Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie IV. Témoignages

Luc Van Campenhoudt : le médiateur, le pédagogue, le chercheur

Nicolas Marquis

Texte intégral

1Pour la première fois de ma carrière, je me retrouve cette année dans la situation qu’a expérimentée Luc Van Campenhoudt pendant des décennies : seul face à un large auditoire composé d’étudiants plus ou moins bien disposés, ou plus ou moins dubitatifs face à l’intitulé d’un cours – « Sociologie » – dont personne n’a jusqu’alors vraiment réussi à leur expliquer « à quoi ça pouvait bien servir », si ce n’est, dans le meilleur des cas, à de la culture générale dont on oubliera la plus grande partie.

2J’ai la grande chance de profiter de l’expertise qu’il a progressivement développée, et qui se retrouve dans l’Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux que j’ai à mon tour décidé de prendre comme base du cours.

3A l’instar de ce que l’on peut exprimer après s’être rendu, sur le conseil d’un ami, chez un thérapeute alternatif aux pratiques exotiques, dans l'espoir de faire disparaître un mal de dos persistant : « Je n’y croyais pas trop, mais ça marche ». Oui, enseigner avec cet ouvrage, « ça marche ». Pour ma part, je ne doutais bien sûr pas un seul instant que cela pouvait marcher, puisque c’était justement le cours de Luc Van Campenhoudt qui m’avait convaincu il y a une dizaine d’années de faire de la sociologie, dans ces mêmes auditoires.

4Cependant, je ne pense pas que la mayonnaise prenne à tous les coups. Il n’y a rien d’automatique à cela : l’ouvrage suppose une mise en musique pour devenir un enseignement, et donc un chef d’orchestre qui puisse « sentir » la partition. Et pour cause, si cela ne marchera pas à tous les coups, c’est parce qu’il ne constitue pas, contrairement à ce que son titre annonce, une introduction à « l’ » analyse des phénomènes sociaux, mais une introduction, je dirais même une invitation, à une façon particulière de faire de la sociologie (et dans l’enseignement de Luc Van Campenhoudt, l’idée que la sociologie est quelque chose qui doit être « fait » est de la première importance).

5Peut-on parler de méthode pédagogique estampillée « LVC » ? Je pense que l’appellation d’origine contrôlée ne serait nullement exagérée, car cette méthode pédagogique constitue peut-être l’une des plus belles conséquences de sa conception et de sa pratique de la sociologie. J’aimerais en dégager ici quelques principes.

6Luc a souvent dit et répété que l’un des aspects de son travail qu’il préférait – et dans lequel il excelle (c’est moi qui rajoute) – consiste en cette tâche à première vue peu valorisante : introduire à la réflexion sociologique des étudiants qui, pour la plupart, ne feront plus jamais de sociologie, même si, pour certains, ce cours constituera la première brique d’un mur qu’ils bâtiront tout au long de leur formation.

7Or, comme le disait Patrick Watier dans son ouvrage sur Simmel, la sociologie est une des rares sciences à revenir sans arrêt à ses figures fondatrices, autrement que dans une perspective d’histoire des sciences, et – je rajoute – cela a pour fâcheuse conséquence de ne pas toujours la rendre très sympathique. Les enseignements qui prennent ce parti à l’exclusion de tout autre peuvent avoir pour conséquence inattendue de donner aux étudiants l’impression, selon moi fausse, qu’être sociologue consiste (en grande partie, si pas uniquement) à savoir répéter ce que Durkheim a dit, et à pouvoir l’opposer à Weber selon des lignes de fracture plutôt discutables mais auxquelles le professeur semble beaucoup tenir.

8Ce n’est pas cette perspective que Luc Van Campenhoudt a choisie. Je rappelle par ailleurs que, dans l’édition actuelle de l’Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, il a pris le parti de ne consacrer à notre primus inter pares Emile Durkheim qu’une demi-douzaine de pages dans un bouquin qui en fait 260. Si la chose peut sembler osée, elle n’indique nullement un désintérêt pour la perspective durkheimienne ou un rejet de son héritage, que du contraire. Le tour de force est d’arriver à retirer les principes actifs, la « substantifique moëlle » sociologiques des recherches menées par les maîtres il y a parfois plusieurs décennies, et dont il serait faux de croire que les années qui nous en séparent les rendent bons pour le musée. Il est des travaux dont les enseignements quant à la manière de faire de la sociologie n’ont pas de date de péremption.

9Ainsi, la méthode « LVC » se caractérise par son entrée par les gestes proprement sociologiques, ce qui lui permet de répondre par touches successives à la question de savoir ce qu’est la sociologie sans avoir à en donner de définition. De ce point de vue, l’enseignement consiste à présenter des passages concrets des problèmes sociaux à des problématiques sociologiques à travers de bonnes recherches. Cette perspective permet d’insister sur les gains que permet d’obtenir une problématisation en termes d’intelligibilité et d’action (décrire, expliquer, comprendre et éventuellement critiquer). Il est aisé à partir de là d’indiquer aux étudiants ce que la pratique d’un certain geste sociologique permet de voir et que nous n’aurions pas aperçu sans celui-ci.

10On est donc aux antipodes d’une sociologie scolastique, et cela permet d’enseigner certains principes caractéristiques autrement que de façon éthérée : bien sûr, il faut quitter le sens commun et se prémunir des concepts mimétiques, mais la rupture épistémologique n’est pas un dogme et doit être réalisée de façon intelligente ; bien sûr, il faut absolument disjoindre l’essai de la recherche sociologique, mais en donnant clairement à voir que l’objectivité absolue, en pratique, n’est ni réalisable, ni souhaitable, etc. C’est de la sociologie à l’utilité bien comprise plutôt que des commandements arbitraires.

11La pédagogie « LVC » permet une réflexion tout en finesse sur la causalité sociale, dans un contexte où elle est fortement concurrencée par d’autres lectures. D’un côté, elle s’écarte de la profession de foi qui assène que l’on doit croire à la causalité sociale, et qui prend parfois un aspect plaintif façon « Caliméro » ou « Jérémie dans le désert » (« moi je vois et personne ne me comprend car personne n’aime les sociologues »). Mais, de l’autre côté, elle refuse de céder aux appels des Cassandres qui annoncent depuis maintenant quelques décennies que, pour cause de mondialisation, « social », « société » et « sociologie » devraient rejoindre les rayonnages déjà bien achalandés des vieilleries intellectuelles ne présentant plus d'intérêt ou ne permettant plus de comprendre le monde dans lequel nous vivons. C’est en ce sens que l’enseignement façon « LVC » introduit non pas à « la sociologie » (comme si cela était possible), mais à une perception particulière de la sociologie : actuelle, vivante, utile, passionnante.

12De ce point de vue, la méthode d’enseignement par les gestes sociologiques est d’une redoutable efficacité : elle donne à voir plutôt qu'elle ne demande à être crue sur paroles. Lorsqu’il prend 30 heures pour introduire les étudiants à ce qui, on peut l’espérer, deviendra un jour pour eux une évidence sociologique, à savoir que « les choses sont toujours au moins un peu socialement construites » (même notre environnement le plus proche), il sait rendre la sociologie amusante, intrigante, énervante, touchante, séduisante (au sens étymologique du terme qui, rappelons-le signifie « détourner du droit chemin »). En un mot, il se donne les moyens de faire passer ce que Weber appelait, dans « La science comme profession et vocation », les présupposés internes à chaque discipline : quel est le sens de ce que nous sommes en train de faire ? Pourquoi le jeu en vaut-il la chandelle ? Comme Weber le soulignait très justement, voilà bien un élément qu’aucune science ne peut démontrer scientifiquement. C’est autrement qu’il faut le faire comprendre. Et c’est peut-être là que l’expertise de Luc Van Campenhoudt se manifeste le plus clairement.

13D’un autre point de vue, c’est peut-être également ce qui fait le succès du Manuel de recherche en sciences sociales (dont il ne manque plus aujourd’hui que la traduction en latin et en esperanto), coécrit avec R. Quivy, et auquel J. Marquet collabore maintenant. En un sens, le manuel est un chef d’œuvre, et l’on ne trouve rien de mieux en l’état actuel. Les auteurs y disent ce qu’il fallait dire, et là aussi de la manière la plus efficace possible : il met des mots sur les choses, propose une topique de la recherche, comme d’autres ont proposé une topique du psychisme. Bien sûr, tout le monde critique le Manuel – souvent pour de bonnes raisons, et Luc lui-même n’a jamais cessé de répéter qu’il fallait le prendre pour ce qu’il était et pas pour autre chose –, mais personne ne peut s’en passer. Comme le dirait une célèbre publicité, le Manuel, c’est une question de bon sens, ce que l’on doit pouvoir intégrer avant de prétendre l’oublier.

14La sociologie selon saint Luc, c’est donc la science de la perte des évidences. Elle ne découvre pas souvent des Amériques encore inexplorées, mais elle fait changer la texture du monde qui nous environne. Et la griffe « LVC » (qui laissera des traces !), c’est ce flair pédagogique, cette capacité à comprendre comment la sociologie peut faire sens pour ceux qui ne sont pas (ou pas encore) rompus aux codes du champ, en les prenant là où ils sont pour leur permettre de progresser. (J’utiliserais volontiers la notion d’empathie, si celle-ci n’était pas si connotée et ne risquait pas de faire passer Luc pour un « gentil », ce qui, pour un théoricien de la coopération conflictuelle, serait un comble !).

15Mais je m’en voudrais de terminer sur cet envoi dominical du type « Va en paix », car il y a encore des choses dont il faut se préoccuper ! Je n’en pointerai ici qu’une seule qui concerne le service après-vente de cet enseignement. De ce point de vue, je me demande comment est-il possible d’aller au-delà de la pédagogie « LVC » ? Ou, pour le dire autrement, est-il possible qu’un enseignement fonctionne trop bien ? Bien sûr, nous ne sommes pas encore face à des hordes d’étudiants hystériques désirant consacrer leur vie à la sociologie, mais on peut se demander si l’un des effets objectifs de l’accessibilité et de l’efficacité de son enseignement, n’est pas de pousser les étudiants à considérer que l’introduction à la sociologie façon LVC est le « tout » et le « fin mot » de la sociologie. Certains ne perçoivent pas la nécessité ou même la possibilité du dépassement de ce qui reste une introduction. Ainsi, il est fréquent d’observer des étudiants qui, munis du livre et pensant avoir un bon marteau en main, considèrent tous les problèmes comme des clous. On les voit alors appliquer les chapitres clés de L’introduction (notamment sur des notions suggestives telles que les « capitaux » ou « la carrière ») à tout ce qui bouge, un peu comme on le ferait d’un horoscope.

16Cette égratignure à propos du revers d’une médaille amplement méritée n’a pour objet que de me permettre d’adresser à Luc une dernière requête bien classique, mais ici non larmoyante : il te reste, Luc, à nous dire comment nous allons pouvoir fonctionner sans toi !

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search