Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

De surprise en surprise : les réorientations d’une recherche sur les agriculteurs bio

Jean Nizet et Denise Van Dam

Texte intégral

Introduction

  • 1 Marcus Dejardin (économiste) a collaboré avec les deux auteurs de cette contribution entre 2005 et (...)

1Cette contribution porte sur les travaux de recherche que les deux auteurs mènent sur diverses thématiques ayant trait aux agriculteurs bios. Denise Van Dam (sociologue et psychologue) a consacré à ce programme l'essentiel de son activité de recherche depuis le début des années 2000, Jean Nizet (sociologue) l'ayant rejointe en 2005 pour une partie de son activité1.

2Du point de vue des méthodes, ces travaux s'appuient sur des entretiens approfondis menés successivement auprès de plusieurs échantillons d'agriculteurs bio belges (flamands et wallons) et français (de Picardie, Nord-Pas de Calais, Alsace). A ce jour, nous avons interviewé une soixantaine de personnes. Notons que les agriculteurs bio belges qui avaient été interviewés au début des années 2000 (entre 2001 et 2003) ont été interviewés une seconde fois en 2011. Du point de vue des thématiques, ces travaux abordent différentes questions : les motivations conduisant des agriculteurs conventionnels à démarrer une activité en bio, les critiques que les bio adressent aux différentes institutions, les valeurs qu'ils promeuvent et la manière dont elles ont évolué sur dix ans, etc.

3Outre ces thématiques présentes dès le début du programme, nous avons été confrontés en cours de recherche à des décalages, des dissonances entre d'un côté nos préconceptions, et de l'autre l'état des données, ou l'état de la littérature que nous visitions ; bref, nous avons rencontré ce que Schön (1983) considère comme des surprises. Dans un premier temps, nous en faisons le récit pour ensuite analyser plus en détail les infléchissements, les réorientations du processus de recherche auxquels elles ont donné lieu.

I. Le récit des surprises

1. L'importance des émotions

4La première surprise a été la découverte progressive de l'importance des affects, des émotions, ressentis par nos interviewés. Ils transparaissent dans les récits de leurs expériences passées et présentes. Par exemple, la honte que certains éprouvent, comme agriculteurs conventionnels, à pulvériser leurs champs. Ou la colère que cet agriculteur paralysé de la mâchoire pendant plusieurs jours suite à l'épandage de produits toxiques exprime face au représentant de la firme phytosanitaire, alors que celui-ci dénie son mal en parlant de « sensation subjective ». Également des émotions plus positives, les unes liées à l'exercice du métier (par exemple la satisfaction « d'apporter sa pierre à l'édifice » d'une agriculture plus propre, de le faire « pour nos enfants », etc.), les autres accompagnant des actions de protestation (par exemple, ce viticulteur qui parle avec fierté de son acte de « désobéissance civile » qui consiste à produire une partie de sa récolte sans ajout de souffre, ce qui est interdit par la loi). Ces émotions ne s'expriment pas seulement par les propos tenus lors des entretiens, elles se manifestent également par l'expression des yeux, la tonalité de la voix, la rapidité de la parole, bref par une série de comportements non verbaux.

5Nos interviewés nous font partager ces états affectifs ; nous nous découvrons ainsi à ressentir tantôt de la colère, tantôt de la tendresse, ou encore de l'admiration, etc. Ces émotions émergent chez les deux chercheurs, à des moments et suivant des intensités variables en fonction de nos personnalités respectives et de notre degré d'implication dans la thématique de la recherche.

2. Des processus de développement qui ne cadrent pas avec les théories disponibles

6Venons-en à une autre surprise – plus exactement, une succession de surprises – intervenue à partir du moment où nous avons commencé à travailler sur les deux séries d'entretiens menés auprès des agriculteurs bio à 8-10 ans d'intervalle. L'objectif était de réaliser un travail comparatif visant à tester deux hypothèses qui dominent la littérature sur l'évolution de l'agriculture bio : l'hypothèse de la conventionnalisation (le bio rejoint l'agriculture conventionnelle, du point de vue de ses méthodes de production et de commercialisation) ; l'hypothèse de l'institutionnalisation (le bio est de plus en plus contrôlé par des réglementations émanant des pouvoirs publics). En traduisant cela dans le langage de la théorie de la justification (Boltanski et Thévenot, 1991), l'agriculture bio deviendrait plus « marchande » et plus « industrielle », au détriment de ce que d'aucuns appellent la « cité verte » (Lafaye et Thévenot, 1993). Tout en réalisant ce travail comparatif, nous nous rendons compte que ces interviews menées à deux reprises présentent un autre intérêt : elles nous livrent des informations sur une période relativement longue de l'activité des agriculteurs bio (de 12 à 30 ans, selon les sujets), ce qui nous permet d'analyser la manière dont ils ont développé leur entreprise pendant cette période. Or, une telle approche diachronique, portant sur les processus de développement des entreprises bio, est inexistante dans l'état actuel de la littérature. Plus exactement, si un certain nombre de travaux étudient dans le détail des processus de transition du conventionnel vers le bio (Lamine et al., 2009), aucun n'aborde la question des processus de développement à l’œuvre dès lors que l'entreprise produit en bio.

7Nous avons choisi d'analyser ces processus en recourant à la Resource Dependance Theory (RDT), un courant de recherches qui débute en 1978 avec l'ouvrage de Pfeffer et Salancik, The External Control of Organizations. Les auteurs s'interrogent sur la manière dont les organisations contrôlent les ressources (humaines, financières, technologiques, etc.) dont elles ont besoin pour se développer. Ils postulent qu'elles puisent largement ces ressources dans leur environnement et en particulier auprès d'autres organisations ; elles se trouvent donc dépendantes de ces autres organisations. Dès lors, elles vont développer des stratégies en vue de gérer au mieux ces dépendances. Une nouvelle surprise nous attend ici : bien que la RDT ait donné lieu à un nombre abondant de recherches – le relevé proposé en 2009 par Hillman et ses collaborateurs recense non moins de 141 articles publiés dans des revues classées – elles concernent de grandes entreprises industrielles ou de services et très peu – dans trois cas seulement – de (toutes) petites entreprises, comme c'est le cas pour notre échantillon ; par ailleurs, aucune recherche ne porte spécifiquement sur des entreprises agricoles.

8Nous entreprenons donc d'adapter la théorie existante pour tenter de saisir en premier lieu les dépendances spécifiques auxquelles sont confrontées les entreprises bio : essentiellement des dépendances économiques (achat des terres, disponibilité et coût de la main-d’œuvre, constitution de la clientèle, adaptation de la production aux « goûts » de celle-ci, etc.) et réglementaires (obtention des primes, certification, contrôles sanitaires, etc.). Nous nous intéressons en second lieu aux stratégies mises en place pour réduire ces dépendances. Nous retrouvons certes la plupart des stratégies prédites par la théorie : les adaptations de la structure de l'organisation (tel agriculteur bio qui scinde son exploitation en deux entités juridiques – l'une à son propre nom, l'autre au nom de sa femme – pour obtenir davantage de primes, celles-ci étant dégressives en fonction de la taille) ; les ententes et cartels (tel éleveur qui s'associe à d'autres pour obtenir l'exclusivité de la livraison en viande bio de telle chaîne de distribution) ; les actions de lobbying politique (tel agriculteur qui est engagé comme attaché de cabinet dans un ministère régional de l'agriculture), etc. Mais nous découvrons aussi des stratégies totalement inédites. Par exemple, si la théorie prédit que la croissance peut constituer une stratégie pour réduire certaines dépendances, elle n'envisage pas que la limitation de la croissance, voire la décroissance, peuvent constituer, elles aussi, des stratégies qui poursuivent des objectifs similaires. Or c'est ce que nous observons dans notre échantillon, par exemple chez cet agriculteur qui désire préserver une exploitation « à taille humaine » : cela correspond à ses choix de valeurs, mais lui permet également d'éviter d'être lié aux banques par des remboursements d'emprunts.

9Autre et dernière surprise : alors que toute la littérature qui mobilise la RDT consiste à étudier de manière approfondie telle ou telle stratégie (de transformation structurelle, d'ententes entre entreprises, de lobbying, etc.) à l'exclusion des autres (Hillman et al., 2009) nos matériaux nous montrent à loisir combien les stratégies se combinent les unes aux autres pour réduire les dépendances. Cela peut être illustré par le cas de cet éleveur qui subit le contrôle d'une agence gouvernementale qui détecte, dans le lait qu'il produit, une teneur en PCB qui excède la norme ; il est dès lors contraint de suspendre pendant plusieurs mois sa production de lait et de fromage, qui constitue à l'époque son activité principale. Cette forte dépendance réglementaire suscite alors, de sa part, le déploiement d'une véritable panoplie de stratégies : renforcement des relations avec la famille et les amis pour obtenir des aides financières ; contacts avec des experts d'ONG et de centres de recherche – agronomes, juristes, etc. – pour mieux comprendre le problème et y apporter des remèdes ; organisation à la ferme de concerts et de repas ; ouverture d'un petit magasin qui commercialise des produits issus du commerce équitable, des produits bio secs, des produits bio frais en provenance d'autres producteurs ; etc.

10Nos données montrent également combien dépendances et stratégies entretiennent entre elles des liens complexes ; telle stratégie peut ainsi parvenir à réduire une dépendance, mais dans le même temps en recréer une autre, qui nécessitera une nouvelle stratégie, etc. Par exemple, le cas de cet éleveur qui est tenu d'agrandir les hangars qui abritent ses vaches, pour permettre la stabulation libre (dépendance réglementaire) ; la construction de ce nouveau bâtiment l'oblige à contracter des emprunts (dépendance économique), ce qui l'amène à augmenter son cheptel ; etc.

3. Des surprises en interaction

11Au total, c'est donc bien une demi-douzaine de surprises auxquelles la conduite de la recherche sur les agriculteurs bio nous a confrontés au cours des cinq dernières années. Surprises, c'est-à-dire, pour reprendre notre définition de départ, décalages entre nos préconceptions et tantôt les phénomènes que nous étudions (les émotions que l'on perçoit chez les interviewés), tantôt l'état de la littérature (la RDT qui ne traite pas des entreprises agricoles), tantôt encore la manière dont nous nous impliquons dans le travail de recherche (les émotions que nous ressentons au moment des entretiens), etc. Ces différents registres de surprises ne sont pas exclusifs, mais entretiennent des relations (de complémentarité, ou d'opposition, etc.) les uns avec les autres : ainsi, la prise de conscience de l'importance des émotions se fait à partir de ce qu'on observe chez les sujets (premier registre que l'on vient de distinguer), mais aussi partir de la conscience que l'on a, comme chercheur, de sa propre implication dans la recherche (troisième registre). La découverte de la combinaison des stratégies et des liens complexes avec les dépendances naît du contraste entre ce que révèlent les phénomènes étudiés (premier registre) et ce que montre la littérature (deuxième registre), etc.

II. L'analyse des réorientations

12Nous consacrons cette seconde partie de la contribution à analyser les différents infléchissements, les différentes réorientations que les surprises que l'on vient de décrire ont provoqués dans le processus de recherche. Nous distinguerons des réorientations de thématiques, des réorientations méthodologiques, des réorientations théoriques et des réorientations paradigmatiques.

1. Les réorientations des thèmes de recherche

13Il s'agit de l'impact le plus trivial et le plus tangible : plusieurs des surprises que nous venons de décrire ont été (sont) l'occasion de définir de nouveaux thèmes de recherche. L'exemple le plus frappant est la prise en compte des émotions, qui nous a conduits à développer entre autres la thématique suivante : prenant appui sur les travaux qui montrent que le mouvement de l'agriculture biologique comporte un volet « activité professionnelle » et un volet « action sociale » (Gendron et Turcotte, 2006), nous avons pris le parti de comparer les émotions liées à ces deux volets. Le relevé d'une assez forte similitude sur différentes dimensions (la nature des émotions, leur valence positive ou négative, leur intensité, etc.) nous a permis de mettre en relief leur contribution dans le sens de l'unification des deux versants du mouvement de l'agriculture bio (Van Dam et al., 2010).

2. Les réorientations méthodologiques

14Un deuxième type d'infléchissements ou de réorientations concerne les méthodes de recherche, en particulier de collecte et de traitement de données. Ceci se remarque également dans la foulée de la prise en compte des émotions ; elle a exercé une double influence sur notre manière de collecter ultérieurement les données et de les analyser.

15Tout d'abord, la prise en compte des émotions comme thème de recherche a entraîné la mise au point d'une méthodologie spécifique de collecte de données. Nous avons ainsi pris l'option de mener plus systématiquement les entretiens à deux (plutôt que seul) et de diviser les rôles entre, d'un côté, le chercheur qui conduit l'entretien et, de l'autre, celui qui se met davantage en retrait au niveau des échanges verbaux, pour être plus attentif aux expressions non verbales de l'(des) interviewé(s). Nous avons également mis au point une grille d'analyse des comportements non verbaux (postures corporelles, gestes, expressions du visage, ton et volume de la voix, etc.) inspirée de la psychologie sociale (Argyle, 1995, cité par Fiske, 1990).

  • 2 Nous avons pris l'habitude d'analyser les entretiens et de construire la problématique des ouvrages (...)

16Mais nous avions aussi conscience que les émotions interfèrent avec le processus général de recherche et qu'il convient d'y être attentif, de manière à maximiser les effets positifs et à minimiser les interférences plus négatives. Les effets positifs résident notamment dans le climat de confiance qui naît du partage d'émotions similaires, ce qui donne accès à des informations que les interviewés auraient tues dans d'autres circonstances. Mais cette proximité émotionnelle (qui va généralement de pair avec une proximité de valeurs) peut aussi renforcer les biais dus à la désirabilité sociale. Pour réduire cette interférence négative, la collaboration entre les deux chercheurs s'avère à nouveau précieuse, tant lors de la collecte que du traitement des données2, d'autant que, comme nous l'avons indiqué plus haut, les deux chercheurs ont inévitablement une implication émotionnelle différente par rapport à l'objet général de la recherche.

3. Les réorientations théoriques

17D'autres infléchissements ou réorientations concernent les problématiques théoriques. Trois types d'opérations théoriques trouvent ici leur place.

18En premier lieu, certaines surprises nous amènent à transférer sur des objets inédits des théories mobilisées antérieurement sur d'autres objets. C'est ainsi que la prise de conscience de l'absence de travaux portant sur les processus de développement des entreprises bio nous a conduits à transposer sur ces petites entreprises agricoles la théorie de la dépendance des ressources, utilisée jusqu'à ce jour pour comprendre le fonctionnement des grandes entreprises industrielles et de service.

  • 3 Ainsi, la première émotion manquante a été bien décrite par des auteurs tels que Seligman (2002) qu (...)
  • 4 Le terme est dû à Charles S. Pierce (1995) : « Abduction assigns primacy to the empirical word, but (...)

19En second lieu, certaines surprises conduisent à compléter, à enrichir des théories. Ainsi, dans la tentative de mettre de l'ordre dans la nature des émotions ressenties par les interviewés, nous nous sommes aperçus que les typologies existantes (Garcia-Prieto et al., 2009) ne rendaient pas compte de certaines de nos observations, notamment ce sentiment de bonheur profond que les interviewés disent avoir ressenti à différents moments dans l'exercice de leur métier ; ou encore ces émotions qui se réfèrent de manière très directe aux sens (vue, odorat, toucher, etc.), que l'on observe en particulier lorsque nos interviewés nous font visiter leur exploitation, ou déguster leurs produits. Les typologies existantes ont donc dû être complétées, enrichies, parfois en référence à d'autres travaux de recherche3. Il en est de même pour les stratégies que nous avons observées, qui ne sont pas théorisées par la RDT : limitation ou même parfois réduction de la croissance, usage de technologies qui peuvent paraître obsolètes, comme la traction animale, etc. La prise en compte des surprises apparaît ici en affinité avec une démarche de recherche qui procède par abduction4.

20Certaines surprises peuvent aussi conduire à mettre en question les fondements sur lesquelles sont construites certaines théories. Ainsi, le repérage des stratégies inédites que nous venons de rappeler nous amène à réfléchir aux postulats de la RDT. Si ce courant théorique prend explicitement le contre-pied du postulat selon lequel les entreprises poursuivent le profit comme but premier, il reste très focalisé sur la poursuite d'autres « buts de système » (Mintzberg, 1986) comme la croissance, ou le contrôle de l'environnement et n'envisage pas explicitement que les missions puissent orienter fondamentalement les choix stratégiques de l'organisation.

4. Les réorientations paradigmatiques

21Une quatrième grande catégorie d'infléchissements occasionnés par les surprises concernent les approches, ou les paradigmes, ou encore – terme que nous retenons ci-dessous – les schèmes d'intelligibilité (Berthelot, 1982) mobilisés dans les recherches.

22En accordant de l'attention aux stratégies de l'organisation – et à celles des acteurs qui la constituent – la RDT emprunte à ce que Berthelot appelle le schème actanciel. Toutefois, nos données révèlent de manière forte la combinaison des stratégies, leurs rapports complexes avec les dépendances qu'elles cherchent à réduire. Cela nous conduit à compléter le schème actanciel par un schème systémique, en examinant comment dépendances et stratégies peuvent donner lieu à différents « systèmes d'action » (Crozier et Friedberg, 1977). Les hypothèses que nous travaillons actuellement nous conduisent à envisager trois types de systèmes permettant de comprendre les processus de développement des entreprises bio. Ils sont axés respectivement sur la survie, sur la croissance et sur les missions. Tantôt en effet les stratégies visent à permettre à l'organisation de réduire des dépendances fortes qui menacent sa survie ; tantôt elles visent à assurer la croissance du chiffre d'affaires, du profit ; tantôt encore elles visent à assurer au mieux les missions (de respect de l'environnement, d'alimentation de qualité, etc.).

23Au terme de cette analyse, il apparaît que les surprises se situent à l'interface non seulement de la théorie et de l'empirie, comme le montrent plusieurs des contributions à cet ouvrage, mais qu'elles permettent de mieux concevoir et de réorienter les quatre aspects que constituent les thèmes de recherche, les méthodes, les théories et les paradigmes. Comme nous l'avons montré pour les surprises, les réorientations que nous venons de distinguer ne sont pas exclusives : le déploiement d'une nouvelle thématique implique de nouveaux cadres théoriques, qui appellent de nouvelles méthodes ; un infléchissement au niveau des schèmes peut se concrétiser par des emprunts partiels à telle nouvelle théorie ; etc. A leur manière, les surprises et les réorientations qu'elles entraînent forment système.

Bibliographie

Bibliographie

Argyle M. (1975), Bodily Communication, Londres, Methuen.

Berthelot J.-M. (1990), L'intelligence du social, PUF, « Sociologie d'aujourd'hui », Paris, 249 p.

Boltanski L. et Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, NRF Essais, 483 p.

Crozier M. et Friedberg, E. (1977), L’acteur et le système, coll. « Sociologie politique », Seuil, Paris, 437 p.

Fiske J. (1990), Introduction to Communication Studies, 2nd edition, Londres et New York, Routledge, 203 p.

Garcia-Prieto G., Tran V. et Wranik T. (2009) « Les théories de l’évaluation cognitive et de la différenciation des émotions : une clé pour comprendre le vécu émotionnel au travail », in Delobbe, N., Herbach, O., Lacaze, D. et Mignonac, K. (eds), 2009, Comportement organisationnel, Bruxelles, De Boeck, 1, p. 195-222.

Gendron C. et Turcotte M.-F. (2006), « Les nouveaux mouvements sociaux économiques au cœur d’une nouvelle gouvernance », Organisations et territoires, 16, 1, p. 23-32.

Hillman A.J., Withers M.C. et Collins B.J. (2009), « Resource dependance theory : a review », Journal of Management, 35 (6), p. 1404-1427.

Lamine C., Meynard J.-M., Perrot N. et Bellon S. (2009), « Analyse des formes de transition vers des agricultures plus écologiques : les cas de l’agriculture biologique et de la protection intégrée », Innovations agronomiques, vol. 4, p. 483-493.

Lafaye C. et Thévenot L. (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l'aménagement de la nature », Revue française de sociologie, vol. 34, no 4, p. 495-524.

Mintzberg H. (1986), Le pouvoir dans les organisations, Paris, Les Editions d'Organisation, 679 p.

Pfeffer J. et Salancik G.R. (1978), The External Control of Organizations. A Resource Dependance Theory, Harper and Row, New York, Hagerstown, San Francisco, Londres, 300 p.

Pierce C. S. (1995), From Pragmatism to Pragmaticism, New York, Humanity Books, 253 p.

Seligman M. (2002), Authentic Happiness : Using the New Positive Psychology to Realize your Potential for Lasting Fulfillment, New York, Free Press, 321 p.

Schön D. (1983), The Reflective Practitioner. How Professionals Think in Action, Londres, Temple Smith.

Van Dam D., Nizet J. et Dejardin M. (2010), « La transition des agriculteurs conventionnels vers le bio : une dynamique cognitive et émotionnelle », Cahiers internationaux en psychologie sociale, no 85, p. 159-181.

Van Dam D., Streith M. et Nizet J. (dir.) (2011), L'agriculture bio en devenir. Le cas alsacien, Peter Lang, Bruxelles, 140 p.

Van Dam D., Streith M. Nizet J. et Stassart P. M. (coord.) (2012), Agroécologie. Entre pratiques et sciences sociales, Educagri, coll. « Références », Dijon, 309 p.

Van Maanen J., Sorensen J. et Mitchell T. (2007), « The interplay between theory and method », Academy of Management Review, vol. 32, no 4, p. 1145-1154.

Notes

1 Marcus Dejardin (économiste) a collaboré avec les deux auteurs de cette contribution entre 2005 et 2008 ; Michel Streith (anthropologue) collabore également depuis 2006 pour certaines opérations de recherche. Dans les années 2009-2011, l'équipe s'est étendue à plusieurs chercheurs français en sciences humaines pour réaliser un ouvrage portant sur l'agriculture biologique en Alsace (Van Dam et al., 2011). Plus récemment, le réseau s'est élargi à la fois d'un point de vue disciplinaire (en intégrant des agronomes, géographes, juristes, etc.) et géographique (en intégrant des chercheurs issus de différents continents et des thématiques qui s'y rapportent) pour produire un ouvrage sur l'agroécologie (Van Dam et al., 2012). La présente contribution porte essentiellement sur les travaux menés spécifiquement par Denise Van Dam et Jean Nizet.

2 Nous avons pris l'habitude d'analyser les entretiens et de construire la problématique des ouvrages et articles lors de longues réunions de travail.

3 Ainsi, la première émotion manquante a été bien décrite par des auteurs tels que Seligman (2002) qui parlent d'« expériences optimales » ou de « flow ».

4 Le terme est dû à Charles S. Pierce (1995) : « Abduction assigns primacy to the empirical word, but in the service of theorizing [since] analysis proceeds by the the continuous interplay between data and concepts » (Van Maanen et al., 2007, p. 1149).

Auteurs

Sociologue et philosophe, professeur émérite à l’UNamur et l’UCL

Sociologue et philosophe, professeur émérite à l’UNamur et l’UCL

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search