Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie IV. Témoignages

Luc Van Campenhoudt ou la méthodologie comme médiation

Casimiro Marques Balsa

Texte intégral

1Je dois rendre un premier hommage aux organisateurs de ce colloque, pour la très bonne adéquation qu’ils ont réussi à établir entre le thème proposé et le profil de Luc Van Campenhoudt. En effet, l’investissement méthodologique de Luc représente bien, dans son essence et dans sa pratique effective, un travail de médiation. Le Manuel représente bien la synthèse de cet effort.

2Pourquoi le travail méthodologique représente-il un effort de médiation ?

3D’abord parce que, bien comprise, la méthodologie doit permettre d’articuler, pour atteindre les sens qu’elle vise, les différentes dimensions qui interviennent dans le travail de recherche. Je veux parler des dimensions épistémologique, méthodologique, théorique, stratégique, technique… qui entrent en ligne de compte, de façon solidaire et en produisant des moments de rencontre parfois inattendus, mais toujours interpellants (De Bruyne, Herman et al. 1974).

4Ensuite, parce que la scientificité, qui légitime le travail de recherche, ne se résout pas une fois pour toutes, mais elle constitue un processus. Ce processus vise à concilier les deux niveaux entre lesquels se décide la production scientifique : d’un côté la normativité – le corpus de règles et de procédures qui régulent, à une certaine époque ou dans une conjoncture donnée, les communautés scientifiques – et, de l’autre, la facticité, qui rapproche la pratique scientifique de l’ordre des faits, comme l’a dit Jean Ladrière (De Bruyne, Herman et al. 1974 ; Piaser et Ladrière 1976) ou, comme l’a dit après Bruno Latour (Latour et Biezunski 2005), une conciliation entre la « science faite » et la « science en train de se faire ».

5La méthodologie produit un effet de médiation, encore, parce que dans cet effort continu de rapprochement entre la normativité et la facticité, il n’y a pas de solutions toutes faites, qui s’imposeraient de façon absolue, ou dans n’importe quelle circonstance.

6Dans ce sens, le processus de production sociologique, pour ce qui nous intéresse ici, est constamment confronté à des choix, prend sa signification par rapport aux choix qui sont faits, et vaut par l’accord qui s’établit autour de la pertinence ou de l’adéquation de ces choix.

7Médiation, à un autre niveau, parce que l’enseignement de la méthodologie vise la transmission d’attitudes, de savoirs et de compétences, capables d’opérer une régulation entre différents possibles. Médiation au sens où la définissait E. Benveniste (Benveniste, 1974) : une opération qui introduit une mesure (med) dans un corps ou une situation qui n’a pas de mesure, à travers le choix des modèles d’organisation de la recherche (mod) qui traduisent au mieux les préférences du chercheur. Cette mesure n’est pas une mesure de mensuration (au sens métrique), mais bien une mesure de modération, c’est-à dire, une mesure qui vise la modélisation ou la modulation, capables de transversaliser, en les transfigurant les raisons qui peuvent être en jeu.

8C’est dans ce sens que la médiation, pour Benveniste, est toujours une fonction de pouvoir.

9Je crois que ce pouvoir de médiation dans le travail méthodologique n’est pas souvent assumé, pas plus que les conséquences que les choix impliquent sur les résultats, la dynamique et le sens de la production sociologique. Indépendamment de la volonté d’engagement ou de désengagement du sociologue, les choix épistémologiques, méthodologiques, théoriques, techniques… qu’il est amené à poser, même quand il pense ne pas devoir choisir, fixent sa façon de voir et d’agir et le responsabilisent envers la production de la société.

10Nous mesurons ainsi à quel point l’audace d’enseigner de la méthodologie ou, a fortiori, l’audace de construire un discours méthodologique, représente un engagement non seulement à l’égard des paradigmes scientifiques mais, également, un compromis avec les causes et les enjeux sociaux et sociétaux qui leurs sont associés.

11Cependant, ces compromis et ces enjeux, ne sont pas toujours clairs, ni faciles à identifier. Les trois dernières décennies, particulièrement, ont été fertiles en diagnostics de changement. Parallèlement, on assiste à des remises en question des modes habituels de faire de la science, voire à une remise en cause du paradigme scientifique dominant. Ce questionnement touche, notamment, les vecteurs qui permettaient – trop facilement peut-être –, d’opposer, 1 ° différents types de sciences ; 2 ° science et connaissance non scientifique ; 3 ° objectivité et subjectivité et 4 ° science et engagement social. Ce qui marque, à mon avis, les développements récents de l’épistémologie, de la philosophie ou de la sociologie de la connaissance, ce sont les remises en question des valorisations et des hiérarchies qui permettent de réordonner ces oppositions. Ce qui semblait plus ou moins bien établi hier ne l’est plus aujourd’hui.

12L’avantage de regarder une trajectoire qui, comme celle de Luc, se projette selon une certaine distance, c’est de pouvoir observer comment elle se construit à travers des cheminements, et comment elle s’expose, quand le chemin n’est pas à sens unique ou quand la trajectoire prend des chemins qui vont à contre-courant.

13Ce sont ces marges d’incertitude, dans lesquelles s’inscrivent les itinéraires du chercheur, a fortiori quand les certitudes ébranlent nos habitudes, qui font que les choix scientifiques sont inextricablement associés à des choix éthiques. Dans mon témoignage, basé sur 35 ans de connaissance, dont beaucoup de travail avec Luc, je voudrais souligner la conviction, la cohérence, la solidité et – mais ici je suis complice – la justesse de ses choix scientifiques et éthiques.

14Je voudrais illustrer la droiture de sa trajectoire, en me concentrant sur les grands axes autour desquels se décide le faire scientifique, énumérés plus haut.

15L’un d’eux tend à fixer la distance entre la « science » et les enjeux sociaux. Contrairement à l’idée d’une science isolée, préservée des sollicitations de la société, la science tend à « sortir du laboratoire ». La science est contrainte, de plus en plus, à s’inscrire dans les dispositifs et relations sociales, qui situent et engagent le sens de ses productions. Or, cet engagement est présent dans le travail méthodologique de Luc, dès ses débuts. Au delà de ses engagements à d’autres niveaux, sur le plan méthodologique je me souviens que le Manuel, présenté d’abord sous forme d’un montage audiovisuel, accompagné par un texte lu par la jolie voix de Martine Garsou, était aussi un acte militant : les questions et les orientations de la recherche étaient discutées autour de la destruction du Quartier Nord, à Bruxelles, et l’expulsion de ses habitants. Au-delà d’un ancrage dans l’actualité sociale, on retrouve là, également, une disposition pédagogique qui marque la démarche de Luc Van Campenhoudt et qui l’amène à privilégier, souvent, le recours au bon exemple, celui qui est proche des apprenants, que les apprenants peuvent comprendre et qui facilite, de ce fait, les acquisitions. Cette démarche pédagogique n’allait pas de soi au début des années 1980.

16A un autre niveau, à l'encontre d'une conception du savoir construit exclusivement par les scientifiques, les instances de promotion et de financement de la recherche en sont venues à valoriser, et parfois même à imposer une pratique de recherche en partenariat : les scientifiques et leurs instruments ne représentent plus qu’une des entrées – plus ou moins décisive – de la production des connaissances. Celles-ci sont censées être plus largement distribuées autour de modes de construction et d’intérêts différents, en introduisant des critères de validation qui ne relèvent plus de la communauté scientifique. On doit, bien entendu, s’interroger sur les conditions de possibilité et sur le statut d’un savoir ainsi co-construit. Nous laisserons de côté cette interrogation. Il nous importe seulement de souligner qu’à la fin des années 1980, au Centre d’études sociologiques (CES), Luc et ses collègues discutaient déjà et appliquaient des méthodes d’analyse dans le cadre de petits groupes. Ils sont parvenus, à travers cette méthode, à poser les questions fondamentales qui permettent de penser, de manière critique, la dynamique de cette coproduction, en considérant notamment : les positions, les statuts, les logiques et les stratégies d’action des partenaires, qui s’associent à des intérêts, à des ressources, à des types de légitimité différents ou à différentes représentations du monde.

17Cette orientation de l’investissement de Luc est toute à fait cohérente avec sa volonté d’intervenir dans les grands débats publics et de participer à l’information de l’action publique. Soulignons, finalement, sa grande ouverture interdisciplinaire, lors du traitement de certains de ses grands dossiers de recherche.

18Ce qui me frappe, quand on fait ainsi une rétrospective sur le travail méthodologique de Luc, c’est sa capacité à avoir anticipé, voire de participer à la production de certaines orientations, considérées maintenant comme étant établies, mais qui n’étaient pas toujours évidentes avant. Il a su le faire dans la juste mesure – en modulant les polarités que balisent les controverses, au nom du bon sens et de la vérité du travail scientifique - et avec, toujours, la grande élégance qui le caractérise.

19J’espère que, libéré de certaines tâches plus contraignantes, tu pourras redoubler ton investissement dans le métier.

Bibliographie

Bibliographie

Benveniste, É., (1974), Le vocabulaire des institutions indo-europénnes, Les Éditions de Minuit.

De Bruyne, P., J. Herman, et al. (1974), Dynamique de la recherche en sciences sociales les pôles de la pratique méthodologique préface de Jean Ladrière, Paris, Presses universitaires de France.

Latour, B. et M. Biezunski 2005, La science en action introduction à la sociologie des sciences traduit de l'anglais par Michel Biezunski, Paris, la Découverte.

Piaser, A. et J. Ladrière (1976), Pour une sociologie scientifique épistémologie comparée de l'analyse conceptuelle préface de J. Ladrière, Paris-La Haye, Mouton.

Auteur

Professeur à l'Universidade Nova de Lisboa, Portugal

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search