Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie IV. Témoignages

Savoir, éthique et politique : la figure trinitaire du sociologue comme médiateur dans l’espace public

Jean-Marc Larouche

Texte intégral

1Afin de contribuer modestement à l’hommage rendu à Luc Van Campenhoudt dans ce colloque, je me risque à dire que sous la figure du sociologue comme médiateur dans l’espace public se superposent et s’articulent sans se confondre trois registres : le savoir, l’éthique et le politique. Autrement dit, cette figure du médiateur concilie le sujet épistémique, le sujet éthique et le sujet politique. C’est dans l’articulation de ces trois registres, voire de ces trois personnes en une seule, que prend sens la figure du médiateur, une figure trinitaire.

  • 1 Weber, Max, « Essai sur le sens de la neutralité axiologique dans les sciences sociologiques et éco (...)
  • 2 P. Corcuff, Où est passé la critique sociale ? Penser le social au croisement des savoirs, Paris, (...)

2Comme sujet épistémique, le sociologue s’engage dans une entreprise de connaissance, d’objectivation du social, de ces multiples représentations et pratiques qu’il problématise et aborde en tant que scientifique ; comme sujet éthique, le sociologue l’est par le rapport aux valeurs mobilisé dans l’intérêt porté à la réalité étudiée1, voir par son positionnement ou engagement éthique vis-à-vis de son objet ou de son domaine d’études. Le sujet épistémique, voué à la connaissance objective, n’a pas qu’une subjectivité cognitive, il est aussi un sujet éthique, il a une subjectivité axiologique. Ce qui n’empêche pas le chercheur de souscrire à la rigueur dans l’analyse et l’interprétation des faits empiriques. A ce propos, Philippe Corcuff a récemment rappelé la distinction faite par Max Weber entre « rapport aux valeurs » et « évaluation », et il y souligne à juste titre que Weber « n’interdisait pas complètement aux savants "d’exprimer sous forme de jugements de valeur les idéaux qui les animent" » et que « [r]éinterprétée dans le cadre des interrogations contemporaines sur la réflexivité sociologique […] cette piste pourrait déboucher sur un effort d’explicitation des dimensions morales du travail sociologique contribuant à le rendre plus rigoureux2 ». Comme sujet politique, le chercheur inscrit son activité de production de connaissance et de contribution au savoir au sein même du processus démocratique. La science est citoyenne, non pas du fait que tout chercheur est citoyen mais parce que le savoir relève aussi d’un pouvoir. Le pouvoir de faire le savoir, de le communiquer et de le rendre intelligible aux acteurs. En cela, je ne crois pas m’éloigner de la pensée de Luc Van Campenhoudt à laquelle je voudrais maintenant faire référence plus explicitement pour illustrer mon propos, non pas dans le but de dégager une systématique de cette figure trinitaire cachée dans son œuvre, mais plutôt pour montrer que celle-ci est de part en part celle d’un sujet trinitaire : épistémique, éthique et politique.

  • 3 L. Van Campenhoudt, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, p. 239.
  • 4 L. Van Campenhoudt, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, p. 240.

3Dans la conclusion de son livre Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Luc Van Campenhoudt rappelle que les auteurs dont il a retenu les recherches – Hoggart, Goffman, Becker, Elias, Mauss, Bourdieu, Marx, Weber, Durkheim – « sont des hommes de leur temps [en ce qu’] ils cherchent les clés de la société dans laquelle ils vivent avec l’obstination de penseurs engagés au cœur des débats et des problèmes de leur époque3 ». Et après avoir illustré cette assertion en référant aux grandes thématiques que sont « l’exploitation, l’industrialisation, la division du travail, les mutations culturelles ou la transformation des structures de pouvoir », il la complète en ajoutant ceci : « [h]ommes de leur temps, ils n’ont jamais été dans l’air du temps ». Cette deuxième assertion, Luc Van Campenhoudt ne l’illustre pas aussi explicitement que la première, mais il ne manque pas de rappeler que leurs travaux sont « aux antipodes des formalisations théoriques qui ont pour seul objectif leur imposante cohérence interne, des enquêtes sans pensée qui se prévalent d’une scientificité par les seules techniques utilisées, et des essais élégants mais sans consistance théorique ni surtout empirique4 ».

  • 5 Ibidem, p. 241.
  • 6 Ibid., p. 241.

4Pour Luc Van Campenhoudt, ne pas être dans l’air du temps, c’est, pour le sociologue, ramer à contre-courant de la manière la plus maîtrisée qui soit de ces trois genres de travaux et, surtout, de pouvoir s’impliquer dans les controverses intellectuelles, dans ce qui constitue et caractérise la science en tant que lieu de débat : « [l]’accumulation scientifique ne réside pas dans l’engrangement de vérités, mais bien dans un progrès dans la capacité de formuler, sur de meilleures bases théoriques et empiriques, les désaccords5 ». Tout comme ces auteurs dont Luc Van Campenhoudt nous rappelle dans ce livre que « leurs œuvres sont surtout précieuses, comme repères et comme chaînons, à confronter à d’autres, pour apprendre à penser6 », je pense, comme sans doute aussi plusieurs intervenants à ce colloque, que Luc Van Campenhoudt est aussi un homme de son temps, mais qui plus est, un homme de son temps qui n’est pas dans l’air du temps, ou s’il l’est pour nous, du moins pour et dans ce colloque, c’est dans la mesure même où il nous a convaincus de la vertu à ne pas l’être.

5Luc Van Campenhoudt est un homme de son temps, en ce qu’avec ses collègues du Centre d’études sociologiques, il s’est attelé à « produire des connaissances concrètes sur des objets concrets » qui sont au cœur des débats et problèmes de son temps : par exemple les recherches menées sur le sida ; celles sur la jeunesse, l’exclusion et les nouvelles politiques socio-pénales ; ou encore, les recherches portant sur les aspects culturels de la construction européenne. Cela est bien connu, mais dire qu’il n’est pas dans l’air du temps, c’est rappeler ses réserves vis-à-vis un type d’intervention du chercheur dans l’espace public et son combat pour un autre type. Retournons aux évènements qui ont marqué la Belgique en 1996-1997 et à un texte d’Éric de Bellefroid dans La Libre Culture du 2 mai 1997 intitulé : « Un intellectuel à l’ombre de la pensée blanche ». Lisons les premières lignes de cet article que le journaliste consacre à Luc Van Campenhoudt : « Si dans la symphonie, souvent brillante mais parfois complètement dissonante, des voix qui s’élevèrent au cours de cette année blanche, Luc Van Campenhoudt est demeuré d’une discrétion exemplaire, c’est d’abord parce qu’il ne se sent pas l’âme d’une universelle pythie de Bruxelles. Mais aussi parce qu’il n’y a pas décelé de très profond intérêt pour les sciences sociales qu’il aime à représenter. »

6Que notre collègue ne se prenne pas pour une prophétesse, c’est tout son droit et à son honneur, mais que tout ce qui a bouleversé à l’époque la Belgique n’ait pas été d’un très grand intérêt pour les science sociales mérite explication. Celle-ci réside en ceci : pour Luc Van Campenhoudt, le commentaire à chaud de l’actualité que recherchent les médias auprès des universitaires qui s’y adonnent « entraîne finalement un effet de brouillage de l’opinion » dans la mesure où, faute de recul, de la nécessaire médiation du temps pour effectuer des analyses empiriques, ce commentaire glisse inexorablement vers le vœu pieux, la déclaration ou la pétition de principe, par exemple : « Il faut une justice plus accueillante », ou encore, « il faut que le juge soit écarté », qui toute intéressantes et séduisantes que puissent être ces idées, demeurent sur un registre normatif et non sur celui de l’analyse. Commentant les interventions d’universitaires au sujet des évènements qui marquèrent alors la scène judiciaire belge, Luc Van Campenhoudt rappelle, en tout respect et sans acrimonie comme le signale à juste titre Éric De Bellefroid, que ceux-ci « sont intervenus au titre d’autorité morale plutôt que scientifique. […] On ne les a presque pas entendus, dit-il, sur le plan de l’analyse, qui, il est vrai, exige du recul » (Luc Van Campenhoudt cité par de Bellefroid). Mettre à jour des logiques institutionnelles, des effets de système dans la gendarmerie, dans le recrutement de la magistrature, dans le fonctionnement même de l’État, demande en effet du temps, mais c’est au prix de telles recherches et appuyé sur elles que le sociologue peut dire son désaccord avec la rumeur publique, populaire ou élitiste, débusquer le malentendu et surtout, faire office de médiateur dans l’espace public. Ici, on retrouve le combat de Luc Van Campenhoudt pour un autre type d’intervention dans l’espace public, celle du médiateur.

  • 7 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique » dans Variations sur l’éthique (...)
  • 8 L. Van Campenhoudt, « La responsabilité de la recherche universitaire », Éthique publique. Revue i (...)
  • 9 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », p. 662.
  • 10 L. Van Campenhoudt, « La responsabilité de la recherche universitaire », p. 102. Notons que c’est (...)
  • 11 Ibidem, p. 102.

7Cette figure du médiateur découle chez Luc Van Campenhoudt d’une réflexion forte amorcée en 1994 dans un texte intitulé « Recherche sociologique, éthique et politique7 » et qu’il a notamment poursuivie en 2000 dans un texte intitulé « La responsabilité de la recherche universitaire8 ». Sans faire l’exégèse de ces textes, je me permets d’attirer l’attention sur un segment d’une phrase que l’on retrouve dans les deux textes (en italique). D’abord, l’introduction du premier texte se terminait par ceci : « la responsabilité éthique et politique du chercheur nous semble consister d’abord à mener des recherches là où notre société s’ignore elle-même, de manière à contribuer à une action aussi lucide que possible et discutée de manière conflictuelle9 » ; dans le second texte, Luc Van Campenhoudt écrit : « Notre responsabilité [en tant que chercheurs universitaires] est de produire une vision réflexive du monde, de la société et de l’expérience humaine, soit d’élaborer des thématisations des problèmes que les acteurs pourront discuter et où ils pourront puiser des ressources cognitives pour évaluer les situations auxquelles ils sont confrontés et élaborer leur projet. En ce sens, les chercheurs sont des médiateurs (notre souligné) dans le débat et l’espace publics10 ». Quelques lignes plus loin, on retrouve le segment de la phrase citée dans le texte précédent mais qu’il complète autrement : « La responsabilité éthique et politique du chercheur nous semble consister d’abord à mener des recherches là où notre société s’ignore elle-même en raison des rapports de pouvoirs qui la structurent. Il ne faut pas voir, poursuit-il, dans cette position un a priori négatif à l’égard du pouvoir, une forme de gauchisme sociologique, mais bien une double nécessité scientifique et éthique. Scientifique, car la responsabilité du médiateur dans le débat public réclame l’étude des forces les plus déterminantes de la vie collective qui répugnent à se prêter elles-mêmes comme objet de recherche. Éthique, car cette position dirige l’attention des sciences sociales au centre même de la question éthique fondamentale des limites du pouvoir que l’être humain peut exercer sur ses semblables11. »

  • 12 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », p. 676.
  • 13 L. Van Campenhoudt, « La responsabilité de la recherche universitaire », p. 105.

8Mais cette double responsabilité scientifique et éthique nécessite elle même une condition éthique et politique, l’autonomie même du champ scientifique, celle qui confère, écrit-il, la « capacité, pour le champ scientifique, de définir lui-même ses finalités et ses normes, par sa capacité de s’imposer comme composante avec laquelle il faut compter, et d’inscrire son activité dans le cadre d’une responsabilité propre à l’égard de la société12 ». Dans le deuxième texte, il réitère cette idée : « [l]oin de nous positionner contre l’État, il s’agit plutôt de nous assumer comme composante de l’espace public et des structures publiques qui doit être avec les autres composantes d’un système démocratique dans une relation de coopération conflictuelle13 ». Autonomie et responsabilité sont inséparables. Une autonomie scientifique et éthique est une condition de la responsabilité scientifique et éthique promue par Luc Van Campenhoudt et, dans le même temps, la première responsabilité du chercheur est, stricto sensu, son habilité à répondre de son statut de scientifique et des conditions de possibilité d’exercice de ce statut, dont la reconnaissance au premier chef de son autonomie scientifique et éthique. Cette double autonomie est la condition de l’engagement du chercheur dans l’espace public, elle est le levier de sa responsabilité et de sa liberté d’expression dans l’espace public. C’est ainsi que cette autonomie confère au savoir son statut de pouvoir.

  • 14 J. Habermas, La technique et la science comme « idéologie », Paris, Denoël-Gonthier (1968), 1978.

9En effet, le savoir est devenu une plus-value dans nos sociétés et ce, non seulement d’un point de vue économiste, mais parce que nos sociétés sont devenues de plus en plus réflexives, c’est-à-dire intéressées et capables de discerner le rôle du savoir sur au moins trois registres. Pour le dire dans les termes de la typologie des intérêts de connaissance consacrée par Jürgen Habermas14 : celui de la maîtrise cognitive et technique du monde typique des sciences empirico-analytiques (intérêt technique) ; celui de la compréhension de notre pratique ordinaire que nous procurent les sciences herméneutiques (intérêt pratique) ; celui de la portée émancipatrice des sciences dites critiques (intérêt émancipateur) dans la mesure où celles-ci ne se limitent pas à dire ou comprendre notre monde mais à expliquer et à mettre à jour les obstacles à sa compréhension, à en expliquer les distorsions fondées sur des inégalités, des rapports de domination, bref des entraves idéologiques qui empêchent les individus et les collectivités, d’accéder justement à cette réflexivité.

  • 15 Voir dans ce volume la contribution de Jean-Louis Siroux et Philippe Hambye.

10Le savoir auquel contribue le sociologue participe d’une réflexivité critique permettant à toute société et à l’ensemble de ses membres de développer des gains de lucidité15 les rendant aptes à saisir et à s’affranchir des obstacles, des préjugés et autres inhibitions que certains acteurs s’emploient par ailleurs à nourrir et à consolider. C’est parce que nous sommes dans des sociétés de plus en plus réflexives que la responsabilité et la liberté d’expression des chercheurs dans l’espace public deviennent un enjeu et qu’il faut donc se battre pour en préserver leur condition de possibilité ainsi que le proclame Luc Van Campenhoudt à Eric de Bellefroid : « Mon grand combat, désormais, se résume comme suit : les scientifiques en sciences sociales seront d’autant plus utiles socialement qu’ils auront les moyens d’une autonomie de recherche. Des ressources plus importantes, non clientélisées, et qui leur permettraient de définir eux-mêmes les thèmes et objets d’étude en fonction de leur propre responsabilité sociale. »

  • 16 Pour une illustration, voir Jean-Marc Larouche et Anne-Marie Voisard, « Noir Canada. Une recherche (...)

11Pour des chercheurs engagés dans une démarche critique, et cela ne concerne pas seulement les sociologues, la visée de leur travail n’est pas d’embrigader la science derrière un projet éthique ou politique particulier, mais de mieux faire comprendre le monde que l’on habite en sachant et en explicitant qu’il sont eux-mêmes (les chercheurs) situés par rapport aux valeurs, notamment en préférant la lucidité à l’ignorance, la diffusion et l’appropriation des savoirs par les acteurs en position de vulnérabilité, de réclamation ; en préférant la critique des idéologies et pratiques justifiant les abus de pouvoir plutôt que de favoriser leur perpétuation sans entraves. Les chercheurs engagés dans une démarche critique veulent que leurs résultats alimentent la conscience publique et ils doivent en quelque sorte anticiper, dans une certaine mesure, les effets de leur diffusion dans la société16.

  • 17 Berthelot, Jean-Michel, Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences soc (...)

12C’est ici que la notion de médiation prend tout son sens. Comme le rappelait Jean-Michel Berthelot dans Les vertus de l’incertitude, les résultats de la recherche en sciences sociales peuvent être instrumentalisés à titre de caution, lorsque le savoir est mobilisé dans les débats dont la finalité politique constitue en enjeu le sens ou l’orientation à donner à une situation ou à un état ; ou encore comme utilité, dans la mesure où les savoirs fournissent des outils qu'incorporent les experts pour les diverses activités de gestion ou de régulation. Mais Berthelot rappelle qu’il y a une troisième voie, une instrumentalisation positive du savoir, celle de la médiation, dans la mesure où le savoir n’est pas mobilisé sur le registre de la caution ou de l'utilité mais plutôt sur celui d'une herméneutique, d'une maïeutique sociale : « celle d’une capacité de problématisation pratique interrogeant les dispositifs sociaux qui semblent aller de soi. Il fait partager cette interrogation avec les acteurs concernés17 ». Ainsi, cette médiation prend non seulement le risque du débat scientifique, mais aussi le risque du politique. C’est ici que prend sens le titre même de ce colloque, Le sociologue comme médiateur dans l’espace public, et c’est bien à cette enseigne que loge notre ami Luc Van Campenhoudt.

Bibliographie

Bibliographie

Berthelot, Jean-Michel, Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 1996, 249 p.

Corcuff, Philippe, Où est passé la critique sociale ? Penser le social au croisement des savoirs, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du Mauss », 2012, 317 p.

Habermas, Jürgen, La technique et la science comme « idéologie », Paris, Gallimard (1968), 1973, 211 p.

Larouche, Jean-Marc et Anne-Marie Voisard, « Noir Canada. Une recherche socialement responsable », Éthique publique, vol. 12, no 1, 2010, p. 105-121 [http://ethiquepublique.revues.org/249]

Van Campenhoudt, Luc, « La responsabilité de la recherche universitaire », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, vol. 2, no 2, 2000, p. 99-106.

Van Campenhoudt, Luc, « Recherche sociologique, éthique et politique » dans Variations sur l’éthique. Hommage à Jacques Dabin, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1994, p. 659-691.

Van Campenhoudt, Luc, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, 261 p.

Weber, Max [1917], « Essai sur le sens de la neutralité axiologique dans les sciences sociologiques et économiques », dans Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket, 1992, p. 365-433.

Notes

1 Weber, Max, « Essai sur le sens de la neutralité axiologique dans les sciences sociologiques et économiques », dans Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket [1917] 1992, p. 365-433.

2 P. Corcuff, Où est passé la critique sociale ? Penser le social au croisement des savoirs, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du MAUSS », 2012, p. 199.

3 L. Van Campenhoudt, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, p. 239.

4 L. Van Campenhoudt, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, p. 240.

5 Ibidem, p. 241.

6 Ibid., p. 241.

7 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique » dans Variations sur l’éthique. Hommage à Jacques Dabin, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1994, p. 659-691.

8 L. Van Campenhoudt, « La responsabilité de la recherche universitaire », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, vol. 2, no 2, 2000, p. 99-106. Ce texte a été écrit à l’occasion d’un colloque sur l’éthique de la recherche qui s’est tenu à Ottawa en mai 1999.

9 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », p. 662.

10 L. Van Campenhoudt, « La responsabilité de la recherche universitaire », p. 102. Notons que c’est la première occurrence du terme et thème de médiateur dans les textes de L. Van Campenhoudt.

11 Ibidem, p. 102.

12 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », p. 676.

13 L. Van Campenhoudt, « La responsabilité de la recherche universitaire », p. 105.

14 J. Habermas, La technique et la science comme « idéologie », Paris, Denoël-Gonthier (1968), 1978.

15 Voir dans ce volume la contribution de Jean-Louis Siroux et Philippe Hambye.

16 Pour une illustration, voir Jean-Marc Larouche et Anne-Marie Voisard, « Noir Canada. Une recherche socialement responsable », Éthique publique, vol. 12, no 1, 2010, p. 105-121 [http://ethiquepublique.revues.org/249].

17 Berthelot, Jean-Michel, Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 216-222.

Auteur

Sociologue, professeur au département de sociologie de l'Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search