistes les prévient : « Vous ne vous débarrasserez pas du cadre, car votre liberté n’est rien sans la forme qui lui permet d’apparaître ». C’est en effet en se confrontant à des contraintes formelles que l’artiste est amené à devoir se dépasser et à produire ce qu’il n’aurait pas pu produire s’il avait été abandonné à la liberté absolue dans un espace sans repères (Van Campenhoudt, 1989). Au cours d’analyses en groupe, au moment de l’évaluation, il est fréquent que des participants, d’abord surpris par la discipline imposée par le dispositif, déclarent que loin de les entraver, elle les libèrent au contraire.

74Idée analogue à celle développée par Carbonnelle, Jamar et Lebeer (2014) dans leur enquête sur les passions sportives. La « spontanéïté » et le « surgissement » des passions ont deux conditions. La première, qu’ils rappellent apparemment antinomique, est « la précision des règles du jeu ». Ils s’appuient ici sur Caillois (1958), qui montre bien « la tension, propre aux jeux, entre la chaleur de l’exaltation (la "païda") et le froideur de la règle (le "ludus") ». La seconde condition est d’avoir affaire à un adversaire juste un peu plus fort que soi, qu’il s’agit de vaincre en déjouant son jeu.

75Dans la recherche au contraire, comme l’expliquent ces trois auteurs, tant dans l’entretien individuel que dans l’analyse en groupe, il ne s’agit pas de vaincre un adversaire mais plutôt de faire partager aux interlocuteurs « un sens de l’importance de ce qu’ils font », sans complaisance aucune et en se gardant bien de toute exaltation collective. Si les interlocuteurs partagent une même expérience, ils n’ignorent pas qu’ils sont là pour des raisons différentes et que leur collaboration momentanée n’est pas sans malentendus. Mais il s’agit, comme on l’a vu, de « malentendus qui fonctionnent ». Au sein d’un travail collectif où chacun fait son boulot et soumet ses questions, ses hypothèses et ses résultats à une discussion où tous sont sur pied d’égalité dans l’échange entre pairs, quel que soit leur statut, la sociologie ne peut que prendre. Tantôt c’est une nouvelle piste qui se dégage, tantôt une corrélation imprévue qui apparaît, tantôt c’est une réorganisation théorique plus éclairante du matériau qui s’ébauche, tantôt c’est la problématique même qui est redéfinie de manière plus intéressante… La recherche apparaît alors pour ce qu’elle est : une expérience largement indéterminée au départ, une aventure menée de manière non aventureuse, un processus de maturation de la pensée et de fermentation du matériau, qui se transforme progressivement – par exemple lorsqu’un traitement des réponses à un questionnaire permet de produire des corrélations ou lorsque des interprétations proposées par les participants à une analyse en groupe deviennent un système de convergences et de divergences – au fil desquels on a soudain la conviction qu’on est dans le bon, que ce qu’on avance est plein de justesse, que sort enfin de tout ce travail un jus qui a du goût et de nouvelles questions encore plus intéressantes. Bref que cela prend.

76Dans l’analyse en groupe, le travail collectif prend lorsque les participants et les chercheurs ont ce sentiment de justesse, que cela sonne juste, mais non sans avoir confronté systématiquement les interprétations des uns et des autres, à la faveur d’un dispositif méthodologique rigoureux et impartial. Elle prend aussi et peut-être surtout car elle est vécue comme une expérience originale où la dimension conflictuelle de la réalité sociale est prise en compte, à partir de laquelle les malentendus sont partiellement dissipés mais où cette dissipation et les tensions interprétatives qui demeurent sont sources de nouvelles problématiques.

77Intégrer, mais de manière construite, la compétence des acteurs, définir les problèmes en tenant compte des enjeux les plus cruciaux qui ne sont pas forcément les questions dans l’air du temps, respecter soi-même son métier qui est un métier de l’enquête, le faire respecter et ne rien lâcher sur ses exigences, notamment l’impartialité, voilà quelques-unes des conditions d’un travail sociologique convenable. Elles définissent de facto un certain rapport aux acteurs, commanditaires autant que « personnes concernées », rapport que l’on a résumé par la formule : être structurant.

78Comment nous penser comme sociologues dans la Cité ? De ce qui précède se dégage une partie de la réponse, sans doute trop sommaire par rapport à l’ensemble des réflexions proposés dans cet ouvrage : faisons de la bonne sociologie, dans tout ce que cela implique, et le reste viendra par surcroît.

Bibliographie

Bibliographie

Aguiton C., Cardon D., Castelain A., Fremaux P., Girard H., Granjon F., Nepote C., Smoreda Z., Trupia D., Ziemlicki C., 2009, « Does showing off help to make friends ? Experimenting a sociological game on self-exhibition and social networks », International Conference on Weblog and Social Media’09, San José, California, 17-20 mai 2009 [http://sociogeek.admin-mag.com/resultat/Show-off-an-social-networks-ICWSM09.pdf].

Bastenier A., 2004, Qu’est-ce qu’une société ethnique ? Ethnicité et racisme dans les sociétés européennes d’immigration, Paris, Presses universitaires de France.

Boltanski L., 2012, Énigmes et complots. Un enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard.

Boudon R., 1977, Effets pervers et ordre social, Paris, PUF.

Brandon I. et Cartuyvels Y. (dir.), Judiciaire et thérapeutique : quelles articulations ?, Bruxelles, La Charte.

Carbonnelle S., Jamar D., Lebeer G., 2014, « D’une enquête sur les passions sportives, ou comment la surprise vient à l’entretien de recherche », dans ce volume, p. 155.

Chaumont J.-M., 2014, « Les surprenantes affinités électives de l'activation », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 121.

de Coninck F., Cartuyvels Y., Franssen A., Kaminski D., Mary Ph., Rea A., Van Campenhoudt L., avec la coll. de Toro F., Hubert G., Hubert H.-O., Schaut C., 2005, Aux Frontières de la justice, aux marges de la société. Une analyse en groupe d’acteurs et de chercheurs, Gent, Politique scientifique fédérale, Academia Press.

Degraef V., Mertens A., Rodriguez J., Franssen A., Van Campenhoudt L., 2012, Évaluation qualitative, participative et prospective de la formation initiale des enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles, Centre d’études sociologiques, Étude commanditée par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dubet F., 2011, A quoi sert vraiment un sociologue ? Paris, Armand Colin.

Eraly A., 2014, « Entre idéologie et gestion : la sociologie comme intervention », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 335.

Ferrand A., 2011, Appartenances multiples. Opinion plurielle, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Ferrand A., 2014, « De la secondarité sexuelle à l’opinion plurielle : la segmentation des réseaux », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 233.

Ferrarese E., 2007, Niklas Luhmann, une introduction, Paris, La Découverte, Agora.

Gagnon J.H. et Simon W., 1986, « Sexual scripts : Permanence and change », Archives of Sexual Behaviour, 15 (2), 97-129.

Goffman E., 1998 (1967), Les rites d’interaction, Paris, Minuit, « Le sens commun ».

Hambye Ph., Siroux J.-L., 2014, « Faut-il relancer l’invitation ? », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 347.

Hubert M., 2014, « Du diagnostic aux propositions, de la recherche à l'action : quelques réflexions sur l’autonomie du champ scientifique à partir de l’expérience de la "Cityvision" à Bruxelles ».

Kaminski D., 2014, « Les (a)versions du sujet : pour une éthique de la surprise », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 165.

Kaufmann J. C., 1996, L’entretien compréhensif, Paris, Natham, coll. « 128 ».

La Cecla F., 2002, Le malentendu, Paris, Balland.

Lenel E., 2014, « L’ordinaire et l’entre-deux. La méthode des parcours commentés comme outil d’ethnologie phénoménologique », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 87.

Marquet J., Van Campenhoudt L., 2014, « La surprise dans l’articulation entre théorie et empirie », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 29.

Mauss M., 1997 (1923-1924), « Essai sur le don : Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, coll. « Quadrige », p. 149-279.

Nagel T., 1998, « Concealment and exposure », Philosophy and Public Affairs, vol. 27, no 1, p. 3-30.

Nizet J., Van Dam D., 2014, « De surprise en surprise : les réorientations d’une recherche sur les agriculteurs bio », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 143.

Patriarche G., Dufrasne M., 2014, « Faire parler les réseaux sociaux : ce que les catégories d’audience, de public et de communauté ne disent pas sur les pratiques médiatiques », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 255.

Pérézil Ch., 2014, « La sociologie : une fabrique de la surprise ? », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 77.

Perrot M.-D., 2002, « Mondialiser le non sens », dans Rist G. (dir.), Les mots du pouvoir. Sens et non-sens de la rhétorique internationale, Paris, PUF, 2002, p. 43-66.

Peto D., Remy J., Van Campenhoudt L. et Hubert M., 1992, SIDA : l'amour face à la peur, Paris, L'Harmattan.

Schaut Ch. et Van Campenhoudt L., 1994, Le travail de rue en Communauté française. Nature et enjeux, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin.

Schaut C., 2000, « Le sentiment d’insécurité comme fait social total : le cas d’un groupe de parole », dans Van Campenhoudt L., Cartuyvels Y., Digneffe F., Kaminski D., Mary Ph., Rea A. (dir), Réponses à l'insécurité : des discours aux pratiques, Bruxelles, Labor, p. 71-94.

Schmitz O., 2014, « L'apport de la théorie de la complexité dans les méthodes d'évaluation en santé publique », dans Delchambre J.-P. (dir.), p. 369.

Schütz A., 1987 (1967), Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck.

Simmel G., 1996 (1906), Secret et societés secrètes, Belval, Circé.

Stengers I., 1995, L’invention des sciences modernes, Paris, Flammarion.

Van Campenhoudt L., 1989, « Création artistique et changement social. A partir de l'œuvre critique d'Oscar Wilde », dans Molitor M., Remy J., Van Campenhoudt L. (dir.), Le mouvement et la forme. Essais sur le changement social en hommage à Maurice Chaumont, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, p. 271-300.

Van Campenhoudt L., 1999a, The relational rationality of risk and uncertainty reducing processes explaining HIV risk-related sexual behaviour », Culture, Health & Sexuality, vol. 1, no 2, p. 181-191.

Van Campenhoudt L., 1999b, Chronique de criminologie. L'insécurité est moins un problème qu'une solution, Revue de droit pénal et de criminologie, juin, p. 727-738.

Van Campenhoudt L., 2010, Pouvoir et réseau social : une matrice théorique, Cahiers du CIRTES, no 2, Presses universitaires de Louvain, p. 5-41.

Van Campenhoudt L., 2011a, « Is it always better to clear up misunderstandings ? » in Gosseries A. and Vanderborght Y. (eds), Arguing about Justice. Essays for Philippe Van Parijs, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, p. 347-354.

Van Campenhoudt L., 2011b, « Conférence inaugurale. Les mots doux des institutions » dans Service de la langue française et Conseil de la langue française et de la politique linguistique (eds), La Communication avec le citoyen : efficace et accessible ? Actes du colloque de Liège, Bruxelles, Ed. De Boeck Duculot.

Van Campenhoudt L., 2012, « Champ ou réseau : Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le "travail en réseau" », Cités, no 51, p. 47-63.

Van Campenhoudt L., 2013, « Pour un malentendu qui fonctionne », dans Otero M. et Roy Shirley (dir.), Qu’est-ce qu’un problème social aujourd’hui ? Repenser la non-conformité, Presses de l’université du Québec, p. 21-41.

Van Campenhoudt L., Cohen M., Guizzardi G., Hausser D., (eds), 1997, Sexual Interaction and HIV-Risk. New Conceptual Perspectives in European Research, Londres et Bristol, Taylor & Francis.

Van Campenhoudt L., Cartuyvels Y., Digneffe F., Kaminski D., Mary Ph., Rea A. (dir.), 2000, Réponses à l'insécurité : des discours aux pratiques, Bruxelles, Labor.

Van Campenhoudt L., Chaumont J.-M., Franssen A., 2005, La Méthode d’analyse en groupe, Paris, Dunod.

Weber M., 1959 (1919), Le savant et le politique, Paris, Plon.

Notes

1 Nous reprenons brièvement ici ce que nous avons déjà présenté dans Van Campenhoudt L., 2011.

2 « Combien la vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après coup ! Il finissait par se laisser troubler par les sentiments qu’on lui supposait, par ne plus reconnaître le vrai du faux, par se demander où finissait le bien et où commençait le mal. » écrit Georges Simenon, à propos d’un de ses personnages accusé du meurtre de sa femme et soumis à une série d’interrogatoires (La chambre bleue, Paris, Presses de la Cité, Livre de poche, 1963, p. 27).

3 Idée reprise dans le présent ouvrage (Ferrand, 2014).

4 Comme dans la pièce Le Malentendu de Camus.

5 Cette conception nous semble rejoindre celle de La Cecla (2002).

6 Voir à ce sujet : Boudon R., 1977.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540