Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie III. Le chercheur dans la cité

Faire science dans les sciences humaines

La place de l’intéressement

Maryam Kolly

Texte intégral

  • 1 Où la preuve est liée à la reproductibilité de l’expérimentation dans des conditions identiques sa (...)

1Quel est le propre des sciences dites « humaines » ? On répondra : le fait qu’elles s’adressent à des êtres « humains ». En effet, l’agencement caractérisant la production du savoir sociologique a ceci de particulier qu’il inclut des chercheurs face à des personnes et groupes réels – et non, face aux objets des sciences expérimentales. Pour rappel, l’objectivité recherchée au sein de ces dernières grâce au dispositif expérimental1 tient à ce que l’expérimentation concerne des objets complètement indifférents aux questions de recherche.

  • 2 Aussi, cette contribution propose-t-elle de s’écarter d’une définition de l’objectivité en science (...)

2Il ne faudrait pas oublier, dès lors, qu’un terrain d’enquête n’est en rien comparable au dispositif de laboratoire car contrairement aux molécules par exemple2, les « êtres humains » sont en mesure de s’intéresser au savoir – qui plus est, élaboré à leur sujet.

  • 3 Isabelle Stengers, Cosmopolitiques. Tome 7 : Pour en finir avec la tolérance, La Découverte/Les em (...)
  • 4 Ibidem, p. 103.

[…] la question de la science lorsqu’il est question de sciences « humaines » (engage le fait) qu’elles s’adressent à des êtres qui, par définition, s’intéressent ou peuvent s’intéresser, ou sont capables de s’intéresser, à ce que l’on exige d’eux, à la manière dont on s’adresse à eux3.
[…] j’appellerai désormais (celles-ci) sciences de la contemporanéité puisque le temps de la production de connaissance et le temps du devenir de ceux qu’elles visent doivent y être acceptés comme inséparables4.

3Faire face à des personnes susceptibles d’être « intéressées » par le savoir produit signifie qu’il peut être attendu d’elles qu’elles réagissent, se sentent insultées le cas échéant par le compte-rendu d’enquête, qu’elles ne soient pas « obéissantes », voire soient demandeuses d’une participation active quant à la sélection des « bonnes » questions à poser ou « bonnes » thématiques à exploiter. Bref, cela signifie qu’il peut être attendu d’elles qu’elles déstabilisent, critiquent, interrogent la ou les question(s) de recherche posée à leur égard. C’est l’habileté des personnes à reconnaître ce qui est exigé d’elles – et à identifier les manières dont on s’adresse à elles – qui introduit la question des sciences de l’« humain » chez Isabelle Stengers. En prendre pleinement compte, affirme-t-elle donc, constitue la première condition de réussite du faire science dans les sciences humaines.

4« Oui mais… », dira-t-on logiquement, le danger n’est-il pas alors de nier l’autonomie du champ de la recherche, d’être conduit par d’autres buts que celui de la connaissance, d’être aveuglé par les desirata des acteurs, de se voir usurper la place d’enquêteur ? Pour résoudre l’objection énoncée dans le paragraphe précédent, il convient d'ajouter une deuxième condition de réussite pour le chercheur en sciences humaines ; elle consiste à ne pas être soumis aux questions/réponses qui importent aux enquêtés, à ne pas faire corps avec eux – pour reprendre la formule de Stengers. La philosophe introduit à ce propos une figure – le « chercheur diplomate » – pour décrire plus avant ce qu’on peut dorénavant qualifier de double condition de réussite des sciences de la contemporanéité, nous invitant à voir une analogie entre l’activité diplomatique et l’activité scientifique. Voyons ce qu’il en est.

  • 5 Isabelle Stengers, op. cit., 1997, voir p. 101 et suivantes. notamment : « La pratique du diplomat (...)

5Du fait de la nécessaire attention portée aux intérêts, à l’intéressement, etc., des groupes enquêtés et, parallèlement, de la tout aussi nécessaire autonomie du savoir, du fait de leur « contemporanéité » – au sens de simultanéité –, le chercheur est aux prises avec des loyautés plurielles5 à l'instar du diplomate. Conséquemment, son compte-rendu d’enquête est susceptible de « l’exposer à l’accusation de trahison » (par les acteurs du terrain). Isabelle Stengers place justement là la « grandeur du métier » de « chercheur diplomate », pour qui représenter scientifiquement ne se fait qu’au prix d’une telle irréductible tension.

6La clé de voûte du faire science dans les sciences humaines est cette double condition : faire en sorte, sur le terrain d’investigation, que l’agencement du savoir ne disqualifie pas les enquêtés-intéressés mais qu’il ne soumette pas non plus l’enquêteur – dont l’activité de recherche perdrait alors tout son sens.

*

  • 6 On va voir dans les paragraphes suivants que la caractérisation à l’échelle collective se fait en (...)

7En choisissant de traiter rigoureusement les questions d’adresse, le/la chercheur/se sera dans une forme d’obligation morale d’éviter la non-considération – voire la disqualification et l’insulte – des personnes concernées par la recherche. A ce stade, il/elle se demanderait : « Quels sont les personnes et les groupes qui répondent à l’adresse, comment et pourquoi sont-ils plus ou moins intéressés ? ». On aurait tort de croire que, ce faisant, le chercheur personnalise le lien au terrain ou qu’il verse dans le sentiment(alisme). Au contraire, verra-t-on, le lien enquêteur/enquêté est désindividualisé de la sorte en faveur de sa recaractérisation à l’échelle du collectif6.

  • 7 Médiatrice scolaire au service de prévention d’Etterbeek depuis 2002, mon ancrage professionnel a (...)
  • 8 Ces groupes sont qualifiés de « hôtes » par Isabelle Stengers car ils font montre d’hospitalité en (...)

8Médiatrice scolaire au sein d’un dispositif bruxellois depuis quelques années, j’ai enquêté à partir de cette posture trop-pleinement-engagée sur un terme prisé parmi les jeunes dits « d’origine immigrée ». Le « quartier » – espace physico-symbolique, référence centrale juvénile – relève du jargon incontournable du secteur social ; il est donc non seulement emblématique pour les jeunes mais aussi pour les professionnels7. Si je me réfère à présent au terrain d’enquête de ma thèse, qu’en a-t-il été des liens établis avec les groupes « hôtes », des modes d’adresse8 ?

9Il fallait d’abord s’adresser à des collègues, le premier groupe hôte.

10Compte tenu de ma position d’observation qui se caractérisait par une inscription continue parmi les professionnels, l’imbrication immédiate entre l’exercice du métier et la production de savoir – voire l’antériorité de la posture pratique sur celle de recherche – influencerait fatalement l’enquête.

11Deux remarques préliminaires s’imposent ici, en particulier au sujet de présupposés en vigueur chez les travailleurs sociaux.

12Un : Si j'ai dû me garder de tomber dans le prosélytisme en tant qu'observateur participant (autonomie du chercheur), la professionnelle que j’étais se savait sur un terrain sursaturé d’asymétries et d’inégalités (que subissent des jeunes relégués, discriminés, stigmatisés). Dans ce contexte, mes collègues et moi-même sommes d’emblée habités par un discours engagé relatif à des « causes à défendre ».

  • 9 Comment, sinon, créerait-il du lien avec le jeune, comment s’attacherait-il à lui ? Eu égard à ce (...)

13Deux : Tout travailleur de première ligne dont le public est constitué de « jeunes » fait face de facto à un groupe sur-étiqueté – cible des politiques locales de prévention et, plus globalement, du discours autour de l’insécurité déployé tant sur le plan médiatique qu’au niveau des politiques européennes. Il en découle que le professionnel a très souvent un réflexe discursif de déconstruction critique en ce qui concerne ces attributions négatives politico-médiatiques (« jeunes menaçant », « jeunes auteurs d’incivilité », « jeunes immigrés délinquants », etc.).9

14En enquêtant sur le « quartier », quel mode d’adresse ai-je privilégié vis-à-vis de mes collègues ?

15J’ai fait le choix d’intensifier mon appartenance à ce groupe, les travailleurs sociaux. En tant que chercheuse doublée de la travailleuse sociale, c’était pour moi le moyen de saisir de l’intérieur tout ce qu’impliquait l’entité « quartier » aux yeux des professionnels en tant que professionnels (et non, de « justiciers » prenant la défense des jeunes, par exemple). Il importait de faire apparaître dans les entretiens approfondis l’imbrication exercice du métier/production de savoir, les savoirs professionnels partagés (entre collègues), l’expertise acquise par expérience. C’est à l’aune de cet objectif que la question de recherche suivante leur a été proposée : « En quoi les codes et valeurs, les attachements des jeunes – implicites au terme endogène juvénile de « quartier » : entre-soi des pairs masculins, marqueurs ethno-culturels, virilisme, géométrie des délits, etc. – ainsi que leurs repoussoirs (l’« école », à titre d’exemple) forment-ils des éléments contraignant pour la composition du travail social au quotidien, forment-ils des conditions d’exercice du métier ? ».

16Les professionnels se sont montrés intéressés.

  • 10 Le concept d’effet est à comprendre ici au sens défendu par le philosophe pragmatiste William Jame (...)
  • 11 Le concept du faire faire est à inscrire dans les propositions de Bruno Latour dans le cadre de la (...)
  • 12 Voir, au sujet de ce qu’englobe l’entité « quartier », dont il n’est pas question ici de développe (...)

17A partir de la description des effets10 du « quartier » sur leur activité, ils ont déduit un agencement du terrain plus large, où jeunes, professionnels et acteurs institutionnels de la prévention montrent des intérêts hétérogènes. L’agencement donne schématiquement ceci : alors que les jeunes s’écrient « Le quartier, c’est nous ! » (espace physico-symbolique approprié), les mandataires publics pensent « Le quartier nous inquiète… » (cible des politiques de sécurité et de prévention) et, occupant une position intermédiaire, la posture des professionnels les fait se demander « Que nous fait faire11 le quartier, à nous ? ». Car les modes de vie, codes et valeurs juvéniles (que le « quartier » modélise) influent de maintes façons sur ces derniers : ils questionnent, contraignent, font hésiter les praticiens (« Sommes-nous instrumentalisés, séduits, baratinés ; au contraire, trahissons-nous les jeunes par nos injonctions à l’insertion, à l’assimilation ?12 »).

  • 13 Cet intéressement est le point de départ d’un travail de théorisation (ici, du « quartier ») de la (...)
  • 14 Cette perspective pragmatique du travail social est défendue dans le très beau livre de Claude De (...)

18L’intéressement manifesté par ces collègues quant à la production d’un savoir – relatif au « quartier13 » – est né de leurs difficultés, ressources/savoirs, intérêts professionnels situés14. Or, si l’on suit le philosophe pragmatiste William James selon qui les critères du « vrai » et de l’« objectif » sont les effets pratiques et les conséquences concrètes (d’un objet), ces répercussions professionnelles auront constitué un point d’appui objectif à la description dudit « quartier ».

19Il fallait ensuite s’adresser au deuxième groupe « hôte », à savoir les jeunes.

  • 15 La question de la – nécessaire – médiation des professionnels dans la production d’un savoir relat (...)

20Comment activer leur capacité à s’intéresser à la connaissance produite à leur sujet ? Disons de suite qu’il a été plus aisé de construire un rapport de chercheur à l’égard du premier groupe hôte que du second. En effet, intéresser les premiers au savoir s’est avéré réalisable sans trop de difficultés – comme souvent d’ailleurs s’agissant de cette catégorie d’acteurs15. Mais qu’en a-t-il été des jeunes ? De même qu’à l’égard de mes collègues, la construction de savoir à propos des jeunes a activement bénéficié, on va le voir, de ma double casquette de chercheuse/travailleuse sociale.

  • 16 Le thème de l'instrumentalisation du travailleur social (ou de tout autre agent de la « relation d (...)

21J’ai d’abord envie de dire – même si la formule n’est pas très heureuse : la travailleuse sociale (que j’étais) a pu apprendre à la chercheuse (que j’étais) qu’il peut être très tentant de faire corps avec eux. En effet, il ne me manque pas de souvenirs de discussions anecdotiques, à la tournure parfois comique, où des adolescents déchainés sur les services publics mettent une énergie folle à déblatérer des plaintes interminables : on ne fait de toutes façons rien pour eux, il faudrait au moins ouvrir les Maisons de jeunes toute la nuit, on n’organise vraiment pas assez de voyages à l’étranger pour les jeunes, la commune déborde d’argent qu’elle garde pour elle, les gens ne font que discuter dans leur bureau toute la journée, etc. Quand je dis aux jeunes, lors de ces réactions, que j’entends ça depuis toujours et ce, quel qu’ait été le contenu d’activités et de projets en cours, on me sourit généralement en retour. Puis, si je me mets à énumérer les événements passés réalisés et les personnes impliquées (dont moi), le jeune s’écrie qu’à part moi, x et y (et encore z !), personne ne fait rien pour eux… Aussi, en conclusion, je dirais que le penchant de notre bénéficiaire des services publics est-il, de manière générale, l’insatisfaction révoltée, rien n’étant plus simple pour le travailleur social d’en être complice en se désolidarisant ouvertement des instances mandataires par « une espèce de figuration héroïque ». Que montre à l’enquêteur cette facette de l’agencement hétérogène (mandataires/travailleurs/public) au sein duquel s’ancre le professionnel ? Il fait voir des jeunes tentés de séduire, d’instrumentaliser16, d’amadouer gentiment ce dernier qui n’est d’ailleurs pas dupe, bien souvent, face à la manœuvre. Les rapports réciproques chercheur/professionnel conduisent à considérer un risque pour le travailleur social qui, me semble-t-il, est redoublé dans le chef du chercheur : tomber sous le charme de ce public « séduisant » au détriment de la tension irréductible du « chercheur diplomate ».

  • 17 Le rejet par les jeunes de leur propre « victimisation » se cristallise via l’anti-modèle du « fla (...)
  • 18 Marcelle Stroobants, « Dispositifs habilitant/débilitant », document de travail/Séminaire Latour, (...)

22Ensuite, la profonde intériorisation par ce public de multiples expériences d’exclusion, discrimination, marginalisation, etc., est avérée. Sur cette base d’expériences stigmatisantes, intéresser les jeunes sans s’enfoncer – ensemble – dans le piège de la consolidation de leur image négative (ou définie par la négative) est un pari. Il est, autrement dit, peu aisé de faire émerger un discours qui soit autre que celui où l’on s’unit dans la (com) plainte et la dénonciation. En effet, les conditions de préformatage de ce type de compte rendu sont présentes partout (et les vérités qui en sont issues des truismes ?). Or, sur mon terrain, ce que les jeunes ont affiché très clairement, ce qu’ils ont communiqué à nouveau au professionnel (à nouveau, au sens où il s’agit là encore d’un enseignement que le chercheur tire de cet ancrage professionnel), c’est leur refus de se voir traités in fine comme des victimes même s’ils dénoncent les injustices. Fiers, orgueilleux, les jeunes montrent de manière générale (par leur attitudes, les joutes verbales, le sens de la répartie, la débrouillardise, etc.) qu’ils ne veulent pas être objectivés comme victimes-bénéficiaires du travail social17. Du point de vue de la recherche, est-on là autorisé à voir, de leur part, une amorce d’intérêts et de positionnement collectif (qui ne se fasse pas par la négative : discriminés, stigmatisés, etc.), une invite des jeunes à ouvrir une problématique de groupe positivement défini ? Car, hors de cette voie de la dénonciation, s’intéressent-ils seulement à leur représentation par la communauté scientifique ? Ne bute-t-on pas en effet souvent en réponse à cette question (surtout chez les plus désinsérés) sur l’absence d’un groupe qui soit basé sur une définition autoportée, revendicatrice ? « Des » jeunes interrogés parlent au nom de qui, au nom de quel groupe ? N’est-on pas souvent démunis dans le projet d’instaurer, comme le dit Marcelle Stroobants, des dispositifs les habilitant18 à prendre part à la connaissance ? Si l’on accepte qu’est ténue à ce jour leur volonté de prendre part au savoir produit sur eux, il faudra donc constater à la lumière de la contemporanéité, qu’un risque d’accusation intrinsèque de trahison est souvent encouru par le chercheur dans ce domaine d’investigation.

*

23Le compte-rendu d’enquête doit certes maintenir le cap de l’autonomie ; il incombe toutefois au chercheur de clarifier la place de l’intéressement, geste éthico-méthodologique. Sans doute qu’il y a toujours, sur tout terrain, des intérêts collectifs. Pourtant, il n’y a pas toujours de l’intéressement vis-à-vis de la connaissance. Affirmer que les questions d’adresse sont consubstantielles aux sciences humaines, les reconnaître comme le lieu où réside ce qui leur est spécifique, c’est aussi exiger du chercheur qu’il examine ce qui rend ou non les « intéressés » indifférents à sa production sociologique.

Bibliographie

Bibliographie

De Jonckheere C., 83 mots pour penser l’intervention en travail social, éditions ies, Haute École de travail social, Genève, 2010.

Haraway D., « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », in Haraway D., Des singes, des cyborgs et des femmes, Editions Jacqueline Chambon/Actes Sud, Paris, 2009, p. 323-355.

James W., Le pragmatisme, Flammarion, Paris, 2007.

Jamoulle P. et Mazzocchetti J., Adolescences en exil, Harmattan-Académia, Louvain-La-Neuve, 2011.

Kolly M., « "Flamands", "Kholotos" et travailleurs sociaux. Du quartier comme "matter of fact" au quartier comme "matter of concern" », Journal Droit des Jeunes, no 318, octobre 2012, p. 15-22.

Latour B. et Woolgar S., La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, La Découverte, Paris, 1988.

Latour B., La science en action, Gallimard, Paris, 1995.

Manco U. (coord.), Affaires d’identités ? Identités à faire !, L’Harmattan, Paris, 2012.

Stengers I., L’invention des sciences modernes, Flammarion, Paris, 1995.

Stengers I., Cosmopolitiques. Tome 7 : Pour en finir avec la tolérance, La Découverte, Paris, 1997.

Stroobants M., « Dispositifs habilitant/débilitant », document de travail/Séminaire Latour, Bruxelles – Cosmopolis/VUB, Juin 2007.

Notes

1 Où la preuve est liée à la reproductibilité de l’expérimentation dans des conditions identiques sans perturbation.

2 Aussi, cette contribution propose-t-elle de s’écarter d’une définition de l’objectivité en sciences humaines comprise en termes d’évitement de perturbations, pouvant être introduites par l’enquête (que celles-ci soient liées à la subjectivité de l’enquêteur ou des acteurs).

3 Isabelle Stengers, Cosmopolitiques. Tome 7 : Pour en finir avec la tolérance, La Découverte/Les empêcheurs de penser en rond, Paris, 1997, p. 102.

4 Ibidem, p. 103.

5 Isabelle Stengers, op. cit., 1997, voir p. 101 et suivantes. notamment : « La pratique du diplomate a ceci de difficile et de très intéressant qu’elle l’expose très souvent à l’accusation de trahison. La méfiance même de ceux-là qu’il est censé représenter fait partie des risques et des contraintes du métier et en constitue la véritable grandeur. […] Car ce métier est mis sous le signe d’une tension irréductible. D’une part, le diplomate est censé appartenir à la population, au groupe, au pays qu’il représente, il est censé en partager les espoirs et les doutes, les effrois et les rêves. Mais, d’autre part, le diplomate s’adresse à d’autres diplomates, et doit être pour eux un partenaire fiable, acceptant avec eux les règles diplomatiques. […] Le diplomate ne peut pas faire corps avec ceux qu’il représente, sans quoi l’activité diplomatique serait dénuée de sens […]. »

6 On va voir dans les paragraphes suivants que la caractérisation à l’échelle collective se fait en effet par le truchement de l’intérêt des acteurs. Le chercheur se demandera dans cette optique : « Quelles personnes, quels groupes répondent à l’adresse (ou non) ? Sur quelle base, à partir de quels critères (ce qui leur importe, les valeurs qui les font tenir, les causes qu’ils défendent, les intérêts qu’ils ont à, les savoirs profanes qu’ils possèdent, le nous mis en exergue, etc.) ? Que puis-je conclure, à partir de là, sur les conditions de production du savoir : sur mon terrain, dans quels types de rapports de force sociaux (de sexe, de classe et de « race ») les intéressés de l’enquête sont-ils pris – ici, jeunes et professionnels ? Dans quelles situations leur expérience les ancre-t-elle : une expérience de discriminations, d’oppressions ou une expérience de cumul de capitaux ? Figurent-ils parmi les minoritaires, les majoritaires ? Se considèrent-ils porteurs de savoirs – profanes, tirés de leur expérience, etc. – à faire reconnaître au sein de l’espace public ou, au contraire, n’ont-ils aucune volonté d’articuler leurs points de vue, ni au monde académique ni à la sphère politique ? ».

7 Médiatrice scolaire au service de prévention d’Etterbeek depuis 2002, mon ancrage professionnel a fourni le terrain d’enquête de ma thèse en sociologie à l’Université libre de Bruxelles (ULB), intitulée Le Quartier en action. Les marges d’une jeunesse dite « d’origine immigrée », dirigée par Marcelle Stroobants et défendue en février 2012.

8 Ces groupes sont qualifiés de « hôtes » par Isabelle Stengers car ils font montre d’hospitalité en acceptant l’enquêteur en leur sein.

9 Comment, sinon, créerait-il du lien avec le jeune, comment s’attacherait-il à lui ? Eu égard à ce lien, le travailleur social vit d’ailleurs toujours peu ou prou une forme de tiraillement entre, d’une part, l’affection pour son public et, d’autre part, son mandat qui le relie à la visée intégratrice, normative voire sécuritaire (cohésion et ordre sociaux).

10 Le concept d’effet est à comprendre ici au sens défendu par le philosophe pragmatiste William James, lequel articule intimement objectivité/vérité et effets pratiques/conséquences concrètes. « Ainsi, pour que nos pensées à propos d’un objet soient parfaitement claires, il nous suffit de considérer quels effets d’ordre pratique nous pouvons concevoir que l’objet puisse impliquer […]. Notre conception de ces effets, immédiats ou éloignés, est en somme ce à quoi se réduit notre conception de l’objet, pour autant qu’elle ait un sens positif. » William James, Le pragmatisme, Flammarion, Paris, 2007, p. 114.

11 Le concept du faire faire est à inscrire dans les propositions de Bruno Latour dans le cadre de la théorie de l’acteur-réseau.

12 Voir, au sujet de ce qu’englobe l’entité « quartier », dont il n’est pas question ici de développer les multiples composantes, l’article : Maryam Kolly, « "Flamands", "Kholotos" et travailleurs sociaux. Du quartier comme "matter of fact" au quartier comme "matter of concern" », Journal Droit des Jeunes, octobre 2012, p. 15-22.

13 Cet intéressement est le point de départ d’un travail de théorisation (ici, du « quartier ») de la part des acteurs du terrain – mode de théorisation « profane » que le chercheur gagne toujours à intégrer lors de ses enquêtes, me semble-t-il, tout en explicitant ses choix sur le « comment ».

14 Cette perspective pragmatique du travail social est défendue dans le très beau livre de Claude De Jonckheere, 83 mots pour penser l’intervention en travail social, éditions ies, Haute École de travail social, Genève, 2010.

15 La question de la – nécessaire – médiation des professionnels dans la production d’un savoir relatif aux jeunes est illustrée et vérifiée dans deux récentes études belges : Pascale Jamoulle et Jacinthe Mazzocchetti, Adolescences en exil, Harmattan-Académia, Louvain-La-Neuve, 2011 et Ural Manco (coord.), Affaires d’identités ? Identités à faire !, L’Harmattan, Paris, 2012.

16 Le thème de l'instrumentalisation du travailleur social (ou de tout autre agent de la « relation d’aide » ou de la sphère psycho-socio-éducative) est concentré dans un vocable juvénile : le « bakhar ». Pour l’approfondissement de cette notion, voir l’article précité paru dans le Journal Droit des Jeunes.

17 Le rejet par les jeunes de leur propre « victimisation » se cristallise via l’anti-modèle du « flamand », catégorie endogène incarnant la « victime » (anti-contestataire, conformiste, obéissant, fayot à l’aune d’une culture anti-scolaire). Voir le même article pour le développement de ce terme.

18 Marcelle Stroobants, « Dispositifs habilitant/débilitant », document de travail/Séminaire Latour, Bruxelles – Cosmopolis/VUB, Juin 2007.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search