Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie II. Champ ou réseau ?

Espaces pluridisciplinaires

Gérard Mauger

Texte intégral

  • 1 Cf. Luc Van Campenhoudt, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le " travai (...)

1Comment caractériser sociologiquement les « dispositifs » que le lexique technocratique contemporain associe à la « nouvelle gouvernance » de l’action publique ? Ces dispositifs mobilisent différentes catégories d’agents (professionnels de la justice et professionnels de la santé mentale dans les cas qu’ont étudiés Luc Van Campenhoudt et ses collègues) appelés à travailler « en partenariat », « en synergie », « en concertation », « en réseau » dans la prise en charge de « problèmes sociaux » comme « la délinquance juvénile », « la toxicomanie » ou « l’absentéisme scolaire1 ».

  • 2 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention prof (...)

2Après avoir évoqué quelques exemples de ce genre de dispositifs, je m’interrogerai sur l’adéquation des notions de « champ », « institution » ou « réseau » pour les qualifier, avant de proposer celle de « champ d’intervention professionnelle », empruntée à Stanislas Morel2.

I. Espaces pluridisciplinaires

  • 3 Cf. Pierre Bourdieu, « La Force du droit. Éléments pour une sociologie du champ juridique », Actes (...)
  • 4 Cf. Patrice Pinell, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sci (...)

3De façon générique, on peut caractériser ces dispositifs par un « problème » socialement construit par telle ou telle catégorie d’agents (promoteurs d’une « cause » qui revendiquent sa prise en charge ou « réparateurs » qui proposent leurs services) et par la coopération ou la concurrence entre différentes catégories d’« interprètes » et/ou de « réparateurs » (dans les cas considérés, les uns appartiennent au « champ juridique3 », les autres au « champ médical4 ») qui proposent différentes modalités de définition, de qualification, de construction théorique du problème (par exemple, « délit »/« maladie ») et diverses formes de prise en charge (par exemple, « carcérale »/« psychiatrique »).

  • 5 Robert Castel, « Les médecins et les juges », in Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœu (...)

4C’est une situation de ce genre qu’avait étudiée Robert Castel à propos du « cas Pierre Rivière5 ». Le dossier constitué permettait de prendre la mesure de « la concurrence que se livraient les instances pénale et médicale » au cours de la première moitié du xixe siècle en France et de son enjeu : « substituer partiellement un mode de contrôle à un autre ».

  • 6 Gérard Mauger, « Soigner ou punir ? Les traitements des toxicomanies en France (1970-1990) », in H (...)
  • 7 Rapport de la mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, présenté par Monique Pelle (...)
  • 8 Cf. Gérard Mauger, « Sociologie et toxicomanie », in Greta, Le toxicomane et ses thérapeutes, Anal (...)
  • 9 Rapport de la mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, présenté par Monique Pelle (...)

5C’est un espace pluridisciplinaire du même type que j’avais rencontré dans le cadre de la prise en charge de la toxicomanie en France dans le courant des années 19706. La toxicomanie était alors communément définie comme « la rencontre d’un individu et d’un produit dans un environnement donné7 ». A cette définition était associé un tryptique dont les trois volets délimitaient une tripartition du « territoire de la toxicomanie » entre les professionnels mobilisés : le produit (« les drogues dangereuses ») revenait aux psycho-pharmacologues, l’individu (« le facteur psychique ») aux psychiatres, psychanalystes et psychologues et l’environnement (« le terrain favorisant ») aux épidémiologues8. Pour le magistrat et le policier, le toxicomane était un délinquant, pour le médecin, un malade, pour le psychiatre, un fou et pour le travailleur social un « cas social » et ils étaient, bien sûr, invités à « travailler en réseau9 » et à confronter leurs expériences.

  • 10 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010), op. cit.

6C’est encore à cette sorte d’espace pluridisciplinaire qu’était confronté Stanislas Morel dans sa thèse sur la prise en charge de l’échec scolaire précoce10. Trois types d’étiologie y cohabitent : les sociologues mettent en évidence les origines sociales des difficultés scolaires, les psychanalystes, leur origine psycho-affective et les neuro-psychiatres cognitivistes, leur origine organique (sinon génétique). Trois types de prise en charge coexistent. Et l’injonction pluridisciplinaire se double, là encore, d’une invitation au « partenariat » : il s’agit de prendre en charge « l’enfant dans sa globalité ».

  • 11 Cf. Haute Autorité de Santé, Autisme et troubles envahissants du comportement. État des connaissan (...)

7Un dernier exemple – celui de la prise en charge de l’autisme – permet de mettre en évidence les difficultés rencontrées dans la définition du « problème » à prendre en charge et les luttes symboliques et scientifiques auxquelles elle donne lieu11. Ainsi la triade autistique (autisme de type Kanner) a-t-elle été infléchie en introduisant les Troubles Envahissants du Développement (TED) dans le DSM IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) et le sera-t-elle encore avec la substitution des Troubles du Spectre Autistique (TSA) aux TED dans le DSM V. L’autisme fait également l’objet d’une concurrence des interprétations. Après y avoir vu une réaction défensive du très jeune enfant submergé par l’angoisse, la psychanalyse y voit maintenant une psychose provoquée par un amour maternel trop rare ou trop fusionnel. Après l’avoir décrit comme une conséquence du développement a normal du cerveau (hyper-masculinisation cérébrale), les neurosciences sont en quête de marqueurs biologiques ou d’une mauvaise donne génétique. Enfin, cette concurrence des interprétations est redoublée par celle des modalités de prise en charge (bien que les pratiques thérapeutiques préconisées ne soient pas toujours déductibles des théories avancées).

  • 12 Selon Max Weber, les différents registres de l’action sociale suivent chacun leurs propres lois : (...)
  • 13 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1930, p. 2.
  • 14 Karl Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, tra (...)
  • 15 Cyril Lemieux, « Le crépuscule des champs. Limites d’un concept ou disparition d’une réalité histo (...)
  • 16 Émile Durkheim, De la division du travail social, op. cit., p. 249-250.

8On peut s’interroger sur la nouveauté et la multiplication supposées de ces dispositifs qui associent « en réseau » des professionnels appartenant à différents champs. Comme le montre le cas étudié par Robert Castel, la « nouveauté » de ces situations est toute relative. Quant à leur multiplication, elle suppose celle de « champs » relativement autonomes, conformément à l’hypothèse wébérienne de l’apparition progressive de « sphères », de « microcosmes » séparés à partir de « l’indifférenciation primitive12 », à l’hypothèse durkheimienne de « la fragmentation croissante […] dans les régions les plus différentes de la société13 » ou à celle du « désencastrement » de l’économie, de la religion, de la politique selon Polanyi14. Mais, il est sans doute vrai, à l’inverse, que « les champs doivent être reconnus comme mortels15 » : comme le suggèrent l’emprise croissante du champ médiatique sur le champ politique et celle du champ économique sur le champ médiatique, l’involution de champs relativement autonomes vers l’hétéronomie est toujours possible. Quoi qu’il en soit, la multiplication des champs n’est sans doute pas une condition suffisante de la multiplication de ces espaces interdisciplinaires. On trouve chez Durkheim une ébauche de leur sociogenèse. Il remarque d’abord que « les professions différentes peuvent coexister sans être obligées de se nuire réciproquement, car elles poursuivent des objets différents. Le soldat recherche la gloire militaire, le prêtre l’autorité morale, l’homme d’État le pouvoir, l’industriel la richesse, le savant la renommée scientifique, chacun d’eux peut donc atteindre son but sans empêcher les autres d’atteindre le leur. Il en est encore ainsi quand les fonctions sont moins éloignées les unes des autres » et Durkheim cite à ce propos l’exemple de l’oculiste et du psychiatre : « Comme ils rendent des services différents, ils peuvent les rendre parallèlement ». « Cependant, ajoute Durkheim, plus les fonctions se rapprochent, plus il y a entre elles de points de contact, plus, par conséquent, elles sont appelées à se combattre. Comme, dans ce cas, elles satisfont par des moyens différents des besoins semblables, il est inévitable qu’elles cherchent plus ou moins à empiéter les unes sur les autres. […] Quant à ceux qui s’acquittent exactement de la même fonction, ils ne peuvent prospérer qu’au détriment les uns des autres. […] Les professions similaires […] se font une concurrence d’autant plus vive qu’elles sont plus semblables16 ».

II. « Champ », « institution », « réseau » ?

  • 17 Luc Van Campenhoudt, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le "travail en (...)
  • 18 Cf. Gérard Mauger, « Capital, champ, habitus », in Pierre Bourdieu : les champs de la critique, Pa (...)
  • 19 En fait, l’unification de l’offre politique (liée à la « professionnalisation ») et le déplacement (...)

9Confronté à ces espaces pluridisciplinaires, Luc Van Campenhoudt s’est interrogé sur la pertinence du concept de « champ » pour les décrire et comprendre ce qui s’y passe. Un champ, écrit-il, « n’est pas un objet concret, mais un concept susceptible d’être utilisé pour étudier une grande diversité d’objets concrets17 ». Si chaque champ a une forme propre, irréductible, les différents champs ont aussi des propriétés invariantes, de sorte que l’étude de tel ou tel espace, dont on peut supposer qu’il s’agit ou non d’un champ, passe par la mise à l’épreuve de l’enquête des propriétés générales des champs telles qu’elles ont pu être mises en évidence au fil des enquêtes antérieures. Ces propriétés générales définissent un programme de recherches18 : tel ou tel ensemble d’agents (ou d’institutions) en concurrence forme-t-il un champ ? Comment délimiter un sous-champ au sein d’un champ ? Quelle est la position de l’espace étudié par rapport aux autres champs et en particulier par rapport au « champ du pouvoir » ? Comment retracer l’apparition d’un nouveau champ, les processus d’autonomisation, de différenciation, ou, à l’inverse, les processus de régression d’un champ vers la subordination ? Quel est le degré d’autonomie de l’espace étudié ? Quelle est la structure des relations entre les positions en concurrence ? Quel est le « droit d’entrée » dans cet espace (la configuration particulière de propriétés actives) ? Comment définir le « capital spécifique » ? Quelle est la valeur des différentes espèces de capitaux au sein de cet espace ? Comment s’acquiert l’« habitus spécifique », l’illusio propre au champ ? Quelles sont les relations entre positions et prises de position (étant entendu que les premières tendent à commander les secondes) ? Quelles sont les stratégies mises en œuvre (étant entendu qu’elles dépendent de la position occupée et de l’habitus de l’agent) ? etc. Il va de soi que l’espace étudié peut avoir certaines propriétés d’un champ et qu’il peut aussi n’en avoir aucune. Sans doute faut-il également distinguer des « familles de champs » en fonction des caractéristiques intrinsèques de leur production (par exemple, « œuvre unique », comme c’est le cas en peinture/« œuvre reproductible », comme c’est le cas en littérature), en fonction des relations entre les producteurs et leur public (services, biens symboliques, biens matériels, suffrages, etc.) ou encore en fonction des rapports entretenus avec l’État, le marché, etc. Par ailleurs, l’autonomie d’un champ est toujours « relative ». « Autonomie » dans la mesure où il est possible d’identifier un « nomos » propre au champ. « Autonomie relative » dans la mesure, par exemple, où rares sont les champs où le capital économique est sans valeur. L’existence d’un « capital spécifique », d’un « droit d’entrée », séparant experts et profanes ou celle d’instances de jugement spécifiques sont des indicateurs de l’autonomie d’un champ. C’est dire aussi que les différents champs n’ont pas le même degré d’autonomie ou de dépendance. L’autonomie d’un champ a une histoire : elle peut être conquise ou perdue. Elle peut procéder de l’obéissance à deux maîtres (l’État et le marché). Certains champs entretiennent des rapports structuraux avec d’autres champs ou d’autres univers. Ainsi, en régime démocratique, les luttes au sein du champ politique dépendent, au moins formellement, des électeurs19. Dans une économie de marché, le champ économique dépend du champ politique (qui organise le marché). De façon générale, l’étude des rapports entre les différents champs définit un programme de recherches : les logiques politique, juridique, religieuse concernent l’ensemble de la vie sociale ; la production de biens symboliques, de biens matériels, de « services » échappe de moins en moins à la « marchandisation » (i. e. l’emprise du champ économique) ; toute production suppose la distribution, la circulation, l’appropriation des produits, etc.

  • 20 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Éditions Raisons d’agir, (...)
  • 21 Mary Douglas, Comment pensent les institutions, traduit par Anne Abeillé, Paris, Éditions La Décou (...)
  • 22 Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, traduit par Liliane e (...)
  • 23 Cf. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, Éditions la Découverte.
  • 24 Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Min (...)
  • 25 Pierre Bourdieu, « A propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la Recherche en sci (...)
  • 26 Erving Goffman, « Réplique à Denzin et Keller », in Le parler frais d’Erving Goffman, Paris, Éditi (...)
  • 27 Aaron Cicourel, Le Raisonnement médical, Paris, Éditions du Seuil, p. 29-30.
  • 28 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979 (...)
  • 29 Pierre Bourdieu, Leçon sur la leçon, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982, p. 42.

10Les dispositifs étudiés par Luc Van Campenhoudt (comme ceux évoqués précédemment) ne sont évidemment pas des champs. Ils associent ou confrontent des agents qui appartiennent à des champs différents : les professionnels de santé appartiennent au champ médical, les professionnels du droit au champ juridique, etc. Comment analyser alors ces espaces interdisciplinaires ? Définie comme un « champ », la justice pourrait l’être aussi comme une « institution » ou comme un « réseau ». Ainsi peut-on y voir une institution qui existe « à l’état objectivé » sous forme de palais de justice, de salles d’audience, de robes à parements d’hermine, etc., « à l’état institutionnalisé », sous forme de codes, de règlements, etc., et, « à l’état incorporé », sous la forme des « habitus judiciaires » de ceux qui la font vivre (magistrats, avocats, greffiers, etc.). De même, on peut également décrire la justice comme un « réseau » fait de l’entrelacs des interactions entre tous ceux qui y participent à un titre ou à un autre. Et ce qui vaut pour le champ juridique vaut également pour le champ médical. Mais, à la différence d’un « champ » ou d’une « classe » qui sont des objets théoriques, une « institution » ou un « réseau » sont des objets empiriques visibles à l’œil nu, des objets de sens commun. Ainsi, s’il est vrai que les interactions sont souvent « le seul moyen que nous ayons pour saisir les choses » et que « c’est seulement à travers les interactions que se livrent les structures », « les structures ne sont pas réductibles aux interactions » : « l’interaction entre deux personnes peut être l’actualisation de rapports structurellement irréductibles à l’interaction, dont l’interaction est à la fois la manifestation et la dissimulation20 ». On peut bâtir des théories à partir de ces objets empiriques : théorie des institutions (Mary Douglas21, Erving Goffman22, etc.), théorie des interactions (Network Analysis mettant en évidence « la force des liens faibles », des « trous structuraux » ou des « clusters23 »). On peut également s’interroger sur les rapports entre champs et institutions ou entre champs et interactions (ou « réseaux d’interactions »). Ainsi une institution peut être inclue dans un champ (comme l’ENS, l’X ou l’ENA appartiennent au « champ des grandes écoles24 »), elle peut appartenir à l’interface entre un champ et son public (comme les bibliothèques publiques se situent à l’interface entre « champ littéraire » et lecteurs), elle peut, dans certains cas, être décrite comme un champ (comme Bourdieu l’a montré dans le cas de l’institution familiale25). Quant aux rapports entre champs et interactions ou réseaux d’interactions, Goffman insistait sur leur « cadrage » : « les individus auxquels j’ai affaire n’inventent pas le monde du jeu d’échecs chaque fois qu’ils s’assoient pour jouer ; ils n’inventent pas davantage le marché financier quand ils achètent un titre quelconque, ni le système de la circulation piétonne quand ils se déplacent dans la rue. Quelles que soient les singularités de leurs motivations et de leurs interprétations, ils doivent, pour participer, s’insérer dans un format standard d’activités et de raisonnement qui les fait agir comme ils agissent26 ». De même, Cicourel considère qu’une situation d’interaction est un « lieu de réfraction à un "niveau microscopique" des contraintes et ressources organisationnelles et institutionnelles plus vastes qui reflètent les différences de statut et de pouvoir inhérentes à une société donnée27 ». Telle était également la perspective de Bourdieu qui considèrait que « les individus en interaction importent toutes leurs propriétés dans les interactions les plus circonstancielles » et que « la position relative dans la structure sociale (ou dans un champ spécialisé) commande la position dans l’interaction28 ». La notion de champ est ainsi conçue comme un moyen de rompre « avec la représentation réaliste qui porte à réduire l’effet du milieu à l’effet de l’action directe s’effectuant dans une interaction29 ».

  • 30 Selon Luc Boltanski et Eve Chiapello, la sociologie des réseaux vise, en effet, à « émanciper la s (...)
  • 31 Luc Van Campenhoudt, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le "travail en (...)
  • 32 Ibidem, p. 59.
  • 33 Ibid., p. 61.
  • 34 Ibid., p. 62.
  • 35 Ibid., p. 63.
  • 36 Ibid., p. 55.
  • 37 Ibid., p. 62.

11Peut-on prendre au sérieux le label « en réseau » des dispositifs étudiés et les analyser comme tels, en déplaçant le regard des individus et de leurs attributs (leurs ressources matérielles, juridiques, symboliques, etc.) vers les relations qu’ils entretiennent entre eux, en face à face ou à distance ?30 Au terme de deux enquêtes sous-tendues par cette hypothèse théorique, Luc Van Campenhoudt dégage trois conclusions. D’abord le « leurre de l’horizontalité » : les rapports « consensuels » et « égalitaires » sont une fiction31. Ensuite, la fermeture relative des champs les uns par rapport aux autres : « la ritournelle de la communication » « dans l’intérêt du bénéficiaire » dissimule mal la réalité de l’étanchéité et de la rétention d’information, « la cacophonie », « la juxtaposition et le morcellement des pratiques32 ». Enfin, la mise en circulation entre les différents intervenants des « cas à risque » (« la patate chaude33 »). Ainsi Luc Van Campenhoudt est-il amené à conclure que « dans les nouveaux dispositifs de l’action publique et sociale, les relations de communication sont très loin de fonctionner comme un réseau est théoriquement censé fonctionner34 » et que « les logiques de champ restent prégnantes dans le "travail en réseau"35 ». Le magistrat, par exemple, agit « davantage en fonction de sa position et de sa stratégie dans son propre champ qu’en fonction des autres personnalités impliquées […] qui ne relèvent pas directement du champ judiciaire (comme un expert psychiatre, un travailleur social ou le justiciable concerné)36 ». Sous les dehors consensualistes du travail en réseau, la lutte entre les champs est « féroce » : « Tandis que le champ judiciaire affirme sans complexe son pouvoir et tend à empiéter, pour le moins, sur le champ social, sur le champ scolaire et sur celui de la santé mentale, ceux-ci tentent de défendre tant bien que mal leur autonomie37 ». Tentatives de prise de contrôle d’un champ sur un autre qu’indique la prolifération des dénotations construites sur le même modèle : « pénalisation », « psychologisation », « psychiatrisation », « marchandisation », etc.

III. « Champs d’intervention professionnelle »

  • 38 Luc Van Campenhoudt, « Le pouvoir dans le travail en réseau », in Isabella Brandon et Yves Cartuyv (...)
  • 39 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention prof (...)
  • 40 Andrew Abbott, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago et Lo (...)

12Mais, si ces dispositifs ne sont ni des champs, ni des réseaux, alors comment les décrire ? Il me semble qu’il faut prendre au sérieux une autre hypothèse proposée par Luc Van Campenhoudt dans un texte antérieur : « Quand les uns et les autres se mettent à travailler en réseau, une sorte de champ lisière se met sur pied, d’inter-champ ou encore de champ métis qui perd son homogénéité institutionnelle », écrit-il38. Telle est la perspective adoptée par Stanislas Morel pour analyser la prise en charge de l’échec scolaire précoce39 en s’inspirant de la sociologie des professions d’Andrew Abbott40.

  • 41 C’est la situation, précédemment évoquée, qu’envisageait Durkheim : cf. note 15.

13Selon Abbott, les professions sont des « groupes de métiers appliquant un savoir abstrait à des cas concrets » : diagnostic, traitement et inférence (i.e. la façon de raisonner sur le problème traité), démontrant la mise en œuvre d’un savoir formalisé trop abscons pour les profanes, fondent leur légitimité. La concurrence entre professions se fait jour dès lors que plusieurs d’entre elles proposent des réponses différentes à un même problème41. Comment rendre compte des « territoires » des différentes professions, c’est-à-dire des tâches qui reviennent à chacune d’elles dans la division du travail, de l’inégale protection de ces territoires contre les assauts de la compétition professionnelle et des évolutions de leurs frontières, tant sous l’effet de cette compétition que de forces externes au système des professions, changements techniques, modifications de la demande, interventions de l’État ? Le pouvoir professionnel réside dans la capacité de maintenir le contrôle d’un territoire : pouvoir de définir un problème, de faire reconnaître la validité de ses traitements, de se soustraire à la comparaison, de demander le soutien de l’État, de s’allier aux élites dirigeantes. Abbott voit dans l’efficacité des solutions que les professions proposent aux problèmes dont elles traitent le facteur qui détermine in fine la délimitation des territoires. Les distorsions entre efficacité et répartition des territoires finissent par se résorber avec le temps : la répartition des tâches entre professions qui coopèrent sur un même lieu de travail s’adapte progressivement aux exigences d’efficacité, le public prend conscience de cette nouvelle division du travail et, finalement, l’État consacre juridiquement les nouveaux territoires.

  • 42 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention prof (...)

14Selon Stanislas Morel42, un « Champ d’Intervention Professionnelle » (CIP) est « un espace à l’intérieur duquel s’organisent les activités des membres des groupes professionnels concernés par un même problème » ou, plus précisément, l’espace de « coopération/concurrence » à l’intérieur duquel s’organisent les pratiques professionnelles de « réparateurs » appartenant à différents champs (jurique, médical, etc.). On peut identifier quatre propriétés des « champs d’intervention professionnelle ». 1° L’existence d’un « champ d’intervention professionnelle » suppose celle d’une « demande de réparation », c’est-à-dire de clients potentiels ou de fournisseurs de clients qui délèguent leur prise en charge à des « réparateurs ». 2° Un « champ d’intervention professionnelle » est un espace de concurrence entre « réparateurs » dotés de ressources pratiques et théoriques distinctes. 3° Les rapports de force entre « réparateurs » dépendent des rapports de force entre leurs disciplines savantes de référence et les techniques réparatrices afférentes. 4° Ces rapports varient de la concurrence ouverte (stratégies de distinction, d’autonomisation, de disqualification) à la coopération (stratégies de délégation, de domination, de prise de contrôle). Le concept de « champ d’intervention professionnelle » définit ainsi un programme de recherches transposable à diverses situations.

  • 43 Robert Castel, « Les médecins et les juges », art. cit.

15L’étude des rapports de force entre disciplines savantes, techniques réparatrices et réparateurs permet, par exemple, de décrire l’épreuve de force entre médecins et juges confrontés au « cas Pierre Rivière » en 1835. Le statu quo, la coexistence pacifique entre justice et médecine, explique Robert Castel43, reposait sur « le traditionnalisme du savoir » et « le conservatisme institutionnel » : « Au partage théorique sans zone-frontière entre folie et normalité […] correspond un partage institutionnel sans risque d’empiètements entre le système médical et le système judiciaire ». Comment ce statu quo a-t-il été remis en cause ? Du point de vue du droit, « sans liberté morale, il ne peut y avoir de culpabilité, donc pas non plus de punition ». La logique juridique est prise en défaut dès lors qu’on peut mettre en évidence « une lacune – dysfonctionnement ou faiblesse originaire, due à des causes physiques ou psychiques – de la "faculté de penser" ». En l’occurrence, l’extension du concept de « folie » (« monomanie ») permet l’interprétation d’un nouvel ensemble de comportements qui échappait au savoir psychiatrique et devait être abandonné à la justice. Pour la psychiatrie naissante, cette « tentative de gagner un espace d’intervention » repose sur la tentative d’« inscrire d’une manière convaincante un secteur de la criminalité dans la médecine mentale ». En « pathologisant » un secteur de la criminalité, elle pose un problème d’étiquetage – « coupable » ou « fou » – par rapport à deux noyaux de savoir et implique un « déplacement du verdict au diagnostic ». Mais, cette « victoire théorique » de la médecine sur la justice se heurtait encore à l’absence de structures institutionnelles et législatives : la loi de 1838 institutionnalisera les modalités du placement (d’office/volontaire) dans des établissements spéciaux (asiles).

  • 44 Henri Bergeron, L’État et la toxicomanie. Histoire d’une singularité française, Paris, PUF, 1999.
  • 45 Rapport de la mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, présenté par Monique Pell (...)
  • 46 France Lert et Éric Fonbonne, La toxicomanie. Vers une évaluation de ses traitements, Inserm-Docum (...)

16Le même schème permet de décrire l’espace de la prise en charge de la toxicomanie en France au cours des années 1970. Il repose sur le statu quo juridique entre médecins et juges. La loi du 31 décembre 1970 est un compromis : la toxicomanie est une maladie et un délit ; le toxicomane est malade et coupable ; délinquant, le consommateur de drogues peut échapper aux poursuites par le biais de « l’injonction thérapeutique44 ». Ce statu quo entre médecins et magistrats a pour corollaire l’éclectisme des discours officiels. Ainsi le rapport de Monique Pelletier apparaît-il comme une tentative d’orchestration des différents registres interprétatifs : « La drogue, y lit-on, est le monde de l’ambiguïté sans frontières définies, d’où le cartésianisme semble à jamais banni45 ». L’éclectisme des interprétations va de pair avec la promotion de l’interdisciplinarité et le partage du « territoire » : à la psychopharmacologie revient l’étude des propriétés des substances et de leurs effets psychotropes et somatiques, à la psychopathologie, celle de « la personnalité toxicomaniaque », à l’épidémiologie, celle des « facteurs de risques ». Le nécessaire compromis en matière de prise en charge – entre incarcération et médicalisation, entre médicalisation et démédicalisation, etc. – se traduit par la mise en place d’un espace concurrentiel d’institutions spécialisées où l’on peut distinguer trois pôles : les communautés thérapeutiques (d’inspiration comportementaliste), les traitements à base de méthadone, les traitements ambulatoires (entre psychanalyse et comportementalisme)46.

17Et le même schème permet encore de décrire l’espace ouvertement conflictuel de la prise en charge de l’autisme. L’alliance entre neuropsychiatres et parents d’enfants autistes (« culpabilisés » par la psychanalyse) tend aujourd’hui à évincer la psychanalyse (opposée à toute évaluation) de la prise en charge en la disqualifiant moralement et scientifiquement et promeut les méthodes comportementales ABA (Applied Behavior Analysis) ou « à référence développementale » TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication Handicapped Children).

  • 47 Cf. Gérard Mauger, « Soigner ou punir ? Les traitements des toxicomanies en France (1970-1990) », (...)
  • 48 Andrew Abbott, « Écologies liées », in Pierre-Michel Menger (dir.), Les professions et leurs socio (...)
  • 49 Pierre Bourdieu, Sur l’État, op. cit., p. 312.
  • 50 Ibidem, p. 313.

18On peut s’interroger, pour conclure, sur la pertinence de la théorie des champs pour rendre compte du fonctionnement de ces « champs d’intervention professionnelle ». On a vu que, selon Abbott, c’est l’efficacité des solutions proposées qui détermine in fine l’issue de la concurrence entre professions. Mais, il y a matière à s’interroger, au moins dans les cas qui mettent aux prises médecins et juges, sur la possibilité d’une issue « rationnelle » de ce genre. Quand il s’agit, comme dans le cas de la toxicomanie de « soigner » ou de « punir47 », le débat central n’a évidemment pas pour enjeu l’efficacité comparée de l’incarcération et de la communauté thérapeutique et il en va de même pour les débats récurrents en France sur l’Ordonnance de 1945 où s’affrontent les tenants de la « répression » et ceux de la « prévention » de la « délinquance juvénile ». Quinze ans après The System of Professions, Andrew Abbott en convient en insistant sur le poids de l’État dans l’issue de la concurrence48. En fait, le dénouement au sein de ce genre de « champ d’intervention professionnelle » renvoie aux rapports de force entre champs au sein du « champ du pouvoir », défini par Bourdieu comme le « lieu où s’affrontent des détenteurs de capital […] sur le taux de change entre les différentes espèces de capital », donc sur « les rapports de domination entre les différentes espèces de capital et, du même coup, entre les différents détenteurs de ces espèces de capital49 », l’État étant défini « comme une sorte de méta-champ […] où se produit, se conserve, se reproduit un capital qui donne pouvoir sur les autres espèces de capital50 ».

  • 51 Stanislas Morel, « Au(x) cœur(s) des professions. Penser le rapport des professions à l’hétéronomi (...)
  • 52 Everett C. Hughes, Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des Hautes É (...)

19De même, l’étude des incidences de l’investissement dans tel ou tel « champ d’intervention professionnelle » sur la position occupée au sein du champ d’appartenance professionnelle, renvoie à la théorie des champs. Comme le montre Stanislas Morel51, la prise en charge de l’échec scolaire précoce peut s’apparenter au « sale boulot52 » et, de ce fait, exposer au déclassement : c’est pourquoi les professionnels engagés dans la prise en charge de l’échec scolaire précoce mettent en œuvre des stratégies de revalorisation au sein de leurs champs professionnels respectifs visant à réaffirmer leur appartenance au champ et parfois des stratégies de promotion cherchant à y conquérir une position d’expertise ou à faire de leur pratique le vecteur d’une requalification symbolique du métier.

20S’il est donc vrai que ces dispositifs interdisciplinaires ne sont pas des « champs » au sens où Bourdieu les définit, la théorie des champs permet, au moins pour partie, de rendre compte de leur fonctionnement.

Notes

1 Cf. Luc Van Campenhoudt, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le " travail en réseau" », Cités, 2012/3, no 51, p. 47-63.

2 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention professionnelle, thèse de sociologie EHESS, 2010.

3 Cf. Pierre Bourdieu, « La Force du droit. Éléments pour une sociologie du champ juridique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 64, 1986, p. 3-19.

4 Cf. Patrice Pinell, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, no 156-157, 2005, p. 4-36 et « A propos du champ médical : quelques réflexions sur les usages sociologiques du concept de champ », in Frédéric Lebaron et Gérard Mauger (dir.), Lectures de Bourdieu, Paris, Ellipses, 2012, p. 305-318.

5 Robert Castel, « Les médecins et les juges », in Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère…, présenté par Michel Foucault, Paris, Éditions Gallimard/Julliard, 1973.

6 Gérard Mauger, « Soigner ou punir ? Les traitements des toxicomanies en France (1970-1990) », in Howard Becker (dir.), Qu’est-ce qu’une drogue ?, Anglet, Atlantica, 2001, p. 141-159.

7 Rapport de la mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, présenté par Monique Pelletier, Paris, La Documentation française, janvier 1978, p. 125. Henri Bergeron, L’État et la toxicomanie. Histoire d’une singularié française, Paris, PUF, 1999.

8 Cf. Gérard Mauger, « Sociologie et toxicomanie », in Greta, Le toxicomane et ses thérapeutes, Analytica, volume 57, Paris, Navarin éditeur, 1989, p. 17-23.

9 Rapport de la mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, présenté par Monique Pelletier, op. cit., p. 248.

10 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010), op. cit.

11 Cf. Haute Autorité de Santé, Autisme et troubles envahissants du comportement. État des connaissances hors mécanismes physiopathologiques, psychopathologiques et recherche fondamentale, janvier 2010 <www.has.sante.fr>

12 Selon Max Weber, les différents registres de l’action sociale suivent chacun leurs propres lois : l’idée est condensée dans le concept d’Eigengesetzkichkeit (littéralement, « légalité propre ») qui s’applique à toutes les sphères (cf. par exemple, « Considération intermédiaire », in Max Weber, Sociologie des religions, traduit par Jean-Pierre Grossein, Paris, Éditions Gallimard, 1996, p. 410-460).

13 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1930, p. 2.

14 Karl Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, traduit de l’anglais par Catherine Malamoud et Maurice Angeno, Paris, Éditions Gallimard, 1983.

15 Cyril Lemieux, « Le crépuscule des champs. Limites d’un concept ou disparition d’une réalité historique ? », in Michel de Fornel et Albert Ogien (dir.), Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 92.

16 Émile Durkheim, De la division du travail social, op. cit., p. 249-250.

17 Luc Van Campenhoudt, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le "travail en réseau" », art. cit., p. 48.

18 Cf. Gérard Mauger, « Capital, champ, habitus », in Pierre Bourdieu : les champs de la critique, Paris, BPI/Centre Pompidou, 2004, p. 61-74.

19 En fait, l’unification de l’offre politique (liée à la « professionnalisation ») et le déplacement hors suffrage des instances de pouvoir tendent à autonomiser le champ politique par rapport aux électeurs…

20 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Éditions Raisons d’agir, Éditions du Seuil, 2012, p. 179.

21 Mary Douglas, Comment pensent les institutions, traduit par Anne Abeillé, Paris, Éditions La Découverte, 2004.

22 Erving Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, traduit par Liliane et Claude Lainé, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968.

23 Cf. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, Éditions la Découverte.

24 Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1989.

25 Pierre Bourdieu, « A propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la Recherche en sciences sociales, no 100, 1993, p. 32-36.

26 Erving Goffman, « Réplique à Denzin et Keller », in Le parler frais d’Erving Goffman, Paris, Éditions de Minuit, 1989, p. 307.

27 Aaron Cicourel, Le Raisonnement médical, Paris, Éditions du Seuil, p. 29-30.

28 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, p. 271.

29 Pierre Bourdieu, Leçon sur la leçon, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982, p. 42.

30 Selon Luc Boltanski et Eve Chiapello, la sociologie des réseaux vise, en effet, à « émanciper la sociologie des "vieilles" notions de "catégories", de "groupes", de "classes" qui, présentées comme valables pour les anciennes sociétés à statut, ne convenaient plus à des sociétés ouvertes, mouvantes (libérales) dans lesquelles le hasard jouait un rôle prépondérant » (cit. in Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 72).

31 Luc Van Campenhoudt, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le "travail en réseau" », art. cit., p. 59.

32 Ibidem, p. 59.

33 Ibid., p. 61.

34 Ibid., p. 62.

35 Ibid., p. 63.

36 Ibid., p. 55.

37 Ibid., p. 62.

38 Luc Van Campenhoudt, « Le pouvoir dans le travail en réseau », in Isabella Brandon et Yves Cartuyvels (dir.), Judiciaire et thérapeutique : quelles articulations ?, Bruxelles, La Charte, 2003, p. 44.

39 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention professionnelle, op. cit.

40 Andrew Abbott, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago et Londres, University of Chicago Press, 1988.

41 C’est la situation, précédemment évoquée, qu’envisageait Durkheim : cf. note 15.

42 Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention professionnelle, op. cit.

43 Robert Castel, « Les médecins et les juges », art. cit.

44 Henri Bergeron, L’État et la toxicomanie. Histoire d’une singularité française, Paris, PUF, 1999.

45 Rapport de la mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, présenté par Monique Pelletier, op. cit., p. 17-18.

46 France Lert et Éric Fonbonne, La toxicomanie. Vers une évaluation de ses traitements, Inserm-Documentation française, 1989.

47 Cf. Gérard Mauger, « Soigner ou punir ? Les traitements des toxicomanies en France (1970-1990) », art. cit.

48 Andrew Abbott, « Écologies liées », in Pierre-Michel Menger (dir.), Les professions et leurs sociologies. Modèles théoriques, catégorisations, évolutions, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003, p. 29-50.

49 Pierre Bourdieu, Sur l’État, op. cit., p. 312.

50 Ibidem, p. 313.

51 Stanislas Morel, « Au(x) cœur(s) des professions. Penser le rapport des professions à l’hétéronomie avec Abbott et Bourdieu » (à paraître).

52 Everett C. Hughes, Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études, 1996.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search