Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

Les (a)versions du sujet : pour une éthique de la surprise

Dan Kaminski

Texte intégral

I. Bonnes et mauvaises surprises

1Je voudrais m’exercer à tisser des liens entre surprise et subversion, à la suite de la lecture de publications elles-mêmes « subversives » de Luc Van Campenhoudt. Mais je voudrais d’abord envisager la qualité des surprises : elles sont bonnes ou mauvaises, n’est-ce pas ?

2La surprise esthétique ou politique relève d’un premier temps sensuel ou intellectuel. Pour autant que l’on passe de ce premier temps au second, résolument intellectuel quant à lui, la surprise devient objet d’analyse et l’analyse peut renouveler la surprise. Par ailleurs, les bonnes surprises d’un moment peuvent tourner à l’aigre, le temps passant, le vent tourné. Quand Hubert-Félix Thiéfaine ironisait il y a trente ans : « Laissez l’État dans les toilettes où vous l’avez trouvé », le plaisir subversif tiré de ce conseil ne faisait aucun doute pour l’anarchiste de l’époque. L’anarchiste a vieilli et il tremble : en effet, aujourd’hui (surprise ! ?) ce conseil malicieux ne conviendrait-il pas à merveille comme emblème de Goldman Sachs ?

3Le tableau de Mark Tansey intitulé Discarding the frame (1980) nous montre deux hommes, qu’on imagine artistes. Obéissant à une parole apparemment libératrice (débarrassons-nous du cadre !), ils sont rattrapés par leur ombre fugace (mais fixée par Tansey), sur la paroi de la caverne. L’ombre les prévient un peu tard : vous ne vous débarrasserez pas du cadre, car votre liberté n’est rien sans la forme qui lui permet d’apparaître. Il n’y a pas d’apparition d’un sujet ou d’un objet sans cadre. Au moment précis où le cadre est jeté, ce dernier reprend ses droits dans l’ombre projetée sur la paroi de la caverne. C’est une première surprise. La deuxième surprise est plus singulière : l’ombre des sujets « libérés » devient l’objet du tableau. Le geste libérateur, créatif, transgressif est donc une reconnaissance adressée à la norme et il ne libère qu’illusoirement le sujet de son ombre oubliée jusque là.

  • 1 G. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages, 2007, p. 32.
  • 2 Ces quelques lignes sur la surprise sont extraites et adaptées de D. Kaminski, « Un ancrage infra- (...)

4Le pouvoir d’État, le capitalisme, les normes de l’art… Autant de dispositifs, sous lesquels un autre dispositif insiste. Georgio Agamben écrit, à propos du langage, qu’il est « peut-être le plus ancien dispositif dans lequel, [il y a] plusieurs milliers d’années déjà, un primate, probablement incapable de se rendre compte des conséquences qui l’attendaient, eut l’inconscience de se faire prendre1 ». Ce primate eut l’inconscience de se faire prendre dans le langage : voilà bien une formulation qui convient. Cette prise du langage est celle-là même qui autorise, sans garantie, quelques sur-prises2.

5Surprendre, c’est (dès 1130) prendre quelqu’un au moment où il commet un délit, puis par extension lorsqu’il transgresse des règles morales. La surprise désignait au moyen âge un impôt extraordinaire. Si l’on accepte l’anachronisme, on l’imagine, dans ce cas, mauvaise. Puis beaucoup plus tard, le mot désigne la tromperie ou la surpercherie (par surprise). Plus tard encore, la généralisation de l’usage du mot à tout effet inattendu donnera aussi au mot la signification plus connue du cadeau ou du plaisir que l’on fait. Surprise : Impôt extraordinaire et cadeau inattendu. Je paie aujourd’hui l’impôt de l’amitié et j’espère néanmoins contribuer au cadeau collectif que nous offrons à Luc lors de ces journées d’hommage.

6On aura remarqué que l’usage du mot est passé de l’action intentionnelle policière et fiscale désagréable à l’effet par surcroit d’une relation agréable. Le rapport entre la surprise et la déviance et leurs bénéfices respectifs est patent et je me sens légitimé à y associer une lecture diagonale de trois textes de Luc Van Campenhoudt consacrés respectivement au malentendu, à la transgression et à l’insécurité. En m’appuyant sur ces textes, je tenterai d’exposer deux propositions éthiques qui n’engagent que moi, la première assurant une critique de l’authenticité, la seconde séparant deux formes de transgression.

II. La version du sujet contre l’authenticité, forme contemporaine de son aversion

  • 3 M. Connelly, La blonde en béton, Paris, Seuil, coll. « Points », p. 386.

Je vais te confier un secret, Harry… Sur cette terre, personne n’est ce qu’il prétend être. Personne. Dès qu’on se retrouve seul chez soi, dernière la porte fermée et verrouillée… Et quoi qu’on en pense, personne ne connaît personne. Dans le meilleur des cas, on peut seulement espérer se connaître soi-même ? Et parfois, quand on y parvient, quand on découvre sa vraie nature, on est obligé de détourner le regard3.

7Ray Mora, inspecteur aux Mœurs du LAPD, semble plein de bon sens, en s’adressant en ces termes à son collègue Harry Bosch. Il laisse entendre que la surprise nous attend aux détours de nos auto-observations et, a fortiori, aux détours des observations inquisitrices de la police par exemple. Il se trompe néanmoins en donnant à croire qu’une vraie nature se trouverait derrière la porte fermée et verrouillée ou que cette vraie nature pourrait être connue de la conscience qui l’habite ; en donnant à croire, enfin, que cette vraie nature, si intime qu’il est difficile de la connaître soi-même, se tiendrait là, hors de l’interaction. La vérité serait dans le secret.

  • 4 B. Claes, Herstel en detentie. Een ethnografisch onderzoek in de gevangenis van Leuven Centraal, t (...)

8Une thèse récemment défendue à la VUB sur la réparation en prison4 nous apprend que le détenu est pris en tenaille entre deux univers de définition de sa vie morale, deux codes, qui pourraient être partiellement compatibles ou complémentaires dans la vie libre, mais qui apparaissent en prison comme incompatibles. La coprésence de ces deux codes piège toute « vérité » possible sur les sentiments du détenu sur le point de vue de la victime ou sur son regard rétrospectif sur les faits commis, soit parce qu’ils font l’objet d’attentes de contrition téléphonées (aux effets pragmatiques mais incertains), institutionnellement construites, soit parce que cette « vérité » est incompatible avec la « virilité » attendue par le inmate code. La circularité et le renforcement permanents des attentes normatives des deux « codes » produisent une régression à l’infini du doute des instances d’avis et de décision et rendent improbables l’expression d’une position singulière (intérieure) attendue du détenu, depuis des siècles sous le nom de rédemption (religieuse), ou celui plus récent de réparation (pragmatique et légalement instituée). Il faut être à la fois opportuniste et authentique pour survivre en prison. Incontestablement, c’est aussi l’injonction paradoxale qui s’impose dans la vie libre, mais si des zones de recouvrement (ou d’étanchéité) entre les deux termes du paradoxe sont possibles dans la vie libre, elles sont extrêmement réduites en prison. Le paradoxe y devient une contradiction insoutenable.

  • 5 R. Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Cahiers du Cinéma/Gallimard/Seuil, (...)

9Sous ce constat, résiste cependant un postulat selon lequel une authenticité possible serait cachée, écrasée, entre deux codes. L’authenticité, dont l’existence est supposée, ne peut trouver sa place que dans des espaces dits de liberté (la cellule dans laquelle on a la chance d’être seul parfois) ou à l’occasion de rencontres « sans programme » (aumôniers, visiteurs, intervenants non judiciaires). Comment peut-on croire que l’authenticité, lorsqu’elle affleure, n’est pas un code, elle aussi ? Quel « hors-code » serait donc accessible ? Les métaphores du masque et du théâtre sont justes jusqu’à un certain point. Le masque et le théâtre constituent à mon sens l’authenticité des relations en prison : il n’y a pas d’authenticité derrière les codes sociaux, quels que puissent être les attentes, les craintes ou les espoirs de tous en la matière. La double mascarade du détenu devant ses pairs et devant les professionnels de l’évaluation est la condition objective de la survie en prison, c’est sa vérité. Et le tragique de l’affaire tient à l’obligation de porter les deux masques « en même temps ». Sans masques, serions-nous libres ? Je pense que non : la condition de la liberté, c’est la possibilité de porter des masques (par contre le devoir permanent d’en porter est contreproductif). Enlever le masque serait être soi-même, montrer son « private self » ? Mais enlever le masque est une option relationnelle, construite dans l’interaction : en quoi est-elle plus « authentique » ? Il faut se souvenir de ce qu’écrit Roland Barthes sur le masque dans son étude prodigieuse sur la photographie : « […] un masque. C’est ce mot qu’emploie justement Calvino pour désigner ce qui fait d’un visage le produit d’une société et de son histoire. […] Le masque, c’est le sens, en tant qu’il est absolument pur5 ».

  • 6 Fr. Collin, « Du privé et du public », Cahiers du GRIF, 1986, no 33 (Hannah Arendt), p. 47-68.

10Françoise Collin, qui vient de nous quitter, écrivait ceci en 1986 : « Le port du masque comme condition de la parole et même de l’apparition n’est assimilable à l’hypocrisie que pour le terroriste de la vie privée ou publique, qui poursuit une transparence illusoire et tente de faire "rendre gorge" à chacun, le sommant d’une impossible coïncidence avec soi. L’apparaître […] [est] la condition même de la personne qui ne se rassemble que dans cette apparition dans laquelle elle parle et agit. Toute autre prétention dans le rapport à l’autre s’identifie à la Terreur, analogue à cette "guerre à l’hypocrisie" qui fit de Robespierre un tyran sanglant. D’où le précepte de Socrate : "Sois comme tu souhaiterais apparaître à autrui"6 ».

  • 7 L. Van Campenhoudt, « Vaut-il toujours mieux lever les malentendus ? », La Revue Nouvelle, 2012, n(...)
  • 8 L. Van Campenhoudt, « Vaut-il toujours mieux lever les malentendus ? », La Revue Nouvelle, 2012, n(...)

11Luc Van Campenhoudt prolonge ce propos dans son texte sur le malentendu7 : « L’interaction entre deux êtres (ou davantage) atteint son niveau le plus élevé de subtilité et de vérité lorsque chacun est capable de réaliser que sa compréhension de l’autre comportera toujours une part de malentendu et d’accepter de ne pas chercher à la dissiper en poussant l’investigation jusqu’au point où elle devient une intrusion agressive. De cette capacité de ne pas vouloir percer (en vain) le mystère de l’autre, procède la magie de l’interaction harmonieuse. "Magie" dans le sens où quelque chose d’agréablement étonnant, un plaisir intellectuel ou émotionnel, peut surgir de l’interférence de nos lectures décalées du monde et de nous-mêmes ». Magie ou surprise ? « Non seulement nous ne nous comprenons pas mais, comme il nous est impossible de nous accorder l’un à l’autre sans interpréter constamment les comportements l’un de l’autre, nous sommes chaque fois à côté de la plaque. Nous croyons nous comprendre mais nous comprenons presque tout de travers8 » (c’est moi qui souligne).

12Si ce diagnostic vaut pour l’interaction entre Luc et son chien (protagoniste principal de son texte), je suis convaincu qu’il m’approuvera, tant la relation avec son chien est heuristique et généralisable, si j’affirme que ce propos est réflexivement applicable aux relations entre le sociologue et la société. Luc Van Campenhoudt, je suis désolé de le dire, mais il s’en doute, est à côté de la plaque et comprend presque tout de travers.

  • 9 M. Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 1999.

13Luc Van Campenhoudt a, dans trois textes que j’ai sélectionnés en raison de ses affinités avec quelques-unes de mes préoccupations scientifiques – sur la transgression, les politiques de sécurité et le malentendu – le souci de chercher la version (ou les versions) du sujet contre son aversion, son aversion pour lui-même, ou l’aversion que relaient nombre d’institutions. J’utilise ici le mot institution dans le sens que lui donne Mary Douglas9, soit ce qui nous permet de ne pas penser, de vivre sans surprise.

  • 10 L. Van Campenhoudt, « Ambiguïtés et ambivalences de la transgression », Revue de l’Institut de Soc (...)
  • 11 Ibidem.
  • 12 M. Dufrenne, Subversion perversion, Paris, PUF, « La politique éclatée », 1977, p. 7.

14Ainsi, « l’image du sujet [qu’il donne à voir dans son étude de la transgression] est celle d’un être complexe, traversé de tensions contradictoires, se construisant plus dans l’ambiguïté que dans la transparence, à la fois intégré et ennemi intérieur, tiraillé entre l’ordre et le désordre, écartelé parfois entre des univers sociaux et normatifs partiellement autonomes, en quête d’espaces secondaires physiques ou imaginaires où se répandre lorsqu’il est en crue et lancer ses défis pour exister vraiment10 ». La transgression n’est pas l’apanage du déviant substantialisé dans son anormale nature : c’est un loisir d’« après dix-sept heures11 », renvoyant dos à dos un psychologisme puissant et une sociologie, qui, partie à la recherche positiviste de l’unité du crime, se montre trop confiante dans les catégories instituées. Les formes d’aversion politique, médiatique ou scientifique à l’égard du sujet peuvent en limiter la connaissance ; au contraire, s’il est une éthique (sans garantie) de la surprise, elle exige de se mettre à l’écoute de la version du sujet, c’est-à dire à l’écoute de son expérience, de sa complexité, et de son travail de traduction du langage institutionnel dans sa propre langue. Le sujet est toujours en crue dans ses relations à la machine, au système, au champ ou au réseau. Devant ces rives conceptuelles, chaque individu « se débrouille comme il peut : franchissant clandestinement les frontières, tournant la loi, fraudant le fisc, trichant de mille façons ou fuyant au désert12 ». Certains, comme Bernard Arnault, en changeant de nationalité, s’offrent le luxe d’accomplir l’ensemble des suggestions listées ici par Mikel Dufrenne.

15Luc Van Campenhoudt insiste sur le fait que les transgresseurs sont « cliniquement normaux », pour révéler la « normalité » de la transgression dans la logique de leur « auteur ». L’argument me semble un peu court dans la mesure où il accorde une étrange confiance à la notion de normalité. Alors que l’article est consacré à l’ambiguïté et à l’ambivalence d’un concept, pour les établir, l’auteur s’appuie sur une valence unifiée de la normalité (clinique). Quoi qu’il en soit, contre l’idée d’une déviance substantielle et minoritaire, donc anormale, la transgression trouve sa place dans un besoin de secondarité (faire et être autre chose) et révèle le rapport paradoxal de l’individu à l’ordre social.

  • 13 L. Van Campenhoudt, « Vaut-il toujours mieux lever les malentendus ? », La Revue Nouvelle, 2012, n(...)

16Une double surprise nous attend ici, comme devant la tableau de Mark Tansey : 1° l’ordre social et sa transgression peuvent être incarnés par les mêmes personnes ; 2° le comportement de transgression lui-même contient la norme : « Il y a de la normativité dans la transgression », ce que Luc Van Campenhoudt lui-même présente – avec un délicieux clin d’œil étymologique – comme une « énormité ». Il y a « des scrupules à transgresser » ; le conformisme se prolonge dans la déviance. Et la secondarité relève d’une nécessité. Luc Van Campenhoudt traite le malentendu de façon comparable à la transgression, s’opposant à sa négativité et soutenant sa nécessité. Je lis : « Pour le sens commun, le malentendu est perçu comme quelque chose de négatif qu’il faut éviter, en essayant de mieux se comprendre et en communiquant davantage. Or, le malentendu n’est pas seulement inhérent aux interactions humaines et à la vie collective, il leur est indispensable13 ».

  • 14 L. Van Campenhoudt, « Chronique de criminologie. L’insécurité est moins un problème qu’une solutio (...)

17Cette complexité indispensable de la représentation du sujet, de l’interaction et du savoir… est probablement ce qui fait le plus défaut à la pensée et à l’action politique. Dans un troisième texte consacré aux politiques de sécurité, Luc Van Campenhoudt montre que la simplification semble être en effet le seul programme de la « lutte contre » la délinquance, les incivilités, l’insécurité et l’impunité. Je commencerai par là, sous la forme d’illustration, pour évoquer comment le malentendu peut être l’objet d’une exploitation perverse. Le malentendu politique face à la transgression n’est pas porteur de « magie », de « plaisir » ou de « surgissement » inattendu ; il est devenu la loi du genre. La culture politique de la simplification m’amène à revenir sur les versions et les aversions. Le malentendu systématisé (ou la perversion de la « magie ») dans le langage et dans l’action politiques demande que l’on se donne l’occasion d’une nouvelle surprise que nous offre Luc Van Campenhoudt. Dans une analyse renversant la vulgate des politiques de sécurité développées depuis vingt ans, l’auteur annonce et conclut que « l’insécurité est moins un problème qu’une solution14 ». L’aversion politique pour la complexité est restituée dans le choix consistant à définir une situation d’inégalité et d’injustice comme une situation d’insécurité, pour y répondre dans un rapport pervers de satisfaction/insatisfaction reconduit de crise en en crise et sur lequel je reviendrai.

18La suite de mon propos tentera d’établir, loin de cette illustration, une distinction à l’intérieur même de l’ambiguïté et de l’ambivalence. Que le conformisme se prolonge dans la déviance ne fait pas assez de place à une autre ambiguïté que le constat occulte. Le conformisme trouve des positions dissemblables dans deux espèces différentes de transgression, fût-elle la transgression politique de la complexité du sujet.

III. La subversion contre la perversion

  • 15 Cité par L. Van Campenhoudt, « Ambiguïtés et ambivalences de la transgression », Revue de l’Instit (...)

19Revenons donc au sujet. Que la version du sujet soit complexe, ambiguë, ambivalente, permet de penser qu’elle peut prendre des formes différentes. Reprenons une image de Luc Van Campenhoudt et posons les termes crûment : « Ce qui se passe après 17h » est-il subversif ou pervers ? Quand Oscar Wilde écrit qu’« il faut qu’il se passe quelque chose15 », de quoi et comment nous parle ce sujet en crue ? Est-il le témoin du débordement, celui qui le déclenche, avec et pour d’autres, et en observe les effets avec le plaisir de la subversion (son contentement) ou est-il le sujet débordé par les rives de l’autre qui le contiennent et lui enjoignent un débordement de sa propre jouissance (son évanouissement) ? « Il faut qu’il se passe quelque chose ». Cette phrase ne met pas en scène un sujet, mais un réel débordant. Deux « il » emmènent son auteur vers son destin : le il qui se passe et le il qui « oblige » (il faut). Absent du langage, mais indispensable, le sujet de l’énonciation s’échappe devant la crue ou y est englouti : Wilde le sait, mais Oscar le sait-il ?

  • 16 L. Van Campenhoudt, « Ambiguïtés et ambivalences de la transgression », Revue de l’Institut de soc (...)
  • 17 J.-P. Sartre, Saint Genet, comédien et martyr, Paris, Gallimard, 1952.

20Dans le même esprit, quand Coluche, cité par Luc Van Campenhoudt, crie : « La société ne veut pas de nous, alors nous ne voulons pas d’elle ; c’est tout », c’est pour indiquer la circularité de la représentation sociale et du comportement. La « relégation des " barbares" est d’autant plus crédible et commode que nombre d’entre eux se comportent exactement selon les attentes des citoyens supposés conformes16 ». Cette conformation de la transgression à sa représentation est un défi, mais un bien pauvre défi : celui d’un sujet qui s’annule, d’un acteur sans subversion, bref le sujet et l’objet à la fois d’un programme pervers, adorateur de la conformité. C’était celui de Jean Genêt (tel que Sartre17 le raconte), qui, pris sur le fait à l’âge de 10 ans par un adulte qui lui dit « Tu es le voleur », en déduit, pour son auto-identification, l’affirmation éthique perverse : « Je serai le voleur ».

  • 18 D. Moulinier, Jouissance et perversion. De quelques concepts lacaniens, http://joui-sens.blogspot. (...)

21La subversion, par contre, « va au-delà de la simple contestation formelle voire formaliste qui ne fait qu’inverser les valeurs établies ou s’inscrit naïvement dans la marche d’un "progrès". Barthes cite […] comme exemple de "subversion subtile", d’évitement radical de la norme, l’écriture de Georges Bataille dont il nous dit qu’il "n’oppose pas à la pudeur la liberté sexuelle, mais... le rire"18 ». La conformité y est déjouée – ni reconduite, ni abolie – par le déplacement du bien et du mal sur une zone dont la frontière est troublée. J’en propose tout de suite un autre exemple littéraire, dans lequel la subversion, loin de procéder à un renversement (les normes s’y mirant pour leur consolidation), mime la conformité jusqu’à l’absurde (ce qui ne peut que troubler le pouvoir et non le reconduire même sous une forme inversée).

22Julian Barnes, dans Le porc-épic, met en scène un sujet collectif nouveau face à un pouvoir dont l’idéologie se lézarde. Des jeunes manifestants, organisés sous le nom de "commando Devinsky", manifestent devant les grilles du palais des dignitaires d’un pays imaginaire de l’exbloc soviétique en déployant des banderoles et en criant des slogans favorables au gouvernement :

  • 19 J. Barnes, Le porc-épic, Folio, 1992, p. 75-80.

23Vive le parti, vive le gouvernement, merci pour le rationnement, donnez-nous - de l’idéologie, pas du pain, merci pour la hausse des prix, multipliez les forces de sécurité, merci pour les balles, merci pour le martyre, s’il vous plait, pouvons-nous-entrer dans les forces de sécurité ?19

24Lorsque les manifestants se rendent compte que les soldats qui gardent l’entrée du palais, eux-mêmes victimes « professionnelles » du rationnement, ne sont pas assez armés pour le défendre réellement, les manifestants redoublent pacifiquement de sympathie avec le régime en scandant paradoxalement un nouveau slogan :

25A bas le rationnement, des balles pour les soldats…

  • 20 Subvertere et pervertere ont le même sens en latin (mettre sens dessus dessous), mais sub- marque u (...)
  • 21 Selon la distinction (entre tactique et stratégie) qu’utilise Michel De Certeau, dans L’invention (...)

26Comment, intuitivement peut-être, signaler les divergences entre la transgression perverse et la transgression subversive ? Ces deux transgressions se ressemblent20, mais quatre différences au moins les distinguent. 1° Autant la première reconduit la norme par son déni (et non par un combat), autant la seconde la combat en insultant, dans l’ironie, sa rationalité. 2° Genêt se fabrique, dans son « déficonsentant », un destin de voleur, un programme et pour longtemps. Les manifestants du pays imaginaire inventent ponctuellement un consentement joué, qui se doit d’être réinventé éthiquement, à chaque occasion, sans répétition et sans programme. 3° La perversion est signée, alors que la subversion est anonyme. 4° La subversion est toujours tactique21, opérant par petits coups sur le lieu de la domination de l’autre, au contraire de la perversion qui peut être certes tactique (Jean Genêt n’a que dix ans), mais se révèle surtout stratégique (cherchant à préserver une domination acquise, en ce compris celle de l’autre).

  • 22 M. Dufrenne, Subversion/Perversion, Paris, PUF, 1977, p. 11.
  • 23 Ibidem, p. 10-11.

27Mikel Dufrenne ajoute : « Si la perversion comporte immédiatement un jugement de valeur au moins implicite, et toujours péjoratif22 », « la subversion par contre réfère beaucoup plus énergiquement et beaucoup plus exclusivement à une action : subversif désigne le caractère et l’effet d’une action, non l’état d’un sujet. Le langage refuse ici de prendre le sujet en considération : on ne dit pas subvers comme on dit pervers ; ce n’est pas un subvers qui subvertit, et rien n’est rendu subvers par la subversion ; et on ne parle pas davantage de subversité. Est-ce à dire que la subversion nous détourne d’une philosophie du sujet, à quoi la perversion conduit ? Pas exactement ; subvertir n’est pas un verbe impersonnel, et on n’est pas tenté de dire : ça subvertit, comme on a pu dire : ça parle ; mais le sujet que requiert ce verbe est un sujet agissant, en quelque sorte résorbé dans son acte ; peut-être aussi un sujet anonyme, pris dans une action essentiellement collective : invitation à repenser le sujet ou les visages qu’il nous tend suivant les situations où il est pris, mais pas nécessairement à l’éliminer – ou à ne tolérer de sujet que pervers23. » Ce sujet agissant, résorbé dans son acte, pris dans une action essentiellement collective, est le sujet en crue, dont la crue ne sert pas à déplacer les digues pour les rendre plus fortes.

  • 24 S. Tomasella, La perversion : renverser le monde, Paris, Eyrolles, 2010, p. 102.

28La subversion maintient le malentendu, elle ne fait pas se correspondre l’être et l’identification ; le sujet y est fuyant devant l’autre (qui ne comprend pas), mais pas devant lui-même. Au contraire de la perversion, qui relève du collage – reposant lui-même sur la connaissance complète du désir de l’autre – du « je serai ce que tu as fait de moi ». Selon Saverio Tomasella, « La perversion n'est pas seulement un savoir sur la jouissance, mais aussi un savoir sur la façon d'enfermer l'autre dans la jouissance, de mieux le tenir à sa disposition et l'utiliser à sa guise. La perversion est surtout un savoir-faire sur l'emprise, une manière de prendre le pouvoir sur l'autre pour le dominer sans qu'il s'en aperçoive et sans qu'il puisse se défendre, quitte à le détruire en le dépréciant sans cesse et en niant durablement son existence24 ». Si l’on suit cette définition, toute réduction de la complexité de l’autre pour mieux s’assurer de lui, ou se rassurer soi, dans un contexte où la puissance est en jeu, est le témoignage non pas de la perversion d’un sujet, mais de la perversion objective de la connaissance qu’elle inflige à l’autre. Les politiques de sécurité, évoquées tout à l’heure sont l’exemple typique de cette réduction d’un peuple – en colère et porteur d’expériences multiples d’injustice – à sa peur de la délinquance et à ses hurlements contre l’impunité dont elle serait l’objet. Cette réduction abusive est celle de la perversion. Le malentendu y est déguisé sous l’injonction d’un consensus. Vous êtes en colère, mais nous entendons que vous avez peur, n’est-ce pas ? Cette confusion stratégique des sentiments – la transmutation de la colère (de la frustration, du sentiment d’injustice, du sentiment de paralysie sociale) en peur – opérée par les médias et par le discours politique, est sans doute l’outil le plus performant et le plus commun aujourd’hui de formation de la sidération, du consensus et de la reproduction de l’insatisfaction. Qui forme les termes du consensus ? Celui qui a la force de les imposer, avec le concours de presque tous, crédules en la vérité martelée par l’abuseur, qui sait mieux que presque tous ce que presque tous pensent, désirent et comment ils jouissent. Le « contrat pervers » repose sur la complicité de la perversion et de la loi. Si la perversion se fonde sur le déni de la loi, elle soumet cependant le monde à des règles qui codifient bien plus drastiquement le « système » en mettant en œuvre un système systématique. Et, comme je l’ai annoncé plus haut, la valorisation politique de l’insécurité repose sur un pacte d’insatisfaction permanente, reconduite, en même temps apaisée et nourrie par les mêmes clauses.

29Luc Van Campenhoudt écrit : « Il ne faut toutefois pas abuser [des grands concepts destinés au malentendu], comme le font les grandes institutions publiques et privées », car ces notions (« société civile », « gouvernance » ou « globalisation » « partenariat », « synergie », « communication » ou « réseau ») « évoquent une vision consensualiste de la société, ce qui pose deux problèmes » dont seul le second m’intéresse ici : « La sous-estimation voire le refoulement de la dimension conflictuelle de la vie politique et sociale, avec les implications idéologiques qu’un tel refoulement suppose. L’art du malentendu devrait permettre d’éviter les mauvais et vains conflits afin de se concentrer sur ceux qui importent vraiment et peuvent faire avancer les choses ». Le consensualisme forcé et l’art du « bienentendu » sont en effet deux facettes du programme pervers par excellence.

30La conformité est incluse dans la transgression, comme l’affirme Luc Campenhoudt. Elle est néanmoins interrogée dans la subversion et troublée par elle. Celle-ci ne peut donc qu’être remobilisée incessamment, créant et recréant la surprise, comme effet non garanti, sans programme possible. Dans la perversion, programme sans surprise, mécanique ennuyeuse, la conformité est renversée, mais confirmée par ce renversement. Le succès politique de cette dernière est donc garanti. La pertinence ou la nécessité morale d’une transgression éthique et politique – la subversion et ses surprises – n’en est donc que plus grande.

Notes

1 G. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages, 2007, p. 32.

2 Ces quelques lignes sur la surprise sont extraites et adaptées de D. Kaminski, « Un ancrage infra-politique », in Pratiques intellectuelles. Questions d’ancrage. Actes de la journée d’études tenue à Louvain-la-Neuve le 5 octobre 2007 à l’initiative de l’École de criminologie de l’UCL.

3 M. Connelly, La blonde en béton, Paris, Seuil, coll. « Points », p. 386.

4 B. Claes, Herstel en detentie. Een ethnografisch onderzoek in de gevangenis van Leuven Centraal, thèse de doctorat en criminologie, VUB, juin 2012.

5 R. Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Cahiers du Cinéma/Gallimard/Seuil, 1980, p. 61.

6 Fr. Collin, « Du privé et du public », Cahiers du GRIF, 1986, no 33 (Hannah Arendt), p. 47-68.

7 L. Van Campenhoudt, « Vaut-il toujours mieux lever les malentendus ? », La Revue Nouvelle, 2012, no 3.

8 L. Van Campenhoudt, « Vaut-il toujours mieux lever les malentendus ? », La Revue Nouvelle, 2012, no 3.

9 M. Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 1999.

10 L. Van Campenhoudt, « Ambiguïtés et ambivalences de la transgression », Revue de l’Institut de Sociologie, 1992, 1/4, p. 126.

11 Ibidem.

12 M. Dufrenne, Subversion perversion, Paris, PUF, « La politique éclatée », 1977, p. 7.

13 L. Van Campenhoudt, « Vaut-il toujours mieux lever les malentendus ? », La Revue Nouvelle, 2012, no 3.

14 L. Van Campenhoudt, « Chronique de criminologie. L’insécurité est moins un problème qu’une solution », Revue de droit pénal et de criminologie, juin 1999, p. 727-738.

15 Cité par L. Van Campenhoudt, « Ambiguïtés et ambivalences de la transgression », Revue de l’Institut de sociologie, 1992, 1/4, p. 126.

16 L. Van Campenhoudt, « Ambiguïtés et ambivalences de la transgression », Revue de l’Institut de sociologie, 1992, 1/4, p. 124.

17 J.-P. Sartre, Saint Genet, comédien et martyr, Paris, Gallimard, 1952.

18 D. Moulinier, Jouissance et perversion. De quelques concepts lacaniens, http://joui-sens.blogspot.be/2011/01/plaisir-du-texte-et-subversion-chez.html

19 J. Barnes, Le porc-épic, Folio, 1992, p. 75-80.

20 Subvertere et pervertere ont le même sens en latin (mettre sens dessus dessous), mais sub- marque un mouvement de bas en haut, alors que per-est horizontal, servant à marquer un mouvement (rendu en français par « à travers », « le long de », « au-dessus » ou « en avant ») et une intensivité proche du superlatif. Les premiers usages du mot subversion désignent l’action de bouleverser l’ordre établi (et les idées reçues). Il contient donc un rapport politique à la domination. La perversion reçoit immédiatement un sens péjoratif : falsification d’un texte ou corruption des esprits, dépravation, avant de se généraliser dans une déviation quelconque.

21 Selon la distinction (entre tactique et stratégie) qu’utilise Michel De Certeau, dans L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980).

22 M. Dufrenne, Subversion/Perversion, Paris, PUF, 1977, p. 11.

23 Ibidem, p. 10-11.

24 S. Tomasella, La perversion : renverser le monde, Paris, Eyrolles, 2010, p. 102.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/4818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search