Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie III. Le chercheur dans la cité

La recherche au service de l’action publique et de la communauté scientifique

Marjorie Lelubre

Texte intégral

1Il est de nombreux lieux au sein desquels les chercheurs peuvent développer leurs pratiques professionnelles. Au-delà du monde académique, centres de recherche, publics et privés, institutions diverses visent à contribuer à la production de connaissances. Face à ces nouveaux canaux de recherche, plusieurs questionnements, voire craintes ou suspicions, ont émergé. Est-il possible de garantir la qualité des travaux de ces chercheurs alors que ces derniers évoluent en dehors d’un environnement scientifique tel qu’il était jusqu’à présent envisagé ? Le chercheur doit-il, pour conserver sa légitimité, se cantonner à un rôle d’observateur distant ? Quelle peut être l’utilité de nos travaux ? Comment articuler ses différents positionnements au service du savoir mais également de la collectivité ? En tant que jeune chercheur, nous n’ambitionnons pas d’apporter des réponses toutes faites mais à faire part de nos réflexions en partant du positionnement particulier qui est le nôtre.

2En effet, pour comprendre notre propos, il paraît important de clarifier notre propre statut dans le champ de la recherche. Depuis cinq ans, nous occupons un poste de chargée de recherche au sein d’une institution publique visant à assurer la coordination de services prenant en charge les personnes en situation d’extrême précarité. Par ailleurs, nous avons entamé, depuis deux ans, une thèse de doctorat en sociologie dans le but de nous confronter à nos pairs. Pour un chercheur placé au sein d’une telle configuration se pose la question de son engagement et de sa légitimité face aux attentes multiples, et parfois contradictoires, de ces différents acteurs auxquels il est confronté.

I. Une recherche au service de la collectivité

  • 1 Malgré différents angles d’approche, nos thématiques de recherche ont pour point de commun de conc (...)

3La pratique de la sociologie implique de facto pour le chercheur une inscription dans le monde sur lequel il vise à produire une connaissance. La question reste de savoir l’usage qu’il peut être fait de celle-ci. Pour Durkheim (1894), la sociologie devrait concourir à ce que la société puisse prendre conscience d’elle-même. Au-delà d’une production de savoir, le chercheur a donc pour mission de s’assurer que ses travaux peuvent être utiles, notamment auprès des différents acteurs rencontrés sur son terrain, sans lesquels il lui aurait été impossible de construire sa réflexion. En effet, diffuser les résultats de recherche auprès de ces derniers apparaît comme une indispensable contrepartie mais dont l’exercice s’avère souvent plus complexe qu’il n’y paraît (Bergier, 2001). Cependant, peut-on considérer que cette diffusion soit suffisante ? Le chercheur ne doit-il pas faire en sorte que ses travaux puissent avoir un impact sur l’environnement qui l’entoure et auprès des populations qu’il étudie ? En ce qui nous concerne, nous souhaitons répondre de manière affirmative à cette dernière interrogation puisque, suivant Durkheim (1897, Préface, p. xxxix), nous pensons « que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif. » Cette assertion nous apparaît avec d’autant plus de pertinence eu égard à nos sujets de recherche. Confronté aux formes les plus aiguës de précarité1, il peut sembler difficile pour un chercheur de ne pas vouloir influer sur de tels phénomènes sociaux, une volonté de changement nous permettant, d’ailleurs, dans certains cas, d’atténuer la désagréable impression d’« utiliser » cette pauvreté pour le développement de sa propre carrière. Or, notre position de chercheur engagé par une institution en lien direct avec le terrain et travaillant pour l’autorité publique peut sans doute nous offrir de meilleures opportunités d’être entendu par les décideurs, voire de faire évoluer concrètement les pratiques des opérateurs. Plus largement, notre statut nous permet de dresser des ponts et de faciliter la communication entre ces différents acteurs impliqués dans de tels faits sociaux.

4Dépasser le stade passif de la seule production de connaissances et considérer que le rôle du chercheur peut aussi être celui d’une courroie de transmission de l’information et l’un des moteurs de l’action – sans se substituer lui-même aux acteurs, notamment dans ses rapports avec l’autorité publique, point sur lequel nous reviendrons – est un choix. Pour autant, nous n’ignorons pas les risques qu’un tel positionnement pourrait engendrer, parmi lesquels la difficulté de conserver une distance et une forme d’autonomie par rapport à nos interlocuteurs.

II. Une inscription dans un terrain : éviter que la proximité ne devienne complaisance

5L’arrivée d’un chercheur sur un terrain peut s’avérer une étape des plus délicates. Soumis à un regard extérieur, ignorant ce qui pourrait être fait des paroles entendues ou des gestes aperçus, les acteurs peuvent développer une certaine méfiance face à l’arrivée de ce tiers dans leur environnement. Pour contrer cette difficulté, certains chercheurs choisissent d’étudier des terrains dans lesquels ils sont déjà immergés (Becker, 1963), ou encore de passer sous silence leur identité et les raisons de leur présence (Thelen, 2006).

6Toutefois, cette méfiance présumée des acteurs n’est pas toujours aussi prégnante. Ainsi, un autre cas de figure est envisageable lorsque ce sont les acteurs eux-mêmes qui souhaitent solliciter le chercheur pour analyser leur propre réalité. Au lieu de faire appel à des chercheurs issus de centres de recherche universitaires, ces acteurs peuvent opter pour l’engagement d’un chercheur au sein de leur propre structure et placé directement sous leur autorité. C’est d’ailleurs la configuration dans laquelle nous avons débuté notre carrière. Si ces acteurs se prêtent alors au jeu de la recherche, peu de chercheurs auront eu un accès aussi aisé et complet aux documentations internes, à la parole des acteurs et plus largement, aux « coulisses » du terrain, plus difficilement accessibles pour un chercheur extérieur. De par cet ancrage, il est alors possible de développer une véritable recherche collaborative (Lefrançois, 1997). Une telle position d’intériorité représente une opportunité de construire des questionnements en lien direct avec le terrain permettant à ces acteurs de pouvoir se réapproprier le processus de recherche auquel ils sont soumis.

7Bénéficiant des avantages liés à une position de proximité, on peut rapidement se poser la question de la neutralité axiologique du chercheur – cette notion étant d’ailleurs remise en cause par de nombreux chercheurs (Kalinowski, 2005) – et de la distanciation, pourtant nécessaire pour développer un regard critique.

8Cette tension entre proximité et distanciation se joue à deux niveaux, personnel et institutionnel. Paradoxalement, en effet, le chercheur se voit sommé de développer un regard critique – et, donc, parfois négatif – au sujet de l’institution qui l’emploie. Une critique trop acerbe ne peut-elle pas, dès lors, conduire à un arrêt du financement de la recherche ? Face à l’enjeu de conserver son emploi, le chercheur peut vouloir atténuer son propos ou laisser dans l’ombre une part de la réalité trop difficile à évoquer sans se retrouver lui-même dans une position délicate sur son propre lieu de travail. Au-delà des enjeux liés à sa carrière, cette présence continue sur le terrain génère des liens interpersonnels. Pour notre part, nous sommes ainsi confrontés quasi quotidiennement aux travailleurs sociaux dont nous analysons les pratiques professionnelles. Comment faire en sorte que nos constats ne soient pas considérés comme une remise en cause des efforts de ces travailleurs ? De la même manière, face à des personnes marginalisées et stigmatisées, comment éviter que nos constats, associés à la force de l’écrit et à la figure d’autorité, ne soient pas considérés comme des remises en cause des valeurs et normes des personnes approchées ?

  • 2 En 2009, des scandales éclataient au Canada après que des chercheurs aient été empêchés de publier (...)

9S’il est communément admis que toute tentative de censure émanant d’un tiers en vue de réduire au silence un chercheur – nous pensons notamment aux grands groupes économiques ou politiques dont les intérêts pourraient être mis en cause par certains résultats de recherche2 – constitue une entrave à la démocratie et devrait être dénoncée, qu’en est-il de ce que nous pourrions nommer une censure interne ? En effet, si le chercheur souhaite diffuser des connaissances, ce dernier doit également pouvoir assumer les conséquences de cette diffusion. Or, ces conséquences peuvent bien évidemment le concerner directement, mais elles peuvent également se retourner contre les répondants lui ayant permis de construire son objet de recherche. Lorsqu’il s’agit d’aborder des sujets tels que ceux auxquels nous sommes confrontés depuis le début de notre carrière, on ne peut ignorer l’impact émotionnel que nos écrits peuvent avoir sur nos répondants. Dans certaines circonstances, le chercheur peut-il passer sous silence certains pans de la réalité qu’il étudie ? « La source principale de non-diffusion de ses résultats de recherche ne provient pas des intérêts privés ou d’une quelconque censure publique, mais bien de la peur de l’accueil qu’ils pourraient recevoir. » (Kettani, 2009). Si, quelle que soit sa position, tout chercheur peut être confronté au dilemme d’éluder certains résultats au risque de blesser des répondants, nous pensons que cette censure interne peut s’exercer d’autant plus fortement dans ces nouvelles configurations où le chercheur est placé hors du cadre habituel de la recherche scientifique.

10Il n’est sans doute pas de solutions toutes faites face à de telles difficultés mais nous pensons néanmoins que ces recherches effectuées hors du champ académique peuvent être entourées de certaines balises garantissant la scientificité de ces travaux. Pour notre part, nous avons tenté de dépasser ces obstacles en nous inscrivant dans un parcours doctoral permettant une prise de distance plus aisée et une confrontation continue avec les exigences de la communauté scientifique. Au-delà de ce cheminement personnel, il semble intéressant de permettre à tout chercheur, quel que soit son positionnement, de faire preuve de réflexivité quant à sa propre pratique (Marchat, 2001). Pour ce faire, la communauté scientifique devrait pouvoir dépasser cette opposition entre la recherche pure et recherche commanditée et développer des ponts entre les chercheurs issus de ces différents champs. Plutôt que de considérer les désavantages de chacune de ces positions, nous pensons qu’un dialogue devrait pouvoir se faire jour. Au sein de notre cadre institutionnel, nous avons pu bénéficier de la mise en place de comités scientifiques réunissant différents acteurs du monde de la recherche, des autorités publiques et du terrain de l’action sociale, permettant de croiser différents regards mais aussi d’assurer la rigueur nécessaire à tout travail de recherche. Ces expériences positives devraient pouvoir se multiplier au bénéfice de tous. En outre, il s’agit également de considérer les marges de manœuvre dont disposent les chercheurs lors de leur engagement dans ce type d’institution. Nous pensons que ces derniers devraient pouvoir disposer d’une formation ou d’un encadrement leur permettant de mieux négocier les contrats qu’ils sont amenés à signer avec leurs employeurs.

11Pour ce qui est du niveau interpersonnel, il importe d’apprendre aux chercheurs à communiquer leurs résultats de manière compréhensible et respectueuse sans considérer que cette modération du langage soit pour autant une remise en cause de l’esprit critique du chercheur. La vulgarisation de travaux scientifiques nous apparaît comme une nécessité pour le développement de la recherche si, comme nous le considérons, l’un de ses buts est de servir à la collectivité. Enfin, nous pensons que cette distanciation est également rendue possible par nos multiples inscriptions dans le monde de la recherche. Aussi, il serait intéressant d’éviter tout cloisonnement et d’encourager la mobilité des chercheurs entre ces différents positionnements.

12Un tel cadre institutionnel engendre donc des effets tant bénéfiques que négatifs dont le chercheur doit pouvoir être conscient pour assurer la scientificité de ses travaux. A ce propos, nous avons émis des pistes pour dépasser quelques-uns des obstacles évoqués. Cependant, d’autres difficultés peuvent se dresser devant un chercheur avec un statut tel que le nôtre. Comme nous l’indiquions, ce sont les financements issus des autorités publiques qui nous permettent de mener nos travaux. Régulièrement, nous sommes donc amenés à faire état de nos avancées devant ces commanditaires. Si l’on peut considérer ces retours comme une juste répartie, qu’en est-il de l’usage de cette production de connaissances par l’autorité publique ? Quels sont le rôle et la marge de manœuvre du chercheur en la matière ?

III. Être un chercheur au service de l’autorité publique

13Les liens entre les chercheurs et l’autorité publique peuvent être de différents ordres selon que la sollicitation émane de l’une ou l’autre partie, entraînant des conséquences diverses. Dans un premier cas de figure, les chercheurs peuvent être appelés directement par les décideurs à se positionner sur des sujets, en lien avec leurs terrains, en vue de guider l’action publique. Au-delà de la production et de la diffusion de connaissances, le chercheur se voit alors impliqué dans l’action. Placé dans cette position, le risque est de voir la figure du chercheur, sous son aura de scientifique, utilisée pour légitimer une action qui dépasse pourtant son cadre de référence. Le chercheur se doit donc d’être particulièrement attentif à ce que ses propos et son statut ne soient pas transférés dans un champ autre que celui de la recherche. Un second cas de figure vise les situations où le chercheur – ou le centre ou l’institution de recherche dont il fait partie – est en position de demandeur en vue d’obtenir un financement pour ses travaux. L’un des premiers effets serait de voir le chercheur ajuster ses questions de recherche aux thématiques qui trouvent écho auprès des décideurs, et non pas forcément selon les questionnements qui lui paraissent être les plus pertinents. Le décideur peut, quant à lui, être tenté d’accepter le financement d’une recherche en escomptant que cette dernière puisse lui servir à retarder l’action. Sommé par les opérateurs de terrain ou ses opposants politiques d’agir, la réalisation de recherche – et l’attente des constats qui pourraient en découler – peut être un moyen de gagner du temps. Là encore, le chercheur peut se voir pris dans des enjeux qui le dépassent et qu’il peut d’ailleurs ignorer jusqu’à sa confrontation avec le terrain.

  • 3 Lors de l’élaboration du code wallon du Logement et de l’habitat durable, nous avons ainsi été con (...)

14De plus en plus souvent, le chercheur est invité à participer à la production des politiques publiques en lien avec les sujets qu’il traite. Bénéficiant d’un financement ministériel, cette invitation peut d’ailleurs devenir l’une des missions à part entière du chercheur. Dans notre cas, nous avons été à la base de la proposition de recherche et avons pu décider de l’angle de l’approche que nous souhaitions développer en lien avec le comité scientifique chargé de suivre l’avancée de nos travaux. Cependant, le financement reçu témoignait également de l’intérêt des pouvoirs publics pour les thèmes de recherche que nous nous proposions d’analyser. Au cours de ces années, nos écrits ont dès lors pu être mobilisés lors de l’élaboration de ces politiques publiques amenant le chercheur à endosser le rôle de policy broker (Bergeron, 1998). Toujours présents sur notre terrain, nous avons donc parfois été confrontés à des situations où il s’agissait d’analyser les effets et impacts d’une politique publique à laquelle nous avions nous-mêmes contribué, même si cette contribution pouvait se révéler indirecte et très partielle3. Là encore, le chercheur est placé face au risque de ne plus pouvoir disposer d’une distanciation suffisamment importante pour aborder la suite de ses travaux, à plus forte raison si ces derniers sont toujours en cours au moment où il se voit sollicité par l’autorité publique.

15Face à un tel risque, plusieurs balises doivent être déployées. D’une part, il s’agit, pour le chercheur, de se montrer attentif à l’utilisation qui peut être faite de ses travaux. Pour notre part, nous avons veillé à être régulièrement informée de l’accueil réservé à nos travaux au sein du cabinet ministériel en charge du financement. En effet, nous pensons qu’il est important que le chercheur puisse se montrer proactif en la matière en veillant à cette utilisation. En outre, dans notre cas, ces contributions ayant pris la forme de consultations, nous n’avons joué aucun rôle dans la prise de décision à proprement parler. Aussi, analyser la manière dont l’autorité publique s’approprie les résultats de nos recherches peut constituer un nouvel angle d’approche très enrichissant. En effet, nos résultats sont rarement repris tel quel par l’autorité publique. Tenter de détecter les remaniements dont nos constats ont fait l’objet peut alors apporter un éclairage nouveau sur nos propres travaux dans un mouvement de va-et-vient dont nous pensons qu’il ne peut être qu’intéressant s’il reste maîtrisé.

Conclusion

16Si nous sommes convaincus des avantages liés à une position d’intériorité en termes d’accès au terrain et de liens à développer avec l’autorité publique, ce statut peut également faire naître un certain malaise quant à la légitimité d’un chercheur évoluant hors du monde académique ; malaise sans doute en partie à l’origine de la démarche doctorale que nous avons débuté en parallèle. Ce double, voire triple positionnement – par rapport à l’institution qui nous emploie ; à l’autorité publique et au monde académique – nous permet de faire jouer une complémentarité des statuts et encourage un travail réflexif mais nous amène également à devoir faire face à des attentes multiples, voire contradictoires de la part des différents acteurs auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de notre processus de recherche. Face à ces attentes dont la gestion fera partie intégrante du travail de recherche et de diffusion des résultats, le chercheur devra pouvoir trouver sa place sans jamais trahir l’éthique professionnelle qui lui a été inculquée ou la confiance qui lui aura été donnée par les répondants. Pour ce faire, nous pensons important d’encourager la mobilité des chercheurs leur permettant d’endosser, au cours de leur carrière, ces différents rôles et ainsi envisager sa pratique selon différentes perspectives. Plutôt que d’envisager les liens avec l’autorité publique sous l’auspice du contrôle et de l’instrumentalisation, nous avons plutôt choisi de les considérer également comme des partenaires en veillant à ce que chacun reste conscient du rôle qui est le sien évitant des amalgames sur les contributions que la recherche peut apporter au niveau de l’ensemble de la collectivité. Quel que soit son positionnement initial, tout chercheur sera amené à se poser les questions qui sont les nôtres actuellement. De tels questionnements ne doivent pas être considérés comme des obstacles à la recherche mais être véritablement intégrés aux réflexions qui parcourront l’ensemble de notre carrière et ce, quels que soient notre statut ou nos sujets de recherche.

Bibliographie

Bibliographie

Becker Howard (1963), Outsiders, Edition A. M Metailé, Paris.

Bergeron Henry, Surel Yves, Valluy Jérôme (1998), « L’Advocacy Coalition Framework. Une contribution au renouvellement des études de politiques publiques ? » Politix, vol. 11, no 41, p. 195-223.

Bergier Bertrand (2001), « Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales. Intérêts et limites », L’Harmattan, Paris.

Durkheim Émile (1894), Les règles de la méthode sociologique, Presses universitaires de France, 16e édition, 1967, collection « Bibliothèque de philosophie contemporaine », Paris.

Durkheim Émile (1897), De la division du travail social, Presses universitaires de France, 8e édition, 1967, collection « Bibliothèque de philosophie contemporaine », Préface de la première édition, Paris.

Hilgers Mathieu (2006), « Le sociologue dans la cité », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 37, no 1, p. 3-5.

Hilgers Mathieu (2006), « La responsabilité sociologique : retour sur l’entreprise critique de Pierre Bourdieu », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 37, no 1, p. 43-63.

Kalinowski Isabelle (2005), « Leçons wébériennes sur la science et la propagande », in Weber Max (2005), La science, profession et vocation, Marseille, Editions Agone.

Kettani Assia (2009), « La recherche bâillonnée ? », compte-rendu d’un colloque organisé par l’AFCAS, Québec.

Lefrancois Richard (1997), « La recherche collaborative : essai de définition », Nouvelles pratiques sociales, vol. 10, no 1, p. 81-95.

Marchat Jean-François (2001), « Recherche et espace public démocratique. Engagement(s) et intervention au CRIDA », CRIDA-LSCI/CNRS, Paris, IRESCO.

Muller Pierre (1990), Les politiques publiques, PUF, Paris.

Paugam Serge (2008), La pratique de la sociologie, PUF, Paris.

Thelen Lionel (2006), L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles.

Notes

1 Malgré différents angles d’approche, nos thématiques de recherche ont pour point de commun de concerner une même population de répondants tels que les personnes sans-abri ou mal logées.

2 En 2009, des scandales éclataient au Canada après que des chercheurs aient été empêchés de publier leurs résultats sur l’impact sanitaire des changements climatiques en raison de la tenue d’élections fédérales devant intervenir au même moment (Kettani, 2009).

3 Lors de l’élaboration du code wallon du Logement et de l’habitat durable, nous avons ainsi été consultés suite à la volonté des opérateurs de terrain d’y voir intégrer la notion d’accompagnement social en matière de logement. Une partie de nos travaux a alors été mobilisée en vue de définir cette notion ; dans le cadre d’une révision de l’arrêté relatif au financement des APL (Association de promotion pour le logement), la typologie relative aux différents modèles d’accompagnement social en matière de logement a été mobilisée en vue d’établir des indicateurs permettant d’objectiver les critères de financement dévolus aux opérateurs actifs en matière d’accompagnement social.

Auteur

Doctorante en sociologie, USL-B

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search