Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie IV. Témoignages

Des usages et bénéfices de la méthode d’analyse en groupe (MAG) en contexte africain

Françoise Digneffe

Texte intégral

1Dès le début de sa carrière universitaire, Luc Van Campenhoudt a accordé toute son importance à la transmission et à la diffusion des connaissances. Excellent pédagogue et communicateur auprès des publics les plus divers, il a essaimé sur plusieurs continents. Je souhaite, pour ma part, témoigner de l’importance de la présence de Luc Van Campenhoudt à l’École de criminologie de Lubumbashi durant les années 2005 et 2006 et des effets de son enseignement, tant au niveau de la formation des chercheurs que des liens qui, grâce à lui, ont pu s’établir entre l’université et la société civile.

  • 1 Il s’agit d’un projet intitulé « Première école de criminologie en RDC », projet interuniversitair (...)

2En 2004, au sein de l’université de Lubumbashi (Unilu), en République démocratique du Congo, un programme de deuxième et troisième cycle de formation en criminologie est mis en place1. Ce programme vise à former un groupe d’enseignants et de chercheurs qui deviendront, au terme de cinq années, les premiers diplômés et pour certains les premiers docteurs en criminologie en RDC et dans la sous-région. Ces quatre ou cinq docteurs seront alors promus au rang de professeurs responsables de la nouvelle faculté susceptible d’accueillir des étudiants originaires du Katanga, mais plus largement de la RDC et de l’Afrique centrale. La première cohorte d’étudiants sélectionnée est issue de membres du personnel scientifique de l’Unilu, tandis que la deuxième est formée de professionnels travaillant dans les domaines de la police, de la justice, de la protection de la jeunesse, de la prison, etc.

  • 2 L. Van Campenhoudt, J-M. Chaumont, A. Franssen, La méthode d’analyse en groupe. Applications aux p (...)

3Au cours de la deuxième année d’enseignement, il s’agit d’introduire les étudiants à la démarche de recherche qualitative mais aussi de leur apprendre à réaliser un travail d’immersion sur leurs différents terrains de recherche. Cet objectif est rapidement apparu comme un immense défi dans la mesure où, mises à part quelques recherches anthropologiques, les travaux empiriques qualitatifs sont non seulement méconnus dans cette université (voire plus largement en Afrique centrale), mais en outre dévalorisés dans la mesure où seules les études quantitatives et statistiques ont droit de cité. Il fallait trouver une manière de donner à ces étudiants les outils qui leurs permettraient de réaliser de véritables recherches empiriques qualitatives et surtout leur faire prendre conscience de l’intérêt de s’interroger, en sociologues ou anthropologues, sur les réalités sociales de leur propre pays et plus particulièrement sur le fonctionnement de la justice pénale, de la police, des prisons etc. ; à saisir que le savoir ne se trouve pas seulement dans les livres ou dans la bouche des enseignants dont on retranscrit des paroles considérées comme immuables ; à comprendre enfin que le savoir criminologique est à construire dans un pays dont la spécificité des pratiques doit pouvoir être analysée et théorisée. Les compétences de Luc Van Campenhoudt en matière d’introduction à la recherche et de valorisation des démarches qualitatives (articulées ou non aux recherches quantitatives) sont à peu près inégalées. Nous avons donc fait appel à lui et c’est avec enthousiasme qu’il a répondu à ce nouveau défi. Après discussion il a semblé que la manière la plus efficace et la plus concrète d’aider les étudiants à définir leurs problématiques de recherche et à accéder à des terrains qui leur permettraient de les mener à bien serait de les former à la méthode d’analyse en groupe déjà largement utilisés en Belgique2.

  • 3 In Criminologie et droits humains en République démocratique du Congo (F. Digneffe, Kaumba Lufunda (...)

4Arrivé à Lubumbashi, Luc s’est rapidement adapté au climat ambiant, et il a, avec un succès certain, animé un séminaire de recherche préparatoire à un travail de fin d’étude et, pour certains d’entre eux, à un doctorat. Durant cinq journées, assisté de Salomé Van Billoen, coopérante en appui au projet, il a formé le groupe d’étudiants à la méthode d’analyse en groupe à partir de récits produits par chacun d’entre eux. Ce faisant, Luc s’est immédiatement créé une réputation au-delà de l’école de criminologie (le tam tam et les radios locales fonctionnent bien au sein de l’université, mieux en tout cas que l’internet). C’est ainsi qu’il est revenu à plusieurs reprises à l’Unilu. En novembre 2006, il a présenté une communication intitulée « Une démarche de recherche et de formation : l’analyse en groupe appliquée en contexte africain », au colloque international « Criminologie et droits humains en République démocratique du Congo », qui a eu lieu à Lubumbashi les 31 octobre, 1er et 2 novembre 20063. En 2009, il a assuré une formation à la technique d’enquête, réservée à l’ensemble de doctorants en sciences humaines de l’Unilu. Enfin, il a incité une petite équipe d’animateurs de la MAG locale à rédiger, sous sa direction, un texte sur la pratique et les spécificités de cette méthode en contexte africain. J’y reviendrai.

5Cette démarche, progressivement appropriée par les chercheurs et par plusieurs membres de la « société civile », a eu des effets surprenants et à long terme. J’en témoignerai à travers une expérience que j’ai moi-même vécue. Ensuite, j’évoquerai l’utilisation de la MAG dans un cadre plus large qui rayonne, au delà de l’université, au sein de la société civile.

1. La méthode d’analyse en groupe, un outil de formation des chercheurs

6Un an après le séjour de Luc Van Campenhoudt à Lubumbashi, j’ai moi-même co-animé un séminaire avec l’assistance de deux chercheurs congolais qui avaient bénéficié de son enseignement. Le public « étudiant » était composé d’une quinzaine d’adultes professionnels provenant de la police, de l’armée, du barreau, de la magistrature et aussi d’un organe important dans la région puisqu’il s’agit de l’Office des douanes et accises (Ofida) affecté au contrôle des marchandises passant de la RDC à la Zambie toute proche (par où transitent énormément de produits issus des mines et donc souvent de grande valeur).

7Le récit retenu pour l’analyse fut celui d’un inspecteur de l’Ofida qui portait sur une question en référence directe avec la criminologie. Nous avons intitulé ce récit « le trafic d’influence à la douane ». En deux mots, le narrateur, nouveau venu dans le service, fait part d’une situation où il s’apprête à infliger une amende importante à un transporteur de minerais destinés à l’exportation, en raison d’une fausse déclaration sur le contenu des marchandises. Il subit tout d’abord de fortes pressions de sa hiérarchie mais comme il maintient sa décision, ses supérieurs se disent eux-mêmes sous l’emprise de hauts responsables politiques de la province du Katanga, et l’invitent implicitement mais fermement à relâcher le transporteur. Finalement, notre narrateur décide, à contre-coeur, de renoncer à la sanction et se contente de taxer la marchandise conformément à la fausse déclaration du transporteur.

  • 4 Cf. notamment Raoul Kienge Kienge Intudi, Le contrôle policier de la délinquance des jeunes à Kins (...)

8Une fois le récit détaillé par le narrateur, les deux tours de table qui suivent sont très vivants et riches d’informations parfois surprenantes, chacun y allant de son interprétation fondée sur des expériences plus ou moins analogues. La procédure de la MAG, tours de tables successifs et réaction du narrateur est particulièrement appropriée à un travail de réflexivité et de complexification d’une situation trop souvent ramenée à la corruption généralisée qui règnerait dans ce pays. Ce qui se cache derrière ce terme est tellement vaste et imprécis que nous décidons de ne plus l’utiliser mais d’y substituer des pratiques concrètes qui s’avèrent extrêmement diversifiées. La situation de « délinquance » analysée permet de comprendre la pertinence d’un certain nombre de théories de sociologie ou de psychologie criminelle étudiées dans d’autres matières… Elle a permis également de mieux appréhender les tensions entre un droit pénal écrit « imposé de l’extérieur », par le colonisateur4, et des normes construites de manière plus ou moins informelle, de s’interroger sur la complexité des concepts de déviance et de norme.

9Ensuite, vient l’analyse des convergences et divergences dans les interprétations des participants, le sens des tensions entre certaines d’entre elles et les niveaux d’analyse qu’elles recouvrent. Très brièvement, une convergence globale fait état d’un lien entre le « trafic d’influence » et la désintégration de la société qui se décline en de multiples indicateurs. C’est la prédominance de l’informel qui fabrique des normes implicites socialement acceptées bien que contraires à la multiplicité des règlements écrits dont la légitimité n’a peut-être jamais été reconnue.

10Du point de vue de l’acteur, certains vont expliquer les pratiques « criminelles » par la nécessité de la survie et du chacun pour soi dans une situation de précarité. D’autres parlent plutôt d’un état d’esprit ou d’une installation volontaire dans l’inertie, par résignation ou par intérêt. Se pose alors la question de l’implication active ou passive de l’acteur qui finit par céder à ses supérieurs. Question difficile mais intéressante dans ce cas, puisque pratiquement chacun des participants se sent concerné personnellement. Tirer profit de l’anomie, se conformer par affinité ou par peur de montrer sa différence, pour préserver son emploi ou encore par soumission à la vision traditionnelle du chef (c’est la thèse que soutient le narrateur), dans l’attente d’un changement qui ne pourrait venir que d’en haut… Telles sont les principales convergences et divergences qui apparaissent.

11A partir de celles-ci, des apports théoriques et des repères conceptuels sont mobilisés non seulement par les animateurs mais aussi par le groupe. Nombre de théories classiques en criminologie permettent de conceptualiser de telles situations. Je pense par exemple à un étudiant, également inspecteur à l’Ofida qui, spontanément, s’est appliqué à lui-même la théorie de Sutherland sur les étapes de l’apprentissage du comportement criminel… Il explique comment, après des études de droit, il est entré dans la profession d’inspecteur des douanes sans se douter de la manière dont celle-ci le transformerait, comment il s’est trouvé rapidement confronté à des acteurs, égaux ou supérieurs, dont les pratiques illégales permettaient de compléter le maigre salaire « officiel » en vigueur, comment il « appris » progressivement ces techniques, comment finalement, dans les contacts avec les transporteurs, avec les laboratoires d’analyse des minerais, avec les collègues et les supérieurs il en vient lui-même, en toute impunité et en conformité avec ses pairs, à opérer des transactions lucratives mais contraires aux règlements établis. Les débats sont assez vifs, mais en même temps, il semble bien que les pratiques liées au « trafic d’influence » soient devenues la norme dans un système où il est difficile de trouver l’origine des dysfonctionnements tellement la multiplicité des facteurs est grande. Plus largement, les étudiants concluent à la nécessité de construire des outils propres à la compréhension des situations problèmes dans un contexte où la loi pénale, si elle est connue, ne semble avoir que très peu de légitimité.

12Si elles se multiplient, de telles approches peuvent jouer un rôle important dans la formation à la « citoyenneté » et dans la construction d’une démocratie « par le bas ». Les prises de conscience et de responsabilité de chacun, l’impact de la solidarité dans des situations de dissonance cognitive qui se révèlent à travers les analyses en groupe, permettent aux participants de devenir un peu plus acteurs de leurs situations. C’est sans doute la raison pour laquelle la MAG, plus encore qu’un outil de recherche, est devenue l’outil de référence du Centre de formation en criminologie et droits humains (Cefocrim).

2. La MAG, un outil de formation à la citoyenneté et de développement des liens entre l’université et la société

13On peut affirmer que le Centre d’étude et de formation en criminologie et droits humains (Cefocrim), créé au sein de l’École de criminologie de l’université de Lubumbashi a connu un développement rapide grâce à l’utilisation de la MAG. Cette méthode a permis d’associer étroitement les partenaires bénéficiaires des projets depuis la phase d’élaboration d’un programme de trois ans jusqu’à sa réalisation concrète. Elle est ainsi apparue comme un véritable outil d’interface entre l’expertise scientifique des universitaires et l’expérience des acteurs de terrain.

14Après un travail d’exploration et de rencontre avec les principaux groupes d’acteurs dans le secteur de la criminologie (magistrature, police, armée, barreau, secteur pénitencier, protection de l’enfance, contrôle de l’enfance délinquante et des populations marginalisées etc.), il s’agissait, pour le responsable du Centre et la coopérante qui intervenait en appui au projet, d’élaborer un programme d’intervention. Durant une année, plusieurs analyses en groupe ont été menées dans ces différents secteurs, soit à l’initiative d’un chercheur, soit à la demande d’une ONG ou encore des communautés locales. Ainsi, plusieurs analyses en groupe ont permis de cerner une diversité de problèmes liés à la présence des entreprises minières au Katanga. Par exemple, une analyse en groupe a été réalisée à l’initiative d’un doctorant à propos des différents organismes de sécurité intervenant dans une grande entreprise minière. Une autre l’a été grâce à la demande d’une ONG dans un objectif de résolution des conflits entre les entreprises minières et les communautés locales au Katanga. Une autre encore concerne un problème de pollution d’une rivière par une entreprise peu soucieuse de développement durable. A titre exploratoire encore, la MAG a été utilisée à la demande de plusieurs institutions en proie à des situations problématiques diverses : les atteintes du pouvoir politique à la liberté de la presse, les violences faites aux femmes, des problèmes liés à l’encadrement des jeunes en institution, à la prise en charge des jeunes de la rue, etc.

15Ces multiples analyses en groupe ont permis de mettre en lumière, avec les divers acteurs concernés, les demandes de formations permettant de contribuer, de manière plus efficace et adéquate, à la lutte contre la délinquance et la marginalisation. Dans chaque groupe, l’analyse de récits concrets et le respect des étapes de la méthode ont directement formé les participants aux processus de mise en œuvre des questions problématiques et à une méthodologie qui permette l’expression des points de vue de chacun, des convergences et des divergences dans les interprétations. Le dispositif de la MAG a été accueilli avec enthousiasme par les participants qui y ont vu une manière à la fois simple et précise de donner la parole à des personnes de formation et d’horizons différents, et d'éviter que les discussions ne dérivent sans aboutir à des conclusions positives. L’avant-dernière étape de la MAG, qui vise à élaborer des perspectives pratiques, a revêtu une importance considérable. Pour citer quelques exemples concrets : c’est une analyse en groupe portant sur la paix et la non-violence qui a abouti à la création d’un observatoire congolais des foyers de tension (OCFT) qui s’est ensuite transformé en ONG. Des responsables de maisons d’encadrement d’enfants des rues ont construit des calendriers d’activités à réaliser avec les enfants. Des formations aux mamans ont été dispensées dans de nombreux quartiers de la ville.

16De manière plus globale, à la suite de toutes ces analyses en groupe, un séminaire réunissant les représentants des différents groupes d’acteurs a abouti à l’élaboration du programme d’action du Cefocrim sur les trois années suivantes. L’utilisation de la MAG, dans la formulation des projets de ce type possède de nombreux avantages : le projet universitaire bénéficie directement de l’expertise des professionnels et acteurs des secteurs concernés, ceux-ci s’impliquent plus facilement dans le programme d’action qu’ils ont contribué à élaborer ; par ailleurs, les programmes d’actions peuvent réunir des acteurs aux avis divergents (par exemple des policiers et des représentants de jeunes de la rue, des magistrats et des « activistes des droits de l’homme ») entre lesquels la MAG apparaît comme un facilitateur au niveau de la compréhension et de l’analyse des problèmes.

17Ainsi, on peut dire que la MAG est devenue en quelque sorte la « carte d’identité » du Cefocrim. Son expertise dans l’utilisation de cette méthode a été requise par d’autres centres de formation, à Kinshasa et au Burundi. Elle s’est ainsi diffusée, parfois adaptée en fonction des contextes et des compétences de chacun. Ses caractéristiques principales – partir de récits concrets, permettre la confrontation des interprétations des participants à travers des prises de paroles successives, apparaît comme un véritable apprentissage de la démocratie réelle. Il est rendu possible par le respect de règles fixées explicitement en commun, par un rapport d’égalité morale entre les participants et entre ceux-ci et les chercheurs ou formateurs, par le respect d’étapes préalablement définies.

18Bien sûr, comme toutes les expériences menées dans un contexte difficile, où la majorité de la population vit dans une grande précarité, où les conflits ne sont jamais loins, où la désorganisation sociale règne en maître, où la « débrouillardise » reste pour beaucoup le moyen essentiel de survie, la MAG ne résoudra pas tous les problèmes. Elle restera néanmoins, quoiqu’il arrive un outil au service de ceux qui veulent contribuer aux changements sociaux et à l’émancipation des citoyens les plus fragiles.

19Afin de pérenniser la méthode et son insertion en contexte africain, Luc Van Campenhoudt a incité les formateurs à rédiger eux-mêmes et pour eux-mêmes un manuel de la MAG basé sur leurs propres expériences et leur réappropriation de la méthode en fonction des différentes situations dans lesquelles il l’utilisent. Pour soutenir cette démarche, Luc a accepté de les accompagner durant un séjour qu’il a effectué en été 2010 (ou plus exactement pendant la « saison sèche »). Finalement, ce texte rédigé par Ildéphonse Tshinyama Kadima, Joe Sanduku et Salomé Van Billoen, sous la direction de Luc, sera intitulé « La méthode d’analyse en groupe en contexte "extra-ordinaire" » et publié dans un prochain ouvrage dont j’ai entendu quelque part qu’il porterait le titre de Quatre méthodes pour l’Afrique.

20Ainsi se clôture, peut-être, l’intervention de Luc en République démocratique du Congo, et ce témoignage à propos d’une des facettes peut-être moins connue de son travail d’enseignant, chercheur, explorateur, expert en communication et capable de « capitaliser » sur les retombées de ses actions en en démultipliant les effets par l’écriture, mais aussi à travers son enthousiasme et sa bonne humeur.

Notes

1 Il s’agit d’un projet intitulé « Première école de criminologie en RDC », projet interuniversitaire ciblé en partenariat entre l’université de Lubumbashi et l’Université catholique de Louvain, financé par la Commission universitaire au développement (CUD-DGD, 2004-2009), coordonné par Françoise Digneffe (UCL), Philippe Mary (ULB), Jacques Fierens (FUNDP) et le recteur de l’Unilu, Kaumba Lufunda.

2 L. Van Campenhoudt, J-M. Chaumont, A. Franssen, La méthode d’analyse en groupe. Applications aux phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2005.

3 In Criminologie et droits humains en République démocratique du Congo (F. Digneffe, Kaumba Lufunda sld.), Bruxelles, Larcier, Afrique Editions, 2008, p. 111-122.

4 Cf. notamment Raoul Kienge Kienge Intudi, Le contrôle policier de la délinquance des jeunes à Kinshasa. Une approche ethnographique en criminologie, Louvain-la-Neuve, Academia, 2010.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search