Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie IV. Témoignages

Luc Van Campenhoudt et la Revue Nouvelle

Benoît Lechat

Texte intégral

1J’ai été invité à témoigner de l’activité et de l'implication de Luc Van Campenhoudt à la Revue Nouvelle. Plus qu’un média spécifique, cette dernière se veut une revue généraliste. Elle n'est ni Le Soir, ni la Revue française de sociologie, mais bien un « intellectuel collectif » qui est là comme une espèce de vigile, ou de gargouille qui veille depuis les toits des cathédrales… A travers ses vicissitudes, et avec des moyens modestes, elle essaie de produire un certain type de savoir, qui n’est ni un savoir technicien, ni un savoir expert, ni un point de vue partisan, mais un savoir global, résultant d’un travail collectif de décodage et de compréhension de la société – exercice dans lequel Luc Van Campenhoudt excelle. Et je me propose de vous en donner quelques exemples.

2Luc Van Campenhoudt est arrivé à la Revue Nouvelle en juin 2007 : une revue qu’il suivait ni de loin, ni de près. Je me souviens de la première fois où on a discuté de son engagement. J’avais chez moi le tout premier numéro de la Revue Nouvelle, celui qui date de février 1945, la guerre n’était pas finie et le papier était encore rare. Il y avait dedans un article du chanoine Leclerc sur la vertu de « force » où il était question des causes morales de la défaite de 1940… L’héritage était considérable, mais il l’a repris avec une sorte de flegme à la fois amusé et modeste, et s’est mis très rapidement dans le bain parfois un peu bouillant de la revue.

3La première chose que Luc nous apportée, c’est une méthode : une méthode d’organisation de la discussion, de la réflexion, de la construction des numéros. On en avait un peu besoin, dans cette équipe où les passions politiques et sociales peuvent parfois faire monter la température. Dans son premier édito de juin-juillet 2007, il a exposé la spécificité du travail de revue. Un « si précieux rendez-vous » !

4La publication régulière d'une revue répond à plusieurs impératifs : besoin de rythmes (dix numéros par an), besoin de recul (décalage par rapport à l’actu), besoin de débats (croiser les points de vue). Ainsi qu'un impératif qu'on peut qualifier d'éthique :

Lire à tête reposée n’est donc pas de tout repos. Si cet exercice a valu son pesant d’heures, c’est, pour une large part, parce que Théo Hachez se tenait, depuis quatorze années, derrière le rideau, aux commandes d’une équipe de talentueux tempéraments. Avec lui, l’honnêteté intellectuelle a toujours prévalu contre l’opportunisme, l’intelligence contre l’habilité, la responsabilité contre le relativisme, le respect contre l’indifférence. Ce n’est pas très « mode », mais nous avons besoin de consistance et de vérité.

5Sous l’impulsion de Luc, le travail d'édition s’est recentré sur une nouvelle table des matières : le mois, les dossiers, les billets d’humeur, italiques et le livre. Et pour favoriser la production des contributions, il a été décidé de mettre en place des « labos » ouverts aux intervenants extérieurs, ainsi que des équipes chargées de coordonner les différentes composantes d'un numéro.

6Je voudrais rapidement passer en revue quelques éditos récents de la Revue Nouvelle. C’est amusant de les lire avec recul. On sent l’application, la volonté de pédagogie, mais aussi et surtout l’engagement : Luc Van Campenhoudt est un faux modéré et il n’hésite pas à prendre parfois des positions carrément radicales.

7Le journalisme est un travail intellectuel comparable à celui du scientifique ou de l’artiste, dans la mesure où il doit concentrer en peu de temps et peu d’espace un savoir considérable. C’est ce que Luc fait dans ses éditos : en les relisant, on découvre une volonté d’immersion progressive dans l’actualité politique – bien que Luc ne soit pas un passionné des jeux politiques, et la mécano des rapports de forces entre partis l’intéresse moins que les grandes tensions du monde contemporain.

8Et on sent bien comment il s'efforce de lire l’actualité avec ses lunettes de sociologue. Quelques exemples : Février 2008, à propos du blocage de la redistribution qui sape les bases de la démocratie :

Dans notre social-démocratie, les flux de redistribution de la richesse restent considérables, mais l’État-providence a épuisé la réserve de ses promesses, grâce auxquelles la démocratie a pu, un certain temps, susciter un minimum d’adhésion. Le projet de développer la démocratie participative (qui ne fonctionne vaille que vaille qu’à l’échelle locale), l’engagement de renforcer le rôle du Parlement et, surtout, l’idée de gouvernance, qui encombre tous les discours politiques, ne sont que les derniers leurres et les dernières trouvailles d’un pouvoir cynique et manipulateur pour faire avaler la couleuvre oligarchique et néocorporatiste. Si la démocratie ne fonctionne pas plus dans les têtes que dans les faits, il ne reste aux hommes politiques pas trop regardants qu’à rivaliser de populisme en vue de succès électoraux, en mobilisant des thèmes qui plaisent aux foules craintives et désorientées comme l’insécurité, le sursaut national ou le repli communautaire ou régional.

9Décembre 2008, on est encore au début de la crise financière – derrière la crise de l’économie, une crise du savoir expert :

Une profonde réforme des rapports entre l’économie et la société doit s’accompagner d’une profonde réforme des rapports entre la science (économique notamment, mais pas uniquement) et la société. Il s’agit de donner la priorité à la connaissance et à la transformation de la réalité, dans toute sa complexité et toutes ses dimensions plutôt qu’au modèle pour lui-même, de soumettre le savoir au sens. Il s’agit aussi et surtout d’élaborer et de confronter de nouvelles idéologies, conçues comme systèmes de pensée propres à guider la mise en œuvre d’un projet collectif adapté aux enjeux de l’époque.

10Février 2009, dans un édito qui aborde la crise du politique et la crise économique, à propos de la différence entre crise et conflit :

Traduire la crise du politique en conflits sociaux structurants, revoir nos cadres de pensée et d’action pour retrouver une capacité d’action collective, voilà sans doute la clé.

11Mars 2010 : Luc dénonce le consensualisme, la course au centre, la domination de la raison instrumentale, le tout constituant un nouvel « opium du peuple » dissimulant la violence des rapports sociaux :

Lorsque la rationalité instrumentale et le consensualisme se combinent, leurs effets sont décuplés, avec pour conséquence principale de rendre plus difficile l’expression des désaccords et des conflits, de neutraliser la dynamique de coopération conflictuelle qui seule permet la mobilisation collective nécessaire pour affronter réellement les problèmes, et d’alimenter dès lors tous les malaises. La disparition, dans le débat politique, de la question majeure des inégalités sociales, qui pourtant s’accroissent dangereusement, et l’incapacité gouvernementale à débattre des enjeux budgétaires en constituent deux symptômes qui ne sont pas indépendants l’un de l’autre.

12Décembre 2011, dans un édito intitulé « La peur de la démocratie », après le référendum avorté en Grèce, après le G1000 et le mouvement des indignés, il est à nouveau question de restaurer la puissance de l’État sur le marché et de développer une culture démocratique – mais c'est bien le sociologue qui parle :

Développer une culture démocratique, mais encore ? S’il n’est couplé à un engagement social, l’engagement politique est vain, car la démocratie suppose une société qui tende vers l’égalité et la justice.

13Mai-juin 2012, l'édito s'intitule « Mouvement social : to be or not to be ? », et Luc reprend les caractéristiques des mouvements sociaux, mettant en garde contre tout romantisme :

Cet exposé sommaire et inévitablement réducteur suffit à montrer que pour l’essentiel, le seul mouvement nationaliste flamand remplit très largement les conditions d’un mouvement capable de transformer en profondeur la société, belge en l’occurrence. Tout y est ou presque, surtout dans les registres politique et culturel, d’autant plus que ce mouvement plonge ses robustes racines dans un déjà long passé et que son enjeu peut se maitriser à l’intérieur du périmètre de l’actuel État-nation. L’enjeu est clair. L’adversaire (francophone et belgicain) est directement accessible et ne se dilue pas dans les brumes réticulaires de la mondialisation. Le Sujet du mouvement a une identité fière.

14De l’évocation de ces différents extraits, il ressort, et ce sera ma conclusion, que ce travail-là – décapant de vérité et de lucidité –, nous en avons besoin du côté francophone, en cette province d’une culture francophone en voie de provincialisation… qui ne se connaît pas, qui ne sait pas où elle est, qui elle est, ni où elle va. En s’engageant dans ce projet collectif de la Revue Nouvelle, Luc Van Campenhoudt a pris selon moi à son compte cette fonction que Max Weber définissait comme étant celle de l'« académique responsable ».

Auteur

Journaliste, responsable des publications d’Etopia et rédacteur en chef du Green European Journal

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search