Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie III. Le chercheur dans la cité

La sociologie comme science située

Eric Corijn

Texte intégral

1Il m’a été demandé de traiter de l’engagement du chercheur, de son rapport à la cité. Mes réflexions sont ancrées dans mon expérience particulière. Professeur en géographie sociale, dirigeant un centre d’études urbaines, avec un doctorat en sciences sociales, ma place dans l’académie se situe dans une faculté de sciences naturelles, dans un département de géographie. Je vis donc dans un milieu ambiant qui est empreint d'un certain rapport à la science, au savoir, et qui implique des conceptions ou des présuppositions au sujet de comment se produit une vérité et comment des résultats d’une recherche peuvent-ils être valorisés socialement. C’est une position de départ propice à notre réflexion puisque il y a moins d’ambivalence sur le rapport du chercheur à son sujet, et sur le type d’engagement possible avec l’objet de recherche.

2Je vous propose donc de ne pas poser notre problème en termes individuels, comme s’il s’agissait du rapport « du chercheur » à la cité et donc comme une question d’attitude, d’éthique, de positionnement de l’individu, d’une déontologie. L’engagement serait alors pensé en termes de rapport entre le chercheur et le citoyen, en termes d’équilibre entre la distance et la responsabilité sociale. Parce qu'en fait on pourrait, je crois assez facilement, se mettre d’accord sur quelques principes déontologiques. Toute pratique scientifique inclut la distance critique. Il s’agit de construire un savoir distant de l’objet et puis de les mettre en rapport. La science n’est pas immédiate, elle est médiée.

3Après, il y a différentes postures possibles du scientifique dans son rapport à la société. Le chercheur ne fait pas que de la science. Il peut très bien « s’engager », mobiliser son savoir comme membre de la société civile, faire bénéficier de son capital culturel. C’est même une des trois missions de l’université à côté de l’enseignement et de la recherche, de « rendre service à la société ». On peut être « solidaire ». Bien que… Lorsque le juge d’instruction Connerotte dans l’affaire Dutroux s’est montré « solidaire » par sa présence à un repas de soutien aux victimes, il a été déchargé du dossier. Et il faut le dire : collègues et institutions académiques sont en règle générale assez méfiants par rapport à une trop grande solidarité sociale qui mettrait – paraît-il – en cause l’objectivité scientifique. Nous avons donc ici affaire à une question d’équilibre et surtout de rapports de forces entre un employé et son employeur.

4Mais j’aimerais vous parler du rapport entre science et société en tant qu'objet de science. A ce niveau, il y a débat à propos des conditions de production du savoir, du type de bases de données, de la ou des méthodes, du questionnement et de la formulation des questions (qui ? comment ?), du financement, des comités d’accompagnement, du système sacré des « peer reviews », etc. Bref il s’agit d’examiner la pratique sociale de la science elle-même (Corijn, 2002). Et puis, il y a la grande question de la responsabilité du chercheur par rapport à l’usage du savoir produit, autrement dit la question du cheminement social du savoir. Je vais donc essayer de parler du rapport à la cité comme scientifique, comme sociologue et pas comme citoyen.

5La semaine passée, à mon université, la Vrije Universteit Brussel, notre sociologue le plus en vue, Mark Elchardus, passait à l’éméritat. A la fin de sa dernière « leçon », il soulignait que pour lui, en sciences sociales, la distinction entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée était inopérante. La sociologie étudiant la problématique sociale est donc toujours appliquée. La mission de la sociologie est de rendre visible la société pour ceux qui y vivent. C’est une sorte de système de « feedback ». Par là il remet en cause aussi le modèle de transfert des sciences naturelles qui construisent un modèle, puis travaillent sur les applications et finalement les rendent à la société par la technologie.

6Réfléchissons donc sur le rapport de « la sociologie » à « la société » ou plus précisément « des sociologies » aux « sociétés ». Je me réfère à l’analyse de la Commission Gulbenkian, présidée par Immanuel Wallerstein, qui fut président de l’International Sociological Association, avec comme membres entre autres Fox, Keller, Lecourt, Taylor et Prigogine. Leur rapport s’intitule « Open the social sciences » (1991, 1996). Ils y analysent l’organisation des sciences sociales en disciplines, les présupposées fondateurs de ces disciplines, leur association ou non en facultés. Pourquoi la production du savoir sur la société moderne est structurée comme elle l’est. Pourquoi les sciences économiques sont dissociées de la sociologie ou de la politicologie ? Pourquoi l’anthropologie est devenu une discipline à part ? Pourquoi le droit et la science juridique se trouvent dans une faculté spécifique ? Pourquoi l’histoire est plutôt associée avec la philosophie et les lettres ? Pourquoi la géographie sociale ou la géopolitique reste-t-elle attachée à la géographie physique et donc dans une faculté des sciences ? La clé se trouve dans l’analyse du rapport pratique de ces savoirs à l’État-nation. La construction et l‘organisation des sciences sociales modernes s’intègre dans le système des États-nations, censé régir le système-monde. C’est pourquoi nous parlons aussi plus facilement de nos rencontres internationales, qui ne sont pas toujours mondiales ou universelles… La science a tendance à s’accommoder de la forme institutionnelle de la société.

7De quelle société parle-t-on ici ? Nous vivons dans ce que Wallerstein appelle la « multiple society assumption ». Il y a donc lieu de regarder plus lucidement la constitution de l’objet de recherche et l’instauration d’une certaine pratique scientifique, lesquelles dépendent davantage de l’organisation institutionnelle que d’attitudes de chercheur.

8Nous vivons actuellement dans une société en pleine mutation. La mondialisation et la transition du modèle fordiste au postfordisme, ou le régime d’accumulation flexible, redonnent une importance particulière aux villes, aux métropoles. En d’autres termes, l’espace des flux devient plus important par rapport à l’espace des lieux. Les villes sont des nœuds dans des réseaux. C’est là le mode de fonctionnement du système-monde qui échappe à la régulation des États, fixés sur leurs territoires délimités. Alors, c’est quoi « la cité » ? Et de quel rapport, entre quelles entités, parle-t-on exactement ?

9Ce n’est pas une question théorique, si on regarde notre contexte social, notre pays et son paysage. Comment sont structurées les communautés scientifiques ? Comment s’est construit ce colloque ? Pourquoi le Liber Amicorum de notre collègue Elchardus ne comporte que des textes en néerlandais par des auteurs flamands ? Eh, oui, les communautés scientifiques suivent le format des communautés instituées. Le changement des échelles, le « rescaling » actuel fait pourtant partie de la refonte des sociétés. Mais les discours, les discussions, les échanges restent quand même fortement dominés par la socialisation communautaire. Il y a encore du chemin à parcourir pour que les sociologues travaillant à Bruxelles et sur Bruxelles se considèrent comme appartenant à une communauté de sociologues. Ne faut-il pas changer la composition des équipes quand on s’attaque aux espaces transfrontaliers ? On peut donc se demander : de quoi la sociologie en Belgique parle-t-elle exactement ? à quelle « cité » se réfère-t-elle ? et comment la conception de la société affecte-t-elle le savoir ?

10Ainsi on en arrive à ce qui devrait être évident : le rapport à la cité dépend aussi du ou des paradigmes en vigueur en sociologie. Comment décrit-on ce avec quoi on se met en rapport à partir de là ? Comment les positions sociétales sont-elles analysées ? Avec qui dans la cité s’engage-t-on ? En fin de compte, il s’agit des fondements de la sociologie. Comment le fait social est-il fondé, construit ? Quel est le problème ? Laissez moi vous parler de quatre questionnements exemplaires.

  1. La fondation de la discipline questionne la condition de l’homme moderne. La sociologie est une science de la modernité. Elle se demande comment se construit le lien social dans une dynamique de dé-traditionalisation et de rationalisation. Les origines de la discipline (Durkheim) et les développements surtout anglo-saxons (Parsons) se sont inscrits dans la logique positiviste des sciences naturelles, en objectivant « le fait social », en insistant sur les déterminations structurelles ou fonctionnelles et donc en focalisant l’attention sur les équilibres et stabilités. Cela a induit aussi un « engagement » plutôt orienté vers les institutions et une politique gestionnaire. C’est ce qui a d’ailleurs différencié la sociologie définie comme discipline « pure » par rapport à une définition de la sociologie comme couvrant les sciences sociales. C’est dans cette définition large qu’ont pris place les paradigmes plus orientés vers les agents, plus interactionnistes ou plus orientés vers les conflits.
  2. Alors comment se positionner lorsque on développe une sociologie du conflit ? Le courant marxiste dans les sciences sociales situe la dynamique sociale dans la/les luttes d’intérêts contradictoires, dans l’opposition systémique des classes sociales. Rare sont les chercheurs qui travaillent dans ce paradigme, sans aussi se positionner du côté des opprimés, bien que cela puisse se faire avec plus ou moins d’engagement. Cela vaut pour bien d’autres paradigmes, comme le féminisme ou l’écologie politique, ou la perspective scientifique est directement reliée à une positionnement ou un engagement sociétal. Ainsi le débat académique pourrait être considéré comme une forme particulière du débat politique ou social.
  3. Dans cette lignée il y a eu le débat sur les effets sociaux de la transition fordiste. La nouvelle organisation du travail et de l’industrie après la guerre, le contrat social et la construction de l’État-providence, et enfin l’importance accordée à la compétitivité et à la productivité du travail, ont mis la technologie au centre de l’attention. En sociologie, cela a donné lieu à un débat intéressant sur l’importance de « la nouvelle classe ouvrière », cette couche de travailleurs hautement qualifiés, avec une position cruciale dans le mode de production, avec aussi l › incidence de cette couche dans la dynamique sociale. Cela a mené à un débat sur l’émergence de la société de la connaissance, autour du poids stratégique des centres de connaissance et de diffusion, etc. Et finalement il y eu débat sur la « faisabilité » de la société, sur le « social engineering », etc. Les sociologues se sont alors divisés entre une sociologie de gestion et une sociologie critique, ce qui signifie que le positionnement de la discipline était en question.
  4. Comme dernier exemple je me réfère à un autre changement dans le contexte actuel. Historiquement, l’expertise était surtout mobilisée du côté du pouvoir, de l’entreprise, de ceux qui pouvaient se permettre « l’achat » de la recherche académique. La résistance et le refus de certains projets menaient dans le meilleur des cas à un rapport de forces suffisant pour remettre en cause la proposition et obliger le pouvoir à revoir sa copie. Dans la « société de la connaissance » actuelle, pouvoir et contrepouvoir mobilisent de l’expertise chacun de leur côté. Le débat se déroule le plus souvent projet vs. contre-projet, données contre données. L’exemple des « États généraux de Bruxelles » est parlant (An, 2010). Une plateforme de la société civile voulait entamer un débat sur le futur de la ville et de la région avec diverses fractions de l’associatif et une population intéressée. Les universités y ont été associées. Plus de 100 chercheurs, des trois universités bruxelloises, ont produit, de façon interdisciplinaire et intercommunautaire, 16 papiers de synthèse sur les sujets clés du débat. Ces documents ont été téléchargés plus de 26 000 fois et ils ont été débattus publiquement dans 16 séances auxquelles assistaient plus de 2 000 personnes. Ce processus a été synthétisé en deux journées d’étude et en un rapport final (« Partager notre passion pour la ville »). Dans ce cas, le travail scientifique a directement contribué à structurer le questionnement et le débat social. L’université en tant qu› institution et les chercheurs groupés en thèmes se sont engagés collectivement.

11Le rapport entre les sciences sociales, la sociologie et la société ne se pose que marginalement en termes de choix individuels. L’enjeu actuel est l’engagement structurel, à travers la politique de recherche et la politique des universités et des centres de recherche. Toute la politique mène à un productivisme forcené, à un « output » via et vers les publications internationales scientifiques, et donc un repli du chercheur dans le giron des communautés de discours scientifiques et académiques. Un repli sur soi. Et la « valorisation » du savoir aussi est pensée selon le modèle industriel : comme un produit, une marchandise potentielle, qui doit être vendue par des applications, des spin-offs ou des consultances. C’est la nouvelle « fast science » productiviste et marchande.

12La critique se fait de plus en plus entendre. Le conditions de production du savoir scientifique vont avoir un effet sur le contenu, sur la programmation et peut être sur une nouvelle tension entre sciences naturelles et sciences sociales. Financement, programmation des questionnements, sélection, valorisation et compétition internationale, tout le formatage est de plus en plus déduit des sciences naturelles et de leurs applications technologiques. Une partie des sciences sociales s’est rangée derrière ce modèle très positiviste. D’autre part, dans une « société de la connaissance », avec une population de plus en plus éduquée, ce savoir ne peut être produit seulement par une expertise institutionnalisée, sans rapport avec le contexte sociétal et son organisation. Tout cela a des implications sur les choix méthodologiques, sur le rapport entre recherches quantitatives et qualitatives, sur la formulation des questions de recherche. Mais ce n’est pas ici que je doit insister sur ces aspects (Van Campenhoudt et al, 2005).

13Le 29 mai 2011, une manifestation contre un champ expérimental de patates génétiquement modifiées à Wetteren déclencha la polémique. L’université de Gand y tient une expérience en plein air, subventionnée par le gouvernement flamand et par BASF. Une recherche sur l’application et la commercialisation. Une opération de com, aussi, avec une grande affiche bordant le barbelé entourant le champ et qui mentionne « Ici se produit la pomme de terre du futur ! ». Les manifestants entrent dans le champ et détruisent quelques pousses. Quarante activistes sont arrêtés, dont quelques chercheurs de l’université. Barbara Van Dyck, chercheuse post-doc à la KULeuven, est licenciée sur le champ par le recteur pour avoir entravé la liberté de recherche. Le camp de la politique scientifique, de la science universitaire et de la technologie appliquée et privatisée se raidit.

14Dans la foulée, et suite à un mouvement de solidarité contre le licenciement sans appel de la collègue, un débat sur la production scientifique s’ouvre, et le « Slow Science Movement » se forme. La critique portant sur la privatisation du savoir se combine avec une argumentation en faveur d'un ralentissement nécessaire à la réflexion critique, allant de pair avec une implication de la société civile dans le débat et la transparence de la science (Stengers, 2013).

15En conclusion. Notre débat sur l’engagement du sociologue n’a pas porté sur la position héroïque du chercheur ou sur un devoir d’engager son savoir sur la société dans les luttes sociales. Nous pensons que l’enjeu académique prioritaire actuel est de clarifier la position de la science par rapport au commanditaire et par rapport à la structuration de la production du savoir. Nous voyons une plus grande dépendance. En réalité il s’agit d’une industrialisation fordiste de l’université, déterminée par une conception particulière de la productivité et de la valorisation du savoir.

16Il sera très difficile pour les sciences sociales en général et la sociologie en particulier de poursuivre un cap critique en fonctionnement purement dans les structures universitaires. Pour une attitude critique, un décentrement sera de plus en plus nécessaire, un rapport avec un « ailleurs », avec un « commanditaire » sociétal alternatif à l’économie, la gestion ou la technologie. Ma question serait donc : « Quel est l’hétérotopie réaliste pour une science sociale située, pour une sociologie critique ? ». Pour combien de temps encore l’université restera-t-elle un espace de liberté critique en rapport avec la cité ?

Bibliographie

Bibliographie

An, (2010), La Société civile bruxelloise se mobilise. états-généraux de Bruxelles, Bruxelles, Le Cri Editions, 360 p.

Corijn, E. (2002), « Je kan je ogen niet geloven : wetenschap ! » in Beyens, K., J. Goethals, P. Ponsaers, G. Vervaeke (red.) : Criminologie in actie. Handboek criminologisch onderzoek, Leuven, Politeia.

Stengers, I. (2013), Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, Ed. La Découverte, 214 p.

Van Campenhoudt, L., Chaumont, J.-M. et Franssens, A. (2005), La méthode d’analyse en groupe. Applications aux phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 215 p.

Wallerstein, I. (1991), Unthinking Social Science, The Limits of Nineteenth-Century Paradigms, Cambridge, Polity Press, 286 p.

Wallerstein, I. (1996), Open the Social Sciences, Report of the Gulbenkian Commission on the Restructuring of the Social Sciences, Stanford, Stanford University Press, 105 p.

Auteur

Philosophe de la culture et sociologue, professeur de géographie sociale et culturelle à la VUB (ULB – rôle linguistique flamand), directeur du centre d’études urbaines à la VUB1 : Cosmopolis, City, Culture & Society et coordinateur du UAB-Urban Studies Network, une collaboration interdisciplinaire des études urbaines de l’Association universitaire VUB-Erasmus Hogeschool, vice-président du Brussels Studies Institute

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search