Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie II. Champ ou réseau ?

Faire parler les réseaux : ce que les catégories d’audience, de public et de communauté ne disent pas sur les pratiques médiatiques

Geoffroy Patriarche et Marie Dufrasne

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous utilisons les vocables « audience » et « public » dans leur sens anglo-saxon (sur cette quest (...)
  • 2 Voir à cet égard le projet de recherche européen Action COST IS0906 Transforming Audiences, Transf (...)
  • 3 Une précision sur notre usage de la notion de réseau s’impose ici : il s’agit bien pour nous d’une (...)

1La recherche sur les audiences et les publics1 des médias voit ses catégories fondamentales – l’audience et le public, mais aussi la communauté – remises en question du fait des changements socio-techniques qui travaillent les pratiques d’usage, de réception et de participation (citons par exemple la technicisation de la communication, l’individualisation des pratiques et la convergence des modes de communication one-to-one, one-to-many et many-to-many)2. D’autres catégories sont nécessaires afin de cerner ces nouvelles pratiques. L’objectif de cette contribution est d’examiner le potentiel heuristique et analytique de la catégorie du réseau lorsqu’il s’agit de questionner et d’étudier la diversification des pratiques médiatiques et leurs conditions d’existence et d’articulation (voir Livingstone, 2004 ; Ridell, 2012). Plus précisément, notre réflexion vise à explorer en quoi les critères de définition du réseau permettent de spécifier certains modes collectifs d’implication, d’interaction ou de participation que les notions d’audience, de public et de communauté ne permettent pas de saisir pleinement3.

I. Construire des relations

2Les catégories d’audience et de public organisent la recherche sur les médias et la communication autour de deux sphères d’activité distinctes mais néanmoins interreliées (Livingstone, 2004) : alors que la catégorie d’audience renvoie à la sphère des expériences et des significations, celle de public invite à analyser les conditions et les modalités d’implication, d’interaction et de participation dans la sphère publique. L’intérêt de la catégorie du réseau réside dans le fait qu’elle centre l’analyse sur les activités des individus et des groupes dans ce que l’on pourrait appeler la sphère relationnelle. On peut dire qu’agir en réseau, c’est avant tout produire et entretenir des relations sociales (Bidart, 2008). D’une certaine manière, ce sont bien des réseaux que les études de réception ont étudié (mais sans les nommer comme tels) lorsqu’elles se sont intéressées, par exemple, aux « usages relationnels » des médias (Lull, 1980) et au rôle des relations personnelles dans la formation des communautés de fans (Pasquier, 1999). Les sites web de réseaux sociaux et autres technologies du web 2.0 ont popularisé cette logique du carnet d’adresses (Mercier, 2008), laquelle est repérable dans de nombreux domaines de la vie sociale et politique, comme en témoignent la fonction rhizome des médias dits communautaires (Carpentier, 2011) et la logique « connexionniste » du néo-militantisme sur internet (e.g. Granjon, 2001).

3Par ailleurs, il n’est pas inintéressant de positionner la notion de réseau par rapport à celle de communauté. Parler de « communauté » conduit à privilégier une analyse en termes de construction (ou de transformation) des identités et des appartenances collectives (e. g. Proulx, 2006). L’investissement de cette sphère identitaire est bien documenté dans les études sur la réception et l’usage des médias et des technologies de communication : les audiences et les publics se comportent comme des communautés chaque fois que les pratiques mettent en jeu une appartenance à des collectifs de genre, d’âge, de milieu social ou autre (e. g. Pasquier, 1999). Mais revenons à la catégorie du réseau. L’intérêt d’une approche par les systèmes relationnels est de cerner les processus communicationnels qui court-circuitent les identités et les appartenances communautaires. Ainsi, la notion de réseau fait porter l’attention sur les phénomènes de mise en relation « stratégique » (Castells, 2002), « affinitaire » (Mercier, 2008) voire « opérationnelle et conjoncturelle » (Granjon, 2001). De ce point de vue, on peut voir dans la notion de réseau une critique utile de l’essentialisation des identités et appartenances collectives à laquelle peut conduire la notion de communauté (Dhoest, 2012).

II. Co-produire des contenus, des technologies ou des organisations

4L’un des critères de définition de l’audience est la spécialisation des rôles : une audience assiste à une représentation, reçoit des messages (e. g. Gensollen, 2006 ; Ridell, 2012). Or, cette différentiation des rôles est remise en question par les opportunités d’interaction (et dans une moindre mesure de participation) fournies par un paysage médiatique en transformation. De nombreux travaux, comme ceux d’Allard (1997) et de Bruns (2006), soulignent la plus grande implication des individus et des groupes dans la production des contenus ou des technologies. Les notions hybrides de « spect-acteur » et de « produser », introduites respectivement par Allard et Bruns, visent à décrire cette tendance. Nous suggérons que la catégorie du réseau est davantage appropriée, et ce pour deux raisons. D’une part, elle comporte l’idée de dédifférenciation (Van Campenhoudt, 2010) conduisant, dans le cas présent, à s’intéresser aux phénomènes de co-production (des contenus, des technologies ou des organisations) qui font s’interpénétrer les pratiques « ordinaires » et les pratiques professionnelles. D’autre part, l’usage de la catégorie du réseau protège la catégorie d’audience, laquelle permet de cerner cette spécialisation des rôles qui caractérise malgré tout certaines pratiques médiatiques. Couplée avec la catégorie d’audience, la catégorie du réseau ouvre donc un espace heuristique et analytique pour questionner et étudier les pratiques entre différentiation (audience) et dédifférenciation (réseau) des rôles.

5Cependant, il y a le risque, avec la catégorie du réseau, de passer à côté des enjeux et processus de pouvoir (Van Campenhoudt, 2010). Or, d’un côté, la co-production par des individus ou des groupes peut être instrumentalisée par les intermédiaires, comme dans les jeux télévisés et la télévision-réalité (Macé, 2001). D’un autre côté, ce sont les individus ou les groupes qui peuvent instrumentaliser les médias (à propos du rôle co-productif des publics, voir Dayan, 2005 ; à propos du rôle coproductif du mouvement écologiste, voir Ollitrault, 1999 ; à propos du rôle co-productif des manifestants du Printemps arabe, voir Ben Henda, 2011). Ces enjeux et processus de pouvoir « dans le réseau », pour reprendre les termes de Van Campenhoudt (2010), ne doivent pas être perdus de vue, et la matrice théorique proposée par ce dernier permet précisément de les introduire dans l’analyse des processus de coproduction médiatique en réseau.

III. Court-circuiter les intermédiaires

6La catégorie du réseau conduit à s’interroger sur les phénomènes de court-circuitage des intermédiaires établis via des structures d’interaction et de participation multipolaires (Gensollen, 2006 ; Mercier, 2008). Les mouvements sociaux, notamment, produisent et distribuent l’information via des circuits alternatifs qui leur permettent « de mieux maîtriser la production du message, de chercher à maîtriser davantage la réception en l’anticipant » (Ollitrault, 1999, p. 160). Les protestations du Printemps arabe et leurs manifestations « virtuelles » illustrent également cette dimension du réseau (Ben Henda, 2011). Les acteurs sociopolitiques sont envisagés ici comme un réseau dont il s’agit d’étudier la capacité à se mobiliser, à visibiliser ses enjeux, bref, à « devenir média » (Blondeau, 2007). C’est la problématique du « pouvoir du réseau » (Van Campenhoudt, 2010) qui est posée ici.

IV. Partager, faire circuler

7Un autre intérêt de la notion de réseau réside dans sa dimension « circulatoire » (Parrochia, 2005) : elle invite à voir que les pratiques médiatiques ne sont pas réductibles au couple réception-production, qu’elles relèvent également de la (re)distribution, comme le signifie explicitement la notion de user-distributed content. Un réseau partage, fait circuler des choses, comme en témoignent les collectifs d’échange peer-to-peer, et comme le constate Mounier (2006) à propos du réseau de groupes militants et de médias alternatifs Samizdat. En outre, ce ne sont pas seulement des informations qui circulent via Samizdat (et les réseaux en général) mais également des technologies, des usages, des compétences et des « contacts ».

8Cette activité circulatoire est différente de la discussion que pratiquent les audiences (e. g. Lull, 1980) et les publics (e. g. Herbert, 2005). De ce point de vue, audience et public supposent donc non seulement « un espace où s’entremêlent et s’interchangent constamment les rôles de l’émetteur et du récepteur », mais également « une influence mutuelle entre l’émetteur et le récepteur » (Santaella-Braga, 2006, p. 153). Or, si agir en réseau suppose un changement de rôle communicationnel (i. e. le récepteur devient émetteur), cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait une influence réciproque entre des interlocuteurs. En d’autres termes, dans un réseau, la communication peut n’être que (re)transmission.

V. Se jouer de l’espace

9Dans la recherche sur les audiences et les publics, la spatialité des acteurs est généralement envisagée au travers de la distinction entre espace privé (en particulier domestique) et espace public. Par « public », il faut entendre ici « visible », « accessible aux autres » – il peut s’agir d’un espace géographique comme d’un espace communicationnel (Dayan, 2005). La question de la spatialité se pose en des termes différents lorsqu’elle est abordée à partir des catégories de communauté et de réseau : elle s’articule alors respectivement autour des notions de territoire et de flux. La sociologie urbaine a d’emblée relié la notion de communauté à l’idée d’un ancrage spatial, d’un territoire. Le réseau fonctionne selon une autre logique spatiale, celle du « flux » (Castells, 1998). Le flux ne suppose pas seulement l’éloignement géographique mais également une dédifférenciation des espaces (Van Campenhoudt, 2010), plus précisément une interpénétration du local, du national et de l’international (Ollitrault, 1999).

10Les recherches sur les audiences et les publics se sont développées sur le postulat d’audiences et de publics nationaux (Dhoest, 2012). La notion de réseau, mise en tension avec celle de communauté, est donc utile pour saisir les logiques de déspatialisation (e. g. interconnexion transnationale de publics locaux, agglomération d’audiences nationales par des groupes médiatiques internationaux) ou, a contrario, les logiques de respatialisation qu’il ne faut pas non plus négliger, notamment dans les interactions en ligne (Verville et Lafrance, 1999).

VI. Se jouer du temps

11Le répertoire conceptuel des chercheurs sur les audiences et les publics gagnerait à s’enrichir de la catégorie du réseau afin d’appréhender les transformations du rapport au temps. L’audience obéit à la temporalité du capitalisme industriel comme la définit Castells (1998) : « linéaire, irréversible, prévisible » (p. 485). En radio-télévision, par exemple, c’est une grille des programmes fortement structurée qui régit ce flux « linéaire, irréversible, prévisible » typique de ce que Casetti et Odin (1990) appellent la « paléo-télévision ». Or, l’évolution des pratiques médiatiques au cours des dernières années comporte une dimension temporelle qui n’a pas échappé aux chercheurs sur les médias et la communication – pensons par exemple à la « néo-télévision » (Casetti et Odin, 1990) qui a introduit le « direct différé », le paiement à la séance et la vidéo à la demande. Avec Castells (1998), on peut dire que ces pratiques sont celles d’un réseau : la temporalité du réseau est « indifférenciée », fait cohabiter simultanéité et intemporalité. L’étude de la transformation temporelle des pratiques médiatiques peut donc utilement se construire à partir de la tension audience-réseau.

Conclusion

  • 4 Qui est loin d’être exhaustif : d’autres dimensions du réseau mériteraient d’être approfondies, pa (...)

12Cette contribution visait à examiner la pertinence heuristique et analytique de la catégorie du réseau pour l’étude des pratiques médiatiques. Au terme de ce parcours4, il apparaît que la notion de réseau, au travers de ses critères de définition, permet de spécifier certaines modalités collectives d’implication, d’interaction et de participation médiatiques que ne permettent pas de cerner aussi bien les notions d’audience, de public ou de communauté. La recherche sur les audiences et les publics gagnerait donc à faire un usage plus systématique de cette notion.

13Cependant, la catégorie du réseau n’est pas sans poser des problèmes théorique, épistémologique et idéologique, comme le souligne Van Campenhoudt (2010). Sur un plan théorique, la notion de réseau « fait partie d’une famille conceptuelle aujourd’hui en vogue où prévaut explicitement une vision consensuelle de la société » (Van Campenhoudt, 2010, p. 14). La matrice théorique proposée par Van Campenhoudt vise précisément à (re)mettre la question du pouvoir et du conflit au centre de l’analyse des réseaux. Dans la recherche sur l’usage, la réception et la participation médiatiques, l’écueil d’une vision consensuelle peut également être évité non seulement en faisant jouer les tensions entre la catégorie du réseau et les autres notions (qui, dans différents registres, problématisent le pouvoir et/ou le conflit), mais également en la reliant à ces théories de la participation qui, à l’instar de celle de Carpentier (2011), problématisent également le pouvoir.

14Le second problème – épistémologique – que pose la catégorie du réseau tient au fait qu’il s’agit d’une catégorie de la pratique, le risque étant alors, pour le chercheur, de reproduire les catégories de pensée établies (Van Campenhoudt, 2010). En fait, la recherche sur les « sites web de réseaux sociaux » tombe dans cet écueil à chaque fois qu’elle ne voit sur ces plateformes en ligne que des réseaux. L’étude des médias dits « communautaires » rencontre le même problème quand elle ne se donne pas les moyens de voir autre chose que des communautés. Ces exemples illustrent toute la pertinence de mobiliser un répertoire conceptuel diversifié qui permet de se défaire des catégories hégémoniques instituées par la pratique – à voir par exemple qu’il y a aussi des communautés qui se forment via les sites web de réseaux sociaux, des réseaux qui regardent la télévision, et des audiences qui surfent sur le web.

  • 5 Par exemple, les injonctions à « participer » à un buzz publicitaire (réseau) plutôt qu’à prendre (...)

15Enfin, comme le remarque encore Van Campenhoudt (2010), la catégorie du réseau pose un troisième problème, de nature idéologique : son usage participe du pouvoir des dominants dont le registre discursif usuel (« réseau », « gouvernance », « communication », « participation », etc.) tend à masquer les rapports de force. La question de la dimension politico-idéologique des registres discursifs qui donnent sens et forme aux pratiques (comme audience, public, réseau ou communauté)5 n’est pas inconnue de la recherche sur la réception et la participation médiatiques (voir Carpentier, 2011 ; Schrøder, 2012). Celle-ci constitue donc un contexte fertile pour un redéploiement critique et fructueux de la catégorie du réseau.

Bibliographie

Références bibliographiques

Allard (L.), « Y a-t-il encore un spectateur dans le salon ? Plaidoyer pour le spectacle télévisuel à l’heure des médias numériques », Quaderni, no 31, 1997, p. 7-18.

Ben Henda (M.), « Internet dans la révolution tunisienne », Hermès, no 59, 2011, p. 159-160.

Bidart (C.), « Étudier les réseaux. Apports et perspectives pour les sciences sociales », Informations sociales, no 147, 2008, p. 34-45.

Blondeau (O.), Devenir média. L'activisme sur Internet entre défection et expérimentation, avec la collaboration de Laurence Allard, Amsterdam, Paris, 2007.

Bruns (A.), « Towards produsage : Futures for user-led content production », in Sudweeks (F.), Hrachovec (H.) et Ess (C.) dir., Cultural Attitudes towards Communication and Technology 2006, Murdoch University, Murdoch, p. 275-284.

Carpentier (N.), Media and Participation. A Site of Ideological-democratic Struggle, Intellect, Bristol, 2011.

Casetti (F.) et Odin (R.), « De la paléo-à la néo-télévision », Communications, no 51, 1990, p. 9-26.

Castells (M.), La société en réseaux. L’ère de l’information 1, Fayard, Paris, 1998.

Castells (M.), La Galaxie Internet, trad. par P. Chemla, Fayard, Paris, 2002.

Dayan (D.), « Mothers, midwives and abortionists : Genealogy, obstetrics, audiences and publics », in Livingstone (S.) dir., Audiences and Publics : When Cultural Engagement Matters for the Public Sphere, Intellect, Bristol, 2005, p. 43-76.

Dhoest (A.), « Imagined communities of television viewers : Reception research on national and ethnic minority audiences », in Bilandzic (H.), Patriarche (G.) et Traudt (P. J.) dir., The Social Use of Media. Cultural and Social Scientific Perspectives on Audience Research, Intellect, Bristol, 2012, p. 87-103.

Gensollen (M.), « Des réseaux aux communautés : la transformation des marchés et des hiérarchies », in Proulx (S.), Poissant (L.) et Sénécal (M.) dir., Communautés virtuelles. Penser et agir en réseau, Presses de l’Université de Laval, 2006, p. 107-129.

Granjon (F.). L’internet militant. Mouvement social et usages des réseaux télématiques, Apogée, Rennes, 2001.

Herbert (D.), « Media publics, culture and democracy », in Gillespie (M.) dir., Media Audiences, Open University Press, Oxford, p. 98-135.

Livingstone (S.), « Du rapport entre audiences et publics », Réseaux, no 126, 2004, p. 17-55.

Lull (J.), « The social uses of television », Human Communication Research, vol. 6, no 3, 1980, p. 197-209.

Macé (É.), « Qu’est-ce qu’une sociologie de la télévision ? (2) Esquisse d’une théorie des rapports sociaux médiatisés. Les trois moments de la configuration médiatique de la réalité : production, usages, représentations », Réseaux, no 105, 2001, p. 199-242.

Mercier (P.-A.), « Liens faibles sur courants faibles. Réseaux sociaux et technologies de communication », Informations sociales, no 147, 2008, p. 20-31.

Mounier (P.), « Une analyse technologique d’un réseau de communautés : samizdat. net », in Proulx (S.), Poissant (L.), Sénécal (M.) dir., Communautés virtuelles. Penser et agir en réseau, Presses de l’Université de Laval, 2006, p. 283-294.

Ollitrault (S.), « De la caméra à la pétition-web. Le répertoire médiatique des écologistes », Réseaux, no 98, 1999, p. 153-185.

Parrochia (D.), « Quelques aspects historiques de la notion de réseau », Flux, no 62, 2005, p. 10-20.

Pasquier (D.), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Maison des sciences de l’homme, Paris, 1999.

Proulx (S.), « Les communautés virtuelles : ce qui fait lien », in Proulx (S.), Poissant (L.), Sénécal (M.) dir., Communautés virtuelles. Penser et agir en réseau, Presses de l’Université de Laval, 2006, p. 14-24.

Ridell (S.), « Mode of action perspective to engagements with social media : Articulating activities on the public platforms of Wikipedia and YouTube », in Bilandzic (H.), Patriarche (G.) et Traudt (P. J.) dir., The Social Use of Media. Cultural and Social Scientific Perspectives on Audience Research, Intellect, Bristol, 2012, p. 17-35.

Santaella-Braga (L.), « Penser l’interactivité à la lumière du dialogisme », in Proulx (S.), Poissant (L.), Sénécal (M.) dir., Communautés virtuelles. Penser et agir en réseau, Presses de l’Université de Laval, 2006, p. 147-164.

Schrøder (K.C.), « From semiotic resistance to civic agency : Viewing citizenship through the lens of reception research 1973-2010 », in Bilandzic (H.), Patriarche (G.) et Traudt (P. J.) dir., The Social Use of Media. Cultural and Social Scientific Perspectives on Audience Research, Intellect, Bristol, 2012, p. 179-200.

Van Campenhoudt (L.), « Pouvoir et réseau social : une matrice théorique », in Herman (G.), Léonard (E.) et Reman (P.) dir., Travail, inégalités et responsabilité. Actes du colloque organisé à l’occasion de la fondation du CIRTES-UCL (Centre interdisciplinaire de recherche travail, État et société) et en hommage à Georges Liénard, Presses universitaires de Louvain, Louvainla-Neuve, 2010, p. 5-41.

Verville (D.) et Lafrance (J.-P.), « L’art de bavarder sur internet », Réseaux, no 97, 1999, p. 179-209.

Notes

1 Nous utilisons les vocables « audience » et « public » dans leur sens anglo-saxon (sur cette question, voir Dayan, 2005).

2 Voir à cet égard le projet de recherche européen Action COST IS0906 Transforming Audiences, Transforming Societies (2010-2014). Site web : http://www.cost-transformingaudiences.eu

3 Une précision sur notre usage de la notion de réseau s’impose ici : il s’agit bien pour nous d’une catégorie conceptuelle permettant de saisir certains phénomènes collectifs. La notion de réseau ne renvoie donc ici ni à un type d’outil de communication en ligne (on parlerait alors de « sites web de réseaux sociaux », selon l’expression consacrée), ni au cadre méthodologique spécifique qu’est l’analyse des réseaux sociaux.

4 Qui est loin d’être exhaustif : d’autres dimensions du réseau mériteraient d’être approfondies, par exemple la relation à l’État et au marché.

5 Par exemple, les injonctions à « participer » à un buzz publicitaire (réseau) plutôt qu’à prendre part à un débat (public), à acheter des vidéos et des musiques (audience) plutôt qu’à télécharger des fichiers « piratés » (réseau), à « voter » par SMS (réseau) plutôt qu’à « regarder » un programme télévisé (audience), etc.

Auteurs

Professeur à fonction complète et communication à 1'USL-B

Chercheuse en information et communication à l'USL-B

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search