Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

D’une enquête sur les passions sportives ou comment la surprise vient à l’entretien de recherche1

Sylvie Carbonnelle, David Jamar et Guy Lebeer

Texte intégral

  • 1 Cette communication s’appuie sur les entretiens réalisés par les étudiants (BA2 Sociologie et anth (...)

1Comment rendre compte de l’engagement relatif à la pratique sportive, cette sorte d’engouement qui la caractérise en propre ? Cette dimension, de l’ordre de la passion, a constamment été tenue en sociologie pour difficile d’accès voire inatteignable, au sociologue comme au passionné. Ainsi en situation d’entretien, un sportif et un enquêteur, lorsqu’ils sont appelés à rendre compte d’une pratique, sont confrontés à un défi majeur : mettre en mots ce qui semble relever de l’intime, de la sensation et de l’émotion. Invité à expliciter sans détour, en face à face, sur un mode direct, la teneur de sa passion, le sportif reste en effet le plus souvent sans voix, ou livre un propos tautologique ne donnant pas à saisir « ce qui le tient » vraiment : « j’aime ce sport parce qu’il me plaît ».

  • 2 Hennion, A., « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Donnat, O., T (...)

2Cette difficulté nous a conduits à emprunter une voie de traverse, celle qu’a ouverte Antoine Hennion pour rendre compte du goût musical, une voie pragmatique qui consiste à analyser le goût – ou la passion, terme utilisé indifféremment par Hennion lui-même – comme travail, comme activité cadrée « qui a un passé, un espace, jalonnés par ses objets, ses autres participants, ses façons de faire, ses lieux et ses moments, ses institutions2 », un travail minutieux, collectif, de mise à disposition de soi et des choses « pour que puisse arriver quelque chose ».

3Le recours à cette sociologie pragmatique a soulevé des questions sur des dimensions laissées dans l’ombre du paradigme. Au bout du compte il s’avèrera que l’entretien de recherche entretient avec la pratique sportive des liens d’homologie assez éclairants.

I. Une sociologie pragmatique de la passion sportive

4Dans le modèle pragmatique, l’expression de la passion est donc censée émerger d’un compte rendu – d’un récit – de la pratique. Cette démarche a ses exigences. Il s’agit d’abord d’entendre par « rendre compte » une manière de prendre au sérieux les mondes des sportifs plutôt que de ne comprendre leur pratique qu’à partir de ce qui la relie à d’autres faits sociaux (e. a. les sports correspondent à un ethos des classes populaires).

5C’est bien parce qu’un monde a priori irréductible à d’autres est pragmatiquement postulé, qu’émerge la question de l’intérêt – et de la difficulté – de produire des discours et des données aptes à en rendre compte. De ce point de vue, notre objet devient en même temps une sociologie de l’attachement et une ethnographie de ce monde pratique, indissociablement. Qu’il y ait « monde » implique un certain nombre d’attachements qui importent pour les pratiquants, attachements qu’il s’agirait alors de faire vibrer pour mieux les distinguer de la routine, comme il en irait d’un sportif qui pratiquerait son sport pour « entretenir son corps », ou simplement « rester en bonne santé », ou encore « se distinguer », voire exclusivement pour « gagner sa vie ».

6Les actions de routine quotidiennes existent bel et bien, mais même en les additionnant dans la description, elles ne peuvent composer un monde pratique singulier car rien dans les actions de routine ne fait vibrer le risque de l’échec, le risque que la pratique ne satisfasse pas ou plus, ou littéralement ne tienne plus. Ainsi cet alpiniste nous rappelle comment vaincre un sommet en s’insinuant dans une paroi constitue une réussite d’autant plus passionnante qu’elle n’est précisément pas garantie à l’avance.

« Notre réel adversaire c'est le mur. Quand tu grimpes, tu es face à ton mur ou à la falaise, donc c'est par rapport à ce que tu grimpes qu'il faut essayer de te battre. […] Le but en escalade, c'est d'enchaîner la voie. A partir du moment où tu tombes, tu es déçu. Tu te dis : "Tiens, j’aurais dû faire ça... j'aurais peut-être dû enchaîner... j'aurais peut-être été plus loin..."[…] Il y a toute une série de sensations physiques. Tu sais tout de suite si ça va être "bingo". Si tu fais un mouvement explosif et que tu sens que ça monte tout seul, c'est un signe qui ne trompe pas. » (un alpiniste).

7Hennion et sa sociologie pragmatique de l’amateur nous a aidés à fabriquer une carte faite de points d’attention à ce qui peut « attacher » le sportif à son sport. Comment le goût ou la passion viennent-ils aux gens, par quels canaux, par quels détails qui font la différence entre réussite et échec ?

  • 3 Hennion, A., « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 153, 2009, p. 55.
  • 4 Caillois, R., Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.

8Premièrement, la passion ou le goût n’est pas « spontané ». Il s’agit bien d’un travail, d’une « technique collective pour se rendre sensible aux choses, à son corps, à soi-même, aux situations et aux moments3 ». Comme technique collective, cette activité a une histoire, des ancêtres. Elle s’inscrit dans une tradition. Elle fait intervenir des objets particuliers (le ballon, la raquette, les gants…). Elle implique un apprentissage de gestes aptes à rendre ces objets « aimables », à mieux les « connaître » par une technique précise. Ce n’est pas le « même ballon » selon qu’il se rapporte au football, au basket ou au rugby, non pas tant parce qu’il est de taille différente, mais plutôt parce que ce qui est susceptible de le rendre « aimable » s’arrime à des règles et en conséquence des techniques différentes. Ici la précision des règles du jeu n’apparaît pas antinomique avec la spontanéité des passions, mais est au contraire nécessaire à leur surgissement, comme le montre très bien Caillois4 quand il traite de la tension, propre aux jeux, entre la chaleur de l’exaltation (la « païdia ») et la froideur de la règle (le « ludus »).

9Deuxièmement, les objets de tous les sports doivent pouvoir surprendre (la maîtrise du rebond du basketteur ne peut contribuer à l’attachement qu’en raison du caractère toujours potentiellement surprenant dudit rebond). C'est autour de cette surprise possible que s’organise une pratique corporelle, collective, réglée, orientée autour de la saisie d’effets incertains.

10Troisièmement, l’activité passe bel et bien par un collectif (qui donne le cadre de pertinence), dépend des dispositifs (configurations de règles, de supports techniques et matériels) et des situations – ici de jeu – toutes spécifiques (elles ne sont pas reproductibles, contrairement au dispositif). Le joueur de rugby, par exemple, témoigne de façon particulièrement éclairante de ce que le caractère collectif de son sport en passe par les dispositifs de jeu :

« Il y a des moments où je reçois la balle et je vais à gauche sans savoir pourquoi […]. A mon poste, on me dit toujours "Regarde, puis prends le ballon", parce qu’une fois que tu as la main sur le ballon, tu ne sais plus regarder. […] Là, c’est aux autres d’assurer. » (un rugbyman).

11Tout se passe comme si la vue de chaque joueur était ici limitée à un ballon difficilement saisissable. Cela permet de comprendre, par le jeu lui-même, l’importance donnée par les rugbymen à la solidarité collective sur le terrain.

12Quatrièmement, l’activité suppose un engagement du corps. Les entraînements et « mises en condition » mettent à l’épreuve à la fois la technique individuelle et les formes d’organisation, collective, autour de l’objet. Si des corps peuvent apparaître comme prédisposés à tel sport ou à telle position dans le jeu – comme en rugby (ailier, pilier, etc.) –, c’est bien l’entraînement et la « répétition » qui contribuent à le façonner de plus en plus précisément en vue et en raison de la maîtrise technique, par rapport aux autres, par rapport aux objets à manier.

13Hennion nous propose donc une sorte d’armature minimale des composants de la passion qui semble permettre aux sportifs de parler de leurs goûts. Il arrive ainsi au sportif qui articule discursivement ces diverses dimensions de l’« armature pragmatique » d’accéder à certaines formes d’expression émotionnelle, comme en témoigne ce récit où entrent en résonance règles techniques, sensations corporelles, habileté et félicité collective :

« Ce ne sont pas les gestes... C'est plutôt l'impression d'aisance et de fluidité dans un contexte hostile. Comme le sentiment de flotter sur l'eau. Il y a des techniques qui s'intègrent à ça, mais c'est plus un sentiment qui se crée avec ou sans le ballon, c'est comme une danse collective, on a l'impression qu'avec les autres joueurs et ses adversaires, il y a un ballet qui se met en place. […] A ces moments-là, si on est à l'écoute de soi, on se fait vraiment intégrer à ça. C'est très organique en fait.
C'est un sentiment d'appartenir à quelque chose de très particulier, à une histoire, et quand on sort de ce match, on est ressourcé complètement. » (un footballeur).

  • 5 Hennion, A., « Réflexivités… », op. cit., p. 75.
  • 6 Despret, V., Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002.

14Aucune de ces quatre dimensions ne suffit à elle seule à rendre raison de l’attachement. Les corps et les collectifs, les objets et les dispositifs, « tous sont des médiateurs, ils sont à la fois déterminants et déterminés5 » : un corps apte à ressentir fait ressentir plus intensément : cette circularité produit littéralement un corps. Les propriétés des objets ne sont pas davantage données, « elles se rendent intéressantes à ceux qui s’y intéressent » selon les termes de Vinciane Despret6.

  • 7 Hennion, A., « Réflexivités… », op. cit., p. 58.

15Dans cette perspective, le goût est co-construit dans un agencement. Ainsi en va-t-il exemplairement de l’escalade, où tout ce qui compte, dit Hennion, ce sont les gestes, les prises, ce qui attache l’un à l’autre, le grimpeur et le rocher. « L’escalade fait le rocher comme le rocher fait l’escalade7 », comme le vélo fait le cycliste et inversement.

16Hennion fait donc relever le « plaisir », selon ses propres termes, de l’effacement de soi au profit du geste juste, de la concentration, de la réduction du corps à des techniques gestuelles précises où ne s’opposent pas « païdia » (effusion) et « ludus » (règles et techniques de jeux), mais où précisément c’est par le « ludus » que s’enflamme la « païdia ».

17Deux enseignements peuvent être tirés de l’exercice que nous avons mené et qui ont partie liée avec la surprise : l’importance pour le sport de l’attestation de réussite, et également de l’adversité (l’adversité qui fait goût).

II. L’attestation de réussite et l’adversité

18Le point d’incandescence ou, si l’on préfère, l’attestation de réussite marque la victoire sur l’incertitude et témoigne d’une maîtrise pleinement accomplie.

« J'ai joué en division 1 à M. et j'ai marqué 1-1 là-bas. Je marque devant vingt-cinq mille personnes, il n'y a plus un bruit dans le stade. C'est un des meilleurs moments de ma carrière... Il y a une action sur leur côté droit. Il y a une perte de balle. Donc c'est moi qui serre mon homme. Je prends la balle. Je rentre vers l'intérieur et je vois le défenseur central qui revient. Je fais un petit crochet et S. (le gardien adverse) sort. Je lui fais une petite " pichenette" du pied droit […]. C'était franchement un beau but ! Trente secondes après, on encaisse encore dans l'euphorie du goal. […] J'étais content. » (un footballeur).

19La passion résulte de l’expérience répétée de la réussite. Il est peu question de ce moment et de l’émotion qu’il déclenche dans les écrits d’Hennion. Il parle bien parfois d’« états qui surgissent », mais ne leur accorde pas de statut particulier. Or, ce moment nous semble essentiel d’un point de vue méthodologique, car c’est à partir de lui que les sportifs interrogés se sont montrés les plus loquaces. Lorsque le sociologue cherche à produire une mise en mots d’une passion en acte, il entend susciter chez son interlocuteur une parole qui se cherche, tâtonne et s’enchaîne en continu, à l’image de sa pratique même, faite d’ajustements permanents qui « favorisent sa félicité ». Mais ces moments de félicité, chez Hennion, demeurent hors cadre, alors que notre expérience souligne à quel point ils fondent le discours qui, à son tour, suscite à nouveau la jubilation.

  • 8 Voir à ce sujet Despret, V., Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie de l’authenticité,(...)
  • 9 Ibidem, p. 270.

20Il s’agit ici de saisir des ressorts d’émotion particulière tout en a vançant que le sport des sportifs n’est pas un long fleuve tranquille. Les émotions n’ont pas leur siège au fin fond du « moi » du sportif, pas plus que dans la paroi de l’alpiniste, mais elles résultent d’un entre-deux8 où la place du monde et la place du sujet « oscillent ». Nous pouvons relier les moments d’exaltation qui surgissent au détour des entretiens à ce que Despret dit du fonctionnement émotionnel : « L’émotion, […], ce n’est pas seulement ce qui nous fait accueillir le monde, c’est aussi la manière dont nous demandons au monde de nous accueillir, quitte à lui demander parfois, de nous donner du cœur9 ».

  • 10 Deleuze, G., Parnet, Cl., Dialogues, Paris, Flammarion, 1977.

21L’alpiniste qui gagne le sommet s’est, bien entendu, passionné pour les prises à force de demander à la paroi de lui donner la possibilité d’un geste qui, d’ores et déjà, donne relief à celle-ci. Mais la chute est jusqu’au dernier moment possible. Arriver au dernier moment de la séquence (l’avant-dernier aurait dit Deleuze10, celui qui permet à l’agencement de se reproduire) est l’événement qui rend littéralement raison de l’ensemble et de la série des gestes précédents. Ce dernier moment « réalise » la série pourrait-on dire. Il aurait pu chuter, un grain de sable aurait pu enrayer la mécanique, mais non… le corps peut désormais exulter.

« En escalade, les sensations, ce n'est pas quand on grimpe, mais quand on s'arrête, quand on atteint la prise finale qui valide l'enchaînement. […] Une fois réussi, là c'est l'explosion ! […] Cela varie en fonction de pas mal de paramètres comme le temps qu'il a fallu pour enchaîner, ou la beauté du bloc… Tout ce que tu recherches c'est ce choc que l'exploit te procure. C'est indescriptible ! » (un alpiniste).

22Toutes les préparations techniques d’accroche au monde ont réussi ; le monde (en ce compris le monde pratique) l’a accepté, a validé le geste. Et ce moment est comme suspendu, il fait littéralement validation et peut se raconter. A tout le moins est-ce sans doute à partir de là que toute la séquence qui y a mené (l’ensemble des gestes techniques, les tensions propres à la pratique, la manière de sentir que ça se passe bien) peut être racontée, techniquement. Ici, la description technique devient « chaude », toujours balancée, dite a posteriori dans la tension entre réussite et échec possible.

23Cette expérience, « re-racontée » du fait de la situation d’entretien, et qui constitue un moment de réflexivité partagée, une joie propre à faire le lien entre des mots et des gestes et sensations, est aussi une expérience racontée à soi, non pas seulement pour être rangée dans l’almanach mémoriel mais précisément comme instants qui font « recommencer ».

24Ces moments sont décisifs pour la pratique de l’entretien elle-même, pour autant que ce que l'on vise soit un récit plus intéressant que celui que constitue l’égrenage de la passion en un chapelet quotidien de gestes « froids » (« la journée-type », par exemple), la vidant de sa substance.

25Dans le cas particulier des sports, les moments qui importent, qui font recommencer, sont, à chaque occasion, des moments où l’adversité doit pouvoir être produite, surprendre voire sidérer et puis être domestiquée. Tout un ensemble de contraintes réglementaires visent à organiser une adversité susceptible d’être surmontée. Ainsi peut-on penser aux mille et un alignements qui doivent pouvoir garantir l’égalité des chances (le handicap dans les courses hippiques, le regroupement d’équipes de valeur comparable dans une même division). Encore faut-il en outre que l’adversaire lui-même s’y prête, qu’il respecte les règles, qu’il développe un style intéressant à « déjouer », à « surprendre ». L’adversaire est ici un médiateur essentiel et le rapport instauré avec lui témoigne de son importance stratégique dans l’attachement. C’est à être avivée sans cesse qu’une rivalité pacifiée participe de la félicité sportive.

III. De l’entretien comme de la passion sportive

26Aux moments qui comptent pour le pratiquant peuvent alors se mettre à correspondre des moments qui comptent « dans l’entretien ». En effet, un entretien peut « rater », non au sens où il ne donnerait aucun renseignement à mettre en rapport avec telle ou telle dimension d’un problème, mais parce qu’il ne « tiendrait » pas, parce qu’il ne donnerait lieu à aucun moment de surprise, aucun drame, aucun moment où l’on sente qu’il pourrait se passer quelque chose. C’est ici que le chercheur doit pouvoir se mettre à la disposition, non pas de l’enquêté, mais de l’entretien, des moments qui peuvent le mettre au défi de saisir un « monde ». Dès lors, l’enquêté lui-même peut bel et bien être surpris. Ce n’est pas tous les jours que l’on met en mots, que l’on se raconte une pratique qui, pour soi, compte. Pour s’en convaincre, que les sociologues qui nous lisent tentent de faire l’exercice pour eux-mêmes : qu’est-ce qui, concrètement, les fait tenir à leur pratique, au-delà ou en deçà de justifications particulières ? La pratique du sociologue n’est alors pas celle de tel ou tel sportif mais elle n’en fait pas moins « monde », et c’est bien parce que nous recherchons ces rares moments qui importent que nous pouvons tenter de les faire émerger chez les autres, à propos de leurs propres pratiques.

27Que nous dit cette homologie toute pragmatique entre praticiens ? Elle nous dit qu’en matière de recherche sur les passions ou sur les mondes (si c’est d’une telle recherche qu’il s’agit), il est difficile d’adopter soi-même une perspective neutre et atonale. Rendre l’entretien disponible à ces moments suppose que les enquêteurs soient susceptibles de s’intéresser au monde de l’interlocuteur. Entendons-nous bien, aucun de nos étudiants n’est devenu cycliste, bodybuilder, etc. (certains l’étaient cependant déjà) mais, chaque fois qu’un entretien s’est mis à réussir, c’est parce que l’enquêteur est parvenu à faire partager à son interlocuteur un sens de l’importance de ce que ce dernier faisait, plutôt que de le réduire à des dimensions purement externes à la pratique (un capital culturel, une trajectoire familiale, etc.). Ces moments d’intensité de l’entretien ne se décrivent pas « objectivement ». Ce sont bien des événements que partagent les protagonistes, ceux-ci sachant que les uns et les autres les partagent pour des raisons différentes (matière à sociologie, moment réflexif rechargeant de sens la pratique du sportif). Homologiquement, aucun alpiniste ne « devient » une paroi, mais pour qu’il y ait « réussite », paroi et alpiniste doivent entrer dans un rapport de mise à disposition réciproque initié par les gestes de l’alpiniste.

Bibliographie

Bibliographie

Caillois, R., Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.

Deleuze, G., Parnet, Cl., Dialogues, Paris, Flammarion, 1977.

Despret, V., Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie de l’authenticité, Le Plessis-Robinson, Synthelabo, 1999.

Despret, V., Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002.

Hennion, A., « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Donnat, O., Tolila, P. (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, Paris, Presses de Sciences Po, vol. I, 2003.

Hennion, A., « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 153, 2009.

Notes

1 Cette communication s’appuie sur les entretiens réalisés par les étudiants (BA2 Sociologie et anthropologie) du séminaire « Méthodologie de l’entretien de recherche » (Prof. Guy Lebeer, ULB, 2011-2012).

2 Hennion, A., « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Donnat, O., Tolila, P. (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, Paris, Presses de Sciences Po, vol. I, 2003, p. 287.

3 Hennion, A., « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, 153, 2009, p. 55.

4 Caillois, R., Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.

5 Hennion, A., « Réflexivités… », op. cit., p. 75.

6 Despret, V., Quand le loup habitera avec l’agneau, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002.

7 Hennion, A., « Réflexivités… », op. cit., p. 58.

8 Voir à ce sujet Despret, V., Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie de l’authenticité, Le Plessis-Robinson, Synthelabo, 1999.

9 Ibidem, p. 270.

10 Deleuze, G., Parnet, Cl., Dialogues, Paris, Flammarion, 1977.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search